Navigation – Plan du site
Recherches

Le spectacle sportif, l’héroïsation et la construction du genre

Une étude sur la réception des images sportives par les adolescents français
Robin Recours et Sylvain Ferez

Résumés

Les auteurs ont interrogé 878 collégiens et lycéens (50 % de sexe masculin, 50 % de sexe féminin) de la région Provence Alpes Côte d’Azur au sujet des images sportives et du spectacle sportif. Les résultats montrent que les hommes sont majoritaires dans le panthéon des athlètes les plus appréciés, quel que soit le genre des individus interrogés mais pas pour les mêmes raisons. Les garçons les choisissent pour des raisons qui touchent essentiellement à l’action sportive ; les filles les choisissent pour des raisons plus esthétiques et individuelles.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

adolescence, genre, images, sport
Haut de page

Texte intégral

1La place des femmes dans le sport est en France une question importante tant ce champ de la culture reste marqué par les distinctions de genre (Arnaud et Terret, 1996 ; Bourdieu, 1998 ; Louveau, 1986 et 1996 ; Mennesson, 2000). Les études réalisées en France ont essentiellement porté sur l’histoire de l’accès différencié des deux sexes aux pratiques sportives, pointant à la fois l’écart entre hommes et femmes, mais aussi l’écart entre femmes selon l’origine sociale (Davisse et Louveau, 1998 ; Louveau, 2004). D’autres travaux se sont par ailleurs intéressés à la division du travail dirigeant, montrant par exemple les processus de répartition sexuée des postes de direction dans les fédérations et comités olympiques sportifs français (Chimot, 2004). Ils ont montré, à côté d’une hiérarchisation verticale des postes à responsabilités privilégiant l’accès des hommes aux fonctions les plus hautes, une distribution horizontale des responsabilités éloignant les femmes des postes les plus liés à la production de la performance sportive (qui sont les plus valorisés socialement).

2Dans ce contexte, en dépit d’évolutions structurelles certaines, mais qui restent lentes, le sport demeure un lieu d’expression du virilisme (Baillette et Liotard, 1999), de construction de la masculinité hégémonique (Terret et Liotard, 2005) et des diverses formes de masculinité associées (Terret, 2004). Ainsi, lorsqu’elles accèdent aux activités traditionnellement vues comme plus masculines, les femmes sont obligées de recourir à un certain nombre de stratégies identitaires pour se préserver de l’atteinte à leur féminité et échapper à la stigmatisation (Mennesson, 2004). Les travaux réalisés en France s’inscrivent ici dans le prolongement de la littérature internationale sur la construction des rapports de genre dans le sport (McKay et al., 2000), qui révèlent la difficulté des filles à échapper aux stéréotypes sexuels dans certaines pratiques, tels le football ou la boxe, que ce soit à l’école ou dans le cadre d’une pratique professionnelle (Clark et Paechter, 2007 ; Halbert, 1997).

De la production de la différence à la réception différenciée

3Si les études sur la construction des rapports sociaux de sexe dans le sport réalisées en France adoptent certaines des entrées proposées par la littérature internationale, la recherche empirique ne s’est pour l’heure que très peu arrêtée sur les effets de la médiatisation du sport en la matière. À l’articulation des gay and lesbian studies et des gender studies, nombreux sont pourtant les travaux internationaux montrant combien l’homophobie et l’hétérosexisme véhiculés par les images et les discours des médias sur le sport s’appuient sur les structures idéologiques qui construisent les rapports de genre (Fasting et Tangen, 1983 ; Harris et Clayton, 2002 ; Messner et al., 2003 ; Mikosza et Phillips, 1999), notamment en « trivialisant » les athlètes féminines (Vincent, 2004).

4Mais l’objet de cet article ne concerne pas la production des stéréotypes sexuels par les médias dans leur traitement du sport. Si aucune étude empirique quantitative n’a été faite en France sur le sujet précis du sport, Frédéric Baillette et Philippe Liotard (1999) ouvrent des pistes allant dans le sens des constats effectués ailleurs. Il faut souligner par ailleurs que la diffusion médiatique de modèles de genre — sinon de stéréotypes — a été étudiée dans d’autres types de programmes, telles les séries télévisées (Duret, 1999). La médiatisation du sport correspond en outre à une réalité transnationale, et les travaux récents montrent les tendances des industries culturelles contemporaines à construire des figures de genre qui dépassent l’échelle nationale (Cossy et al. [dir., 2009), même si des différences transnationales demeurent dans la médiatisation du genre (Nelson et Paek, 2005).

5Ici, on s’intéresse davantage à la réception différenciée des images et des discours produits par les médias. Alors que les discours et les images sur le sport offrent un espace de construction des normes de genre (du côté de la production), il s’agit de montrer que la structuration sexuée qu’ils proposent entre en conformité avec les goûts et les grilles de lecture sexués des adolescents ou adolescentes qui les reçoivent. L’objet de la recherche concerne donc le travail de réception des images sportives, et plus précisément des images des héros sportifs. L’hypothèse principale est que ce travail est sexué. À partir du constat général que le sport est l’un des principaux bastions de l’héroïsme masculin dans nos sociétés, il s’agit en définitive de mettre en question le caractère sexué de la consommation des images sportives à partir de deux sous-hypothèses : non seulement les adolescents et les adolescentes ne regardent pas les mêmes images mais, lorsque c’est le cas, ils les perçoivent différemment.

