Navigation – Plan du site
Recherches

Anticiper l’événement futur

Les journalistes français et les Jeux olympiques de Pékin
Guillaume Erckert

Résumés

Le présent article rend compte des tenants et des aboutissants d’une recherche en cours, sur l’anticipation des Jeux olympiques de 2008 à Pékin par les journalistes de la presse écrite française. L’objectif est de comprendre comment les journalistes ont pu annoncer cette manifestation sportive, plusieurs mois avant son déroulement. L’analyse d’un corpus d’un millier d’articles de journaux et de six entretiens semi-directifs montre que l’anticipation est une construction raisonnée, qui repose moins sur l’imagination que sur des connaissances et des savoirs.

Haut de page

Texte intégral

1La recherche de thèse que nous menons fait suite au constat de l’anticipation journalistique des grands événements programmés, dont les rendez-vous sportifs. La question posée est celle du rapport qui lie les médias au temps. Depuis une vingtaine d’années, plusieurs recherches ont eu pour objet ce rapport, principalement en sciences de l’information et de la communication. Le plus grand nombre s’articulent autour de deux axes principaux. Le premier, qui regroupe les analyses narratologiques et sémiotiques, se centre sur l’étude de la représentation du temps dans les récits d’information. Ces recherches soulignent l’importance de la mise en récit pour représenter le temps de l’action. Construites sur le concept ricœurien de « mimésis » et plus vaguement sur la phénoménologie augustinienne de la triple conception du présent, elles établissent la prédominance d’un présent qui lie un passé et un futur proches en une même dimension. Le temps des médias, celui de la quotidienneté, épouse alors une temporalité plus large que l’immédiat qu’ils prétendent rendre (Durand, 1992 et 1996 ; Tétu, 1993 et 2000 ; Lits, 1995). Le second axe regroupe des recherches en sciences sociales. Celles-ci étudient les rapports entretenus entre les temporalités médiatiques et les temporalités politiques et sociales pour rendre compte, entre autres, de leurs influences réciproques : celles des médias sur les prises de décisions politiques et sur la répartition du temps dans les ménages et, a contrario, l’influence des calendriers politiques et des habitudes télévisuelles des individus sur les priorités médiatiques (Derèze, 1994 ; Bertrand, 1995 ; Sfez, 2000 ; Vitalis, 2000).

2Ce rapide et bref inventaire des principaux travaux sur le couple « médias et temporalité » fait apparaître une orientation de recherche qui, à notre connaissance, est peu développée : celle qui met en question le « rapport des journalistes à l’événement dans sa conception temporelle ». Par cette expression un peu barbare, j’entends le traitement journalistique d’un événement dans le temps : à la fois la temporalité de l’événement lui-même, c’est-à-dire le temps de son déroulement socialement objectivé, marqué par un début et une fin définis par l’horloge ou le calendrier, et le temps de ce même événement subjectivement vécu par les journalistes responsables de son traitement, c’est-à-dire le temps éprouvé, ressenti et marqué biographiquement. La question n’est plus celle du temps perçu et organisé par le récepteur de l’information, mais bien celle du temps éprouvé par les journalistes. Un tel questionnement semble légitime puisque, avant de le narrer, de l’imposer ou de l’utiliser, les journalistes font face à l’événement selon ce double rapport au temps. Ils l’éprouvent dans leur rapport au monde, à un monde partagé avec ses événements dont ils rendent compte de manière sensée et compréhensible. Cette mise en sens de l’événement et du monde reste abondamment analysée en linguistique ou en sémiologie sociale. L’argumentation, l’effet de réel, le choix des citations et l’usage d’occurrences constituent les leviers discursifs de mise en sens. Cependant, les dispositions cognitives développées par les différents journalistes pour rendre compte d’un phénomène restent, à notre connaissance, encore non analysées en sociologie. Nous inscrivant dans cette orientation, nous nous proposons d’analyser le traitement journalistique d’un événement dans le temps, plus précisément la représentation d’un événement futur et le sens donné par les journalistes de presse écrite française.

