Navigation – Plan du site
Débat

Comment l’extension de la communication bouleverse l’éthique et l’argumentation

Gilles Gauthier

Résumés

La communication a pris le pas sur l’information comme principal régulateur de la médiation sociale. Le journalisme n’est plus le seul animateur mais un agent parmi d’autres du débat social et sa pratique elle-même est devenue communicationnelle. L’extension de la communication au détriment de l’information entraîne deux glissements. D’une part, elle produit un affaissement de l’éthique au moralisme. D’autre part, elle réduit l’argumentation à la simple expression de conviction. Cette double dérive survient en raison du rapport distinct à la réalité qu’entretiennent l’information et la communication. L’information procède d’un principe réaliste : elle présuppose l’existence antérieure de la réalité sur laquelle elle porte. La communication, elle, procède d’un principe constructiviste : elle instaure une nouvelle réalité.

Haut de page

Texte intégral

 « Être déçu par ce à quoi on espérait conférer le rôle de fondement fait partie des risques du métier de philosophe. »

Isabelle Stengers, L’invention des sciences modernes.

1Nombreux sont ceux qui soulignent l’importance prise aujourd’hui par la communication au détriment de l’information. Cette extension opère sous deux aspects principaux. D’une part, la communication prend le pas sur l’information ; elle la surpasse en importance. Jusqu’aux années 1970, l’information était le pivot essentiel de la médiation sociale. Elle occupait une place centrale, sur le plan pratique comme sur le plan théorique, tant dans les rapports sociaux que dans la diffusion massmédiatique et dans l’aménagement institutionnel et organisationnel. Depuis, le souci informationnel s’est en partie estompé au profit d’une préoccupation plus proprement communicationnelle. Il importe davantage aujourd’hui d’établir et d’entretenir des liens et d’échanger que de transmettre. Un symptôme assez clair de cette évolution est la profonde modification du mode d’intervention dans les débats de société. Il n’y a pas si longtemps, le journalisme occupait une place prépondérante dans la discussion sur les enjeux sociaux ; les journalistes en étaient les uniques relais. Ils n’en sont aujourd’hui que des agents parmi d’autres. Les pratiques de relations publiques, de marketing social et de diverses formes de communication de défense d’intérêts se sont immiscées avec force dans l’espace public et en ont fait un forum communicationnel plus qu’informationnel. Les journalistes ne sont plus les seuls animateurs de l’agora, mais doivent partager cette fonction avec toutes sortes d’autres communicateurs. Thierry Watine et al. (2005) montrent comment le champ de la communication publique est aujourd’hui structuré par différentes interpénétrations entre ses pratiques constituantes.

2Par ailleurs, la communication transforme même l’information. Pendant longtemps, la transmission de l’information était faite en accordant une importance plutôt marginale au mode de livraison. Maintenant, une considération aussi grande est accordée à la forme qu’au contenu. Encore à ce propos, l’exemple du journalisme est particulièrement probant. Le passage du modèle de la presse écrite à celui de la télévision a entraîné une intégration forte de l’image, de la spectacularisation et du direct au journalisme. Aux yeux de plusieurs, cette « communicalisation » de l’information journalistique l’a appauvrie. Marcel Gauchet (2010 : A1), par exemple, se désole du trop-plein généré par « le gigantesque tam-tam médiatique » qui, paradoxalement, fait obstacle à l’information et à la compréhension. Non seulement la communication envahit-elle l’information, mais encore elle siphonne sa matière dans ses propres formats (Nguyên-Duy, 2002). En résulte une hybridation des genres et des pratiques (Watine, 2003). L’imprégnation dans la pratique journalistique d’aspects communicationnels, vue par certains comme une contamination, autorise Jean Charron et Jean de Bonville (2004, 1996a et 1996b) à considérer que nous sommes en train de passer d’un journalisme d’information à un journalisme de communication.

3Le mouvement par lequel la communication tend à supplanter l’information jusqu’à la transformer se répercute sur d’autres plans. Je veux ici explorer l’hypothèse qu’en raison du rapport dissemblable à la réalité qu’entretiennent l’information et la communication, s’opèrent à cet égard deux glissements : une dérive de l’éthique vers le moralisme et une fragilisation de l’argumentation au profit de l’expression de conviction.

L’information et la communication, deux rapports différents à la réalité

4L’information et la communication ne découlent pas des mêmes à priori et n’ont pas les mêmes incidences ontologiques.