Les deux thématiques

6Nous avons construit un questionnaire autour de deux dimensions susceptibles d’intéresser le spectacle sportif, renvoyant aux caractéristiques de l’action sportive et aux caractéristiques individuelles des sportifs médiatisés. Ces dimensions ont été choisies pour appréhender à la fois ce qui est lié au jeu (le contexte sportif à l’intérieur duquel les individus — acteurs et spectateurs — s’engagent) et ce qui est lié à la célébrité, celle-ci se construisant alors — à l’instar de l’homme politique (Brugidou et Backmann, 1997) — au moyen d’un savoir-faire, d’une personnalité et d’un physique. Compte tenu de la manière dont a été appréhendée la question de la réception du spectacle sportif (sans préoccupation pour la construction du genre), cet outil est sans conteste le plus légitime pour l’étudier (c’est-à-dire accepté et validité par la communauté scientifique).

7La première dimension (les caractéristiques de l’action sportive) comprend trois éléments. Le premier porte sur les images compétitives et distinctives de la domination dans l’action d’un athlète sur son adversaire, et les deux autres, sur le caractère incertain du résultat.

8La domination. Dans la présente étude, cette notion de supériorité dans l’action apparaît dans l’élément « Ce qui me plaît dans le spectacle du sport, c’est de voir un sportif (ou une équipe) dominer largement un autre sportif (ou une autre équipe) ». Il est question ici des valeurs de concurrence, de distinction. Dans la compétition, les raisons de la participation sont souvent analysées comme instrumentales (Deci et Ryan, 1985). Ce qui est recherché est l’accomplissement dérivé du sentiment d’être meilleur qu’un autre. Dans le spectacle sportif, le spectateur, par identification, va éprouver cet accomplissement en voyant l’athlète qu’il soutient dominer les autres. Nombreux sont ceux qui désirent imposer par le score de leur équipe leur domination symbolique sur l’autre (Bromberger, 1995). Mais le caractère extrinsèque de cette dimension est discutable. Gaston Bachelard (1947) parle d’une psychologie — intrinsèque — du « contre » qui se révèle à l’individu.

9Le caractère incertain du résultat. Dans la présente étude, ces images sont représentées par les concepts de challenge — « Ce qui me plaît dans le spectacle du sport, c’est de voir la lutte acharnée entre des athlètes de niveau équivalent » — et de changement — « Ce qui me plaît dans le spectacle du sport, c’est d’assister au moment où l’athlète va faire basculer le résultat de la compétition à son avantage (ou à l’avantage de son équipe) ». Le challenge renvoie aux images véhiculées par la littérature comme étant celles qui caractérisent l’essence du sport : l’égalité des chances, condition sine qua non au jeu de type agôn (Caillois, 1967). Le changement, lui, renvoie aux images véhiculées par la littérature comme étant celles dans lesquelles sont mêlés la crainte et le désir, véhicules de l’émotion (Griffet, 1994 ; Simmel, 1912). Au moment de la décision, de l’action, le temps s’accélère et l’émotion surgit (Jankélévitch, 1963).

10La seconde dimension (les caractéristiques des sportifs médiatisés) regroupe également trois éléments. Le premier porte sur le caractère agréable (pour le spectateur) de l’apparence physique du sportif, le deuxième, sur sa personnalité et le troisième, sur l’esthétique de ses gestes.

11La beauté physique. Dans la présente étude, cette notion apparaît dans l’élément « Ce qui me plaît dans le spectacle du sport, c’est la beauté physique de l’athlète ». Celle-ci peut être un motif de choix lorsqu’il s’agit d’apprécier les sportifs. Robin Recours et Pierre Dantin (2000) ont montré que certains athlètes n’étaient appréciés que pour l’esthétique de leur apparence, autant chez les spectateurs que chez les spectatrices. Parler sport, c’est également parler du corps. Et ce corps se donne à voir. Corinne Brocard (1992) a d’ailleurs constaté dans la publicité une transformation des représentations de la femme sportive de 1978 à 1990. Aujourd’hui, le corps est de plus en plus performant, tonique et plein de vitalité. Souvent, les femmes sont montrées pendant l’effort, en sueur (Brocard, 1992). Pourtant, les corps restent fortement stigmatisés, et aujourd’hui la femme qui a des épaules larges est encore en marge des imaginaires. Au début des années 2000, cet argument est avancé pour invalider les performances de la tenniswoman Amélie Mauresmo, dont la féminité est également remise au moment où elle dévoile son homosexualité (Ferez, 2007 ; Harris et Clayton, 2002).

