Navigation – Plan du site
Articles

Des usages et des stratégies d’appropriation

Amor Ben Amor

Résumés

Dans cet article l'auteur aborde la question de l’appropriation de la technologie du téléphone portable par de jeunes cadres tunisiens, pour la plupart des migrants (internes) vers la capitale Tunis, et pour qui le cellulaire devient un outil indispensable pour mieux s’adapter au contexte d’accueil. Cinq situations où cette appropriation technologique est manifeste sont analysées : les liens familiaux, les liens sociaux, le mariage, la religion et le travail. L’usage du téléphone portable s’inscrit dans une stratégie de négociation continue entre des comportements et des valeurs contraires et parfois contradictoires afin d’établir, pour un temps et de façon cumulative, des niveaux d’accommodement.

Haut de page

Texte intégral

1Dans cet article, nous présentons les résultats de notre recherche (Ben Amor, 2007) sur la question de l’appropriation de la technologie du téléphone portable par de jeunes cadres tunisiens, pour la plupart des migrants (internes) vers la capitale Tunis, et pour qui le cellulaire devient un outil indispensable pour mieux s’adapter au contexte d’accueil. Que ce soit pour négocier ou pour concilier, le téléphone portable contribue à apaiser la tension résultant de l’affrontement entre les valeurs originelles de nos répondants et des pratiques et comportements auxquels ils doivent dorénavant faire face. L’usage du téléphone portable s’inscrit dans une stratégie de négociation continue entre des comportements et des valeurs contraires, parfois contradictoires, afin d’établir, pour un temps et de façon cumulative, des niveaux d’accommodement.

  • 1  Nous entendons par « jeunes cadres » les hommes et les femmes (mariés ou célibataires) âgés de 25 (...)
  • 2  Notre échantillon se compose de 18 participants : 7 femmes et 11 hommes.

2Comme point de départ s’énonçait une question : quels sont les usages du téléphone portable chez les jeunes cadres de Tunis1 et quelles sont les stratégies d’appropriation associées à ces usages ? Après la collecte de nos données conséquente à la composition de notre échantillon aléatoire de population2, nous avons constaté que nous étions devant un épiphénomène. En effet, notre technique d’échantillonnage (dite « boule de neige ») nous avait livré un groupe de participants installés et travaillant à Tunis mais majoritairement constitué de migrants internes. Ils partageaient à l’évidence plusieurs caractéristiques. Ils venaient pour la majorité des régions rurales de la Tunisie. Ils avaient tous atteint un niveau de scolarité universitaire et l’éducation constituait pour eux un moyen de se sortir des conditions sociales difficiles de leur milieu d’origine. Ce « hasard » de l’échantillonnage a ouvert plusieurs pistes d’interrogation. Par exemple, la place qu’occupera l’affrontement entre la modernité (urbanité) et la tradition (vie rurale), et leur éventuelle rupture ou réconciliation, dans le développement des stratégies d’appropriation du téléphone portable.

3Chez nos répondants, l’appropriation du téléphone portable s’inscrit dans une logique de négociation. Celle-ci est la résultante de l’affrontement entre des valeurs et des comportements qui leur ont été inculqués par leur milieu d’origine et des valeurs et des comportements auxquels ils font face dans leur milieu d’adoption (la ville). Cet affrontement est à l’origine d’une tension. L’usage du téléphone portable s’inscrit en ce sens dans le développement de stratégies d’accommodement visant à apaiser cette tension et à concilier valeurs acquises et nouvelles valeurs inhérentes au contexte d’accueil. L’usage de cet objet technique devient une pratique, parmi d’autres, par laquelle l’usager tente de réduire à un niveau acceptable la tension entre des exigences et des attentes souvent antagonistes. L’usage de la technologie devient un « lieu », une pratique sociale où l’usager tente de concilier les valeurs personnelles associées à un milieu dit « traditionnel » (ruralité tunisienne) et celles qui sont associées à un contexte nouveau dit « moderne », en l’occurrence la capitale tunisienne.

4Dans ce qui suit, nous allons mettre en évidence le travail de négociation que mènent nos répondants dans le cadre de l’appropriation de la technologie du téléphone portable. Nous essayerons de montrer comment le portable est mobilisé à l’intérieur de stratégies visant à concilier des obligations et à apaiser des tensions. Chacune des situations que nous présenterons vise à mettre l’accent sur l’affrontement de ces obligations afin d’inférer les stratégies d’appropriation du téléphone portable. Parce qu’ils sont migrants, nos répondants se sont souvent trouvés dans des situations qui impliquaient un jeu de rapports et un affrontement continu entre des obligations parfois antagonistes inhérentes aux liens familiaux, aux liens sociaux, au mariage, à la religion et au travail. C’est là que nous avons le plus remarqué ce travail de négociation et les tentatives d’accommodement. Le fait que ce travail de négociation soit continuel suppose que la tension est permanente. L’équilibre que nos répondants parviennent à assurer entre ces obligations n’est que précaire et ponctuel. Il peut en effet être rompu pour laisser éventuellement apparaître d’autres négociations et d’autres stratégies d’appropriation et d’accommodement. Le travail de négociation est donc un travail de « bricolage » du quotidien faisant appel à un objet technique parmi d’autres, le téléphone portable, afin de trouver un terrain d’entente entre des obligations avec lesquelles nos répondants doivent constamment composer.

5Cet article comprend deux parties. Dans la première, nous présenterons brièvement notre démarche méthodologique et le choix de nos outils de collecte des données. Dans la seconde, nous examinerons comment nos interviewés ont développé des logiques d’appropriation et des stratégies d’accommodement entre des comportements et des valeurs toujours en négociation, ce qui les a conduits à créer un terrain d’entente entre des obligations qui, souvent, se font face. Nous examinerons ce travail de négociation dans les cinq situations qualifiées de préoccupantes par nos répondants, en l’occurrence les liens familiaux, les liens sociaux, le mariage, la religion et le travail.

Le terrain

6Sur le plan méthodologique, nous avons privilégié les méthodes qualitatives empruntées aux sciences humaines, notamment la recherche documentaire, l’observation non participante et l’entrevue semi-dirigée en profondeur par l’application de la technique dite « boule de neige ».