5L’information procède d’un principe réaliste. Elle pose ou présuppose l’existence d’une réalité logiquement préalable qui détermine son contenu. Informer, c’est toujours de quelque façon rendre compte d’un état de choses. Bien sûr, ce réel peut être de différents types et il peut être rendu sous différents registres. Dit plus justement, l’information aménage diverses modalités de reproduction du réel : elle peut traiter d’une réalité naturelle, institutionnelle, psychologique ou encore fictionnelle. De même, elle institue cette réalité sous des aspects variés : entre autres choses, elle peut la rapporter, la conjecturer, en poser l’hypothèse, la pronostiquer, la remettre en question. Ces deux ordres de différences n’empêchent pas l’information d’être formellement assujettie à un monde à partir duquel elle s’établit. Sans ce monde présumé, il ne peut y avoir d’information. La présupposition de la réalité est en quelque sorte une condition de possibilité de l’information. En fait, cette présupposition est double. Un énoncé affirmatif préjuge de l’existence de l’état de choses sur lequel il porte et aussi, plus globalement, de l’existence d’un monde indépendant de toute information.

  • 1  Une information peut porter sur une autre information. Mais alors, la seconde constitue la réalité (...)

6On peut marquer ce trait, en disant que l’information est munie d’intentionnalité. Est intentionnel tout état, notion, signe ou langage portant sur autre chose que lui-même dont il implique la reconnaissance de l’antériorité et dont il dépend formellement (Searle, 1983). C’est sa nature intentionnelle qui fait que l’information n’est jamais vide, c’est-à-dire qu’elle est contenu, et qu’elle n’est pas réflexive1. Comme pour toute autre entité intentionnelle, l’intentionnalité de l’information peut être vue comme une faculté de représentation : l’information propose une copie de la réalité sur laquelle elle porte. Ce calque n’est évidemment pas le réel lui-même et l’image qu’il en propose reste fatalement toujours approximative et plus ou moins déformée par des ajouts subjectifs et contextuels qui lui sont adjoints. Ces altérations ne touchent pas l’intentionnalité de l’information et sa dépendance à la réalité dont elle dérive.

  • 2  Cette recherche s’inscrivait dans la perspective plus large d’une critique du constructivisme en j (...)

7À l’occasion de travaux antérieurs (2005a et 2005b), j’ai cherché à marquer ce statut réaliste, plus précisément celui de l’information journalistique, et à faire voir les différents réels représentés par la nouvelle2. J’ai notamment avancé comme preuve du réquisit journalistique de l’existence d’une réalité préalable qu’il y aurait contradiction à simultanément diffuser une nouvelle et nier que l’événement dont elle traite soit survenu. Il est possible d’étendre cet argument à toute forme d’information : on ne peut pas informer d’un état de choses et tout à la fois prétendre que cet état de choses est inexistant. Cette incompatibilité témoigne de la nécessité logique liant l’information à une réalité préexistante.

  • 3  Il y aurait à ce propos une hypothèse historique à étayer : la démarche scientifique peut émerger, (...)

8C’est son réalisme ontologique, son intentionnalité, qui confère à l’information sa dimension cognitive. Informer, c’est toujours faire connaître. L’information est intervention de connaissance. À ce titre, elle est affaire de vérité, ou plus justement de valeur de vérité. Un énoncé informatif est vrai ou faux. J’ai ailleurs prétendu (2004b) que la vérité est essentiellement une caractéristique technique de l’information journalistique en ce qu’elle sert à marquer la relation que celle-ci entretient avec la réalité qu’elle présuppose. Selon qu’il y a correspondance ou non entre une nouvelle et la réalité sur laquelle elle porte, elle sera vraie ou fausse. Telles sont la nature et la portée, ai-je également avancé, de la norme d’objectivité du journalisme. L’objectivité est en quelque sorte l’axe sur lequel se déploie l’information journalistique du fait du principe réaliste dont elle découle. Cette double caractérisation vaut pour tout genre d’information. Réalité, connaissance, vérité et objectivité sont les paramètres définitionnels de l’information. Par suite, on comprend que l’information est le principe constitutif de la science3.

