Navigation – Plan du site
Articles

Dis-moi quels médias tu préfères, je te dirai comment tu votes

Michaël Pino et Pascal Marchand
p. 36-78

Résumés

Une étude de terrain est présentée, s’inscrivant dans une controverse à propos de l’impact sur les récepteurs de divers types de programmes politiques dans les médias (la presse écrite et la télévision). On propose ici de privilégier les choix réels et complexes des individus dans cette offre politique. Une typologie statistique des pratiques médiatiques est proposée, puis mise en relation avec les comportements, attitudes et représentations politiques. On montre que les sujets dont les pratiques médiatiques sont faibles ou se limitent aux émissions de divertissement ont un niveau de culture et de comportement politique inférieur à ceux qui suivent les programmes journalistiques ou lisent la presse écrite engagée.

Haut de page

Texte intégral

1La télévision est-elle responsable du désintérêt croissant pour la vie politique ? Il y a vingt ans, Gerbner (1985) notait déjà que les différences de réponses, que l’on observe généralement dans les enquêtes d’opinion entre divers groupes régionaux, politiques, économiques…, s’amenuisaient significativement dans le cas des téléspectateurs les plus assidus. Ainsi, les personnes qui regardent souvent la télévision adoptent davantage une pensée convergente et politiquement moins marquée que ceux qui la regardent moins (voir Marchand, 2004, pour une revue de la question).

2Outre le temps passé devant la télévision, qui est un indicateur global mais ne donne aucune information sur le type de programmes regardés, on peut également analyser les contenus médiatiques, et notamment des émissions d’information. Mais on peut aussi étudier les choix des téléspectateurs dans les émissions comportant de la politique et les mettre en relation avec leur niveau de conscience politique.

3La politique à la télévision connaît, depuis quelques années, une opposition entre les « émissions politiques traditionnelles » et les « émissions d’infotainment », c’est-à-dire des émissions de divertissement dans lesquelles des hommes politiques sont parfois invités.

4Deux avis s’opposent, parmi les spécialistes, à propos de ces émissions récemment apparues et de leur fonction politique (voir, par exemple, le numéro 118 de la revue Réseaux sur « la politique saisie par le divertissement »). Les uns ne sont pas sans reconnaître quelque mérite à l’infotainment, qui valorise une « approche personnelle et personnalisée » de la politique et, quoi qu’en disent certains sociologues européens (plus ou moins idéologues de « l’orthodoxie critique »), lui permet de sortir du giron d’une élite d’experts politologues pour intéresser le citoyen d’en bas :

[…] les caractéristiques personnelles des représentants politiques ne sont pas des éléments secondaires ou irrationnels dans l’évaluation et les choix politiques. La personnalisation peut aussi être une stratégie pour comprendre l’information politique, replacer les enjeux sociaux dans une perspective personnelle (Brants, 2003 : 162).

5Les autres constatent que le contenu de ces émissions n’est pas apte à faire émerger une réflexion ou une prise de position politique : « Leur contribution à une meilleure intelligence des échelons spatiaux, processus et acteurs effectifs de processus de décision qui affectent l’existence quotidienne des citoyens est à peu près nulle » (Neveu, 2003 : 178).

6Pour tenter d’éclaircir cette opposition, nous nous proposerons de déplacer le débat de l’analyse des programmes médiatiques vers les pratiques des récepteurs. Notre postulat de départ, pour trivial qu’il puisse apparaître, n’est pas sans conséquence méthodologique : si les analyses peuvent parfois friser un certain manichéisme qui opposerait finalement une bonne et une mauvaisetélévision, le téléspectateur a, lui, la possibilité (au moins théorique) de regarder en tout ou en partie ces émissions comme de « jongler » de l’une à l’autre. Le récepteur peut donc être soumis à des messages divers, et l’impact présumé d’un type d’émission peut se trouver contrebalancé par un autre type. Y a-t-il lieu de distinguer des publics différents de ces émissions politiques ? Dans l’affirmative, y a-t-il un lien entre ces pratiques et les comportements ou les représentations politiques ? S’intéresser au téléspectateur « réel » dans ses pratiques médiatiques complexes, voire éventuellement contradictoires, demande, non seulement de passer par des méthodes d’enquête, mais aussi et surtout de laisser la possibilité à ces contradictions de s’exprimer.

7Le fil directeur de la présente étude ne sera donc pas le produit médiatique et son analyse, mais les pratiques médiatiques des récepteurs eux-mêmes. La méthode adoptée implique donc d’établir des typologies de pratiques médiatiques (à base de statistique multidimensionnelle et classificatoire). Si les types ainsi dégagés révèlent quelque cohérence, il sera alors possible de mesurer leurs relations avec des comportements et représentations politiques (statistique inférentielle). Sur cette dernière dimension, nous privilégierons d’une part le comportement électoral et d’autre part l’identification d’opinions qui peuvent structurer le débat politique.

Construction des types de pratiques médiatiques

La politique à la télévision

  • 1  La télévision par câble, satellite, numérique hertzien ou réseau ADSL étant, au moment de l’enquêt (...)

8Non seulement le nombre d’émissions politiques en France ne diminue pas, mais il tendrait même à augmenter, tout en conservant de fortes disproportions entre les diverses chaînes (Festa, 2002) : les volumes d’émissions entièrement consacrées à la politique peuvent varier de moins de 0,1 % à plus de 0,25 % des programmes d’une chaîne1.

  • 2  Privatisée en 1987 et dont le groupe Bouygues détient 41,4 % du capital, elle attire autour de 33  (...)
  • 3  Publique à vocation généraliste, sa part d’audience se situe autour de 20 %.
  • 4  Publique à vocation régionale, autour de 16 % de part d’audience.
  • 5  Chaîne publique franco-allemande à vocation culturelle émettant sur le canal de France 5, chaîne p (...)
  • 6  Le groupe RTL détient 48,4 % du capital, autour de 13 % de part d’audience.
  • 7  Groupe Vivendi Universal : autour de 3,5 % de part d’audience.
  • 8  Annie Collovald et Érik Neveu notent que « le monde des <Guignols> fonctionne par la sollicitation systémati</Guignols> (...)

9La première source d’information politique reste, bien entendu, le journal télévisé de 20 heures, que ce soit sur la première chaîne (TF1)2ou la deuxième (France 2)3, ou encore la tranche 19 h-20 h d’information régionale et nationale de la troisième chaîne (France 3)4. L’inclusion d’émissions politiques, dans la foulée d’un journal de 20 heures écourté pour l’occasion, a fait son apparition sur France 2 pour tenter de conserver l’audience tout en évitant de trop amputer la grille des programmes (le succès n’étant pas forcément garanti si l’on en croit Neveu, 2003 : 116). Plus marginalement, d’autres chaînes proposent des tranches d’information plus courtes : ARTE5 diffuse un journal franco-allemand de 15 minutes et M6 (Métropole Télévision)6 diffuse un journal en image de 6 minutes. Quant à la chaîne payante CANAL+7, elle diffuse en accès libre un magazine d’actualité de 18 h 50 à 19 h 55 suivie des Guignols de l’info. Ce spectacle de marionnettes, très prisé des 18-24 ans (Fraisse, 1995)8, qui joue sur la proximité entre le monde de la réalité politique et médiatique et celui de la fiction parodique, met en scène les individus et leurs travers au détriment de leurs idées et peut parfois aboutir à une véritable confusion entre le modèle et son pastiche (Coulomb-Gully, 1997 et 1998).

10On conservera le terme « émissions politiques traditionnelles » pour celles qui se situent dans la lignée éditoriale des grands rendez-vous politiques de la télévision française que constituaient L’heure de vérité (Antenne 2, François-Henri de Virieu) ou La marche du siècle (émission plus généraliste de FR3 mais s’ouvrant souvent sur la politique, animée par Jean-Marie Cavada), ou encore Sept sur sept (TF1, Anne Sinclair). Contrairement à ses aînées, ce type d’émissions est souvent passé en deuxième partie de soirée et les plus emblématiques sont Mots croisés (Arlette Chabot, France 2) et France Europe Express (Christine Ockrent et Gilles Leclerc, France 3). Plus récemment sont arrivées Ripostes (Serge Moati, France 5), Les 109 (Paul Amar, France 5) et C dans l’air (Yves Calvi, France 5). Enfin, la rédaction de France 2 propose régulièrement une interview politique : 100 minutes pour convaincre (Olivier Mazerolle).

  • 9  « […] tous les acquis de la sociologie des audiences invitent à penser que la masse du public (jeu (...)

11Ces émissions politiques traditionnelles attirent davantage un auditoire de seniors9 et les personnalités politiques peuvent rechercher la fréquentation d’émissions dont le cadre, le ton et le contenu peuvent apparaître comme moins formels, rigides et solennels.

  • 10  N’en trouve-t-on pas une confirmation dans l’interview télévisée récente du chef de l’État françai (...)
  • 11  Voir également Le Foulgoc, 2003 pour une analyse de ces deux genres, leurs origines et leur évolut (...)

12L’une des émissions annonciatrices de ces « nouvelles matrices culturelles » est sans doute Questions à domicile (diffusée sur TF1 de 1986 à 1989 pour tenter de concurrencer L’heure de vérité), dont le créneau pouvait se décliner en « [...] intimisme, approche de l’homme politique par un portrait psychologique et culturel, refus du sérieux agressif des rendez-vous politiques traditionnels » (Le Grignou et Neveu, 1997 : 754). Ce nouveau rapport au politique permettait au spectateur « d’appréhender le discours non seulement à travers des catégories politiques, mais aussi d’un point de vue esthétique, familial, psychologique ou moral » (Le Grignou et Neveu, 1997 : 755). Depuis une quinzaine d’années, le format a encore évolué, se rapprochant aujourd’hui davantage du divertissement et visant explicitement un auditoire plus jeune, prétendument à convaincre. Les journalistes et les politologues, en abandonnant progressivement (souvent sans l’avouer) le format politique au profit du spectacle et de la séduction, ont préparé et cédé la place aux sociétés de productions et animateurs de variétés10. On se référera au travail d’Érik Neveu (2003)11 pour une description précise de trois émissions de ce type : On ne peut pas plaire à tout le monde (Marc-Olivier Fogiel), Tout le monde en parle (Thierry Ardisson) et Vivement dimanche (Michel Drucker). Au-delà de leurs divergences de format, elles ont en commun cette « obsession du mélange » qui permet aux téléspectateurs d’écouter un homme politique au milieu de personnalités du spectacle ou de la société civile, sans aucun prérequis de culture politique, en évaluant plutôt s’il est sympathique, simple, spontané et sincère, fût-ce au risque de la « dépolitisation » du politique (Neveu, 2003).

