Navigation – Plan du site
Articles

Argumenter pour ou contre son opinion

Un exercice encore difficile pour des étudiants en communication professionnelle
Céline Beaudet et Denis Alamargot

Résumés

Cette recherche évalue comment des étudiants en communication professionnelle peuvent composer un texte argumentatif en faisant abstraction de leurs convictions personnelles. L’analyse des arguments produits montre que l’accent est mis sur l’ethos et le pathos plutôt que sur le logos, pour influencer le lecteur par l’identification et les émotions. Des pistes didactiques pour amener les étudiants à se détacher de leurs propres opinions sont proposées en conclusion.

Haut de page

Texte intégral

1L’objectif de cette recherche est d’évaluer dans quelle mesure des étudiants engagés dans un cursus de formation en communication réussissent à conserver une certaine distance énonciative lorsqu’ils élaborent le contenu d’un texte argumentatif opposé à leurs convictions personnelles. Fréquente dans les emplois de rédaction, cette situation suppose d’adopter un ethos collectif, en cohérence avec l’image de la communauté discursive dans laquelle l’on s’insère, et de faire fi de ses opinions personnelles pour se fondre dans l’« identité d’entreprise ». Pour répondre à cette question, nous proposons ici d’extraire une partie des textes que nous avons recueillis (Alamargot et Beaudet, 2009) lors d’une expérimentation menée auprès d’étudiants en rédaction professionnelle et de procéder à une analyse originale des arguments produits, lorsqu’il s’agit de défendre son point de vue ou celui qui y est opposé.

2S’il s’avère que des étudiants novices dans cet exercice éprouvent des difficultés à conserver une certaine distanciation, il est alors nécessaire de s’interroger sur les moyens didactiques à mettre en œuvre pour leur permettre de dépasser cette limite.

Approche théorique

La rédaction professionnelle et ses exigences

3Rien de moins efficace et de moins apprécié en milieu de travail qu’un rédacteur inexpérimenté qui ne fait pas encore la part des choses entre son mandat et ses propres valeurs, prouvant ainsi qu’il ne maîtrise pas son pouvoir sur les mots et sur le sens du discours. Comme le soulignent Patrick Dias et al. :

  • 1  Texte original : « Novices and interns who enter workplaces with critical attitudes can be disrupt (...)

Les rédacteurs novices et les stagiaires qui s’insèrent en emploi en adoptant une attitude critique à l’égard du discours ambiant sont perçus comme perturbateurs et même irritants. Tandis qu’à l’université est encouragée la capacité de développer une opinion critique et de débattre de toutes les questions, dans la plupart des milieux de travail, ce savoir-faire n’est pas vu comme productif ni souhaitable. Les stagiaires et les nouveaux venus devraient se montrer prudents et conscients du fait que la plupart des institutions sont de nature conservatrice et que le discours joue un rôle dans le maintien de ce cadre conservateur (1999 : 243. Nous traduisons1).

  • 2 Le phénomène a été illustré par une offre d’emploi à la Caisse de dépôt et placement du Québec, qui (...)

4Cette remarque fait ressortir un certain décalage entre la pratique rédactionnelle encouragée à l’université et la rédaction professionnelle en milieu de travail. Une composante essentielle de la qualité des communications produites en milieu de travail est leur conformité avec la culture dominante de l’entreprise ou de l’institution où l’acte de communication prend place. L’originalité et l’esprit critique sont sollicités comme outils d’efficacité communicationnelle plutôt que comme moyens d’expression de soi : un texte professionnel doit être lu et compris dans les paramètres de la situation de communication (Beaudet et Clerc, 2008). Étant donné ce contexte d’efficacité, que l’on peut élargir à toute rédaction spécialisée en milieu de travail (rédaction scientifique, juridique, didactique, etc.), les textes professionnels sont soumis la plupart du temps à une chaîne hiérarchique de lecteurs qui examinent le contenu et vérifient leur adéquation avec la culture prédominante. Dans la plupart des organisations, un texte peut être lu par des spécialistes de contenu, des membres de l’administration, de la direction, du service des communications, chacun ayant ses priorités. C’est ainsi que dans une économie du savoir, le rédacteur peut être vu comme un outil de production, un instrument de médiation entre les intérêts, les besoins et les contraintes des organisations où il travaille et la nécessité de produire un texte conforme aux exigences de situations complexes où s’expriment potentiellement des conflits de valeurs (Brandt, 2009)2. Certains contenus, qui apparaissent nécessaires à l’intelligibilité du propos, selon le rédacteur, seront perçus comme litigieux par la direction. Le texte professionnel n’appartient pas au rédacteur, il n’a pas le privilège du mot de la fin.

  • 3  Texte original : « Communication assignments by nature require more than immediate or intuitive re (...)

5En situation d’apprentissage, les étudiants sont amenés à décoder les composantes idéologiques des discours qu’ils ont à produire. Au travail, le mandant d’une affectation professionnelle ne verra pas la nécessité d’expliquer au rédacteur pressenti les présupposés du discours de la communauté d’où émane l’affectation. Cette aptitude à lire la culture organisationnelle est tenue pour acquise. Comme l’explique Daniel Plung, « les mandats de communication, par définition, posent des problèmes qui exigent du communicateur davantage qu’une stratégie intuitive et immédiate de résolution de problème ; le communicateur doit effectuer une analyse complète de la situation, s’exercer à concilier des perspectives conflictuelles et formuler des propositions sur mesure, bien ciblées » (2006 : 33. Nous traduisons3). Cette affirmation souligne l’importance, dans l’enseignement de la rédaction professionnelle, d’insister sur les enjeux rhétoriques du mandat de communication : de quoi veut-on persuader ? Quel but le mandant poursuit-il ? Dans quel contexte s’inscrit ce texte ? Ces questionnements ne surgissent pas sans efforts ni apprentissage chez les étudiants.

  • 4 Tommy Chouinard, « Le parti de Sarkozy a interrompu le stage de Québécoises ». La Presse [En ligne(...)

6Il est évident qu’un rédacteur novice peut éprouver de la difficulté à comprendre les enjeux rhétoriques d’un mandat. L’exemple suivant en témoigne. En mai 2009, deux jeunes Québécoises en stage à l’UMP4, parti du président français Sarkozy, ont fait la manchette de journaux français et québécois. Les deux étudiantes de sciences politiques avaient été congédiées par l’UMP après avoir critiqué la qualité de leur stage sur le blogue public qu’elles avaient précisément pour mandat d’alimenter en contenu. Interrogée sur l’issue malheureuse de cette expérience, l’une des deux étudiantes éconduites a déclaré à la presse : « Nous sommes malheureusement tombées sur un mauvais stage. » Cette réaction est révélatrice de la difficulté que pose chez les apprentis rédacteurs la compréhension des buts rhétoriques d’un mandat. Il s’ensuit des ratés dans l’adoption d’une identité textuelle qui reflète les valeurs de l’organisation pour laquelle ils écrivent. N’ayant pas saisi la cohérence de l’univers de référence auquel ils se rattachent, les rédacteurs novices ont tendance à substituer leur identité personnelle à celle de leur mandant (ou client).

7La production d’écrits professionnels exige du rédacteur la capacité d’adopter une position énonciative qui reflète, reproduit, le carrefour d’intérêts au centre duquel il agit. Cette capacité s’appuie sur des connaissances portant sur l’écriture, le discours, le texte, la lecture, le langage, la communication. Ces savoirs sont à la base de ce qui constitue la littératie étendue (Beaufort, 2008 ; Bautier, 2008).

8L’immersion en milieu de travail n’est pas une « solution magique » pour l’acquisition d’une identité discursive en accord avec l’image que projette l’employeur. L’action langagière écrite à laquelle le rédacteur participe contribue à l’atteinte d’objectifs souvent implicites ; elle suppose l’expression d’opinions construites, l’adoption de points de vue concertés, une certaine « mise en scène » de la réalité. Un travail de décryptage s’impose au rédacteur qui entre dans une nouvelle communauté discursive. Ainsi, le rédacteur professionnel qui travaille pour le ministère des Affaires étrangères du Canada et le rédacteur professionnel employé par l’Association canadienne des libertés civiles ne tiendront pas le même discours sur le traitement des Canadiens emprisonnés à l’étranger pour des délits de toutes natures. C’est le cas, par exemple, de l’affaire Omar Khadr, emprisonné à Guantanamo depuis près de dix ans, affaire qui suscite des opinions contradictoires et un débat houleux sur la place publique. Le communicateur professionnel est responsable de décoder la logique idéologique qui domine dans l’organisation où il prend place, et l’on s’attend implicitement à ce qu’il la reproduise. En clair, si le rédacteur est employé par le ministère des Affaires étrangères du Canada, personne ne lui expliquera que l’argumentaire de l’Association canadienne des libertés civiles ne sera pas considéré comme valide.

  • 5  Texte original : « Writing development is bound up with issues of identity, authority, and motivat (...)

9Quelles que soient ses opinions, le rédacteur qui accepte un mandat ne met pas en question la vision du monde de son employeur. Selon le mandat, le rédacteur (sujet d’énonciation, sujet social) et la personne qui l’incarne (sujet réel, psychologique) ne sont pas nécessairement de la même opinion. Ainsi, David Russell et David Forster estiment que « les progrès dans l’apprentissage de l’écriture sont liés à la prise en compte de questions d’identité (du rédacteur), d’autorité et de motivation, influencées par les présupposés idéologiques, les structures institutionnelles et les diverses épistémologies disciplinaires » (2002 : 14. Nous traduisons5). Cette méta-analyse de la situation de communication a visiblement échappé aux stagiaires québécoises, deux étudiantes en sciences politiques, dont le profil de formation n’inclut pas nécessairement, au Québec, l’apprentissage de la production d’écrits complexes.

