Navigation – Plan du site
Articles

Le multimédia face à l’immédiat

Une interprétation de la reconfiguration des pratiques journalistiques selon trois niveaux
Amandine Degand

Résumés

Les journalistes web manquent de temps pour recouper l’information. C’est l’un des constats qui ressort de 56 jours d’immersion dans 11 rédactions belges. Cet article propose, dans une approche compréhensive, d’approfondir la question de l’immédiateté et ses implications. Il apparaît que l’équilibre entre les valeurs journalistiques d’immédiateté et de fiabilité est aujourd’hui bouleversé. Cette situation introduit, dans les pratiques, une incertitude que les journalistes ne maitrisent encore que partiellement, grâce à des arrangements temporaires.

Haut de page

Texte intégral

1En cette période de profondes mutations qui bouleversent le monde du journalisme, une notion pose question : l’immédiateté. Cette possibilité de transférer des informations de façon instantanée a en effet été accrue par les nouvelles technologies, en particulier par Internet. Cette accélération de la transmission des flux informationnels remet en cause certaines routines ancrées dans le quotidien des journalistes. Ceux-ci doivent désormais repenser leur façon de travailler. Et dans ce contexte, ce sont les rédactions tout entières qui réenvisagent leur rapport au temps.

2L’immédiateté est interprétée par nombre de journalistes comme l’un des principaux vecteurs de changement de leur sphère professionnelle. C’est en tout cas la tendance que nous avons constatée au cours d’immersions semi-participantes menées dans 11 rédactions journalistiques de Belgique francophone. Ces immersions ont été ponctuées d’une centaine d’entretiens semi-directifs, d’environ une heure chacun, avec des professionnels des médias, qu’ils soient responsables éditoriaux ou commerciaux, journalistes Web ou issus de médias plus institués (radio, télévision ou presse écrite). À l’instar de nombreux chercheurs (Domingo et Paterson, 2008 ; Carjaval et García Avilés, 2008), nous qualifierons ces derniers de journalistes « traditionnels » bien que nous soyons conscient qu’il s’agit là d’une appellation boiteuse, parce que destinée à disparaître. En effet, la plupart des journalistes sont aujourd’hui, d’une façon ou d’une autre, confrontés aux nouvelles technologies et au journalisme en ligne en particulier. Mais nombre d’entre eux continuent de se référer principalement aux routines établies dans les médias préexistants. Nous emploierons donc le terme traditionnel pour qualifier ces journalistes qui travaillent pour un média de presse écrite, de radio ou de télévision et dans une optique encore essentiellement mono-média, bien qu’ils soient de plus en plus incités à prendre part à la transformation de leur métier de base.

3Une voie pour comprendre cette transformation professionnelle passe avant tout par le questionnement de ceux qui la vivent, puisque nous considérons, à l’instar de l’ethnométhodologie, que les individus sont, non pas des « idiots culturels » (Garfinkel, 1967), mais de potentiels acteurs de leur propre analyse. Ces discours d’acteurs n’auraient pourtant qu’une faible portée si nous ne les confrontions pas à d’autres types de données. Il s’agit donc de procéder, comme le recommande Jane B. Singer, à une triangulation de données. Selon l’auteure, « triangulation is a process of using multiple perceptions to clarify meaning and identify different ways of seeing a phenomenon » (dans Domingo et Paterson, 2008 : 165). Steen Steensen paraphrase quant à lui Singer en ces termes : « Observations should therefore be accompanied with interviews and documents analysis » (2009 : 707).

4Dans cette optique, nous mettons les discours journalistiques en perspective avec les observations que nous avons effectuées dans les différentes rédactions visitées. Dans un second temps, nous les comparons également aux quelques documents internes — relatifs à la mise en place de stratégies multimédias par exemple — que nous avons pu obtenir dans les rédactions visées. Si nous ne travaillons pas à ce jour sur les articles et produits médiatiques résultant des processus de production observés, nous croiserons nos résultats de recherche avec ceux d’autres chercheurs travaillant sur les mêmes thématiques. Enfin, nous envisageons une enquête plus quantitative auprès d’un maximum de journalistes de Belgique francophone, afin de cadrer les résultats obtenus lors des interviews semi-directives au sein d’une population plus large. Cette recherche quantitative, sous forme de questionnaires diffusés par Internet, devrait en outre nous permettre d’obtenir des résultats finaux les plus actualisés possible. En effet, les stratégies multimédias évoluent à une telle vitesse qu’il est probable que les journalistes reconsidèrent leurs pratiques et leurs jugements dans les mois ou les années à venir. Une perspective diachronique semble dès lors essentielle.

5Dans le cadre de cet article, nous nous focaliserons sur les matériaux empiriques relatifs au rythme de travail et de diffusion de l’information et, plus précisément, sur la question de l’immédiateté. Sans négliger les contenus propres produits pour le Web par des pure players, journalistes citoyens ou autres blogueurs, nous nous concentrerons ici sur les tendances observables dans les entreprises de presse institutionnalisées. Il s’agit donc d’un angle d’approche précis de la transformation du journalisme dans son ensemble. Cet angle permet néanmoins de tisser des ponts entre les transformations actuelles et celles auxquelles le journalisme a dû faire face par le passé. En effet, l’apparition de la radio et ensuite de la télévision avait déjà mis sur la table la question de l’immédiateté.

Le cadre théorique : un média de l’immédiateté ?

6Dans notre interprétation, le terme immédiateté pourrait être défini comme le fait de traiter de l’information en temps réel. Mais cette définition simpliste pose sur-le-champ la question de ce qu’est le temps réel et de son rapport avec ce que nous appellerons le temps des nouvelles, ou temps médiatique. Nous nous éloignons ici d’une conception du temps réel propre aux œuvres fictionnelles dans lesquelles des artifices de temporalité sont parfois employés pour faire croire au spectateur que l’histoire se déroule au moment où il la découvre, dans un temps similaire au sien. Dans la série 24 h chrono par exemple, une minute fictive durera effectivement une minute sur la montre du téléspectateur. Selon la médiologie par contre, les échanges quelconques, notamment les échanges d’informations, sont qualifiés d’« en temps réel » s’ils sont directs, immédiats. Ce type d’échange est rendu possible grâce aux technologies Internet et satellites. Le terme temps réel est donc souvent utilisé comme un qualificatif signifiant littéralement « comme dans le temps réel ». Le temps réel est donc le temps tel qu’il est vécu et calculé par nos sociétés et durant lequel se déroulent des événements qui peuvent éventuellement être transformés en informations.

7Cependant, rares sont les véritables informations qui sont relayées immédiatement, simultanément au déroulement du fait dont elles sont issues. Nous pouvons par exemple considérer qu’un match de football est un événement qui peut être diffusé et commenté au moment même où il se déroule. Il en va de même pour des négociations ou cérémonies retransmises en direct à la télévision, ou encore des procès relayés par l’intermédiaire de cover it live par des journalistes Web présents sur le terrain. Par contre, la plupart des événements d’actualité ne deviennent des informations qu’une fois qu’ils se sont déroulés. C’est le cas par exemple d’un attentat. Il existe bien entendu des cas hybrides, avec des événements qui durent un certain temps. Nous pouvons penser aux feux de forêt à grande échelle. Quelques heures après le début de l’incendie, les journalistes seraient sur les lieux en train de commenter le fait alors qu’il est toujours en train de se produire. Il convient dès lors de préciser que, même si les journalistes se contentent d’offrir une information brute, un certain laps de temps est presque toujours nécessaire entre le déroulement d’un événement et sa diffusion, en tant qu’information, dans les médias. C’est le temps des nouvelles. L’immédiateté n’est donc en réalité qu’une illusion d’immédiat.