  • 12  Si l’agence CAPA ne suffit pas à garantir la qualité de l’investigation, sa participation au « vra (...)

13Le cas du Vrai journal (Karl Zéro, Canal+) est un peu intermédiaire : si le ton est sans aucun doute plus proche des émissions de divertissement, allant plus loin encore dans la désacralisation par un tutoiement de rigueur et une apparente familiarité avec les personnalités politiques — qui n’exclut pas pour autant une certaine brutalité —, il y a aussi une place pour l’investigation (agence Capa)12 et le débat politique ; mais la dérision et la provocation font la différence avec les émissions « traditionnelles ».

14Au-delà de leurs formats et contenus, ce ne sont sans doute pas les mêmes personnalités politiques qui sont invitées dans les émissions « traditionnelles » et dans les émissions de divertissement (Le Foulgoc, 2003). Ce ne sont pas non plus les mêmes chaînes de télévision qui diffusent les différents types d’émissions. Ainsi que le montre le tableau 1, ne reprenant que les chaînes hertziennes : les chaînes privées (TF1 et M6) diffusent peu ou pas de programmes politiques, quel que soit leur type, et Canal+ ne diffuse que des émissions d’infotainment. Les chaînes généralistes du secteur public (France 2 et France 3) proposent régulièrement les deux types d’émissions. Quant à France 5, chaîne publique à vocation éducative, elle se concentre sur les débats plus classiques.

15La politique à la télévision apparaît donc comme un domaine réservé aux chaînes d’État et s’adresse à leur public. Il ne s’agit donc pas uniquement d’une offre de programme, mais de la réponse à l’attente supposée d’un public à l’égard des médias, à propos de laquelle on pourrait certainement invoquer un certain « contrat de communication » (Ghiglione, 1987).

Tableau 1. Répartition des émissions à la télévision française

  • 13  PourCanal+,il s’agissait d’une grande émission dans laquelle un JT était inséré au milieu d’interv (...)
  • 14  PourM6, il s’agit d’un flash d’information intitulé « six minutes » à 19 h 50.

Journal TV

Politique traditionnelle

Infotainment

TF1

20 h

France 2

20 h

Mots croisés

100 minutes pour convaincre

Tout le monde en parle

Vivement dimanche

France 3

19 h

France Europe Express

On ne peut pas plaire à tout le monde

France 5

19 h 30

C dans l’air

Ripostes

Les 109

Canal +

Magazine d’actualité13

Les guignols de l’info

Le vrai journal

M6

Flash14

16Dans cet éventail de programmes disponibles, quels sont les choix et les pratiques des téléspectateurs ?

  • 15  La question du traitement en échelle de fréquences (jamais-rarement-parfois-souvent-systématiqueme (...)

17Nous avons interrogé 210 étudiants de l’Institut universitaire de technologie de Toulouse et de Tarbes, ainsi que de l’Université des sciences sociales de Toulouse 1, dans la semaine précédant le premier tour des élections régionales du 21 mars 2004 (71 % de femmes et 29 % d’hommes, l’âge variant de 18 à 25 ans avec une moyenne de 20,2 ans). On leur demandait tout d’abord d’indiquer s’ils regardaient ces émissions de télévision sur une échelle en cinq points : jamais, rarement, parfois, souvent, systématiquement15.

18On voit, sur la figure 1, que les journaux télévisés sont suivis par une majorité de sujets, de même que l’émission satirique Les guignols de l’info. Puis viennent des magazines de divertissement (Tout le monde en parle, On ne peut pas plaire à tout le monde) ainsi que Le vrai journal. Les émissions politiques traditionnelles, quant à elles, ne sont suivies que par une minorité de sujets.

Figure 1. Score moyen de pratique de la télévision en 5 points (jamais, rarement, parfois, souvent, systématiquement)

Image1

19Une analyse en composantes principales et une classification automatique, effectuées sur ces réponses et dont les résultats sont rapportés en annexe 1, permettent de définir la typologie suivante :

  • un premier groupe (88 individus, soit 41,9 % de l’échantillon) se caractérise par le fait de regarder essentiellement les journaux télévisés et les magazines de divertissement dans lesquels des personnalités politiques sont parfois invitées : On ne peut pas plaire à tout le monde, Vivement dimanche, Tout le monde en parle, Le vrai journal. Ces téléspectateurs, en revanche, suivent moins les émissions politiques traditionnelles : Les 109, France Europe Express, Mots croisés, Ripostes ;

  • un deuxième groupe (83 individus, soit 39,5 % de l’échantillon) se caractérise par le fait de moins regarder l’ensemble des émissions proposées que la moyenne de l’échantillon. Il s’agit donc de sujets à propos desquels on peut évoquer des pratiques médiatiques irrégulières sinon faibles ;

  • un troisième groupe (39 individus, soit 18,6 % de l’échantillon) se caractérise par le fait de regarder plus souvent que la moyenne de l’échantillon les émissions politiques traditionnelles : Ripostes, 100 minutes pour convaincre, Mots croisés, C dans l’air, France Europe Express, JT-ARTE, Les 109.Mais ces sujets regardent également les journaux télévisés (à l’exception de celui de la première chaîne) et des émissions relevant davantage du divertissement, notamment Le vrai journal, Les guignols de l’info, Tout le monde en parle, On ne peut pas plaire à tout le monde.

20La typologie statistique tend donc à valider la distinction généralement opérée entre les émissions politiques traditionnelles et les émissions de divertissement, mais ici sur le plan de leurs publics : on observe bien, chez les 18-25 ans, un public majoritaire pour les émissions de divertissement, associées à une assiduité certaine pour le journal télévisé. Une large proportion montre son désintérêt pour la politique (et l’actualité), du moins à la télévision. Presque un sujet sur cinq manifeste son intérêt pour les émissions politiques traditionnelles, sans s’interdire pour autant les émissions satiriques ou les divertissements.

21On notera que ce sont surtout ces derniers qui suivent volontiers Les guignols de l’info,ce qui corrobore l’idée de Annie Collovald et Érik Neveu d’un

  • 16  Ce public s’opposait ainsi à celui du Bébêtes show.

[…] public susceptible d’une distance particulière au politique : celle liée à cette forme de hors-jeu, d’en deçà de l’insertion qu’est la jeunesse (scolarisée en particulier), celle d’une distance critique liée au capital culturel, dans laquelle la dérision n’est pas la simple expression d’une impuissance ou de l’ignorance des logiques de l’espace politique, mais une forme de décodage critique (1996 : 106)16.

Pratique de la presse écrite

  • 17  Notons qu’on ne peut pas affirmer pour autant que la presse écrite est globalement mieux mémorisée (...)

22Bien que la télévision soit le média privilégié, la politique ne s’y réduit pas. Il n’est pas rare d’entendre que la presse écrite est une source d’information de meilleure qualité, qu’elle couvre davantage d’événements et de manière plus approfondie. C’est également ce qui oppose les théoriciens du « vidéo-malaise » — ce sont les journaux télévisés qui sont à l’origine de la démobilisation des citoyens (Lang et Lang, 1959 ; Robinson, 1976) — et ceux du « médias-malaise » — l’ensemble des médias, du point de vue des contenus qu’ils véhiculent, est à blâmer (Holtz-Bacha, 1990 ; Newton, 1999 ; voir Nadeau et Giasson, 2003, pour une revue de la question). Même en perte de vitesse, la presse écrite demeure à tout le moins une référence : elle propose un « contrat majeur d’information [qui] doit raconter, prédire mais aussi analyser » (Chabrol, 1983)17. Qu’en est-il donc du côté des pratiques des étudiants ?

23Nous avons retenu quatre types de presse relativement classiques :

    • 18  Source : Diffusion Contrôle, 2006.

    les grands quotidiens généralistes nationaux, dont les études montrent qu’ils attirent un lectorat plutôt intéressé par la politique : Le Figaro (créé en 1854 et diffusé à 342 445 exemplaires)18, Le Monde (créé en 1944 et diffusé à 367153 exemplaires), Libération (créé en 1973 et diffusé 144480 exemplaires), La Croix (créé en 1883 et diffusé à 103 404 exemplaires) ;

  • la presse quotidienne régionale, qui ne traduit pas forcément d’intérêt politique mais recouvre des motivations différentes et spécifiques pour l’information locale et le lien social : La Dépêche du Midi (créée en 1870 et diffusée à 200090 exemplaires), Ô Toulouse ;

  • les magazines d’informations générales : L’Express, Le Nouvel Observateur, Le Point, Marianne, Le Monde diplomatique ;

  • la presse satirique : Charlie hebdo, Le Canard enchaîné.

24La figure 2 montre que la plupart des titres de la presse quotidienne et magazine ne sont pas lus par les étudiants, à l’exception de La Dépêche du Midi, que 28,6 % indiquent lire « parfois » et 26,7 % « souvent », et dans une moindre mesure, du Monde, qu’un tiers des sujets interrogés indiquent lire « parfois ».

Figure 2. Score moyen de pratique de la presse écrite en 5 points (jamais, rarement, parfois, souvent, systématiquement)

Figure 2. Score moyen de pratique de la presse écrite en 5 points (jamais, rarement, parfois, souvent, systématiquement)

25Une analyse en composantes principales et une classification automatique, effectuées sur ces réponses et dont les résultats sont rapportés en annexe 2, permettent de définir la typologie suivante :

  • un premier groupe (102 individus, soit 48,6 % de l’échantillon) se caractérise, comparativement à la moyenne de l’échantillon, par une plus faible lecture de la presse, qu’elle soit quotidienne ou magazine, traditionnelle ou alternative ;

  • un deuxième groupe (79 individus, soit 37,6 % de l’échantillon) se caractérise par une lecture de la presse écrite « traditionnelle » supérieure à la moyenne, et notamment des titres suivants : L’Express, Le Point, La Dépêche du Midi, Le Monde, Le Figaro, Libération, Le Nouvel Observateur ;

    • 19  La notion de presse « alternative » n’est pas à entendre comme un concept. Elle recouvre simplemen (...)

    un troisième groupe (29 individus, soit 13,8 % de l’échantillon) se caractérise par une lecture de la presse écrite « alternative »19 supérieure à la moyenne, et notamment des titres suivants : Charlie hebdo, Le Monde diplomatique, Le Canard enchaîné. Ils peuvent également être lecteurs de la presse généraliste et notamment de La Croix, Libération, Le Monde, Le Nouvel Observateur, Marianne, Le Figaro.

