Navigation – Plan du site
Recherches

Une lecture d’une esthétique de la rivalité par la sémiotique situationnelle

Lambert Lipoubou et Marie Danay Vinguedassalom

Résumés

Cet article utilise la théorie sémiotique situationnelle des communications-processus qui s’intéresse à la construction des significations par les acteurs. Elle est, ici, « appliquée » à des communications-en-actes, c’est-à-dire à des communications en train de se faire dans une situation d’échange à un arrêt de bus entre un groupe d’amis, une non-voyante et une chienne guide. Le cas contient des activités communicationnelles : « conduite de dragueur », « conduite de rivalité » et « conduite d’hostilité ». Cette étude est rattachée au champ de la phénoménologie de la rivalité, laquelle considère que l’objet de conquête amène des conduites de défi et de duel. Elle analyse une esthétique de la rivalité qui met en scène l’instrumentalisation du désir.

Haut de page

Texte intégral

1Il s’agit, à partir de notre compte rendu d’observation — description détaillée de la situation —, d’examiner le travail des communications-processus qui se déroule. Nous utilisons la méthode d’analyse contextuelle ou situationnelle qui propose de décomposer toutes les situations contenant une activité en contextes (contexte des enjeux, contexte culturel normatif, contexte de la qualité des relations, contexte des positionnements, contexte physique et sensoriel, contexte spatial, contexte temporel) et de repérer les modifications apportées par les conduites observées pour les rendre « lisibles », c’est-à-dire pour trouver leur sens.

  • 1  La conduite prend un sens par rapport aux normes culturelles qui sont liées au site de l’arrêt de (...)

2Nous nous attachons à analyser les messages signifiants envoyés par les conduites1 qui naissent à un arrêt de bus entre un groupe d’amis, une non-voyante et son chien guide dans un quartier résidentiel. Il faut non seulement considérer que les acteurs présents s’attachent à ce que chacun donne à voir, mais aussi voir l’arrêt de bus comme une scène : imaginer l’arrêt de bus comme un décor de théâtre et analyser comment un tel espace peut influencer la conduite des acteurs qui s’y trouvent, étudier comment ils exploitent chaque élément significatif du décor pour nourrir leur jeu. Cela nous oblige à convoquer des ethnométhodes : les formes discrètes de la socialisation (Simmel, 1991), l’interactionnisme symbolique (Goffman, 1973), l’éthologie humaine (Goldberg, 1992 et 1994), l’éthologie de la cognition animale (Delfour et Dubois, 2005), afin de comprendre l’émergence du sens global des conduites.

  • 2  Pour des raisons de compréhension de notre texte, nous préférons utiliser le terme chienne guide.

3Pour mener à bien la lecture des conduites d’un groupe d’amis et d’une non-voyante avec son chien guide2 dans une « mise en scène de la vie quotidienne », nous allons étudier en détail la scène suivante pour « lire » ce qui s’y passe.

Nous sommes à un arrêt de bus dans une ville du département des Alpes-Maritimes en France. Par un beau samedi après-midi de printemps ensoleillé, vers 14 h, un petit groupe d’amis âgés d’environ 17 ans discutent en attendant le bus : deux garçons, Didier et Denis, une fille, Béatrice. Un groupe assez dense, une distance relativement petite sépare chacun d’eux, même quand ils se déplacent. Béatrice est plus près de Didier que de Denis. C’est un arrêt de bus qui se trouve dans un quartier résidentiel et qui se repère par un poteau de la couleur de la compagnie de transport sur lequel figurent le numéro de la ligne de bus et ses horaires de passages tous les quarts d’heure. Béatrice est une jolie fille aux boucles blondes avec de grands yeux bleus, à la silhouette longiligne et au visage délicat. Elle est vêtue d’un top (sorte de débardeur décolleté devant, dans le dos et sur les épaules), d’un jean taille basse couleur bleu délavé avec des poches fantaisies devant et derrière. Elle a une besace noire sur l’épaule. Une autre jolie jeune fille du même âge, Clara, arrive à cet arrêt de bus situé sur un trottoir assez étroit : une brune, pleine de vitalité et non voyante, guidée par sa chienne, Jinga, qui force le passage et passe au milieu du groupe d’amis qui interrompent leur discussion. Ces derniers réalisent qu’il faut s’écarter du chemin pour les laisser passer. Tous les dévisagent en silence. Jinga est un Labrador noir aux yeux chocolat avec un poil long et raide. Elle porte un harnais (dispositif formé de sangles entourant le corps). Clara porte un top rose, dont les fines bretelles et l’encolure V en dentelle sont recouvertes d’un gilet court gris chiné, et un pantalon en coton léger blanc. Elle porte aussi des lunettes noires. Jinga s’arrête à côté du poteau de l’arrêt de bus où Didier est adossé. Jinga se trouve entre Clara et Didier. La non-voyante imagine la situation, elle entend trois jeunes gens parlés, elle repère deux voix masculines et une voix féminine. Elle n’est pas loin des trois personnes qui discutent. Jinga balance sa queue qui frôle le pantalon de sa maîtresse et tend le museau pour sentir Didier. Clara sent que Jinga tire sa main gauche, elle presse fort le harnais pour la retenir. Au même moment, Didier salue d’une voix « suave » (d’une douceur agréable) Clara en laissant percevoir aussi à ses amis son regard « insistant ». La non-voyante répond à Didier en esquissant un sourire « avenant ». Curieusement, Clara ne retient Jinga de la même façon que précédemment. Didier est mince, sportif et carré d’épaules (il pratique sûrement un sport). Il a une carrure d’athlète, des cheveux d’un noir de jais coiffés avec du gel, la peau claire et d’immenses yeux noirs. On peut discerner une discrète boucle d’oreille à son oreille gauche. Didier porte un tee-shirt et un jean Diesel. Il se rapproche, d’un pas, de la gauche de Clara. Après avoir observé cette saynète, Béatrice et Denis, face à face et à gauche de Didier, échangent un regard. Denis est châtain clair, grand, un peu menu. Il porte un tee-shirt et un baggy (sorte de pantalon). Il reste à l’écart. Béatrice s’approche de Jinga, qui se trouve, rappelons-le, entre Didier et Clara, et elle se met entre Clara et Jinga en tournant le dos à Clara. Elle effleure Jinga et lui parle : « Oh, que tu es mignonne ! » tout en regardant Didier. Mais Jinga ne lui répond ni avec son museau et ses léchouilles, ni avec ses pattes… Elle se réfugie entre les jambes de sa maîtresse. Béatrice se tourne et se retrouve en face de Clara, qui lui dit juste d’un ton agressif : « D’habitude ma chienne parle, mais aujourd’hui elle ne parle pas. »