10Des étudiants spécialisés dans le domaine de la communication professionnelle sont-ils plus conscients des enjeux rhétoriques d’un mandat de rédaction ? Sur le plan psychologique, sont-ils capables de réconcilier leurs positions de sujet écrivant et de sujet social (Souchon, 2004) lorsqu’ils font face à la gestion des contraintes du processus d’écriture d’un texte commandé qui ne reflète pas leur opinion (simulacre d’une situation de communication réelle) ?

Rédiger contre son opinion : expertise et dissonance cognitive

11Rédiger en adaptant son texte à un lecteur potentiel est considéré comme une marque d’expertise. La stratégie dite de knowledge transforming ou de transformation des connaissances (Bereiter et Scardamalia, 1987) émerge tardivement chez le jeune rédacteur (vers 14-15 ans). Elle consiste à planifier le contenu du texte en tenant compte à la fois des contraintes du domaine (ce qui doit être dit) et des contraintes pragmatiques (la façon de l’exprimer). Selon Ronald Kellogg (2008), certains rédacteurs adultes considérés comme de véritables experts (notamment des auteurs d’ouvrages) dépassent le stade de la stratégie de transformation des connaissances pour atteindre le niveau de la stratégie dite de knowledge crafting. Cette stratégie consiste à apporter des modifications fines au fur et à mesure que le texte s’écrit, modifications inspirées par la connaissance du domaine, par la relecture du texte en cours et par les considérations pragmatiques associées au lectorat. Kellogg suggère que les rédacteurs demeurent au stade de la stratégie de knowledge transforming de 14 à 24 ans alors que la stratégie de knowledge crafting est essentiellement l’apanage d’adultes âgés de 22 à 42 ans (voir Alamargot et Fayol, 2009 ; Alamargot et al., 2009 ; Myhill et Locke, 2007).

12Cette stratégie de knowledge crafting pourrait caractériser le rédacteur professionnel qui est amené sans cesse à moduler ses écrits (Alamargot et Lebrave, 2010). Toutefois, pour réussir cette modulation, il faut intégrer dans les représentations du domaine les valeurs du mandant, et dans la représentation du lecteur, il faut faire abstraction de ses propres opinions. L’expertise du rédacteur professionnel réside probablement dans ce double mouvement. Si acquérir des connaissances à propos du mandant est possible avec l’expérience et la pratique, se détacher de son propre point de vue reste sans doute un exercice particulièrement difficile, qui suppose une décentration marquée. Rédiger contre sa propre opinion (lorsque la source d’information ou le sujet lui-même heurte ses convictions personnelles) peut créer chez le rédacteur une situation de dissonance cognitive. Selon Leon Festinger (1957), une dissonance cognitive émerge lorsqu’une cognition A (ici : « je suis contre X ») implique une cognition non-B (ici : « je suis en train d’écrire un texte en faveur de X »). L’effet de cette dissonance sur le processus rédactionnel reste encore peu connu. Marie-Amélie Martinie et al. (2010), à la suite de Marie-Amélie Martinie et Pascale Larigauderie (2007), ont montré que la réduction de l’état de dissonance mobilisait des ressources attentionnelles en mémoire de travail, sans pour autant conduire à une dégradation des performances rédactionnelles (telles qu’évaluées par la qualité globale des textes et la fluence de production). Toutefois, comme nous l’avons montré (Alamargot et Beaudet, 2009), rédiger contre son opinion semble susciter des variations dans la structuration des textes, notamment dans les choix linguistiques opérés (Auriac, 2008 ; Stein et Miller, 1993).

L’effet de l’opinion sur les choix linguistiques

13Nous avons demandé (Alamargot et Beaudet, 2009) à des étudiants en communication de rédiger successivement deux textes d’opinion sur un même sujet, traité de deux points de vue opposés. Les participants devaient d’abord lire deux sources documentaires contradictoires traitant de l’économie et de l’environnement : « Gaz à effet de serre : le grand responsable, c’est l’homme » et « Changements climatiques : la mise au point de nouvelles technologies ». Un questionnaire d’opinion a été fourni aux participants. Il s’agissait de noter de 1 à 6 (« Pas du tout d’accord » à « Tout à fait d’accord ») son adéquation avec chacune des 10 propositions présentées dans le questionnaire. La note sur 60 était d’autant plus élevée que les participants partageaient le point de vue du texte écologique.

14Les participants étaient ensuite invités à rédiger successivement deux textes en adoptant le rôle d’un rédacteur professionnel travaillant soit pour l’association des Amis de la Terre (défense du point de vue écologique), soit pour la société BioPétrole (défense du point de vue industriel).

15La consigne de rédaction était la suivante (exemple : Amis de la Terre) :

Vous êtes rédacteur professionnel. Vous travaillez pour le compte de l’Association Les Amis de la Terre. Vous devez écrire un article de presse à propos du réchauffement de la planète. Dans cet article, vous devez prioritairement exposer les arguments des Amis de la Terre. Vous pouvez critiquer et réfuter les arguments adverses lorsque nécessaire (par exemple, ceux des États-Unis qui ne suivent pas l’accord de Kyoto). Vous pouvez vous appuyer sur les documents précédemment lus pour construire votre article mais également fournir des arguments personnels. L’important est d’écrire l’article le plus convaincant qui soit, dans l’intérêt de votre employeur Les Amis de la Terre. Le temps de rédaction est libre, mais vous devez veiller à la longueur du texte (de deux pages maximum, le texte peut être un peu plus court de quelques lignes mais pas moins). Vous pouvez raturer, modifier à volonté cette version du texte. Elle doit être toutefois suffisamment lisible pour que votre secrétaire puisse la dactylographier sans problème. Attention, vous ne pouvez pas revenir en arrière pour lire à nouveau les articles.

16Le temps de rédaction était libre, mais la longueur de la rédaction était imposée (deux pages manuscrites). L’ordre de rédaction des deux textes a été contrebalancé d’un sujet à l’autre. La consultation des sources documentaires n’était pas autorisée et l’intégration d’idées personnelles, encouragée afin de susciter la créativité. Les modifications et révisions du texte étaient autorisées. Les participants étaient incités à rédiger une version aboutie dans la mesure où il était indiqué que les deux pages rédigées allaient être ultérieurement dactylographiées par un secrétaire.

17Les principaux résultats de cette expérience, reproduits ici dans le tableau 1, montrent que rédiger contre son opinion conduit à produire un texte plus court, comportant moins d’idées et de marqueurs emphatiques et d’intensité (langage subjectif) mais un plus grand nombre de connecteurs. Ceux-ci se composent alors d’un pourcentage plus faible d’additifs et plus fort d’opposition, de conséquence et de but.

Tableau 1. Caractéristiques linguistiques moyennes et écarts-types des textes produits par des étudiants en rédaction professionnelle, écrivant selon ou contre leurs opinions personnelles

Opinion

Pour (Les Amis de la Terre)

Contre (BioPétrole)

Moyenne

Écart-type

Moyenne

Écart-type

Mots (Nbre)

292,82

(45,53)

258,53

(43,04)

Paragraphes (Nbre)

3,65

(1,27)

3,76

(1,60)

Idées (Nbre)

27,12

(5,01)

23,82

(4,11)

Mots par paragraphes (Nbre)

94,51

(50,62)

93,71

(78,94)

Mots par idées (Nbre)

10,98

(1,76)

10,94

(1,33)

Marqueurs emphatiques/intensité (Nbre par mots)

,018

(,010)

,008

(,007)

Connecteurs (Nbre par mots)

,022

(,007)

,026

(,006)

Connecteurs d’additivité

59,71 %

(20,85)

45,16 %

(18,75)

Connecteur d’opposition

7,62 %

(13,24)

12,05 %

(13,70)

Connecteurs de causalité

14,28 %

(11,68)

13,14 %

(17,25)

Connecteurs de conséquence

5,94 %

(9,79)

6,21 %

(6,93)

Connecteurs de concession

4,68 %

(11,57)

11,22 %

(12,88)

Connecteur de but

7,78 %

(12,93)

12,21 %

(14,86)

Source : adapté de Alamargot et Beaudet (2009) avec l’autorisation de la revue Pratiques.

18Cette recherche montre un effet, chez un même rédacteur, de sa propre opinion sur les choix linguistiques opérés. Toutefois, la question qui demeure est celle de l’influence sur le contenu du texte, sur les plans sémantique, rhétorique et communicationnel. Autrement dit, est-ce que les différences constatées en ce qui a trait aux marqueurs et connecteurs linguistiques reflètent bien des différences quant aux choix effectués sur les plans du contenu et de l’établissement du sens du texte ? Pour répondre à cette question, nous proposons ici d’entreprendre une analyse des arguments contenus dans les textes que nous avons recueillis (Alamargot et Beaudet, 2009).

Méthode : analyse des arguments contenus dans les textes

19L’analyse de l’argumentation a été effectuée dans les doubles versions de 10 auteurs sélectionnés à partir de l’ensemble des protocoles initialement recueillis. Ces sujets, tous caractérisés par une opinion pro-écologique (sur la base du questionnaire d’opinion rempli avant l’expérience), ont été retenus ici en raison du fait qu’ils ont produit chacun deux rédactions de longueur égale, suffisamment longues pour présumer que l’argumentation y est développée de manière à autoriser une analyse qualitative significative. De plus, la moitié d’entre eux était inscrite au baccalauréat en communication, rédaction et multimédia, et l’autre à la maîtrise en communication et langages (Université de Sherbrooke). L’analyse a consisté à repérer dans chacun des 20 textes produits les arguments auxquels les rédacteurs ont eu recours pour soutenir leurs thèses.

20Dans un premier temps, nous nous sommes attachés à repérer les arguments les plus utilisés dans chaque rédaction. Dans un deuxième temps, nous nous sommes penchés sur les rapports entre l’argumentation et son étayage dans les rédactions et dans les textes sources lus par les participants. Nous avons jugé important de vérifier l’effet de la lecture du texte source, car rédiger à partir de documents est une activité fréquente en situation de travail. Il s’agit à la fois d’une contrainte et d’un outil d’aide à la rédaction. Les textes sources obligent le rédacteur à vérifier les contenus factuels, à les reprendre de manière rigoureuse. Ils lui permettent aussi, s’il en a la capacité, de profiter des contenus accessibles par la lecture pour en développer de nouveaux, d’associer des connaissances personnelles à ce qu’il a lu. Ainsi, la prise en compte de l’influence des textes sources permet de vérifier dans quelle mesure les rédacteurs ont eu recours a minima à une stratégie de transformation des connaissances en vue de les adapter à une nouvelle situation de communication.