Les connaissances et le sens des événements dans le rapport journalistique au temps

3Nous savons depuis les travaux, entre autres, de Jean-François Tétu (1993 et 2000) que cette publicisation de l’événement par les journalistes s’effectue dans « leur » présent bien que l’événement se déroule dans une temporalité plus large ou dans un temps éloigné, passé ou futur. L’événement est alors toujours rapporté au « ici et maintenant » de son traitement, de son observation et de l’écriture journalistique, et ce, bien qu’il ne s’y déroule pas réellement. Autre caractéristique, l’événement peut être évoqué en amont, circoncis de toute signification objective sur son devenir, eu égard à l’impossible prévision de l’avenir. Pour leur part, Gérard Derèze (1997) et Driss Abassi (2005), pour nommer que ceux-là, énoncèrent l’imprévisibilité véritable qui caractérise les événements sportifs futurs. Cependant, la remémoration et l’anticipation le sont toujours ici et maintenant, bien que l’événement soit passé ou futur. Sa saisie se fait dans l’instant de sa pensée. Bref, si l’événement fait sens dans le présent signifié par les médias, il doit se comprendre comme un présent élargi fait de rétentions et de protentions (Husserl, 1964). Dans la modernité, l’événement se conjugue donc au temps des médias.

4Il est important de noter que cette conjugaison s’effectue au présent et n’intervient qu’en présence d’un sujet : le journaliste. Ce dernier rend compte de l’événement et possède la fonction sociale de le signifier (Delforce, 1996). Dans certains cas, il y assiste. Il l’observe et partage un même temps et un même espace, ce qui lui confère un degré élevé de connaissance. La perception de l’événement en train de se réaliser lui permet d’y donner un sens rationnel puisque vécu. Son action est celle de la restitution du sens observé. Par ailleurs, dans le cas de l’événement comme fait passé ou futur, c’est-à-dire qui s’est déroulé dans une dimension temporelle extérieure au icidu corps du journaliste et du maintenant de son présent, la connaissance ne tient plus de l’expérience, mais de la conscience, autrement dit, non de l’observation, mais de la pensée. Celle de la conscience de l’événement représenté dans l’imaginaire journalistique. La connaissance étant limitée dans le temps, l’événement semble imprévisible, abstrait et méconnu jusqu’à sa réalisation et son observation. L’action de donation de sens s’avère alors périlleuse eu égard à la doxa journalistique qui prône la tension vers l’assertorique. Le sens reste donc approximatif et imprécis. Saisi dans un acte réflexif, le sens de l’événement passé proviendrait de sa remémoration — celle de l’événement présent de son commentaire. Pour l’événement futur, le sens proviendrait de son imagination — celle de la vision subjective de l’avenir.

Le problème du sens des Jeux olympiques de 2008 comme événement futur

5Cette problématique de l’événement futur pose inévitablement les questions de la donation journalistique de sens et de la réalité. Il est admis que les journalistes possèdent la fonction sociale de signifier les événements qui surviennent dans le monde, événements futurs y compris. Dans le cas des Jeux olympiques de 2008, les journalistes de presse écrite quotidienne française ont annoncé, anticipé, prédit l’événement durant les sept années qui ont précédé son déroulement. Pour le définir rapidement, cet événement quadriennal rassemble sur un même lieu de compétition 203 délégations du monde entier qui s’affrontent dans 31 disciplines sportives durant 15 jours. L’édition de 2008 s’est déroulée du 8 au 23 août 2008 à Pékin, la capitale chinoise. Le lieu et la date de l’événement étaient connus au soir de son attribution par le Comité international olympique (CIO), le 13 juillet 2001 à Moscou. Le traitement de l’événement commença à cette date. Cette annonce combinait un savoir et une ignorance chez les journalistes : ils connaissaient le lieu et la date de l’événement, soit autant d’éléments qui nécessitent son traitement, mais ignoraient, dans le présent de leur réflexion, ce qui allait s’y passer. On saisit immédiatement la difficulté pour les journalistes d’évoquer un événement futur dont ils ignorent à priorile déroulement. Le temps n’est pas ici celui de l’événement, mais bien celui des journalistes qui se projettent dans le futur pour lui donner un sens. Le problème que nous soulevons est le suivant : comment les journalistes de presse écrite française, dans leur vie quotidienne, dans le maintenant de leur présent, anticipent les Jeux olympiques de 2008 et leur donnent sens avant leur déroulement ?