4Ce « cas sémiotique situationnelle » contient deux principales situations : une de départ, dans laquelle le groupe d’amis est seul à cet arrêt de bus, une autre, après l’arrivée de la non-voyante guidée par sa chienne guide, le salut de Didier avec son regard « insistant » et la réponse non anodine de la non-voyante. Dans cette dernière situation, la fille blonde Béatrice va se mettre au milieu de Didier et de Clara en tournant le dos à celle-ci pour effleurer sa chienne guide sans lui adresser la parole. Cette méthode doit nous permettre de comprendre pourquoi les activités communicationnelles de Didier et de Clara déclenchent la conduite de Béatrice.

Le repérage des éléments constitutifs des contextes

5Pour faire notre analyse, il nous faut trouver les « contextes » sur lesquels les activités expressives ou les communications-processus faites par Didier et Clara agissent. D’après l’épistémologue Alex Mucchielli,

[…] une communication-processus est une communication pensée comme un <processus>, c’est-à-dire en tant qu’elle effectue un travail de modification sur la situation même dans laquelle se déroule la communication. Elle définit donc la <communication généralisée> d’un acteur social comme un travail de manipulation des <éléments significatifs d’une situation> (2005 : 211-212)

6Étudier ce qui se passe en détail dans cette scène et du point de vue de la sémiotique situationnelle revient à expliciter les « éléments constitutifs des différents contextes ». Le contexte, c’est ce qui peut faire surgir des significations.

7La situation sociale idiomatique standard (Hall, 1971) d’« attendre le bus avec des inconnus » est constituée d’un ensemble de normes sociales et d’intentions.

8Le contexte identitaire (des projets ou intentions des acteurs). Le contexte des identités est défini ainsi : « Du point de vue de l’approche compréhensive, tout acteur est un être confronté à des problèmes mondains (c’est-à-dire liés à son être dans le monde). Il est donc toujours parcouru par une intentionnalité. Sa communication est alors la réalisation de cette potentialité » (Mucchielli, 2004 : 141). L’intention générale et partagée du groupe d’amis et de la non-voyante avec sa chienne guide est de « patienter pour prendre le transport en commun ». Ils connaissent le principe social de ce genre de situation : lieu de « transit », les personnes inconnues ne seront pas revues ensuite, on ne peut nouer contact ou parler.

9Le contexte normatif. « Aucune communication ne peut se faire en dehors d’un contexte culturel qui est <déjà là>. […] Aussi, voir le sens d’une communication, c’est essentiellement percevoir sa connexion interne à une norme, la reconnaître comme cas d’application d’une règle » (Mucchielli, 2005 : 228). Le groupe d’amis et la non-voyante se réfèrent à des normes sociales partagées : rites d’interaction, de politesse, de gestes protocolaires et de la distance à respecter. La politesse constitue la norme la plus quotidienne, et sans doute la plus pratiquée, des rituels sociaux. Elle s’avère un fondement indispensable des relations humaines. Les règles de politesse ou de savoir-vivre, par exemple, celle de saluer, sont communes et nécessaires dans toutes les sociétés. Le groupe d’amis ne va pas se moquer par exemple de la non-voyante, il essaiera de ne pas faire de blagues sur une aveugle en cet instant… C’est une forme particulière des conduites collectives des gens qui patientent à un arrêt de bus.

10L’élément communicationnel de la tenue vestimentaire du groupe d’amis et de la non-voyante évoque des normes sociales établies précisant les conduites admises.

11Le contexte des positionnements

Les « situations limites » que sont toutes les rencontres avec des inconnus soulignent l’importance du positionnement des interlocuteurs dans un échange. […] Les attitudes, les postures, les habits, les intonations de la voix, le regard… « classent » chaque individu de la cité dans la hiérarchie sociale informelle. Toute communication est donc porteuse d’une proposition de définition des « places » des interlocuteurs (Mucchielli, 2005 : 231-232).

12Didier, Denis et Béatrice sont positionnés comme trois amis qui se connaissent par rapport à une inconnue avec sa chienne guide. Le positionnement peut être signalé par la tenue vestimentaire : « Didier porte un tee-shirt et un jean Diesel […] [Béatrice] est vêtue d’un top (sorte de débardeur décolleté devant, dans le dos et sur les épaules), d’un jean taille basse couleur bleu délavé avec des poches fantaisies devant et derrière. Elle a une besace noire sur l’épaule. […] [Denis] porte un tee-shirt et un baggy (sorte de pantalon). » Ils sont tous habillés à la mode « branchée ». Leurs normes sociales d’habillement permettent une « revendication identitaire » : culture de jeunes, culture musicale, communauté culturelle… Ils se positionnent comme des « jeunes qui sont branchés ». De plus, Diesel est une marque de jeans très appréciée aujourd’hui par la culture jeune internationale qui, d’après son créateur Renzo Rosso, croit au « village mondial » et privilégie l’ouverture d’esprit. Une norme visant les trois amis surgit : « apprécier les mêmes choses tisse du lien ».