21Pour repérer et classifier les arguments contenus dans les rédactions, nous avons élaboré une grille d’analyse à partir des travaux de Chaïm Perelman et Lucie Olbrechts-Tyteca (1988/1992), Jean-Jacques Robrieux (2000) et Marc Angenot (2008). Perelman et Olbrechts-Tyteca s’inscrivent dans la tradition philosophique aristotélicienne en redonnant aux notions de vraisemblable et d’opinion la place qu’elles occupent dans le discours social. Ils ont réarticulé ces notions en les associant à des techniques argumentatives regroupées par schèmes, ce qui confère à la nomenclature des arguments une structure logique éclairante. Robrieux a le mérite de faire une synthèse des grandes tendances (philosophiques, linguistiques, littéraires) dans les théories de l’argumentation et de reprendre, par des définitions claires, les principaux arguments de la nomenclature de Perelman et Olbrechts-Tyteca. Dans une tradition d’analyse de discours, Angenot pour sa part s’est particulièrement exercé à démonter les mécanismes de la manipulation dans l’argumentation. Il s’est illustré par une nomenclature détaillée des arguments associés à la manipulation et à la validation de la doxa dans le discours social.

22Il nous est apparu que ces trois sources étaient complémentaires pour classer les arguments à l’œuvre dans les rédactions faisant l’objet de notre analyse. Chaque catégorie d’argument est définie ci-après et illustrée par des arguments extraits des textes produits.

23Ad hominem : argument contre la personne dans le but de prouver une contradiction entre sa parole et ses actes ou entre ses affirmations sur une réalité et un consensus sur cette réalité. « On essaiera de relever une opposition prouvant l’incohérence d’une situation ou la malhonnêteté d’une pensée » (Robrieux, 2000 : 187-188). Exemple : « Ces derniers [Bush et Harper] refusent d’appliquer les recommandations de l’accord de Kyoto quant à l’émission de gaz à effet de serre. Pourtant, des preuves scientifiques démontrent qu’il y a plus de CO2 dans l’atmosphère aujourd’hui que dans les années précédentes » (participant 2).

24La cause :

Parmi les liaisons de succession, le lien causal joue, sans conteste, un rôle essentiel, et dont les effets argumentatifs sont aussi nombreux que variés. Dès l’abord, on voit qu’il doit permettre des argumentations de trois types : celles qui tendent à rattacher l’un à l’autre deux événements successifs donnés, au moyen d’un lien causal ; celles qui, un événement étant donné, tendent à déceler l’existence d’une cause qui a pu le déterminer ; celles qui, un événement étant donné, tendent à mettre en évidence l’effet qui doit en résulter (Perelman et Olbrechts-Tyteca, 1988/1992 : 354).

25Exemple : « De nombreuses études scientifiques présentent d’alarmants bilans concernant les changements climatiques qui risquent d’avoir des effets considérables sur l’environnement. Le plus inquiétant demeure le fait que l’être humain est le premier responsable de ces réchauffements climatiques » (participant 4).

26L’argument de direction (pente savonneuse ou glissante et direction cumulative) :

L’argument de la direction implique d’une part l’existence d’une série d’étapes vers un certain but, le plus souvent redouté et, d’autre part, la difficulté, si pas l’impossibilité de s’arrêter une fois que l’on est engagé dans la voie qui y mène. […] L’argument de direction, celui de la pente savonneuse ou du doigt dans l’engrenage, insinue qu’il n’y aura pas moyen de s’arrêter en chemin (Perelman et Olbrechts-Tyteca, 1988/1992 : 382-383).

27Angenot utilise le terme de direction cumulative pour mettre en évidence le fait que « l’argument comporte en effet souvent une prédiction d’accélération incontrôlable, de spirale » (2008 : 321). Exemple : « Les hommes vont mourir noyés avant longtemps, il n’y en a plus pour longtemps. […] Nous sommes en train de nous empoisonner […] Je vivrai malade et mes successeurs mourront noyés » (participant 2).

28Le tout et les parties : « L’idée générale est que le tout est la somme de ses parties. Dès lors que chacun des éléments considérés ressemble aux autres, l’ensemble des conclusions conduit indubitablement à une conclusion générale de la même teneur » (Robrieux, 2000 : 166). Exemple : « Le progrès est-il nécessairement nocif ? N’y voyez-vous pas plutôt la promesse d’un monde meilleur ? Dans l’affirmative, sachez que vous partagez cette vision avec la société BioPétrole » (participant 7).

29La fin et les moyens :

Dans la pratique, il existe une interaction entre les buts que l’on poursuit et les moyens mis en œuvre pour les réaliser. […] Des fins apparaissent comme désirables parce que des moyens de les réaliser sont créés ou deviennent facilement accessibles. […] Pour qu’un moyen soit valorisé par la fin, il faut évidemment qu’il soit efficace ; mais ceci ne veut pas dire que ce sera le meilleur. La détermination du meilleur moyen est un problème technique, exigeant la mise en œuvre de données diverses et le recours à des argumentations de tous genres (Perelman et Olbrechts-Tyteca, 1988/1992 : 368-373).

30Exemple :

Le réchauffement de la planète est indéniable et tous et chacun travaillent désormais à trouver des solutions à ce problème. Cela ne doit pourtant pas se faire de manière irréfléchie en omettant de prendre en compte les questions économiques. […] La croissance économique est la solution pour assurer un avenir sain puisqu’elle permet d’investir dans de nouvelles technologies moins polluantes et de diversifier les sources d’énergie utilisables (participant 10).

31La preuve factuelle :

[…] preuve basée sur des faits bruts, tirés de l’observation directe de la réalité, ou sur des faits construits, tels que des statistiques, des données obtenues par enquête ou sondage, et qui nécessitent l’apport d’un expert crédible. L’argumentation par les faits sert de fondement à l’argument causal et son expansion prend le plus souvent la forme d’une description (Robrieux, 2000 : 181-182).

32Exemple :

Nous vivons dans un monde où la qualité de l’environnement diminue jour après jour, et ce à cause de la consommation effrénée de l’homme. C’est ce qu’affirme une récente étude européenne, Épica. […] Les chercheurs ont extrait des glaciers en Antarctique des bulles d’air d’il y a 650 000 ans qui contenaient du CO2 et des GES à un taux de 280 parties par million (ppm). Aujourd’hui l’air que respirons contient 380 ppm, ce qui contribue au réchauffement de notre planète (participant 10).

33La preuve par l’avenir : toute preuve factuelle basée sur des projections, sur des hypothèses auxquelles le discours s’exerce à donner une valeur de réalité.

Une des formes de la rationalité moderne, celle des grands maux et des grands remèdes, se fonde ultimement sur une fiction, sur une conjecture muée en certitude démontrée, sur une foi dans l’avenir. […] La critique sociale démontre en tout cas par l’avenir que le monde empirique n’est pas bon et qu’il est d’autant plus mauvais qu’il pourrait être tout autre et qu’il ne dépend que des hommes de l’organiser autrement (Angenot, 2008 : 359-360).

34 Exemple :

Il en revient à chacun de nous, citoyens et citoyennes, de protéger notre écosystème des mains pollueuses de ces exploitants richissimes pour éviter à nos enfants et à nos arrière-petits-enfants d’être victimes des gaz à effet de serre et du réchauffement climatique qui nous menace tant individuellement que collectivement. Rétablissons l’équilibre ! (participant 7).

35La question rhétorique : « […] une question qui n’appelle pas de réponse, une affirmation déguisée en interrogation, une formule phatique propre à rendre plus vivant un monologue » (Robrieux, 2000 : 206). Exemple : « Ai-je le droit de vouloir vivre ? »(participant 2).

36L’autorité : « […] argument qui utilise des actes ou des jugements d’une personne ou d’un groupe de personnes comme moyen de preuve en faveur d’une thèse » (Perelman et Olbrechts-Tyteca, 1988/1992 : 411). Exemple : « Nous respirons présentement un air contenant 27 % de plus de CO2 qu’il n’y en a jamais eu depuis 650 000 ans, selon les chercheurs européens. […] Des études avancent que par la fonte des glaciers, le niveau des océans va monter d’environ un mètre d’ici 2100 »(participant 6).

37Le lieu de l’irréparable :

La précarité peut être considérée comme la valeur qualitative opposée à la valeur quantitative de la durée ; elle est corrélative de l’unique, de l’original. On sait que tout ce qui est menacé prend une valeur éminente : Carpe diem. […] Le lieu de l’irréparable se présente comme une limite, qui vient accentuer le lieu du précaire : la force argumentative liée à son évocation peut être d’un effet foudroyant (Perelman et Olbrechts-Tyteca, 1988/1992 : 122).

38Exemple : « L’Association Les Amis de la Terre lance un cri d’alarme ! Si rien n’est fait pour réduire l’émission des gaz à effet de serre et ainsi stopper le réchauffement climatique de la planète, la terre et ses générations futures courent droit à la catastrophe » (participant 3).

39L’incompatibilité : « Alors que la contradiction oppose une idée à sa négation pure et simple, […] l’incompatibilité se manifeste entre deux assertions qui ne peuvent coexister dans un même système, sans ipso facto se nier logiquement » (Robrieux, 2000 : 156). Exemple :

S’en prendre directement et immédiatement à l’économie sous prétexte de diminuer les émanations de GES à court terme nuirait considérablement aux efforts pour trouver des technologies écologiques. Ce serait comme tuer le poussin dans l’œuf, et cela nous priverait à la fois de notre confort, de notre qualité de vie et d’une meilleure qualité d’air pour les années à venir (participant 6).