12La personnalité. La personnalité du sportif peut avoir une valence positive ou négative. Ainsi, Pioline, le meilleur joueur de tennis français, était-il haï par les spectateurs marseillais (Recours et Dantin, 2000). Pour ces derniers, Pioline était « méprisant », « prétentieux » et… « Parisien ». Or, Fabrice Coulomb, Pascal Duret et Pierre Therme (1997) ont montré, dans leur étude sur l’Olympique de Marseille (l’équipe de football locale), que les performances des sportifs locaux figurent pour les jeunes partisans marseillais comme une revanche par rapport à la domination économique arrogante de la capitale. Pioline collait à l’image de la capitale, elle-même connotée négativement par les adolescents marseillais. Pour rendre compte des images relatives à la « personnalité » des athlètes, nous avons proposé l’élément suivant : « Ce qui me plaît dans le spectacle du sport, c’est de voir la personnalité de l’athlète s’exprimer. »

13L’esthétique gestuelle. La personnalité du joueur peut également apparaître dans les techniques du corps et dans ses gestes qui seront considérés comme esthétiques ou non par les spectateurs. C’est ce que de nombreux auteurs peuvent appeler le style de jeu, style étant ici entendu au sens large, comme « le cadre général dans lequel s’exprime la vie sociale à un moment donné » (Maffesoli, 1993 : 15). Selon Michel Maffesoli, ce qui caractérise la postmodernité, c’est la part grandissante prise par la recherche de l’esthétique. Ici, c’est le spectacle qui va permettre aux individus de partager des sensations. Un lien de solidarité, une communion prend naissance dans la vibration, dans l’émotion. Le ciment, ce sont l’émotion et la sensibilité vécues en commun, qui vont prendre naissance grâce au jeu, à la gestualité des acteurs. Dans la présente étude, cette notion apparaît dans l’élément « Ce qui me plaît dans le spectacle du sport, c’est l’esthétique gestuelle de l’athlète ».

La méthodologie

14Nous avons choisi de combiner questions ouvertes et questions fermées. Dans un premier temps, deux questions ouvertes devaient nous permettre de connaître le panthéon imaginaire (sportifs préférés, sportifs détestés) des adolescents et adolescentes sans les influencer. Dans un deuxième temps, six éléments (questions fermées) sur le spectacle sportif devaient nous donner une idée de l’appréciation de celui-ci par les adolescents et adolescentes.

15Le choix du sportif préféré était déterminé par l’élément : « Quel(le) est votre champion(ne) préféré(e), actuel(le) ou non ? » Le choix du sportif détesté était déterminé par l’élément : « Donnez le nom d’un(e) sportif(ve) que vous n’aimez pas du tout. » Puis nous avons demandé, dans une troisième et une quatrième question, de donner trois mots pour les qualifier.

16Six éléments ont été construits pour rendre compte, d’une part, des actions du sportif valorisées par les spectateurs (les images de la domination, de la lutte, de la bascule) et, d’autre part, des caractéristiques individuelles du sportif (les images de la gestuelle, de la plastique, de la personnalité). Une échelle de type Likert en quatre points a été utilisée (1 = pas du tout d’accord et 4 = tout à fait d’accord). Sauf indication contraire, le niveau de signification choisi pour toutes les analyses était de p < ,05.

  • 1 S’ils n’ont pas redoublé de classe dans leur scolarité, ces élèves ont 14 ou 15 ans.
  • 2 S’ils n’ont pas redoublé de classe dans leur scolarité, ces élèves ont 17 ou 18 ans.

17Le questionnaire a été passé à 900 adolescents et adolescentes (rempli par 878 d’entre eux : taux de réponse = 97,6 %) de collège en troisième (433)1 et dernière année de lycée (445)2, dans 19 collèges et 11 lycées situés dans 14 villes de la région Provence-Alpes. L’échantillon était composé de 50 % de filles et 50 % de garçons. Le questionnaire a été distribué par les membres de l’équipe de recherche, dans les établissements scolaires. Les jeunes enquêtés ont été informés collectivement que toutes les réponses au questionnaire étaient anonymes et confidentielles et que le questionnaire devait être rempli individuellement.

Les résultats

18Notre échantillon était composé de 439 filles (50,4 %) et de 432 garçons (49,6 %). La moyenne d’âge était de 15,2 ans (ET = ,83) pour celles et ceux qui sont dans leur dernière année de collège et de 18,0 ans (ET = 1,03) pour celles et ceux qui sont dans leur dernière année de lycée. L’échantillon incluait les adolescents et adolescentes suivant ou ayant l’intention de suivre des programmes d’études couvrant l’intervalle entier des options disponibles au baccalauréat (lettres, sciences, baccalauréats professionnels et techniques).

19Les « non-pratiquantes et non-pratiquants sportifs » étaient au nombre de 161 (18,7 %). Les sports les plus populaires étaient le football (19,3 %) — presque entièrement pratiqué par les garçons —, la danse (10,4 %) — presque entièrement pratiquée par les filles — et le tennis (8,9 %). Parmi les adolescents et les adolescentes, 39,2 % pratiquaient au moins un sport (19,8 % irrégulièrement et 19,4 % régulièrement). Parmi eux, 91,7 % considéraient leur sport comme une activité de loisir et 43,6 % pratiquaient leur sport en compétition, tous les niveaux d’expertise étant inclus dans l’échantillon.