Les pratiques médiatiques à 18-25 ans : une typologie synthétique

26Les deux typologies précédentes, pratique de la presse écrite et pratique de la télévision, ne sont pas indépendantes : le tableau 2 montre, en effet, une relation significative entre elles (x2 = 41,77 ; p<.001).

Tableau 2. Croisement des deux typologies pratique de la presse écrite et pratique de la télévision

Presse écrite

Télévision

Non-lecteurs

Presse politique

Presse alternative

TOTAL

Émissions politiques

06,2 % (13)

06,2 % (13)

06,2 % (13)

18,6 % (39)

JT + divertissement

15,2 % (32)

23,8 % (50)

02,9 % (6)

41,9 % (88)

Non-téléspectateurs

27,1 % (57)

7,6 % (16)

04,8 % (10)

39,5 % (83)

TOTAL

48,6 % (102)

37,6 % (79)

13,8 % (29)

100 % (210)

27Plus précisément, l’analyse des contributions au chi2 montre que le fait d’être non-lecteur de la presse écrite est lié à un désintérêt pour les émissions de télévision comportant une présence politique, qu’elles soient traditionnelles ou divertissantes. Plus d’un quart de nos sujets sont dans ce cas. Un peu moins d’un autre quart rapportent qu’ils regardent les journaux télévisés et les magazines de divertissement et qu’ils lisent la presse écrite traditionnelle. Enfin, les lecteurs de presse politique alternative regardent également les émissions politiques traditionnelles ou ne sont pas téléspectateurs, mais ne montrent pas d’intérêt pour les journaux télévisés ou les magazines de divertissement.

  • 20  Nous ne développerons pas ici les motivations théoriques de cette démarche, mais l’objectif, on l’ (...)
  • 21  L’alpha de Cronbach de 0,77 indique que les différentes pratiques médiatiques sont bien reliées et (...)

28Ce résultat nous amène à rechercher plus généralement des stratégies globales de prise d’information en analysant ensemble toutes les pratiques médiatiques, qu’elles soient de presse écrite ou de télévision20. Une analyse en composantes principales et une classification automatique, effectuées sur l’ensemble de ces réponses et dont les résultats sont rapportés en annexe 321, permettent de définir la typologie suivante :

    • 22  Cela ne doit être entendu qu’au plan de nos indicateurs : presse écrite et télévisée. L’importance (...)

    un premier groupe est composé de 84 individus (soit 40 % de l’échantillon) dont la caractéristique principale est, d’une part, d’être des téléspectateurs privilégiés du journal de la première chaîne (TF1) et, d’autre part, d’avoir des pratiques médiatiques plus faibles que la moyenne de l’échantillon : ces sujets regardent moins les émissions politiques, qu’elles soient traditionnelles ou divertissante, et lisent également moins la presse écrite quelle qu’elle soit22 ;

  • un deuxième groupe est composé de 82 individus (soit 39 % de l’échantillon) qui regardent le journal télévisé ainsi que certaines émissions de divertissement : Le vrai journal, Les guignols de l’info, On ne peut pas plaire à tout le monde. Ils lisent éventuellement la presse quotidienne et magazine : L’Express, La Dépêche du Midi, Le Figaro, Le Point, Le Nouvel Observateur. En revanche, ils regardent moins les magazines politiques traditionnels que la moyenne de l’échantillon (Ripostes ou Mots croisés) ;

  • un troisième groupe est composé de 29 individus (soit 13,8 % de l’échantillon) qui regardent à la télévision les magazines politiques traditionnels : Mots croisés, Ripostes, France Europe Express, C dans l’air, JT-ARTE, Les 109, 100 minutes pour convaincre. Mais ces sujets regardent également certaines émissions plus divertissantes : Le vrai journal, Tout le monde en parle, Les guignols de l’info. Ils lisent la presse alternative et les magazines d’actualité : Le Canard enchaîné, Marianne, Le Monde, La Croix, Le Nouvel Observateur, Charlie hebdo, Le Monde diplomatique, Libération, Le Point. S’ils regardent éventuellement le journal télévisé de la chaîne publique (FR2), ces sujets, en revanche, regardent moins celui de la première chaîne (TF1) que la moyenne de l’échantillon ;

  • un quatrième groupe, enfin, n’est composé que de 15 individus (soit 7,14 % de l’échantillon) qui sont des lecteurs assidus de la presse alternative : Le Monde diplomatique, Charlie hebdo, Le Canard enchaîné, mais également Le Monde. Ces sujets, en revanche, ne sont attirés, ni par la presse quotidienne régionale, ni par les émissions de divertissement, ni même par les journaux télévisés.

  • 23  L’analyse en composantes principales et la typologie qui en découle prennent en compte d’éventuell (...)
  • 24  On pourrait objecter que la radio est le grand absent de cette typologie. D’une part, l’intérêt po (...)
  • 25  En sciences humaines et sociales, il est relativement classique de considérer que l’échantillonnag (...)
  • 26  Le fait que nous considérions ici une population d’étudiants en sciences sociales nous autorise à (...)
  • 27  Le rapprochement entre les journaux télévisés, relevant de l’information « traditionnelle », et le (...)
  • 28  On notera néanmoins que, si tous les sujets adhèrent à l’idée que la presse écrite est une source (...)

29Cette typologie23 nous servira de base comparative pour étudier les comportements et représentations politiques de notre échantillon24. Il n’est pas dans notre objectif de viser une quelconque représentativité de notre échantillon sur le plan de la population parente, et nous nous intéressons davantage aux processus qui impliquent les pratiques médiatiques et les attitudes politiques25. Néanmoins, les quatre groupes construits statistiquement et à posteriori dans notre échantillon semblent cohérents avec certaines enquêtes sociologiques sur les pratiques médiatiques des jeunes en France. On y retrouve bien, en effet, dans le premier groupe, le « peu d’intérêt d’une majorité de téléspectateurs pour la politique » (Le Grignou et Neveu, 1997 : 752)26, dont nous nous donnerons à vérifier s’il est « indissociable de l’incompétence politique d’une majorité de citoyens » ou s’il est le fait d’un rejet du débat politique par lassitude et/ou désabusement. Comparativement aux précédents, les sujets du deuxième groupe ont davantage de rapport au champ politique, mais dans un format bien particulier, s’agissant du journal télévisé et des émissions de divertissement27, ainsi que des magazines « grand public ». On s’intéressera particulièrement à savoir s’ils se détachent significativement des premiers sur le plan de leur « incompétence politique ». Les deux autres groupes, plus minoritaires, entretiennent une réelle proximité avec le champ politique, bien que privilégiant, chacun, une stratégie de recherche d’informations spécifique : tandis que le troisième groupe diversifie les médias, profite de la presse écrite comme télévisuelle, traditionnelle comme divertissante, le quatrième groupe est attaché à une presse reconnue pour sa crédibilité et marquant éventuellement un certain élitisme intellectuel : il s’agit, non seulement de prendre de l’information, mais de marquer une certaine distinction sociale au travers de pratiques médiatiques cognitivement coûteuses et socialement valorisées (primat du concept sur l’image, du logos sur le pathos, de la crédibilité sur l’attractivité, du penseur sur le speaker). Marquer une préférence ou un choix pour certains médias ou certains types d’informations ne se réduit pas à une réponse strictement comportementale ; cela revient aussi et surtout à s’auto-attribuer un certain nombre de valeurs socialement liées au média ou au programme indiqué. Chez ces sujets, l’identification à l’ethos des organes d’information est capitale : peu de télévision et surtout pas de chaînes privées entachées de commercialisme. On se réclame de l’écrit « sérieux », analytique et critique. En effet, la figure 3 montre que les lecteurs de la presse alternative se distinguent des autres en rejetant les deux idées selon lesquelles la télévision est un bon moyen pour se faire une opinion sur un sujet (F[3,206] = 5,30 ; p = .01) et les informations à la télévision sont objectives (F[3,206] = 4,71 ; p = .01)28.

Figure 3. Représentation des médias

Figure 3. Représentation des médias

30Mais, au-delà des valeurs, en possèdent-ils les pratiques et les connaissances correspondantes ?

Mesure des représentations et comportements politiques

31Notre objectif est de mettre en relation les pratiques médiatiques, telles qu’elles ont été définies plus haut, et la conscience politique des téléspectateurs. Favre et Offerlé (2002) ont abordé cette question au travers des connaissances et de la compétence politiques d’étudiants en sciences sociales. Ils reconnaissent eux-mêmes la limite de cette approche encyclopédique :

En établissant un test fondé sur des critères pédagogiques, on tend à adopter une définition de la mesure des connaissances politiques (donc de la compétence politique ? donc de la politisation ?) faite par et pour des pédagogues et donc pour des enfants de pédagogues...(www.crps.univ-paris1.fr/Connaissances_politiques.pdf : 15)

32Ils justifient néanmoins justement leur méthodologie en observant que la compétence des commentateurs et professionnels de la politique repose elle-même sur des définitions scolaires, et qu’un tel « bagage cognitif des agents » leur permet d’inférer le savoir pratique nécessaire dans les situations concrètes. Pour notre part, nous avons préféré retenir trois dimensions différentes : le comportement politique, la représentation des institutions politiques et la représentation d’éléments structurant le débat politique.

Le comportement politique

33La première question que l’on peut se poser est celle du comportement politique des sujets. Nous l’avons traité, de façon sans doute réductrice, au travers de l’intérêt manifesté pour la politique, des communications politiques et du comportement électoral.

  • 29  On leur demandait également leur position sur l’échiquier politique. Cent sujets se déclarent plut (...)

34Nos 210 sujets devaient indiquer s’ils s’intéressaient à la politique, sur une échelle en six points variant de « pas du tout » (= 1) à « tout à fait » (= 6). L’analyse révèle une distribution « normale » avec une moyenne à 3,7 : 45 e déclarent de peu à fortement désintéressés contre 55 de peu à fortement intéressés. La figure 4 montre un lien significatif avec les pratiques médiatiques (F[3,206] = 18,4 ; p <.001) : les sujets ayant peu de pratiques médiatiques ou restreintes aux journaux télévisés, émissions de divertissement et presse magazine, sont également les moins intéressés par la politique, tandis que les spectateurs d’émissions politiques traditionnelles et les lecteurs de la presse politique « alternative » rapportent davantage d’intérêt29.

Figure 4. L’intérêt pour la politique en fonction des pratiques médiatiques

Figure 4. L’intérêt pour la politique en fonction des pratiques médiatiques

35Au-delà d’une simple déclaration d’intérêt général pour la politique, on retrouve la même distribution, sur un plan plus comportemental, dans le fait d’avoir des conversations politiques en famille, entre amis ou partenaires de travail (figure 5).

