Navigation – Plan du site
Recherches

Les enjeux de la communication de l’économie solidaire en Île-de-France

Cyrille Terrier

Résumés

Cette étude se fonde sur un ensemble de témoignages d’acteurs de terrain pour identifier d’éventuels problèmes de communication de l’économie solidaire en Ile-de-France et avancer des solutions. L’enquête mène à plusieurs pistes de réflexion ; principalement sur les particularismes locaux, le contenu sémantique des discours et l’intégration des nouvelles technologies dans la communication. L’analyse fait ressortir la compréhension qu’ont les acteurs des enjeux de leur communication, prise entre les vastes possibilités de diffusion médiatique qu’offre la technique, la volonté de maîtrise du contenu et la pertinence d’un enracinement local.

Haut de page

Texte intégral

1Notre objectif est de traiter des aspects problématiques de la communication dans l’économie solidaire en Île-de-France d’un point de vue ethnologique.

2L’étude présentée ici s’inscrit dans le cadre d’un projet PICRI (Partenariat institutions et citoyens pour la recherche et l’innovation), « Économie solidaire et communication », soutenu par la région de Île-de-France. Elle avait pour but de recueillir un ensemble de témoignages d’acteurs de terrain et de communicants dont l’analyse devait permettre de dresser un cadre heuristique visant à cerner et à résoudre des problèmes de communication de l’économie solidaire en Île-de-France. Ensuite, pour valider cette première approche théorique, un atelier de travail collaboratif devrait être proposé aux parties prenantes par l’intermédiaire d’une plate-forme informatique. Ainsi, nous pouvons noter d’emblée cet aspect essentiel pour la suite : ce projet a une finalité d’application pratique.

3Remarquons que cette étude a porté sur l’économie sociale en même temps que sur l’économie solidaire, car ces deux approches de l’économie ne sont pas toujours dissociables.

Cadre théorique

4Si l’ethnologie a progressivement limité ses incursions dans les sociétés « lointaines » au profit de sociétés urbaines contemporaines, son ancienne spécialité visant à approcher des mondes distants s’est convertie en recherche de regards distanciés pour comprendre des situations proches. En restreignant ainsi son champ d’investigation géographique, elle a élargi ses connexions avec d’autres disciplines partageant les mêmes terrains, et a fait face à une multiplication des approches et des représentations.

5Dans cette perspective, l’ethnologie, en raison de sa vocation à bâtir des ponts interculturels, de sa spécificité de considérer non seulement les objets mais aussi les points de vue sur les objets, peut fortement contribuer à la compréhension des univers sociaux. Elle fait alors face à l’enjeu de transformer la complexité perçue en progrès de connaissance (Morin et Le Moigne, 1999). Pour cela, une façon d’aborder la complexité serait d’écarter, pour un temps, les approches purement disciplinaires et d’examiner les enchevêtrements de processus observables (De Rosnay, 1975).

6Notre étude comporte bien cette complexité : elle se situe à la croisée de l’économie, de l’anthropologie, de la communication et de la technologie. Son contexte pourrait nous conduire à analyser l’économie solidaire dans l’espace public, ce qui réclamerait une vaste analyse tridimensionnelle : politique, économique et symbolique (Dacheux, 2009). Nous nous concentrerons sur le rapport entre l’acteur et le citoyen et ne l’envisagerons que dans le cadre d’un espace collaboratif. Notre objectif se limite donc ici à mettre en place les conditions d’une analyse par les acteurs eux-mêmes et à poser pour nous un cadre d’observation de leurs pratiques.

7Yves Winkin observe que la notion de communication est définie de plus de 100 façons différentes et qu’il est inutile d’essayer de la suivre. Mais nous nous appuierons sur sa remarque que

[…] la communication restera scientifiquement problématique aussi longtemps qu’elle sera considérée comme une solution à tous les problèmes relationnels et organisationnels et qu’elle ne deviendra intellectuellement satisfaisante qu’à partir du moment où elle sera considérée comme un problème c’est-à-dire comme un phénomène social complexe qui mérite d’être étudié par et pour lui-même (2001 : 51).

