Navigation – Plan du site
Lectures

Charles MOUMOUNI et Cyril SIMARD (dir.) (2007), Journalisme et patrimoine mondial

Québec,Presses de l’Université Laval
Larbi Chouikha
p. 332-334
Référence(s) :

Charles MOUMOUNI et Cyril SIMARD (dir.) (2007), Journalisme et patrimoine mondial, Québec,Presses de l’Université Laval.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif rend compte des travaux et des activités d’un atelier international qui s’était tenu en mai 2005 à Québec autour de ce thème et organisé conjointement par la Chaire UNESCO en patrimoine culturel et l’Institut du patrimoine culturel de l’Université Laval. Les participants sont pour la plupart des journalistes qui exercent au sein d’entreprises de presse francophone des pays d’Afrique, des États arabes, d’Europe et d’Amérique du Nord, mais aussi des experts et des universitaires qui viennent essentiellement du Canada.

2L’ouvrage se compose de quatre parties dont le contenu, le style rédactionnel, les thèmes traités varient d’intérêt de part et d’autre. Dans la première partie, intitulée « Présentation générale de l’atelier », sont exposés le contexte, les objectifs, les allocutions d’ouverture, mais aussi, la synthèse des travaux. La deuxième partie porte sur différents aspects du patrimoine présentés de manière sommaire et théorique dans le titre générique « Le cheminement des idées dans le domaine de la conservation du patrimoine mondial : communication des universitaires et des experts ». La troisième partie se veut pragmatique et scrute dans les « Tables rondes des acteurs du patrimoine », les points de vue des gestionnaires et des usagers du « patrimoine québécois » ainsi que ceux des journalistes, pour la plupart, québécois. Enfin, la quatrième partie regroupe des reportages sur les thèmes du patrimoine réalisés par des journalistes qui participent à l’atelier. « Certains reportages portent sur l’atelier comme tel. D’autres répondent plutôt au flair et au réflexe journalistiques » (p. 121), lit-on, dans une brève introduction. Enfin, en annexes, figurent une bibliographie sélective sur la thématique du patrimoine, quelques « coupures de presse » provenant de deux médias ; l’un, africain ayant couvert la manifestation, l’autre, québécois portant sur la carrière d’un codirecteur, Cyril Simard, architecte et ethnologue de formation, qui « a contribué […] à faire connaître un travail essentiel sur l’artisanat québécois, la mémoire collective et le patrimoine au Québec » (p. 163). En outre, les annexes présentent des photographies en noir et blanc reproduisant les visites et activités du groupe, ainsi qu’une liste des participants avec leur fonction respective.

3Dans son ensemble, l’ouvrage n’a pas la prétention d’être une publication à caractère académique. On relève l’absence de toute problématique et de fil conducteur entre les différentes parties et l’absence d’une partie introductive et d’une conclusion générale. Les textes et les thèmes traités sont d’un intérêt scientifique très inégal et fluctuent souvent entre l’exposé théorique de portée généraliste, les impressions, commentaires, récits et expériences personnelles des auteurs.

4On apprend qu’il n’existe pas de définition substantielle du mot patrimoine, selon Herb Stovel de l’Université Carleton, à Ottawa. Pour cet auteur, lorsque nous parlons de « patrimoine » : « […] nous nous référons ici aux choses que nous avons reçues, c’est-à‑dire que nous avons hérité de nos ancêtres ces objets susceptibles d’ajouter quelque chose à notre qualité de vie dans une dimension scientifique, intellectuelle ou morale. Nous parlons ainsi de patrimoine <matériel> ou <immatériel>, <culturel> ou <naturel> » (p. 35).

