Navigation – Plan du site
Articles

« Pour le prix d’un café par jour »

Une analyse des logiques d’institutionnalisation des TIC par le ministère de l’Éducation nationale dans l’enseignement supérieur français depuis 1988
Christine Barats
p. 148-184

Résumés

En France, le ministère de l’Éducation nationale a suscité l’intégration des TIC dans l’enseignement supérieur, par des discours et des structures visant à promouvoir cette intégration, à la rendre visible. Différentes périodes sont ainsi identifiables quant à la manière de promouvoir les TIC. Nous analysons comment se dit cette intégration à partir d’une étude historique. Nous verrons que la récente stabilité terminologique s’accompagne d’un accroissement des logiques de communication à destination des étudiants. La mise en place d’une certification des compétences TIC pour les étudiants dès leur entrée à l’université est un indice d’une banalisation de l’outil technologique qui ne présume cependant pas des conditions d’appropriation.

Haut de page

Texte intégral

1Liées aux « autoroutes de l’information », — expression qu’Al Gore, sénateur américain et futur vice-président des États-Unis contribuera à rendre familière dès 1990 (métaphore des réseaux à haut débit et faible latence) —, les TIC font l’objet, depuis 1997 en France, de discours que nous pouvons qualifier de promotionnels par le ministère de l’Éducation nationale (MENRT — ministère de l’Éducation nationale, de la Recherche et des Technologies), en particulier dans le cadre de l’enseignement supérieur. Derrière l’apparente homogénéité de l’acronyme se cachent des acceptions très diverses : support technique, imaginaire technologique, idéologie de la communication, pratiques et formes de médiation en devenir. Notre hypothèse de travail est qu’il est possible d’étudier le pilotage des TIC par le ministère de l’Éducation nationale à partir de son positionnement institutionnel et de la façon dont il est mis en mots.

2Nous examinerons donc dans cet article deux principales formes de lisibilité de la politique ministérielle dans le domaine des TIC depuis 1988 :

    • 1  En France, le Bottin administratif désigne un annuaire qui recense les coordonnées, attributions e (...)
    • 2  Nous avons effectué une dizaine d’entretiens d’environ deux heures, auprès d’acteurs du supérieur. (...)

    la reconnaissance et la visibilité institutionnelle accordées aux TIC par la présence ou l’absence de structure ministérielle en charge de la question technologique appliquée à l’enseignement supérieur : analyse du positionnement institutionnel des TIC au sein de l’organisation ministérielle à partir d’une étude historique et terminologique de l’organigramme du ministère publié dans le Bottin administratif1, complétée par des entretiens auprès d’acteurs du supérieur2 et une sociographie des acteurs ;

    • 3  Étude, de 1988 à 2006, des textes du ministère adressés aux établissements du supérieur sur l’inté (...)
    • 4  Telle qu’elle est pratiquée au Céditec, Centre d’étude des discours, images, textes, écrits, commu (...)
    • 5  Pour constituer notre corpus de textes ministériels, nous avons effectué des recherches au ministè (...)

    la mise en mots des TIC par le ministère, c’est-à-dire la façon dont le ministère communique sur ce thème à partir de l’analyse des textes rédigés par le ministère et destinés aux établissements3 : analyse de discours4 de l’ensemble des textes constituant notre corpus et présentés en fin d’article5.

3Étudier l’institutionnalisation des TIC par le ministère de l’Éducation nationale vise à montrer les principales acceptions, évolutions et étapes de la politique TIC en France par l’autorité de tutelle, c’est-à-dire ce qui se donne à lire à partir de différents matériaux : organigramme ministériel depuis 1988, ensemble des textes diffusés par le ministère et destinés aux établissements du supérieur français depuis 1988 et entretiens effectués auprès des acteurs en charge de ces questions. Ni erratique ni cohérente, la mise en mots des TIC par le ministère s’inscrit dans des logiques endogènes (mise en place de la politique contractuelle, structuration même du ministère) et exogènes (récurrence du thème des TIC dans l’espace public, appropriations technologiques dans le champ de la recherche et de l’enseignement, incidence des alternances politiques). Elle s’accompagne d’évolutions organisationnelles et lexico-sémantiques que nous étudierons. Ce travail se poursuit aujourd’hui par une recherche monographique au sein de différentes universités afin de confronter la mise en mots institutionnelle des TIC aux politiques d’établissements et aux pratiques observables.

4En tant que construction sociale, le Ministère représente pour les établissements du supérieur une autorité dont les représentants ministériels tirent leur légitimité pour organiser et dire la manière d’intégrer les TIC. Afin d’éviter tout anthropomorphisme institutionnel, il nous semble important de rappeler notre posture méthodologique pour l’analyse de ces textes que nous ne considérons pas comme le reflet d’une « institution », ou le reflet de pratiques ou de moyens, mais que nous appréhendons comme une mise en mots des TIC par l’autorité de tutelle. De plus, il est important de souligner que les acteurs ne partagent pas forcément cette mise en mots. Cependant, l’ensemble des textes rend publique la rhétorique ministérielle et constitue des préconisations d’où l’intérêt de procéder à l’analyse de cette mise en mots. C’est donc la politique du ministère telle qu’elle se donne à lire, s’affiche dans son organisation et dans ses textes que nous analyserons.

5Les différents matériaux et outils d’analyse utilisés pour cette recherche nous permettront d’identifier les étapes liées à l’institutionnalisation des TIC en France et de répondre à plusieurs questions directrices :

  • Que nous apprennent les appellations ministérielles ?

  • Quels sont les enjeux terminologiques liés à l’intégration des TIC ?

  • Quels sont la place de ces structures dans l’organigramme ministériel, leur visibilité institutionnelle, leur rattachement organisationnel ?

  • Quel est le profil ou le rôle des acteurs en charge de ces questions ?

    • 6  Expression qui donnera lieu en France, en 1998, à la mise en place d’un programme d’action inter-g (...)

    Quelles sont les articulations entre l’intégration des TIC, la mise en place de la politique contractuelle et les politiques intergouvernementales pour une « société de l’information »6 ?

  • 7  Étude portant sur un corpus de textes du Ministère, de 1988 à 2006, présentés en fin d’article et (...)

6Lors d’une précédente recherche (Barats et Cardy, 2004) confrontant la façon dont les textes du ministère de l’Éducation nationale et les rapports officiels présentaient l’intégration des TIC dans l’enseignement7, nous avons constaté la présence d’un pic en 1997 quant à la publicisation des TIC en France. Nous avons également observé que les TIC sont présentées comme la solution novatrice, la réponse aux problèmes de l’efficacité et de la performance du système éducatif. Ce type d’approche s’avère récurrent «[…] en période de crise ou de transition sociale d’importance, […] compte tenu du rôle clé que joue l’éducation en matière de socialisation et de formation des membres de la société, considérés à la fois comme citoyens, travailleurs ou consommateurs » (Tremblay, 1998 : 40).

  • 8  Flichy (2001) rappelle que l’imaginaire d’Internet, d’un accès au savoir universel, avait déjà éta (...)

7La technologie est systématiquement présentée comme « nouvelle », alors que, comme le rappelle Pierre Moeglin (1998 : 32), elle « ne fait souvent que réactiver de vieux problèmes » que les nouvelles technologies contribuent simplement à combiner d’une autre manière8.

  • 9  La référence au « retard » semble s’inscrire dans une rhétorique étudiée par Julie Bouchard (2006) (...)

8Ces discours promotionnels varient cependant dans leur approche : les différents rapports officiels mettent majoritairement l’accent sur le « retard »9technologique ou la « menace » des conséquences de ce retard, tandis que les textes du ministère mettent en avant les « avantages » ou « les promesses » liés aux TIC.

9Afin de faciliter la lecture des résultats ayant conduit à l’identification d’étapes dans la mise en mots des avantages et des promesses liés aux TIC et la reconnaissance institutionnelle des TIC par le Ministère, nous adopterons un plan chronologique synthétisant pour chaque étape :

  • l’approche terminologique quant à la désignation de l’outil technique (étude des sigles et acronymes des organigrammes ministériels),

  • l’approche organisationnelle quant à la reconnaissance ou la non-reconnaissance organisationnelle des TIC et la sociographie des acteurs,

  • l’approche discursive quant à la place que les TIC occupent au sein des dispositifs de formation dans les textes du Ministère.

10Si la périodisation retenue (1988-1996, 1996-1997, 1997-2006) présente les indicateurs étudiés (terminologie, organigramme et modalités de mise en mots), le choix des périodes repose principalement sur les modalités de mise en mots de la place que les TIC occupent dans les dispositifs de formation. En effet, les changements organisationnels au sein du ministère sont très fréquents (tous les deux ans environ, pratique normale au sein du ministère de l’Éducation nationale) et ne peuvent donc pas être retenus comme seul critère de périodisation. Il en va de même pour l’approche terminologique marquée par de nombreux changements. Par contre, notre analyse des textes ministériels a montré trois principales approches des TIC : une première approche où les TIC se situent à la marge des formations (1988-1996), une deuxième approche où les TIC sont présentées comme un outil pour de nouvelles formes d’enseignement (1996-1997) et enfin une troisième approche, marquée par la banalisation des TIC, compétence incontournable à maîtriser pour l’ensemble des personnels du supérieur et étudiants (depuis 1997). Si ce découpage a l’inconvénient formel de construire à posteriori une apparente linéarité chronologique, gommant les périodes où coexistent plusieurs approches ou logiques, il contribue cependant à la lisibilité de cette étude.

11Notre travail portant sur la lisibilité de la politique ministérielle des TIC depuis 1988, il nous a semblé essentiel de rappeler en préambule, avant la présentation chronologique des résultats, le contexte de production des textes et de l’organisation ministérielle en indiquant les principales étapes du pilotage des établissements du supérieur par l’administration centrale, à savoir le ministère de l’Éducation nationale, autorité de tutelle pour les établissements et élément central de notre recherche.

Rappel sur la mise en place de la politique contractuelle, « levier » pour l’intégration des TIC10

  • 10  Ce rappel a pour but d’aider à une meilleure compréhension du contexte de production des textes et (...)

12Historiquement, les établissements du supérieur étaient structurés par champ disciplinaire, selon une logique facultaire, qualifiée de « République des facultés » (Musselin, 2001). La loi Faure du 7 novembre 1968 supprime les anciennes facultés au profit d’une logique universitaire, donnant naissance, au-dessus des entités disciplinaires, à des établissements qui étaient censés poursuivre un idéal lié à la réunion des savoirs. Néanmoins, l’administration centrale continuait à prendre ses décisions

[…] en fonction de la situation de la discipline concernée par rapport à l’ensemble du territoire, plutôt qu’en tenant compte de la situation particulière de chaque établissement, et les universités restaient absentes des discours, des représentations et des pratiques des agents du ministère (Musselin, 2001 : 103).