8Dans cette optique, dire qu’un média est immédiat serait donc pratiquement un non-sens, une contradiction. L’immédiateté peut être définie dans le langage commun comme ce qui suit ou précède sans intermédiaire. Or, c’est bien ce qu’est un média, au sens médiologique : un intermédiaire ou « un dispositif véhiculaire » (Debray, 2000) qui, dans le cas des médias de masse, fait la liaison entre une information et un public. Ce détour définitoire permet en tout cas de mettre en lumière une apparente contradiction entre la notion d’immédiateté et la nature même des médias. Un certain laps de temps, aussi réduit soit-il, est, par définition, nécessaire entre le déroulement d’un événement et sa diffusion dans les médias. C’est le temps du travail du journaliste professionnel. Et c’est précisément ce temps qui ne cesse de se raboter et qui pourrait mettre en péril la qualité de l’information. Ce phénomène est en partie dû aux nouvelles technologies. Mais pas seulement.

L’équilibre entre vitesse et fiabilité

9Un responsable multimédia explique à quel point la tentation de la vitesse peut s’avérer importante et menacer la véracité de l’information : « Il faut une balance entre vitesse et fiabilité. Mais pour le moment, s’il faut faire un choix, on choisit toujours la fiabilité. On préfère attendre cinq, dix minutes ou même un quart d’heure et ne pas donner que des rumeurs. » Et quand on lui demande si cet équilibre est mis à mal à cause du Web, il répond :

Oui, mais ce n’est pas que le Web. C’est la radio, la télé, les autres médias. C’est pas que depuis qu’il y a le Web. Enfin si, c’est dans cette… ça en fait partie. […] Mais ce n’est pas à cause du Web. La télé c’est la même chose, la radio aussi parfois interrompt des émissions musicales pour donner des flashs spéciaux (responsable multimédia, mai 2009).

10Sur une échelle fictive de l’immédiateté, c’est le média Web qui se situerait au sommet, avec un potentiel de publication à peu de frais, en temps (presque) réel. C’est ce qui fait dire à plusieurs responsables de sites Web de presse qu’ils travaillent dans un « minutidien ». Sur le terrain, la vitesse de travail est à la fois une contrainte de travail et un objectif stimulant pour les journalistes Web. Derrière eux, on trouverait ensuite, dans l’ordre sur l’échelle de l’immédiateté : la radio, la télévision et enfin la presse écrite. Si le constat est éculé, l’importance que lui accordent les journalistes pour s’autodéfinir l’est beaucoup moins. Le rythme de travail et le rapport au temps sont des clés permettant de comprendre le travail des journalistes Web, tout comme leur positionnement dans un univers multimédiatique.

Le Web au rythme de la radio

Pour expliquer ce que je fais, la meilleure image que j’ai trouvée c’est de comparer ça à un journaliste radio, et donc je dis, voilà […] la radio, vous l’écoutez, vous avez des points infos toutes les heures ou toutes les demi-heures, eh bien le site vous avez une actualisation en continu de 6 h du matin à minuit (journaliste Web, juin 2009).

11Un autre journaliste Web, issu quant à lui d’un groupe de médias audiovisuels, note que la collaboration avec la radio est plus aisée que celle avec la télévision : « Il faut dire qu’avec la radio, la collaboration est pas mal, parce qu’on est dans les mêmes temporalités. Ils ont des éditions à chaque heure » (journaliste Web, août 2009). Fait intéressant, les journalistes Web rencontrés ne se comparent que très peu aux journalistes télévisés.

12La radio s’impose donc comme le média le plus proche du Web, d’un point de vue rythmique. Mais pour certains, parmi les plus ardents défenseurs des nouveaux médias, la radio ne mérite plus aujourd’hui son titre de média immédiat :

Moi je pense que la radio n’est pas un média dit de l’immédiateté. Je pense que la radio, déjà entre 10 h [du soir] et 6 h du matin, il n’y a plus rien. Le monde s’arrête. Mais surtout la radio est cantonnée dans une grille. Il y a des flashs d’infos à des heures bien précises. […] Sur Internet, on n’a pas ce genre de problèmes. À tout instant, on peut commenter l’actualité […]. Je pense que la radio n’est déjà plus un média vers lequel on peut se référencer quand on veut de l’information rapide et urgente (membre de l’équipe nouveaux médias, août 2009).

13La radio et la télévision sont en effet dépassées par la cadence du Web. Elles ont pourtant déjà toutes deux eu affaire à l’immédiateté, ne serait-ce que lorsqu’une dépêche importante tombe à l’heure d’une édition du journal parlé ou télévisé. En interrogeant des professionnels du journalisme radiophonique, Sarah Sepulchre avait d’ailleurs déjà remarqué qu’ils définissaient prioritairement leur métier par rapport au temps, le qualifiant déjà de « média de l’immédiat » (2002 : 12).

14Les questions que pose l’immédiateté sont donc les mêmes qu’hier, à un stade plus avancé sur l’échelle de l’immédiateté. En tant que segments professionnels (Bucher et Strauss, 1992), les journalistes Web possèdent une série de traits caractéristiques qu’ils ne partagent pas forcément avec les autres journalistes. Comme leurs confrères de la presse écrite, de la radio et de la télévision l’ont fait auparavant, les journalistes Web doivent aujourd’hui modeler les pratiques journalistiques en fonction, par exemple, de la place qu’ils occupent sur l’échelle de l’immédiateté. Les journalistes Web sont en effet les plus exposés aux dangers potentiels de la vitesse. Plus encore que les journalistes de la radio et de la télévision, ils sont tentés, grâce à la flexibilité de leur support, de publier toute nouvelle information qui arrive sur leur écran. Cependant, pour parvenir à s’insérer dans la culture journalistique, ils sont conscients qu’ils doivent garder à l’esprit les règles journalistiques de base, telles que la nécessité de recouper une information. Une tension menace donc bel et bien le fragile équilibre entre fiabilité et vitesse.

L’immédiateté par opposition à la fiabilité : deux valeurs contradictoires

15Deux logiques s’affrontent donc au sein d’une même culture professionnelle qui valorise autant la fiabilité que l’immédiateté. Mais au sein de cette culture, les journalistes Web sont à ce point contraints et tentés par l’immédiateté qu’ils reconsidèrent, bon gré mal gré, leur rapport à la fiabilité de l’information. Il s’agit en réalité d’une friction entre deux des cinq valeurs de l’identité journalistique telle que décrite par Mark Deuze (2005 : 457) : l’« immediacy : journalists have a sense of immediacy, actuality and speed (inherent in the concept of <news>) », d’une part, et l’« objectivity : journalists are impartial, neutral, objective, fair and (thus) credible », d’autre part. Nous préférons toutefois considérer celle-ci comme une tentative d’approcher une certaine vérité, un degré de fiabilité. En effet, la réalité, vue sous l’angle journalistique, se trouve toujours teintée d’une dose de subjectivité, ne serait-ce que parce qu’elle est mise en mots par un journaliste précis. À l’instar de Benoît Grevisse, nous pensons donc qu’il faut « notamment sortir de l’idéologie de l’objectivité et de la prétention journalistique à rendre compte du réel, comme si une approche objectiviste était possible » (Grevisse, 2008 : 214). Nous parlerons donc de préférence de fiabilité et non d’objectivité, et nous observerons en quoi cette valeur est repensée pour cause d’immédiateté accrue.

16Ce phénomène sera décortiqué en segments journalistiques. Tout d’abord, nous verrons comment l’apparition de logiques temporelles liées à l’immédiateté est constitutive du journalisme Web tel qu’il s’établit aujourd’hui dans les rédactions traditionnelles. Ensuite, nous observerons comment ce journalisme Web contribue à transformer le journalisme traditionnel. Enfin, nous discuterons de l’apparition de logiques pluri-média et « cross-média » dans ce contexte. Nous clôturerons cette approche par une proposition d’interprétation de ce conflit de valeurs comme un conflit entre deux univers de référence ou mondes communs (Boltanski et Thévenot, 1991).