9Mais l’information, en dépit de la façon dont je me suis exprimé jusqu’ici, n’est pas un « en soi » abstrait ; c’est plutôt une activité, une activité effectuée par des agents. Informer est un acte de discours. Suivant la typologie des actes de discours de John Searle (1969 et 1979), l’information ou plutôt les différents actes d’informer relèvent de la catégorie des actes assertifs dont le but est de représenter un état de choses. Comme acte de discours, l’information ne reste pas un pur contenu désincarné. Elle est un mode de saisie et d’exécution de ce contenu (ce que Searle appelle une « force illocutoire »). Autrement dit, informer n’est pas une action purement intellective. C’est une manière singulière et parmi d’autres possibles d’appréhender et de livrer un contenu : mettre au courant d’une réalité, considérée comme actualité dans le cas du journalisme. C’est en cela très précisément que l’information est structurellement liée à la communication. L’acte de discours d’informer est transmission du contenu qu’il porte.

10Toutefois, la particularité de la classe des actes assertifs à laquelle il appartient est que, contrairement aux autres types d’actes de discours, le contenu y est (ou du moins peut y être considéré comme) prééminent. Dans quelque genre d’assertion que ce soit, en effet, c’est ce qui est affirmé qui s’impose d’abord à l’attention plutôt que le fait de l’affirmation. Autrement dit, dans les actes assertifs, y compris dans l’acte d’informer, le contenu tend à se confondre jusqu’à le recouvrir complètement avec l’accomplissement auquel il donne lieu. Ainsi centrée sur son contenu, l’information tend à estomper jusqu’à le rendre invisible son aspect communicationnel. C’est ce qui rend possibles l’abstraction, la conceptualisation et la théorisation.

11C’est sans doute aussi ce qui explique que l’intérêt porté au langage ait d’abord été limité à sa seule fonction descriptive et que ses autres usages aient été longtemps marginalisés, que la pragmatique ait mis du temps à se faire une place au côté de la sémantique, que ce n’est que depuis peu qu’ont été admis les ancrages historiques et sociologiques de la science et que le positivisme ait pu exercer l’attraction que l’on sait.

12C’est en raison du principe réaliste qui la régit que dans l’information, et plus généralement dans tous les actes de discours assertifs, il y a surdimensionnalisation du contenu. Cet aplatissement de l’accomplissement ne survient pas dans les autres types d’actes de discours. Dans les actes directifs qui ont pour but d’amener l’allocutaire ou l’auditoire à effectuer une action, dans les commissifs qui engagent le locuteur à effectuer une action, dans les expressifs dont la fonction est d’extérioriser un état psychologique et dans les déclaratifs qui rendent existant un état de choses du fait même de l’énonciation, le contenu s’impose moins fortement que dans les assertifs. C’est l’acte même qui prime. Dans une promesse, par exemple, c’est le fait de promettre qui apparaît en premier et dans un ordre, le fait d’ordonner. Le contenu de la promesse et de l’ordre n’est certes pas indifférent, mais dans la dynamique de l’acte de discours, il ne vient qu’en préciser les termes. Le plus important est l’accomplissement d’une promesse et d’un ordre. Contrairement aux assertifs où il y a fixation sur le contenu, les autres types d’actes de discours ne camouflent pas leur dimension performative, mais plutôt l’attestent visiblement. En cela, ils sont de nature plus immédiatement communicationnelle qu’informationnelle. Pour le dire inversement, la communication se réalise avec plus d’évidence dans ces types d’actes de discours comme l’information sied mieux aux actes assertifs.

13Si l’on veut, la communication rend plus manifeste son caractère pragmatique comme l’information fait mieux voir son caractère sémantique. La communication a bien sûr un contenu, tout autant que l’information. Mais ce contenu ne vampirise pas l’accomplissement communicationnel. Alors qu’il colle à la fonction jusqu’à l’annexer dans l’information, il se fait discret dans la communication où la fonction demeure prépondérante.

  • 4  Marshall McLuhan le disait il y a déjà longtemps : « Le message, c’est le média » !

14La communication est tout aussi marquée d’intentionnalité que l’information. Cependant, la représentation y est moins assujettissante. Cela tient au fait que la communication garde la réalité à plus grande distance. Elle prend en compte le réel, mais de façon plus lâche que l’information du fait qu’elle est affaire moins de contenu que de relation. Dans la communication, l’interrelationnel prime. Alors que dans l’information l’accent est mis sur le contenu, celui-ci est relativisé dans la communication : le plus important y est la liaison, la rencontre, le dialogue. On pourrait même aller jusqu’à dire que ce qui est communiqué dans la communication n’est pas essentiellement un contenu, en tout cas pas uniquement un contenu, mais des aspects relationnels de l’échange4. Cela est visible dans le fait que contrairement à l’information qui est ou qui peut être unidirectionnelle, la communication est intrinsèquement bidirectionnelle ou multidirectionnelle.