  • 11  Circulaire N° 89-079 du 24 mars 1989, BO N°13 du 30 mars 1989, p. 761-765.

13C’est la massification de l’enseignement supérieur et la diversification interne des universités — formations non traditionnelles, plus courtes et plus professionnalisantes — qui vont conduire à un changement de pilotage de l’enseignement supérieur par le Ministère, rompant avec une logique de pilotage qui, malgré la loi Faure, demeurait facultaire (Musselin, 2001 : 102). En mars 1989, une circulaire détermine la politique dite contractuelle11.

  • 12  Textes que nous allons étudier, en particulier les textes désignés par le terme « annexe ». Voir l (...)

14Elle définit l’autonomisation des établissements du supérieur qui négocient, tous les quatre ans, avec l’autorité de tutelle. La base de la négociation est le projet d’établissement qui donne lieu à la signature, entre l’établissement et l’autorité de tutelle, d’un contrat quadriennal. Le financement des universités et des établissements du supérieur se fait à présent à partir d’une négociation entre le ministère et les établissements qui présentent leurs projets et les moyens y afférents. Le Ministère transmet des préconisations nationales12 mais chaque établissement, conformément aux réalités socio-démographiques de ses étudiants ainsi que de ses composantes disciplinaires, privilégie certains axes dans le projet qu’il rédige dans le cadre de la négociation, base du futur contrat quadriennal. Mettant fin à une logique facultaire, dite « de guichet », au cas par cas, le Ministère propose ainsi une nouvelle gestion et organisation de ses relations avec les établissements.

15L’université est « au centre des procédures, minimisant et marginalisant les références disciplinaires, renversant en quelques mois les pratiques et les principes qui avaient jusqu’alors caractérisé les modes de pilotage budgétaire » (Musselin, 2001 : 105). L’administration centrale est réorganisée afin de conduire cette politique qualifiée de « politique silencieuse » car les supports réglementaires sont peu nombreux.

16Avec la mise en place de la politique contractuelle, le Ministère, via la Direction de l’enseignement supérieur (DES), va définir quatre axes principaux pour le supérieur :

  • la documentation, via les bibliothèques,

  • l’enseignement,

  • la recherche,

  • la politique de gestion.

  • 13  « […] le défi est la vague qui déferle sur le monde, l’Europe, la France […] L’école est confronté (...)
  • 14  Le ministère de l’Éducation nationale est une autorité de tutelle. À ce titre, il occupe une posit (...)

17Les textes que nous avons étudiés s’inscrivent dans ce contexte et sont caractérisés par un style que nous pourrions qualifier de cadrage, marqués par une approche pragmatique et non métaphorique des TIC (Barats et Cardy, 2004), contrairement aux rapports parlementaires qui se multiplient au cours de cette même période et qui emploient de nombreuses métaphores, souvent alarmistes quant à la nécessité d’utiliser les TIC13. Les textes sont écrits dans le contexte de la mise en place de la politique contractuelle, et donc dans la logique de négociation qui vise à l’élaboration de catégories qui puissent décrire, évaluer, quantifier des pratiques et des coûts. Ils visent à susciter une adhésion (dimension rhétorique) et à susciter, voire prescrire (dimension normative). À l’exception du rapport Quéré (1994) et du PAGSI (Programme d’action gouvernemental pour la société de l’information, 1998), il s’agit de courriers, notes ou circulaires dont la dimension normative est liée aux conditions mêmes de production et de diffusion14. La portée de ces textes est prescriptive, mais le style se veut incitatif conformément au principe d’autonomie des établissements au cœur du mode de négociation de la politique contractuelle.

18Il y a donc une tension dans la logique de production de ces textes, entre la prescription d’une part, liée au statut de l’émetteur, autorité de tutelle, et l’incitation d’autre part, liée au mode de négociation incitatif de la politique contractuelle.

19C’est principalement dans ce cadre que va s’écrire l’intégration des TIC, comme nous allons le voir en étudiant le lien étroit entre la mise en place de la politique contractuelle, l’institutionnalisation de structures chargées des TIC et l’émergence de textes sur l’intégration des TIC.

1re étape (1988-1996)15. Variabilité terminologique ou le problème de la désignation de l’objet technique, visibilité et invisibilité du pilotage des TIC dans l’organigramme ministériel et mise en mots des technologies à la marge des formations

  • 15  Rappelons que cette présentation chronologique a pour but de faciliter la lecture des résultats et (...)
  • 16  « Les technologies d’information et de communication n’ont cessé, ces dernières années, de transfo (...)
  • 17  Nous avons volontairement mis l’accent dans cet article sur l’organisation du ministère, négligean (...)

20En 1988, un bureau ministériel rattaché à la Direction de l’enseignement supérieur (DESUP) est en charge des techniques pour l’enseignement et emploie dans son intitulé l’expression « techniques nouvelles d’enseignement ». Dès 1989, il est fait référence aux « nouvelles technologies », dans une circulaire datée du 24 mars de la Direction de l’enseignement supérieur (DES) adressée aux différents établissements du supérieur. Ce n’est qu’à partir de 1997 que l’expression « technologies de l’information et de la communication » s’impose dans les textes16. Ainsi, entre 1988 et 1994, l’étude des textes du ministère et des appellations des structures17 indique une variabilité terminologique quant à la désignation de l’objet technique.

21En ce qui concerne les organigrammes ministériels, ce sont les expressions « nouvelles technologies » ou « technologies nouvelles » qui dominent dans les appellations, que ce soit pour les structures ou dans l’intitulé des titres des chargés de mission.

22« Nouvelles technologies » est l’expression la plus couramment employée. Il s’agit principalement de l’audiovisuel, de l’informatique et, à l’époque, de la télématique. Les structures ministérielles ou les chargés de mission qui produisent et signent ces textes sont rattachés soit à la direction de la communication, soit à une mission sur le développement des technologies nouvelles pour l’enseignement, l’innovation pédagogique ou la formation.

  • 18  L’organigramme de l’administration centrale se compose d’un point de vue hiérarchique : le ministr (...)
  • 19  Nous souhaitons indiquer les noms et sigles de toutes les structures que l’organigramme fait appar (...)
  • 20  Professeur des universités, futur recteur de l’académie de Poitiers.
  • 21  Futur directeur de l’IUFM de Rouen en 1998, puis occupant à nouveau des fonctions ministérielles e (...)

23Ainsi, en 1988, un bureau18 de la « formation des formateurs et des techniques nouvelles d’enseignement » (télématique, vidéodisque, EAO) est rattaché à la « division de l’éducation permanente », elle-même dépendante de la « direction des enseignements supérieurs » (DESUP19). En 1989, toujours à la DESUP, le bureau disparaît, mais une mission liée au directeur Franck Metras20 est confiée à Yves Celanire21. C’est la mission « des équipements pédagogiques et des nouvelles technologies d’enseignement ». Cette mission se poursuit de 1990 à 1992.

  • 22  Informaticienne de formation, elle sera successivement chargée de mission (1993-1994), puis membre (...)

24De 1993 à 1995, il n’y a plus de visibilité institutionnelle, ce qui ne veut pas dire un désintérêt ministériel ou l’absence de l’importance en parallèle du jeu des acteurs. Par exemple, Maryse Quéré22 — qui jouera un rôle important dans l’intégration des TIC dans le supérieur — est chargée de mission. Elle ne figure pas dans le Bottin, ce qui est une pratique normale au ministère, le Bottin ne recensant pas de manière exhaustive l’ensemble des chargés de mission. La présence dans le Bottin peut donc être considérée comme un indicateur formel d’une reconnaissance institutionnelle. L’importance hiérarchique d’un chargé de mission peut être évaluée par rapport au secteur auquel il est rattaché, en l’occurrence DESUP puis DGES, ce qui témoigne de l’importance hiérarchique de cette mission pour le supérieur, indépendamment d’une structure ad hoc.

25Au cours de cette première période, compte tenu des critères que nous avons retenus, à savoir la terminologie et la présence d’une structure ad hoc et pérenne dans l’organigramme, il y a donc une variabilité terminologique et une succession de bureaux ou missions qui témoignent de l’instable mais progressive prise en charge institutionnelle de la question technologique. D’un point de vue hiérarchique, un « bureau » ou un « chargé de mission » dépend d’une « direction » ou d’une « sous-direction » et bénéficie donc d’une visibilité relative.

  • 23  L’organigramme relève aussi du discours dans les formes de désignation des structures.
  • 24  Nous faisons ici indirectement référence aux travaux américains sur la question des effets des méd (...)

26Parallèlement aux textes ministériels23, la place (ou l’absence de place) organisationnelle accordée aux technologies est un indicateur symbolique et fonctionnel de l’importance accordée à cette question et à la façon dont elle est abordée. La sociologie des organisations a montré les limites d’une approche sans travail de mise en perspective des organigrammes qui ne peuvent pas être appréhendés comme le reflet de l’organisation concrète. Il n’en demeure pas moins que l’étude diachronique de l’organisation ministérielle, telle qu’elle se donne à lire à partir de l’organigramme, permet d’appréhender un mode de communication interne et externe. Il s’agit d’examiner les modalités d’une mise en structure ou non d’une question qui émerge dans l’agenda public, et en particulier dans l’agenda ministériel24.

27À partir de l’étude du Bottin administratif, nous avons ainsi observé qu’au cours de cette première période, de 1988 à 1996, la reconnaissance institutionnelle du pilotage des TIC n’est pas encore stabilisée et qu’elle s’accompagne d’une pluralité terminologique.

  • 25  Pour une approche diachronique depuis 1960 des technologies appliquées à la formation, voir Albero (...)

28L’expression « nouvelles technologies » succède à « techniques nouvelles d’enseignement ». Les techniques envisagées par ces différentes expressions ne recouvrent pas encore les TIC, telles qu’elles seront envisagées à partir de 2000 : bureau virtuel, environnement numérique de travail, développement du multimédia, de la visioconférence, des campus numériques. Il s’agit d’une période que nous pouvons considérer comme une période de développement de l’informatique, avec sa composante calcul et sa nouvelle composante de réseau ou informationnelle25.

  • 26  Directeur de l’ESEN (École supérieure de l’éducation nationale, 2003-2006), ancien président de Pa (...)
  • 27  Ce point renvoie à la question du terrain en sciences sociales, et en particulier ce en quoi il co (...)