Les événements futurs sont prévisibles

6Face à ce constat, les représentations de sens commun font de l’événement non vécu, apprésenté et inconnu une donnée insignifiable de manière objective et fondée.Elles pensent les événements futurs comme des phénomènes imprévisibles et inenvisageables. Dès lors, l’affirmation et la signification du futur proviendraient davantage de l’imagination sans fondement que d’une représentation raisonnée et bâtie sur des connaissances et des savoirs.

7Nous refusons une telle évidence et soutenons que l’action journalistique qui consiste à anticiper les événements futurs est moins spéculative que l’on pourrait le penser. Nous défendons ici la thèse selon laquelle les événements futurs — sportifs ou autres — programmés et traités à l’avance par les journalistes sont prévisibles (Vermersch, 2007) et signifiables de manière rationnelle et située dans le ici et maintenant de leur annonce. Le déroulement de ces événements futurs peut être envisagé avec une plus ou moins grande probabilité, avec plus ou moins de certitudes et de plausibilités, selon les signes et indices décelés dans le présent et les références mobilisées au sein d’un stock d’expériences. En ce sens, la signification des Jeux olympiques de 2008 à Pékin n’est pas un simple « j’imagine que » journalistique, mais bien plus un « je dispose d’assez d’éléments signifiants qui me permettent aujourd’hui de penser vraisemblablement que ». Pour autant, nous ne défendons pas le métier des journalistes en soutenant que leurs anticipations sont toujours objectives et véridiques. Ceux-ci se trompent et leurs prévisions peuvent être erronées. Mais les événements futurs font sens pour ceux qui les annoncent, au moment où ils les annoncent et bien que leur prévision échoue.

Une enquête menée sur les journalistes et leurs discours

8Notre enquête a été menée sur les journalistes et leurs discours dans trois journaux de presse écrite quotidienne nationale : Le Monde, Le Figaro et L’Humanité. Le choix de ces trois journaux tient au fait que ceux-ci sont plus centrés sur des thèmes internationaux que les quotidiens régionaux, qui sont davantage des fournisseurs d’informations locales (Albert, 2004). Nous avons d’abord choisi ces trois quotidiens parce qu’ils représentent, en principe, des directions politiques différentes. À l’origine, notre travail de thèse proposait, dans un premier temps, d’analyser les différences potentielles dans les représentations journalistiques du futur dans ces trois journaux et, dans un second temps, de mesurer le poids des structures institutionnelles sur ces représentations. Au terme de notre analyse, nous avons dû concéder que nous ne pouvions mesurer le poids des structures institutionnelles, car nous avons remarqué une certaine homogénéité dans le traitement de l’événement dans ces trois quotidiens, et ce, malgré les divergences d’opinion observées au sein d’une même rédaction. Nous présentons ici la méthodologie et les résultats de notre analyse des différences potentielles dans les représentations journalistiques du futur.

9La méthode adoptée dans ce travail est largement compréhensive et interprétative, mais non herméneutique. Elle articule une double analyse sur les modes d’appréhension et de donation de sens : les actions de penser et de mises en sens langagières, toutes deux propres au journaliste. Si l’on admet que l’acte de signifier un événement futur est un processus réflexif et langagier, alors ces deux dispositions nous paraissent être les deux composantes principales de la compréhension des événements dans le monde et de la donation de sens. Elles le sont si l’on s’accorde avec certaines conceptions de la philosophie du langage qui, de Thomas Hobbes à Francis Jacques (1982), stipulent que le langage reflète la pensée. À notre connaissance, Alfred Schütz (1987, 1996 et 2007), au contraire d’Edmund Husserl, non seulement ne réfute pas cette idée, mais encore il la confirme en précisant dans The Phenomenology of the Social World (1967) que les signes, et principalement les signes verbaux, expriment la pensée et servent à signifier une chose. Le langage des journalistes dans leurs discours manifesterait leur vision de l’événement futur et le sens qu’ils lui donnent. Il permettrait également de comprendre leur mode d’action de construction du futur. Seulement, la compréhension de l’activité cognitive des journalistes par interprétation n’équivaut pas à « lire dans leur tête » par empathie. Elle doit au contraire s’appuyer sur des outils de recueil et d’analyse de données, sur une rigueur scientifique, ainsi que sur une démarche cohérente et fondée objectivement. Voilà pourquoi elle doit conjuguer une analyse des cognitions et des discours et interpréter le contenu des textes et des entretiens, deux types de discours dans lesquels s’inscrivent les modes d’appréhension du futur.

