Navigation – Plan du site
Lectures

Igor BABOU, Le cerveau vu par la télévision

Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Science, histoire et société », 2004
Frédérique Calcagno-Tristant
p. 241-242
Référence(s) :

Igor BABOU (2004), Le cerveau vu par la télévision, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Science, histoire et société ».

Texte intégral

1Avec cet ouvrage, l’auteur engage non seulement une approche épistémologique à la fois claire et dense des relations contemporaines entre science, média et société, mais surtout propose un questionnement global des sciences de l’information et de la communication, à savoir : « Comment circule la science dans la société ? ».

2Igor Babou s’est ainsi appuyé sur un corpus de 56 émissions télévisuelles traitant du cerveau entre 1975 et 1994 et diffusées uniquement sur les chaînes hertziennes (TF1, France 2 et France 3). Ce travail d’analyse thèse ne ressemble pas tant à une étude menée sur les relations entre science et télévision à l’instar de Fouquier et Véron ou encore de Étienne Allemand qu’à une pierre apportée à l’édifice du projet envisagé par F. Rastier, celui d’une « sémiotique des cultures », c’est-à-dire : 

[…] comprendre la médiation sémiotique entre le monde physique et le monde des représentations reste indispensable pour décrire les facteurs culturels dans la cognition, jusqu’ici gravement sous-estimé par les recherches cognitives. Pour culturaliser les sciences cognitives, il faudrait en outre reconnaître le caractère culturellement situé de toute activité de connaissance, l’activité scientifique comprise (Rastier et Bouquet, 2002 : 9).

3Igor Babou convoque, en effet, la représentation du cerveau selon une mise en « processus socio-historique croisé avec le traitement télévisuel et les critères de la rationalité scientifique ». Il fait alors appel à la philosophie, à l’histoire et à la sociologie des sciences, à la sémiotique visuelle et discursive, à l’histoire du cinéma, aux neurosciences ; autant de champs de connaissances pour dégager une matrice culturelle à ce discours sur le cerveau. De ce fait, l’auteur établit un cadre théorique solide pour étayer ses trois hypothèses :

Hypothèse 1 : il existe des représentations socialement légitimées de la rationalité : on en trouve des traces en particulier dans les définitions de l’épistémologie et de l’histoire des sciences […].

Hypothèse 2 : le discours sur la rationalité dispose d’une structure repérable. Autrement dit, le concept de rationalité ne se résume pas à une définition, mais constitue un champ conceptuel […].

Hypothèse 3 : on retrouve, dans le discours télévisuel à propos de science, des régularités comparables à celles des représentations de la rationalité […] (p.50-51).

4Dès lors, cet ouvrage présente sans aucun doute un magnifique travail de recherche. Il manquerait peut-être tout un pan sur le processus de médiatisation ou plutôt de mésinformation. En effet, les représentations télévisuelles de la rationalité scientifique à travers le cerveau s’inscrirait dans un processus où il serait donné à voir au public de la vulgarisation, de l’information, des débats à la télévision, des procès.

5À ce propos, Dominique Wolton (1997) nous brosse un paysage complexe où les médias ont « souvent tendance à préférer un scandale scientifique au travail patient d’explication au jour le jour » (p. 9-10).

6De la même manière, Daniel Raichvarg et Jean Jacques (1991), spécialistes de l’histoire de la vulgarisation, constatent que « la science a presque totalement disparu des grands médias qui postulent qu’elle n’intéresse personne si elle n’est pas scandaleuse ou catastrophique. Qui a le plus changé ? La science, les vulgarisateurs, le public ? » (p. 7).

7Le processus de médiatisation de la science passerait-il alors par des titres scandaleux et surtout suspicieux ? Le processus ne concerne pas seulement des faits scientifiques scandaleux, il peut aussi se construire à travers la communication scientifique publique, c’est-à-dire à travers de véritables entreprises médiatiques, comme La Cité des Sciences et Industries de La Villette. Selon Pierre Fayard (1988), elle emprunterait, en tout ou en partie, aux techniques de la publicité, du spectacle, de la relation publique, de la vulgarisation traditionnelle, du journalisme, de l’enseignement ou encore de la manipulation et gestion d’opinion.

Haut de page

Bibliographie

FAYARD, Pierre (1988), La communication scientifique publique. De la vulgarisation à la médiatisation, Lyon, Chronique sociale.

RAICHVARD, Daniel, et Jean JACQUES (1991), Savants et ignorants, Une histoire de la vulgarisation des sciences, Paris, Seuil.

WOLTON, Dominique (1997), « Présentation : de la vulgarisation à la communication », Hermès, n°21, Science et médias.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Calcagno-Tristant, « Igor BABOU, Le cerveau vu par la télévision », Communication, Vol. 25/2 | 2007, 241-242.

Référence électronique

Frédérique Calcagno-Tristant, « Igor BABOU, Le cerveau vu par la télévision », Communication [En ligne], Vol. 25/2 | 2007, mis en ligne le 13 septembre 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/2230

Haut de page

Auteur

Frédérique Calcagno-Tristant

Frédérique Calcagno-Tristant est chargée d'enseignement à l'École Supérieure d'Arts de Lorient. Courriel : frederique.calcagno.tristant@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org