40Les valeurs : « Les valeurs sont des repères moraux admis par une société donnée, jouant à peu près le rôle des axiomes et des théorèmes en mathématiques. Ce sont en quelque sorte des lieux éthiques » (Robrieux, 2000 : 199). Exemple : « Peut-on réellement laisser libre cours à notre égoïsme occidental et ainsi contribuer à la mort de nos frères et de nos sœurs humains ? Nous ne pouvons pas nous taire. Il faut parler. Et agir. Par solidarité » (participant 8).

41L’exemple : « Il se présente comme un cas particulier et concret, soumis à l’auditoire en vue d’étayer une thèse, voire de contribuer à la fonder » (Robrieux, 2000 : 192). Exemple :

Bien entendu, il importe à chaque être humain, et non seulement aux chefs des gouvernements des pays industrialisés, de changer des habitudes. Par exemple, nous pouvons favoriser le transport en commun, réduire nos dépenses énergétiques en éteignant les appareils et les ampoules électriques lorsque nous sommes absents de la maison. Aussi, nous pouvons recycler davantage et favoriser le développement durable (participant 5).

Résultats : analyse des arguments utilisés selon l’opinion

42L’analyse du contenu des textes a porté sur les rédactions conformes à l’opinion dominante des sujets (défense des thèses des Amis de la Terre), puis sur les rédactions contre leur opinion (défense des thèses de BioPétrole).

Rédiger selon son opinion (Amis de la Terre)

43Les arguments (comme opinions) les plus utilisés dans les textes pour les Amis de la Terre (c’est-à-dire relevés trois fois et plus dans un même texte) sont, par ordre d’importance, le lieu de l’irréparable, l’incompatibilité, la fin et les moyens, la preuve factuelle, la cause, l’exemple, l’autorité et la disqualification par l’argument ad personam, l’argument de direction (pente glissante et direction cumulative) et la preuve par l’avenir (10 arguments).

44Dans l’ensemble de ces rédactions émerge un circuit d’enchaînement des arguments à l’appui de la thèse suivante : il est urgent d’agir pour sauver l’environnement, car nous sommes au bord de la catastrophe.Premier argument en importance,le lieu de l’irréparable vient ponctuer une thèse pragmatique ; il incite à une action justifiée par une situation apocalyptique. Les moyens proposés sont qualifiés de solutions à la portée de tous et ont pour fin la rédemption individuelle et collective, la cause première de la catastrophe appréhendée étant le comportement de l’homme. En associant des moyens concrets à la rédemption individuelle, les rédacteurs ont judicieusement dissocié les activistes de la cause environnementale de la masse des « coupables » et ont attribué à leurs lecteurs le rôle d’agent appréhendé du changement.

45Les preuves factuelles sont nombreuses du côté des Amis de la Terre et sont associées à l’argument d’autorité qui leur confère une valeur d’authenticité. Ce sont des faits construits (statistiques, moyennes, pourcentages), intangibles, qui alimentent les arguments de la pente glissante, de la direction cumulative et de la preuve par l’avenir, car ils concrétisent l’idée de menace croissante et de détérioration galopante de l’environnement. Les explications liées à ces faits construits sont pratiquement absentes. Le lien d’addition entre les faits est très présent dans les rédactions et traduit la volonté de convaincre par cumul de faits accablants.

46L’argument de la pente fatale se constitue de faits construits ayant pour particularité d’être des projections à partir de données actuelles. L’addition martelée de tels faits leur donne une valeur prophétique. L’accumulation des données porteuses d’informations négatives a également le pouvoir de suggérer l’idée de direction cumulative : l’enchaînement d’effets indésirables apparaît motivé par un but (idée de« conjecture téléologique » — Angenot, 2008) et les effets indésirables sont soumis à une force fatale, à une poussée d’accélération incontrôlable. En somme, l’homme court à sa perte à toute vitesse, incapable de changer ses comportements dévastateurs à l’égard de l’environnement, comportements qui vont l’entraîner à détruire la planète.

47« Mais, paradoxalement, il est encore temps d’agir », si l’homme devient environnementaliste et écoute l’exhortation au changement que lui scande l’organisme Les Amis de la Terre ; la preuve par l’avenir est ici convoquée. Les participants expriment ainsi leur foi dans un avenir porteur de l’idée de progrès. Ils font également la preuve qu’ils ont intériorisé le discours dualiste médiatique où toute situation problématique est envisagée de deux points de vue, le bon et le mauvais. Dans cette perspective, les explications de type rationnel sont superflues.

48Les exemples viennent illustrer la thèse, c’est-à-dire l’appel à l’action. « Comment changer notre comportement ? Comment réparer l’irréparable ? » Les mesures proposées touchent l’action individuelle à portée collective : recycler, marcher, encourager le développement durable, élire des gouvernements verts. Ces mots-programmes sont considérés comme compris du lecteur présumé et ne nécessitent pas d’explications permettant de démontrer leur effet sur l’environnement (preuve par l’avenir).

49Les deux derniers arguments de la liste sont des arguments de réfutation. Il s’agit de discréditer les opposants au changement d’habitudes de vie et de consommation, nommément l’ancien président étatsunien Georges W. Bush et le premier ministre du Canada, Stephen Harper, soit en mettant en évidence le conflit de valeurs entre le consensus international sur l’urgence de protéger l’environnement et leurs actions (incompatibilité), soit en les rendant directement responsables (ad hominem) de la catastrophe imminente et inéluctable qu’entraînera le réchauffement climatique.

50Si l’on considère la façon dont les contenus des sources documentaires ont pu être repris dans les textes, il apparaît globalement que les arguments ne l’ont pas été tels quels, mais ont fait l’objet de transformation. Ainsi, le lieu de l’irréparable, premier argument par ordre d’importance dans les rédactions pour les Amis de la Terre, est peu exploité dans le texte source 1 et demeure sous-entendu. L’importance accordée à cet argument dans les rédactions traduit une volonté d’adaptation à la situation de communication : écrire pour une association de défense de l’environnement suppose de soulever des émotions suscitées par l’adhésion à des présupposés, à des croyances. Cet argument établit aussi un lien dialogal entre l’énonciateur et ses destinataires.

51Les preuves factuelles, d’autorité et par l’avenir sont reprises du texte source 1, mais sont dénuées d’explications, alors que dans ce texte source, les preuves factuelles et les arguments d’autorité sont liés et forment ensemble une théorie. Dans les rédactions des participants, les preuves sont additionnées dans le but de produire un effet de peur, de pousser à l’action par l’évocation de la catastrophe imminente. Le texte source 1 a une visée plus explicative que persuasive. Il s’adresse à l’intellect plutôt qu’aux émotions du destinataire et met l’accent sur le logos plutôt que sur le pathos.

52Les exemples illustrent l’appel à l’action dans les rédactions des participants tandis que, dans le texte source 1, ils ont une valeur de justification et de légitimation des données qui fondent la théorie du réchauffement climatique. Dans le texte source, les exemples font partie de la démonstration. Dans les rédactions des participants, ils ont une valeur perlocutoire (Ducrot et Schaeffer, 1995). En effet, ils visent non seulement à contextualiser l’action souhaitée, mais également à susciter l’adhésion aux valeurs partagées par la communauté discursive des environnementalistes.

53Il était suggéré d’énoncer des arguments de réfutation dans la consigne de rédaction. Les participants ont privilégié l’argument ad hominem et l’argument d’incompatibilité, qui se nourrissent d’un amalgame d’informations tirées du texte source 2 et de leurs convictions personnelles. Ces arguments confèrent un ton polémique aux rédactions : on y suggère qu’il existe une conspiration contre le bon sens. Il s’ensuit que la thèse défendue est légitimée par l’évidence qu’il n’y a d’autre approche valable et sensée que celle des environnementalistes.

54On constate donc que les connaissances puisées dans les textes sources ont été transformées, plutôt que simplement rapportées, du fait que les participants ont donné à leur rédaction un but adapté à la situation de communication où ils étaient plongés. Ils ont sélectionné les informations qui concordaient avec ce but et ont ordonné les arguments en conséquence. En surface, le texte source a orienté fortement le contenu des rédactions, mais le circuit argumentatif a été transformé en profondeur. Les participants ont fait intervenir leurs propres idées reçues sur le sujet et ont raccordé leurs arguments en utilisant comme fil conducteur la peur de la catastrophe imminente. Les données factuelles s’insèrent à l’intérieur d’un discours alarmiste dans lequel les explications sont absentes.

Rédiger contre son opinion : BioPétrole

55Parmi les arguments développés, les plus utilisés dans les textes pour BioPétrole sont, par ordre d’importance (trois fois ou plus dans chaque texte), les valeurs, la fin et les moyens, la preuve factuelle, la pente glissante, le tout et ses parties, l’incompatibilité et la question rhétorique (sept arguments).

56La thèse à laquelle souscrivent les participants dans leur rédaction pour BioPétrole est la suivante : la recherche de nouvelles technologies constitue la solution incontournable aux problèmes environnementaux. Comme l’indique le résultat au questionnaire d’opinion, cette thèse va à l’encontre de ce que croient les participants. D’entrée de jeu, ils ont jugé bon de créer une identité axiologique à BioPétrole, ce qu’aucun participant n’a fait dans sa rédaction pour les Amis de la Terre. Les valeurs des Amis de la Terre sont restées implicites. En attribuant explicitement des valeurs à BioPétrole, les rédacteurs ont opté pour la stratégie du cadrage abusif du réel, du repositionnement, sans doute basée sur la présomption que le lecteur entretiendrait une image négative de la source d’énonciation.

57Dans les rédactions, BioPétrole est caractérisée comme solidaire, engagée dans la communauté, soucieuse de l’environnement. Elle croit dans la valeur suprême de la vie, valorise le progrès, la science et la recherche. C’est une entreprise aux buts humanitaires. Dans aucune rédaction il n’est question d’activités concrètes pour cette entreprise aux buts abstraits. Elle n’existe que pour faire le bien ou encore pour accomplir des activités de recherche fondamentale, sans but lucratif.