13À l’inverse, « Clara porte un top rose, dont les fines bretelles et l’encolure V en dentelle sont recouvertes d’un gilet court gris chiné, et un pantalon en coton léger blanc. Elle porte aussi des lunettes noires ». Elle est plutôt « classique ». La norme sociale d’habillement de Clara peut se comprendre comme une « revendication du conformisme bourgeois ».

14Par son « harnais », Jinga n’est pas positionnée comme une chienne qui s’amuse, mais comme une chienne qui « travaille ».

15Le lieu d’implantation de l’« arrêt de bus dans un quartier résidentiel » nous signale le positionnement social de ses habitants : « les gens qui habitent ici sont aisés socialement ». Ils possèdent des villas avec piscine. Il y aurait moins d’usagers de transport urbain dans les quartiers résidentiels que dans les quartiers populaires. Cela suppose que la majorité des résidents ont une voiture.

16Le contexte de la qualité de la relation. Le groupe d’amis est « un groupe assez dense, une distance relativement petite sépare chacun d’eux, même quand il se déplace » (contexte spatial). Ils entretiennent une relation amicale. « Béatrice est plus près de Didier que de Denis » ; il existerait donc une relation d’« affinité privilégiée entre eux » (voir la sociométrie de Moreno, 1970).

17Il existe une relation de complicité entre Clara et Jinga. Une chienne guide est un compagnon de tous les jours, elle partage la vie du non-voyant et donne parfois l’impression d’être soit une prothèse, un double, soit de former un couple femme-chienne. C’est une chienne hors du commun, capable de conduire fidèlement des maîtres déficients visuels, avec un maximum de sécurité. Par conséquent, cette émergence du « compagnon humain » représente une humanisation du chien.

18La relation est « sans avenir » entre le groupe d’amis et la non-voyante avec sa chienne. Ils ne sont pas censés nouer contact ou parler.

19Le contexte temporel. « Nous sommes un samedi après-midi vers 14 h et il y a un bus tous les quarts d’heure. » Une norme apparaît : « les adolescents peuvent sortir pour s’amuser, se détendre, draguer… le samedi après-midi ». C’est un jour vacant, on s’autorise à se lâcher. L’élément « bel après-midi de printemps » va influencer les attitudes de joie, de contentement de ces jeunes (contexte physique et sensoriel). Ce contexte induit la norme vestimentaire : « je peux m’habiller léger ».

20Le contexte spatial. Il est donné par le lieu public : « Nous sommes à un arrêt de bus dans une ville du département des Alpes-Maritimes en France et dans un quartier résidentiel. » Dans les lieux publics destinés au transport en commun, des « inductions » spatiales liées aux normes culturelles apparaissent : « la proximité physique et la facilitation des échanges informels et de la complicité ». Cette « forme situationnelle » appelle, dans notre culture, des conduites. La signification est du genre : « situation sans intérêt qu’il faut subir en attendant qu’elle finisse ». Dans la culture française, voire la culture occidentale, la distance intime, où les corps se touchent ou non, où les odeurs corporelles sont vivement perçues, de même que la chaleur de la peau, où la voix est souvent atténuée.., est réservée aux personnes que l’on connaît bien. À l’inverse, la distance intime de personnes inconnues entraîne la gêne.

21L’élément significatif « [Le groupe d’amis] réalise qu’il faut s’écarter du chemin pour laisser passer [la non-voyante et sa chienne] » montre le respect des normes de conduite de civilité (respect civilisé des autres).

22« Jinga s’arrête à côté du poteau de l’arrêt de bus où Didier est adossé. Jinga se trouve entre Clara et Didier. » La chienne a été dressée (contexte d’éducation) pour repérer l’arrêt de bus qui lui est indiqué soit par un poteau, soit par un abri. Elle se retrouve donc par hasard à côté de Didier.

23Le contexte physique et sensoriel. Le contexte sensoriel est composé de tous les éléments qui frappent les différents organes sensoriels du groupe d’amis et de la non-voyante avec sa chienne guide :

  • une jeune fille non-voyante ; « La non-voyante imagine la situation, elle entend trois jeunes gens parlés, elle repère deux voix masculines et une voix féminine. » ;

  • une chienne guide ;

  • un endroit du quartier résidentiel, un arrêt de bus ;

  • le groupe de jeunes amis discutant : deux garçons et une fille ;

  • les sensations données par « un bel après-midi de printemps ».

24Nous venons de cibler les différents éléments significatifs constitutifs des sept contextes de la sémiotique situationnelle présents dans la forme situationnelle d’« attendre le bus avec des inconnus sans avenir relationnel ». La signification de la conduite collective du groupe d’amis et de Clara qui patientent à un arrêt de bus est une conduite de « civisme et de respect d’autrui ».

25Nous allons voir à présent comment la conduite de Didier va transformer cette première situation en une deuxième situation.

La modification des contextes de la première situation

26L’élément significatif dans la scène « Didier salue d’une voix <suave> Clara en laissant percevoir aussi à ses amis son regard <insistant> » fait apparaître de nouveaux éléments dans la situation de départ « d’attendre le bus avec des inconnus sans avenir relationnel ». Cette conduite transforme donc la situation globale et lui donne une nouvelle signification.