29Cette variabilité institutionnelle quant à la reconnaissance des TIC va céder la place à une période de progressive stabilité et de reconnaissance formelle avec la création en 1996 de la DISTNB (Direction de l’information scientifique, des technologies nouvelles et des bibliothèques), dirigée par Bernard Dizambourg26, et d’une sous-direction des technologies nouvelles, dirigée par Clara Danon. Nous pouvons souligner que le sigle de cette direction reprend l’expression « technologies nouvelles » qui a émergé dans les textes et les appellations ministériels au cours de cette première période (1988 à 1996). L’organigramme rend compte, avec un décalage temporel, de cette mise en mots. L’acronyme TIC sera employée dans les textes diffusés par la DISTNB et c’est également avec un décalage dans le temps qu’une structure adopte la terminologie TIC, en 1997, puis en 2001, l’acronyme TICE (technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement ou éducatives). Ce décalage chronologique confirme la nécessaire prudence quant à l’exploitation scientifique du terrain et à ses conclusions27. En effet, nous avons observé que l’emploi de l’acronyme TIC dans les textes ministériels précède son adoption par une structure ad hoc. Ce constat justifie l’utilisation prudente que nous faisons du Bottin, qui ne peut pas être étudié comme un indicateur du fonctionnement concret de l’autorité de tutelle, ni comme le seul signe de l’émergence ou de la prise en compte des TIC par l’institution. En effet, le Bottin ne rend pas compte du jeu des acteurs, inscrits ou non au sein de l’organigramme. Nous utilisons le Bottin comme un indicateur d’une volonté affichée de structuration des TIC, ce qui ne présume pas de la réalité de cette structuration, ni des moyens humains et financiers qui lui sont accordés. Ainsi, la DISTNB ne disposera pas de budget spécifique et aura donc essentiellement un rôle de promotion des TIC. Rappelons que nous considérons également qu’il s’agit de l’indicateur d’une volonté d’accorder une visibilité organisationnelle aux TIC dans une logique de communication interne et externe, c’est-à-dire au sein du ministère et vis-à-vis des établissements du supérieur, des autres ministères, voire des médias.

  • 28  Le choix de « technologie » dans un contexte éducatif est proche de l’anglais « instructional tech (...)

30Ce décalage temporel entre les discours, d’une part, et, d’autre part, le choix terminologique et la visibilité au sein de l’organigramme, à partir de sa mise en mots, indique également une hésitation terminologique liée à l’objet, à savoir les technologies28. En effet, les hésitations lexicales et les glissements sémantiques que nous avons observés lors de l’étude de l’organigramme et des textes du ministère soulignent les difficultés liées à l’objet technique et à ses usages, pour les désigner et les nommer : télématique, informatique, audiovisuel, multimédia, Internet, visioconférence, EAO (enseignement assisté par ordinateur), FOAD (formation ouverte et à distance), ENT (environnement numérique de travail), campus numérique…

31De plus, dans le champ de l’éducation, l’abandon ou la fluctuation des projets de mécanisation de l’enseignement expliquent ces imprécisions ou hésitations. Pour Pierre Moeglin (1998 : 103), la diversité des expériences menées dans le domaine de l’éducation, leur abandon ou leur échec contribuent aux difficultés pour désigner et nommer ces technologies éducatives dont les techniques et les appellations peuvent se révéler éphémères. Ainsi, les termes ou sigles utilisés pour désigner la ou les techniques (télématique, informatique…) côtoient des expressions plus généralistes comme « nouvelles technologies » ou « TIC ». Les expressions « nouvelles technologies » ou « TIC » permettent d’éviter une désignation trop spécifique, donc restrictive, d’une technologie éducative au devenir incertain.

32Si l’étude de l’organigramme du ministère de 1988 à 1996 rend ainsi compte d’une diversité terminologique, nous avons également observé une variabilité organisationnelle quant au type de structure susceptible de prendre en charge la question des TIC (« bureau », « chargé de mission »). Les enjeux ne sont plus simplement liés à la question de l’objet technique et de ses applications dans le champ de l’enseignement, ils sont également liés à la place hiérarchique de cette question au sein de l’autorité de tutelle, c’est-à-dire à son positionnement institutionnel et donc à sa visibilité, comme nous l’avons souligné.

33À partir d’une étude terminologique et thématique de l’ensemble de ces textes, nous avons également analysé comment un discours se construit définissant la place que les technologies sont censées occuper dans les dispositifs de formation. Ainsi, au cours de cette première période (1988-1996), les « nouvelles technologies » sont envisagées dans les textes ministériels à la marge des dispositifs de formation, c’est-à-dire dans leur environnement afin d’améliorer « les conditions d’enseignement ».

Des exemples (nous soulignons).

  • 29  Cas exceptionnel, unique, d’adresse directe du Ministère aux établissements.

24 mars 1989, circulaire sur la politique contractuelle

« II/ Objectifs en matière d’environnement des formations

2° – Amélioration des conditions d’enseignement

b/ Les nouvelles technologies

L’utilisation pédagogique de l’audiovisuel, l’informatique et la télématique favorise l’individualisation de l’enseignement, l’organisation d’actions de soutien, le développement d’activités nouvelles, contribuant ainsi à une plus grande autonomie et à la réussite des étudiants. »

24 mars 1989, circulaire sur la politique contractuelle. « Le ministère entend […] encourager […] une politique en faveur du développement de l’utilisation des nouvelles technologies dans l’enseignement. » « Pour l’informatique pédagogique, un travail de programmation […] vous a été demandé29 […]. Cette réflexion doit bien naturellement pouvoir être utilisée, dans le cadre de la procédure contractuelle. »

7 septembre 1994, courrier DGES. « Il est certain aussi que les technologies nouvelles permettent, dans l’ensemble des filières et pour tous les étudiants, de favoriser l’apprentissage de l’autonomie, d’offrir des enseignements transversaux efficaces et de réduire l’échec. »

  • 30  Réseau qui a été déployé dans les années 1990 et qui a donné lieu à la constitution d’un groupemen (...)

34Cette première approche tend à accorder aux technologies une place non centrale dans les dispositifs de formation. La priorité à l’époque est encore l’équipement informatique des établissements ainsi que leur mise en réseau avec RENATER (réseau national de télécommunication pour la technologie, l’enseignement et la recherche)30. Elle s’accompagne en parallèle d’un important travail de sensibilisation de la part des acteurs, en particulier de la part de Maryse Quéré, qui rédige en 1994 un rapport annonçant l’émergence d’une nouvelle étape dans la politique ministérielle et la place attribuée aux technologies dans les dispositifs de formation. À partir de 1996, la politique ministérielle est ainsi caractérisée par une stabilisation terminologique avec l’adoption de l’acronyme TIC dans les textes ministériels, une visibilité institutionnelle croissante avec la mise en place d’une « direction » en charge des « technologies nouvelles » et une nouvelle approche quant à la place des technologies dans les dispositifs de formation, à savoir l’incitation de nouvelles formes d’enseignement : « l’enseignement sur mesure », expression introduite par le rapport de Maryse Quéré.

2e étape (1996-1997). Émergence de l’acronyme TIC, visibilité institutionnelle du pilotage des TIC et nouvelles formes d’enseignement, fruit du travail de sensibilisation interne et signe d’une préoccupation intergouvernementale

35À partir de 1996, les « technologies nouvelles » ou « nouvelles technologies » occupent une place de plus en plus importante en termes de positionnement hiérarchique et de visibilité dans l’organigramme ministériel, avec respectivement la DISTNB (Direction de l’information scientifique, des technologies nouvelles et des bibliothèques, 1996-1997), la SDTETIC (Sous-direction des technologies éducatives, technologies de l’information et de la communication, 1997-2001) et la SDTICE (Sous-direction des technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement, depuis 2001). Le Ministère a ainsi adopté en 1996 une structure ad hoc en charge de la question technologique.

  • 31  Voir tableau récapitulatif en fin d’article indiquant le nombre de rapports publiés au cours des d (...)

36L’année 1996 marque un tournant d’un point de vue institutionnel, car elle rend compte d’une stabilisation quant à la présence du pilotage des technologies dans l’organigramme avec une direction, puis en 1997, une sous-direction dédiées aux TIC. Mais c’est en 1997 que ce tournant est visible dans les textes du ministère avec la publication, en mai, d’une note au Bulletin officiel rédigée par la DISTNB, indice de la stabilisation terminologique du sigle TIC dans les textes ministériels et de la visibilité croissante de cette question. Cette période est importante à deux titres : elle rend visible le travail de sensibilisation opéré par les acteurs au sein du ministère, elle témoigne également de l’émergence d’une préoccupation intergouvernementale avec la publicisation du thème des TIC en 199731.

  • 32  Ce rapport est très souvent cité par les acteurs des TIC dans le supérieur (Moeglin, 1998 : 17).
  • 33  Entretien du 23 juin 2005.

37Cette période est d’abord essentielle par rapport au travail de sensibilisation effectué au cours de la période précédente par les différents acteurs du supérieur. Comme nous le soulignions, dès 1993, Maryse Quéré, chargée de mission, sans structure ad hoc, avait contribué à ce travail en rédigeant un rapport ministériel (1994) qui a fait référence dans le domaine des TIC dans le supérieur32. Elle y défend l’idée que les « outils techniques » contribueront à un « enseignement médiatisé », qu’elle qualifie de « sur mesure », et qui placera l’étudiant au cœur de la formation. Ce rapport met l’accent sur les transformations mêmes de la formation avec l’expression « sur mesure » qui fait écho à d’autres expressions qui lui succéderont comme « formation tout au long de la vie ». Maryse Quéré, qui ne dispose pas d’une visibilité organisationnelle, ni de moyens financiers, jouera cependant un rôle essentiel de sensibilisation. Elle considérera également que la mise en place de la politique contractuelle est un moyen à saisir pour contribuer à l’intégration des TIC. Dès 1993, Maryse Quéré participe à l’expertise par le Ministère des projets des établissements dans le domaine des technologies pour la négociation du contrat quadriennal. Bernard Dizambourg considère lui aussi la politique contractuelle comme une opportunité, un « levier » pour contribuer à l’intégration des TIC dans le supérieur33. Le sigle de la DISTNB se présente comme un écho à la nouvelle structuration du supérieur avec l’information scientifique, les technologies et les bibliothèques, deux des principaux axes du pilotage quadriennal du supérieur qui sont, rappelons-le, la documentation, via les bibliothèques, l’enseignement, la recherche et la politique de gestion.

  • 34  Annexe 6 et aujourd’hui, annexe 8.

38La DISTNB, à la recherche d’outils pour favoriser l’intégration des TIC, s’inscrira donc dans le cadre de la politique contractuelle en participant à la rédaction de textes qui, eux, entrent dans le cadre de la négociation. Ainsi, une annexe aux documents ministériels envoyée lors de la phase de négociation pour la signature du contrat quadriennal et présentant les préconisations de l’autorité de tutelle34 est rédigée par la DISTNB, puis par les structures ad hoc qui lui succèdent. Dans le cadre de notre étude du discours ministériel sur l’intégration des TIC (Barats, 2006), nous avons observé que ce sont très souvent des textes utiles à la négociation et émis dans le cadre de la politique contractuelle (textes de cadrage et annexes) qui abordent la question technologique.

39Notre analyse des textes ministériels au cours de cette période indique qu’à partir de 1994, les TIC s’inscrivent donc dans des « nouvelles formes d’accès à l’enseignement ».