  • 5  C’est également ce qui explique que la communication soit particulièrement sensible à une investig (...)

15La communication n’est pas soumise à un principe réaliste. Son rapport à la réalité n’est pas polarisé comme dans l’information ; il procède partiellement d’un principe « constructiviste ». Alors que la réalité constitue le point de départ primitif et indépendant de l’information, elle est pour une certaine part instituée par et dans la communication. La communication construit une réalité nouvelle. Ou, plutôt, elle est un lieu de co-construction de réalité. C’est ce qui fait que la communication est un moteur essentiel de la construction sociale : la réalité institutionnelle a pour condition la communication5.

De l’éthique au moralisme

16En son sens le plus fort qui est aussi son sens primitif, l’éthique relève d’une démarche rationnelle. Dans son exigence la plus ambitieuse, elle s’affiche comme « science de la morale », « science de la conduite » ; son objectif cardinal est de fonder le Bien en raison. L’éthique se veut ainsi une entreprise cognitive : elle se propose de livrer un savoir, un savoir pratique, mais un savoir tout de même. Cette prétention ne s’est pas historiquement concrétisée. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les philosophes ne sont pas parvenus à une connaissance assurée relative à la conduite. Ce constat n’implique pas que l’éthique soit nécessairement vouée à l’échec ou qu’il faille en abandonner le projet. Pourtant, certains portent ce diagnostic radical. À la suite du Tractatus de Ludwig Wittgenstein, ils se résignent à prendre acte que l’éthique, comme l’esthétique, se situe au-delà des frontières de la connaissance humaine. D’autres se refusent à admettre l’impossibilité de l’éthique et cherchent de diverses manières à préserver une certaine forme de rationalité pratique.

17Leur tentative se déploie sur le fond d’un paradoxe fondamental entre liberté et universalité. L’éthique procède d’une tension entre ces deux poussées qui ne sont pas incompatibles, mais dont le lien n’apparaît pas immédiatement naturel. D’une part, l’éthique fait appel à la conscience et à la responsabilité du sujet (c’est en cela qu’elle se distingue du droit et de la déontologie) : est de nature éthique une question à propos de laquelle est sollicité l’engagement autonome et assumé du sujet. Par ailleurs, une décision éthique ne se limite pas à un choix purement personnel : quand je me détermine en éthique, je tends à reconnaître que le motif de ma résolution a une validité en lui-même et vaut pour tous. Le lieu de l’éthique est le fil entre ces deux impulsions : la force centripète de la liberté et la force centrifuge de l’universalité.

18Dans l’appréhension contemporaine des questions éthiques, cette tension est souvent esquivée. La portée universaliste de l’éthique est minimisée au profit de sa résonnance individualiste. Il y a dilution relativiste de l’éthique. D’où un second paradoxe, entre la popularité contemporaine de l’éthique et la vacuité de la réflexion et des débats moraux qui ont cours aujourd’hui. On n’a jamais tant parlé d’éthique ; on n’en aborde pourtant le champ que superficiellement et en en galvaudant les contraintes. C’est ce que Alain Etchegoyen (1991) mettait en évidence il y a déjà quelque temps.

19L’extension de la communication au détriment de l’information participe à cet affaiblissement de l’éthique. Plus précisément, elle contribue à un affaissement de l’éthique au moralisme.

20L’information qui, en vertu de son principe réaliste, présuppose l’existence d’une réalité préalable implique la reconnaissance de la primauté de ce réel. Informer, c’est admettre l’autonomie de la réalité par rapport au discours. Dans l’information, il y a reconnaissance d’un donné et mise entre parenthèses du sujet. C’est en cela que l’information est congruente à la vérité, à l’objectivité et, par conséquent, à la connaissance. Sur le plan moral, l’information ouvre à la rationalité éthique. Son principe réaliste conduit à la reconnaissance de la possibilité même de l’éthique. Cela peut aller jusqu’à l’endossement d’une éthique essentialiste ou absolutiste, mais pas nécessairement, l’exigence réaliste pouvant se limiter à la reconnaissance du terme universaliste du paradoxe éthique.