10Ainsi, pour analyser les cognitions et le langage des journalistes, nous avons choisi quatre outils : l’analyse de discours de presse, des entretiens semi-directifs et des entretiens d’explicitation auprès de journalistes, ainsi qu’une observation dans la rédaction d’un des journaux.

11Le corpus, que nous avons voulu exemplaire et exhaustif, présente l’avantage de permettre une étude complète et approfondie de l’ensemble des articles sur une longue période (23 mois avant l’événement). Il comprend un millier d’articles publiés dans les trois quotidiens. Tous, sans distinction de taille et de genre, sont analysés à l’aide d’une grille qualitative de contenu (Bardin, 2001) visant à dégager les signes et les occurrences qui participent à alimenter la donation de sens. Par ailleurs, six journalistes ont été interrogés à l’aide d’entretiens semi-directifs approfondis (environ 90 minutes par entretien) pour connaître leur représentation de l’événement et leur mode opératoire d’anticipation. Six autres ont été interrogés selon la méthode de l’entretien d’explicitation prônée par Pierre Vermersch (2006). Cette technique permet de faire prendre conscience aux journalistes de leur action d’anticipation et ainsi de comprendre plus finement pourquoi ils agissent ainsi, pourquoi ils donnent cette signification à l’événement et comment ils s’y prennent. Méthode non directive, elle permet d’accéder à des dimensions du vécu inaccessibles avec l’entretien semi-directif classique tant les modes d’action et de pensée ne parlent que si on les interroge directement et en profondeur. Notons que toutes les personnes rencontrées sont des journalistes titulaires des trois quotidiens qui ont traité de l’événement. Mais tous ne travaillent pas dans les mêmes services : sept sont des journalistes politiques, quatre, des journalistes sportifs et le dernier, un éditorialiste. Précisons que ces entretiens n’ont pas été déterminés au hasard, mais au gré des lectures des coupures de presse. Enfin, une observation participante de 10 semaines a été effectuée dans une rédaction des sports. Le but était de comprendre comment se construit la signification d’un événement futur en prenant directement part au travail de collecte d’informations et de réflexion. Ces quatre méthodes nous paraissent pertinentes pour saisir la complexité de la mise en sens des événements futurs.

Une sociologie d’inspiration phénoménologique et pragmatique

12C’est à partir de la phénoménologie comme ressource théorique transversale aux concepts sociologiques convoqués, ceux de la sociologie schützienne et des sociologues pragmatiques, qu’il nous semble le plus pertinent d’amorcer la construction théorique de l’objet de notre recherche.

13Structuré autour de la question du sens, de la connaissance et de l’action des journalistes, notre questionnement se situe aux limites des postulats schütziens sur la perception des événements dans le monde. Sa sociologie inspirée de la phénoménologie tente de reconstruire les comportements et actions des acteurs dans leur monde vécu. Son principal apport est de forger la notion de temporalité de l’action et de retravailler le concept de signification dans la pertinence des objets et des événements du monde présents dans l’espace et le temps d’un acteur.