8La communication est par essence commune à toutes les interactions sociales qui la modulent selon les besoins. Pour l’aborder, nous avons tenté de saisir les différents « niveaux de réalité » (Watzlawick, 1978) mis en œuvre dans les relations entre parties prenantes. Le premier niveau considéré a été la réalité du terrain : pour comprendre les enjeux et évaluer dans quelle mesure les théories ou les idées sont représentatives des pratiques et du vécu, nous avons mené une campagne d’entretiens auprès d’acteurs de l’économie sociale et solidaire (ESS). La méthode générale d’investigation, d’accès au terrain et d’analyse de l’information recueillie renvoie au corpus théorique de l’ethnométhodologie (Garfinkel, 1984), qui se donne notamment pour objet d’étudier les logiques locales des groupes sociaux dans une perspective d’application pratique. Les analyses s’appuieront le plus souvent sur des citations d’entretiens, car les propos tenus par nos interlocuteurs étaient la plupart du temps très contextualisés ; par conséquent, les tentatives de synthèse ou de généralisation d’idée devront être prises avec discernement.

Méthode générale d’investigation

9L’opération a démarré par la recherche d’organismes d’économie sociale ou d’économie solidaire qui semblaient compter dans le domaine. Après avoir relevé une liste d’organismes correspondant à notre définition, nous avons retenu pour principe que chaque interlocuteur serait indicateur, voire prescripteur, des suivants. Ainsi, à l’issue de chaque entretien, nous avons demandé conseil sur d’éventuelles personnes incontournables pour cette étude.

10Les entretiens ont été menés d’une façon non directive ; ils visaient davantage à susciter un discours personnel et à laisser un espace ouvert à des éléments originaux qu’à répondre à un ensemble de questions fermées. Aussi, nous avons évité les questionnaires et les enchaînements de questions préétablis qui auraient orienté les réponses et nous avons, autant qu’il était possible, porté les débats sur un questionnement pour inciter la personne à énoncer ce qui fait sens pour elle.

11Les entretiens ont été effectués sur un mois à la fin de l’année 2009. Nous souhaitions concentrer l’étude de terrain sur un délai court, de façon à avoir le même contexte social d’un interlocuteur à l’autre. Nous avons voulu éviter que les faits politiques ou sociaux qui alimentent en permanence notre quotidien, et auxquels la population visée paraissait sensible, n’interfèrent trop avec l’étude.

12Nos interlocuteurs ont généralement accepté rapidement un rendez-vous, même si leur emploi du temps était, selon eux, chargé.

13Finalement, neuf entretiens ont été menés, enregistrés et transcrits verbatim. Une conséquence du choix méthodologique d’ouverture et de relative liberté des discussions a été que ces neuf entretiens représentent une masse d’information très dense et très conséquente. C’est cette matière que nous allons analyser.

14Parallèlement aux prises de contact, nous avons élaboré un fil conducteur d’entretiens fondé sur trois hypothèses préliminaires :

  1. Le terme même d’économie sociale et solidaire (ESS) est fortement polysémique et de nature à rendre confus les messages d’une population par ailleurs très diversifiée. Un éventuel désaccord sur le sens de ce terme pourrait avoir des conséquences importantes.

  2. La région de Île-de-France, en raison de son étendue et de son hétérogénéité (à la fois urbaine et rurale, nationale et régionale, capitale et banlieusarde, riche et pauvre…), peut être un frein à l’expression d’une politique commune claire. Il pourrait y avoir un choix à faire entre communiquer sur cette diversité et sur le secteur dans son ensemble. Par ailleurs, des entités régionales pourraient être étouffées par les intérêts nationaux trop voisins.

  3. Si Internet est devenu pour de nombreuses personnes incontournable, les sites informatiques pourraient poser des problèmes d’accès (financier ou culturel). Dès lors, la fracture numérique serait de nature à exclure une partie des populations intéressées ; la gestion de cette éventuelle dimension sélective de la communication serait éthiquement à prendre en considération. En corollaire, si problèmes de communication il y a, ils devraient être d’ordre médiatique ou politique, c’est-à-dire question de supports, de vecteurs ou de contenu.