Des exemples (nous soulignons).

7 septembre 1994, courrier DGES. « I/ 3. Dynamiser l’enseignement sur mesure et la formation continue. Le rapport de Madame Quéré concernant l’enseignement à distance et les mesures qui ont été prises en vue d’encourager la formation continue fournissent une référence pour le développement de nouvelles formes d’accès à l’enseignement supérieur permettant de répondre en partie aux problèmes de croissance des établissements. »

31 mai 1996, courrier DGES. « De nombreux établissement qui ont expérimenté avec succès l’utilisation des ressources multimédias de formation en complément ou en substitution d’un enseignement traditionnel et permettant notamment de développer l’enseignement sur mesure. »

3 juillet 1997, courrier DGES. « […] par exemple, les ressources d’information peuvent conforter les modalités d’aide à la réussite, favoriser les réorientations, renforcer le caractère universitaire des sites distants, permettre de toucher de nouveaux publics […] »

16 janvier 1998, PAGSI. « Outre ces nouveaux modes de travail, les technologies de l’information et de la communication peuvent favoriser le développement de l’enseignement à distance et de l’enseignement sur mesure (autoformation, formation tutorée, etc.) qui placent l’élève comme l’étudiant au centre de la préoccupation pédagogique. »

  • 35  Les TIC sont l’objet d’une politique intergouvernementale.

40C’est la prise en compte de la diversification des méthodes d’enseignement, des réalités du monde professionnel, des effectifs étudiants, de la nécessité d’une aide à la réussite et à l’autonomie qui sont les principaux arguments visant à l’intégration des TIC. L’émergence d’arguments socio-économiques souligne la dimension extra-universitaire de cette intégration35, ainsi que la circulation d’arguments comme celui de « l’indispensable maîtrise » de ces outils, donnant lieu à une certification en 2002 (le C2i, Certificat informatique et Internet), sont le point d’aboutissement de l’intégration des TIC.

  • 36  Entretien du 23 juin 2005, Bernard Dizambourg.
  • 37  Entretien du 21 juin 2005, Françoise Thibault.

41Les équipes de la DISTNB, comme plus tard celles de la SDTETIC et de la SDTICE, ne seront pas associées seulement à la définition de la politique contractuelle, mais aussi au travail d’expertise des projets d’établissement36. En 1995, un tiers des projets d’établissements comportent un volet TIC ; en 1998, tous les projets d’établissements comportent un volet TIC37.

42Maryse Quéré ne parviendra pas à imposer durablement l’expression « enseignement sur mesure » et ce n’est qu’à partir de 1995 que son travail de sensibilisation, et celui d’autres acteurs, devient visible avec la multiplication de textes ou de préconisations adressés par le Ministère aux établissements.

  • 38  Nous avons effectué en 2004 une enquête par questionnaire auprès des conseillers TIC, portant sur (...)

43Bernard Dizambourd, directeur de la DISTNB (1996-1997), est auditionné en 1997 dans le cadre du rapport du sénateur René Tregouët diffusé en avril 1998 sur les conséquences des technologies de l’information sur la société française à l’aube du xxie siècle. Il accompagne des parlementaires en mission et participe à de nombreux colloques sur le thème des TIC et de l’enseignement. Il multipliera les démarches pour sensibiliser les acteurs du supérieur aux TIC, en interne au sein du ministère, et en externe auprès des établissements du supérieur. Il est à l’origine d’une préconisation ministérielle essentielle, définie dans le cadre des contrats quadriennaux entre l’autorité de tutelle et les établissements, à savoir la désignation auprès du président d’université d’un conseiller ou chargé de mission ayant pour rôle l’impulsion et la coordination des projets TIC. Cette préconisation, inscrite dans le cadre de la politique contractuelle, est capitale, car elle rend possible au sein de l’établissement la mise en place d’une politique TIC spécifique, soutenue par le président de l’établissement38.

  • 39  Entretien du 23 juin 2005.
  • 40  Entretien du 23 juin 2005.
  • 41  Entretien du 21 juin 05.

44Pour Bernard Dizambourg, c’est davantage la publicisation du thème des TIC en dehors du supérieur, et en particulier, la pression que vont exercer sur le gouvernement certains élus (par exemple le sénateur René Trégouët) qui contribueront à la prise en compte de cette question par le Ministère39. Il est important de noter que l’absence de structure stable au sein du ministère, jusqu’en 1996, est à conjuguer avec une absence de moyens humains et financiers. Bernard Dizambourd40 (DISTNB) et Françoise Thibault41 (chargée du bureau du supérieur à la SDTETIC, de 1997 à 2000) disposeront d’une équipe de moins de cinq à six personnes pour mener à bien l’intégration des TIC, ce qui, compte tenu du nombre d’établissements du supérieur (presque 80), de leur répartition géographique et de la diversité des acteurs potentiels ou des projets liés aux TIC, est limité. Notons par ailleurs que la Direction de la Recherche, en charge des infrastructures de réseau (comme RENATER), témoigne d’une plus grande capacité à mobiliser des budgets.

  • 42  Voir tableau récapitulatif et liste des rapports situés en fin d’article.

45Cette période est aussi importante à un second titre. En effet, elle rend compte d’un pic de publicisation du thème des TIC, en dehors du ministère. De très nombreux rapports sur le thème des TIC, de ses enjeux économiques et sociaux sont publiés entre 1995 et 1998. Ils sont souvent alarmistes et ils mettent en avant les thèmes de la « menace » et du « retard » : « menace » de non-compétitivité de la France dans le domaine des TIC et de son « retard » corrélatif (Barats et Cardy, 2004)42. De plus, 1997-1998 correspond à la mise en place d’un programme intergouvernemental pour la société de l’information — PAGSI adopté par le Comité interministériel pour la société de l’information (CISI), le 16 janvier 1998—, ce qui confirme l’inscription des TIC dans l’agenda ministériel et gouvernemental.

46Des facteurs externes expliquent donc également la stabilisation terminologique et la reconnaissance organisationnelle des TIC dans le supérieur.

3e étape (1997-2006). Émergence de l’acronyme TICE, visibilité et stabilité institutionnelle du pilotage des TIC, logique de communication et maîtrise indispensable des TIC pour les étudiants

  • 43  Les technologies éducatives sont distinguées des TIC.
  • 44  Rattachée à la Direction de la Technologie (DT) du ministère de la Recherche.
  • 45  La SDTETIC devient la SDTICE par arrêté du 18 septembre 2001 modifiant l’arrêté du 17 décembre 199 (...)

47À partir de 1997, les TIC se voient dotées d’une sous-direction : la SDTETIC (sous-direction des technologies éducatives43, technologies de l’information et de la communication)44 deviendra en 2001 la SDTICE (sous-direction des technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement)45.

48Le choix de l’acronyme TICE en 2001, pour désigner cette sous-direction rattachée à la direction de la technologie, semble indiquer une stabilisation terminologique et un apparent consensus lexical qui masquent cependant la variété des acceptions et des techniques que recouvre cet acronyme dans les préconisations ministérielles ou dans les pratiques.

49Jusqu’en 2001, l’expression TICE n’était utilisée que dans le champ scolaire, sans parvenir à s’imposer dans le supérieur. Ces deux secteurs de l’enseignement sont attribués à des directions différentes : la DESCO (direction de l’enseignement scolaire) et la DES (direction de l’enseignement supérieur). De même, la SDTETIC (sous-direction des technologies éducatives, technologies de l’information et de la communication) créée en 1997 et rattachée à la DT (direction de la technologie) aura deux bureaux : un consacré au scolaire et un consacré au supérieur (à partir de 1999). Cette séparation organisationnelle est liée à une séparation conceptuelle et historique entre l’enseignement scolaire et l’enseignement supérieur. Cependant, si ces deux secteurs sont séparés, ils sont rattachés pour les TICE, entre 1999 et 2003, à une même sous-direction, ce qui implique la participation à des réunions communes, donc des points de contact, voire des collaborations, comme si la question technologique imposait une approche transversale et non plus uniquement par secteur d’enseignement. La séparation organisationnelle entre le scolaire et le supérieur demeure, mais à une moindre échelle et avec des points de contact obligés au sein de la SDTETIC.

50Si l’expression TICE est fréquente dans le champ scolaire bien avant 2000, ce n’est donc que très progressivement, à partir de 2001, qu’elle va aussi être reprise dans le supérieur. Les points de contact entre le scolaire et le supérieur au sein de la SDTETIC expliquent sûrement l’adoption de ce sigle. Mais des changements plus significatifs de définition des TIC dans les textes ministériels l’expliquent également. Nous avons ainsi observé, dans les textes adressés par le Ministère aux établissements du supérieur, que les TIC sont d’abord envisagées dans l’environnement des formations (rendre accessible aux étudiants un dispositif de ressources informatisées, 1989-1994), puis à partir de 1997, et très nettement en 2000 avec l’opération campus numérique qui vise à développer une offre de formation à distance, les TIC sont présentées en relation avec les formations initiales, continues et à distance, donc dans une perspective globale d’enseignement. Cette nouvelle approche pour le supérieur peut potentiellement être source de tension ou de changement car, de fait, les questions de pédagogie, de modalités d’enseignement ne constituent pas une priorité pour le supérieur, contrairement au scolaire. Les carrières des enseignants-chercheurs sont supposées être évaluées à partir de critères scientifiques, en termes de publication. Les enseignants du supérieur ne sont pas soumis à des évaluations de leurs enseignements, contrairement aux enseignants du scolaire. Le choix des sigles reflète donc également les enjeux liés à la conception même de la formation (Moeglin, 1998).

51La SDTETIC (future SDTICE), dirigée par Clara Danon, est à l’initiative en 2000 du premier appel à projets pour la constitution de campus numériques, opération ponctuelle qui vise à développer l’offre de formation dite ouverte et à distance. Elle comprend un bureau chargé du supérieur (1999), dont la responsable est Françoise Thibault, bureau qui sera supprimé en 2003. Le rôle d’impulsion de cette sous-direction, et en particulier du bureau en charge du supérieur, est important. En effet, il initie, en parallèle de la politique contractuelle, le principe des appels à projet dans le domaine des TIC avec l’opération campus numérique. Cette opération dispose d’un budget spécifique de 18 MF en 2000, 61,5 en 2001 et 66,5 en 2003, dont 20 MF de la DATAR (Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale)46.

  • 47  Il occupait auparavant le poste de directeur du Videoscop de Nancy 2.
  • 48  Vie universitaire, n° 108, 30 septembre 2003.
  • 49  Voir le site éducnet (http://tice.education.fr/educnet/Public/superieur/wifi) et le site de la dél (...)
  • 50  Le sigle UMP remplace le sigle RPR (Rassemblement Pour la République, 1976-2002), congrès fondateu (...)