Tableau 1. Caractéristiques de l’échantillon quant à la pratique sportive

Tableau 1. Caractéristiques de l’échantillon quant à la pratique sportive

20Deux questions ouvertes cherchent à déterminer le genre des sportifs « préférés » et « détestés » : « Quel(le) est votre champion(ne) préféré(e), actuel(le) ou non ? » et « Donnez le nom d’un(e) sportif(ve) que vous n’aimez pas du tout ».

21Si l’on distingue les réponses des adolescentes de celles des adolescents et qu’on ne considère que les sportifs cités par au moins trois sujets différents (par exemple, cités par au moins 0,44 % de l’échantillon), l’analyse porte alors sur 25 sportifs cités du côté des adolescentes et 27 sportifs cités du côté des adolescents.

22Les filles choisissent plus de héros (sportifs préférés) de sexe féminin que les garçons. Toutefois, pour les adolescentes comme pour les adolescents, la place des femmes sportives reste minoritaire (5 sur les 25 premiers sportifs cités par les adolescentes et une seule par les adolescents).

Tableau 2. Effets du genre des répondants sur le genre des héros choisis

Tableau 2. Effets du genre des répondants sur le genre des héros choisis

23Si l’on ne considère que les sportifs cités par au moins trois sujets différents (par exemple, cités par au moins 0,44 % de l’échantillon), l’analyse se fait alors sur 16 sportifs détestés du côté des adolescentes et 16 sportifs détestés du côté des adolescents.

24Il n’y a pas de relation entre la variable sexe des répondants et des répondantes et la variable sexe des sportifs détestés : les filles détestent autant les sportifs de sexe féminin que les garçons.

25Les sportives détestées sont toutefois beaucoup plus nombreuses que les sportives adorées, tout en restant minoritaires. Finalement, bien que les adolescents et adolescentes choisissent généralement des noms d’athlètes masculins, le panthéon des sportifs détestés est plus égalitaire que celui des héros.

Tableau 3. Effets du genre des répondants sur le genre des sportifs détestés choisis

Tableau 3. Effets du genre des répondants sur le genre des sportifs détestés choisis

26Les résultats concernant l’échelle d’appréciation du spectacle sportif montrent que les images les plus appréciées étaient celles de la « bascule » (M = 3,53 ; ET = 0,76), suivies des images de « lutte » (M = 3,24 ; ET = 0,95), des images relatives à la « gestuelle » (M = 3,15 ; ET = 0,91) et des images relatives à la « personnalité » de l’athlète (M = 2,95 ; ET = 0,92). Les images, plus statiques, de « domination » (M = 2,61 ; ET = 1,08) et de « beauté plastique » (M = 2,46 ; ET = 1,13), ont eu moins de succès.

27Si l’on distingue les résultats des filles de ceux des garçons (figure 1), on s’aperçoit que la hiérarchie entre les images est sensiblement la même. Toutefois, les filles accordent une plus grande importance aux images du sportif en tant qu’individu que les garçons. A contrario, les garçons accordent pour leur part une plus grande importance aux images de l’action sportive que les filles.

Figure 1. Ce qui plaît dans le spectacle sportif. Scores de l’échelle Likert pour les différents motifs d’appréciation du spectacle sportif en fonction du sexe des sujets interrogés

Figure 1. Ce qui plaît dans le spectacle sportif. Scores de l’échelle Likert pour les différents motifs d’appréciation du spectacle sportif en fonction du sexe des sujets interrogés

28Le genre a un effet significatif sur les éléments de « beauté plastique », « personnalité », « domination » et « lutte ». Les filles valorisent plus les images de la « beauté plastique » (t(819) = 13,19 ; < ,0001) et de la « personnalité » (t(819) = 3,60 ; < ,001) alors que les garçons apprécient plus les images de « domination » (t(813) = 3,47 ; < ,001) et de « lutte » (t(816) = 7,71 ; < ,0001).

La discussion

29Globalement, les femmes ne sont citées comme héroïnes ni par les répondants de sexe masculin ni par les répondants de sexe féminin. On peut penser que la raison principale incombe au traitement médiatique du sport, les figures masculines étant beaucoup plus médiatisées que les figures féminines. Toutefois, ces dernières existent et nombre d’entre elles acquièrent une grande notoriété. Alors pourquoi les femmes sportives sont-elles si peu citées par les adolescentes ? Cela signifie-t-il que les collégiennes et les lycéennes — contrairement aux garçons — ne sont pas en mesure de s’identifier à des femmes athlètes de haut niveau ? Charles Gagné (1999) a montré que leurs modèles se situent plutôt dans d’autres sphères de la vie culturelle comme la chanson, le cinéma ou la mode. Dès lors, si elles choisissent de nommer des sportifs plutôt que des sportives, est-ce pour les mêmes raisons que les garçons ?