Figure 5. Avez-vous des conversations politiques… (de jamais à souvent) ?

Figure 5. Avez-vous des conversations politiques… (de jamais à souvent) ?
  • 30  Dans ce tableau, les items sont les questions posées, les réponses sont celles qui sont données pa (...)
  • 31  La proportion d’abstentionnistes (23 %) est ici nettement inférieure à celle recensée par l’IPSOS (...)

36La question se pose alors de la prolongation de cet intérêt et des pratiques politiques qu’il implique dans le comportement électoral lui-même. S’il s’agit du comportement le plus rudimentaire d’action politique, les taux de participation des jeunes aux dernières consultations électorales nous indiquent qu’il n’est pas pour autant acquis pour tous. On demandait donc aux sujets s’ils votaient habituellement lors des élections municipales, cantonales, législatives, régionales et présidentielles. Le premier facteur d’une analyse factorielle des correspondances (77,7 de l’inertie) oppose clairement (tableau 3)30 les sujets qui votent massivement à ceux qui ne votent pas31.

Tableau 3. Contributions au 1er facteur de l’analyse factorielle des correspondances du comportement électoral

Items

Réponses

Contributions

Coordonnées

vote aux régionales

non

14,49

-1,84

vote aux législatives

non

13,69

-1,64

vote aux municipales

non

13,49

-1,84

vote aux présidentielles

non

13,17

-2,15

vote aux cantonales

non

11,57

-1,35

vote aux européennes

non

11,23

-1,35

vote aux cantonales

oui

4,85

0,57

vote aux européennes

oui

4,49

0,54

vote aux législatives

oui

4,28

0,51

vote aux régionales

oui

3,62

0,46

vote aux municipales

oui

3,08

0,42

vote aux présidentielles

oui

2,03

0,33

  • 32  Il est à noter que cette différence ne s’observe pas sur l’intention de voter aux élections du dim (...)

37Ce premier facteur d’AFC permet d’affecter à chaque sujet un score de comportement électoral depuis un comportement abstentionniste jusqu’à un comportement assidu. Le croisement de ce score de comportement électoral avec les pratiques médiatiques (figure 6) révèle une dépendance significative (F[3,206] = 4,17, p =. 01) due à l’opposition entre les sujets ayant peu de pratiques médiatiques (hormis le JT de TF1), qui sont également les plus abstentionnistes, et les lecteurs de la presse politique « alternative », qui sont les plus assidus. Les deux autres groupes se situant dans un comportement électoral intermédiaire, mais plus assidu qu’abstentionniste32.

Figure 6. Pratiques médiatiques et comportement électoral

Figure 6. Pratiques médiatiques et comportement électoral

Les représentations des institutions politiques

  • 33  Il ne s’agit donc pas de mesurer le niveau de confiance que les participants accordent aux institu (...)

38Nous avons également voulu voir dans quelle mesure les sujets identifiaient le rôle et l’importance des institutions politiques pour lesquelles ils pouvaient être amenés à voter. On posait, à divers endroits du questionnaire, la question suivante : « est-ce que le gouvernement (ou le maire ou les institutions européennes) joue un rôle important dans la gestion de votre vie quotidienne ? » Les réponses pouvaient varier de « pas du tout » (= 1) à « tout à fait » (= 6)33.

39La figure 7 montre que les sujets dont les pratiques médiatiques sont faibles sont toujours ceux qui accordent le moins d’importance à l’impact des institutions politiques sur leur vie quotidienne.

Figure 7. Pratiques médiatiques et représentation de l’impact des institutions politiques

Figure 7. Pratiques médiatiques et représentation de l’impact des institutions politiques
  • 34  Ainsi que le montrait le Canard enchaîné (29 octobre 2003), sur trois semaines, les journaux de TF (...)

40Les sujets qui regardent les journaux télévisés, les émissions de divertissement et la presse magazine ne s’en démarquent pas vraiment. Ce sont les sujets qui regardent les émissions politiques « traditionnelles » ou lisent la presse « alternative » qui accordent le plus d’importance à l’impact des institutions politiques. Il peut sembler, sur la figure 7, que les premiers accordent plus d’impact au maire, les seconds valorisant davantage le gouvernement et l’Europe, mais la relation n’est pas statistiquement significative (Fg =1,09 ; Fm =1,15 ; Fe = 0,61 ; ns). En revanche, il est intéressant de noter que, à la veille d’une élection régionale (21 mars 2004), mais également à deux mois et demi d’une élection européenne (3 juin 2004), donc en période de campagnes électorales relayées par les médias, la différence n’est que tendancielle pour « le gouvernement » (F = 2,45 ; p = .064), mais significative pour « le maire » (F = 6,4 ; p = .001) et surtout pour « l’Europe » (F = 8,29 ; p =.0001) : les sujets qui lisent la presse alternative et éventuellement regardent les émissions politiques traditionnelles accordent davantage d’importance à l’Europe, tandis que ceux qui regardent les journaux télévisés, lisent la presse magazine ou regardent les émissions de divertissement sous-estiment le poids des institutions politiques dans la gestion de leur vie quotidienne. Ceux-là en restent peut-être à des informations de proximité : les journaux télévisés ou émissions de divertissement traitent plus souvent de politique nationale ou locale que des institutions européennes34.

Les représentation d’éléments du débat politique

41Une dernière question concernait les représentations politiques des jeunes interrogés. Il ne s’agissait pas de mesurer leur référence idéologique propre, mais de chercher à voir s’ils identifiaient correctement le débat politique tel qu’il s’organise historiquement entre la droite et la gauche et sur des opinions issues des grandes idéologies idéales-typiques (libéralisme, marxisme, etc.). On demandait donc aux sujets d’indiquer dans quelle mesure les six affirmations suivantes leur semblaient correspondre ou non aux partis politiques de gauche et de droite :

  1. Pour relancer l’emploi, il faut alléger les charges fiscales des entreprises

  2. Les problèmes liés à l’environnement devraient être le souci premier du gouvernement

  3. Il faut taxer les plus riches pour redistribuer vers les plus démunis

  4. L’État favorise trop les entreprises au détriment des travailleurs

  5. Les aides sociales poussent des gens à ne pas travailler

  6. Les immigrés travaillant en France doivent avoir le droit de vote.

  • 35  Il va de soi que les notions mêmes de « juste » ou « faux » s’entendent au regard des opinions les (...)

42Pour chacune de ces affirmations, les sujets répondaient donc deux fois sur des échelles en six points, pour indiquer si, selon eux, la gauche (ou la droite) était d’accord (= 6) ou pas (= 1). Une analyse en composantes principales sur ces 12 échelles permet de dégager un premier facteur (21,17 % de l’inertie) qui oppose clairement les réponses « justes » aux réponses « fausses »35. Nous pouvons donc utiliser ce premier facteur pour positionner chacun des sujets sur un continuum variant du « tout faux » au « tout juste ». On note que 113 sujets se placent plutôt du côté « juste » de l’axe, tandis que 97 sujets se trouvent du côté « faux ».

43On observe tout d’abord (figure 8) que les sujets positionnés politiquement s’opposent à ceux qui ne se positionnent pas sur cette capacité à identifier les idéologies politiques (F[2,207] = 4,24 ; p = .02).

Tableau 4. Contributions au premier facteur de l’analyse en composantes principales sur les représentations des idéologies politiques

L’affirmation suivante :

est plutôt de :

Axe 1

L’État favorise trop les entreprises au détriment

des travailleurs

gauche

0,59

Les immigrés travaillant en France doivent avoir le

droit de vote

gauche

0,59

Pour relancer l’emploi, il faut alléger les charges fiscales des entreprises

droite

0,40

Les problèmes liés à l’environnement devraient être

le souci premier du gouvernement

droite

0,10

Les aides sociales poussent des gens à ne pas travailler

droite

0,60

Les problèmes liés à l’environnement devraient être

le souci premier du gouvernement

gauche

0,62

Il faut taxer les plus riches pour redistribuer

vers les plus démunis

gauche

0,72

Il faut taxer les plus riches pour redistribuer vers les plus démunis

droite

-0,44

L’État favorise trop les entreprises au détriment des travailleurs

droite

-0,36

Les aides sociales poussent des gens à ne pas travailler

gauche

-0,29

Les immigrés travaillant en France doivent avoir le droit

de vote

droite

-0,06

Pour relancer l’emploi, il faut alléger les charges fiscales des entreprises

gauche

-0,05

Figure 8. Positionnement politique et représentations idéologiques

Figure 8. Positionnement politique et représentations idéologiques
  • 36  Nos données empiriques ne permettent pas d’affirmer que le prétendu rejet de la politique par la j (...)

44Ce résultat n’est certainement pas le plus surprenant, mais il indique néanmoins qu’il s’agit, pour les sujets qui ne se positionnent pas, d’un désintérêt pur et simple pour la politique, ses concepts et ses institutions, et non d’un rejet « en connaissance de cause ». Ces sujets ne boycottent pas, ils méconnaissent36.

45Le lien avec les pratiques médiatiques est également remarquable (figure 9) : si les lecteurs de la presse « alternative » et les téléspectateurs des émissions politiques « traditionnelles » identifient bien les différentes options idéologiques, ce n’est pas le cas des sujets dont les pratiques médiatiques n’excèdent pas le journal télévisé, ni des amateurs d’émissions de divertissement ou de magazines pour le « grand public » (F[3,206] = 3,31 ; p = .02).

Figure 9. Pratiques médiatiques et représentations idéologiques

Figure 9. Pratiques médiatiques et représentations idéologiques

Discussion

46Lorsque Nadeau et Giasson (2003), sur la base d’une impressionnante revue de la question sur le courant théorique « médias-malaise », se proposent « d’instruire le procès des médias en [se] penchant sur l’accusation la plus sérieuse portée à leur endroit, celle de saper la légitimité des institutions démocratiques et de provoquer le cynisme et la démobilisation des citoyens », leur conclusion est mitigée : l’attribution de la preuve n’est pas à la hauteur de la gravité de l’accusation. Cette « preuve » — qui repose sur la coïncidence entre la baisse de la confiance dans les institutions politiques et l’évolution des pratiques journalistiques — ne saurait suffire à établir de lien direct entre l’exposition aux médias et l’expression d’un niveau élevé de « cynisme ».

  • 37  « Successive tests established that those most exposed to the news media and party campaigns consi (...)