58Étant posée cette identité organisationnelle composée de valeurs humanistes, tous les investissements en nouvelles technologies (sans applications concrètes) dans lesquels est engagée BioPétrole se justifient par la fin poursuivie : enrayer les problèmes environnementaux. Ainsi, BioPétrole ne semble pas être une entreprise comme les autres.

59C’est sur la base de la communauté des valeurs du but poursuivi que l’énonciateur argumente en faveur de l’inclusion de BioPétrole dans le groupe des gens qui souhaitent arrêter la dégradation de l’environnement. BioPétrole se dissocie du groupe des pollueurs et s’inclut dans le groupe des écologistes.

60L’argument de la fin et des moyens, toutefois, amène une restriction : pas d’investissements dans les nouvelles technologies sans croissance économique. Ici s’arrête l’amalgame des écologistes et des partisans de la technologie : c’est la rupture idéologique. La croissance économique et les valeurs qui y sont associées sont données comme la condition nécessaire pour l’ancrage de la thèse dans la réalité. L’argument de la preuve factuelle est au service de la thèse : les investissements en recherche ont des effets concrets sur la lutte contre la pollution. Apparaissent alors les chiffres cités dans le texte source 2 et montrant qu’aux États-Unis, les émissions de gaz à effet de serre dues aux usines et aux automobiles ont diminué de moitié depuis 1970 alors que l’économie américaine a augmenté de 200 %.

61Quant à la preuve de la pente glissante, elle est liée aux effets néfastes qu’entraînerait la ratification du protocole de Kyoto sur la croissance économique et, par ricochet, sur la recherche pour remplacer les combustibles traditionnels.

62Dernier argument, la question rhétorique (dont la réponse amène l’adversaire sur le terrain de la contradiction) vise à montrer l’évidence de la thèse. Comment pourraient-ils (c’est-à-dire les écologistes) à la fois lutter contre les problèmes immédiats découlant d’une décroissance économique (récession, chômage, exil des entreprises) et se préoccuper de l’impact éventuel — mais non avéré — des changements climatiques ? Pourquoi participer au protocole en sachant qu’il est impossible de fermer les industries et les usines autrement qu’au détriment de l’économie du pays (vérité relevant de l’idéologie capitaliste) ? Le recours aux questions rhétoriques a pour but d’affirmer l’évidence de la thèse. À ce sujet, Emmanuelle Danblon tient un propos éclairant : « De Platon à Descartes, dans un système de pensée qui voit dans l’évidence le signe infaillible de la vérité, l’apparition du désaccord ne peut être perçu que comme le signe d’une erreur voire d’un malheur » (2005 : 81). À défaut de savoir comment réconcilier les valeurs de communauté qu’ils prêtent à BioPétrole et le refus de l’entreprise de freiner le développement économique, source de pollution, les participants se réfugient dans le recours à l’évidence pour résoudre l’incompatibilité des programmes d’action. Ainsi, on remarque là une faiblesse stratégique dans la tentative de soutenir une thèse contraire à leur opinion.

63Si l’on examine l’effet des textes sources sur la rédaction, on constate que la thèse générale est empruntée au texte source 2 de même que l’argument de la fin et des moyens. Les moyens utilisés pour diminuer la production de gaz à effet de serre, aussi différents semblent-ils des stratégies préconisées par les Amis de la Terre, visent le même but environnemental. L’incompatibilité des thèses, la preuve factuelle et l’argument de la pente fatale sont également pris dans le texte source 2. Le recours à l’évidence des postulats défendus par BioPétrole se conclut par l’expression d’une vérité générale tirée du texte source 2 : « Car une nation dont l’économie progresse est une nation qui peut se permettre de faire des investissements dans les nouvelles technologies. » Par contre, l’importance accordée à l’ethos de l’énonciateur et à l’insistance d’inclure les valeurs de l’entreprise dans un ensemble qui inclut les environnementalistes n’est pas tirée du texte source 2. La question rhétorique est également un apport des participants à l’expérience rédactionnelle et dénote leur interprétation de ce qui constitue la valeur communicationnelle de leur écrit. De plus, la question rhétorique autorise le saut logique entre les deux systèmes de valeurs.

64Au total, on s’aperçoit que le circuit des arguments du texte source 2 est perturbé par la volonté des participants de réconcilier les points de vue adverses. Les rédactions manquent donc de cohérence, sont tiraillées entre deux référentiels. La thèse écologiste, comme elle est défendue dans les rédactions pour les Amis de la Terre, privilégie les savoirs de croyances plutôt que les savoirs de connaissances (Charaudeau, 2008). En effet, les preuves mises en avant sont surtout basées sur des valeurs et des hypothèses catastrophiques plutôt que sur des explications scientifiques. On constate que les participants manifestent de la difficulté à concevoir un schéma de structuration des arguments qui contredit leurs croyances. Cela explique sans doute l’usage plus important de connecteurs que nous avons constaté (Alamargot et Beaudet, 2009) dans les rédactions pour BioPétrole. À défaut de contrôler l’enchaînement logique des arguments, les participants se réfugient dans une mise en scène de surface en ajoutant des connecteurs qui servent à indiquer des liens logiques impossibles à inférer en suivant l’enchaînement des idées. Cette opération de maquillage est typique du savoir-faire qu’on attribue aux spin doctors, c’est-à-dire des communicateurs experts dans la fabrication d’images.

Interprétation

65La tâche rédactionnelle proposée aux étudiants en rédaction professionnelle impliquait la lecture de textes sources et portait sur un sujet familier. Les deux points de vue en opposition sont le résultat d’une analyse de la réalité à partir de savoirs « de connaissances » (des faits, des descriptions, des explications, des témoignages d’experts) et de savoirs « de croyances » (des hypothèses dramatiques, le discours d’autorités sanctifiées ou démonisées, des stéréotypes, des valeurs, des vérités). Ces savoirs sont disponibles dans les médias, qui traitent de la problématique de l’environnement sur une base régulière. Dans les textes sources, les participants à l’expérimentation pouvaient puiser des arguments les amenant à développer thématiquement ce dont ils parlaient (construction d’un logos) et la manière dont ils en parleraient (ethos et pathos). Or, pour défendre une position et son contraire, les rédacteurs ont mis l’accent sur l’ethos et le pathos plutôt que sur le logos. Ils ont privilégié des arguments de type communicationnel, des arguments susceptibles d’influencer le lecteur par le processus d’identification et par les émotions.

66Ainsi, l’analyse du contenu des textes indique que les arguments amenés dans les rédactions pour les Amis de la Terre sont tissés entre eux essentiellement par du langage emphatique et par un argument de type doxique, le lieu de l’irréparable, à partir de preuves factuelles reprises du texte source, reproduites hors contexte et sans développement explicatif. Dans les rédactions pour BioPétrole, les participants ont utilisé une stratégie à l’œuvre en publicité et en politique : priorité au discours de valeurs, peu de contenu, des enchaînements peu cohérents entre les idées mais un souci de la présentation de surface qui prétend occulter le vide communicationnel. Cela expliquerait le fait que rédiger contre son opinion conduit à produire un texte plus court et comportant moins d’idées mais plus fortement connectées. L’analyse du contenu laisse penser que les participants ont écrit sans planification d’ensemble du problème et de la tâche, en s’attachant à la cohésion plutôt qu’à la cohérence (emphase sur les aspects grammaticaux et syntaxiques, sur l’usage de connecteurs). Cela confirme et illustre les résultats que nous avons obtenus (Alamargot et Beaudet, 2009) en analysant la distribution des marques linguistiques, notamment des connecteurs, dans ces mêmes textes.

67L’une des raisons que nous pouvons invoquer hypothétiquement serait l’impossibilité dans laquelle se trouvaient les participants d’imaginer un auditoire à leur rédaction pour BioPétrole. Selon Francine Thyrion,

l’écrit, par soi-même, représente déjà un mode de communication où contexte de production et contexte de réception sont en décalage temporel […] Si, en outre, on lui assigne un destinataire lointain — c’est-à-dire qui n’a pas ou peu de rapports concrets avec le rédacteur — et donc malaisé à définir, on accroît considérablement l’abstraction de la tâche et par là même, le degré de difficulté (1997 : 34).

68On observe donc que la validité de l’acte argumentatif est comprise ici en rapport avec l’objectif de faire croire. Les rédacteurs n’ont pas cherché à convaincre en reconstruisant un savoir de connaissances, mais à faire croire qu’ils disaient vrai. Comme les participants ne croyaient pas en leur discours, ils n’ont pas su adapter leur stratégie discursive à un nouvel univers de connaissances puisqu’ils ne sont pas portés à en tenir compte de toute façon. La réconciliation de points de vue contraires sur une même réalité passe nécessairement par l’examen des composantes de celle-ci : description et explication sont à la base de la compréhension de ce dont on discute. Les procédés de description et d’explication permettent de cadrer la réalité dont il est question, de la problématiser, pour ensuite la recadrer en sélectionnant ou en opposant des éléments, en opérant par association et dissociation. La capacité de changer de point de vue, que ce soit dans le but de réfuter la position adverse, d’en récupérer des éléments pour proposer une synthèse ou parce que la situation oblige l’argumentateur à le faire, suppose de comprendre ce point de vue en tant qu’amalgame de savoirs de connaissances et de savoirs de croyances. Impossible d’atteindre un tel résultat sans planification de la tâche rédactionnelle.