30Les différences morphologiques entre hommes et femmes font que les performances des premiers (à niveau équivalent) sont supérieures à celles des secondes. Toutefois, à niveau équivalent, rigoureusement parlant, les performances sont les mêmes. La bonne question sociologique est posée par Erving Goffman dans L’arrangement des sexes : comment expliquer que deux groupes qui, quelle que soit la mesure (la taille, le poids, la force, la performance dans un domaine quelconque), ne sont pas disjoints mais se recoupent, le soient sur le plan symbolique alors qu’ils sont perçus et construits socialement comme deux groupes disjoints et séparés, comme c’est le cas dans les épreuves sportives où les hommes ne peuvent pas concourir avec des femmes, alors que nombre d’entre elles sont aussi performantes ou plus performantes que les hommes ? Il existe des activités sportives dans lesquelles des femmes peuvent battre des hommes (voile, course automobile), mais elles sont rares. Aussi, lorsqu’elle est pratiquée à la fois par les femmes et par les hommes, la pratique sportive est-elle toujours perçue comme plus spectaculaire chez les hommes. De plus, le fait d’avoir l’ascendant sur un adversaire (scoring) reflète symboliquement une attitude masculine (Louveau, 1986). Les résultats montrent d’ailleurs qu’une des choses que les garçons et les filles préfèrent dans le spectacle sportif, c’est justement de voir le moment où ce comportement symboliquement masculin de scoring va avoir lieu.

31Même si cette analyse peut sembler très traditionaliste, il s’agit de comprendre la place et la part de la femme dans l’imaginaire des adolescents et des adolescentes. Or ils et elles, et nos résultats en sont l’illustration, restent très traditionalistes dans leurs pensées et leurs images.

32Mais est-ce seulement parce que les femmes sont moins performantes que les hommes qu’elles n’apparaissent pas dans le panthéon imaginaire des adolescents et des adolescentes ? Les résultats de la présente étude permettent de répondre par la négative. Si les filles et les garçons ignorent les sportives de haut niveau, c’est pour des raisons différentes. Lorsque nous leur demandons ce qui leur plaît (on est donc bien ici dans une analyse des goûts sportifs) dans le spectacle sportif, les garçons accordent plus d’importance que les filles aux éléments relatifs à l’action sportive (la domination d’un athlète sur un autre, la lutte acharnée entre des athlètes de niveau équivalent, le moment où un athlète va faire basculer le résultat de la compétition à son avantage). Les filles, elles, accordent plus d’importance que les garçons aux éléments relatifs aux caractéristiques individuelles du sportif (sa beauté physique, sa personnalité, la beauté de ses gestes). C’est la raison pour laquelle, par exemple, le footballeur Bixente Lizarazu (équipe de France) ou le joueur de tennis Marat Safin ne sont cités que par les filles. Le choix de Lizarazu — comme celui de Safin — est un choix esthétique : non seulement il est perçu comme « mignon » dans l’analyse des mots utilisés pour le caractériser, mais encore c’est le joueur de l’équipe de France qui semble le plus adolescent (traits juvéniles, corps peu velu), donc le plus accessible aux transferts des fantasmes amoureux adolescents (voir sur ce point l’analyse de Baillette et Liotard, 1999). Il est d’ailleurs plus cité par les collégiennes que par les lycéennes.

33Dans leur analyse des images médiatiques produites en 1998 en France lors de la Coupe du monde de football, Baillette et Liotard soulignent la mise en scène opérée du prétendu engouement des femmes pour le spectacle sportif. Ils montrent aussi combien cette mise en scène a paradoxalement contribué à maintenir chacun dans son rôle : tandis que les hommes luttaient pour la victoire, les femmes s’extasiaient des prouesses et des charmes des joueurs. Ainsi, l’« effet coupe du monde » sur les femmes est décrit avant tout comme « antiféministe », puisqu’il permet la réaffirmation d’une division des positions on ne peut plus traditionnelle. En fait, l’opération de séduction des femmes aurait commencé bien en amont, les magazines féminins, hebdomadaires sportifs et reportages télévisés ayant tout mis en œuvre pour les amener au stade. Il ne leur restait finalement guère qu’à faire le pas vers les hommes tout prêts à les « initier » afin de les faire pénétrer dans l’univers sportif.

34Derrière les goûts sexués repérés s’expriment des postures sociales différentes à l’égard du sport, et notamment de l’incapacité des filles à adopter une position d’expertise, voire une opinion dans un domaine où elles ne se sentent pas légitimes. Dans un autre domaine, la sociologie politique a bien montré combien la fluctuation des non-réponses des hommes et des femmes à une même question selon qu’elle était formulée en termes plus politiques ou plus humanitaires renvoyait à des effets liés au sentiment de légitimité et de compétence (Bourdieu, 1984 ; Champagne, 1999). Le sentiment d’incompétence chez les femmes en matière sportive n’explique-t-il pas une tendance à s’auto-exclure des discussions techniques et expertes, comme elles s’auto-excluent plus volontiers du débat politique ? Sheryl Clark et Carrie Peachter (2007), dans leur étude sur les goûts des collégiens en matière sportive, montrent bien l’influence du fait que des adolescentes ne se sentent pas compétentes ou expertes par rapport à leur participation effective au football. L’exclusion de la pratique commence ici par un désintérêt associé à l’acceptation de l’idée d’une déficience de compétence ou de légitimité qui touche au strict domaine discursif.