Le journalisme Web comme premier niveau d’affrontement

17L’immédiateté est une notion-clé pour les journalistes Web. Bien souvent, ils évoquent la capacité à travailler dans l’urgence comme une condition sine qua non à la pratique du journalisme en ligne. Certains journalistes interrogés ont même déclaré aimer travailler à ce rythme soutenu. D’autres études ont par ailleurs montré que les journalistes en ligne estimaient que leur première mission sociale était de diffuser de l’information le plus rapidement possible (Deuze et Dimoudi, 2002). Mais ils perçoivent aussi l’immédiateté comme la source de cinq pratiques journalistiques que nous abordons ci-dessous. Toutes sont problématiques, parce qu’elles sont le résultat direct des tensions entre les valeurs d’immédiateté et de fiabilité.

La compétitivité

18Le journalisme en ligne est devenu l’outil d’espionnage, en temps réel, de l’avancement du travail de la concurrence. Tous les sujets traités par les concurrents, il faudra désormais les traiter aussi. Et au plus vite. Si certains chercheurs remarquent que « la concurrence médiatique a toujours existé » (Wolton, 1989 : 60), nombre d’entre eux s’accordent pour dire qu’elle a été renforcée depuis que la presse s’est lancée dans l’expérience du Net. C’est ce que constate un jeune journaliste Web quand il dit : « Il y a une volonté d’être vite sur la balle, de vite y aller, qui te fait oublier […] qu’il faut vérifier, pas se tromper, checker s’il y a moyen. Et Internet… c’est vrai, on a peur en allant sur le site [concurrent] que l’info y soit déjà » (journaliste Web, août 2009). Mais ces confidences journalistiques s’accompagnent fréquemment d’autocritique : « Régulièrement, on va voir sur les autres sites à quelle heure ils ont lâché l’info pour voir si on a gagné deux minutes. C’est même à la limite puéril pour ce que ça rapporte » (journaliste Web, décembre 2009). Dans ce climat de concurrence exacerbée, certains, parmi les dirigeants, n’ont pas peur des mots : « Si vous ne le faites pas, l’autre le fera. Et quelque part vous êtes complètement mis à la marge si votre contenu n’est pas le plus updaté possible, s’il n’est pas le plus proche de la réalité » (responsable multimédia, août 2009). À cause de la concurrence, il s’agirait donc maintenant de s’approcher de la vérité. Même si on ne l’atteint pas tout à fait.

Le suivisme

19À la question « Quelles sont les pratiques du Web qui vous dérangent ? », un journaliste nous avait répondu : « Le suivisme ! Je n’aime pas du tout ça » (journaliste Web, juin 2009). La réponse est instantanée. D’autres l’évoquent au moyen d’exemples concrets, lorsque, dans leur rôle de journaliste traditionnel, ils ont été amenés à collaborer avec le Web :

Il y a aussi une pression à vite vite mettre des infos sur le site et que parfois, les uns ou les autres vérifient moins. On a eu très fort ça, pour prendre un exemple concret, quand il y a eu toutes les crises du gouvernement Leterme, ou plein de fois les journaux annonçaient ça sur leur site : « Yves Leterme est parti chez le roi pour démissionner. » Alors que… C’était par exemple le site de [tel quotidien néerlandophone] qui avait annoncé ça, du coup nous on reprenait l’info et j’avais le porte-parole d’Yves Leterme qui m’appelait en disant « mais vous savez, […] il n’a pas bougé de son bureau » (journaliste de presse écrite, juin 2009).

La dépendance aux nouvelles

20Le mode de travail des journalistes en ligne incite lui-même à la précipitation. Bien souvent, les journalistes Web passent des heures, rivés sur leur écran, à jongler entre différents sites d’informations, agrégateurs de contenus et de dépêches d’agences. Dans cette configuration, les informations arrivent aux journalistes à un rythme soutenu mais irrégulier, rythme qu’il s’agit de tenir pour ne pas se laisser dépasser par la masse d’informations. Dans ce contexte, les nouvelles jugées dignes de figurer sur le site apparaissent comme de simples signaux à relayer au plus vite, souvent au moyen d’un simple copier-coller et de quelques modifications formelles. Ce processus est, paradoxalement, aussi répétitif qu’« addictif » (journaliste Web, février 2009). Son enjeu ultime est de parvenir à dépasser les autres, à être le premier à voir et à traiter la nouvelle, au prix parfois d’un pari sur la vérité :

J’aime bien prendre mon temps, checker quatre fois avant [de publier], pour bien être sûr de ne pas balancer ça trop rapidement. Et le problème de commencer sur le Web, c’est que je sens bien que je me relâche là-dessus. […] Ce n’est pas général, je pense. Je dois être un peu le psychopathe de la bande. Mais [pour] moi […] si on a une info et qu’on est plus ou moins certains de la véracité, ben on y va (journaliste Web, août 2009).

Le traitement superficiel des informations

21La plupart des groupes de presse n’entendent pas, à ce jour, offrir une information fouillée sur le Net, du moins tant que celui-ci restera gratuit. Pour la valeur ajoutée, les groupes ont leurs médias traditionnels qu’ils craignent de tuer à petit feu s’ils pratiquent le « tout au Web ». Il y a donc, dans certaines rédactions, une forme de consensus pour ne faire sur le Net pratiquement que de l’édition de dépêches. Mais forcément, si les journalistes se contentent de re-titrer les nouvelles, ils ne vont jamais les approfondir. Cela les empêche notamment de repérer des erreurs dans le corps de la dépêche :

Alors, c’est vrai qu’en soi, vérifier une information pour le site, ça doit prendre moins de temps que de vérifier une information pour le papier, parce qu’on doit juste vérifier l’exactitude. Bon après, sur le papier, non seulement on vérifie l’exactitude, mais on prépare aussi déjà le développement de l’article du lendemain, on étoffe, on va plus loin, etc. (journaliste de presse écrite, juin 2009).

Le travail dans l’urgence

22Enfin, la cinquième mauvaise pratique qui entrave le processus de vérification des informations ne serait autre que le défaut de temps. En effet, là où le journaliste traditionnel se donne pour credo principal d’offrir une information authentique et vérifiée, idéalement certifiée par sa propre expérience de terrain, le journaliste Web, lui, n’a que peu de temps pour décrocher son téléphone. « Maintenant, pour l’Internet bien souvent l’information doit être immédiate. Bien souvent le journaliste n’a pas la journée, la semaine ou le mois pour préparer son reportage. Dès qu’il a une information, il doit la mettre en ligne. Donc le temps de préparation est différent » (responsable multimédia, août 2009). Si ce mode de fonctionnement est prôné par les décideurs, il est également reconnu par les journalistes :

Bien sûr, c’est clair. J’ai beaucoup moins de temps pour vérifier. Je ne peux pas passer mon temps à vérifier mes sources, donc j’essaie de me garantir un minimum de filets, c’est-à-dire de recouper au moins une ou deux dépêches sur un même sujet. […] C’est clair que quand il y a un attentat au Pakistan ou en Iran, tu ne peux pas aller sur place pour vérifier. […] Donc là tu dois bien faire confiance, à un moment donné, à la dépêche, ou aux dépêches… que tu essaies de recouper (journaliste Web, juin 2009).

Une information « semi-vérifiée »

23Ces données empiriques montrent qu’en raison de la possibilité d’immédiateté, les journalistes n’ont plus systématiquement la possibilité matérielle de vérifier leurs informations. Cependant, ils ne vont pas jusqu’à négliger la vérité. Il s’agirait plutôt pour eux de la concevoir différemment, avec la conceptualisation d’une information « semi-vérifiée » :

Les gens sur Internet n’ont pas les mêmes besoins qu’en TV ou en radio. Il faut pouvoir y répondre, et cela implique aussi un changement de mentalitésdes journalistes. Par exemple, là où sur Internet on peut se contenter d’avoir une information qui est semi-vérifiée, cela se fera moins en TV ou en radio. Il ne faut pas hésiter à le faire parce qu’il faut penser que sur Internet l’information est multiple, beaucoup plus qu’en TV et en radio. Il y a beaucoup plus de moyens de croiser les sources, de croiser l’information. Et que donc souvent quand on a une information, il faut la donner directement. […] Ce n’est pas pour ça que l’Internet est une source d’informations moins fiable. Au contraire, je pense qu’elle l’est plus, parce que les gens ont plus la faculté de lire différentes sources, de manière très rapide, et d’effectivement confronter la vérité des choses (responsable multimédia, août 2009).