Conclusion

69L’objectif de cette recherche était d’évaluer dans quelle mesure des étudiants avancés dans un cursus en communication réussissent à rédiger un texte argumentatif cohérent en faisant abstraction de leurs convictions personnelles. Les analyses conduites montrent que les étudiants demeurent encore sensibles à leur propre opinion, qu’il s’agisse de rédiger un texte en accord ou en opposition avec leurs vues personnelles. Comme celle de la majorité des citoyens, cette opinion est configurée par un ensemble de connaissances, de croyances, de perceptions et d’idées reçues. Deux mouvements peuvent être décrits : ils se laissent emporter par leur opinion dans le cas d’une congruence avec leur conviction. Dans le cas inverse, lorsqu’ils rédigent contre leur opinion, ils délaissent la cohérence d’ensemble, l’analyse du problème et de la tâche, en s’attachant plutôt à la cohésion, se réfugiant dans une « mise en scène » de surface que nous avons associée plus haut à l’expertise des spin doctors. Dans les deux cas, toutefois, ils sélectionnent des éléments de contenu des textes sources, mais modifient en profondeur le circuit argumentatif pour faire coïncider le mandat de rédaction et leurs convictions personnelles.

70Le fait que les étudiants puissent ainsi procéder à une transformation de sources peut être considéré déjà comme une marque d’expertise, notamment en ce qui a trait au recours à la stratégie de knowledge transforming (Bereiter et Scardamalia, 1987). Toutefois, la limite de cette compétence réside dans le fait que cette transformation reste sous l’influence de leur opinion plutôt que des objectifs du mandat de communication. Comment faire alors en sorte que ces étudiants évoluent vers une stratégie de knowledge crafting, en développant une identité discursive, et notamment en prenant conscience de l’influence de leur propre opinion dans le cadre de la rédaction professionnelle ? La question est fondamentale, car elle interroge l’expertise professionnelle.

71Le rédacteur professionnel occupe une position semblable à celle de l’avocat : il représente le point de vue de son client (Beaudet, 1998). La plupart des mandats de communication professionnelle ne portent pas sur la vérité des choses, mais sur l’acceptabilité de points de vue sur la réalité. La construction de la réalité est à la charge du rédacteur : c’est ce que l’on entend par « mise en scène discursive ». Mise en scène ne signifie pas invention ex nihilo, mais sélection de faits, qualification, comparaison, opposition, en fonction des buts de la communication.

72Établir un accord des esprits sur l’acceptable ne peut pas être exclusivement le résultat d’une argumentation par les émotions et l’identification à celui qui s’exprime : ces procédés sont à la base de la manipulation ou de la propagande (Breton, 1997). « Rejoindre l’esprit de son lecteur » est une entreprise plus exigeante, qui demande à la fois de savoir et de comprendre de quoi on parle, et cela est d’autant plus difficile quand le rédacteur est peu familier avec le sujet ou lorsqu’il a une opinion bien ancrée sur le sujet, comme l’expliquent Perelman et Olbrechts-Tyteca (1988/1992) :

L’important, dans l’argumentation, n’est pas de savoir ce que l’orateur considère lui-même comme vrai ou comme probant, mais quel est l’avis de ceux auxquels elle s’adresse. […] Le grand orateur, celui qui a prise sur autrui, paraît animé par l’esprit même de son auditoire. Ce n’est pas le cas de l’homme passionné qui ne se préoccupe que de ce qu’il ressent. […] Ce qui paraît expliquer ce point de vue, c’est que l’homme passionné, alors qu’il argumente, le fait sans tenir compte suffisamment de l’auditoire auquel il s’adresse : emporté par son enthousiasme, il imagine l’auditoire sensible aux mêmes arguments que ceux qui l’ont persuadé lui-même. Ce que la passion provoque c’est donc, par cet oubli de l’auditoire, moins une absence de raisons qu’un mauvais choix de raisons (1988/1992 : 31).

73Comment enseigner aux étudiants en communication à découvrir les caractéristiques du mandant et du récepteur et à en tenir compte dans l’élaboration de leur argumentation ? Nous pensons que trois interventions complémentaires doivent être considérées.

74Premièrement, dans les écrits fonctionnels, soutenir un point de vue sur la réalité, n’importe lequel — et pas nécessairement le sien —, constitue la norme plutôt que l’exception. Les écrits professionnels ont un ancrage social particulier et, dans la grande majorité des cas, ils ont une visée persuasive. Dès lors, les cours de rédaction professionnelle doivent avoir pour objectif de développer chez les étudiantes et les étudiants la capacité de lire les écrits professionnels dans le but de reconstituer les caractéristiques des communautés discursives d’où ils émanent. Mandants et récepteurs de ces écrits sont liés par un savoir partagé et des valeurs communes.

  • 6  Texte original : « A discourse community is a social group that communicates at least via written (...)

75Une approche pédagogique à considérer consiste à prendre pour point de départ une définition du concept de communauté discursive. Anne Beaufort propose une définition particulièrement claire : « Une communauté discursive est un groupe possédant un ancrage social, qui communique nécessairement par écrit (en plus d’autres formes de communication possibles) et qui partage des buts communs, des valeurs, des normes d’écriture, un vocabulaire et des genres propres » (2007 : 179. Nous traduisons6). Pour actualiser ce savoir, l’auteure propose la lecture de textes émanant d’une même communauté discursive en répondant aux questions suivantes : quels sont les buts poursuivis par cette communauté ? De quelle manière les buts et les valeurs de cette communauté influencent-ils le développement des idées et leur articulation ? Quel contenu (information, argument) apparaît important ?

76Ce sont là des questions à valeur heuristique qui s’appliquent à tout texte professionnel. Lorsqu’elles guident la lecture des textes argumentatifs, ces questions ouvrent la possibilité de constituer une vision contrastive claire et cohérente de la représentation d’un même sujet par deux communautés discursives. Cette approche met l’accent sur la découverte de discours préexistants, à partir desquels l’apprenti rédacteur professionnel peut constituer son identité. Cela revient à dire ici que la phase de planification du texte est déterminante. Avant d’écrire quoi que ce soit, le rédacteur doit constituer un plan d’ensemble de son propos et s’assurer que la cohérence du développement thématique s’appuie sur des enchaînements logiques propres à la vision du monde de la communauté pour laquelle il écrit. La distribution en surface du texte de connecteurs logiques et argumentatifs ne peut se substituer à un travail préalable — et en profondeur — sur le contenu du texte.

77Deuxièmement, l’apprentissage d’une identité discursive professionnelle s’appuie sur la reconnaissance des marques d’inscription du sujet dans son discours. La théorie de l’énonciation fournit un ancrage linguistique à la représentation de l’ethos (Amossy, 2000). La linguistique de l’énonciation constitue un dispositif descriptif des différentes manières dont le locuteur s’inscrit dans son discours. Ces connaissances s’avèrent utiles autant en analyse de discours qu’en rédaction, puisque le rédacteur est responsable de la gestion énonciative de son texte.

78Encore une fois, la construction d’une identité discursive autre que son identité propre (ici ses opinions personnelles) passe par l’analyse et l’imitation des procédés à l’œuvre dans des textes où sont soutenues des idées différentes des siennes. Au cours de leur formation, les étudiants en communication devraient faire face à la nécessité de travailler, à de nombreuses reprises, les particularités de la gestion énonciative dans leur texte en défendant une position autre que la leur. La gestion énonciative est l’une des composantes de la cohérence (gestion référentielle, gestion de la progression thématique et du plan de l’énonciation). On peut donner comme exemple d’exercice de lecture critique l’analyse de la gestion énonciative d’une allocution prononcée par le président de l’Association pétrolière et gazière sur le potentiel d’exploitation des gaz de schiste et l’analyse d’un mémoire prononcé par le président de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique qui demande un moratoire sur l’exploitation de ces gaz. Ces deux textes devraient être mis en contexte lors de l’exercice. En reconstituant les éléments du dispositif énonciatif dans les textes lus, les étudiants peuvent ensuite s’exercer à manipuler les indices d’énonciation, en rédigeant des textes défendant des positions contraires.

  • 7  Par exemple, doit-on interdire le port des symboles religieux chez le personnel du secteur public  (...)

79Troisièmement, un autre aspect de la difficulté que manifestent les étudiants à se constituer une identité discursive tient à l’acceptation et à la compréhension de la différence entre vérité et vraisemblable. S’il existe des positions indéfendables dans toute société à un moment de son histoire, compte tenu des valeurs qu’elles sous-entendent et qui ne sont plus acceptables, la plupart des enjeux de la société civile ne sont pas examinés sous l’angle de la vérité et du mensonge, mais bien sous celui de l’acceptable et du non-acceptable7. Les valeurs sont projetées sur des échelles de priorité différentes en fonction des buts poursuivis par les argumentateurs. Ces valeurs sont jugées acceptables ou non par certains membres d’une même société et sont hiérarchisées différemment selon la position qu’elles contribuent à faire accepter.

80Un rédacteur professionnel est amené à changer « d’adversaire » au gré de ses mandats. Il serait utile au futur rédacteur professionnel de savoir réorganiser le discours de valeurs de nombreuses communautés discursives plutôt que de chercher à transformer, par le recours aux effets de style, une position acceptable en position évidente du fait qu’il ne sait pas (encore) comment étayer son argumentation. Changer de point de vue exige d’entrer dans un nouveau schéma de connaissances et de valeurs. Il n’y a pas d’un côté des évidences et de l’autre, des erreurs.

81En amont se trouve sans doute la confusion entre savoirs de croyances et savoirs de connaissances. Un rédacteur professionnel ne peut pas se restreindre à ses opinions et idées reçues. La recherche d’arguments et leur étayage passent par la connaissance approfondie du sujet traité ; c’est la seule manière de développer une argumentation cohérente qui s’inscrit dans la logique du mandat.

82En ce sens, là encore l’enseignement de l’analyse de discours apparaît incontournable, et savoir lire pour savoir écrire (Wright, 1999) devrait faire partie du savoir de référence d’un futur rédacteur professionnel. L’analyse répétée de discours professionnels apparaît une composante essentielle de la formation des rédacteurs pour autant que la lecture qu’ils en font soit soutenue et dirigée par une grille d’analyse prenant en compte les caractéristiques du contenu et de ses rapports avec la communauté discursive ainsi que les aspects logico-linguistiques (lexicaux, structuraux), rhétoriques (objectifs, valeurs), communicationnels (caractéristiques des lecteurs) et pragmatiques (attentes en regard des lecteurs). Il importe que les étudiants deviennent capables de distinguer, dans un même discours, ce qui relève de savoirs de connaissances et ce qui relève de savoirs de croyances. Par exemple, dans un même rapport sur l’intégration à l’école des enfants en difficulté d’apprentissage, on peut trouver des statistiques (faits construits) obtenues en suivant des protocoles rigoureux dont l’application ne dépend pas de l’opinion du chercheur ; on peut également lire, dans le même rapport, des conclusions tirées de ces statistiques, qui contredisent les propos d’autres chercheurs et qui reflètent les valeurs et les présupposés idéologiques de celui qui s’exprime.