7Nous avons en effet opté pour une approche triangulaire se basant sur l’ensemble de ces trois techniques. Chacune d’elles contribue à sa façon et, selon ses particularités, à la collecte des données, mais c’est dans leur articulation que nous comptons tirer le plus grand avantage. Grâce à la recherche documentaire (ici, la lecture des documents d’archives, des pages de sites Web, de la presse écrite ainsi que le visionnement et l’écoute des médias audiovisuels), nous avons su déceler en partie ce qui « se dit » en Tunisie sur la technologie et le téléphone portable. Ce suivi de ce qui se passe sur la scène médiatique tunisienne concernant la technologie nous a permis de conforter les thèmes que nous avions retenus dans nos schémas d’entretien et qui reviennent de façon itérative dans les médias publics. Cela nous a permis d’engager avec confiance la phase des entrevues tout en ayant en toile de fond cet ensemble d’informations nous permettant de diriger nos entretiens et par le fait même de mieux saisir la portée de ce que les interviewés disaient.

8L’observation non participante complète les entrevues parce qu’elle permet, un tant soit peu, de savoir si ce que disent les interviewés à propos de leurs usages de la technologie se reflète dans les conversations et les comportements publics de gens qui sont de la même classe d’âge et qui fréquentent les mêmes lieux publics. De ce fait, la combinaison de ces techniques nous permet de mieux saisir notre objet de recherche. Grâce aux entrevues semi-dirigées, nous espérions, à partir de ce que disent les participants, relever leurs usages et leurs stratégies d’appropriation de la technologie du téléphone portable. Avec l’observation, nous tentons de vérifier si les propos des interviewés « collent » à ce que nous voyons et entendons dans l’espace public. La recherche documentaire nous a permis quant à elle de relever ou non des décalages par rapport aux stratégies d’appropriation de la technologie. Autrement dit, cela nous donne la possibilité de comparer le discours des usagers ou, précisément, ce qu’ils disent faire de la technologie avec ce qui est véhiculé dans la presse écrite et dans la publicité commerciale sur la technologie en général et sur le portable en particulier afin de savoir s’il y a convergence ou divergence entre les deux formes de discours.

Les logiques d’appropriation et les stratégies

Les liens familiaux

9Dès leur arrivée dans la capitale, nos répondants sont engagés dans un travail de négociation entre, d’une part, des valeurs acquises dans leur famille et dans leur milieu d’origine (en particulier, à l’école de leur village) et, d’autre part, des valeurs (nouvelles) caractérisant leur milieu d’accueil. Ce travail de négociation n’est souvent pas un choix mais une obligation pour pouvoir s’adapter et s’intégrer au nouveau contexte. C’est un travail nécessaire à leur installation dans ce milieu aux particularités et aux caractéristiques qui peuvent leur apparaître si étranges. Pour ne pas se trouver marginalisés ou isolés, ces migrants doivent adapter leurs valeurs acquises au contexte d’accueil sans pour autant les abandonner complètement ou les dénaturer. Plusieurs stratégies qui exigent le recours à des objets ou à des activités peuvent servir à mener à bien cette négociation afin de s’adapter. Des activités sociales, associatives ou sportives peuvent, le cas échéant, renforcer le sentiment d’intégration au nouveau milieu et le sentiment d’appartenance à l’ancien. Dans le cas de notre recherche, nous avons choisi de concentrer nos observations et nos analyses sur des stratégies qui impliquent un objet technologique particulier, le téléphone portable, et qui est souvent mobilisé à cette fin. Nous voulions savoir dans quelle mesure les répondants utilisent le téléphone portable comme moyen efficace de procéder à cette négociation et d’apaiser la tension engendrée par la coexistence de deux systèmes de valeurs différents. En quoi les usages du téléphone portable nous renvoient-ils à la présence de stratégies d’appropriation de cette technologie en réponse à l’obligation de négocier un équilibre précaire, temporaire, entre des obligations souvent antagonistes ?

  • 3  La position des parents contre la migration de leurs enfants se manifeste surtout lorsque ces dern (...)

10Lorsqu’ils ont quitté leur milieu natal, pour les études ou pour le travail, nos répondants se trouvaient dans une nouvelle situation. Ils étaient souvent seuls, sans repères et devaient forcément s’adapter au contexte d’accueil pour commencer une autre étape de leur vie. L’avenir de nos répondants était lié à leur décision de migrer. Ils partaient et laissaient derrière eux leurs parents, proches amis, habitudes de vie. Cette décision était d’autant plus difficile qu’elle pouvait dans certains cas faire face à l’opposition des parents qui auraient préféré garder leurs enfants près d’eux et dans leur propre région de peur qu’ils ne s’en éloignent définitivement3.

11Dans ce duel entre ambition et attachement au milieu d’origine, la technologie, dans son sens le plus général, intervient pour apaiser cette tension. Avec le développement de l’infrastructure routière et des moyens de transport et de communication, il est de nos jours plus facile de garder le contact avec ses origines. Mais est-ce suffisant ? Pour nos répondants, l’arrivée du portable a constitué une solution efficace pour négocier la situation dans laquelle ils se trouvaient. Il permettait de négocier et de concilier deux obligations : d’une part, celle de demeurer dans la capitale pour continuer ce qu’ils avaient déjà entamé (les études et le travail) afin de satisfaire leurs ambitions socioprofessionnelles et, d’autre part, celle de rester en contact avec la région natale et ainsi garder des liens avec leurs parents et proches. Le portable constitue un pont, technologique, entre le contexte dans lequel ils vivent et celui de leur famille. Certains de nos répondants ne se limitaient plus à quelques coups de fil par semaine, ils téléphonaient à leurs parents et proches presque tous les jours. Ainsi, ils ont la possibilité de trouver un juste équilibre entre obligations familiales et vie personnelle. Ils réduisaient, par les fréquents appels téléphoniques, la pression exercée par les parents et, en même temps, se concentraient davantage sur leur vie dans leur milieu d’accueil. Le portable devenait donc un outil stratégique de négociation servant une stratégie, en l’occurrence calmer les parents et montrer une certaine disponibilité tout en poursuivant une carrière.

12La technologie, toujours dans son sens le plus général, sert également à apaiser un autre genre de tension, à savoir les préjugés qu’affrontaient les répondants lorsqu’ils retournaient occasionnellement dans leur milieu d’origine. En faisant un usage ostentatoire de la technologie, les répondants affichaient leur réussite et faisaient la preuve du bien-fondé de leur décision de quitter la région. Voiture, ordinateur, téléphone portable étaient autant de technologies pouvant donner une image de la réussite et de l’ascension sociale de nos participants.