35Mais c’est sans doute également l’image même qui est proposée par la sportive de haut niveau qui effraie, dans la mesure où elle offre la perspective d’une morphologie virilisée. Ainsi les femmes sportives (contrairement aux hommes sportifs) renvoient-elles le plus souvent une image qui s’éloigne des canons esthétiques classiquement associés à leur sexe. C’est ce qui explique en grande partie la suspicion qui plane sur elles, notamment les stratégies de contrôle mises en place, y compris par l’institution sportive, pour témoigner avec certitude de leur féminité (Bohuon, 2008).

36La beauté des femmes qui deviennent sportives professionnelles, à l’instar de celle des femmes culturistes de haut niveau, s’écarte des normes traditionnelles. Les critères de séduction féminine institués par notre société se situent effectivement aux antipodes du volume musculaire. C’est cette esthétique qui fait ressortir en négatif le corps de la femme très musclé, marginalisé : 

Ainsi, dans la rue, dans la foule, tous les jours et partout, le corps féminin culturiste s’impose, surprend, percute, trouble le rythme de la normalité au regard des valeurs esthétiques. […] En percutant l’image idéale de la femme véhiculée par les attributs de notre société, elles [les femmes culturistes] ne récoltent que mépris et critiques (Roussel, 1998 : 34).

37Dans les questions ouvertes de la présente étude, les répondants se moquent des femmes qui ressemblent aux hommes. Le commanditaire des sœurs Williams serait la viande Charal (une métaphore/plaisanterie douteuse permettant à un adolescent interrogé de mettre l’accent sur la musculature de ces deux athlètes) ; pour caractériser Amélie Mauresmo, un répondant explique : « C’est mon joueur préféré ! » La sportive est souvent suspectée de masculinité, voire de lesbianisme (Ferez, 2007 et 2009 ; Griffin, 1998 ; Harris et Clayton, 2002). Les réactions ironiques sont renforcées par les médias, véhicules privilégiés des normes sociales. Les marionnettes satiriques d’une grande chaîne de télévision française figurent la joueuse de tennis Mauresmo en Stalone, monsieur muscle du cinéma américain.

38Pourquoi la femme sportive n’est-elle pas un exemple pour les adolescentes ? N’est-ce pas d’abord parce qu’elle procède, par son existence même, à une remise en cause assez brutale des normes de genre dans une période dominée par la quête de modèles d’identification sexués ? Si Brocard observe une transformation des représentations de la femme sportive de 1978 à 1990, montrer des sportives hors des sports traditionnellement féminins n’est toujours pas pratique courante dans les publicités. On observe la même tendance à la stigmatisation dans l’évolution des images féminines à l’intérieur des livres sur l’aventure marine (Recours et al., 2002). « On peut faire l’hypothèse que cette construction symbolique a pour objectif de faire adhérer symboliquement des femmes non-pratiquantes, soit à une pratique <idéalisée>, soit à l’image de la femme représentée » (Brocard, 1992 : 2). Si, selon Brocard, deux types d’images (Nike et Channel) émergent de la publicité, malgré tout, celle-ci maintient et renforce les modèles culturels.

39Reprenant Michael Foucault (1975), Faye Wachs et Shari Dworkin affirment que

[le pouvoir est répressif en cela que les corps qui sont étiquetés comme déviants sont incarcérés, stigmatisés, et sujets à être contrôlés par des experts. Dans les temps modernes, ces experts utilisent des mécanismes de surveillance pour s’assurer que le corps normal est défini et construit en opposition au corps déviant. La déviance du corps stigmatisé le contraint aux rappels à l’ordre et le soumet aux sanctions pénales (1997 : 328).

40En quelque sorte, il n’y a pas de place pour le moment dans l’imaginaire sportif dominant pour les femmes musclées qui ne possèdent pas, selon les adolescents interrogés, les caractères de la féminité. Les femmes sportives les choquent dans la mesure où, selon eux, il ne revient pas à la femme « d’avoir des épaules ».

Conclusion

41Pour les adolescents, l’héroïsme sportif renvoie donc surtout à des héros, très peu à des héroïnes. Mais, il convient d’aller plus loin en examinant la façon dont garçons et filles appréhendent ces héros essentiellement masculins de manière différenciée, selon une perception qui est elle-même sexuée. Ainsi, alors que les adolescents tendent à construire des héros sportifs performants, les adolescentes tendent avant tout à produire des héros sportifs séduisants. D’un côté, les garçons s’attachent surtout au succès ou à la réussite sportive (avec un jugement technique et instrumental), de l’autre, les filles évaluent d’abord la sympathie que leur inspire le caractère des sportifs et fondent leurs jugements sur des critères esthétiques.