27Le contexte identitaire. Lorsque « Didier salue d’une voix <suave> Clara en laissant percevoir aussi à ses amis son regard <insistant> », il signifie son intention de vouloir « nouer contact avec la non-voyante, d’avoir une relation avec elle ». Il semblerait que Clara suscite un intérêt certain chez Didier. Il n’attend plus seulement le bus en compagnie de ses amis, il révèle une intention plus personnelle. Par conséquent, il change le contexte identitaire de la première situation.

28Le contexte des normes. Dans notre cas, il est évident que l’activité expressive de Didier envers Clara change les normes sociales interpellées dans la première situation. Didier fait apparaître des « inductions » culturelles liées au regard et à la co-présence : la norme culturelle du « jugement présumé que porte autrui sur moi ». La non-voyante est sous le regard de Didier. Clara est donc sous un « jugement présumé que lui porte Didier ».

29Par sa présence et son action, Didier construit pour Clara un contexte normatif de référence « on ne respecte plus la distance appropriée, on peut discuter ». Sa communication va prendre un sens en fonction de ce contexte interpellé. L’action de Didier prend le sens de « je veux entrer en contact/nouer contact avec vous ». Ce « sens social » apparaît immédiatement à Clara et à ses deux amis qui sont de jeunes occidentaux normalement socialisés. Le sens de la réponse de Clara va se constituer en fonction de deux contextes : celui de l’interaction déjà nouée par Didier avec le sens de son action et celui normatif lié au positionnement de Didier. Dans ces contextes, répondre en « esquissant un sourire » prend le sens d’« un acquiescement pour nouer contact ».

30Les vêtements de Clara et la façon dont elle les porte — « Clara porte un top rose, dont les fines bretelles et l’encolure V en dentelle sont recouvertes d’un gilet court gris chiné, et un pantalon en coton léger blanc. Elle porte aussi des lunettes noires » — sont des communications faites à Didier. Elle n’est pas à la mode comme Béatrice et Denis. Elle est plutôt « classique ». Les vêtements de Clara peuvent traduire pour Didier sa place sociale (par l’intermédiaire des normes sociales d’habillement évoquées) et sa personnalité.

31Le contexte des positionnements

Comprendre comment une communication intervient sur le sens de ce qui se passe dans la situation reviendra, en partie, à comprendre comment cette communication a transformé les positionnements des acteurs (Mucchielli, 2004 : 49).

La « place » n’est pas le statut ou le rôle. C’est, en quelque sorte, l’identité que s’assigne le locuteur dans le contexte de la communication et face à ses interlocuteurs ici et maintenant, en fonction de son intention de communication et de sa représentation des enjeux de l’échange (Mucchielli, 2005 : 231).

32Didier change de place, il fait apparaître l’élément significatif pertinent pour ses amis et pour Clara : « Je me conduis comme quelqu’un d’aimable. » Cette signification nous est donnée par la manière dont Didier salue Clara dans un lieu public particulier, l’arrêt de bus : lieu de « transit » et de passages (contexte spatial). « Quelqu’un d’aimable » a une manière de se conduire, de communiquer, de parler. La « voix suave » de Didier signifie à Clara : « Je m’adresse à toi avec un ton doux et agréable, je suis donc un jeune homme inoffensif. » Son canal visuel étant inexistant, déficient, elle ne peut qu’être attentive à l’intonation de la voix de Didier, qui lui laisse percevoir son intérêt pour elle.

33Didier joue avec l’identité de Clara en lui attribuant une place de « fille intéressante » qui n’est plus tout à coup seulement brune et aveugle.

34Didier positionne le groupe comme un groupe « ouvert » malgré ses amis. Il transgresse la norme vestimentaire du groupe qui permet son intégration. Didier veut faire rentrer un « intrus » dans le groupe qui n’adopte pas les mêmes normes sociales d’habillement.

35« Clara sent que Jinga tire sa main gauche, elle presse fort le harnais pour la retenir. Au même moment, Didier salue d’une voix <suave> Clara. » Didier dit aussi à Clara : « Ta chienne ne m’embête pas, c’est un animal <bienveillant>. »

36Le contexte de la qualité de la relation. Saluer quelqu’un qu’on ne connaît pas suscite un étonnement, la curiosité est aiguisée, l’intérêt sur soi est ravivé. La manière dont Didier salue Clara avec une voix « suave » oriente la relation. Didier signifie son désir d’instaurer une relation consensuelle avec Clara, il lui dit : « Ne restons plus des inconnus. » La voix « suave » est réservée en général au domaine de l’intime.

37« En esquissant un sourire avenant », Clara s’appuie sur la norme « à un sourire <avenant> ; l’autre, rassuré, assoit ainsi sa confiance pour poursuivre une éventuelle relation ».Ellesignifie à Didier son accord pour créer cette relation. Clara dit à Didier : « Je suis d’accord pour nouer contact avec toi et plus si affinités. »

38La relation qui était « sans avenir » devient une situation « avec avenir relationnel ».

39Le contexte temporel. Le temps d’« attente du bus » n’est plus appréhendé de la même façon. La qualité de la relation entre Didier et Clara peut déterminer l’heure du bus à prendre.

40Le contexte spatial. Didier change la signification de la forme situationnelle « la proximité physique et la facilitation des échanges informels et de la complicité » ; à présent elle est du genre : « possibilité d’échange avec quelqu’un d’inconnu, possibilité de faire une connaissance… » Cette signification favorise les échanges informels.