Les liens sociaux

13En choisissant de s’installer dans un nouveau milieu (Tunis), nos répondants faisaient face à deux obligations : d’une part, celle d’une forte participation au milieu d’accueil par l’engagement professionnel et social et, d’autre part, celle de rechercher et de maintenir un contact permanent avec des gens de leur milieu d’origine installés à Tunis pour ne pas perdre leurs repères et références identitaires. Ils étaient devant l’obligation de s’intégrer et d’être en phase avec le milieu d’accueil, sans pour autant être totalement et complètement assimilés (et acculturés). Comment donc garder ses particularités régionales (et les entretenir) et en même temps réussir son intégration dans le milieu d’accueil ? Le portable a été mobilisé à l’intérieur d’une stratégie visant à trouver un terrain d’entente entre ces deux obligations.

14Téléphoner à la famille fréquemment, rentrer occasionnellement au « pays » de ses parents étaient autant de moyens permettant d’entretenir des liens avec son héritage identitaire. Toutefois, pour les répondants, cela n’était pas suffisant. D’où leur démarche pour trouver, grâce à des relations, des gens originaires de leur région et vivant à Tunis afin de se constituer un réseau social. Certains n’hésiteraient pas à y inclure des gens de régions autres que la leur puisqu’ils partageaient avec eux les mêmes difficultés et les mêmes expériences d’adaptation. Le portable devenait un moyen stratégique pour établir des contacts (en s’échangeant des coordonnées) et pour organiser des manifestations culturelles ou sportives afin d’établir un réseau et se visiter. Le répertoire du téléphone portable devenait l’équivalent d’un carnet social où étaient répertoriées les personnes avec qui il était possible de discuter et de s’enquérir des nouvelles du « pays ». Le portable constituait également un moyen permettant de se comparer à d’autres qui vivaient la même expérience. Les réunions convoquées par téléphone (dans les cafés, restaurants) étaient parfois un prétexte pour se comparer et savoir qui avait réussi, socialement, et qui avait échoué. La comparaison leur paraissait plus réaliste, car elle se faisait avec des personnes dont l’expérience ressemblait à la leur.

  • 4  L’une de nos répondantes (divorcée) précise qu’elle n’était pas la seule à recourir au portable po (...)

15Par ailleurs, nous avons remarqué que certaines femmes divorcées utilisaient le téléphone portable pour s’extraire d’une situation sociale difficile dans laquelle elles se trouvaient. Vivre le divorce était plus difficile pour les femmes migrantes parce qu’elles ne bénéficiaient pas du soutien de leur famille. Devant les préjugés qui accompagnent le divorce et les difficultés financières et psychologiques, ces femmes n’avaient pas d’autre choix que de se tourner vers un réseau de connaissances où elles pouvaient trouver refuge et valorisation. Le téléphone portable servait à négocier cette situation difficile en leur donnant la possibilité d’entrer en contact avec d’autres femmes divorcées. Cette technologie devenait pour elles un moyen susceptible de les aider à refaire leur vie, à surmonter certains problèmes d’ordre psychologique par le simple partage avec d’autres de leurs problèmes, inquiétudes et préoccupations4.

16Tisser des liens sociaux, par l’intermédiaire du téléphone portable, était une priorité pour nos répondants des deux sexes. Les contacts ne se limitaient pas aux gens « du pays », mais incluaient également des Tunisois et Tunisoises de naissance. Autant pour les répondants que pour les répondantes, et indépendamment de la formation ou du statut, tisser des liens permettait de se comparer et, par le fait même, de se positionner dans la société. En fin de compte, cela aiderait à mieux négocier les relations humaines au quotidien.

Le mariage

Les relations entre conjoints

17Le mariage est perçu comme une obligation sociale par nos répondants. Par contre, la question qu’ils se posaient alors était comment réconcilier famille proche et envie d’échapper à son contrôle ? Comment maintenir une proximité avec son cadre domestique, tout en voulant y échapper pour ne pas se sentir « étouffé » ? Là encore, le téléphone portable servait à négocier, cette fois, entre une obligation sociale et l’expression d’une individualité. Il servait d’un côté à resserrer les liens avec son conjoint ou sa conjointe et ses enfants, mais en même temps à lui procurer une marge de manœuvre pour se « retrouver ailleurs », dans un « monde » à lui. Nos répondants n’hésitaient pas à téléphoner à leurs enfants et à leur conjoint ou conjointe à tout moment de la journée pour s’enquérir de leurs nouvelles, tout en profitant de la marge de manœuvre que procure le portable pour organiser des rendez-vous avec des amis et, pour certains et certaines, entreprendre des conquêtes amoureuses. Certains répondants (hommes et femmes) n’hésitaient pas à avoir deux lignes téléphoniques : une officielle, pour la famille et les proches, et une autre, officieuse, pour des relations d’un autre type (rendez-vous d’affaires, d’amis, d’intimité). Les répondants se servaient du téléphone portable pour renforcer une certaine disponibilité affective pour leur conjoint ou conjointe et leurs enfants, mais en même temps pour renforcer une certaine autonomie personnelle.

18Pour la grande majorité de nos répondants (hommes), le mariage était souvent associé à une vie de stabilité et de responsabilité. Cela voulait dire se marier, de préférence avec quelqu’un qui partage ses valeurs, c’est-à-dire de préférence avec quelqu’un de sa région ou de son village. Toutefois, le séjour dans la capitale tunisienne (études, travail) donnait à nos répondants l’occasion de faire la connaissance de futures conjointes qui ne venaient pas forcément de la même région qu’eux. Ils avaient connu ces femmes à titre de consœur de classe, de collègue de travail ou par l’intermédiaire de leur réseau d’amis. Ces femmes de la capitale étaient toutes de futures épouses potentielles. Mais parfois, nos répondants se heurtaient à la pression familiale pour qu’ils choisissent leur conjointe parmi les femmes du « pays ». Les parents exerçaient cette pression afin de s’assurer que leurs enfants gardent toujours le contact avec le milieu d’origine. Les amener à choisir une telle conjointe maximisait les chances de garder un contact permanent avec leurs enfants puisque la conjointe aurait également intérêt à rentrer au « pays » pour voir sa famille.

19Choisir comme conjointe une femme venant d’une autre région ou d’un milieu urbain serait susceptible en effet de poser quelques problèmes : incompatibilité des habitudes et des traditions, relations difficiles avec la belle-famille, retour au « pays » espacé, etc. Pour concilier ces deux obligations — celle de choisir pour épouse une femme de sa région d’origine et celle de s’établir dans la capitale tunisienne pour des raisons socioprofessionnelles —, nos participants ont utilisé le portable pour trouver à Tunis des femmes venant de la même région qu’eux et qui, de préférence, étaient diplômées et avaient un emploi. Cette situation leur permet à la fois de garder le contact avec le milieu d’origine et en même temps de partager leur vie à Tunis avec des femmes qui y sont bien intégrées socialement et qui exercent une profession. Pour eux, il s’agissait là d’une « solution » idéale pour assurer à leur mariage stabilité affective et économique (en raison du coût d’installation pour des migrants nouvellement arrivés).