24Moins de vérification et plus de fiabilité ? Comme le constate un journaliste de télévision de la même maison, encore faut-il que l’internaute lise ces différentes sources sur le même sujet. Cette rhétorique est donc loin de convaincre tous les journalistes.

25Notons que ce concept d’information « semi-vérifiée » n’est pas sans rappeler ceux de semi-reporters ou liquid information mis en avant d’abord par Deuze (2008 : 206). Nos données empiriques s’avèrent également très proches de celles de Steensen qui, à propos d’un groupe de journalistes norvégiens, remarque : « They felt accuracy could be acquired post-publishing in collaboration with readers as readers would email them corrections or post corrections as comments to the stories published» (2009 : 712). Mais ces façons de concevoir l’information sont-elles tellement innovantes ?

26Il ne faut pas oublier que de tout temps, les journalistes se sont construit des garde-fous conceptuels, pour se parer contre leurs éventuelles erreurs. Un journaliste de radio déclarait ainsi, en 2002, reconnaître les dangers de la rapidité, du sommaire et de l’éphémère, « mais ils sont limités par l’approfondissement qu’offrent les magazines et les débats, et par le fait que l’auditeur dispose aussi d’autres sources d’informations complémentaires » (cité par Sepulchre, 2002 : 12). Le journaliste ne pourrait-il plus être considéré comme une source isolable du flux informationnel ? Ses contraintes temporelles le poussent en tout cas à concevoir son travail comme une pierre minuscule apportée à un édifice bâti collégialement.

En cas d’erreur

27Mais s’il est vrai qu’aujourd’hui les sources se multiplient sur le Net et que les médias se toisent et s’imitent plus que jamais, alors, la vérification de l’information se complique.Et les dérapages se multiplient. Lors de notre observation au sein d’un quotidien généraliste, une faute se glisse sur le site Internet du journal. Une fois l’erreur démasquée, c’est un journaliste traditionnel qui vient, à notre grande surprise, rassurer le journaliste Web fautif. « On n’est pas à l’abri de ça », lui dit-il. Ce même journaliste en ligne, qui travaillait anciennement pour le papier, confiera plus tard qu’un journaliste qui fait une faute similaire dans le papier « rase les murs pendant une semaine ». Existerait-il une forme d’indulgence à l’égard des journalistes Web, peut-être due à l’urgence dans laquelle ils travaillent ou à leur défaut de spécialisation ? Une erreur sur le Web serait-elle moins grave ? Ce n’est pas l’avis des responsables éditoriaux :

Non, elle n’est pas plus facilement excusable. Et elle doit donner lieu à une rectification. Maintenant je pense que, elle passe plus inaperçue parce que la masse d’info est telle… Et l’organisation d’Internet avec la dernière info qui se met en tête et qui décale toutes les autres vers le bas de la page, fait que finalement ça tient moins… ça prend moins d’importance. Quoique… le phénomène du buzz sur Internet, on sait que ça peut être quand même relativement dangereux… (rédacteur en chef, septembre 2009)

Le degré de gravité

28Si les fautes se remarquent moins sur le Web, elles n’en sont pas pour autant moins accablantes. C’est même le contraire, d’après un journaliste Web pour qui les cellules Internet, relativement jeunes, doivent encore prouver leur légitimité. Il admet par contre que la rédaction passe plus facilement l’éponge sur le suivisme :

[…] On n’est jamais à l’abri d’un dérapage. Et je sais que si on fait une [erreur], on va se faire « dégommer ». Ce n’est pas encore arrivé. Touchons du bois. Mais ce qu’on a fait, c’est que le jour des assassinats de Termonde, pendant toute l’après-midi, on avait annoncé qu’il y avait quatre morts au lieu de trois. Mais bon, toute la presse en a parlé. On n’était pas les seuls en faute. Mais bon, on s’était basé sur [tel quotidien qui] avait sorti l’info, répercutée par toute la presse flamande, qui a été répercutée côté francophone… Et donc à un moment donné la radio […] nous dit « mais les gars, il y en a trois là » ! […] Et donc, on a modifié. Mais bon, là on n’était pas blâmés parce que c’était général au niveau belge… (journaliste Web, août 2009)

29L’erreur serait-elle plus humaine quand elle est réalisée par le grand nombre ? Oubliées les célèbres manipulations médiatiques, comme celle des massacres de Timisoara ? À priori, les journalistes ne semblent pas avoir réellement tiré leçon du passé. Mais en ont-ils véritablement la possibilité ?

Une question de confiance

30Donner une information sans en être certain à cent pour cent revient à faire un pari sur la vérité. Alors, les journalistes Web peuvent s’y refuser, et dans ce cas, ils s’exposent au doute permanent par rapport à toutes leurs sources d’informations, et donc dans l’incapacité de travailler. En effet, il arrive aux agences de presse et aux médias les plus prestigieux de faire des erreurs. Il semblerait donc que les journalistes Web optent pour une seconde position : parier sur la justesse de certaines sources, comme les dépêches d’agences ou les sites de journaux reconnus. « Lorsque Le Monde pond un truc, lorsque Global Voices pond un truc, fatalement, on ne vérifie rien de ce qu’ils disent » (journaliste Web, août 2009). Certaines sources ne seront pas vérifiées. Mais sur la base de quels critères les journalistes décident-ils qu’un média est digne de confiance ? C’est le caractère professionnel qui est mis en avant par les journalistes dans leurs jugements. Les blogues ne sont pas considérés comme des sources d’informations fiables, à moins qu’il ne s’agisse de blogues de journalistes professionnels.

31Mais le journaliste en quête de contenus originaux va-t-il pour autant se priver de relayer une information glanée hors des sentiers battus ? Encore une fois, certains décideront de ne pas traiter ces informations trouvées sur la toile ou ailleurs : « Moi, dès que l’info pour moi n’est pas fiable à cent pour cent, je décide de ne pas la traiter ou alors je mets tout au conditionnel et j’indique la source. S’il n’y a pas de source, moi je ne la traite pas » (journaliste Web, septembre 2009). Un autre journaliste avoue les traiter quand même, mais affirme : « Maintenant, j’essaie de me forcer à utiliser le conditionnel et les points d’interrogation » (journaliste Web, août 2009). Ce faisant, ces deux journalistes ne font que se réapproprier une convention issue du journalisme traditionnel, celle qui prône l’utilisation du conditionnel pour toutes les informations qui n’ont pas été complètement confirmées à l’heure de leur diffusion.

32Nous entendons ici le terme convention tel qu’il est compris dans le cadre de l’économie des conventions, qui s’intéresse aux arrangements, souvent fragiles, par lesquels les acteurs d’une organisation coopèrent. Pour qu’il y ait coordination entre les acteurs, il est nécessaire en effet qu’ils partagent une vision commune, nommée convention. Notons que les conventions peuvent subir des mutations dites endogènes parce qu’elles « émanent de la modification de la conviction des adopteurs sur ce qui est <normal> de faire » (Gomez, 2006 : 230). Si une même façon de réagir aux dangers de l’immédiateté se répète au sein du segment professionnel Web, elle va se « conventionnaliser ». Ce type de « mise en routine », ou de comportement mimétique, restreint l’incertitude et les choix qui pèsent sur les épaules des journalistes. Dans le cas ci-dessus, nous constatons que le journaliste interrogé se réapproprie une convention déjà ancienne dans le journalisme qui permet de régler, par l’utilisation du conditionnel, un choix entre deux possibilités : parler immédiatement d’une information ou ne pas en parler parce que sa fiabilité n’est pas assurée.