41L’arrêt de bus est devenu un lieu public qui autorise Didier à nouer contact avec Clara. La conduite « [Didier] se rapproche d’un pas de la gauche de Clara » lui signifie — en tenant compte des significations des éléments « [Clara] presse fort le harnais pour retenir [Jinga], et au même moment, Didier salue d’une voix <suave>, avec un <regard insistant> » : « Je veux entrer dans ton espace intime. »

42Le contexte physique et sensoriel. Par son activité expressive (ton de la voix, posture du corps), Didier cherche à « plaire à Clara », à l’amener à un autre positionnement, à d’autres normes de référence, à une autre identité, bref, à la mettre dans un tout autre contexte global favorable à des émergences nouvelles de sens. Clara serait « une fille qu’il apprécie et avec qui il croit partager des affinités », ce serait un jugement primaire de sa part.

43Une signification nous est donnée par cette conduite : « Jinga balance sa queue qui frôle le pantalon de sa maîtresse et tend le museau pour sentir Didier. Clara sent que Jinga tire sa main gauche, elle presse fort le harnais pour la retenir. […] Didier ne laisse pas indifférent Jinga. » La manière de la chienne de se placer, de se déplacer fonctionne comme un système d’indices de l’état psychologique dans lequel elle se trouve et que Clara est censée savoir lire. En effet, le comportement de contentement de Jinga n’échappe pas à sa maîtresse non voyante qui, par expérience (cadre de l’expérience), sait que ce comportement veut lui signifier quelque chose d’agréable pour elle.

44L’assurance, la joie de la chienne nous sont données par le contexte physique et sensoriel de l’éthologie. La chienne guide Jinga perçoit l’activité expressive « salutation d’une voix suave et regard insistant de Didier à Clara ». La chienne « voit » que sa maîtresse est reconnue et appréciée comme une fille jolie et désirable. En effet, des travaux menés en éthologie (étude des comportements des animaux) par différents chercheurs ont montré que les animaux ont, selon leur espèce et leur état physiologique, des façons bien particulières de percevoir leur environnement (nous développerons plus précisément cette idée un peu plus loin).

45Didier transforme la situation idiomatique standard « attendre le bus avec des inconnus sans avenir relationnel » et en change la forme et le sens avec sa conduite hors norme; elle devient : « situation d’attendre le bus avec des inconnus avec avenir relationnel entre Didier et Clara ». Sa conduite veut signifier à Clara : « Je me conduis comme quelqu’un d’aimable, je veux nouer contact avec toi, ne restons plus des inconnus, tu es une fille que j’apprécie et avec qui je crois partager des affinités, ne respectons plus la distance appropriée, je veux entrer dans ton espace intime. »

46Les éléments constitutifs des différents contextes de la nouvelle situation « avec avenir relationnel » et l’action de Clara de « répondre à Didier en esquissant un sourire avenant » vont entraîner une deuxième activité expressive : la conduite de Béatrice.

La signification de la conduite d’exclusion

47Cette deuxième communication-processus fait apparaître encore de nouveaux éléments significatifs ou objets cognitifs pertinents de la situation pour les voyants, la non-voyante et sa chienne guide. Puisqu’il nous manque des éléments dans la situation pour trouver la signification de cette conduite d’exclusion, nous ne formulerons donc que deux hypothèses et n’en retiendrons qu’une seule pour notre analyse.

48Première hypothèse : discrimination. Béatrice positionnerait Clara comme une fille « étrange » : ce critère ne favoriserait pas la rencontre. « Droit à la ressemblance » : elle supposerait que pour faire partie du groupe, l’inconnue doit ressembler à ses membres (intégration conformiste). Le fait de ne pas voir présenterait un attribut qui la disqualifie lors d’une interaction visuelle avec autrui. Ainsi, pour Béatrice, c’est une personne « diminuée » (contexte des positionnements). Clara est un acteur stigmatisé (Goffman, 1963/1975).

49Deuxième hypothèse : rivalité. Nous choisissons la deuxième hypothèse pour trouver la signification de la conduite d’« exclusion » de Béatrice. Cette dernière ne résiste apparemment pas à la proposition d’interaction (« affordance ») de la chienne Jinga. Par cette communication-processus ou activité communicationnelle, Béatrice change le contexte de la nouvelle situation « avec avenir relationnel » en y incorporant de nouveaux éléments.

50Le contexte identitaire. Du point de vue du contexte des identités, Béatrice oriente les systèmes de pertinence de Didier sur « elle-même », sur « sa petite personne » qui a été mise au second plan. Elle fait apparaître son enjeu : «Je veux exister dans la situation.» Elle a « besoin de considération, d’attention de la part de Didier ». Elle dit à Didier : « Ne regarde pas Clara mais ne regarde que moi, occupe-toi plutôt de moi. » Cette signification est liée au contexte spatial. Elle demande, quémande, désire et exige d’être regardée d’une autre façon. Selon Erving Goffman, le besoin de reconnaissance est divisé en cinq points : le besoin d’existence, le besoin de considération, le besoin de valorisation (donner une bonne image de soi, être apprécié), le besoin de contrôle (maîtriser l’image que l’on donne) et le besoin d’individuation (être distingué des autres, être soi-même et être reconnu comme tel).

51« Chienne guide instrumentalisée » devient un élément significatif pertinent de la situation-problème de Béatrice. Elle a recours à la chienne guide. Pour parvenir à ses fins, elle va s’intéresser à la chienne Jinga d’une manière détournée. La voyante utilise la chienne pour entrer en rivalité avec la non-voyante. Ainsi, Jinga, qui est un élément matériel, devient un objet d’instrumentalisation. « J’instrumentalise la chienne pour arriver à mes fins. »

52Le contexte normatif. En se mettant entre Clara et Didier pour effleurer la chienne guide tout en regardant Didier, la blonde fait intervenir dans la situation des éléments cognitifs nouveaux. Elle fait apparaître la norme« je peux caresser le chien d’un inconnu ». Béatrice s’appuie sur les connaissances mises dans cet objet matériel : on peut caresser un chien, lui parler, lui sourire, lui faire des regards, jouer avec lui… Elle effleure l’animal sans l’accord de la jolie brune non-voyante (cadre de l’expérience). Béatrice ne se sent pas obligée d’échanger quelques mots avec Clara, même après avoir approché la chienne de celle-ci. Cette dernière, pense-t-elle, ne lui fera aucun reproche.