5Et ce mot entrera définitivement dans l’usage courant avec l’adoption de la Convention du patrimoine mondial, culturel et naturel, par l’UNESCO en 1972. Selon Dinu Bumbaru, secrétaire général du Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS), la convention du patrimoine adoptée par l’UNESCO est intéressante à plusieurs égards. « D’abord, elle offre un cadre de coopération internationale en matière de patrimoine […] De plus, son article 5 encourage les États à adopter des politiques intelligentes et adaptées pour traiter du patrimoine dans son ensemble […] » (p. 43). Par ailleurs, on apprend dans ce sillage qu’il existe depuis peu une convention de l’UNESCO sur la sauvegarde du patrimoine immatériel de l’humanité, adoptée en 2003 et ratifiée en 2006. Et cette notion de « patrimoine immatériel » renvoie « au patrimoine populaire qui s’exprime à travers la parole (récits, contes, légendes, chants), le geste (rites et rituels), les savoir-faire traditionnels (ceinture fléchée, tricot), à travers les fêtes et certains objets matériels précis » (p. 66), selon Laurier Turgeon, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique, à l’Université Laval.

6Mais pour les organisateurs de cette rencontre, la question qui sous-tend la tenue de cet atelier porte principalement sur l’action des journalistes dans le traitement des thèmes relatifs au patrimoine. Et dans cette perspective, il ne fait pas de doute que pour l’ensemble des participants, le rôle des médias et des journalistes dans ce domaine est capital. Pour Dinu Bumbaru : « [i]l faut aussi informer le public sur les critères de nomination et, le cas échéant, sur les raisons qui ont amené la communauté internationale, représentée par le Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO, à reconnaître la valeur universelle exceptionnelle de tel ou tel site, ville historique, paysage ou construction. Nous avons vu des cas où les médias gonflaient politiquement certaines nominations. Il s’agit de faire prévaloir une attitude plus critique et plus autonome vis-à-vis des pouvoirs publics » (p. 45).

7Cette observation du secrétaire général de l’ICOMOS à propos de l’autonomie des journalistes se trouve enrichie par une réflexion pertinente exprimée par le professeur Florian Sauvageau, de l’Université Laval, selon qui le journalisme spécialisé, dont le journalisme sur le patrimoine, « […] se situe quelque part entre la communication et le journalisme. La communication c’est souvent la promotion du sujet. Les journalistes spécialisés font presque toujours preuve de passion pour leur sujet. Cela n’est pas sans occasionner une certaine distorsion vis-à-vis du journalisme classique » (p. 99).

8Et il prolonge sa réflexion au domaine du patrimoine, pour aboutir au constat suivant : « La problématique est la même : les journalistes qui couvrent ce domaine partagent une passion, un souci d’éducation au patrimoine, voire de sa <promotion>. Il me semble alors que nous sommes davantage dans la communication que dans le journalisme » (p. 99). D’ailleurs, en parcourant les textes des reportages rédigés par les journalistes participants (p. 121 à 152), on constate que certains d’entre eux privilégient la communication et ne conçoivent leur rôle que dans la « promotion » du patrimoine.

9Il ressort de la lecture de l’avant-propos, mais aussi des trois résolutions adoptées à l’issue des travaux de cet atelier que le but de cette rencontre matérialisée par cette publication est double : d’abord, sensibiliser les participants aux questions du patrimoine, ensuite, relier leur travail quotidien pour aboutir en fin de compte à la création d’un réseau international des associations des journalistes du patrimoine. Plus de cinq ans après la tenue de cet atelier, peut-on savoir si ce but a été réellement atteint ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Larbi Chouikha, « Charles MOUMOUNI et Cyril SIMARD (dir.) (2007), Journalisme et patrimoine mondial », Communication, Vol. 28/1 | 2010, 332-334.

Référence électronique

Larbi Chouikha, « Charles MOUMOUNI et Cyril SIMARD (dir.) (2007), Journalisme et patrimoine mondial », Communication [En ligne], Vol. 28/1 | 2010, mis en ligne le 27 septembre 2011, consulté le 18 août 2017. URL : http://communication.revues.org/2198

Haut de page

Auteur

Larbi Chouikha

Larbi Chouikha est professeur à l'Université de la Manouba (Tunis). Courriel : larch3000@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org