20Toutefois, cet idéal n’était pas toujours possible, notamment pour ceux qui n’avaient aucune relation offrant de les introduire à de futures conjointes. Il n’était pas toujours évident de trouver une femme diplômée, qui travaillait et qui venait de la même région. La combinaison de ces trois facteurs rendait la tâche de la recherche d’une conjointe plus compliquée et minimisait les chances de réussir. Dans ce cas, certains répondants se retournaient vers leur région pour entamer à distance et par l’intermédiaire d’autres personnes la recherche d’une future conjointe.

  • 5  Cette pratique n’est pas nécessairement que régionale. Certains migrants tunisiens à l’étranger re (...)

21En pareille situation, le téléphone portable était perçu comme un moyen susceptible de faciliter la démarche habituelle de faire connaissance, du moins au début de la relation. Même s’ils habitaient loin de leur région, nos répondants avaient la possibilité de faire connaissance, du moins d’établir les premiers contacts, avec leur future épouse5. On est loin des démarches « traditionnelles » pratiquées jadis dans leur région d’origine, où la mère assumait un rôle clé dans le rapprochement des futurs époux. Le portable a facilité la prise de contact et a aboli certaines contraintes liées notamment à des barrières psychologiques (timidité, tabous) mais aussi à la distance. Il n’en demeure pas moins que la situation « idéale » reste celle où la femme d’une même région se trouve déjà dans la capitale et y occupe un travail. En effet, la migration d’une femme pour rejoindre son futur mari s’accompagne de la nécessité de s’adapter au nouveau milieu et de se trouver un emploi, ce qui n’était pas toujours facile compte tenu, parfois, d’un niveau de scolarité moyen ou peu élevé. C’est la raison pour laquelle nos répondants préféraient de loin se marier à des femmes de leur région mais vivant déjà, et travaillant idéalement, dans la capitale. Le téléphone portable était souvent mobilisé pour arriver à cette fin.

  • 6  Dans certaines régions, pour une femme, atteindre l’âge de la trentaine sans avoir un engagement s (...)

22Si la pression familiale s’exerçait souvent sur les répondants (hommes) pour qu’ils trouvent des femmes venant de la même région qu’eux, cette pression était encore plus forte sur les répondantes. En effet, il fallait absolument que les maris soient du même milieu sinon elles risquaient de se marier sans le consentement des parents. Nos répondantes avaient donc recours aux mêmes stratégies que celles adoptées par les répondants : trouver un futur conjoint du même milieu qu’elles, installé à Tunis et exerçant un métier ou une profession. Cette technologie permettait à nos répondantes de concilier plusieurs obligations : celle de ne pas dépasser la limite d’âge pour se marier6 et celle de trouver un conjoint qui satisfasse les parents. La technologie leur permettait par ailleurs de ne pas être obligées de marier quelqu’un de leur famille (par exemple, un cousin). Le téléphone portable leur donne donc la possibilité de « négocier » leur vie maritale et d’augmenter leur marge de manœuvre pour trouver le futur époux.

23Selon nos répondants, la femme a le droit de travailler. Cela lui permet d’être épanouie professionnellement, mais en même temps garantit au couple un salaire supplémentaire si nécessaire pour s’établir dans un milieu urbain comme Tunis. Cependant, s’ils avaient vraiment le choix, ils préféreraient, pour la plupart, que la femme reste à la maison tout comme leur mère. Ce n’est pas parce que la femme est « prédestinée » aux activités ménagères ou encore parce qu’elle est moins compétitive ou moins professionnelle que l’homme. C’est plutôt parce que la vie familiale serait plus équilibrée si la femme s’occupait de la maison et des enfants. Le fait que la femme travaille à l’extérieur du foyer change beaucoup la vie familiale. Le modèle de la famille « traditionnelle » dans lequel nos répondants ont grandi se trouve ainsi ébranlé. Se pose alors le problème de la garde des enfants et de l’organisation du foyer conjugal compte tenu du fait que les deux conjoints sont engagés dans une carrière. Des problèmes de sécurité ont d’ailleurs été évoqués par les répondants. Une femme seule dans les rues d’une grande ville ou dans les moyens de transport en commun leur apparaissait généralement comme une source d’inquiétude. Les répondants disaient s’inquiéter pour leur femme tant qu’elle n’était pas rentrée à la maison. S’ajouterait le souci d’une possible méfiance qui s’installerait entre l’époux et l’épouse, parce que l’homme serait obligé de céder une part de son autorité pour permettre à sa femme de travailler. En lui accordant ce « privilège », il assumerait indirectement le risque qu’elle fasse des connaissances ou qu’elle se lance dans des aventures extraconjugales.

24Le travail de la femme représenterait à la fois des avantages et des inconvénients, d’où une situation négociée. Malgré les inconvénients qui peuvent résulter du travail de leur conjointe, les répondants étaient obligés de donner leur consentement sinon leur encouragement, pour des raisons d’ordre financier. En effet, un seul salaire ne suffisait pas compte tenu de l’augmentation des coûts de la vie (loyer, transport, loisir). On se tournait vers la technologie, notamment le téléphone portable, pour apaiser un tant soit peu cette situation et réduire la tension entre deux obligations : celle d’accorder à la femme plus de liberté (pour garantir un salaire supplémentaire) et celle de vouloir la contrôler (en surveillant ses activités). En effet, le portable devenait dans ce genre de situation un moyen pour garder un « contact permanent » avec l’épouse. Cet argument « technologique » permettait de préserver certaines valeurs conservatrices (surveillance de l’épouse) et de les adapter au contexte d’accueil. La femme peut donc s’absenter de la maison pour le travail, mais cela n’empêche pas son mari de pouvoir communiquer avec elle quand il le veut. Le portable contribuerait à concilier liberté et surveillance et ainsi préserver la stabilité de l’union bien que ce ne soit pas l’idéal. La femme, à son tour, céderait une part de sa liberté (être « sous surveillance ») en échange d’une autre liberté, celle de travailler et d’avoir une certaine autonomie financière. Chacun y trouverait son compte et ensemble ils assureraient la stabilité affective et financière du couple.