53Béatrice construit un contexte normatif de référence pour Didier par ses vêtements, sa présence et son action. Son « décolleté » peut être considéré comme un outil de séduction pour produire un effet d’attraction sur Didier. Elle laisse deviner un large champ de vision sur son haut de corps (épaules, nuque…) : « Je me suis habillée pour me sentir bien et pour plaire à Didier. »

54Elle rappelle la norme de la distance à entretenir entre inconnus, non pas par droiture, mais pour ses enjeux. Elle instrumentalise donc cette norme. Béatrice signifie qu’elle est une « manipulatrice expérimentée ».

55Le contexte des positionnements. Béatrice s’oppose à l’entrée de Clara dans le groupe. Elle se positionne comme une fille « jalouse ». Cette signification est liée au contexte des enjeux de Didier : faire connaissance avec Clara.

56Béatrice pose Clara comme une « rivale ». Elle montre à la fois que le corps de Clara devient lieu et enjeu de désir. Elle réhabilite et réévalue le corps « handicap ». Le corps handicap n’est pas toujours le miroir d’un stigmate, c’est aussi le lieu où se mêlent désir, dignité et élégance.

57Elle mettrait Didier dans la position du « dragueur qui a des désirs à assouvir et à qui on propose ce qu’il faut ». Béatrice prend un autre positionnement de « séductrice stratégique », elle essaie d’adapter sa conduite de séduction en fonction du désir supposé de Didier. D’ailleurs, Peter Berger et Thomas Luckmann (2003) ont montré que les acteurs sociaux jouent des rôles pour répondre à des situations. Béatrice est à la poursuite du jeune homme qui tente de lui échapperet laisse comprendre qu’elle est prête à tout dans l’affrontement avec Clara pour conquérir Didier. Elle va jusqu’à se poser en « proie offerte » et transmet une signification sexuelle beaucoup plus explicite : « Je suis aussi animal que cette chienne. » Puisque le terme chienne est en général proféré par la gent masculine (contexte normatif), il dévoile un désir refoulé de partager un coït avec ce qu’il y a de plus animal chez la femme. Béatrice manipule un certain imaginaire sexuel masculin dont elle a connaissance. On peut supposer qu’elle invite alors à une certaine liberté sexuelle, c’est-à-dire que chacun utilisera sa bestialité qui lui est propre comme dans une invitation guerrière. Cette fille rassure donc Didier sur la possibilité d’arriver à un assouvissement relatif de son désir sexuel. Du coup, elle « se vante d’être la meilleure amante », ce qui veut dire qu’elle peut enlever un homme à n’importe quelle autre fille.

58Le contexte de la qualité de la relation. Béatrice ne manifeste pas sa sympathie pour Clara. Ses manières de faire en lui tournant le dos, de se comporter avec Jinga sans adresser la parole à sa maîtresse créent une mauvaise ambiance relationnelle et donc une relation « conflictuelle ». Elle lui signifie : « Je n’accepte pas la tournure que prend votre relation, Didier et toi, car je m’intéresse à lui et je ne le partagerai pas. » « En ne partageant pas », elle fait ressortir la norme de la monogamie.

59Le contexte spatial. Béatrice a en tête la norme « la proximité physique est réservée aux personnes que l’on connaît bien et intimes » ; elle jugerait donc que Clara et Didier sont trop près l’un de l’autre pour des inconnus et elle mettrait donc de la distance entre les deux. Elle leur fait comprendre : « Didier et Clara sont trop près l’un de l’autre pour des inconnus, vous avez franchi la frontière autorisée. » Béatrice, par sa conduite de « tourner le dos à Clara et d’effleurer Jinga tout en regardant Didier », montre aussi que Clara est de trop. Béatrice veut protéger son territoire. Elle met en lumière la norme de « violation du territoire par la non-voyante ». Cette dernière n’a pas fait preuve de tact, elle n’a pas respecté sa propriété, son territoire. Elle dit : « Didier doit rester derrière cette frontière qui est constitutive du groupe et qui l’isole des regards. » Elle a une conduite « de défense territoriale » : tentative de mettre une frontière spatiale et identitaire avec l’inconnue.

60Lors des périodes d’affluence à l’arrêt de bus, il n’est pas gênant d’occuper des places côte à côte. Cependant, en période creuse, les gens ménagent toujours une distance par rapport à leur voisin. Certains accessoires de la vie quotidienne jouent un rôle important dans l’attente : par exemple, le baladeur et le téléphone portable. Ils permettent tous deux de fournir à ceux qui l’utilisent un repli, qui à la fois les occupe et leur confère une distance supplémentaire par rapport aux autres personnes ; ils dilatent cette distance sociale grâce à une bulle musicale et une perspective sur l’extérieur.

61Dans la deuxième situation — « attendre le bus avec des inconnus avec avenir relationnel » —, la conduite de Béatrice signifie : « Didier et Clara sont trop près l’un de l’autre pour des inconnus, ils ont franchi la frontière autorisée. Je suis jalouse que Didier regarde Clara et pas moi. Je n’accepte pas la tournure que prend votre relation, Didier et toi, car je m’intéresse à lui. Je suis habillée pour me sentir bien et pour lui plaire et je ne le partagerai pas. J’instrumentalise donc ta chienne pour récupérer son attention et pour me vanter d’être la meilleure amante. Je suis une manipulatrice expérimentée. »

62Nous montrons que la signification de la conduite de Didier peut être précisée par la conduite de rivalité de Béatrice, qui en devient un indice. Elle signifierait que finalement, Didier a créé une situation de séduction, et avait donc une conduite de dragueur à l’égard de Clara.