14L’un de ses préceptes de base est de montrer qu’un acteur n’a pas besoin de voir un phénomène pour le comprendre. Les éléments présents dans l’espace et le temps qui lui sont propres constituent des signes, des indices et des symboles qui le comprennent et le signifient. Cependant, le sens donné restera abstrait tant que le phénomène en question et l’acteur qui le signifie ne seront pas mis en présence l’un et l’autre. La compréhension et la signification de ce phénomène passent par une double relation du « prédicat » et de la « vérité ». Le journaliste peut atteindre un phénomène futur par l’intermédiaire d’une action mentale, en le prédisant : « Les Jeux olympiques de Pékin seront un échec ! » Cependant, cette affirmation reste vague tant que demain ne sera pas arrivé et qu’il ne sera pas possible de constater son prédicat. C’est seulement au moment venu qu’il mesurera la véracité de son propos : « En effet, les Jeux olympiques se déroulent dans de mauvaises conditions » ou « Non, tout est bien ! » Les journalistes peuvent appréhender et comprendre un phénomène futur dans le présent, mais sa signification exacte n’interviendra qu’au moment de sa réalisation.

15La seconde notion que nous empruntons à Schütz est celle de système de pertinence. Celle-ci permet de comprendre comment un événement étranger et problématique dans l’environnement du journaliste est appréhendé et transformé en élément compréhensible et pertinent. Nous l’utilisons pour comprendre comment elle résout le problème de l’incertitude de l’événement futur en le rendant non problématique et signifiant. Pour rendre compte de cette résolution, Schütz distingue trois types de pertinence : les pertinences thématique, interprétative et motivationnelle. Il montre notamment qu’une attitude réflexive liée aux doutes de la situation permet d’établir des connexions entre ces trois systèmes et de les appréhender comme un cheminement possible. Partant, les journalistes sont amenés à thématiser l’événement en le cadrant (Goffman, 1974/1991), c’est-à-dire à choisir parmi un ensemble de cadres possibles dans leur vie quotidienne celui qui leur semble le plus juste pour décrire la réalité de l’événement. En fonction du cadre établi et à la lumière de leurs expériences personnelles, les journalistes peuvent interpréter les micro-événements vécus. Ceux-ci constituent les signes de ce qui pourrait advenir. Enfin, une fois ces événements interprétés, les journalistes pourront annoncer la tenue de l’événement futur. En ce sens, ils trouveront une motivation à le signifier de la sorte.

16Pour comprendre ce qui pousse les journalistes à prédire l’événement, le concept d’action offre une dimension intéressante. En effet, pour le sociologue autrichien, l’action repose sur une distinction entre spontanéité et réflexivité. Elle désigne « la conduite humaine en tant que processus en cours qui est conçu par l’acteur par avance, c’est-à-dire qui se base sur un projet préconçu ». La compréhension du monde qui n’est pas à notre portée immédiate, comme le monde de mes successeurs ou un événement futur, s’objective par une activité cognitive projective. Lui donner sens dans le présent nécessite sa projection sur le mode de l’imagination. Cette imagination n’en reste pas moins réfléchie puisqu’elle s’effectue sur un mode temporel particulier : le futur antérieur. Le sens provient des connaissances possédées et stockées dans une réserve qui permettent de l’imaginer selon toute vraisemblance. Le journaliste, au moment d’établir l’action de donation de sens, repère dans cette réserve des éléments préalablement accomplis « typiquement similaires » à l’événement qu’il doit annoncer. En outre, le sens produit doit être réalisable dans les domaines du possible et composé avec les éléments de la situation présente.

17Enfin, la conception pragmatique qui analyse le temps en tant que flux de conscience permet de comprendre comment les journalistes traitent et se représentent dans le présent cet événement futur. L’idée que les significations originaires du temps, passé, présent, futur, se constituent dans la conscience subjective du présent vécu par le journaliste, s’apparente à ce que George Herbert Mead (1932) et William James (1890/2003) ont qualifié de present specious. En effet, pour ces auteurs, les rapports au passé et au futur se formalisent dans les représentations respectivement du souvenir et de l’attente, s’appuyant sur des perceptions passées ou attendues. Ainsi, l’anticipation de l’événement futur se réalise dans le présent, mais se réfère toujours, comme nous l’avons dit, à des éléments typiquement similaires issus d’un stock d’expériences. Le présent comprend l’« horizon d’attente » de l’événement et le « champ d’expérience » nécessaire à sa compréhension et à sa mise en sens (Koselleck, 2003).