42Dans ce cadre, outre les questions liées à l’identification à ces figures héroïques et à la remise en cause des normes corporelles de genre, c’est la question de l’accès à une perception et à un raisonnement strictement sportifs qui est posée, l’expertise des garçons paraissant s’opposer au regard « trivial » des filles. Il est en définitive difficile de trancher : les résultats obtenus témoignent-ils de goûts différents ou bien d’une différence dans la légitimité que les répondants s’octroient à porter un jugement sportif ? Les deux semblent durs à démêler. Dans la seconde option, les jugements non sportifs des filles masquent en fait leur impossibilité à se constituer en « spécialiste » ou leur tendance à considérer leurs propres avis ou points de vue sur le sport comme peu dignes d’intérêt et illégitimes.

43Le football médiatisé est joué par des hommes, et si une femme regarde ce match, alors oui, peut-être le fait-elle pour la plastique des joueurs plutôt que pour la beauté des actions. Mais cela ne vient-il pas du simple fait que les hommes sont censés être des prétendants possibles pour les femmes ? Le regard qu’elles posent sur leur activité ne vient-il pas seulement de la relation qui unit les hommes et les femmes ? À l’inverse, imaginons un homme forcé de regarder un spectacle de danse ou de patinage artistique. Quel regard portera-t-il sur l’activité ? Regardera-t-il la danse ou la danseuse ? Mais, par-delà cette analyse symétrique, la tendance à l’esthétisation du jugement ne résulte-t-elle pas d’une dissymétrie de la posture sociale de genre à l’égard au sport ? Autrement dit, cette tendance ne renvoie-t-elle pas à des significations différentes selon le genre ? Et ne faut-il pas apprendre à dissocier l’esthétisation comme forme de dévalorisation de la performance de l’autre, visant à le « trivialiser » (Vincent, 2004), de l’esthétisation comme mode d’illégitimation de soi ?

Haut de page

Bibliographie

ARNAUD, Pierre et Thierry TERRET (1996), Histoire du sport féminin, Paris, L’Harmattan.

Bachelard, Gaston (1947), La terre et les rêveries de la volonté, Paris, José Corti.

Baillette, Frédéric et Philippe LIOTARD (1999), Sport et virilisme, Montpellier, Éditions Quasimodo et fils.

BOHUON, Anaïs (2008), « Les enjeux d’une bicatégorisation par <sexe> dans le champ sportif : l’exemple du test de féminité », Nouvelles questions féministes, 27, p. 80-91.

BOURDIEU, Pierre (1984), Questions de sociologie, Paris, Minuit.

BOURDIEU, Pierre (1998), De la domination masculine, Paris, Seuil.

BROCARD, Corinne (1992), « L’image de la femme sportive dans la publicité », STAPS, 28, p. 83-97.

BROMBERGER, Christian (1995), Le match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, Maison des sciences de l’homme.

BRUGIDOU, Mathieu et François BACKMANN (1997), « L’icône profane », Sociétés, 57, p. 59-70.

CAILLOIS, Roger (1967), Les jeux et les hommes, Paris, Gallimard.

CHAMPAGNE, Patrick (1999), Initiation à la pratique sociologique, Paris, Dunod.

CHIMOT, Caroline (2004), « Répartition sexuée des dirigeant(e)s au sein des organisations sportives françaises », STAPS, 66, p. 161-177.

CLARK, Sheryl et Carrie PAECHTER (2007), « <Why can’t girls play football?> Gender dynamics and the playground », Sport, Education and Society, 12, p. 261-276.

COSSY, Valérie et al. (2009), « Figures du féminin dans les industries culturelles contemporaines », Nouvelles questions féministes, 28(1).

COULOMB, Fabrice et al. (1997), « L’intégration à la cité par le spectacle sportif : de Paris à Marseille », Sociétés, 55, p. 41-50.

DAVISSE, Annick et Catherine LOUVEAU (1998), Sports, école, société. La différence des sexes : féminin, masculin et activités sportives, Paris, L’Harmattan.

DECI, Edward L. et Richard M. RYAN (1985), Intrinsic Motivation and Self-Determination in Human Behavior, New York, Plenum.

DURET, Pascal (1999), Les jeunes et l’identité masculine, Paris, Presses universitaires de France.

FASTING, Kari et Jan TANGEN (1983), « Gender and sport in Norwegian mass media », International Review for the Sociology of Sport, 18, p. 61-70.

FEREZ, Sylvain (2007), Le corps homosexuel en-jeu. Sociologie du sport gay et lesbien, Nancy, Presses universitaires de Nancy.

FEREZ, Sylvain (2009), « Sport homosexuel et mouvement social : la mise en scène du corps gay et lesbien », Nouvelles questions féministes, 28, p. 84-97.

GAGNÉ, Charles (1999), « Un héros postmoderne ? Une interprétation de la figure héroïque campbellienne dans la culture des jeunes », Religiologiques, 19, p. 65-78.

GRIFFET, Jean (1994), « Décision, risque, émotion », Science et motricité, 23, p. 3-12.

GRIFFIN, Pat (1998), Strong Women, Deep Closets : Lesbians and Homophobia in Sports, Champaign (IL), Human Kinetic Books.