25Chez les conjoints, les moyens d’exercer le contrôle, par l’intermédiaire du téléphone portable, se ressemblent. D’ailleurs, nous avons remarqué beaucoup de similarités entre les femmes et les hommes en ce sens. L’époux et l’épouse peuvent mutuellement se « surveiller » par le cellulaire. En plus des appels fréquents pour savoir exactement où se trouve l’époux ou l’épouse, il n’était pas rare que l’un des deux consulte le répertoire téléphonique de l’autre pour vérifier la présence de numéros inconnus. Il s’agissait également de consulter, subtilement, la liste des appels reçus pendant l’absence de l’autre et de composer ces numéros pour connaître l’identité de l’appelant. Nous retrouvons ici l’exemple de Wissal (femme, 39 ans, chef de service dans une banque) qui procédait à ces pratiques pour s’assurer de la fidélité de son mari, mais aussi l’exemple de Marwan (homme, 30 ans, journaliste et animateur radio) qui n’éprouvait aucune gêne à surveiller sa femme avec les mêmes procédés parce que, à son avis, cela faisait partie du « jeu ». Les protagonistes du couple étaient tacitement d’accord sur ces « règles » et acceptaient par conséquent la surveillance mutuelle de leurs activités et agissements.

Les relations parents-enfants

26Le rapport avec les enfants plaçait nos répondants dans une situation conflictuelle. Ils se trouvaient d’emblée devant l’obligation de négocier. En effet, nos répondants ne voulaient pas priver leurs enfants de la technologie, mais en même temps ne voulaient pas céder leur pouvoir d’autorité sur eux. Cette notion d’autorité parentale est importante pour nos participants. La tradition dans laquelle ils ont été élevés repose sur le contrôle qu’exerce l’autorité parentale. C’est un élément intrinsèque de l’éducation familiale qu’ils ont reçue à la maison et à l’école. Soumission et respect de l’autorité sont des éléments intimement associés. Ce souci de l’autorité parentale ne relevait pas uniquement de l’éducation reçue, mais également des préoccupations relatives à la sécurité de leurs enfants dans leur milieu d’adoption. Étant donné que nos répondants se sentaient plus ou moins à l’aise dans leur nouveau milieu, qu’ils ne maîtrisaient pas forcément, ils voulaient s’éviter et, en même temps, éviter à leurs enfants les mauvaises surprises. L’argument qui revenait le plus souvent était que la ville, très hétéroclite, renfermait plus de risques que la région d’origine où tous se connaissaient et se faisaient confiance. L’exercice de l’autorité parentale, et la surveillance, revêt ici la figure du père (mère) protecteur (protectrice). Mais alors, comment trouver un terrain d’entente entre laisser une marge de liberté aux enfants afin qu’ils s’intègrent normalement à leur milieu et les surveiller pour rester fidèle à la tradition de l’autorité parentale et les protéger des « dangers » de la vie urbaine ?

27Les enfants font de plus en plus face, dans leur environnement immédiat, à la technologie. Même les milieux scolaires se trouvent envahis par les téléphones portables. Cette technologie n’est plus réservée aux adultes, et les enfants sont souvent enclins à vouloir les imiter, sans compter la pression publicitaire et la pression exercée par les groupes d’amis. Devant cette demande, nos répondants ne pouvaient qu’acquiescer, mais non sans quelques hésitations. Ils n’avaient pas le choix en quelque sorte. Ils se trouvaient donc obligés de développer des stratégies pour pouvoir surveiller leurs enfants sans les priver de leur droit, celui d’évoluer normalement dans leur environnement technologique et médiatique. Parmi l’éventail des stratégies qui s’offraient aux parents, celles qui reposaient sur l’appropriation du téléphone portable pouvaient dans certains cas contribuer à limiter la tension résultant de l’affrontement entre les deux obligations antagonistes (liberté de l’enfant et contrôle de l’autorité parentale). Au lieu de faire partie du problème, équiper l’enfant d’un portable devenait en partie la solution. En effet, en donnant à leurs enfants l’accès à cette technologie, les répondants ne les privaient pas d’un droit et en même temps, cette technologie facilitait l’exercice de leur autorité parentale en leur permettant de les appeler fréquemment pour savoir où ils se trouvaient et, surtout, avec qui ils étaient. Ils demandaient parfois à leurs enfants de leur envoyer des messages MMS avec des photos de leur entourage afin d’être assurés qu’ils disaient bien la vérité.

28Cette technologie devenait donc une véritable « laisse » technologique. Mais les enfants semblaient accepter les règles du jeu, parce qu’ils savaient que le téléphone portable n’est pas un outil de contrôle parfait et que certains détails échappaient toujours aux parents — par exemple, les enfants pouvaient trafiquer l’heure d’envoi des messages MMS et les images. Certains parents, surtout les mères, se doutaient de ce petit « jeu », mais savaient que vouloir pousser trop loin les règles de ce jeu, les rendre trop rigides, mènerait à des affrontements. Ainsi s’établissait une « paix » négociée que chaque partie respectait par l’application des « règles du jeu » entre liberté de l’enfant et l’autorité parentale.

La religion

  • 7  Les parents de nos 18 répondants sont tous pratiquants. Même si le degré d’attachement à la religi (...)

29La technologie se trouve souvent visée par un travail de négociation que menaient nos répondants pour concilier la vie dans une société civile (généralement centrée sur les engagements sociaux et professionnels) et la pratique religieuse qui demeure, qu’ils soient pratiquants ou non, une règle de conduite fondamentale. Rappelons qu’ils ont tous été éduqués dans des familles qui respectent la religion7. Parmi nos répondants, nous comptons 13 pratiquants.

  • 8  Parmi nos participants, 11 ont contracté des prêts bancaires. Les emprunts servaient en priorité à (...)
  • 9  L’obligation d’emprunter à la banque provoque dans certains cas, en plus du conflit avec les princ (...)
  • 10  Certains répondants disent que l’islam continuera à se moderniser et soutiennent que des fatwas ar (...)