21En fait, ce n’est pas tant que l’information implique l’éthique mais, dans la perspective inverse, que l’éthique au sens fort nécessite un point de vue informatif et le réalisme correspondant. Pour que le projet éthique puisse être envisageable et praticable dans sa dimension universaliste, il est nécessaire que le Bien soit abordé au moins partiellement comme un donné ; que de quelque manière, il ne dépende pas totalement d’une adhésion. Si tel était le cas, l’éthique ne serait simplement et purement pas possible. Pour le dire à un plus haut niveau de généralité, dans la mesure où l’éthique se veut une entreprise cognitive, elle est également informative et doit lui être appliqué le principe réaliste de l’information. Une connaissance éthique n’est possible que si est reconnue une réalité morale. Il s’agit là d’un réquisit logique. D’un point de vue plus empirique, on dira que la préoccupation éthique ne peut éclore et se développer que dans un milieu où l’information est un mode d’organisation. Sociologiquement, l’information est une condition de possibilité de l’éthique.

22Aussi tout recul de l’information va-t-il de pair avec un appauvrissement de l’éthique. Dans le mouvement contemporain d’expansion de la communication, l’information n’est pas totalement éclipsée même si elle se voit sensiblement transformée. L’éthique ne disparaît pas non plus. Elle connaît cependant un certain passage à vide. Plutôt, le retrait de l’information par la dilatation de la communication suscite un vacuum éthique. Sous l’effet de l’importance prise par la communication au détriment de l’information, l’éthique se transforme en moralisme. J’entends par moralisme une corruption de l’éthique marquée essentiellement par la subjectivation. On passe de l’éthique au moralisme, quand on atténue la part universaliste de l’éthique en accentuant son pôle libertaire, quand on trouble l’équilibre entre ses forces centrifuge et centripète à l’avantage de celle-ci.

23C’est très précisément l’effet qu’entraîne l’extension de la communication. Alors que l’information est mue par un principe réaliste, la relation de la communication à la réalité est régie par un principe « constructiviste ». Dans la communication, le réel n’est pas présupposé ; la réalité immédiatement évidente n’est pas nécessairement tenue pour acquise mais plutôt partiellement édifiée en son sein même. Par conséquent, la communication ne se développe pas totalement sur un horizon de vérité. En misant sur le relationnel, elle se centre plutôt sur les agents. Dans la communication, le plus important n’est pas le transfert cognitif, mais le rapport entre les intervenants. Accorder plus d’importance à la communication qu’à l’information revient à favoriser l’intersubjectivité contre l’objectivité. Cela conduit à une désobjectivation et à une intersubjectivation de l’éthique. Cela a pour effet de ravaler l’éthique au rang du moralisme. La prépondérance de la communication amoindrit l’importance de l’universalité en éthique et intensifie celle de la détermination des individus. Dans une société de la communication, le Bien ne s’impose pas de lui-même. Les règles et les normes de conduite perdent leur nature universelle et deviennent relatives aux personnes. L’une des manifestations les plus claires de cette subjectivation est la qualification contemporaine tout immanente des « valeurs », par exemple dans les expressions « ce sont mes valeurs » ou « nous partageons les mêmes valeurs ».

24En somme, le moralisme est une renonciation à l’éthique. Tout en alléguant maintenir sa visée, il en refuse l’exigence rationnelle et la réduit à l’intuition. Ersatz de l’éthique, le moralisme donne bonne conscience et peut même verser dans un usage immoral de la morale. Le moralisme se caractérise de toutes sortes de façons. Dans une recherche antérieure (2004c), j’ai soulevé trois aspects prééminents : la moralisation à outrance, le conformisme moral et le puritanisme. Quand l’éthique perd sa référence objective surgissent l’obsession consistant à moraliser des questions sans incidence éthique, la pression à l’unanimisme, la recherche de pureté morale et la volonté concomitante d’éradiquer toute forme de mal ou d’accident.

De l’argumentation à l’expression de conviction

  • 6  Il est d’autant plus tentant d’associer de la sorte Perelman et Toulmin qu’ils constituent un cas (...)

25Quand Chaïm Perelman (1958) et Stephen Toulmin (1958) inaugurent le regain d’intérêt contemporain au sujet de l’argumentation, ils aspirent, chacun de leur côté, à ouvrir un nouvel espace de discussion6. Leur perspective est divergente : Perelman instaure sa « nouvelle rhétorique » dans une opposition à la démonstration cartésienne tandis que Toulmin se donne pour tâche de définir les usages de l’argument dans le prolongement de la logique. Tous les deux, cependant, cherchent à élargir la rationalité, à aménager et à légitimer, en marge de la pure déduction, un ordre de délibération plus propice à la controverse sociale. Grâce à leurs œuvres de pionniers, l’analyse de l’argumentation est devenue aujourd’hui aussi importante dans les sciences humaines et sociales qui s’intéressent à l’espace public que l’est l’examen du raisonnement dans les sciences physiques et naturelles.