47Les analyses de Newton (1999) sur la base d’enquêtes britanniques (citées par Nadeau et Giasson) montrent que la lecture des journaux et l’écoute des informations télévisées sont positivement liées au niveau d’information des électeurs, à leur intérêt pour la politique, à leur degré de « cynisme », à leur confiance dans les acteurs et les institutions et à leur satisfaction à l’égard du fonctionnement de la démocratie. C’est le « cercle vertueux », selon Norris (2000), et ce lien n’a pas changé depuis le début des années 197037. En revanche, le public des médias de divertissement (télévision et tabloïds) révélait des scores inférieurs sur ces indicateurs.

48Le journalisme politique, en tant que tel, n’aurait donc pas changé autant qu’on pourrait le prétendre, mais il y aurait — pour Nadeau et Giasson — un écart grandissant entre un certain idéal de la couverture médiatique de l’actualité politique et les formes actuelles du journalisme politique, un « fossé entre l’offre médiatique et la demande des citoyens ».

49Reprenant la distinction triadique de la rhétorique aristotélicienne, Lochard et Soulages (2003) décrivent les émissions politiques traditionnelles comme relevant du logos ou de la « parole argumentative » (qui représente la logique, le raisonnement et dont le mode de construction de l’argumentation s’adresse à l’esprit rationnel de l’interlocuteur), les participants étant invités, dans un espace discursif marqué par l’homogénéité et la cohérence, à imposer leur expertise pour « informer et éduquer le public » (« parole vitrine »). À contrario, ethos et pathos visent davantage à séduire l’auditoire qu’à le convaincre, soit en cherchant à capter l’attention et gagner la confiance de l’auditoire, pour se rendre crédible et sympathique, soit en s’adressant à la sensibilité de l’auditoire (ses tendances, passions, désirs, sentiments, émotions…) pour lui faire ressentir des passions : la colère, l’amour, la pitié, l’émulation… Frisant parfois le pathos, les émissions de divertissement relèveraient plutôt de l’ethos ou de la « parole ornementale » : un univers discursif (appuyé par un dispositif bien particulier : Neveu, 2003) marqué par la fragmentation et la performance, dans lequel l’invité est exposé et s’expose lui-même pour tenter de briser la différence statutaire et forcer l’identification des spectateurs (« parole miroir ») : la réhabilitation par l’authenticité, en quelque sorte (Neveu, 2003 : 118).

50Dans les années 1970, on demandait à un homme politique de défendre les intérêts corporatistes qui structuraient le débat médiatique. Dans les années 1990, on lui demandait de proposer la bonne solution logique et technique aux problèmes sociaux (Esquénazi, 1999). Aujourd’hui, les émissions de divertissement sont un « jeu d’invitation des politiques sous condition de refoulement du discours politique » (Neveu, 2003 : 102), où l’homme politique est invité à parler de lui (au double sens de « depuis » et « à propos » de lui). Le témoignage se substitue à l’expertise, et on pourrait trouver là une forme de régression dans la dynamique de l’engagement politique : des analyses du discours à différents niveaux d’engagement politique ont pu montrer une diminution progressive des références à soi (pronoms personnels, modalisation, verbes déclaratifs, adjectifs subjectifs) au profit d’une intégration des thématiques sociopolitiques (connecteurs logiques, verbes d’action, adjectifs objectifs) : l’engagement faisait évoluer le discours militant « du soi qui s’expose au monde qui s’impose » (Marchand, 1998). Tandis que les émissions politiques traditionnelles favoriseraient plutôt cette évolution par la demande d’expertise et la décentration de soi (logos), les émissions de divertissement, au contraire, réintroduisent les références à soi et amènent l’homme politique, soumis à la puissance de ce nouveau contrat de communication médiatique (Ghiglione, 1987 ; Charaudeau et Maingueneau, 2002 : 138-141), non seulement à régresser vers des discours marqués par l’affect et l’auto-centration, mais parfois même à renier le milieu politique lui-même.

51Le débat à propos des programmes de divertissement intégrant des personnalités politiques (infotainment) en reste souvent à l’analyse des émissions elles-mêmes, leur format, leur contenu, leurs diffusions (fréquences et horaires), éventuellement mises en rapport avec d’autres mesures, et dont on infère (de façon plus ou moins explicite) l’impact supposé sur des récepteurs potentiels. Nous nous sommes, pour notre part, intéressés aux pratiques médiatiques, que nous avons cherché à mettre en relation avec des indicateurs de conscience politique. Des analyses multidimensionnelles ont été appliquées aux fréquences des pratiques politico-médiatiques, que ce soit la lecture de la presse écrite (quotidienne, périodique ou alternative) ou la télévision (journaux télévisés, émissions de politique traditionnelle, infotainment). On a ainsi pu définir statistiquement quatre profils de consommation des médias : pratiques médiatiques faibles ; télévision de divertissement et presse magazine ; émissions de politique traditionnelle ; presse alternative. Ces quatre profils ont été comparés sur des analyses du comportement et des représentations politiques. On observe que l’intérêt et les pratiques politiques sont les plus faibles chez les individus dont les pratiques médiatiques sont faibles, et les plus forts chez les lecteurs de la presse « alternative ». Quant aux représentations politiques, les résultats montrent que les sujets qui ont des pratiques médiatiques faibles ou limitées aux émissions d’infotainment identifient mal les débats idéologiques et le rôle des institutions politiques, tandis que les téléspectateurs des émissions politiques « traditionnelles » et les lecteurs de la presse alternative les identifient beaucoup mieux.

52Nous ne tomberons pas dans les travers des conclusions hâtives des études corrélationnelles et nous n’affirmerons donc pas que les émissions de divertissement agissent comme des entreprises de dépolitisation. Les sociologues sauraient sans doute définir un troisième facteur, sans doute plus « sociétal », voire une conjonction de facteurs, qui explique simultanément les deux autres.

53En revanche, nos données nous autorisent effectivement à penser que les émissions de divertissement, récemment apparues, ne produisent, elles, ni conscience ni culture politique. Si elles attirent en moyenne deux à cinq fois plus de téléspectateurs que les émissions politiques traditionnelles (selon l’émission et l’invité), les émissions de divertissement ne peuvent donc s’y substituer. Nous rejoindrons parfaitement l’analyse de Neveu (2003) : « S’ils n’inventent ni ne produisent des dispositions à l’évitement du politique, dont on a suggéré la diversité des origines, et dont il faudrait souligner aussi la diversité des formes et des motivations, ces programmes entretiennent et banalisent des postures dépolitisées » (2003 : 132).

54Comme l’exprime différemment Beauvois :

Nos journalistes, exagérément obsédés par l’audimat, ont perdu le sens de cette maxime première : le contrat de communication politique persuasive n’a pas pour objectif de détendre, voire de divertir les citoyens mais de les amener à des positions convenables concernant les affaires publiques (2005 : 184).

  • 38  Un examen rapide des intitulés des listes électorales pour les élections régionales révèle ainsi ( (...)

55Ainsi, l’infotainment participe certainement à l’élaboration et au maintien du « corps idéologique standard » (CIS) qui, pour Beauvois (2003), occulte le débat d’idées au profit d’un vaste consensus idéologique, et relègue de prétendus « extrêmes » au rang de marginaux38. C’est ce que semble confirmer Eric Zemmour, journaliste politique (Le Figaro) qui participe également à une émission d’infotainment (Vendredi pétantes sur Canal+), mais rejette la responsabilité sur les hommes politiques :

  • 39  « Arrêt sur image », France 5, 12 février 2006 : « Politique-spectacle : le ras le bol ? »

Je pense que les émissions de divertissement délivrent un message politique qui est débité à gros bouillons sur toutes les chaînes de télévision et qu’il ne peut pas y avoir de désaccord politique sur ce message politiquement correct. […] Toutes les émissions de divertissement ont des a priori idéologiques, des a priori politiquement corrects. Et quand les politiques viennent, moi c’est ça qui me frappe, c’est le reproche que je leur fais, c’est pas de venir, c’est qu’ils ne font pas assez de politique, ils sont inhibés, ils ne disent pas grand-chose39.

56Ainsi « se trouve ramené aux formules, aux coups et au marketing le fameux débat d’idées qu’on persiste pourtant à juger caractéristique de la démocratie » (Beauvois, 2003 : 162). Ne reste plus, pour se démarquer de l’adversaire-concurrent sur le marché des biens politiques, que le recours à la séduction et à la personnalisation, à la « parole oblique » qui consiste à « jouer à la politique en faisant semblant de jouer à autre chose » (Veron, 1981 ; cité par Le Grignou et Neveu, 1997). Il y a certainement une erreur à penser que la « distance » ou la « fracture » entre la classe politique et la population va se réduire par une telle mise à nu de ses acteurs : « Tout se passe comme si nombre de ces téléspectateurs consommaient une émission politique sans disposer des ressources et des compétences qui en assurent le bon décodage » (Le Grignou et Neveu, 1997 : 760). Si les politiciens peuvent effectivement chercher là quelques points de popularité ou quelques bulletins dans l’urne, cela ne tient pas à leur capacité persuasive au service de leurs convictions politiques, mais bien à l’exploitation d’un capital de sympathie dans l’économie de la « politique people ».

Haut de page

Bibliographie

BEAUVOIS, Jean-Léon (2003), « Les démocraties, la télévision et la propagande glauque », dans D. COURBET et M.-P. FOURQUET (dir.), La télévision et ses influences,Bruxelles, De Boeck, p. 161-170.

BEAUVOIS, Jean-Léon (2005), Les illusions libérales, individualisme et pouvoir social : petit traité des grandes illusions, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

BRANTS, Kees (2003), « De l’art de rendre la politique populaire… Ou qui a peur de l’infotainment ? », Réseaux, 118, p. 135-166.

BURGUET, Annette, et Frédérique GIRARD (2004), « Comment traitons-nous l’information médiatique ? », dans P. MARCHAND (dir.), Psychologie sociale des médias, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 233-256.

CHABROL, Claude (1983), « Réflexions à propos de l’interaction et de l’interlocution dans les médias », Sociologie du Sud-Est, 37/38, p. 139-164.

CHARAUDEAU, Patrick (1991), La télévision. Les débats culturels « Apostrophes », Paris, Didier Érudition.

CHARAUDEAU, Patrick, et Dominique MANGUENAU (2002), Dictionnaire d’analyse du discours, Seuil, Paris.

COLLOVALD, Annie, et Érik NEVEU (1996), « Les Guignols ou la caricature en abîme », Mots, 48, p. 87-112.

COULOMB-GULLY, Marlène (1997), « Bébête Show et Guignols de l’Info. De l’émission à la réception, parcours comiques et portraits de rieurs », Réseaux, 84, p. 139-147.