52En novembre 2001, Philippe Perrey47 remplace Françoise Thibault au bureau du supérieur de la SDTICE et démissionne en septembre 2003, pour intégrer la Direction de l’enseignement supérieur (DES)48. La réorganisation, en septembre 2003, de la sous-direction par son nouveau responsable, Benoît Sillard, souligne les enjeux organisationnels et symboliques liés à « l’institutionnalisation » des TIC, ses liens affichés entre le scolaire et le supérieur et son rôle d’impulsion. Benoît Sillard, ancien directeur de Fun Radio, est aussi délégué interministériel aux usages d’Internet. Il lancera en septembre 2004 l’opération « un portable pour <le prix d’un café par jour> », aussi appelée opération « Micro Portable Étudiant » ou MiPE49, ce qui confirme le rôle d’impulsion confié à cette sous-direction pour l’intégration des TIC dans le supérieur, rôle qu’elle avait déjà incarné lors de l’appel à projets campus numérique en 2000, 2001 et 2002. Issu du secteur privé, et en particulier du secteur de la communication, Benoît Sillard présente un profil qui rompt avec les profils antérieurs des acteurs qui ont joué un rôle dans l’intégration des TIC dans le supérieur. En effet, que ce soit Yves Célanire, Maryse Quéré, Bernard Dizambourg, Clara Danon, Françoise Thibault ou Philippe Perrey, ils étaient tous issus du champ scolaire ou du champ du supérieur. Nous pourrions parler de « recrutement endogène » dans le champ de l’enseignement, ce qui n’est plus le cas avec Benoît Sillard. Nous pouvons émettre l’hypothèse que la publicisation du thème des TIC dans l’ensemble des champs de la société explique ce choix. Les TIC sont en effet une préoccupation intergouvernementale. D’autre part, l’alternance politique de 2002 et l’arrivée au gouvernement de Jean-Pierre Raffarin (UMP, Union pour un mouvement populaire50) peut également expliquer le choix d’une personnalité issue du secteur privé, contrairement aux pratiques précédentes de recrutement.

  • 51  BO n° 4 du 8 juin 2006, organisation de l’administration centrale du ministère de l’Éducation nati (...)

53En juin 200651, l’administration centrale a fait l’objet d’une nouvelle organisation : la SDTICE demeure, ainsi que son sous-directeur, mais elle se trouve rattachée, non plus à la direction de la technologie qui a disparu mais au secrétariat général (rattaché au ministre) et au service des technologies et des systèmes d’information. Cette nouvelle organisation est liée à des logiques ministérielles internes visant à limiter l’administration centrale à trois directions générales (« scolaire », « supérieur » et « recherche et innovation ») et à un secrétariat général. Le maintien de la SDTICE confirme l’institutionnalisation de la question technologique, mais il souligne également la difficulté de son rattachement institutionnel entre scolaire, supérieur et recherche. Cette réorganisation indique aussi l’importance des logiques internes indépendantes de la question technologique.

54C’est le 28 septembre 2004 que la SDTICE a lancé l’opération MiPE. Cette opération ne donne pas lieu à un financement direct par le Ministère puisqu’elle vise à susciter l’acquisition d’un portable par les étudiants. Dans ce cadre, le Ministère subventionne l’équipement des établissements en réseau local sans fil (Wifi) à hauteur de 60 % du coût de l’équipement et à hauteur d’une subvention plafonnée à 20 000 euros par établissement pour 2004. Cette opération a été prolongée pour l’année universitaire 2006-2007, elle est présentée sur le site de la délégation aux usages d’Internet comme un « levier pour la généralisation d’Internet chez les étudiants ». En septembre 2006, le site ministériel Educnet (www.educnet.education.fr) annonçait 353 000 portables achetés en 2004 et 228 000 pour 2005 ; 30 % des étudiants seraient équipés en micro-ordinateurs portables, soit environ 400 000 étudiants sur 1 426 500 étudiants inscrits dans les 83 universités françaises en 2005-2006. Très différente de l’opération campus numérique qui visait le développement des TIC dans les formations universitaires françaises à distance grâce à la mise en place de consortiums et de partenariats, cette opération privilégie l’équipement des étudiants en partenariat avec des constructeurs, des éditeurs de logiciels et des banques. Elle s’accompagne de plusieurs campagnes de communication, soulignant la prégnance de logiques de communication qui ne doivent pas être sans rapport avec le profil de Benoît Sillard et son passé de directeur de Fun radio :

    • 52  Depuis mars 2006, un nouveau slogan figure sur les nouvelles affiches de la campagne 2005-2006 « B (...)

    une logique rhétorique de type slogan (exemple : « pour le prix d’un café »52),

    • 53  Les étudiants sont la « cible » de cette logique de communication, rappelons que Fun radio s’adres (...)

    la multiplication de supports de communication : affiches, plusieurs sites Internet et en avril 2005 la création d’un weblog (blog), carnet de notes quotidien électronique en augmentation exponentielle sur Internet au cours de l’année 2005, http://www.leblogmicroportable.com53.

55Les derniers outils de communication de cette opération disponibles sur le site Éducnet du ministère de l’Éducation nationale confirment le changement de logique de communication et de ton de cette sous-direction :

56Le micro portable pour le prix d’un café par jour affiche de nouveaux objectifs pour 2006, à savoir :

  • 25 % d’étudiants équipés,

  • 100 % des campus offrant l’accès gratuit à Internet,

  • 100 % des établissements développant des mesures d’aide aux étudiants (cautions ou aides financières ou prêts d’ordinateurs…) et des dispositifs d’accompagnement et de formation. (http://www.educnet.education.fr)

  • 54  Le site Éducnet indique ainsi que des disparités importantes existent entre les établissements du (...)

57La référence aux pourcentages et l’emploi de l’expression « pour le prix d’un café par jour » (qui fait référence à la culture étudiante) soulignent ce changement d’approche et de ton. Cela confirme la visibilité croissante des TIC dans le supérieur, leur banalisation et le poids des logiques de communication. Ces chiffres abstraits qui se veulent égalitaristes sous-entendant une équité avec un accès égal pour tous (100 %) montrent l’instrumentalisation de la thématique des TIC au sens où ces chiffres tendent à imposer une image d’accessibilité aux outils techniques et à la connaissance en général, occultant de la sorte les inégalités dont l’enseignement supérieur est le théâtre54. Cette opération indique également une externalisation des coûts d’équipement qui, avec cette opération, sont à la charge des étudiants et des établissements, et donc dans une bien moindre mesure à la charge du ministère de l’Éducation nationale.

  • 55  C2i : BO du 9 mai 2002, BO du 11 mars 2004 et BO du 14 avril 2005.

58En ce qui concerne l’étude des textes ministériels, nous pouvons observer, à partir de 1997, une nouvelle étape dans la place attribuée aux TIC dans les dispositifs de formation : les TIC sont en effet intégrées à toutes les formes de formation. De la formation initiale à la formation continue, elles sont présentées comme une composante incontournable et elles donnent lieu, à partir de 2002, à un dispositif de certification de compétences : le certificat informatique et Internet (C2i) destiné aux étudiants et aux personnels55.

Des exemples (nous soulignons).

30 avril 2002, Certificat informatique et Internet. « La rapide évolution des technologies de l’information et de la communication a engendré au cours de ces dernières années une progression notable des applications disponibles dans la vie courante et dans la vie professionnelle. Toute personne est aujourd’hui concernée par l’usage désormais banalisé d’outils informatiques. […] Dans ce nouveau contexte, les finalités relatives aux technologies de l’information et de la communication sont doubles ; il s’agit : de permettre aux étudiants de maîtriser les compétences qui sont désormais indispensables à la poursuite d’études supérieures et d’être capables de faire évoluer ces compétences en fonction des développements technologiques ; de pouvoir établir qu’ils maîtrisent des compétences qui les aideront à s’insérer dans le monde des activités professionnelles à la fin de leur cursus. »

2 mars 2004, circulaire C2i, niveau 2 « enseignant ». « La rapide évolution des technologies de l’information et de la communication (TIC) a engendré au cours de ces dernières années une progression notable des équipements disponibles dans les établissements d’enseignement. […] Il a été engagé un effort particulier pour la maîtrise de ces nouveaux outils de production, de transformation et de diffusion de l’information par l’ensemble de la société. L’éducation nationale contribue naturellement à ce projet d’une société de l’information pour tous qui nécessite un effort éducatif ambitieux. Son rôle est de dispenser à chaque citoyen la formation qui, à terme, le mettra à même de faire des TIC une utilisation raisonnée. […] est donc institué un certificat informatique et internet […]. »

Annexe 8, 2005. « Une vision à long terme : L’évolution des technologies de l’information et de la communication, leur intégration dans l’ensemble des secteurs d’activité des établissements et l’objectif de généralisation de leur usage rendent nécessaire l’inscription du projet quadriennal TIC des établissements dans une vision à long terme. »

Conclusion

59Nous avons ainsi trois périodes correspondant à trois approches d’intégration des TIC : une première période marquée par une présentation des TIC comme outil visant à améliorer les conditions d’enseignement (1988-1996), une deuxième période marquée par une présentation des TIC comme outil visant à la mise en place de nouvelles formes de formation (« enseignement sur mesure », « formation tout au long de la vie » ; 1994/1996-1997), et enfin une troisième période (à partir de 1997) qui correspond au pic de publicisation des TIC dans de nombreux domaines de la société et qui conduit à la mise en place d’une certification TIC qui doit pouvoir être proposée à l’ensemble des étudiants et des personnels.

60Les approches en termes d’environnement des formations ou de formation à distance (opérations campus de 2000, 2001 et 2002) sont remplacées par :

  • l’équipement des étudiants (opération Microportable étudiant depuis 2003 MiPE),

  • le développement du Wifi dans les établissements,

    • 56  Entretien avec Benoît Sillard, le 6 janvier 2006, directeur de la SDTICE depuis 2001 et délégué in (...)

    la mise en place des Environnements numériques de travail (ENT), Université numérique régionale ou thématique (UNR et UNT)56.

61Avec la définition en 2002 d’une certification informatique et Internet (le C2i), le développement du réseau sans fil (Wifi), les UNR (Universités Numériques en Région) ou les UNT (Universités Numériques Thématiques), nous pouvons observer le passage d’un discours promotionnel et d’impulsion à un discours de généralisation et d’appropriation de l’usage des TIC. Les discours induisent ainsi une appropriation des TIC par une diversité d’acteurs (enseignants, enseignants-chercheurs, chercheurs, étudiants, personnel administratif, personnel technique…), déplaçant la question des technologies éducatives et la question du rapport au savoir vers celui de la banalisation des TIC et de la compétence TIC.