26Par contre, le recours à l’argumentation n’est pas aussi étendu qu’on pourrait l’imaginer dans la discussion effective sur les enjeux sociaux. Un examen un peu serré montre en effet que les conditions et exigences de l’argumentation sont pour une part importante escamotées dans les débats publics. Il y aurait plusieurs façons d’en fournir une illustration. Je le ferai ici en me référant à une certaine conceptualisation de l’argumentation. Je propose (2010b et 2002) de considérer qu’elle comporte deux éléments, l’argument proprement dit et l’opinion. L’argument est constitué d’une proposition, la position prise sur une question, et d’une justification, le fondement invoqué à l’appui de la proposition. Quant à l’opinion, elle consiste en une proposition seule, qui n’est pas soutenue par une justification. Du fait que la proposition y est assurée par la justification, l’argument prétend à une certaine forme de démonstration alors que l’opinion reste purement intuitive et spéculative.

27L’opérationnalisation des notions d’argument et d’opinion sur différents corpus de discours publics met au jour la faiblesse relative de l’argumentation qui y est développée, voire parfois une déficience significative. Certaines de mes études (2008a, 2006a et 2004d) font voir que les interventions dans des débats publics sont le plus souvent constituées d’opinions, plutôt que d’arguments. D’autres analyses (2007 et 2005d) révèlent qu’il arrive assez fréquemment que les arguments d’un discours sont hiérarchiquement dépendants d’opinions et perdent de la sorte de leur force démonstrative. Il arrive par ailleurs que dans des débats de longue durée, les arguments soient d’une rareté remarquable eu égard à la quantité des discours (à paraître) ou encore qu’un tout petit nombre d’arguments soient continuellement réitérés, parfois même dans un mode d’expression récurrent (2006b). Cas extrême : certaines polémiques sont si controversées qu’elles donnent lieu uniquement à des prises de position et se trouvent totalement vides d’arguments. J’ai établi que tel avait été le cas du débat ouvert par la proposition de Nicolas Sarkozy de créer un ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale à l’occasion des dernières élections présidentielles françaises (2008b). L’argumentation de certains autres débats est tellement floue et évanescente qu’elle reste difficilement saisissable. C’est le cas, par exemple, du débat soulevé au Québec par l’invitation faite en 2005 à Alain Juppé de devenir professeur à l’École nationale d’administration publique : contrairement à l’interprétation à laquelle conduisait une lecture superficielle, les arguments développés par des intellectuels opposés à la venue de l’ex-premier ministre français étaient divergents même s’ils soutenaient le même point de vue.

28Ces différents exemples conduisent au même constat : en dépit du fait que l’argumentation soit aujourd’hui fortement valorisée, son usage n’est pas vigoureux et son recours dans l’espace public est souvent fragile. En fait, l’argumentation cède le plus souvent le pas à la simple expression de points de vue. Dans beaucoup de débats publics, on se satisfait d’énoncer son avis, de notifier sa conviction ou de laisser éclater son indignation. Tout se passe comme si la reconnaissance de la liberté de pensée et d’expression se limitait au privilège qu’elle confère sans qu’il soit tenu compte d’exigences quant à son exercice.

29J’avance que ce déséquilibre est en partie provoqué par le glissement de l’information à la communication. Le principe ontologique réaliste du régime de l’information impose une rigueur dans la démonstration. La présupposition d’une réalité préexistante, du fait qu’elle soumet le propos à l’objectivité et à la vérité, oblige par le fait même à la « preuve ». Celui qui informe ne peut pas se contenter de mettre en avant une affirmation ; il doit être en mesure, en principe, de lui fournir quelque fondement. Son interlocuteur ou son auditoire est en droit de requérir une explicitation des motifs ou raisons de l’affirmation. En journalisme, par exemple, une nouvelle doit pouvoir être de la sorte étayer. Searle (1979) étend cette exigence à l’ensemble des actes de discours assertifs en stipulant qu’ils ont pour condition générale préparatoire que le locuteur ait quelque raison d’accomplir l’assertion. Ce faisant, le locuteur exprime également sa croyance en l’état de choses constitutif du contenu propositionnel de son acte de discours. Bien qu’elle soit un état psychologique, plus précisément une attitude propositionnelle, cette croyance n’est pas arbitraire. Elle reste tout au contraire tributaire de l’état de choses dont elle est la représentation.