COULOMB-GULLY, Marlène (1998), « Les émissions de satire politique télévisées. L’exemple du Bébête Show et des Guignols de l’Info », dans J. BOURDON (dir.), Penser la télévision, INA/Nathan, Paris, p. 112, 114-116.

DARRAS, Eric (1994), « Un paysan à la télé. Nouvelles mises en scène du politique », Réseaux, 63, p. 75-100.

DONNAT, Olivier, et Gwenaël LARMETA (2003), « Télévision et contextes d’usages », dans E. MAIGRET (dir.), Communication et médias, Notices de la Documentation française, Paris, La documentation française, p. 63-94.

FAVRE, Pierre, et Michel OFFERLÉ (2002), « Connaissances politiques, compétence politique. Enquête sur les performances cognitives des étudiants français », Revue française de sciences politiques, nos 2/3, p. 201-232.

FESTA, Rémi (2002), « L’audience des émissions politiques », dans R. CAYROL et A. MERCIER (dir.), Télévision politique et élections, Paris, Les dossiers de l’audiovisuel, INA-La Documentation française, 102, p. 72-74.

FRAISSE, Emmanuel (1995), « Les politiques et leurs marionnettes à la télévision », MédiasPouvoirs, 38, p. 103-109.

GERBNER, George (1985), « Mass media discourse : Message system analysis as a component of cultural indicators », dans T. A. VAN DIJK (dir.), Discourse and Communication : New Approaches to the Analysis of Mass Media Discourse and Communication, Berlin/New York, de Gruyter, p. 13-25.

GHIGLIONE, Rodolphe (1987), L’homme communiquant, Paris, A.Colin.

GLEVAREC, Hervé (2003), « Le moment radiophonique des adolescents », Réseaux, 119, p. 27-62.

HOLTZ-BACHA, Christina (1990), « Videomalaise revisited : Media exposure and political alienation in West Germany », European Journal of Communication, 5, p. 73-85.

LANG, Kurt, et Gladys Engel LANG (1966), « The mass media and voting », dans E. BURDICK et A. BRODBECK (dir.), American Voting Behaviour, Glencoe, Free Press, p. 217–235.

LE FOULGOC, Adrien (2003), « 1990-2000 : une décennie de politique à la télévision française. Du politique au divertissement », Réseaux, 118, p. 23-63.

LE GRIGNOU, Brigitte, et Érik NEVEU (1997), « Émettre la réception. Préméditations et réceptions de la politique télévisée », dans P. BEAUD, P. FLICHY, D. PASQUIER et L. QUÉRÉ (dir.), Sociologie de la communication, Réseaux Reader CNET, p. 749-771.

LOCHARD, Guy, et Jean-Claude SOULANGES (2003), « La parole politique à la télévision. Du logos à l’ethos »,Réseaux, 118, p. 65-94.

MAIGRET, Éric (2003), Communication et médias, Notices de la Documentation française, Paris, La documentation française.

MARCHAND, Pascal (1998), L’analyse du discours assistée par ordinateur. Concepts, méthodes, outils, Paris, Armand Colin. (Coll. « U ».)

MARCHAND, Pascal (2004), Psychologie sociale des médias, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

MERCIER, Arnaud (1996), Politique de l’information et information politique, Paris, Presses de Sciences Po.

MERCIER, Arnaud (2004), Télévision et politique, Paris, La documentation française, Problèmes politiques et sociaux, no900.

NADEAU, Richard, et Thierry GIASSON (2003), « Les médias et le malaise démocratique au Canada » Choix, 9(1), p. 1-32.

NEVEU, Érik (1995), « Les émissions politiques à la télévision. Les années 80 ou les impasses du monde politique », Hermès, 17/18, p. 145-162.

NEVEU, Érik (2003), « De l’art, et du coût d’éviter la politique. La démocratie du talk-show version française, Ardisson, Drucker, Fogiel », Réseaux, 118, p. 95-134.

NEVEU, Érik (2003), « Le chercheur et l’infotainment : sans peur mais pas sans reproche. Quelques objections à la critique d’une imaginaire orthodoxie critique », Réseaux, 118, p. 167-182.

NEWTON, Kenneth (1999), « Mass media effects : Mobilization or media malaise ? », British Journal of Political Science, 29(4), p. 577-599.

NORRIS, Pippa (2000),A Virtuous Circle : Political Communication in Postindustrial Democracies, New York, Cambridge University Press.

ROBINSON, Michael J. (1976), « Public affairs television and the growth of political malaise : The case of <the Selling of the Pentagon> », American Political Science Review,70(2), p. 409-432.

ZEMMOUR, Eric (2006), « Politique-spectacle : le ras le bol ? », Arrêt sur image, France 5, 12 février.

Haut de page

Annexe

Typologie de la pratique de la télévision

Tableau 1. Classe 1/3 (Effectif = 88)

Variables caractéristiques

Moyenne dans la classe

Moyenne générale

Valeur-Test

Probabilité

JT-FR3

3,648

3,124

5,82

0,000

JT-TF1

3,636

3,186

4,74

0,000

On ne peut pas plaire à tout le monde

2,739

2,348

4,49

0,000

JT-FR2

3,807

3,457

4,17

0,000

Vivement dimanche

1,614

1,452

2,66

0,004

Tout le monde en parle

2,784

2,543

2,56

0,005

Le vrai journal

2,636

2,405

2,41

0,008

Les 109

1,068

1,186

-2,44

0,007

France Europe Express

1,136

1,305

-2,66

0,004

Mots croisés

1,136

1,338

-3,19

0,001

Ripostes

1,227

1,481

-3,50

0,000

Tableau 2. Classe 2/3 (Effectif = 83)

Variables caractéristiques

Moyenne dans la classe

Moyenne générale

Valeur-Test

Probabilité

Les 109

1,060

1,186

-2,47

0,007

Mots croisés

1,133

1,338

-3,09

0,001

Ripostes

1,229

1,481

-3,31

0,000

France Europe Express

1,084

1,305

-3,32

0,000

Vivement dimanche

1,241

1,452

-3,32

0,000

C dans l’air

1,349

1,786

-4,78

0,000

JT-FR5

1,361

1,800

-4,84

0,000

100 minutes pour convaincre

1,422

1,871

-5,29

0,000

Tout le monde en parle

2,000

2,543

-5,49

0,000

Les guignols de l’info

2,771

3,362

-5,77

0,000

Le vrai journal

1,771

2,405

-6,27

0,000

On ne peut pas plaire à tout le monde

1,723

2,348

-6,84

0,000

JT-FR2

2,783

3,457

-7,66

0,000

JT-FR3

2,313

3,124

-8,57

0,000

Tableau 3. Classe 3/3 (Effectif = 39)

Variables caractéristiques

Moyenne dans la classe

Moyenne générale

Valeur-Test

Probabilité

Ripostes

2,590

1,481

8,60

0,000

100 minutes pour convaincre

3,026

1,871

8,02

0,000

Mots croisés

2,231

1,338

7,93

0,000

C dans l’air

2,974

1,786

7,69

0,000

France Europe Express

2,154

1,305

7,55

0,000

JT-FR5

2,872

1,800

6,99

0,000

Les 109

1,718

1,186

6,20

0,000

Le vrai journal

3,231

2,405

4,83

0,000

Les guignols de l’info

4,128

3,362

4,42

0,000

JT-FR2

4,103

3,457

4,33

0,000

Tout le monde en parle

3,154

2,543

3,65

0,000

JT-FR3

3,667

3,124

3,39

0,000

On ne peut pas plaire à tout le monde

2,795

2,348

2,89

0,002

JT-TF1

2,205

3,186

-5,80

0,000

Typologie de la pratique de la presse écrite

Tableau 4. Classe 1/3 (Effectif = 102)

Variables caractéristiques

Moyenne dans la classe

Moyenne générale

Valeur-Test

Probabilité

La dépêche du midi

2,373

2,690

-3,69

0,000

Marianne

1,069

1,314

-4,70

0,000

Le monde diplomatique

1,147

1,486

-5,66

0,000

Charlie hebdo

1,029

1,376

-5,74

0,000

Le figaro

1,108

1,424

-6,15

0,000

Le nouvel observateur

1,520

1,995

-6,32

0,000

Le point

1,137

1,576

-6,71

0,000

L'express

1,402

1,871

-6,77

0,000

Le canard enchaîné

1,186

1,710

-7,29

0,000

Le monde

1,765

2,319

-8,33

0,000

Libération

1,196

1,733

-8,41

0,000

Tableau 5. Classe 2/3 (Effectif = 79)

Variables caractéristiques

Moyenne dans la classe

Moyenne générale

Valeur-Test

Probabilité

L’Express

2,354

1,871

5,56

0,000

Le Point

2,013

1,576

5,33

0,000

La Dépêche du Midi

3,253

2,690

5,23

0,000

Le Monde

2,734

2,319

4,98

0,000

Le Figaro

1,722

1,424

4,63

0,000

Libération

2,089

1,733

4,45

0,000

Le Nouvel Observateur

2,278

1,995

3,01

0,001

Tableau 6. Classe 3/3 (Effectif = 29)

Variables caractéristiques

Moyenne dans la classe

Moyenne générale

Valeur-Test

Probabilité

Charlie hebdo

2,897

1,376

10,37

0,000

Le Monde diplomatique

2,724

1,486

8,52

0,000

Le Canard enchaîné

3,000

1,710

7,41

0,000

La Croix

1,310

1,048

5,99

0,000

Libération

2,655

1,733

5,95

0,000

Le Monde

3,138

2,319

5,07

0,000

Le Nouvel Observateur

2,897

1,995

4,93

0,000

Marianne

1,931

1,314

4,86

0,000

Le Figaro

1,724

1,424

2,41

0,008

Typologie des pratiques médiatiques

Haut de page

Notes

Tableau 7. Classe 1/4 (Effectif = 84)