62L’étude de l’institutionnalisation des TIC par le ministère de l’Éducation nationale indique donc une reconnaissance institutionnelle du pilotage des TIC par l’autorité de tutelle. Depuis 1997 et le pic de publicisation et de promotion des TIC en France dans l’espace public, cette reconnaissance institutionnelle a été constante. Le fait que l’actuel directeur de la SDTICE soit également délégué interministériel aux usages d’Internet confirme l’acuité de cette question dans le champ de l’enseignement ainsi que dans l’espace public en général, indice de la banalisation des TIC. Les structures mises en place par le Ministère, au cours de la période étudiée, ont confirmé le rôle d’impulsion accordé à ces directions ou sous-directions, à travers des appels à projets, et posé la question de la place de la technologie dans les dispositifs de formation. Si les TIC furent, dans un premier temps, envisagées uniquement dans l’environnement des formations, elles sont aujourd’hui présentées, représentées comme une compétence indispensable, incontournable. L’apparent consensus lié au choix de l’acronyme TICE masque cependant une diversité de technologies et de pratiques, comme nous l’observons actuellement à partir d’un travail monographique que nous menons au sein de plusieurs établissements du supérieur. La question de la pérennité des technologies demeure ainsi que celle des finalités éducatives ou pédagogiques, indépendamment de la banalisation des TIC. Comment les acteurs des établissements s’approprient les TIC, pour quels usages et en fonction de quelles logiques ? De grandes disparités entre établissements existent, en termes d’usages et de coûts, y compris au sein d’un même établissement, entre différentes composantes. Le consensus de l’acronyme TICE, repris au sein des établissements avec la nomination de conseillers TICE ou vice-présidence TICE, occulte des dissensions suscitées ou réactivées par la question technologique.

63Si cette question s’avère aujourd’hui, dans le cas du ministère, au centre de logiques de communication, tentant d’associer les TIC et le public étudiants — « pour le prix d’un café », comme le dit la formule qui se veut attractive de l’opération « micro portable étudiant » —, elle donne lieu à une diversité de politiques d’établissement et de pratiques. C’est tout l’objet de notre travail monographique en cours, visant à confronter les préconisations ministérielles aux réalités des établissements.

Haut de page

Bibliographie

ALBÉRO, Brigitte (2004), « Technologies et formation : travaux, interrogations, pistes de réflexion dans un champ de recherche éclaté », Savoir, n° 5.

BARATS, Christine (2006), « Les mythes du supérieur à l’heure des TIC, analyse de la rhétorique ministérielle », Colloque EUTIC06, Université Libre de Bruxelles, 13, 14, 15 septembre.

BARATS, Christine, et Hélène CARDY (2004), « Promesse, menace : l’enseignement supérieur français à l’ère du numérique », colloque TIC, représentations et appropriations sociales, LIMSIC, Dijon, 28-29 octobre.

BOUCHARD, Julie (2006), « L’invention du retard comme rhétorique de l’insuffisance et du changement », Mots, no 80.

FLICHY, Patrice (2001) L’imaginaire d’Internet, Paris, La Découverte.

FLICHY, Patrice (2003) L’innovation technique, Paris, La Découverte.

MATTELART, Armand (2000), Histoire de l’utopie planétaire. De la cité prophétique à la société globale, Paris, La Découverte.

MCCOMBS, Maxwell, et Donald SHAW (1972), « The agenda-setting function of mass-media », Public Opinion Quarterly, 36.

MOEGLIN, Pierre (dir.) (1998), L’industrialisation de la formation, État de la question, Paris, Centre national de documentation pédagogique.

MUSSELIN, Christine (2001), La longue marche des universités françaises, Paris, Presses universitaires de France.

OLIVESI, Stéphane (2005), « Le terrain : une mythologie scientifique ? », Questions de communication, n° 7, p. 161-183.

SIMON, Jacky, et René PERIE (2000), Organisation et gestion de l’éducation nationale, Paris, Éditions Berger-Levrault.

TREMBLAY, Gaëtan (1998), « Une approche pertinente », dans Pierre MOEGLIN, L’industrialisation de la formation, CNDP, p. 40 sqq.

Haut de page

Annexe

Tableau récapitulatif57

Période (et noms des ministres de l’Éducation nationale)

Dat

Direction responsable de la structure dédiée

Strcture dédiée aux TIC

Terminologie

Oprations menées

Acturs

1988-1996 - Pluralité terminologique et prise en charge institutionnelle variable (ministres de l’Éducation : L. Jospin, 1988-92 ; J. Lang, 1992-93 ; F. Fillon, 1993-95 ; F. Bayrou, 1995-97)

1988-1989

Direction de l’enseignement supérieur (DESUP)

Division de l’éducation permanente

Bureau de la « formation des formateurs et des techniques nouvelles d’enseignement » (télématique, vidéodisque, EAO)

« techniques nouvelles d’enseignement »

 « nouvelles technologies »

« technologies nouvelles »

Sensibilisation interne, variabilité terminologique quant à l’objet technique

Directeur : Christian Philip

Chef de la division : Jean-Pierre Korolitski

Chef de bureau : Christian Texier

1989-1992

Direction de l’enseignement supérieur (DESUP)

Mission « des équipements pédagogiques et des nouvelles technologies d’enseignement »

« nouvelles technologies »

Sensibilisation interne, hésitations terminologiques quant à l’objet technique

Directeur : Franck Métras

Chef de la mission : Yves Célanire

Chargé de mission TICE : Jean-Claude Jacquenod

1993-1996

Direction générale des enseignements

Supérieurs (DGES)

Bureau « des affaires générales » qui a en charge notamment « l’enseignement à distance et nouvelles technologies d’enseignement »

« enseignement sur mesure »

Travail de sensibilisation, rédaction du rapport Quéré (diffusion juin 1994) et participation au travail d’expertise dans le cadre de la politique contractuelle

4 rapports publiés de 1993 à 199558

Directeurs : Jean-Pierre Bardet, Christian Forestier (1995-97)

Chef du bureau : Alain Deyber

Chargée de mission auprès du directeur : Maryse Quéré (à partir de 1993)

Chargée de mission auprès du chef de bureau : Françoise Thibault à partir de 1995

1996-1997 - Stabilité terminologique, sensibilisation interne et externe (F. Bayrou, 95-97)

1996-1997

Direction de l’information scientifique des technologies nouvelles et des bibliothèques (DISTNB)

Sous-direction des technologies nouvelles

Bureau des technologies nouvelles pour l’enseignement (qui a en charge le scolaire et le supérieur)

« nouvelles technologies »,

« TIC »

Travail de sensibilisation

7 rapports publiés

Directeur : Bernard Dizambourg

Sous-directrice : Clara Danon

Chargée de mission auprès du directeur : Maryse Quéré

Chargée de mission auprès de la sous-directrice : Françoise Thibault

1997-2007 – Adoption de l'acronyme TICE, stabilité organisationnelle et rôle d'impulsion (C. Allègre, 97-00), (J. Lang, 00-02), (L. Ferry, 02-04), (F. Fillon, 04-05), (G. De Robien, 05-07).

1997-2001

Direction de la technologie (DT)

Sous-direction des technologies éducatives et des technologies de l’information et de la communication (SDTETIC), bureau du supérieur créé en 2000

« TIC »

Travail d’impulsion, Opérations campus numérique en 2000, 2001 et 2002

14 rapports publiés (total incluant l’année 1997 qui compte plus de 5 rapports)

Directeur : Pascal Colombani (1997-2000) Directrice : Geneviève Berger (janvier-août 2000)

Sous-directrice : Clara Danon

Chargée de mission auprès de la sous-directrice puis chef de bureau du supérieur : Françoise Thibault

2001-2006

Direction de la technologie (DT)

Sous-direction des technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (SDTICE)

Bureau des technologies d’information et de communication pour l’enseignement supérieur

« TICE »

Opération MiPE, « un portable pour le prix d’un café par jour », 2004, 2005, 2006

Plus de 6 rapports publiés entre 2001 et 2004

Directeurs : Alain Costes (2000-03) Jean-Jacques Gagnepain (2003-06)

Sous-directrice : Clara Danon, à partir de 2003, Benoît Sillard nommé également Délégué aux Usages de l’Internet (DUI) auprès du ministre

Chefs de bureau : Philippe Perrey jusqu’en 2003. Après 2003 éclatement fonctionnel. Le bureau est conservé dans l’organigramme mais les personnels sont répartis dans des « projets » qui structurent l’action

Depuis juin 2006

Secrétariat général

Service des technologies et des systèmes d’information

Sous-direction des technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (SDTICE)

« TICE »

Opération MiPE, « un portable pour le prix d’un café par jour », 2006

Les TIC dans le supérieur sont réparties dans les 3 bureaux de la SDTICE : bureau des usages et des services numériques, bureau des ressources numériques, bureau de la formation et de la qualité

Principaux textes sur les TIC envoyés par le MENRT (ministère de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie)59aux établissements du supérieur de 1989 à 200660

  • 24 mars 1989, circulaire sur la politique contractuelle, MEN (ministère de l’Éducation nationale) BO, n° 89-079

  • 3 décembre 1990, courrier Direction de l’enseignement supérieur (DES) aux établissements du supérieur, équipements pédagogiques et nouvelles technologies d’enseignement

  • Juin 1994, fascicule envoyé aux établissements, synthèse du rapport de mission sur l’enseignement à distance et les nouvelles technologies de Maryse Quéré, Direction générale des enseignements supérieurs (DGES)

  • 7 septembre 1994, courrier DGES, objet « les contrats entre l’État et les établissements du supérieur »

  • 31 mai 1996, courrier DGES, Objet : campagne de contractualisation 1997

  • 24 avril 1997, note du 24 avril 1997, Direction de l’information scientifique, des technologies nouvelles et des bibliothèques (DISTNB), BO n° 16 du 1er mai 1997

  • 3 juillet 1997, courrier du 3 juillet 1997, n° 2038, DGES, politique contractuelle

  • Annexe 6 de 1997, Direction de la Technologie (DT), Direction de la Recherche (DR), Direction de l’Enseignement supérieur (DES), Les technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement, la recherche et la gestion

  • 16 janvier 1998, PAGSI (Programme d’Action Gouvernemental pour la Société de l’Information)

  • 22 mai 1998, courrier de la DES, objet : politique contractuelle – orientations

  • 26 avril 1999, courrier de la DES, objet : politique contractuelle – vague 2000

  • Annexe 6 de 2000, Les technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement, la recherche et la gestion

  • 30 avril 2002, circulaire n° 2002-106 du 30/04/2002 sur le certificat informatique et Internet, C2i, MENRT (ministère de l’Éducation nationale), BO n° 19 du 9 mai 2002

  • Annexe 6 de 2003, Les technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement, la recherche et la gestion

  • 2 mars 2004, circulaire n°2004-46 du 2/03/2004 sur le certificat informatique et Internet, C2i, MENRT (ministère de l’Éducation nationale), IUFM, niveau 2 « enseignant », BO n° 11 du 11 mars 2004

  • Annexe 8 de 2005, vague 2006-2009, Les technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement, la recherche et la gestion

  • 28 septembre 2004, opération « Micro portable étudiant », lancée par Benoît Sillard, Sous-Direction des Technologies de l’Information et de la Communication pour l’enseignement (SDTICE), site Éducnet (http://tice.education.fr/​educnet/​Public/​superieur/​wifi) et site de la délégation interministérielle aux usages d’Internet (http://delegation.internet.gouv.fr/​mipe/​index.htm)

  • 7 avril 2005, circulaire n° 2005-051 du 7/04/2005 sur le certificat informatique et Internet, C2i, MENRT (ministère de l’Éducation nationale), niveau 1 : contenus, modalités de validation et suivi de la généralisation, BO n° 15 du 14 avril 2005

  • Depuis juillet 2005, opération « Micro portable étudiant 2 », Benoît Sillard, Sous-Direction des Technologies de l’Information et de la Communication pour l’enseignement (SDTICE), site de la délégation interministérielle aux usages d’Internet (http://delegation.internet.gouv.fr/​mipe/​index.htm) et blog de l’opération : http://www.leblogmicroportable.com

Liste des principaux rapports abordant les TIC et l’enseignement, rendus publics de 1992 à 2004 (liste non exhaustive)

Rapports 2004

  • Évolution de l’Université : des préjugés qui ne résistent pas à la concertation, 22 janvier, rapport d’information de M. Jacques Valade, fait au nom de la Commission des affaires culturelles.