33Par contre, les journalistes Web innovent quand ils élargissent leur conception de la convention journalistique de citation des sources. Certains journalistes en ligne décident ainsi d’assumer le fait qu’ils ne sont pas des hommes de terrain et qu’ils sont incapables de véritablement produire de l’information. Ils expliquent à ce titre qu’ils se doivent d’être humbles par rapport à leurs sources. Ils signent peu leurs articles et préfèrent indiquer que l’information provient d’une agence de presse ou d’un autre site, par « honnêteté intellectuelle ».

34Il arrive par ailleurs que les médias renvoient, au moyen d’hyperliens, vers d’autres sites d’informations, pour autant qu’ils ne soient pas des concurrents directs. C’est ce que constate Steensen quand il note ceci :

The readers were perceived as active searchers for information. The journalists felt their stories gained credibility if all sources were displayed through hyperlinks, thus allowing the readers direct access to the sources. This kind of journalistic transparency is rarely found in print feature journalism (2009 : 714).

35Ici pointent les prémices de ce que nous pourrions appeler le link journalism, novateur dans ses méthodes : il renvoie vers d’autres sites dans une apparente volonté d’offrir une information la plus complète possible aux internautes, au risque de les perdre en chemin. Ces pratiques sont on ne peut plus fidèles à la convention, toute journalistique, qui suggère qu’un journaliste doit citer le média auquel il reprend une primeur, en guise d’hommage et par honnêteté intellectuelle. Pour Donald Matheson (2004), ces liens hypertextuels, tels qu’ils sont présents dans les blogues, visent avant tout à témoigner de la connaissance étendue qu’a l’auteur du monde de l’information en ligne. Mais dans le cas des journalistes en ligne issus d’entreprises de presse, nous interprétons cet étalage d’hyperliens comme une volonté de gagner en crédibilité. En dévoilant ses sources au moyen de liens, le journaliste ne se protège-t-il pas de leurs éventuelles erreurs ?

36La façon dont les journalistes en ligne gèrent l’immédiateté découle donc largement de la logique journalistique établie par les médias traditionnels, qui ont eux aussi précédemment affronté la course contre la montre. Les journalistes Web renégocient ces pratiques professionnelles établies pour prendre en compte leurs propres contraintes. Mais ils ne sont pas le seul segment professionnel à entreprendre cet exercice d’équilibrisme.

La discorde dans le journalisme traditionnel comme deuxième niveau

37Les journalistes traditionnels ont eux aussi tout intérêt à garder un œil sur Internet, s’ils ne veulent pas y être cannibalisés. Ils doivent réinventer leurs pratiques. Nous l’avons vu, les valeurs de l’immédiateté et de la fiabilité sont toutes deux valorisées par la culture journalistique. Cependant, puisque le journalisme en ligne se développe et mise sur l’immédiateté, les médias traditionnels doivent se repositionner, pour ne pas faire la même chose que leurs collègues du Web. Les journaux de presse écrite ont à ce titre entamé de larges réflexions dont l’idée maîtresse suggère que, si Internet offre surtout de l’actualité chaude, le journal doit, quant à lui, miser sur la profondeur. À l’image de célèbres quotidiens du monde entier, le journal belge Le Soir a, par exemple, très clairement repensé son édition papier dans ce sens. Sa version actuelle met l’accent sur les analyses, enquêtes et reportages en tous genres. C’est la politique du Web first telle que pratiquée par la plupart des médias aujourd’hui. L’information doit d’abord sortir sur le Web, avant d’être commentée, enrichie et complétée sur un autre support. Il s’agit là du résultat d’une réflexion qui ne tient pas compte d’un contexte large comprenant par exemple l’évolution des modes de consommation de l’information.

38La presse imprimée, en s’orientant vers l’analyse, se donne donc les moyens pour offrir une information fiable, qui viendra appuyer celle donnée précédemment par le Web. Les journalistes qui couvrent l’actualité pour Internet étant généralistes et, d’une certaine manière, victimes de la nature aussi évolutive qu’éphémère de leur support, ils s’orienteront donc davantage vers l’information immédiate. De la sorte, ce sont à nouveau deux des cinq valeurs de l’idéologie journalistique telle que définie par Deuze qui se retrouvent, cette fois-ci non pas opposées dans l’esprit d’un même journaliste, mais pondérées de façon inégale entre deux segments d’une même profession : la presse imprimée et la presse en ligne. En schématisant la situation, nous pourrions dire que la balance entre immédiateté et fiabilité va, selon le support, pencher plutôt d’un côté ou plutôt de l’autre. Et ce mode d’organisation ne fait pas que des heureux. Les premiers contestataires en sont justement les journalistes Web, qui eux aussi réclament plus de temps et plus de moyens pour produire plus de contenus propres au Web. La pondération inégale que l’on peut aujourd’hui observer dans nombre de rédactions (Deuze, 2004 ; Domingo et Paterson, 2008 ; Erdal, 2009), avec des concepts tels que la complémentarité, a donc pour conséquence d’instaurer un journalisme à deux vitesses.

39Pour éviter ce phénomène, et pour permettre aux journalistes Web d’ouvrir leurs horizons, le quotidien économique L’Écho a imaginé d’instaurer une « tournante » aux postes Web, de tous les journalistes de la rédaction. L’idée est très astucieuse, en ce qu’elle met tous les journalistes sur un même pied d’égalité et les force tous à entrer véritablement en contact avec les logiques de travail Web, liées entre autres à l’immédiateté. L’initiative devrait en outre permettre d’apporter sur le Web l’expertise de journalistes spécialisés et, à terme, d’atténuer cette répartition des valeurs entre supports. Cette forme d’organisation anticipe déjà sur le point suivant qui traite de stratégies de convergence, qui tantôt sont plutôt bien reçues par les journalistes traditionnels (comme à L’Écho), mais qui tantôt sont plus compliquées à mettre en place.

Le troisième niveau ou la synthèse par le cross-média

40Comme le montre l’initiative menée à L’Écho notamment, la simple complémentarité ne suffit pas. Puisque la tendance actuelle est à la convergence, tous les journalistes doivent non seulement prendre en compte le facteur Web, mais également croiser leurs modes de travail entre segments professionnels. C’est l’ère du cross-média. Le terme implique bien souvent un changement de mentalité pour les journalistes qui étaient auparavant « mono-média ». Une même personne, souvent un journaliste traditionnel qui doit travailler pour le Web en plus de ses tâches habituelles, est ainsi tiraillée entre des logiques issues de segments professionnels différents. En cela, la pratique du cross-média effectue une synthèse des deux niveaux d’évolution précités.

41Quand les journalistes sont amenés à jongler entre le journalisme Web et le journalisme traditionnel, ils doivent constamment superposer deux logiques de travail différentes. Bien que chacune de ces logiques renferme les mêmes valeurs, soit un socle commun aux différents segments journalistiques, chacune les pondère différemment. Un journaliste qui travaille simultanément pour le Web et la presse traditionnelle doit donc concilier deux rapports de valeurs différents. Et pour ajouter à la complexité de cette situation, chacune de ces logiques est floue et mouvante, en perpétuelle invention (Ringoot et Utard, 2005).

42La superposition requiert donc une pirouette intellectuelle. C’est sans doute pourquoi les entreprises belges se qualifient de préférence, à ce jour, de pluri-média, juxtaposant les logiques avant de se lancer tête baissée dans un véritable traitement transversal ou cross-média de l’information. En effet, les véritables collaborations entre différents supports médias autour d’une même information n’en sont qu’à leurs débuts, et les différents segments journalistiques se côtoient plus qu’ils ne se mélangent. Si les premières tentatives de collaborations sont prometteuses, elles entraînent toutefois quelques perturbations. Examinons-en quelques exemples liés à notre réflexion de départ sur l’immédiateté et la gestion du temps.