La signification de l’interaction langagière

63L’interaction langagière ou activité expressive de Clara « D’habitude ma chienne parle, mais aujourd’hui elle ne parle pas » est l’une des composantes du « contexte des interactions » qui se met en œuvre à cet instant dans le contexte global des éléments présents dans la situation. Cette troisième activité communicationnelle est « induite » de tout ce qui est constitutif de la conduite de Béatrice et de ce qui la rend possible. Par cette activité expressive, la non-voyante change de nouveau le contexte global « attendre le bus avec des inconnus » en y incorporant de nouveaux éléments qui prennent de l’importance. Les éléments de la situation pour Clara sont un peu différents de ceux pour les voyants et sa chienne guide.

64Le contexte identitaire. Clara aurait comme enjeu de « faire comprendre à Béatrice qu’elle a compris son stratège minable ». L’enjeu de Clara est lié au contexte physique et sensoriel. Chaque acteur décode en fonction de ses enjeux et de ce qu’il connaît des enjeux des autres.

65Le contexte normatif. Clara fait apparaître une norme : « cette fille devait échanger avec moi ». Cette signification est sortie du cadre de l’expérience qui autorise le passant caressant le chien d’un inconnu d’échanger informellement. En essayant d’évincer Clara du groupe, Béatrice manque de tact. Elle a « emprunté un objet » sans en demander la permission, c’est-à-dire qu’elle s’est permis d’effleurer la chienne guide sans prendre compte de l’avis de la non-voyante. Respecter les autres, c’est leur donner la place et la considération qui leur reviennent et ne pas s’imposer à eux. Cela se traduit par des marques de déférence et de tact. Clara dit à Béatrice : « Même dans la rivalité, il y a une éthique, tu ne respectes pas le jeu de la rivalité. »

66Le contexte des positionnements. Le ton « combatif » de Clara montre bien qu’elle accepte d’être la « rivale » de Béatrice, alors que celle-ci est sans scrupule. Elle se positionne comme une « personne intelligente qui a du caractère ». Elle dit : « En tant que rivale, je ne vais pas te laisser faire. »

67Le contexte de la qualité de la relation. La conduite de Jinga qui se réfugie entre les jambes de sa maîtresse signifie à cette dernière : « Ma chienne a un comportement anormal, il se passe donc quelque chose d’anormal. »Jinga est la chienne guide de la non-voyante, son accompagnatrice, ses « yeux » qui jaugent… Une relation de complicité existe entre ses deux êtres au point que Clara arrive à comprendre qu’il se passe quelque chose d’anormal. En effet, les postures du chien sont des significations communicationnelles. Par exemple, lorsque devant son maître le husky s’allonge sur le dos avec les pattes en l’air, cela signifie que le chien se soumet à l’autorité. La chienne interprète d’une manière plus générale des positions et des dispositions éthologiques de Béatrice comme des manifestations de la communication. La formation du sens communicationnel est alors soumise à des variations de postures éthologiques. L’éthologie étudie la structure du comportement, c’est-à-dire les modes d’expression des séquences motrices, ses causes immédiates…

68Ce cas montre comment l’élément pertinent de la situation — « chienne intelligente et fait corps avec sa maîtresse » — émerge pour le groupe d’amis voyants. Le chien comme prothèse communicationnelle est, de ce point de vue, d’une grande richesse esthétique. De même, l’idée des corps communicants entre Jinga et sa maîtresse permet de comprendre la théorie de la corporéité et son double. La chienne donne une autre dimension tant à l’analyse qu’à l’interprétation. Maintenant que Clara a suffisamment de preuves qui lui sont données, d’une part, par sa chienne et, d’autre part, par la situation, elle ne conteste pas les normes relationnelles proposées par Béatrice. Clara dit à Béatrice : « J’accepte cette relation conflictuelle. »

69Le contexte physique et sensoriel. La chienne perçoit la signification « Béatrice avare de caresses »(contexte de l’habitude) ; elle comprend alors la froide indifférence de celle-ci à son égard en raison des éléments significatifs « manque d’attention, de disponibilité » envers elle. De plus, la chienne ne comprend sûrement pas pourquoi Béatrice « ne noue pas contact avec sa maîtresse » (contexte de l’habitude). Ce qui amène Jinga à avoir une réaction d’« évitement ». « Mais Jinga ne lui répond ni avec son museau et ses léchouilles, ni avec ses pattes… Elle se réfugie entre les jambes de sa maîtresse. » L’animal semble percevoir qu’il y aurait d’autres enjeux lorsque Béatrice vient l’effleurer, car elle a dû observer rapidement l’anormalité de sa conduite puisqu’elle « tourne le dos à sa maîtresse sans lui parler et sans la regarder » (contexte de son éducation). La chienne ne va pas se laisser faire comme d’habitude par un passant « bienveillant ». Elle ne répond pas à la jeune fille ni « du museau ni de ses léchouilles… » Elle positionne donc Béatrice comme une personne « pas sympathique » qui n’a pas respecté les normes, les règles sociales de conduite (contexte normatif). Cela donne donc plus ou moins des indices à sa maîtresse sur les enjeux de la voyante. Son canal visuel étant inexistant (contexte physique et sensoriel), Clara comprend qu’il y a un « malaise ». Elle reçoit donc un message signifiant négatif donné par la conduite d’« évitement et de refuge » de sa chienne : « Fais attention, cette fille n’a pas de bonnes intentions » (contexte de la qualité de la relation). La conduite de Jinga dirigerait et organiserait la perception de la communication entre la jolie blonde et la jolie brune non-voyante. De plus, la conduite « aimable » de Didier donne un autre indice à Clara qui peut deviner l’enjeu personnel de Béatrice de « récupérer l’attention de Didier ». Elle dit : « Je suis capable de <voir> et de comprendre ta conduite ».