Variables caractéristiques

Moyenne dans la classe

Moyenne générale

Valeur-Test

Probabilité

JT-TF1

3,452

3,186

2,70

0,003

Les 109

1,060

1,186

-2,51

0,006

On ne peut pas plaire à tout le monde

2,119

2,348

-2,53

0,006

Mots croisés

1,167

1,338

-2,60

0,005

La Dépêche du Midi

2,357

2,690

-3,25

0,001

France Europe Express

1,071

1,305

-3,55

0,000

Le Figaro

1,190

1,424

-3,82

0,000

Ripostes

1,190

1,481

-3,85

0,000

Marianne

1,036

1,314

-4,48

0,000

Charlie hebdo

1,036

1,376

-4,74

0,000

JT-FR5

1,357

1,800

-4,94

0,000

Le Nouvel Observateur

1,548

1,995

-4,99

0,000

C dans l’air

1,333

1,786

-5,00

0,000

Les guignols de l’info

2,845

3,362

-5,10

0,000

Le Point

1,179

1,576

-5,11

0,000

Le Monde diplomatique

1,119

1,486

-5,15

0,000

100 minutes pour convaincre

1,429

1,871

-5,26

0,000

Le vrai journal

1,857

2,405

-5,48

0,000

JT-FR2

2,976

3,457

-5,52

0,000

JT-FR3

2,583

3,124

-5,77

0,000

Le Monde

1,857

2,319

-5,83

0,000

Libération

1,274

1,733

-6,05

0,000

Le Canard enchaîné

1,167

1,710

-6,36

0,000

L’Express

1,321

1,871

-6,66

0,000

Tableau 8. Classe 2/4 (Effectif = 82)

Variables caractéristiques

Moyenne dans la classe

Moyenne générale

Valeur-Test

Probabilité

L’Express

2,427

1,871

6,59

0,000

JT-FR3

3,695

3,124

5,98

0,000

La Dépêche du Midi

3,293

2,690

5,76

0,000

Les guignols de l’info

3,854

3,362

4,76

0,000

JT-FR2

3,866

3,457

4,60

0,000

Le vrai journal

2,854

2,405

4,40

0,000

Le Figaro

1,671

1,424

3,96

0,000

Le Point

1,878

1,576

3,80

0,000

JT1

3,512

3,186

3,24

0,001

On ne peut pas plaire à tout le monde

2,622

2,348

2,97

0,001

Le Nouvel Observateur

2,244

1,995

2,72

0,003

100 minutes pour convaincre

2,098

1,871

2,63

0,004

Ripostes

1,280

1,481

-2,61

00,005

Mots croisés

1,110

1,338

-3,40

0,000

Tableau 9. Classe 3/4 (Effectif = 29)

Variables caractéristiques

Moyenne dans la classe

Moyenne générale

Valeur-Test

Probabilité

Mots croisés

2,517

1,338

1,338

0,000

Ripostes

2,793

1,481

8,53

0,000

France Europe Express

2,448

1,305

8,53

0,000

Le Canard enchaîné

2,862

1,710

6,62

0,000

C dans l’air

2,931

1,786

6,21

0,000

JT-FR5

2,931

1,800

6,18

0,000

Les 109

1,724

1,186

5,26

0,000

100 minutes pour convaincre

2,724

1,871

4,96

0,000

Marianne

1,931

1,314

4,86

0,000

Le Monde

3,069

2,319

4,64

0,000

La Croix

1,241

1,048

4,42

0,000

Le Nouvel Observateur

2,759

1,995

4,18

0,000

Charlie hebdo

1,966

1,376

4,02

0,000

Le Monde diplomatique

2,069

1,486

4,01

0,000

Libération

2,345

1,733

3,94

0,000

JT-FR2

4,034

3,457

3,25

0,001

Le Point

2,069

1,576

3,10

0,001

Le vrai journal

3,034

2,405

3,09

0,001

Tout le monde en parle

3,103

2,543

2,81

0,002

Les guignols de l’info

3,897

3,362

2,59

0,005

JT-TF1

2,241

3,186

-4,68

0,000

Tableau 10. Classe 4/4 (Effectif = 15)

Variables caractéristiques

Moyenne dans la classe

Moyenne générale

Valeur-Test

Probabilité

Le Monde diplomatique

3,000

1,486

7,22

0,000

Charlie hebdo

2,400

1,376

4,84

0,000

Le Canard enchaîné

2,467

1,710

3,01

0,001

Le Monde

3,000

2,319

2,92

0,002

JT-FR2

2,800

3,457

-2,56

0,005

Les guignols de l’info

2,533

3,362

-2,78

0,003

On ne peut pas plaire à tout le monde

1,467

2,348

-3,31

0,000

Tout le monde en parle

1,467

2,543

-3,74

0,000

La Dépêche du Midi

1,533

2,690

-3,84

0,000

JT-TF1

1,733

3,186

-4,99

0,000

JT-M6

1,667

3,276

-5,15

0,000

1  La télévision par câble, satellite, numérique hertzien ou réseau ADSL étant, au moment de l’enquête, très peu développée dans notre public, notre étude ne porte que sur les réseaux télévisuels hertziens.

2  Privatisée en 1987 et dont le groupe Bouygues détient 41,4 % du capital, elle attire autour de 33 % de part d’audience.

3  Publique à vocation généraliste, sa part d’audience se situe autour de 20 %.

4  Publique à vocation régionale, autour de 16 % de part d’audience.

5  Chaîne publique franco-allemande à vocation culturelle émettant sur le canal de France 5, chaîne publique française à vocation éducative, autour de 4 % de part d’audience pour les deux.

6  Le groupe RTL détient 48,4 % du capital, autour de 13 % de part d’audience.

7  Groupe Vivendi Universal : autour de 3,5 % de part d’audience.

8  Annie Collovald et Érik Neveu notent que « le monde des <Guignols> fonctionne par la sollicitation systématique de références à la fois associée aux produits de l’audiovisuel et aux consommations culturelles des classes d’âge jeunes » (1996 : 92).

9  « […] tous les acquis de la sociologie des audiences invitent à penser que la masse du public (jeune, populaire en particulier) des talk-shows ne suit pas France Europe Express ou Mots croisés » (Neveu, 2003 : 118).

10  N’en trouve-t-on pas une confirmation dans l’interview télévisée récente du chef de l’État français — marquant son engagement dans la campagne pour le référendum sur la Constitution européenne — par des animateurs de talk-shows et de magazines plutôt que par des journalistes politiques ?

11  Voir également Le Foulgoc, 2003 pour une analyse de ces deux genres, leurs origines et leur évolution.

12  Si l’agence CAPA ne suffit pas à garantir la qualité de l’investigation, sa participation au « vrai journal » montre le souci — de la part des producteurs — d’afficher une image de journalisme d’investigation et de s’inscrire dans un tel « contrat de communication », souci que ne partagent pas, ou pas autant, d’autres émissions d’infotainment.

13  PourCanal+,il s’agissait d’une grande émission dans laquelle un JT était inséré au milieu d’interviews, de chroniques, de reportages et de sketches. La formule a évolué actuellement.

14  PourM6, il s’agit d’un flash d’information intitulé « six minutes » à 19 h 50.

15  La question du traitement en échelle de fréquences (jamais-rarement-parfois-souvent-systématiquement) des pratiques médiatiques renvoie à une autoévaluation des sujets qui présuppose, nous en sommes conscients, d’une part qu’ils identifient correctement leur pratique médiatique en connaissance de l’offre, et d’autre part qu’ils adapteront l’échelle temporelle à l’objet à évaluer : ce n’est pas la même chose de regarder « rarement » une émission politique bi-mensuelle ou le journal de 20h quotidien. Nous avons préféré cette autoévaluation des pratiques médiatiques plutôt qu’un inventaire chronométrique, conscients que nous mesurons davantage la représentation que les participants se font de leur pratique que cette pratique elle-même. Mais un temps « réel » de consommation médiatique est-il vraiment plus « objectif » ? D’une part, l’appel à la mémoire événementielle rend les protocoles longs et peu satisfaisants. D’autre part, les questions trop précises se heurtent également aux pratiques exceptionnelles : telle émission est habituellement regardée, mais justement pas celle qui est proposée dans le questionnaire ; au contraire, telle autre n’est jamais regardée, mais ce jour-là, le hasard a fait qu’elle l’a été… Enfin, il est classique d’observer dans les enquêtes que le temps passé devant la télévision est systématiquement sous-évalué.

16  Ce public s’opposait ainsi à celui du Bébêtes show.

17  Notons qu’on ne peut pas affirmer pour autant que la presse écrite est globalement mieux mémorisée que la télévision et l’impact dépend essentiellement des habitudes médiatiques de la « cible » (Burguet et Girard, 2004).

18  Source : Diffusion Contrôle, 2006.

19  La notion de presse « alternative » n’est pas à entendre comme un concept. Elle recouvre simplement les titres de journaux qui, outre une prise d’information politique, représentent également une analyse critique et éventuellement satirique de l’actualité politique.

20  Nous ne développerons pas ici les motivations théoriques de cette démarche, mais l’objectif, on l’aura compris, est bien de dépasser les effets des différents types médiatiques pris isolément pour envisager des patternsde pratiques médiatiques en tant qu’ils peuvent révéler des habitus. D’autres recherches auront certainement à cœur de lier ces patterns à des conduites de classes : nos données actuelles ne nous y autorisent pas.

21  L’alpha de Cronbach de 0,77 indique que les différentes pratiques médiatiques sont bien reliées et que l’échelle de mesure est fiable.

22  Cela ne doit être entendu qu’au plan de nos indicateurs : presse écrite et télévisée. L’importance croissante des médias électroniques devrait sans aucun doute faire l’objet d’une attention future : constituent-ils une alternative aux médias traditionnels ? Participent-ils à l’éveil d’une nouvelle forme de culture et de conscience politique ?

23  L’analyse en composantes principales et la typologie qui en découle prennent en compte d’éventuelles pratiques médiatiques plus complexes : les facteurs sont définis à partir des pratiques, mais la classification se fait par agrégation des profils individuels les plus proches. Chaque participant est ainsi affecté au groupe le plus proche de son profil médiatique.

24  On pourrait objecter que la radio est le grand absent de cette typologie. D’une part, l’intérêt pour la radio culmine vers 14-16 ans et décroît à 17-19 ans au profit de la télévision et des discussions entre amis (« enquête médiamétrie/DEP », ministère de la Culture citée par Glevarec, 2003 : 33). D’autre part, contrairement à la télévision et à la lecture de la presse écrite, la pratique radiophonique des 18-25 ans ne constitue que rarement l’activité principale des récepteurs et reste essentiellement musicale ou éventuellement limitée aux tranches d’information matinale : « Écouter la radio ne rentre pratiquement jamais en concurrence directe avec d’autres activités dans les arbitrages temporels, elle se glisse dans les interstices du quotidien et participe à la production d’une <ambiance> en accompagnant le déroulement d’activités relevant du temps libre et surtout du temps contraint » (Donnat et Larmet, 2003 : 68). Nous en resterons aux médias écrit et télévisé pour évaluer le niveau d’information politique.