30Après la fin des études et l’obtention d’un emploi, les répondants se trouvaient devant la nécessité de s’équiper et de trouver un logement convenable, surtout les nouveaux mariés et les nouveaux parents. Pour s’installer, il fallait trouver le capital pour acheter un appartement (se marier), une voiture pour se déplacer (occasionnellement rendre visite à la famille) et des équipements technologiques jugés indispensables pour le foyer conjugal surtout si les deux conjoints occupaient un emploi (lave-linge, four micro-ondes, télévision, chaîne stéréo). En général, les ressources financières de nos répondants ne permettaient pas d’engager de telles dépenses pourtant nécessaires à la vie urbaine. Ils se trouvaient donc devant l’obligation d’emprunter de l’argent. Étant donné que leurs familles sont d’origine modeste (ne pouvant pas les aider financièrement), ils se tournaient vers les établissements bancaires pour obtenir des prêts8. Ce recours au prêt bancaire les place aussitôt dans une situation de conflit parce que cette pratique est contraire aux préceptes religieux. Le prêt bancaire est en effet une pratique interdite par la religion musulmane à cause des taux d’intérêt qui sont associés au prêt sur gages et à l’usure9. Cette pratique est proscrite, selon l’avis de la majeure partie des érudits de l’islam. Comment donc allier la nécessité d’emprunter pour « s’installer » (logement, appareils technologiques, voiture) et les pratiques religieuses ? Comment vivre sa vie en milieu urbain et remplir ses obligations de citoyen tout en demeurant fidèle aux principes de sa religion ? La vie urbaine moderne n’est pas possible sans équipement, sans propriété. Sans prêts, cela devenait impossible. Les répondants étaient alors contraints de mettre de côté (ou de suspendre) certaines de leurs convictions pour pouvoir s’adapter à leur contexte d’accueil. Ils se sentaient obligés de se « plier » au système. Cette situation nourrit chez les participants une certaine culpabilité qu’ils essayent d’apaiser parfois en répondant à leurs propres questionnements10.

  • 11  Témoigner que nul autre que Dieu ne peut être adoré et que Mouhammad est son prophète.
  • 12  Le nombre total des prosternations pour les 5 prières obligatoires est de 17, sans compter les pri (...)

31Le jeu de rapport entre les impératifs de la vie moderne et ceux des pratiques religieuses se manifeste également dans d’autres situations auxquelles nos répondants faisaient face, par exemple, l’obligation de la prière quotidienne, qui est l’un des cinq piliers de l’islam. En effet, la religion musulmane repose sur cinq piliers fondamentaux, en l’occurrence la profession de foi ou chahada11, les cinq prières quotidiennes obligatoires, le jeûne du ramadan pour les personnes en santé, l’aumône (la zakat) et le pèlerinage à La Mecque pour ceux qui en ont les capacités financières et physiques. Nos répondants éprouvaient généralement de la difficulté à respecter ces cinq piliers, notamment les prières obligatoires. Étant donné que les prières sont réparties sur différentes plages horaires pouvant parfois entrer en conflit avec les heures de travail, nos répondants étaient souvent obligés de toutes les réciter à leur retour à la maison. Ce n’était pas toujours facile après une longue journée de travail, surtout lorsqu’il s’agissait d’un cumul important du nombre de rakaat (prosternations)12. Cela était donc susceptible de créer une situation de tension et de conflit entre valeurs religieuses et civiles.

32Nos répondants se sont approprié les technologies de communication pour mener un travail de négociation afin d’apaiser cette tension. Internet et téléphone portable, notamment, offraient à nos répondants la possibilité de trouver un terrain d’entente. Nos répondants ne voyaient aucune contradiction entre usage de la technologie et pratique religieuse. Au contraire, la technologie pouvait être au service du culte. La visite des sites islamiques sur Internet, surtout pendant le mois du ramadan, malgré le contrôle de quelques-uns par l’Agence tunisienne de l’Internet, était une pratique courante chez nos répondants et jugée essentiel pour garder le contact avec la religion. Ainsi pouvait-on consulter les fatwas ou les hadiths (enseignements du prophète et de ses compagnons). Ce que les répondants appréciaient le plus, c’était la capacité d’Internet d’actualiser le contenu et de classer l’information par catégories, ce qui facilitait grandement la recherche. Le contenu religieux redonnait aux répondants les repères qu’ils avaient souvent tendance à perdre lorsqu’ils étaient trop accaparés par leur vie professionnelle et sociale. Le recours à la technologie signifiait pour eux qu’ils faisaient l’effort nécessaire pour aller vers la religion et qu’ils maintenaient au mieux leurs principes religieux selon les circonstances et même s’ils délaissaient l’obligation des prières quotidiennes.

33Les sites Internet religieux13 que visitaient nos répondants leur proposaient des services comme le téléchargement de textes, des séquences audio et vidéo, des messages SMS et MMS. Ces messages étaient directement liés à l’entretien de la foi et de la croyance. Des sonneries qui reproduisaient l’appel à la prière étaient également disponibles et directement téléchargeables sur les téléphones portables de nos participants qui, à l’occasion, les retransmettaient à leurs amis et connaissances. Plusieurs messages et textos étaient également envoyés par le téléphone portable, notamment à l’occasion des fêtes religieuses. Le portable se combinait à Internet et servait ainsi de relais pour la transmission des messages religieux, de façon plus efficace selon nos répondants. Ils voyaient tout naturellement un rapport entre le caractère intime du message religieux et le caractère privé du téléphone portable. Là où la technologie devait impérativement céder sa place au culte, c’est à la mosquée. Tous les répondants s’accordaient à dire que c’est ouvertement une profanation que de laisser son portable ouvert pendant la prière.

  • 14  Nous avions remarqué durant notre séjour de collecte en Tunisie, autant chez nos répondants que ch (...)

34Les répondants avaient également recours aux technologies comme Internet et le téléphone portable lorsqu’ils se trouvaient en situation de tension face à ceux qui se définissaient comme laïques14. Ils voulaient ainsi prouver qu’ils étaient modernes, tout en demeurant rattachés viscéralement à leur religion. Ils voulaient par ailleurs montrer que rien n’empêchait d’être à la fois pratiquant et « branché » technologiquement. Il n’était donc pas rare que certains de nos répondants affichaient leur attachement à la religion tout en mettant sciemment l’accent sur leur expertise et leur maîtrise de la technologie pour montrer (ostensiblement) à ceux qui les critiquaient qu’ils étaient aussi branchés qu’eux. Cela se manifestait généralement par la manipulation de fonctionnalités assez compliquées de la téléphonie mobile ou d’Internet.