30L’information implique de la sorte un cadre inférentiel qui peut ne pas être explicité et rester virtuel mais qui n’en constitue pas moins une prescription formelle incontournable. L’argumentation n’est évidemment pas de l’information. Mais il est tout aussi clair que dans un contexte discursif où l’information est valorisée, la discussion sur les débats sociaux est contrainte à la justification, c’est-à-dire à l’argument plutôt qu’à l’opinion de la même façon que le raisonnement est commandé dans un discours logique ou scientifique.

31Ce n’est pas du tout le cas dans un environnement communicationnel. La communication n’exerce pas la même pression sur le propos que l’information. Plus libre par rapport à la réalité, ou plutôt au lieu de construction d’une réalité, elle offre une marge de manœuvre expressive beaucoup plus large. Indigente quand prévaut l’information, l’opinion sied parfaitement bien à la communication. Quand l’important est l’interrelationnel et l’intersubjectif, la discussion autour des enjeux sociaux peut parfaitement se cantonner à l’échange d’appréciations personnelles.

32Dans une perspective diachronique, une mutation de l’information vers la communication va de pair avec une évolution de l’argumentation vers l’expression de conviction : la visée n’est plus alors d’ancrer ce que l’on pense dans un plaidoyer de quelque sorte, mais de simplement dire ce que l’on pense.

Conclusion

33Quel sera demain notre rapport à la réalité ? Comment aborderons-nous la moralité ? Comment la discussion sur les enjeux sociaux intégrera-t-elle ou exclura-t-elle l’argumentation ?

34Il y a fort à parier que la réponse à ces questions soit déterminée par l’équilibre entre communication et information qui est actuellement à se tisser dans la mouvance sociale. Rien n’indique que la prégnance contemporaine de la communication s’atténuera. Elle n’est pas, non plus, fixée définitivement. À cet égard, les technologies de l’information et communication ont une influence majeure. Elles concourent à des pratiques nouvelles de l’information et de la communication qui modifient leur rapport et elles contribuent de la sorte de manière transitive et donc souterraine à la détermination de notre rapport au monde, à l’éthique et à la rationalité.

Haut de page

Bibliographie

CHARRON, Jean et al. (dir.) (2004), Nature et transformation du journalisme : théorie et recherches empiriques, Québec, Presses de l’Université Laval.

CHARRON, Jean et Jean DE BONVILLE (1996a), « Journalismes en mutation : perspectives de recherche et orientations méthodologiques », Communication, 17(2), p. 15-49.

CHARRON, Jean et Jean DE BONVILLE (1996b), « Le paradigme du journalisme de communication : essai de définition », Communication, 17(2), p. 51-97.

ETCHEGOYEN, Alain (1991), La valse des éthiques, Paris, Éditions François Bourin.

GAUCHET, Marcel (2010), « Entrevue. Sortir du brouillard médiatique. Marcel Gauchet plaide pour un réenchantement du monde de l’information », Le Devoir, 11 janvier, p. A1 et A10.

GAUTHIER, Gilles (2002), « L’argumentation éditoriale. Le cas des quotidiens québécois », Studies in Communication Sciences, 2(2), p. 21-46.

GAUTHIER, Gilles (2003), « Critique du constructivisme en communication », Questions de communication, 3, p. 185-198.

GAUTHIER, Gilles (2004a), « Journalisme et réalité : l’argument constructiviste », Communication et langages, 139, p. 17-25.

GAUTHIER, Gilles (2004b), « La vérité, visée obligée du journalisme. Le réalisme journalistique », Les Cahiers du journalisme, 13, p. 164-179.

GAUTHIER, Gilles (2004c), « Le constructivisme, source de moralisme en journalisme » dans Denis BENOÎT (dir.), Éthique et communication, JePublie, p. 173-183.

GAUTHIER, Gilles (2004d), « L’argumentation autour de l’élection présidentielle française de 2002 dans la presse québécoise : l’application d’une approche analytique de l’argumentation » dans Philippe MAAREK (dir.), La communication politique française après le tournant de 2002, Paris, L’Harmattan, p. 187-201.

GAUTHIER, Gilles (2005a), « A realist point of view on news journalism », Journalism Studies, 6(1), p. 51-60.

GAUTHIER, Gilles (2005b), « La réalité du journalisme », Communication, 23(2), p. 150-181.