15Ces quelque dix heures d’entretiens, avec des interlocuteurs fortement engagés (voir annexe), ont donné une matière extrêmement riche dont nous faisons ici un résumé succinct.

16La plupart des personnes interrogées avaient déjà un discours très ordonné et semblaient accoutumées à la présentation de leurs idées et de leur organisation. Elles ont fait montre d’une importante culture personnelle — livresque et vécue — sur le sujet, ainsi que d’une connaissance de l’économie sociale et de l’économie solidaire à la fois historique, philosophique et prospective. Ainsi, visiblement rompues à la communication orale, elles manifestaient l’attente d’un « certain niveau » d’échange. Or, la posture d’enquête choisie, consistant à ne pas afficher d’opinion, d’analyse, de conviction ou d’engagement personnels, à ne pas trop préciser les questions pour ne pas les fermer, à ne pas briller pour laisser le maximum d’expression aux autres, n’était pas très valorisante pour les personnes interviewées, et quelques-unes d’entre elles ont pu montrer une certaine déception.

17Par exemple, tel interlocuteur, lorsqu’il a compris lors des présentations qu’il n’avait pas affaire à un professeur de l’université mais à un « simple chercheur », a sensiblement changé de ton, regardant fréquemment l’heure et écourtant l’entretien, de 1 heure prévue lors du rendez-vous à 40 minutes. Tel autre, à la suite d’une question par trop ouverte, s’agaçait : « Il faut être un peu plus précis sur ce genre de trucs, tu vois… » ; plus tard, par rapport à une question plus précise, il nous trouvait « négatif », alors que nous n’étions que distant. Une autre interlocutrice a cherché à plusieurs reprises à nous « évaluer », demandant si nous avions lu tel article, pensé à telle chose, rencontré telle personne, pour ensuite faire état de ses multiples actions personnelles et du fait qu’il serait bon que le secteur soit davantage étudié par des spécialistes !

18Chacun restait ainsi dans une attitude de respect formel, mais montrait ses doutes par rapport à un enquêteur qui n’était pas reconnu dans le milieu et ne semblait pas investi personnellement. Nous verrons plus tard que cette attitude pourra être mise en perspective avec un usage des acteurs de l’ESS consistant à s’inter-reconnaître sur la base de critères communs.

19En définitive, la difficulté a été, face à ces spécialistes engagés dans leur domaine, de les amener à exprimer leurs pensées sans répondre à leur attente d’un débat qui aurait été long et hors de propos, et sans être clairement défini par rapport à leurs valeurs.

20Un entretien toutefois s’inscrit en contre-exemple de ce qui précède : en raison de l’indisponibilité de notre personne-ressource initiale, nous avons été reçu dans une association par une salariée qui a assuré la première partie du rendez-vous au pied levé. L’entretien a été, au début, assez difficile, car notre interlocutrice a adopté d’emblée une position relativement passive consistant à nous faire préciser nos questions — « Je ne comprends pas ce que vous voulez dire », « Mais de quelle communication parlez-vous ? », etc. — jusqu’à ce que nous y mettions suffisamment de contenu pour qu’elle y puise ses propres réponses. Après quelques minutes, nous avons fini par souligner que nos questions ne visaient pas à lui expliquer notre point de vue mais à comprendre le sien. Elle a alors précisé qu’elle pouvait parler en son nom mais qu’elle ne maîtrisait pas la communication de son association.

21Cet entretien a été révélateur de la facilité avec laquelle les autres personnes interviewées pouvaient décliner un discours — qui d’ailleurs n’était pas toujours ajusté à la question posée. Cela indique le caractère mûri ou répétitif de beaucoup de renseignements recueillis.

22De plus, il y a des questions qui ont suscité un discours d’emblée très riche en idées, en exemples et en matière à réflexion, tandis que d’autres questions nécessitaient des précisions, des contextualisations, des moments de silence, sans doute parce qu’elles n’appelaient pas une réponse préformée et étaient support à une réflexion de l’instant.