HALBERT, Christy (1997), « Tough enough and woman enough. Stereotypes, discrimination, and impression management among women professional boxers », Journal of Sport & Social Issues, 21, p. 7-36.

HARRIS, John et Ben CLAYTON (2002), « Feminity, masculinity, physically and the English tabloid press. The case of Anna Kournikova », International Review for Sociology of Sport, 37, p. 397-413.

JANKÉLÉVITCH, Vladimir (1963), L’aventure, l’ennui, le sérieux, Paris, Aubier-Montaigne.

LOUVEAU, Catherine (1986), Talons aiguilles et crampons alus… Les femmes dans les sports de tradition masculine, Paris, INSEP.

LOUVEAU, Catherine (1996), « Masculin/féminin : l’ère des paradoxes », Cahiers internationaux de sociologie, 100, p. 12-31.

LOUVEAU, Catherine (2004), « Sexuation du travail sportif et construction sociale de la féminité », Cahiers du genre, 36, p. 163-184.

MAFFESOLI, Michel (1993), La Contemplation du monde. Figure du style communautaire, Paris, Grasset/Frasquelle, Coll. « Le Livre de Poche ».

McKAY, Jim et al. (2000), Masculinities, Gender Relations, and Sport, Thousand Oaks, Sage.

MENNESSON Christine (2000), « <Hard> women and <soft> women: The social construction of identities among female boxers », International Review for the Sociology of Sport, 35, p. 21-33.

MENNESSON, Christine (2004), Être une femme dans le monde des hommes : socialisation sportive et construction du genre, Paris, L’Harmattan.

MESSNER, Michael A. et al. (2003), « Silence, sports bras, and wrestling porn: Women in televised sports and highlights shows », Journal of Sport & Social Issues, 27, p. 38-51.

MIKOSZA, Janine M. et Murray G. PHILLIPS (1999), « Gender, sport and the body politic: Framing feminity in the <Golden Girls of Sport> calendar and the <Atlanta Dream> », International Review for Sociology of Sport, 34, p. 5-16.

NELSON, Michelle R. et Nye-Jin PAEK (2005), « Cross-cultural differences in sexual advertising content in a transnational somen’s magazine », Sex Roles, 53, p. 371-383.

RECOURS, Robin et Pierre DANTIN (2000), « Les joueurs de tennis : une étude sur la réception des images », Sociétés, 69, p. 75-87.

RECOURS, Robin et al. (2002), La femme aventurière : incidences sur l’image de la femme dans la société, Marseille, Université de la Méditerranée.

ROUSSEL, Peggy (1998), « Le corps féminin culturiste », Sociétés, 60, p. 33-40.

SIMMEL, Georg (1912), Mélanges de philosophie relativiste, Paris, Alcan.

TERRET, Thierry (2004), « Sport et masculinité : une revue de questions », STAPS, 66, p. 209-225.

TERRET, Thierry et Philippe LIOTARD (2005), Sport et genre. Excellence féminine et masculinité hégémonique, Paris, L’Harmattan.

VINCENT, John (2004), « Game, sex, and match: The construction of gender in British newspaper coverage of the 2000 Wimbledon Championships », Sociology of Sport Journal, 21, p. 435-456.

WACHS, Faye L. et Shari L. DWORKIN (1997), « <There’s no such thing as a gay hero>: Sexual identity and media framing of HIV-Positive athletes », Journal of Sport & Social Issues, 21, p. 327-347.

Haut de page

Notes

1 S’ils n’ont pas redoublé de classe dans leur scolarité, ces élèves ont 14 ou 15 ans.

2 S’ils n’ont pas redoublé de classe dans leur scolarité, ces élèves ont 17 ou 18 ans.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Caractéristiques de l’échantillon quant à la pratique sportive
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2502/img-1.png
Fichier image/png, 46k
Titre Tableau 2. Effets du genre des répondants sur le genre des héros choisis
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2502/img-2.png
Fichier image/png, 28k
Titre Tableau 3. Effets du genre des répondants sur le genre des sportifs détestés choisis
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2502/img-3.png
Fichier image/png, 26k
Titre Figure 1. Ce qui plaît dans le spectacle sportif. Scores de l’échelle Likert pour les différents motifs d’appréciation du spectacle sportif en fonction du sexe des sujets interrogés
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2502/img-4.png
Fichier image/png, 30k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robin Recours et Sylvain Ferez, « Le spectacle sportif, l’héroïsation et la construction du genre », Communication [En ligne], Vol. 29/1 | 2011, mis en ligne le 13 septembre 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/2502 ; DOI : 10.4000/communication.2502

Haut de page

Auteurs

Robin Recours

Robin Recours est maître de conférences à l'Université Montpellier 1 et membre du Laboratoire Santé éducation et situations de handicap (SantESiH) Jeune équipe n°2516. Courriel : robin.recours@univ-montp1.fr

Sylvain Ferez

Sylvain Ferez est maître de conférences à l'Université Montpellier 1 et membre du Laboratoire Santé éducation et situations de handicap (SantESiH) Jeune équipe n°2516. Courriel : sylvain.ferez@univ-montp1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org