35C’est à ce niveau que l’usage de la technologie, notamment le téléphone portable, devenait un outil de compensation et s’inscrivait dans une stratégie de négociation entre, d’une part, les préceptes de la religion et, d’autre part, les pratiques liées à la vie moderne et urbaine. Par exemple, Amel (femme, 42 ans, fonctionnaire à l’Office national du tourisme), Abderrazak (homme, 34 ans, instituteur) et Marwan (homme, 30 ans, journaliste et animateur radio) coupèrent la sonnerie de leur téléphone portable au moment d’entrer à la mosquée pour faire la prière. Par ailleurs, ils envoyaient régulièrement des messages religieux en format SMS et MMS à leurs amis et proches et considéraient que c’était une pratique qu’on devait encourager pour garder un contact permanent avec la religion.

Le travail

36Pour nos répondants, concilier famille et travail n’était pas toujours chose facile. Nos cadres voulaient s’investir dans leur milieu de travail sans pour autant se couper de leur milieu domestique. Après tout, la famille constituait pour eux la sphère qui absorbe tous les chocs ressentis en raison de la compétition, de l’affirmation de soi et de la concurrence auxquelles ils devaient faire face. Comment justement concilier l’obligation de réussir sa vie professionnelle et celle de demeurer proche de sa famille ? Le téléphone portable était devenu un point de jonction, de passage, entre les deux mondes potentiellement irréconciliables. L’usage du portable accroissait la disponibilité et pouvait ainsi, dans une stratégie de négociation, ouvrir le « passage » entre le monde du travail et celui de la vie domestique, ce qui réduisait d’autant le risque de la rupture. Nos cadres s’appropriaient cette technologie dans ce sens. En effet, au travail, ils utilisaient le portable comme un moyen de veille informationnelle. L’avantage d’avoir son portable au travail était donc double. Il donnait la possibilité à la famille de joindre le parent en cas de besoin et à ce dernier de s’enquérir de ses nouvelles lorsqu’il le voulait et quand il le voulait. Par ailleurs, sa disponibilité au travail se trouvait augmentée même en dehors des heures de bureau. Grâce ou à cause du portable, le domicile pouvait dans certains cas devenir le prolongement du bureau. Ceux qui étaient ouverts à ce genre de pratiques, soit la majorité de nos cadres, voulaient ainsi montrer leur sérieux et leur disponibilité pour le travail. Cela permettait de renforcer davantage leur position hiérarchique ou encore d’espérer la promotion.

37Le portable s’inscrivait aussi dans une stratégie d’accommodement et de diminution de la tension à l’intérieur même du milieu de travail. Il servait en effet à régler ou à temporiser des situations de conflit avec les supérieurs et les collègues. Le portable devenait un moyen stratégique pour « humaniser » les relations à caractère jugé trop technique et professionnel. Le téléphone facilitait le rapprochement entre collègues de travail parce qu’il était possible de fixer des réunions dans les cafés ou restaurants pour que s’apaisent les sentiments de concurrence et de compétitivité et à l’occasion les tensions, si jamais elles existaient. Les rencontres informelles détachaient les répondants d’un milieu où régnait la rivalité au profit d’un autre où se partageaient des soucis et des préoccupations communes. Tout rapport hiérarchique disparaissait au profit de relations privilégiées. Ce rapport privilégié pouvait être renforcé par des coups de fil à l’occasion de fêtes ou de célébrations particulières ou encore par l’organisation de rencontres informelles dont le sujet de discussion n’était pas forcément le boulot. Pour nos répondants, que ce soit avec les collègues ou avec les supérieurs hiérarchiques, le portable était devenu (au moyen de l’organisation de rencontres et des appels téléphoniques occasionnels) un moyen susceptible de montrer qu’ils n’étaient pas différents des autres (malgré leur migration et leur installation récentes), qu’ils s’étaient bien intégrés à leur milieu de travail et qu’ils pouvaient gérer les rapports entre le travail et le foyer. En d’autres mots, nos répondants avaient subordonné l’usage du téléphone portable à une double stratégie de négociation : d’une part, concilier les exigences du milieu du travail (disponibilité) et du milieu domestique (proximité) et, d’autre part, concilier relations « techniques et professions » et relations « humaines » avec les collègues et supérieurs hiérarchiques.

38À notre avis, l’exhibition d’un téléphone portable dernier cri par nos répondants et répondantes manifestait l’affirmation de leur réussite professionnelle et sociale. Cependant, il nous a semblé que cet « exhibitionnisme » cachait une signification plus profonde chez certaines répondantes. Tout se passe comme si, pour elles, le portable devait être le plus « performant », car la femme tunisienne, de milieu rural, scolarisée, vivant dans un milieu urbain et occupant un poste devait être plus « performante » à titre de professionnelle compétente et de « parfaite » mère.

39En plus de négocier deux engagements souvent incompatibles et difficilement conciliables — celui de s’impliquer sérieusement dans son travail pour assumer la tâche « de la femme professionnelle » et celui d’être suffisamment présente pour satisfaire les diverses demandes des membres de sa famille pour assumer la tâche « de la mère parfaite » —, elles devaient aussi négocier la performance, c’est-à-dire être aussi « technicienne » que leur collègue masculin (ou mari) mais projeter une certaine esthétique féminine. Ainsi, en manipulant avec dextérité les multiples fonctionnalités d’un téléphone portable à la mode, c’est-à-dire un objet esthétiquement beau, elles pouvaient établir ce difficile équilibre entre technicité (masculine) et esthétique (féminine).

40Notons enfin qu’en ce qui concerne le milieu de travail, chez nos participants (hommes et femmes), indépendamment du secteur d’activité, les usages du téléphone portable se ressemblent et s’inscrivent dans les mêmes stratégies.

Conclusion

41Il appert donc que pour l’ensemble des situations précitées (liens familiaux, liens sociaux, mariage, religion et travail), le portable assume le rôle d’un médiateur dans une logique de négociation continuelle menée par nos cadres dans un contexte de migration à la fois géographique (milieu rural vers un milieu urbain), sociale (changement de classe socioéconomique) et culturelle (milieu aux valeurs familiales et religieuses bien ancrées vers un milieu aux valeurs plus « individualistes » et laïques). C’est un travail de négociation entre ce qu’ils sont en tant que porteurs d’un héritage identitaire et ce qu’ils doivent désormais être pour pouvoir s’adapter à ce milieu. Le portable n’est qu’un moyen parmi tant d’autres dans toute cette démarche de conciliation et d’ajustement. L’appropriation de cette technologie s’inscrit dans une tentative plus large d’appropriation de nouvelles pratiques liées à un nouveau contexte.