La superposition des heures de tombée

43Si un journaliste travaille à la fois pour un média traditionnel et pour le Web, il devra pondérer différemment les valeurs d’immédiateté et de fiabilité selon le média dans lequel il travaille, en alternance. La gestion du temps quotidien devient donc double. Les journalistes traditionnels, particulièrement les journalistes de télévision et de presse écrite, travaillent en fonction d’heures de tombée très marquées et limitées — une ou deux par jour en général. Ils doivent doser leurs efforts afin de terminer leurs reportages pour l’heure du bouclage. De manière additionnelle, il est à présent demandé à ces mêmes journalistes traditionnels de produire de petits travaux associés à la logique de l’immédiateté, en plus de leurs tâches habituelles orientées sur les heures de tombée. Plusieurs journalistes estiment que ce travail supplémentaire ne va pas sans créer une dose de confusion, autant pour eux-mêmes que pour leurs collaborateurs privilégiés (personnalités politiques, attachés de presse, etc.) :

Et nos interlocuteurs, ils ont parfois été un petit peu perturbés par le fait qu’avant, on acceptait volontiers, de bonne grâce, de passer après les radios et les télés. Ce n’était pas un problème pour nous de dire « ben oui, répondez d’abord aux télés, et puis on viendra, nous, après avec nos 25 questions de fond, d’analyse », etc. Maintenant on vient avec des demandes très contradictoires, de dire aux gens « à la fois on veut le fond, le contexte, le background, le marchandage politique, mais en même temps on veut vite vite l’info avant les télés pour la balancer sur le site ». Donc ça, c’est parfois un peu compliqué pour nos interlocuteurs (journaliste de presse écrite, juin 2009).

44D’autre part, les journalistes traditionnels, par la pratique du cross-média, se retrouvent contraints de revoir les pratiques propres à leur segment professionnel originel :

Tous nos interlocuteurs savent maintenant qu’on est aussi un site, qu’on travaille aussi pour un site, et donc parfois […] il faut vraiment que ce soient des gens de confiance pour qu’ils nous lâchent une info, parce qu’ils ont vraiment toujours cette crainte que l’on puisse la mettre sur le site.

45Et le journaliste de donner un exemple vécu quelques jours auparavant, alors qu’un parti politique belge réunissait son conseil de fédération :

Avant, à l’entrée de la réunion, peut-être l’un ou l’autre coprésident […] nous aurait donné la composition [des alliances politiques]. Je pense que maintenant ils sont beaucoup plus réticents parce qu’ils se disent : « Il y a un risque que ça se retrouve sur le site, et que dès lors, ce soit mal pris par les militants qui, normalement, sont censés être les premiers informés. » […] Avec les gens qui nous font totalement confiance, il y a moins de problèmes, mais il arrive régulièrement, tous les jours très certainement, qu’on doive s’engager à ne pas utiliser l’info sur le site (journaliste de presse écrite, juin 2009).

46Ce type de constat est de nature à pousser les journalistes à modifier, en douceur, leur façon de collaborer avec leurs interlocuteurs. D’autant plus que les interlocuteurs eux-mêmes se lancent dans les nouvelles technologies :

En conseil des ministres, tous les ministres ont un BlackBerry et donc très régulièrement on balance une info sur un site Internet, dans la seconde ils la reçoivent sur leur BlackBerry, et il y a parfois eu des conseils de ministres où il y avait des engueulades, des problèmes, des crises, parce qu’Internet était présent, et parce que ce qu’ils sont en train de dire est déjà sur les sites. Ils sont réticents à nous donner des infos trop vite (journaliste de presse écrite, juin 2009).

47Le journaliste se souvient que ce phénomène était régulier lors des négociations gouvernementales à Val Duchesse, temps fort de la crise politique belge. Une information filtrait. Les journalistes la transmettaient alors par téléphone mobile, et cinq minutes plus tard, l’information traitant d’un politique se retrouvait sur le smartphone de ce même politique. « Ça perturbait pas mal les négociations… Ce phénomène, c’est depuis un an et demi environ » (journaliste de presse écrite, juin 2009). Voilà donc les journalistes de presse écrite qui, dans un exercice de cross-média, se laissent tenter par l’immédiateté, tout comme leurs confrères du Web. Ils doivent donc désormais repenser leur échelle de valeurs et décider, par exemple, s’ils vont privilégier un scoop ou une relation avec un interlocuteur. Ils font donc eux aussi face à des dilemmes moraux, qui ne sont certes pas nouveaux, mais exacerbés.

Interprétation

48À la lumière des théories de Luc Boltanski et Laurent Thévenot (1991), tentons une interprétation de la contradiction entre les valeurs de fiabilité et d’immédiateté comme un conflit entre deux mondes communs. Il peut sembler risqué d’appliquer une théorie élaborée pour comprendre les organisations à des dilemmes personnels. Mais rappelons que chacun des mondes décrits par ces auteurs « n’a d’existence que théorique. En d’autres termes, toute situation donne nécessairement lieu à des rencontres entre mondes » (Amblard et al., 1996 : 83). De plus, étant donné le flou identitaire qui règne sur la profession journalistique (Ruellan, 1993), il semble peu probable que les journalistes ne se réfèrent qu’à un unique monde pour pratiquer leur métier. Par exemple, un journaliste peut se sentir tout à la fois appartenir au monde de l’opinion parce qu’il est la vedette de son média, au monde domestique parce qu’il s’insère dans une structure hiérarchique et au monde de l’inspiration parce qu’il livre ses humeurs sur un mode littéraire. Nous le verrons cependant, l’un des mondes domine généralement les autres dans l’esprit d’un même segment professionnel, pour un type de tâche donné. Mais considérons pour l’heure que plusieurs mondes, ou systèmes de pensée, sont en présence tout à la fois dans le journalisme en général, au sein de ses différents segments professionnels et, de façon schizophrénique, dans l’esprit de chaque journaliste.

Des valeurs journalistiques aux mondes communs

49Pour comprendre l’opposition entre l’immédiateté et la fiabilité, « la difficulté consiste alors à identifier les mondes en présence » (Amblard et al., 1996 : 83). Parmi les indicateurs permettant de repérer les mondes figure le « principe supérieur commun », sorte de valeur suprême qui régit le monde et qui constitue le recours ultime en cas de désaccord dans un monde. Le principe supérieur commun du monde civique étant la prééminence des intérêts collectifs, nous nous permettons d’avancer que c’est à ce monde qu’appartient la valeur de fiabilité ― l’information étant utile à un public, voire au maintien de la démocratie. Quant à la valeur de l’immédiateté, elle serait à rattacher, principalement, au monde marchand basé sur la concurrence et la compétitivité. Bien entendu, on pourrait objecter qu’une certaine dose d’immédiateté est nécessaire pour que l’information puisse être utile à un public et que la fiabilité sert elle aussi à rendre une information monnayable. Rappelons donc ici que les associations fiabilité/civique, immédiateté/marchand ne sont que les couples les plus en vue, ceux qui nourriront notre analyse au fil de cet article. D’autres angles d’approche de cette tension auraient pu être choisis.