Quelques résultats provisoires

18Les premiers résultats provisoires de l’enquête montrent le cheminement du traitement et de la pensée journalistiques dans le processus de signification de l’événement.

19L’événement dans le présent de l’avant-déroulement est impossible à déterminer objectivement, car il est étranger aux connaissances habituelles des journalistes. Ces derniers manifestent le souci de le rendre compréhensible et familier.

20Le traitement réel et abondant de l’événement coïncide avec des « micro-occurrences » directement observables et perceptibles dans le présent des journalistes. Ainsi, l’invasion chinoise au Tibet en février 2008, les contestations politiques et sociales qui accompagnent le passage de la flamme olympique en avril ainsi que les menaces de boycottage et d’attentats en mai constituent une partie des éléments avant-coureurs du déroulement de l’événement. Pris comme un flux continu allant de « maintenant et ainsi » et « maintenant et ainsi », ces événements constituent, dans l’esprit journalistique, la trame, étape par étape, d’un cheminement cohérent vers les Jeux olympiques. De l’observation de ces événements en train de se dérouler et des multiples sens possibles qu’ils énoncent surgit le besoin de cadrer l’événement avec l’une des thématiques de sens possibles. Parmi les réalités possibles liées à cet événement prismatique, la thématique politique s’impose d’emblée aux journalistes et permet d’augmenter la pertinence d’un événement jusqu’ici abstrait. De fait, l’événement s’anticipe modo preasenti. Les journalistes cherchent dans le présent des éléments susceptibles de les éclairer sur l’avenir en réduisant le champ des sens possibles et en favorisant le cadre le plus significatif.

21Cependant, si son cadrage permet, selon les termes d’Erving Goffman (1974/1991), de donner du sens à la situation présente, il ne permet pas de signifier une situation future. Schütz (1987) affine cette pensée en précisant que le sens d’un événement à venir émane d’une action réflexive orientée présentement vers l’événement. L’événement futur est imaginé, représenté, projeté à partir des éléments présents. Ainsi, l’interprétation des signes qui émergent du présent permet de typifier les Jeux olympiques par la recherche, dans un stock d’expériences, de faits similaires. Ainsi, l’invasion du Tibet et la contestation qui s’en suivit, signe d’un régime dictatorial et liberticide, rappellent inévitablement les Jeux olympiques nazis de 1936. Les contestations politiques et sociales durant le passage de la flamme olympique, signe de l’émergence d’une controverse autour de l’Olympiade, renvoient aux débordements de la place Tianan men en 1989 alors que les menaces d’attentats rappellent mauvais remake de Munich en 1972. Le constat de l’importance de l’expérience biographique est présent puisque certains journalistes nous ont confié avoir traité beaucoup d’événements de ce type et être en mesure de les anticiper. À partir de cette typification du passé et de cette relation au passé, les journalistes disposent d’éléments suffisants pour se projeter dans le futur et produire un sens probable de l’événement. De ce fait et selon la logique du « ainsi de suite », il n’est pas rare de lire les peurs éventuelles de débordements, d’attentats, de quadrillages policiers excessifs ou encore de signes politiques durant la quinzaine de compétitions. Le sens donné à l’événement sur le mode du futur antérieur reste de nature plutôt pessimiste en regard des événements passés.

22Puis vient l’événement, en août 2008, que les journalistes parisiens couvrent en majorité depuis Pékin. Présents sur place, ils peuvent observer son déroulement. Ils vivent, pour ainsi dire, l’événement en direct. De cette expérience directement vécue en temps et en lieu naît la signification réelle de l’événement, si l’on constate avec James (1890/2003) que la réalité ne se mesure que dans le présent. Il est alors intéressant de constater le nouveau sens attribué à l’événement. Celui-ci devient désormais un événement réussi, plaisant, sans débordement. Laurence Schreiner, journaliste au Figaro, titre : « Les athlètes français au pays des merveilles » pour évoquer la réussite des Jeux. Une fois le sens évoqué, il s’opère un retour réflexif sur le sens attribué en amont. La plupart des journalistes avouent le regard erroné et excessif qu’ils ont pu porter sur l’événement. En outre s’observe également l’émergence d’un horizon d’attente qui met en question le devenir possible de l’événement et surtout de la Chine après l’organisation des Jeux olympiques.

