Navigation – Plan du site
Lectures

Torbjorn VON KROGH (dir.) (2008), Media Accountability Today… and Tomorrow. Updating the Concept in Theory and Practice

Göteborg, Nordicom
Emmanuel Derieux
p. 354-356
Référence(s) :

Torbjorn VON KROGH (dir.) (2008), Media Accountability Today… and Tomorrow. Updating the Concept in Theory and Practice, Göteborg, Nordicom.

Texte intégral

1Sur le thème de la responsabilité des médias, l’ouvrage rassemble la transcription, en langue anglaise, des communications présentées par des professionnels des médias et des universitaires de différentes nationalités (suédoise mais aussi allemande, anglaise, française, norvégiennes et nord-américaines), lors d’un séminaire organisé, en mars 2007, à l’Université suédoise de Kalmar, par T. von Krogh, journaliste ayant consacré à cette question l’année qu’il y a passée comme professeur invité. Il s’agissait d’y étudier la façon dont, par l’autorégulation, les médias peuvent conforter leur pratique d’une éthique de l’information.

2Dans son introduction générale, le coordinateur de l’ensemble rappelle que le principe de responsabilité sociale des médias est apparu, en 1947, aux États-Unis, comme une sorte de compromis entre les membres de la commission Hutchins qui, considérant que les médias n’assumaient pas correctement leur rôle en démocratie, suggéraient de les soumettre à une forme de réglementation publique renforcée et ceux qui souhaitaient que les médias demeurent libres de toute intervention de ce type.Un accord fut trouvé sur le fait que les médias devraient répondre de leurs actes au travers de critiques, de débats et de systèmes d’autocontrôle ou d’instances de caractère privé, dans le respect de codes de déontologie… de façon à assurer l’existence d’« une presse libre et responsable », dans l’intérêt du public. Le sens des responsabilités est, pour la presse, la façon de garantir sa liberté. Il convient que les professionnels expliquent et justifient leurs actions. Les moyens, pour les médias, d’assumer leur mission de façon responsable sont multiples : conseils de presse, médiateurs, codes d’éthique, chartes rédactionnelles, revues critiques… Cherchant à définir cette notion, qui demeure très incertaine, de « responsabilité des médias », le rédacteur écrit qu’il s’agit du « procédé interactif par lequel les médias sont amenés sinon contraints de rendre compte de leur action, en accompagnant parfois cette démarche de corrections et d’excuses ».

3Pour l’universitaire français Claude-Jean Bertrand, la « <responsabilité des médias> est plus que l’éthique personnelle du journaliste, préoccupé par le vrai et le faux, le bien et le mal […] et plus que l’autorégulation » généralement seulement destinée à « éviter des restrictions légales ». Constatant l’existence de multiples codes de déontologie, il estime que « le problème n’est plus de définir des règles de conduite mais d’obtenir que les médias et les journalistes les respectent » et de « donner force » à ces règles. Les multiples « moyens d’assurer la responsabilité sociale » (MARS) des médias, dont il fit l’inventaire et fut le fervent promoteur, devraient « améliorer la qualité du service d’information » rendu au public, « amener les journalistes à se sentir plus solidaires et à former une véritable profession indépendante » et « rétablir la confiance du public dans les médias », car « la profession a besoin du soutien du public […] essentiel à la préservation de la liberté de la presse ».

4J. McManus, universitaire nord-américain, considère la responsabilité des médias à l’ère d’un « journalisme guidé par le marché ». Pour lui, l’information devrait être traitée comme un produit « hybride entre une affaire devant permettre de dégager un profit et le service du public ». Son compatriote journaliste S. Smith milite en faveur d’un journalisme plus transparent. Il souhaite que le public soit considéré comme un véritable partenaire et non pas seulement comme un consommateur d’informations. Son objectif est de renforcer la crédibilité des journaux, en expliquant mieux ce qui est fait et pourquoi et en sollicitant et en prenant en compte les critiques formulées à cet égard. Cela devrait commencer par l’élaboration et l’énoncé « des valeurs de l’information au regard desquelles le public pourrait apprécier le comportement » des médias.

5Universitaire allemande, S. Fengler considère la situation des médias face aux moyens de critique qu’Internet offre aujourd’hui au public et à certains journalistes utilisant le même moyen. C’est également ce thème qu’aborde le journaliste norvégien O. Ovrebo qui envisage une « redéfinition du journalisme et du rôle des journalistes maintenant qu’Internet a brisé le monopole des médias ». Qualifiant désormais le public de « cinquième pouvoir », il envisage qu’il puisse être un « correctif aux médias qui n’assument pas leur mission de façon satisfaisante ». C’est encore du même sujet que traite le journaliste suédois M.Jonsson, sous le titre du « journalisme 2.0 ».

6A. Pettersson évoque l’émission de critique des médias qu’il anime à la télévision publique suédoise. M. Jempson, lui, traite d’une organisation britannique qui a pour vocation d’améliorer la qualité des médias, dont le principe est que « la liberté de la presse est une responsabilité que les journalistes assument au nom du public ».

7Universitaire et ancien ombudsman d’un journal étatsunien, G. Jackson énumère dix points qu’il souhaite que l’on connaisse du journalisme dont le rôle des médias en démocratie, le manque de crédibilité des médias, les principales fautes des journalistes sont rendues publiques, l’accès à la profession de journaliste n’est soumis à aucun contrôle, le bon journalisme a besoin du soutien du public… L’auteur y cite Albert Camus selon lequel « une presse libre peut être bonne ou mauvaise mais, à coup sûr, sans liberté, elle ne peut être que mauvaise ».

8T. Angelshaug fait état de son expérience d’ombudsman, dans une publication norvégienne, destinée à établir le lien entre les responsables du journal, les journalistes et les lecteurs.

9Tout en soulignant les différences de points de vue des universitaires, des responsables des médias, des journalistes et du public, le coordinateur indique cependant que tous s’accordent à considérer que « le sujet est intéressant et important, mais aussi qu’il appelle de plus amples développements ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Derieux, « Torbjorn VON KROGH (dir.) (2008), Media Accountability Today… and Tomorrow. Updating the Concept in Theory and Practice », Communication, Vol. 28/1 | 2010, 354-356.

Référence électronique

Emmanuel Derieux, « Torbjorn VON KROGH (dir.) (2008), Media Accountability Today… and Tomorrow. Updating the Concept in Theory and Practice », Communication [En ligne], Vol. 28/1 | 2010, mis en ligne le 27 septembre 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/2210

Haut de page

Auteur

Emmanuel Derieux

Emmanuel Derieux est professeur à l’Institut français de presse à l’Université Panthéon-Assas (Paris 2) et membre du Centre d’analyse et de recherche interdisciplinaire sur les médias (CARISM). Courriel : emmanuel.derieux@u-paris2.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org