25  En sciences humaines et sociales, il est relativement classique de considérer que l’échantillonnage peut suivre deux logiques à l’égard des caractéristiques sociologiques de la population parente : la représentativité ou l’équiprobabilité. L’alternative est la suivante : on peut chercher à reproduire une « microsociété » qui respecte les proportions de la population étudiée sur le plan de facteurs censés (plus ou moins explicitement) être déterminants. C’est la logique courante pour des enquêtes sociologiques et des sondages d’opinions impliquant de forts effectifs et cherchant à généraliser des proportions. On peut également construire un échantillon davantage dirigé par un processus étudié que par une représentativité générale. On va donc chercher à constituer des groupes différant sur une caractéristique identifiée et considérés comme équivalents sur les autres. Pour tester le processus, toutes choses égales par ailleurs, les sous-groupes de l’échantillon sont alors rendus le plus homogènes ou le plus équilibrés possible. C’est cette logique, plus processuelle et plus courante dans les sciences expérimentales, et permettant de recourir à des effectifs moins importants, que nous avons adoptée ici : le choix d’une population d’étudiants en sciences sociales nous semblait à même d’équilibrer au mieux les groupes empiriques sur lesquels portent nos hypothèses ; ce qui autorise des traitements statistiques qui auraient été impossibles si l’on avait conservé les proportions représentatives de la population parente. Nous adhérons donc aux remarques de Favre et Offerlé (2002), qui se sont intéressés à la mesure des connaissances et de la compétence politiques de 4 090 étudiants dont le profil était proche des nôtres : « S’il est évident que nos étudiants en droit et science politique ne sont aucunement représentatifs des électeurs français ni même des citoyens français dits jeunes, ni même des étudiants français dans leur totalité, ils constituent une approximation satisfaisante, quoique tirée vers le haut du point de vue des performances observables, de la population potentielle des 85000 étudiants de droit, d’AES et de science politique que nous aurions pu idéalement mobiliser » (www.crps.univ-paris1.fr/Connaissances_politiques.pdf : 2). Dans le même temps, s’il nous a semblé intéressant de comparer nos échantillons rendus équiprobables avec les quelques données d’enquêtes dont nous disposions, il faut garder à l’esprit que nous ne cherchons à généraliser que le processus et non les proportions.

26  Le fait que nous considérions ici une population d’étudiants en sciences sociales nous autorise à penser que cette courte majorité (40 %) n’est pas représentative de la population générale. Nous y reviendrons.

27  Le rapprochement entre les journaux télévisés, relevant de l’information « traditionnelle », et les émissions de divertissement peut surprendre. Il s’explique certainement (outre une imaginable « réponse de prestige ») par le parti pris résolument narratif des journaux d’information, qui s’exprime « à la fois sur le choix des sujets à traiter, sur le type d’explication qui en est fourni et sur les registres thématiques qui sont le plus souvent mis en valeur.[...] Les reportages s’inscriront donc le plus possible à l’intérieur des repères supposés les mieux partagés, ceux de la culture populaire et du sens commun »(Mercier, 1996, 2004). Cette prise en compte d’un téléspectateur qui « n’attend pas du reporter une représentation encyclopédique du sujet, mais une information sur un aspect qui le concerne, le touche ou fait appel à ses émotions » (Ganz, cité par Mercier, 1996 : 226) n’est pas loin des objectifs des émissions de divertissement.

28  On notera néanmoins que, si tous les sujets adhèrent à l’idée que la presse écrite est une source d’information plus crédible que les émissions de divertissement (moyenne générale = 4,78 sur une échelle en six points), les sujets dont les pratiques médiatiques sont faibles sont les moins affirmatifs (moyenne = 4,40), tandis que ceux qui lisent la presse alternative sont plus extrêmes (moyenne = 5,73 ; F[3,206] = 6,65 ; p=.001). Les deux autres groupes se situent à l’intermédiaire.

29  On leur demandait également leur position sur l’échiquier politique. Cent sujets se déclarent plutôt à gauche (47,6 %), 49 plutôt au centre ou à droite (23,3 %) et 61 ne se positionnent pas (29,0 %). On observe un lien tendanciel entre le positionnement politique et les pratiques médiatiques (chi2 = 12,22 ; ddl = 6 ; p = .057), essentiellement dû au fait que l’on retrouve dans la classe 1 (des sujets qui n’ont pas de pratique médiatique hormis le journal télévisé de TF1) ceux qui ne se positionnent pas politiquement.

30  Dans ce tableau, les items sont les questions posées, les réponses sont celles qui sont données par les individus, les contributions marquent le poids de chaque réponse dans la définition du facteur 1 et les coordonnées positionnent chaque réponse sur ce facteur. On voit ainsi s’opposer les réponses « non » (coordonnées négatives), que l’on appellera « abstentionnistes », aux réponses « oui » (coordonnées positives), que l’on appellera « assidues ».

31  La proportion d’abstentionnistes (23 %) est ici nettement inférieure à celle recensée par l’IPSOS en 2002 sur la tranche 18-24 ans (37 %), mais nous avons affaire à des étudiants en sciences sociales.

32  Il est à noter que cette différence ne s’observe pas sur l’intention de voter aux élections du dimanche suivant, certainement du fait que 78 % de l’échantillon rapportaient qu’ils iraient voter, 13 % qu’ils ne savaient pas encore et seulement 9 % qu’ils n’iraient pas.

33  Il ne s’agit donc pas de mesurer le niveau de confiance que les participants accordent aux institutions, tel qu’il est habituellement mesuré par les instituts de sondage, mais la conscience que ces participants ont de l’intervention des institutions dans leur existence. On peut poser l’hypothèse d’une indépendance entre la confiance à l’égard des institutions et la conscience de leur rôle.

34  Ainsi que le montrait le Canard enchaîné (29 octobre 2003), sur trois semaines, les journaux de TF1 et France 2 privilégiaient les faits divers (violences routière et scolaire, maltraitance des enfants à propos des crimes de Strasbourg) et faits de société (voile islamique, immigration, islam, santé du pape, crise des buralistes), tandis que les « affaires » politiques étaient nettement moins développées, et que les rubriques sociales (conflits sociaux, problèmes syndicaux) représentaient moins de 3 % du temps des journaux des deux chaînes : « À l’arrivée, mis à part quelques spécialités <maison> (le rugby dont France 2 diffuse la coupe du monde, l’immigration et l’islam que <réclament> les Français sondés par TF1), les centres d’intérêt des deux chaînes sont fort ressemblants. » L’info-chronométrage, opéré mensuellement par l’émission Arrêt sur images et qui recense le temps consacré par chacun des grands journaux télévisés nationaux (TF1, France 2 et France 3) aux principaux thèmes d’actualité, permet de retrouver ces mêmes tendances.

35  Il va de soi que les notions mêmes de « juste » ou « faux » s’entendent au regard des opinions les plus communément attendues de la part de la droite ou de la gauche. La qualification de chacune de ces réponses pourrait sans doute faire l’objet de débats et il n’est pas dans notre objet d’y entrer. Il est intéressant de noter, à ce propos, que toutes ces affirmations ne sont pas équivalentes : si, par exemple, l’item « l’État favorise trop les entreprises au détriment des travailleurs » semble bien discriminant, en revanche « les problèmes liés à l’environnement devraient être le souci premier du gouvernement » n’est clairement pas identifié à la droite ou à la gauche et les deux se trouvent dans les opinions « justes ».

36  Nos données empiriques ne permettent pas d’affirmer que le prétendu rejet de la politique par la jeunesse repose sur une analyse de la politique et de ses institutions. Mais elles ne signifient pas non plus que les sujets « méconnaissants » sont des apathiques sociaux : les derniers mouvements en France tendent à montrer un éveil du sens critique chez les jeunes citoyens. Mais cette critique ne semble pas reposer sur les critères d’évaluation politiques et idéologiques traditionnels.

37  « Successive tests established that those most exposed to the news media and party campaigns consistently proved more knowledgeable, not less; more trusting towards government and the political system, not less; and more likely to participate in election campaigns, not less. These positive associations are found in a succession of models, in Europe and the United States, despite a battery of structural and attitudinal controls that could plausibly affect media use and civic engagement » (Norris, 2000 : http://www.hks.harvard.edu/fs/pnorris/Acrobat/PSA2000%20Yearbook.pdf ).

38  Un examen rapide des intitulés des listes électorales pour les élections régionales révèle ainsi (au moins pour les listes majoritaires) l’effacement des marquages politiques au profit de notions vagues et consensuelles. Nous proposerons, à titre d’exemple démonstratif, un petit exercice consistant à trouver les partis qui « se cachent » sous les intitulés des listes suivantes (premier tour des élections régionales pour lesquelles nos sujets étaient invités à voter au moment de l’enquête présente) : Alternative en Midi-Pyrénées ; Demain, Midi-Pyrénées pour tous ; Oser la différence ; Pour une région forte et solidaire ; Union et volonté, un chemin pour Midi-Pyrénées. Cette « fin des idéologies » (qui est certainement davantage une idéologie dominante) traduit plus précisément la fin de l’ennemi idéologique (le libéralisme capitaliste ou le marxisme-léninisme) au profit d’une personnalisation de l’ennemi commun du CIS : l’extrémiste ou le terroriste.

39  « Arrêt sur image », France 5, 12 février 2006 : « Politique-spectacle : le ras le bol ? »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 2. Score moyen de pratique de la presse écrite en 5 points (jamais, rarement, parfois, souvent, systématiquement)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2237/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 3. Représentation des médias
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2237/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 4. L’intérêt pour la politique en fonction des pratiques médiatiques
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2237/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 5. Avez-vous des conversations politiques… (de jamais à souvent) ?
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2237/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 6. Pratiques médiatiques et comportement électoral
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2237/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 7. Pratiques médiatiques et représentation de l’impact des institutions politiques
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2237/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 8. Positionnement politique et représentations idéologiques
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2237/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 9. Pratiques médiatiques et représentations idéologiques
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2237/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michaël Pino et Pascal Marchand, « Dis-moi quels médias tu préfères, je te dirai comment tu votes », Communication, Vol. 25/2 | 2007, 36-78.

Référence électronique

Michaël Pino et Pascal Marchand, « Dis-moi quels médias tu préfères, je te dirai comment tu votes », Communication [En ligne], Vol. 25/2 | 2007, mis en ligne le 29 août 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://communication.revues.org/2237 ; DOI : 10.4000/communication.2237

Haut de page

Auteurs

Michaël Pino

Michaël Pino est est diplômé d’études approfondies en sciences de l’information et de la communication et dirigeant d’une agence de communication. Courriel : michaelpino31@yahoo.ca

Pascal Marchand

Pascal Marchand est est professeur des universités, Université Toulouse 3 – Paul Sabatier. Courriel : pascal.marchand@iut-tlse3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org