Haut de page

Bibliographie

Abassi, Driss (2005), « Sport et médias, les mythes des temps passé et futur », Interrogations ? Revue pluridisciplinaire en sciences humaines, 1, p. 42-58.

Albert, Pierre (2004), La presse française, Paris, La Découverte.

Bardin, Laurence (2001), L’analyse de contenu, Paris, Presses universitaires de France.

Bertrand, Gisèle et al. (1995), « De quelques temporalités de la réception télévisuelle », Recherches en communication, 3, p. 137-171.

Delforce, Bernard (1996), « La responsabilité sociale du journaliste : donner du sens », Les Cahiers du journalisme, 6, p. 16-32.

Derèze, Gérard (1994), Une ethnosociologie des objets domestico-médiatiques. Médias, quotidien et 3e âge. Thèse de doctorat, Louvain-La-Neuve, Université catholique de Louvain.

Derèze, Gérard (1997), « De la médiatisation des grandes compétitions sportives », Communications, 67, p. 33-42.

Durand, Jacques (1992), « Les médias et le temps : usages et contenus », Communication et langages, 92, p. 62-73.

Durand, Jacques (1996), « La représentation du temps dans les médias audiovisuels », Communication et langages, 108, p. 32-44.

Goffman, Erving (1974/1991), Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit.

Goffman, Erving (1984), Asiles. Études sur la condition des malades mentaux et autres reclus, Paris, Minuit.

Husserl, Edmund (1964), Leçon pour une phénoménologie intime du temps, Paris, Presses universitaires de France.

Jacques, Francis (1982), « La dimension dialogique en philosophie du langage », Philosophie et langage.

James, William (1890/2003), Précis de psychologie, Paris, Seuil/Les empêcheurs de penser en rond.

Lits, Marc (1995), « Le temps médiatique », Recherches en communication, 3.

Mead, George Herbert (1932), Philosophy of the Present, Chicago, Open Court.

SchUtz, Alfred (1967), The Phenomenology of the Social World, Evanston, Northwestern University Press.

SchUtz, Alfred (1987), Le chercheur et le quotidien, Paris, Méridiens Klincksieck.

SchUtz, Alfred (1996), Collected Papers 4, Dordrecht, Londres, Kluwer Academic Publishers.

SchUtz, Alfred (2007), Essais sur le monde ordinaire, Paris, Le Félin poche.

Sfez, Lucien (2000), « Les médias, la démocratie et le temps » dans André VITALIS (dir.). Médias, temporalités et démocratie, Rennes, Apogée, p. 193-212.

Tétu, Jean-François (1993), « L’actualité ou l’impasse du temps » dans Daniel BOUGNOUX (dir.), Sciences de l’information et de la communication, Paris, Larousse, p. 714-722.

TÉTU, Jean-François (2000), « La temporalité des récits d’information » dans André VITALIS (dir.), Médias, temporalités et démocratie, Rennes, Apogée, p. 91-108.

Vermersch, Pierre (2006), L’entretien d’explicitation, Paris, E.S.F.

Vermersch, Pierre (2007), « Note autour du sens se <faisant> », Expliciter. Journal de l’association Grex, 70, p. 24-32.

Vitalis, André (2000), « Les temps médiatiques », Temporalistes, 42.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Erckert, « Anticiper l’événement futur », Communication [En ligne], Vol. 29/1 | 2011, mis en ligne le 19 juin 2013, consulté le 19 août 2017. URL : http://communication.revues.org/2433 ; DOI : 10.4000/communication.2433

Haut de page

Auteur

Guillaume Erckert

Guillaume Erckert est membre de l’Équipe de recherche en sciences sociales du sport (EA.1342), à l’Université de Strasbourg. Courriel : gerckert@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org