70Les éléments cognitifs et la mauvaise conduite de Béatrice perçue par Clara grâce à la réaction de sa chienne guide vont entraîner la réaction d’« hostilité de Clara envers Béatrice ». En effet, ne sentant pas sa chienne coopérer avec cette fille et conformément aux normes de « la communication sociale » de la situation qui ne sont pas respectées par Béatrice, et à sa nouvelle place de « rivale » (contexte des positionnements), la jolie brune dit à la blonde : « D’habitude ma chienne parle, mais aujourd’hui elle ne parle pas. » Cette interaction langagière ou communication-processus de Clara lui signifie : 

En tenant compte du message signifiant négatif de ma chienne à ton sujet, et comme tu n’échanges pas avec moi et que Didier a une conduite « aimable » envers moi, je suis capable de « voir » ta conduite. Par là même, tu me fais mieux comprendre cette conduite de Didier qui est celle d’un « dragueur ». Je comprends alors que tu es une « rivale » manipulatrice et sans scrupule en instrumentalisant ma chienne. Je te fais savoir que tu as une conduite « minable », je ne vais pas te laisser faire, car même dans le jeu de la rivalité, il y a une éthique que tu ne respectes pas.

Conclusion

71Nous avons abordé la communication non verbale en regard de la sémiotique situationnelle. Pour les différents acteurs, la signification des conduites repose sur une « forme » constituée d’« éléments significatifs pertinents » que nous avons donnés précisément. La méthode sémiotique situationnelle permet d’interpréter la signification d’une conduite en nous appuyant sur un ou des contextes pertinents dans une situation. Nous aurions pu interpréter de différentes façons la conduite de Didier, mais le contexte pertinent de la conduite de rivalité de Béatrice nous a permis de privilégier une signification : la conduite de dragueur. Pour voir la conduite de rivalité de Béatrice, Clara s’est appuyée sur les « éléments significatifs pertinents » de la situation « attendre le bus avec des inconnus avec avenir relationnel entre Didier et Clara ». Les éléments significatifs pertinents qui lui auraient échappé dans cette situation lui sont donnés par sa chienne Jinga. Ce qui lui permet de saisir la signification de la conduite de rivalité de Béatrice, qui l’amène à se conforter dans la signification de la conduite de dragueur de Didier. Dans notre cas, Clara montre qu’elle peut aller au-delà du modèle émetteur-récepteur dans la communication non verbale. La compréhension du sens des conduites n’est pas immédiatement donnée, mais doit être visée dans les différentes étapes induites par les communications-processus. Elle imposerait un détour phénoménologique.

Haut de page

Bibliographie

Berger, P. et T. LUCKMAN (2003), La construction sociale de la réalité, Paris, Armand Colin.

DELFOUR, F. et M. J. DUBOIS (dir.) (2005), Autour de l’éthologie de la cognition animale, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

GOFFMAN, E. (1973), Mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit.

GOFFMAN, E. (1963/1975), Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, traduit de l'anglais par Alain KIHM, Paris, Éditions de minuit, Coll. « le sens commun ».

Goldberg, J. (1992), « Les modèles animaux de comportement humain », Écologie, éthologie humaine, n°1 (hors-série), p. 155-175.

goldberg, j. (1994), « Origine de la communication non verbale » Écologie, éthologie humaine, n°3, p. 47-53

Hall, E.T. (1971), La dimension cachée, Paris, Seuil.

MorEno, J.-L. (1970), Les fondements de la sociométrie, Paris, Presses universitaires de France.

mucchielli, a., J-A corbalan et V. fernandez (1998), Théorie des processus de la communication,  Paris, Armand Colin.

Mucchielli, A. (2004), L’art d’influencer : analyse des techniques de manipulation, 2° édition, Paris, Armand Colin.

Mucchielli, A. (2005), Étude des communications : approche par la contextualisation, Paris, Armand Colin.

Simmel, G. (1991), Sociologie et épistémologie, Paris, Presses universitaires de France.

Haut de page

Notes

1  La conduite prend un sens par rapport aux normes culturelles qui sont liées au site de l’arrêt de bus.

2  Pour des raisons de compréhension de notre texte, nous préférons utiliser le terme chienne guide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lambert Lipoubou et Marie Danay Vinguedassalom, « Une lecture d’une esthétique de la rivalité par la sémiotique situationnelle », Communication [En ligne], Vol. 29/1 | 2011, mis en ligne le 16 décembre 2011, consulté le 18 août 2017. URL : http://communication.revues.org/2484 ; DOI : 10.4000/communication.2484

Haut de page

Auteurs

Lambert Lipoubou

Lambert Lipoubou est docteur en sociologie de l’Université Paul-Valéry Montpellier III et rattaché au Centre d’étude et de recherche en information et communication (CERIC) à la même université. Courriel : lipoubou@yahoo.fr.

Articles du même auteur

Marie Danay Vinguedassalom

Marie Danay Vinguedassalom est doctorante en sciences infocom à l’Université Paul-Valéry Montpellier III et rattachée au Centre d’étude et de recherche en information et communication (CERIC) à la même université. Courriel : dany.vinguedassalom@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org