50Avant de développer notre interprétation de la résolution des dilemmes journalistiques aux trois niveaux observés, notons qu’il ne s’agit pas ici d’attribuer des valeurs ou des mondes de référence de manière exclusive à des segments journalistiques. Il serait erroné de penser lesdits segments comme des « camps » différents, qu’ils soient marchands ou civiques. Comme nous l’avons vu, différents mondes communs, dont les mondes civique et marchand, sont présents dans l’esprit de chaque journaliste. Pour exploiter cette idée, qui a déjà fait ses preuves, rallions-nous à la formulation de Thierry Watine, qui conçoit la réalité journalistique comme :

[…] le résultat d’une double dynamique où, d’une part, les acteurs se distribuent collectivement (c’est-à-dire en référence aux conduites et aux pratiques de leurs pairs) entre les deux logiques du champ (marchand vs citoyen) et où, d’autre part, chaque acteur individuellement (c’est-à-dire pris cette fois par rapport à lui-même et à ses propres valeurs) se trouve à devoir faire des compromis entre deux types de contraintes opposées (Rieffel et Watine, 2002 : 196).

51Tout est dit : des conventions qui orchestrent les pratiques journalistiques aux vides conventionnels, ou crises (Gomez, 2006), qui entraînent les dilemmes personnels évoqués au fil de cet article, et ce, en passant par la notion de compromis. Si Watine ne fait pas référence au concept du compromis tel que décrit par Boltanski et Thévenot ni à l’idée précise que ces auteurs se font des mondes marchand et civique, le vocabulaire qu’il emploie pour décrire sa vision des tensions qui animent le journalisme est particulièrement semblable au nôtre. Il nous conforte dans le sentiment que notre cadre d’analyse est pertinent pour concevoir les choix que les journalistes doivent effectuer quand ils sont face à une incertitude.

La résolution des conflits entre les mondes

52En cas de contradiction ou de discorde entre deux mondes, Boltanski et Thévenot (1991) définissent trois types de résolutions possibles :

  • la clarification dans un monde, soit l’écrasement d’un système de pensée au profit de l’autre ;

  • l’arrangement, qui est une forme de résolution de conflit dans laquelle aucune des deux parties ne transige sur son principe supérieur commun. « Il s’agit là d’un marchandage, plus ou moins explicite, qui <arrange> les deux parties » (Amblard et al., 1996 : 96). Notons que les arrangements sont provisoires et non généralisables ;

  • le compromis quant à lui « suggère l’éventualité d’un principe capable de rendre compte des jugements s’appuyant sur des objets relevant de mondes différents ». Ce compromis agit « entre deux formes de grandeur » et doit viser « un bien commun qui dépasserait les deux formes de grandeur en les comprenant toutes les deux » (Boltanski et Thévenot, 1991 : 337). Par rapport à l’arrangement, il s’agit d’une forme de synthèse entre deux mondes plus stable et durable.

53Laquelle de ces trois situations peut régler le conflit entre monde marchand (immédiateté) et monde civique (fiabilité) ? Nous émettons ici l’hypothèse que c’est par des arrangements que les journalistes se dépêtrent des contradictions qui animent leurs pratiques. Étayons cette idée en revenant brièvement sur chacun des trois segments journalistiques empiriquement explorés : le journalisme Web, le journalisme traditionnel et, enfin, le journalisme cross-média.

Le journalisme Web

54En ce qui a trait au journalisme Web, nous l’avons vu, une pression et une tentation à publier de l’information le plus rapidement possible sont omniprésentes. On pourrait donc penser que la résolution du conflit entre les deux mondes communs trouverait son issue dans la clarification. En d’autres termes, la valeur de fiabilité (monde civique) s’écraserait au profit de la valeur d’immédiateté (monde marchand). Mais nous l’avons vu, les journalistes en ligne ne vont pas jusqu’à négliger la vérité. Il s’agirait plutôt pour eux de la concevoir différemment, à la lumière de leurs contraintes. C’est ainsi qu’émergent des concepts comme celui d’information semi-vérifiée. Cependant, les journalistes Web ne semblent pas pleinement satisfaits par ce type de définition, et plusieurs d’entre eux évoquent des dérapages dus à un perpétuel exercice d’équilibrisme entre des contraintes temporelles exacerbées et la nécessité de rester fiable. Les journalistes Web font dès lors face à des dilemmes moraux (Deuze et Yeshua, 2001). Au lieu de passer par la clarification dans un monde, la résolution du conflit entre les deux mondes communs trouverait dès lors son issue dans un arrangement, soit une solution peu stable et non généralisable, entre les valeurs de vérité et d’immédiateté. Loin du compromis, la gestion de l’immédiateté par le journalisme Web est donc encore aujourd’hui « arrangée ».

Le journalisme traditionnel

55Si l’on considère le journalisme d’un point de vue global, on constate que les rédactions tentent de régler le conflit entre fiabilité (monde civique) et immédiateté (monde marchand) en pondérant inégalement les valeurs entre les différents segments professionnels. Puisque les journalistes Web doivent, dans une certaine mesure et en raison de la nature de leur support, privilégier une information rapide, la presse traditionnelle, elle, prend davantage le parti de la fiabilité, en misant sur des enquêtes de fond et décodant l’actualité dans l’intérêt présumé des citoyens (monde civique).

56Dans ce cas, il nous est difficile de déterminer si la résolution du conflit entre ces deux valeurs se concrétise, dans le journalisme traditionnel, par un arrangement ou un compromis. Selon Boltanski et Thévenot, le concept de compromis est une forme de résolution des conflits très stable. Il peut s’incarner dans la construction d’un objet innovant qui, dans sa conception, associe des logiques des deux mondes en tension. L’objet innovant pourrait être, dans ce cas-ci, un concept : la complémentarité. Cependant, si celle-ci se contente de pondérer inégalement les valeurs d’immédiateté et de fiabilité selon les supports, elle contribue à établir un journalisme à deux vitesses, frustrant pour les journalistes Web. Des options différentes sont possibles, nous l’avons vu avec l’exemple de L’Écho. Mais aucune d’entre elles n’a encore à ce jour fait ses preuves. Rien ne permet d’assurer qu’il ne s’agit pas là d’un énième essai-erreur, d’une tentative parmi d’autres d’appréhender le journalisme multimédia. Dans le journalisme traditionnel, la résolution du conflit entre monde marchand et monde civique pourrait donc être interprétée, à nouveau, comme un arrangement.

Le journalisme cross-média

57Enfin, en ce qui a trait à la mise en place de logiques de collaboration entre journalistes issus de supports différents ou lors du traitement d’une information de manière transversale par un même journaliste opérant sur différents supports, une fois encore deux mondes s’affrontent. Nous l’avons montré par les difficultés de gestion des relations avec les interlocuteurs des médias : la superposition des logiques temporelles entraîne nombre de perturbations. Il y a donc fort à parier que, pour résorber le fossé entre les différentes logiques, le journaliste cross-média réalisera des arrangements, décidés au cas par cas, et non pas des compromis stables. Les journalistes qui doivent pratiquer le pluri- ou le cross-média s’en accommodent, sans pour autant apprécier les complications que cela entraîne pour eux. Là encore, des ajustements sont envisageables pour assurer les routines, pour les « conventionnaliser ».

Conclusion

58Partant d’une réflexion sur le rapport des journalistes Web à la possibilité de diffuser des informations de manière immédiate, nous sommes arrivé à la conclusion que l’immédiateté ne pouvait s’étudier de façon indépendante. Chaque changement apporté par l’immédiateté au puzzle journalistique ne fait qu’en modifier l’image générale. À la fois contrainte et vertu, l’immédiateté ne peut être privilégiée par les journalistes sans conséquence sur les autres valeurs de la profession.