Rapports 2003

  • Le Projet PROXIMA. Pour une appropriation de l’Internet à l’École et dans les Familles, août, rapport de mission remis à Xavier Darcos, ministre délégué à l’Enseignement scolaire et à Christian Jacob, ministre délégué à la Famille par Bernard Benhamou.

Rapports 2002

  • L’école et les réseaux numériques, rapport de l’Inspection générale de l’Éducation nationale, juillet.

  • Campus numériques, enjeux et perspectives pour la formation ouverte et à distance, avril, rapport de la mission d’expertise pilotée par Michel Averous et Gilbert Touzot, mission mise en place conjointement par les ministres de l’Éducation nationale, de la Recherche et la DATAR.

  • Enseigner, un métier pour demain, mars, mission de réflexion sur le métier d’enseignant, Jean-Pierre Obin, IGEN, chargé par Jack Lang d’une mission de réflexion sur le métier d’enseignant, publié le 24 avril.

Rapports 2001

  • Nouvelle définition des tâches des enseignants et des enseignants chercheurs dans l’enseignement supérieur français, rapport d’Éric Espéret, pour le MENRT, juillet.

Rapports 2000

  • Penser l’éducation demain, promouvoir l’innovation avec les nouvelles technologies, rapport de la Commission européenne, octobre.

  • Technologies clés 2005 : l’omniprésence des TIC est un des principaux enseignements de ce travail de réflexion prospective lancé par le secrétariat d’État à l’industrie, 12 octobre.

Rapports 1999

  • Bibliothèques universitaires et nouvelles technologies, B. Van Dooren, rapport remis à Claude Allègre, ministre de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie, juin.

Rapports 1998

  • Le désir de France. La présence internationale de la France et la francophonie dans la société de l’information, rapport de Patrick Bloche, député, remis à Lionel Jospin, premier ministre, 7 décembre.

  • Bibliothèques universitaires, le temps des mutations, rapport d’information du Sénat n° 2959, Commission des finances, Jean Philippe Lacheneau, sénateur, novembre.

  • Internet et les réseaux numériques, étude du Conseil d’État, juillet.

  • Des pyramides du pouvoir aux réseaux de savoir, René Trégouët, sénateur, Commission des finances, avril.

  • Technologie et innovation, Henri Guillaume, vice-président de l’ERAP et président d’honneur de l’ANVAR, rapport remis à Claude Allègre, MENRT, Dominique Strauss-Kahn, MINEFI et Christian Pierret, secrétaire d’État à l’industrie, mars.

Rapports 1997

  • Maîtriser la société de l’information : quelle stratégie pour la France ? P. Laffitte, A. Joyandet, P. Hérisson, A. Türk, rapport d’information au Sénat sur l’entrée dans la société d’information, Paris, septembre.

  • Rapport sur les techniques des apprentissages essentiels pour une bonne insertion dans la société de l’information, Franck Sérusclat, rapport de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, juin.

  • Réseaux et multimedia dans l’éducation, Alain Gérard, rapport à Alain Juppé, premier ministre à la suite d’une mission relative au développement des technologies nouvelles dans les établissements scolaires, juin.

  • L’Internet : un vrai défi pour la France, Patrice Martin-Lalande, rapport remis à Alain Juppé, premier ministre, avril.

  • La France et la société de l’information, rapport de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (Tome 1 : conclusions du rapporteur Pierre Laffite, sénateur ; Tome 2 : annexes techniques), 7 février.

Rapports 1996

  • Les réseaux de la société de l’information, Commissariat général du Plan, rapport du Groupe présidé par Thierry Mileo, rapporteurs : Gilles Crespin, Arnauld Schaeffer et Jean-Noël Tronc, septembre.

  • Internet : enjeux juridiques, Mme Falque-Pierrotin, Mission interministérielle sur l’Internet, rapport remis à François Fillon, ministre délégué à la poste, au télécommunications et à l’espace et à Philippe Douste-Blazy, ministre de la Culture, juillet.

Rapports 1995

  • Les nouvelles techniques d’information et de communication : l’homme cybernétique, Sénat, rapport n° 232, Frank Sérusclat, sénateur.

Rapports 1994

  • Les autoroutes de l’information, Gérard Théry, rapport au premier ministre.

  • Les téléservices en France, quels marchés pour les autoroutes de l’information ?, Thierry Breton, rapport au ministre d’État, ministre de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire et au ministre des Entreprises et du Développement économique.

  • Le télétravail en France : situation actuelle, perspectives et développement et aspects juridiques, Thierry Breton, rapport au ministre d’État, ministre de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire et au ministre des Entreprises et du Développement économique.

Rapport 1992

Haut de page

Notes

  • Rapport de mission sur l’Université à distance, Mission Serres, Michel Authier, Pierre Levy, Jacques Perriault et Michel Serres.

Flichy (1991) souligne que cette expression apparaît en 1985 dans un livre écrit par des bibliothécaires. Elle s’inscrit donc à la fois dans le champ de l’enseignement, dans un imaginaire de création d’un réseau pour une meilleure éducation et dans le champ politique, comme « l’instrument d’une nouvelle révolution de l’information ». La fibre optique est ainsi présentée comme une révolution technologique comparable à celle du transistor.

De nombreux acronymes ou sigles sont observables dans les discours : TIC (Technologies de l’information et de la communication), NTIC (Nouvelles technologies de l’information et de la communication), NT (Nouvelles technologies), TICE (Technologies de l’information et de la communication éducatives ou pour l’enseignement). Notre recherche porte également sur leurs diverses acceptions. Par commodité, nous utiliserons TIC (Technologies de l’information et de la communication) dans cet article. La dimension la plus visible de ces technologies demeure liée à Internet. Pour une analyse de l’imaginaire d’Internet, voir Flichy (2001).

Nous utiliserons « le ministère » pour désigner cette entité, nous ne tiendrons pas compte dans cet article des variations du sigle au cours de la période étudiée.

1  En France, le Bottin administratif désigne un annuaire qui recense les coordonnées, attributions et organigrammes des ministères, des directions, des grands corps de l’État et de l’administration. Il constitue une trace pour le chercheur de l’organisation formelle, voire symbolique, c’est-à-dire celle qui est affichée, sans présumer de l’organisation concrète. Nous avons consulté les Bottins administratifs de 1988 à 2006.

2  Nous avons effectué une dizaine d’entretiens d’environ deux heures, auprès d’acteurs du supérieur. Notre guide d’entretien portait sur leur formation, leur parcours, leur intérêt personnel et professionnel pour les TIC et la politique TIC au sein du ministère.

3  Étude, de 1988 à 2006, des textes du ministère adressés aux établissements du supérieur sur l’intégration des TIC (Barats, 2006).

4  Telle qu’elle est pratiquée au Céditec, Centre d’étude des discours, images, textes, écrits, communications, Équipe d’accueil 3119, Université Paris XII.

5  Pour constituer notre corpus de textes ministériels, nous avons effectué des recherches au ministère de l’Éducation nationale, au sein de plusieurs bureaux de la DES (Direction de l’enseignement supérieur), du Centre de documentation du ministère, des archives et du service de documentation de la SDTICE.

6  Expression qui donnera lieu en France, en 1998, à la mise en place d’un programme d’action inter-gouvernemental pour la société de l’information (PAGSI).

7  Étude portant sur un corpus de textes du Ministère, de 1988 à 2006, présentés en fin d’article et l’ensemble des rapports parlementaires ou remis au premier ministre (voir listes en fin d’article)

8  Flichy (2001) rappelle que l’imaginaire d’Internet, d’un accès au savoir universel, avait déjà était envisagé par Vannevar Bush dès 1945 qui imagina un poste de travail, nommé Memex, permettant d’associer des documents et de mécaniser leur recherche.

9  La référence au « retard » semble s’inscrire dans une rhétorique étudiée par Julie Bouchard (2006) marquée par un régime absolutiste « où le retard est établi comme un écart négatif entre la réalité et ce qui est tenu comme un idéal à atteindre dans l’échelle du progrès ».

10  Ce rappel a pour but d’aider à une meilleure compréhension du contexte de production des textes et de reconnaissance institutionnelle du pilotage des TIC.

11  Circulaire N° 89-079 du 24 mars 1989, BO N°13 du 30 mars 1989, p. 761-765.

12  Textes que nous allons étudier, en particulier les textes désignés par le terme « annexe ». Voir la note 2 de l’annexe pour une présentation du statut de ces textes.

13  « […] le défi est la vague qui déferle sur le monde, l’Europe, la France […] L’école est confrontée à des vents contradictoires, et l’enfant, citoyen en devenir, au centre de la tempête, est soumis aux phénomènes qui traversent la société. […] L’enfant navigue dans cet univers depuis son plus jeune âge » (Sérusclat, 1995). « Naviguer sur la toile, c’est naviguer dans l’océan des langues, et croiser ainsi le désir de France » (Bloche, 1998).

14  Le ministère de l’Éducation nationale est une autorité de tutelle. À ce titre, il occupe une position d’autorité qui induit la dimension normative et prescriptive de ces textes.

15  Rappelons que cette présentation chronologique a pour but de faciliter la lecture des résultats et que la périodicisation retenue est liée aux indicateurs étudiés, à savoir la reconnaissance institutionnelle des TIC dans l’organigramme ministériel, les choix terminologiques et les modalités de mise en mots de la question technologique pour l’enseignement. Le découpage chronologique, qui est indicatif, a l’inconvénient formel de construire artificiellement à posteriori une linéarité qui gomme les rapports de force et la variété des logiques endogènes et exogènes dont cette reconnaissance institutionnelle témoigne et que nous avons étudiés.