23En conséquence, pour la phase d’interprétation, l’écoute et la transcription précise des entretiens sont importantes, car elles peuvent indiquer beaucoup quant au contenu : les phrases exprimées tranquillement sans hésitation peuvent être des passages de discours acquis et souvent formulés, les mots répétés ou bafouillés sont plus dans une réflexion nouvelle, les propos enflammés ou précipités peuvent indiquer un engagement profond… Nous tiendrons compte autant que possible de tous ces éléments dans les analyses qui suivront.

Analyse

24Nous allons d’abord ordonner, à partir des hypothèses précédentes, les propos recueillis au cours de ces neuf entretiens.

Sens des termes économie sociale et solidaire et ESS

25C’était le premier thème abordé. Il a fallu souvent y revenir plusieurs fois au cours des entretiens parce que l’étendue de la question n’était pas toujours tout de suite pleinement appréhendée.

26Le sens du sigle ESS ou de l’expression « économie sociale et solidaire » est à considérer selon les différents points de vue de nos interviewés.

27D’abord, si nous parlons bien d’un sigle et non pas d’un acronyme, c’est parce que ESS peut être pensé de différentes façons. Au cours de ses enquêtes journalistiques, Thierry Brun a sans cesse fait face

[…] à la définition et à savoir si on parlait de l’économie sociale et/ou de l’économie solidaire, l’économie sociale solidaire, l’économie sociale et solidaire, bref on avait une foison de personnes devant nous qui nous reprenaient […]. Pour nous l’économie sociale c’est aussi de l’économie solidaire, donc on est confrontés à autant de définitions qu’on veut selon les personnes qu’on a devant soi.

28Et si le terme économie sociale et solidaire est aujourd’hui fixé et fait consensus, les nuances suggérées par les deux autres expressions demeurent importantes, comme l’indique François Bernard : « […] nous on veut bien travailler avec ceux qui se revendiquent de l’économie sociale, mais le vocable économie sociale et solidaire ne me convient pas. Moi je préfère parler de l’économie sociale et de l’économie solidaire. »

29Ensuite, c’est une bannière sous laquelle se retrouvent des personnes et des organisations qui ont des valeurs, des principes, des sensibilités ou des projets en commun. À ce titre, les expressions « ESS » et « économie sociale et solidaire » sont fortement investies et revêtent une grande importance. Mais si ces termes visent à définir une appartenance et ont donc une fonction identitaire pour les membres — groupes ou personnes — qui s’en réclament ou s’y réfèrent, ils sont aussi sujets à caution : il arrive qu’on renvoie à des « valeurs ESS » sans s’en réclamer nécessairement, car l’appartenance au secteur n’est pas univoque. C’est le cas d’Elie Prévéral :

[…] d’un point de vue pragmatique, nos lignes de financement sont des lignes ESS auprès des pouvoirs publics, eux nous catégorisent comme ça ! Ce que fait MINGA c’est de l’ESS… la question c’était est-ce que MINGA se revendique de l’ESS ou pas ? Ça dépend ce qu’on met derrière, si on y met une ligne de financement public ou si on y met un projet politique.

30Et dans la pratique, « aucun membre de MINGA ne se revendique de l’ESS dans son activité économique, il n’y a pas de segmentation établie, c’est juste une question de perception ».

31Par ailleurs, ces expressions font sens à l’extérieur du champ de l’ESS et peuvent porter un a priori favorable, comme le montre ce que vit Jean-Paul Blin avec de grandes entreprises qui travaillent de préférence avec des structures d’insertion reconnues « ESS » :