GAUTHIER, Gilles (2005c), « Le constructivisme est intenable en journalisme », Questions de communication, 7, p. 121-145.

GAUTHIER, Gilles (2005d), « Argumentation et opinion dans la prise de position éditoriale » dans Marcel BURGER et Guylaine MARTEL (dir.), Argumentation et communication dans les médias, Québec, Éditions Nota bene, p. 131-155.

GAUTHIER, Gilles (2006a), « La prise de position éditoriale. L’exemple de la presse québécoise », Communication, 25(1), p. 112-133.

GAUTHIER, Gilles (2006b), « L’argumentation sur la question nationale au Québec », Globe, 9(1), p. 257-274.

GAUTHIER, Gilles (2007), « La structure et les fondements de l’argumentation éditoriale », Les Cahiers du journalisme, 17, p. 322-342.

GAUTHIER, Gilles (2008a), « La discussion éditoriale », Communication, 26(2), p. 151-173.

GAUTHIER, Gilles (2008b), « L’immigration et l’identité nationale : une polémique vide d’arguments » dans Philippe J. MAAREK (dir.), La communication politique de la présidentielle de 2007. Participation ou représentation ?, Paris, L’Harmattan, p. 137-147.

GAUTHIER, Gilles (2010b), « Les problèmes méthodologiques de l’analyse de l’argumentation éditoriale. La question du repérage », Communication, 28(1), p. 71-100.

GAUTHIER, Gilles (à paraître), « L’argumentation éditoriale du Devoir sur la question nationale. Du fédéralisme de Claude Ryan au souverainisme de Lise Bissonnette », Communication, 29(2).

NGUYÊN-DUY, Véronique (2002), « L’information dans les émissions humoristiques. La fin du monde ou la fin d’un monde ? ». Communication présentée au Congrès de l’Association francophone pour le savoir.

PERELMAN, Chaïm et Lucie OLBRECHTS-TYTECA (1958), Traité de l’argumentation, la nouvelle rhétorique, Paris, Presses universitaires de France.

SEARLE, John R. (1969), Speech Acts. An Essay in the Philosophy of Language, Cambridge, Cambridge University Press.

SEARLE, John R. (1979), Expression and Meaning. Studies in the Theory of Speech Acts, Cambrige, Cambridge University Press.

SEARLE, John R. (1983), Intentionality. An Essay in the Philosophy of Mind, Cambridge, Cambridge University Press.

STENGERS, Isabelle (1995), L’invention des sciences modernes, Paris, Flammarion, Coll. « Champs ».

TOULMIN, Stephen (1958), The Uses of Argument, Cambridge, Cambridge University Press.

WATINE, Thierry (2003), « De la convergence des métiers de la communication publique à l’hybridation des pratiques professionnelles : la nouvelle posture journalistique », Les Cahiers du journalisme, 12, p. 242-277.

WATINE, Thierry et al. (2005), Pratiques novatrices en communication publique. Journalisme, relations publiques et publicité, Québec, Presses de l’Université Laval.

Haut de page

Notes

1  Une information peut porter sur une autre information. Mais alors, la seconde constitue la réalité de la première, qui a elle-même trait à une réalité sous-jacente.

2  Cette recherche s’inscrivait dans la perspective plus large d’une critique du constructivisme en journalisme (Gauthier, 2005c et 2004a).

3  Il y aurait à ce propos une hypothèse historique à étayer : la démarche scientifique peut émerger, se développer et s’imposer seulement au sein d’une société qui valorise l’information.

4  Marshall McLuhan le disait il y a déjà longtemps : « Le message, c’est le média » !

5  C’est également ce qui explique que la communication soit particulièrement sensible à une investigation constructiviste. J’ai mené une critique du constructivisme contemporain en communication (2003).

6  Il est d’autant plus tentant d’associer de la sorte Perelman et Toulmin qu’ils constituent un cas assez spectaculaire de convergence théorique : sans être en relation l’un avec l’autre, dans des terreaux intellectuels tout à fait distincts et dans des perspectives heuristiques dissemblables, ils ouvrent, la même année, le même front de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Gauthier, « Comment l’extension de la communication bouleverse l’éthique et l’argumentation », Communication [En ligne], Vol. 29/1 | 2011, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/2513 ; DOI : 10.4000/communication.2513

Haut de page

Auteur

Gilles Gauthier

Gilles Gauthier est professeur au Département d’information et de communication de l’Université Laval. Courriel : gilles.gauthier@com.ulaval.ca.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org