59L’immédiateté n’est pourtant pas un phénomène neuf dans l’univers médiatique. Mais si auparavant cette notion était surtout l’apanage des journalistes de radio, elle touche aujourd’hui l’ensemble de la profession. L’adjonction d’un site Web à chaque média traditionnel pousse tous les journalistes à réinventer, en douceur, certaines caractéristiques de leur métier originel. Aujourd’hui, les praticiens du journalisme valorisent l’immédiateté (monde marchand) tout en étant conscients des dangers qu’elle représente pour la fiabilité de l’information (monde civique). Ces deux valeurs s’entrechoquent dans trois segments journalistiques différents :

  • le journaliste Web, qui doit repenser les conventions journalistiques traditionnelles en fonction des contraintes temporelles propres à son support ;

  • le journaliste traditionnel doit lui aussi adapter ses pratiques en fonction de l’existence du média Internet. L’exemple le plus frappant à ce titre est à chercher dans les révisions de contenu des journaux, de presse écrite principalement, en fonction des nouveaux contenus immédiats proposés en ligne ;

  • le journaliste qui doit pratiquer du cross-média, même de façon minime, doit tout d’abord tenir compte des contraintes de son propre segment professionnel (presse écrite ou audiovisuelle) auxquelles il doit superposer celles du Web. Cet exercice intellectuel de coordination ne laisse intact aucun des deux systèmes conventionnels qu’il croise.

60À chacune de ces étapes, la contradiction entre les valeurs d’immédiateté et de fiabilité est au départ vécue individuellement, sous la forme de dilemmes, d’incertitudes ou de malaises exprimés par les journalistes. Or, de récentes études montrent que, face aux questionnements éthiques, les journalistes Web ont de plus en plus tendance à faire appel à leur morale individuelle :

There were two things hindering ethical debate among the media professionals: First, the journalist’s tendency to attach to situational ethics and downplay the importance of generalisable rules, and second, their tendency to concentrate on individual ethics and ignore the collective aspects and the overall impact of the media (Juntunen, 2009).

61Nous pensons pour notre part que si les journalistes sont amenés à gérer plus personnellement certains cas éthiques aujourd’hui, c’est précisément parce que les segments professionnels sont en train de se transformer sous l’influence, notamment, des nouvelles technologies. Les journalistes font donc face à des incertitudes ou à des crises conventionnelles qu’ils abordent individuellement, d’une part, en se basant sur les routines instaurées précédemment dans les médias, d’autre part, en s’imitant mutuellement (suivisme). Ce faisant, ils appliquent d’anciennes conventions journalistiques à de nouveaux cadres de travail ou instaurent de nouvelles conventions, plus adaptées à leurs contraintes particulières (hyperliens).

62Dans leur gestion de l’immédiateté sur la toile, les journalistes n’en sont encore aujourd’hui, majoritairement, qu’au stade des arrangements. L’incertitude sur ce qu’il convient de faire n’est pas encore tout à fait réglée. Comme l’a remarqué Bernard Poulet lors du Congrès mondial des journaux en juin 2007, le gratin des éditeurs de presse s’accordait « sur un constat : <c’est la rapidité de la mutation qui fera la différence.> <Vitesse> était le mot clé de la plupart des orateurs. Cela allait d’ailleurs tellement vite que nul ne se risqua à décrire le paysage des médias dans cinq ans seulement » (2009 : 172). Quelques années plus tard, le constat n’a guère changé. Personne ne peut affirmer avec certitude que des concepts comme le developping story ou le link journalism seront pérennes. Mais puisque rien ne sert de prédire l’avenir, mentionnons seulement, en guise de conclusion, qu’il reste à scruter ces arrangements provisoires observés sur le terrain, pour voir lesquels crouleront sous le poids de leurs incohérences et lesquels se stabiliseront pour devenir de véritables compromis. Rappelons pour terminer que bien d’autres facteurs que l’immédiateté pourraient être étudiés sous l’angle des conventions et des mondes communs. L’immédiateté n’est qu’un défi parmi les dizaines d’autres qui coïncident pour reconfigurer les pratiques journalistiques. Mais l’immédiateté constitue un défi crucial pour les acteurs interrogés. L’actualité n’a jamais aussi bien porté son nom.

Haut de page

Bibliographie

AMBLARD, Henri et al. (1996), Les nouvelles approches sociologiques des organisations, Paris, Seuil.

BOLTANSKI, Luc et Laurent THÉVENOT (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

BUCHER, Rue et Anselm STRAUSS (1992), « La dynamique des professions » dans Anselm STRAUSS, La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionnisme, Paris, L’Harmattan, p. 67-68.

CARVAJAL, Miguel et José Alberto García Avilés (2008), « Integrated and cross-media newsroom convergence. Two models of multimedia news production – The cases of Novotécnica and La Verdad Multimedia in Spain », Convergence, 14(2), p. 221-239.

DEBRAY, Régis (2000), Introduction à la médiologie, Presses universitaires de France, Paris.

DEUZE, Mark (2008), « Epilogue: Toward a sociology of online news » dans David DOMINGO et Chris PATERSON, Making Online News, The Ethnography of New Media Production, New York, Peter Lang, p. 199-210.

DEUZE, Mark et Daphna YESHUA (2001), « Online journalists face new ethical dilemmas: Lessons from the Netherlands », Journal of Mass Media Ethics, 16(4), p. 273-292.

DEUZE, Mark (2004), « Journalism studies beyond media: One ideology and identity », Ecquid Novi, 25(2), p. 275-293.

DEUZE, Mark (2005), « What is journalism ? Professional identity and ideology of journalists reconsidered », Journalism, 6(4), p. 442-464.

DEUZE, Mark et Christina DIMOUDI C. (2002), « Online journalists in the Netherlands. Toward a profile of a new profession », Journalism, 3(1), p. 85-100.

DEUZE, Mark et Steve PAULUSSEN (2002), « Research note: Online journalism in the low countries. Basic, occupational and professional characteristics of online journalists in Flanders and the Netherlands », European Journal of Communication, 17(2), p. 237-245.

DOMINGO, David et Chris PATERSON (2008), Making Online News, the Ethnography of New Media Production, New York, Peter Lang.

ERDAL, Ivar John (2009), « Cross-media (re)production cultures », Convergence, 15(2), p. 215-231.

GARFINKEL, Harold (1967), Studies in Ethnomethodology, Englewoods Cliffs (NJ), Pretince-Hall.

GOMEZ, Pierre-Yves (2006), « Information et conventions. Le cadre du modèle général », Revue française de gestion, 160(1), p. 217-240.

GREVISSE, Benoît (2008), Écritures journalistiques, stratégies rédactionnelles, multimédia et journalisme narratif, Bruxelles, De Boeck.

JUNTUNEN, Laura (2009), « Journalism ethics in crisis », [En ligne]. http://blogs.helsinki.fi/crisisandcommunication/files/2009/09/1_Juntunen.pdf. Page consultée le 15 août 2010.

MATHESON, Donald (2004), « Weblogs and the epistemology of the news. Some trends in the online journalism », New Media & Society, 6(4), p. 443-468.

POULET, Bernard (2009), La fin des journaux et l’avenir de l’information, Paris, Gallimard.

RIEFFEL, Rémy et Thierry WATINE (2002), Les mutations du journalisme en France et au Québec, Paris, Éditions Panthéon-Assas.

RINGOOT, Roselyne et Jean-Michel UTARD (2005), Le journalisme en invention. Nouvelles pratiques, nouveaux acteurs, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

RUELLAN, Denis (1993), Le professionnalisme du flou, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

RUELLAN, Denis (1997), Les « pro » du journalisme. De l’état de statut, la construction d’un espace professionnel, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

SEPULCHRE, Sarah (2002), « Le média de l’immédiat. Portrait par ses professionnels », Médiatiques, 29, p. 12-15.

STEENSEN, Steen (2009), « The shaping of an online feature journalism », Journalism, 10(5), p. 702-718.

WOLTON, Dominique (1989), « Le journalisme victime de son succès », Médiaspouvoirs, 13, p. 51-62.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amandine Degand, « Le multimédia face à l’immédiat », Communication [En ligne], Vol. 29/1 | 2011, mis en ligne le 19 juin 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://communication.revues.org/2342 ; DOI : 10.4000/communication.2342

Haut de page

Auteur

Amandine Degand

Amandine Degand est doctorante chercheuse à l’Observatoire du récit médiatique à l’Université catholique de Louvain. Courriel : amandine.degand@uclouvain.be.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org