83Finalement, les listes de questions ont pour avantage d’alléger le poids des multiples niveaux de contraintes (logico-linguistiques, discursives, rhétoriques, pragmatiques) que le lecteur ou le rédacteur doit gérer (Beaufort, 2007 ; Harris et Graham, 2009 ; Plane, 2006). Dans cet esprit, et pour clore notre article, nous proposons ici une liste de questions structurantes sur le processus de planification d’un texte professionnel. Cette liste intègre des questions dont la logique épistémique renvoie aux recherches en psychologie cognitive, en grammaire textuelle, en rhétorique et en sociologie de la communication écrite. C’est en quelque sorte un outil d’aide à la rédaction dont nous comptons, dans un avenir rapproché, mesurer l’efficacité auprès d’étudiants et de rédacteurs professionnels. Dans le but d’élargir la portée des premières observations dont nous rendons compte ici, il conviendra (1) d’ajouter un corpus de textes écrits par des professionnels afin de comparer leur expertise à celle des étudiants en communication et (2) de recourir à des logiciels de suivi des opérations de lecture et d’écriture, pour apprécier dans quelle mesure des textes de même facture sur les plans linguistique et sémantique sont en réalité sous-tendus par une mise en œuvre différente des processus rédactionnels sur le plan temporel.

Tableau 2. Les listes de questions

Aide à la planification

Analyse du mandat

Dans quel environnement de travail se situe ce mandat ?

Qui est le mandant ?

Quelle est l’identité sociodiscursive du mandant ?

Suis-je motivé par ce mandat ? Ai-je déjà rédigé quelque chose de similaire ?

Qu’est-ce que je connais du sujet ? Ai-je les ressources pour trouver l’information dont j’ai besoin ?

Qu’est-ce que je pense du sujet ?

Qu’est-ce que je pense de mon affectation ?

Qu’est-ce que je sais du sujet ?

Comment vais-je chercher de l’information sur ce sujet ? Où ?

Comment organiser ma pensée à cette étape : prise de notes, brouillon, mots-clés ?

  

Buts rhétoriques

Quel est le but premier de l’action de communication, du point de vue du mandant ? Les buts secondaires ou cachés ?

Quelles sont les valeurs associées à cette action ?

Pourquoi est-ce important que cette action de communication soit accomplie maintenant ?

En quoi cette action de communication est-elle importante, du point de vue du mandant ?

  

Buts pragmatiques

Quels résultats attend-on de cette action ?

À qui s’adresse cette action de communication ? Qui lira ou utilisera le document que je vais produire ?

En quoi ce document peut-il être pertinent pour le destinataire ?

Comment puis-je énoncer mon mandat en 5 lignes (représentation de ma tâche) ?

  

Plan pour dire

Quel genre d’écrit convient le mieux à cette situation ?

Est-ce que j’ai des exemples de ce genre d’écrit ?

Dois-je envisager l’ajout d’éléments visuels au texte ?

Quels sont les thèmes que je vais aborder et ceux que je vais exclure ? Quelles sont les idées à développer ?

Dois-je trouver de l’information pour faire des descriptions, des explications ou soutenir des jugements ?

  

Plan pour rédiger

Comment puis-je énoncer mon sujet en 15 lignes : sujet amené, sujet posé, sujet divisé ?

Quelle superstructure textuelle convient le mieux à la situation ? Plans par addition, par comparaison, par opposition, par ordre chronologique, par pyramide inversée ; plan analytique ; plan argumentatif ?

84  

Haut de page

Bibliographie

ALAMARGOT, Denis et Céline BEAUDET (2009), « Rédiger contre son opinion : des étudiants en communication peuvent-ils faire abstraction de leurs connaissances du domaine ? », Pratiques, 143-144, p. 218-232.

ALAMARGOT, Denis et Jean-Louis LEBRAVE (2010), « The study of professional writing: A joint contribution from cognitive psychology and genetic criticism », European Psychologist, 15(1), p. 12-22.

ALAMARGOT, Denis et Michel FAYOL (2009), « Modelling the development of written composition » dans R. BEARD et al. (dir.), Handbook of Writing Development, London, Sage, p. 23-47.

ALAMARGOT, Denis et al. (2009), « Using eye and pen movements to trace the development of writing expertise: Case studies of a seventh, ninth an twelfth grader, graduate student, and Professional writer », Reading and Writing, 23(7), p. 853-888.

AMOSSY, Ruth (2000) L’argumentation dans le discours, Paris, Nathan Université.

ANGENOT, Marc (2008), Dialogue de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Paris, Mille et une nuits.

AURIAC, Emmanuelle (2008), « Variation in the use of pronouns as a function of the topic of argumentation in young writers aged 11 years », Argumentation, 22, p. 273-290.

BAUTIER, Élisabeth (2008), « Apprendre à écrire et/ou entrer dans la littératie étendue ? » dans Actes du colloque De la France au Québec : l’écriture dans tous ses états, Université de Poitiers [En ligne. http://www.poitou-charentes.iufm.fr/IMG/pdf/BautierCONF.pdf. Page consultée le 15 août 2010.

BEAUDET, Céline (1998), « Littératie et rédaction : vers la définition d’une pratique professionnelle » dans G. LEGAULT (dir.), L’intervention, usages et méthodes, Sherbrooke, Éditions GGC, p. 69-88.

BEAUDET, Céline et Isabelle CLERC (2008), « L’enseignement de la rédaction professionnelle au Québec : Quels fondements disciplinaires ? Quelle reconnaissance institutionnelle ? », Actes du colloque De la France au Québec : l’écriture dans tous ses états, Université de Poitiers [En ligne. http://www.poitou-charentes.iufm.fr/IMG/pdf/BeaudetClercCONF.pdf. Page consultée le 17 août 2010.

BEAUFORT, Anne (2008), « Writing in the professions » dans C. BAZERMAN (dir.), Handbook of Research on Writing. History, Society, School, Individual, Text, New York, Lawrence Erlbaum Associates, p. 221-236.

BEAUFORT, Anne (2007), College Writing and Beyond. A New Framework for University Writing Instruction, Logan, Utah University Press.

BEREITER, Carl et Marlene SCARDAMALIA (1987), The Psychology of Written composition, New York, Routledge.

BRANDT, Deborah (2009), Literacy and Learning. Reflections on Writing, Reading, and Society, San Francisco, Jossey-Bass.

BRETON, Philippe (1997), La parole manipulée, Montréal, Boréal.

CHARAUDEAU, Patrick (2008), « L’argumentation dans une problématique d’influence », Argumentation et analyse du discours [En ligne. n° 1. http://aad.revues.org/index193.html. Page consultée le 20 août 2010.

CLERC, Isabelle et Céline BEAUDET (2008), Langue, médiation et efficacité communicationnelle. Québec, Presses de l’Université Laval.

DANBLON, Emmanuelle (2005), La fonction persuasive. Anthropologie du discours rhétorique : origines et actualité, Paris, Armand Colin.

DIAS, Patrick et al. (dir.) (1999), Worlds Apart. Acting and Writing in Academic and Workplace Contexts, Mahwah (NJ), Lawrence Erlbaum Associates.

DUCROT, Oswald et Jean-Claude SHAEFFER (1995), Nouveau dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Paris, Seuil.

FESTINGER, Leon (1957), A Theory of Cognitive Dissonance,Stanford (CA), Stanford University Press.

HARRIS, Karen et Steve GRAHAM (2009), « Self-regulated strategy development in writing: Premises, evolution, and the future » dans Vincent CONNELLY et al. (dir.), British Journal of Educational Psychology, « Teaching and learning writing, monograph series II: Psychological aspects of education - Current trends», no 6, p. 113-135.

KELLOGG, Ronald (2008), « Training writing skills: A cognitive development perspective », Journal of Writing Research, 1(1), p. 1-26.

MARTINIE, Marie-Amélie et al. (2010), « Cognitive dissonance induced by writing a counter attitudinal essay facilitates performance on simple tasks but not on complex tasks that involve working memory », Journal of Experimental Social Psychology, 46, p. 587–594.

MARTINIE, Marie-Amélie et Pascale LARIGAUDERIE (2007), « Coût cognitif et voies de réduction de la dissonance cognitive », Revue internationale de psychologie sociale, 20(4), p. 5-30.

MYHILL, Debrah et T. LOCKE (2007), « Editorial: Composition in the English/literacy classroom »,English Teaching: Practice and Critique, 6(1), p. 1-10.

PERELMAN, Chaïm et Lucie OLBRECHTS-TYTECA (1988/1992], Traité de l’argumentation, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles.

PLANE, S. (2006), « Singularités et constantes de la production d’écrit. L’écriture comme traitement de contraintes » dans J. LAFFONT-TERRANOVA et D. COLIN (dir.), Didactique de l’écrit. La construction des savoirs et le sujet écrivant, Namur, Presses universitaires de Namur, p. 33-45.

PLUNG, Daniel (2006), « Teaching the complexity of purpose: Promoting complete and creative communications », Journal of Technical Writing and Communication, 36(1), p. 29-42.

ROBRIEUX, Jean-Jacques (2000), Rhétorique et argumentation, Paris, Nathan Université.

RUSSELL, David et David FORSTER (dir.) (2002), Writing and Learning in Cross-national Perspective: Transitions From Secondary To Higher Education, Mahwah (NJ), Lawrence Erlbaum Associates.