16  « Les technologies d’information et de communication n’ont cessé, ces dernières années, de transformer la vie professionnelle et personnelle des individus. Si, dans les établissements d’enseignement supérieur, le secteur de la recherche s’est vite approprié ces technologies et a contribué à leur développement, le secteur de l’enseignement a été, lui, lentement et très diversement touché (l’effort a jusqu’alors essentiellement porté sur les troisièmes cycles et les filières professionnelles). […] Tous les étudiants doivent donc avoir la possibilité de les utiliser au cours de leurs études, qu’elles soient longues ou courtes » (ministère de l’Éducation nationale, DISTNB, note du 24 avril 1997).

17  Nous avons volontairement mis l’accent dans cet article sur l’organisation du ministère, négligeant le rôle des conseillers au cabinet du Ministre qui participent cependant au travail de sensibilisation mais ont un rôle moindre dans les relations entre l’autorité de tutelle et les établissements, or c’est ce point que nous souhaitons examiner à partir de l’étude de l’organigramme. Étude systématique de l’organigramme du ministère de l’Éducation nationale de 1988 à 2005, Bottin administratif.

18  L’organigramme de l’administration centrale se compose d’un point de vue hiérarchique : le ministre, le cabinet du ministre, les directions, sous-directions et la division et/ou le bureau.

19  Nous souhaitons indiquer les noms et sigles de toutes les structures que l’organigramme fait apparaître, ce qui peut néanmoins nuire à la lisibilité du propos mais rend compte des changements organisationnels et terminologiques fréquents au sein du ministère sur la période étudiée, et donc incidemment des enjeux liés à la création ou à la suppression de structures et leurs appellations.

20  Professeur des universités, futur recteur de l’académie de Poitiers.

21  Futur directeur de l’IUFM de Rouen en 1998, puis occupant à nouveau des fonctions ministérielles en 2001, chargé de mission auprès du directeur de l’enseignement scolaire.

22  Informaticienne de formation, elle sera successivement chargée de mission (1993-1994), puis membre de la DISTNB (Direction de l’Information Scientifique, des Technologies Nouvelles et des Bibliothèques) en 1995, avant d’occuper le poste de recteur de l’académie de Caen. Nous examinerons ci-après dans le cours de notre exposé le profil et le rôle des acteurs. Nous pouvons dès à présent souligner que, dans leur majorité, les acteurs des TIC dans le supérieur ont occupé ou occupent différentes fonctions ministérielles et ont poursuivi leur carrière au sein ou en dehors du ministère dans des postes que nous pouvons qualifier de « direction » (recteur, directeur). Le recrutement des acteurs s’avère endogène à l’institution. Seul Benoît Sillard est issu du secteur privé.

23  L’organigramme relève aussi du discours dans les formes de désignation des structures.

24  Nous faisons ici indirectement référence aux travaux américains sur la question des effets des médias qui mettent l’accent sur la capacité d’imposition d’un thème dans l’espace public, son inscription à l’ordre du jour médiatique, politique ou social, inscription qualifiée dans le champ médiatique d'agenda-setting ; ce à quoi il faut penser. (McCombs et Shaw, 1972).

25  Pour une approche diachronique depuis 1960 des technologies appliquées à la formation, voir Albero (2004).

26  Directeur de l’ESEN (École supérieure de l’éducation nationale, 2003-2006), ancien président de Paris XII (1990-95), président de l’Établissement public du campus de Jussieu (97-03).

27  Ce point renvoie à la question du terrain en sciences sociales, et en particulier ce en quoi il constitue parfois un passage obligé qui peut se traduire par une volonté obstinée d’administration de la preuve. Il s’agit pour nous de situer notre terrain, en l’occurrence les textes et le Bottin, en tenant compte de leurs conditions de production et des logiques y afférentes, voir Stéphane Olivesi (2005).

28  Le choix de « technologie » dans un contexte éducatif est proche de l’anglais « instructional technology » et est introduit en France dans les années 1970 (voir Albero, 2004 : 25).

29  Cas exceptionnel, unique, d’adresse directe du Ministère aux établissements.

30  Réseau qui a été déployé dans les années 1990 et qui a donné lieu à la constitution d’un groupement d’intérêt public (GIP) en janvier 1993, voir http://www.renater.fr

31  Voir tableau récapitulatif en fin d’article indiquant le nombre de rapports publiés au cours des différentes périodes.

32  Ce rapport est très souvent cité par les acteurs des TIC dans le supérieur (Moeglin, 1998 : 17).

33  Entretien du 23 juin 2005.

34  Annexe 6 et aujourd’hui, annexe 8.

35  Les TIC sont l’objet d’une politique intergouvernementale.

36  Entretien du 23 juin 2005, Bernard Dizambourg.

37  Entretien du 21 juin 2005, Françoise Thibault.

38  Nous avons effectué en 2004 une enquête par questionnaire auprès des conseillers TIC, portant sur leur parcours, leur formation et leurs actions au sein de leur établissement. Les résultats indiquent que les difficultés sont nombreuses et que le soutien du président d’établissement s’avère indispensable.

39  Entretien du 23 juin 2005.

40  Entretien du 23 juin 2005.

41  Entretien du 21 juin 05.

42  Voir tableau récapitulatif et liste des rapports situés en fin d’article.

43  Les technologies éducatives sont distinguées des TIC.

44  Rattachée à la Direction de la Technologie (DT) du ministère de la Recherche.

45  La SDTETIC devient la SDTICE par arrêté du 18 septembre 2001 modifiant l’arrêté du 17 décembre 1997 et portant sur l’organisation des sous-directions de l’administration centrale du ministère de l’Éducation nationale et de l’administration centrale du ministère de la Recherche.

46  http://www.educnet.education.fr/superieur/campus.htm. Le budget des Universités numériques en région pour 2003 est comparable, à savoir 10M d’euros, ce qui correspond aux précédents budgets en francs. Cependant, le financement du ministère de l’Éducation nationale est moindre, car la DATAR, qui participe au financement, contribue à hauteur de 50 %, à savoir 5M d’euros.

47  Il occupait auparavant le poste de directeur du Videoscop de Nancy 2.

48  Vie universitaire, n° 108, 30 septembre 2003.

49  Voir le site éducnet (http://tice.education.fr/educnet/Public/superieur/wifi) et le site de la délégation interministérielle aux usages d’Internet (http://delegation.internet.gouv.fr/mipe/index.htm) où cette opération est très visible. En avril 2005, Benoît Sillard poursuivra cette stratégie de communication en créant un blog consacré au MiPE (http://www.leblogmicroportable.com) .

50  Le sigle UMP remplace le sigle RPR (Rassemblement Pour la République, 1976-2002), congrès fondateur de l’UMP le 17 novembre 2002.

51  BO n° 4 du 8 juin 2006, organisation de l’administration centrale du ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche.

52  Depuis mars 2006, un nouveau slogan figure sur les nouvelles affiches de la campagne 2005-2006 « Boostez votre réussite », « pour 1 euro par jour », ce qui confirme l’importance des logiques de communication et le tournant observé.

53  Les étudiants sont la « cible » de cette logique de communication, rappelons que Fun radio s’adresse plutôt à public jeune.

54  Le site Éducnet indique ainsi que des disparités importantes existent entre les établissements du supérieur quant au financement moyen par étudiant des TIC. Par exemple, en 2001, la dotation moyenne de l’État dans le cadre de la politique contractuelle était de 105 euros par étudiant pour les écoles d’ingénieur, contre 20 euros en moyenne par étudiant pour les universités. Au sein des universités, la dotation moyenne pour un étudiant varie entre 10 et 61 euros en 2001. Il est important de noter que les disparités dont témoignent ces chiffres s’expliquent par la diversité et l’inégalité des établissements du supérieur en termes de discipline, d’effectif étudiants, de moyens matériels et humains, de locaux, de type de formation, de contexte régional ou local, de profil socio-démographique des étudiants. http://tice.education.fr/educnet/Public/superieur/contrats/

55  C2i : BO du 9 mai 2002, BO du 11 mars 2004 et BO du 14 avril 2005.

56  Entretien avec Benoît Sillard, le 6 janvier 2006, directeur de la SDTICE depuis 2001 et délégué interministériel aux usages d’Internet.

57  Ce tableau n’est pas exhaustif dans le sens où il ne présente pas tous les acteurs qui ont ou auraient eu un rôle dans le cas de l’intégration des TIC dans le supérieur français. Il présente cependant un récapitulatif des acteurs que nous avons présentés. Voir également « Tableau synoptique du positionnement des structures en charge des <TICE> pour l’enseignement supérieur dans l’organigramme du (des) ministère(s) de l’enseignement supérieur et de la recherche depuis la mise en place de la politique contractuelle », réalisé par Christine Barats et Françoise Thibault dans le cadre des travaux de l’axe média, TIC et institutions, laboratoire du Céditec (EA 3119) de l’Université Paris XII dans Françoise Thibault, « Campus numérique : archéologie d’une initiative ministérielle », Études de communication (à paraître).

58  Voir liste récapitulative des principaux rapports publiés de 1992 à 2004, située en fin d'article.

59  Les attributions de ce ministère varient selon les alternances politiques. Par exemple, l’enseignement scolaire et l’enseignement supérieur sont parfois dissociés. Par commodité, nous le désignerons par MENRT.

60  Nos recherches ont été effectuées au MENRT, au sein de plusieurs bureaux de la DES (direction de l’enseignement supérieur), du Centre de documentation du MENRT, aux archives et à la documentation de la SDTICE. Ce corpus tend vers l’exhaustivité et nous avons volontairement inclus le PAGSI. Une circulaire est une instruction écrite qui s’inscrit dans le champ sémantique du droit, contrairement aux courriers ou aux notes. Cependant, les textes étudiés constituant tous des préconisations, compte tenu de la mise en place de la politique contractuelle, les distinctions entre courrier, circulaire ou note sont symboliques et inscrivent ces textes dans des contextes d’échange et de négociation entre l’autorité de tutelle et les établissements (courrier), des contextes de préconisations (circulaire, note) ou des contextes de négociation (annexe, courriers, notes) à la base de la politique contractuelle avec la procédure dite de contractualisation des établissements (exemple: annexes 6 et 8).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Barats, « « Pour le prix d’un café par jour » », Communication, Vol. 25/2 | 2007, 148-184.

Référence électronique

Christine Barats, « « Pour le prix d’un café par jour » », Communication [En ligne], Vol. 25/2 | 2007, mis en ligne le 29 août 2012, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/2314 ; DOI : 10.4000/communication.2314

Haut de page

Auteur

Christine Barats

Christine Barats est membre du Centre d’Étude des Discours, Images, Textes, Écrits, Communications (Céditec), Université Paris XII. Courriel : christine.barats@univ-paris5.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org