42La technologie devient en ce sens un moyen permettant de jeter un pont entre des valeurs du passé (liées à la tradition) et des valeurs du présent (associées à la modernité). En effet, pour nos répondants, la modernité ne se conçoit pas comme une rupture avec le passé ou comme une opposition entre le présent et le passé. La modernité telle que perçue par les participants intègre le passé et ne l’exclut pas. C’est un travail de conciliation et de continuité entre deux systèmes de valeurs devenus compatibles, en partie grâce à la technologie. Cette conception de la modernité trouve écho dans les écrits d’Anthony Giddens (2005) où la tradition structure le rapport avec le temps. C’est la logique de la répétition : le passé organise le futur, car il est incorporé aux pratiques du présent donnant ainsi une forme courbe au futur, le liant ainsi au passé, en un « temps réversible ». La tradition devient un rituel dans lequel l’individu puise le sens des choses, sa sécurité ontologique et sa confiance dans la continuité passé-présent-futur. Que ce soit pour négocier ou pour concilier, le téléphone portable contribue de façon ou d’une autre à apaiser la tension qui résulte de l’affrontement entre les valeurs originelles de nos répondants et des pratiques et comportements auxquels ils doivent dorénavant faire face. L’usage du téléphone portable s’inscrit dans une stratégie de négociation continue entre des comportements et des valeurs contraires, parfois contradictoires, afin d’établir, pour un temps et de façon cumulative, des niveaux d’accommodement.

Haut de page

Bibliographie

BEN AMOR, Amor (2007), Usages et stratégies d’appropriation du téléphone cellulaire par des cadres tunisiens. Thèse de doctorat en communication et sociologie, sous la co-direction de Roger de la Garde et Sylvie Lacombe, Faculté des études supérieures, Québec, Université Laval.

GIDDENS, Anthony (2005), La constitution de la société. Éléments de la théorie de la structuration, Paris, Quadrige/Presses universitaires de France.

Haut de page

Notes

1  Nous entendons par « jeunes cadres » les hommes et les femmes (mariés ou célibataires) âgés de 25 à 40 ans exerçant des fonctions de direction ou de contrôle dans une entreprise ou une administration (publique ou privée).

2  Notre échantillon se compose de 18 participants : 7 femmes et 11 hommes.

3  La position des parents contre la migration de leurs enfants se manifeste surtout lorsque ces derniers partent pour chercher du travail ou pour s’installer en dehors de leur région. L’opposition à la migration ne se manifeste généralement pas lorsqu’il s’agit de partir pour faire des études ou pour les terminer.

4  L’une de nos répondantes (divorcée) précise qu’elle n’était pas la seule à recourir au portable pour joindre des femmes se trouvant dans la même situation pour ne pas se sentir seule ou isolée. L’objectif était plutôt le partage des soucis et des problèmes dans des rencontres non officielles, sans que cela débouche forcément sur des actions ou des mesures concrètes.

5  Cette pratique n’est pas nécessairement que régionale. Certains migrants tunisiens à l’étranger recourent à cette stratégie, avec la complicité des membres de la famille ou des connaissances, pour trouver une future épouse. Le téléphone portable intervient dans la phase de connaissance, à distance, et dans l’entretien de la relation.

6  Dans certaines régions, pour une femme, atteindre l’âge de la trentaine sans avoir un engagement sérieux ou officiel pouvait constituer un problème social. Mais de plus en plus, et avec la scolarisation de la femme, le problème se pose moins. Le critère de l’âge commence à céder devant celui du travail. Les femmes qui travaillent ont plus de chance de se marier rapidement.

7  Les parents de nos 18 répondants sont tous pratiquants. Même si le degré d’attachement à la religion varie d’une famille à l’autre, la pratique et le respect de la religion demeurent une action recommandée.

8  Parmi nos participants, 11 ont contracté des prêts bancaires. Les emprunts servaient en priorité à l’achat d’un logement, à son ameublement ou encore à l’achat d’une voiture. Dans certains couples, chacun contractait un prêt. C’est le cas de Aya (femme, 27 ans, fonctionnaire à l’Office national de la famille et de la population) qui s’est chargée de l’achat, grâce au prêt, de la voiture familiale alors que son mari s’est chargé, par le même procédé, de l’achat de l’appartement.

9  L’obligation d’emprunter à la banque provoque dans certains cas, en plus du conflit avec les principes religieux, un affrontement avec les parents, qui s’opposent généralement à ce que leurs enfants recourent à cette pratique.

10  Certains répondants disent que l’islam continuera à se moderniser et soutiennent que des fatwas arriveront certainement pour résoudre ce problème d’emprunt bancaire. Beaucoup d’entre eux citent l’exemple du uléma cheikh karadawi, qui est en faveur de l’emprunt bancaire, notamment dans le cas d’octroi d’un appartement ou d’une maison, surtout lorsque des musulmans habitent des pays étrangers.

11  Témoigner que nul autre que Dieu ne peut être adoré et que Mouhammad est son prophète.

12  Le nombre total des prosternations pour les 5 prières obligatoires est de 17, sans compter les prières surérogatoires (recommandées mais pas obligatoires).

13  Les plus cités par nos répondants étaient www.Islamweb.net, www.Islamonline.net, www.Al-Hikma.net, www.Islam-qa.com. La plupart de ces sites ne sont pas que religieux ; ce sont également des sites d’informations (actualités du monde arabe notamment). C’est ce qui les rend crédibles aux yeux de nos répondants, qui les considéraient comme complets et exhaustifs.

14  Nous avions remarqué durant notre séjour de collecte en Tunisie, autant chez nos répondants que chez les personnes avec qui nous avions discuté, que la définition de la laïcité était généralement floue. Nous ne voulions pas à ce stade entrer dans un débat sur la laïcité et sa définition (ou ses définitions). Notons simplement que dans le cadre de notre recherche, la laïcité renvoyait parfois à la pratique religieuse, parfois à son absence. Certains défendaient l’idée que la laïcité excluait la pratique religieuse, d’autres (nos répondants notamment) ne voyaient aucune contradiction entre laïcité et exercice du culte. Ces derniers se présentaient souvent comme étant des pratiquants modérés en phase avec les impératifs de la vie moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amor Ben Amor, « Des usages et des stratégies d’appropriation », Communication [En ligne], Vol. 29/1 | 2011, mis en ligne le 13 décembre 2011, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/2375 ; DOI : 10.4000/communication.2375

Haut de page

Auteur

Amor Ben Amor

Amor Ben Amor est maître assistant à l'Institut supérieur des études appliquées en humanités de Médenine (ISEAHM), en Tunisie. Courriel : benamor2002@yahoo.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org