SOUCHON, Marc (2004), « L’inscription du sujet dans des copies d’étudiants de première année à l’université. Sujet écrivant et sujet épistémique » dans Andrée CHAUVIN et al. (dir.), Le vif du sujet. Texte, lecture, interprétation, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, p. 107-120.

STEIN, Nancy L. et Christopher MILLER (1993), « The development of memory and reasoning skill in argumentative contexts: Evaluating, explaining, and generating évidence » dans Robert GLASER (dir.), Advances in Instructional Psychology, vol. 4, Hilldale (NJ), Lawrence Erlbaum Associates, p. 285-335.

THYRION, Francine (1997), L’écrit argumenté. Questions d’apprentissage, Louvain-la-Neuve, Peeters.

WRIGHT, Patricia (1999), « Comprehension of printed instructions » dans Daniel WAGNER et al. (dir.), Literacy: An International Handbook, Boulder, Westview Press, p. 192-198.

Haut de page

Annexe

  

Texte rédigé en accord avec son opinion (participant 8)

Les Amis de la Terre

Contrer l’égoïsme.

L’impact des comportements humains sur la détérioration de l’environnement est indéniable. La communauté scientifique internationale n’a jamais été aussi catégorique : les changements climatiques que nous commençons à observer sont directement liés à nos habitudes de vie occidentales, lesquelles entraînent des conséquences dramatiques sur l’ensemble de la planète. Et la situation n’ira pas en s’améliorant. Les chercheurs et observateurs prévoient un accroissement considérable des phénomènes atmosphériques violents, tels que les tornades, les tsunamis et les ouragans, qui toucheront essentiellement les populations les plus défavorisées. En effet, celles-ci sont moins bien préparées à faire face à de telles situations.

Plusieurs événements récents démontrent bien l’extrême vulnérabilité de ces populations. Déboisée en quasi-totalité, pour répondre aux besoins de chauffage de ses habitants, l’île d’Haïti est d’autant plus durement frappée par les tempêtes tropicales qui s’abattent chaque année sur ses côtes. De plus en plus d’Haïtiens vivent désormais dans une extrême pauvreté. La tempête tropicale qui a frappé le Myanmar, la semaine dernière en est un autre exemple. Vivant déjà dans des conditions précaires, le peuple birman était sans ressource lorsque des vagues de plus de 10 pieds ont déferlé sur ses côtes, laissant derrière elles innondations [sic], dévastation et des dizaines de milliers de victimes.

Ces deux exemples doivent nous ouvrir les yeux. Peut-on réellement laisser libre cours à notre égoïsme occidental et ainsi contribuer à la mort de nos frères et de nos sœurs humains ? Nous ne pouvons pas nous taire. Il faut parler. Et agir. Par solidarité.

Texte rédigé en désaccord avec son opinion (participant 8)

BioPétrole

Les pays développés, ceux qui ont une bonne croissance économique, sont les mieux outillés pour trouver des solutions aux changements climatiques. En effet, ils ont les moyens financiers qui leur permettent d’investir dans la conception de technologie plus « vertes [sic] ». Ce n’est donc pas en ratifiant un accord tel que le protocole de Kyoto, qui freinerait assurément la croissance économique que les gouvernements pourront réellement travailler à l’assainissement de l’environnement. Comment pourraient-ils à la fois lutter contre les problématiques immédiates découlant d’une décroissance économique (récession, chômage, exil des entreprises) et se préoccuper de l’impact éventuel – mais non avéré – des changements climatiques ?

Il faut admettre que notre société a besoin de sources d’énergie pour subvenir à [sic] aux besoins fondamentaux de ses habitants. Quel citoyen est prêt à abandonner sa voiture ou à renoncer à se procurer des produits (alimentaires, vestimentaires…) de qualité – qui viennent de partout à travers le monde ?

Ainsi, la solution ne réside certainement pas dans l’établissement de règles rigides, qui feraient fuir les investisseurs et plongeraient le pays dans une période d’instabilité politique et économique. À ce sujet, l’exemple de la Californie est probant. Nul besoin d’adhérer au protocole de Kyoto pour poser des gestes concrets pour l’environnement. Au contraire, la clef réside assurément dans la propriété [sic] économique des États — qui pourront investir dans les entreprises pour les aider à développer des sources d’énergie moins polluantes.

Texte rédigé en accord avec son opinion (participant 10)

Les Amis de la Terre

La consommation de l’homme : responsable du réchauffement.

Nous vivons dans un monde où la qualité de l’environnement diminue jour après jour, et ce à cause de la consommation effrénée de l’homme. C’est ce qu’affirme une récente étude européenne, Epica. L’homme joue en effet un rôle de premier plan dans l’augmentation de CO2 et de gaz à effet de serre (GES) dans l’air et il ne s’agit pas, selon cette étude, du résultat d’un cycle naturel comme le disent certains. Les chercheurs ont extrait des glaciers en Antartique [sic] des bulles d’air d’il y a 650 000 ans qui contenaient du CO2 et des GES à un taux de 280 parties par milions [sic] (ppm). Aujourd’hui, l’air que nous respirons contient 380 ppm, ce qui contribue au réchauffement de notre planète. Le président Bush continue pourtant d’affirmer que l’environnement s’est améliorer [sic aux États-Unis et il va même jusqu’à dire que les GES ont diminué de moitié depuis les années 70.

Thomas Stocker, chercheur à l’Université de Berne en Suisse, est pourtant clair : le CO2 est 27 % plus élevé que jamais il ne l’a été. Il faut donc s’attendre à subir les conséquences de ce réchauffement causé par l’activité de l’homme. Avec la fonte des glaciers, le niveau des océans augmentera en moyenne de 5 cm par décennie. Les chercheurs estiment qu’en 2100, les mers seront de un mètre plus élevées. Sans compter les zones côtières qui sont visiblements [sic] à risque, les zones polaires et le cœur des continents subiront quant à eux des vagues de chaleur excessives. Les études prédisent des changements importants des vents, des précipitations et des événements météorologiques violents, et malgré cela, le Canada et les États-Unis ne respectent pas le protocole de Kyoto sous prétexte d’enjeux économiques. C’est à nous semble-t-il, les citoyens, à faire comprendre à notre gouvernement que l’argent ne doit pas passer devant les questions environnementales. Agissons !

Texte rédigé en désaccord avec son opinion (participant 10)

BioPétrole

BioPétrole a l’environnement à cœur.

Le réchauffement de la planète est indéniable et tous et chacun travaille [sic] désormais à trouver des solutions à ce problème. Cela ne doit pourtant pas se faire de manière irréfléchie en omettant de prendre en compte les questions économiques. L’économie est au cœur des sociétés prospères et tient une place qui ne doit pas entrer en compétition avec l’environnements [sic]. La croissance économique est la solution pour assurer un avenir sain, puisqu’elle permet d’investir dans de nouvelles technologies moins polluantes et de diversifier les sources d’énergie utilisables.

Avec ses 2 milliards d’investis dans la recherches [sic sur les GES en 2006 BioPétrole est fier de pouvoir contribuer à l’amélioration de la qualité de l’environnement.

Ces investissements ont aidé à améliorer le système interne de l’entreprise en réduisant de 15 % les GES émis par l’usine, et ce, sans réduire la croissance économique de l’usine. BioPétrole peut ainsi continuer d’investir dans la recherche en vue de s’améliorer toujours davantage sur le plan environnementale [sic]. Le réchauffement de la planète est l’affaire de tous, petites et grandes entreprises. La responsabilité civile devrait être encouragée en société pour que tous et chacun prennent les dispositions qui sont nécessaires et réalisables économiquement pour trouver des solutions au réchauffement de la planète.

Haut de page

Notes

1  Texte original : « Novices and interns who enter workplaces with critical attitudes can be disruptive and even abrasive. Whereas universities encourage and provide time for dissenting voices and debate, as well as consideration of alternatives, workplaces may consider such practices unproductive, if not disruptive. Interns and novices should proceed cautiously, aware of the conservative nature of most institutions and the function that discourse plays in that conservation process. »

2 Le phénomène a été illustré par une offre d’emploi à la Caisse de dépôt et placement du Québec, qui cherchait un responsable des affaires publiques et des relations gouvernementales. L’offre précisait que le candidat devait faire preuve de « tolérance à l’ambiguïté ». Voir Le Devoir, mardi 3 août 2010, p. B3.

3  Texte original : « Communication assignments by nature require more than immediate or intuitive responses: they require a complete analysis of the problem, reconciliation and negotiation of competing organizational perspectives, and formulation of a tailored and targeted response. »

4 Tommy Chouinard, « Le parti de Sarkozy a interrompu le stage de Québécoises ». La Presse [En ligne. (4 août 2009).

5  Texte original : « Writing development is bound up with issues of identity, authority, and motivation, conditioned by ideological assumptions, institutional structures, and disciplinary epistemologies. »

6  Texte original : « A discourse community is a social group that communicates at least via written texts and shares common goals, values, and writing standards, a specialized vocabulary and specialized genres. »

7  Par exemple, doit-on interdire le port des symboles religieux chez le personnel du secteur public ? Est-il souhaitable que le système public de santé fournisse des seringues aux usagers de drogues fortes ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Beaudet et Denis Alamargot, « Argumenter pour ou contre son opinion », Communication [En ligne], Vol. 29/1 | 2011, mis en ligne le 19 juin 2013, consulté le 23 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/2330 ; DOI : 10.4000/communication.2330

Haut de page

Auteurs

Céline Beaudet

Céline Beaudet est professeure titulaire au Département des lettres et communications de l’Université de Sherbrooke et membre du Groupe Rédiger du Centre interdisciplinaire de recherches sur les activités langagières (CIRAL), à l’Université Laval. Courriel : celine.beaudet@usherbrooke.ca.

Articles du même auteur

Denis Alamargot

Denis Alamargot est maître de conférences et membre du Centre de recherches sur la cognition et l'apprentissage - Centre national de la recherche scientifique (CeRCA-CNRS), à l’Université de Poitiers. Courriel : denis.alamargot@univ-poitiers.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org