Navigation – Plan du site
Lectures

Robert E. PARK (2008), Le journaliste et le sociologue, textes présentés et commentés par Géraldine Muhlmann et Edwy Plenel

Paris, Éditions du Seuil
Emmanuel Derieux
p. 339-340
Référence(s) :

Robert E. PARK (2008), Le journaliste et le sociologue, textes présentés et commentés par Géraldine Muhlmann et Edwy Plenel, Paris, Éditions du Seuil.

Texte intégral

1Le titre de l’ouvrage fait référence à ce que fut Robert E. Park (1864-1944), à la fois ou tour à tour, journaliste et sociologue, nourrissant l’une et l’autre de ces activités de l’expérience et des méthodes acquises ou des exigences requises dans l’autre, et dont la préoccupation, tant théorique que pratique, a été relative au rôle du journalisme en démocratie et à la place du « public », distingué de la « foule ».

2Edwy Plenel, journaliste (ancien directeur de la rédaction du journal Le Monde) ayant une expérience universitaire, et Géraldine Muhlmann, « apprentie journaliste devenue finalement universitaire » mais ayant une pratique des médias (comme l’indique le premier), présentent, avec des textes introductifs et explicatifs, la traduction en langue française de quatre courts essais de cet auteur étatsunien, constitutifs d’une sorte de « théorie du journalisme », précédés d’une brève « note autobiographique » dans laquelle celui-ci explique son parcours et ce qui l’a conduit à être, à la fois, journaliste et sociologue : son désir de « comprendre la nature et la fonction de ce type de savoir que nous appelons <information> » ; mais, « dégoûté du milieu universitaire », il eut « envie de retourner dans le monde des hommes » ; « lassé des livres », il cherchait « quelque chose de plus excitant ».

3Le premier article, publié dans l’American Journal of Sociology, en novembre 1923, est intitulé « Histoire naturelle de la presse ». L’auteur y mentionne que la presse « n’est pas une création totalement rationnelle. Personne n’a cherché à en faire exactement ce qu’elle est. Malgré tous les efforts d’individus et de générations entières pour la contrôler et la façonner à leur guise, elle continue à croître et évoluer selon ses propres voies imprévisibles » ; et qu’elle « est une institution en partie incomprise ». Au « caractère limité de l’information », il oppose « la complexité sans limites de la société ».

4Le deuxième texte, publié dans la même revue, en mars 1940, traite « [d]e l’information comme forme de connaissance ». L’auteur y oppose « connaissance intuitive » et « connaissance intellectuelle ». Par la première, il désigne « celle que nous acquérons nécessairement au fil de nos confrontations personnelles et directes avec notre environnement. C’est un savoir qui découle de l’usage et de l’habitude plutôt que », à la différence de la seconde, « d’une quelconque investigation formelle ou systématique ». Pour lui, « l’information n’est pas l’histoire, notamment parce qu’elle traite surtout d’événements isolés sans chercher à les associer par un lien causal […] L’histoire ne se contente pas de narrer les événements, elle s’efforce de les replacer dans une succession de faits historiques et, par là même, de discerner les tendances et forces profondes dont ils sont la manifestation. »

5Le troisième texte, intitulé « Quand l’humain est au cœur de l’information », date de 1940. Pour l’auteur, « l’intérêt humain, c’est la dimension universelle de l’information ».

6Initialement publié en 1941 dans la revue précédemment mentionnée, le dernier article traite de « [l]’information et le pouvoir [du] la presse », identifié comme « l’influence que les journaux exercent sur la formation de l’opinion publique et la mobilisation de la communauté en vue d’une action politique ». Il y est considéré que « le rôle de la presse ne consiste évidemment pas seulement à fournir au public des repères sur le sujet débattu, mais aussi à susciter une volonté collective et une force politique ».

7Comme l’écrit Plenel dans sa présentation générale voulant souligner l’« actualité de Park », le lire, c’est « retrouver de bonnes raisons de se battre pour un journalisme libre qui sache associer la rigueur des faits à la richesse de l’analyse. Tout simplement parce qu’il en va de son sort comme de celui de la démocratie : l’asservissement de l’un annonce l’abaissement de l’autre ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Derieux, « Robert E. PARK (2008), Le journaliste et le sociologue, textes présentés et commentés par Géraldine Muhlmann et Edwy Plenel », Communication, Vol. 28/1 | 2010, 339-340.

Référence électronique

Emmanuel Derieux, « Robert E. PARK (2008), Le journaliste et le sociologue, textes présentés et commentés par Géraldine Muhlmann et Edwy Plenel », Communication [En ligne], Vol. 28/1 | 2010, mis en ligne le 27 septembre 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/2202

Haut de page

Auteur

Emmanuel Derieux

Emmanuel Derieux est professeur à l’Institut français de presse à l’Université Panthéon-Assas (Paris 2) et membre du Centre d’analyse et de recherche interdisciplinaire sur les médias (CARISM). Courriel : emmanuel.derieux@u-paris2.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org