Je m’aperçois de plus en plus que des entreprises nous contactent par rapport à ça. J’en avais pris conscience il y a déjà une dizaine d’années : je travaille avec le groupe L’Oréal, par exemple, sur des interventions où on crée des trophées pour eux avec des sculpteurs de chez nous, et de temps en temps nous intervenons pour des événements de communication. À cette époque-là, quand j’y suis rentré tout le monde m’a dit « attention c’est une grosse boîte vous allez vous faire presser les gars ils vont faire ça pour les bonnes actions et tout... » Pas du tout ! Moi je me suis aperçu à l’intérieur qu’il y avait des gens qui pensaient un peu et qui avaient envie aussi de donner aux autres la possibilité de... Et je me rends compte, maintenant que nous faisons un peu depuis quelques années le tour des fondations et des entreprises, que ce côté solidaire apparemment nous sert parce qu’ils regardent les sites, ils s’aperçoivent qu’on est dans ce secteur et ils nous appellent souvent pour ça. Alors c’est vrai que c’est pas toujours pour des opérations artistiques et culturelles, c’est pour la mise à disposition de personnel en général pour leur trouver le profil adéquat [...]. Mais on sent bien que ce côté solidaire... depuis 2 ou 3 ans les gens y sont sensibles, il se passe quelque chose quoi !

32Pour ces entreprises, la communication sur l’aspect solidaire de l’activité est porteuse d’intérêt, alors qu’il y a peu de temps, ce même argument, associé à des idées dévalorisées d’aide, de subvention, de chômage ou de revenu minimum d’insertion, était très mal perçu.

  • 1  Pour laquelle Madeleine Hersent recommande la définition du Dictionnaire de l’autre économie (Lavi (...)

33Le terme est ici intéressant parce qu’il correspond à quelque chose de « vendeur » ; dans cette perspective, peu importe qu’il ne soit pas bien compris : son intérêt réside plus dans son contenu supposé que dans sa signification officielle1. Dès lors, face à des récupérations possibles, Stéphane Veyer nous précise le comportement adopté par certains membres :

[…] demain Veolia peut dire moi je fais de l’économie sociale et solidaire parce que j’engage des gens !… On a un système d’inter-reconnaissance et c’est ce qui se passe : il y a des acteurs de l’économie sociale et solidaire qui disent « Voilà quelqu’un qui se proclame haut et fort de l’économie sociale et solidaire, mais je ne le reconnais pas de ma famille. Il est peut-être de l’économie sociale et solidaire, mais il n’est pas de ma famille ».

34Il y a donc une difficulté fondamentale lorsqu’on évoque l’ESS comme référence ou terme fédérateur : pour les parties prenantes de ce secteur, le mot compte moins que l’action. Les acteurs de cette économie se fédèrent autour de pratiques observables et se méfient des déclarations qui peuvent ne pas correspondre à des pratiques pour eux acceptables. Pour Wilfried Maurin, cela engage même le choix des partenaires :

[…] il y a des éléments de définition de l’économie sociale qui sont assez cadrés, il y a des éléments qui sont moins cadrés ou plus ouverts de l’économie solidaire. Nous ce qui nous intéresse pour voir les gens avec qui on va travailler c’est à la fois les pratiques qu’ils mettent en œuvre au quotidien et le lien entre ces pratiques et les valeurs de l’économie sociale et solidaire. Et la deuxième chose c’est la direction : dans quelle direction vont ces acteurs-là. Ce qui fait qu’on a récemment été amenés à travailler par exemple avec la CGPME dans le cadre d’un projet car le comportement, les pratiques et la direction qu’ils ont eus dans le cadre de ce projet est intéressant pour nous. Donc voilà une conception relativement ouverte de la notion d’économie sociale et solidaire.

35À titre d’exemple, on nous a cité plusieurs cas d’initiatives en phase avec l’ESS qui n’en portent pas le nom (pour certaines entreprises d’insertion, par exemple), tandis que d’autres entreprises (aussi d’insertion ou bien des banques) peuvent s’en réclamer, être sociales selon leurs statuts, mais ni sociales ni solidaires dans leurs pratiques.

36François Bernard souligne qu’

on en est à discuter au CEGES actuellement pour savoir si les entreprises d’insertion font partie de l’économie sociale. Là y a problème ! parce qu’on se raccroche à un truc qui est de dire : oui mais il faut avoir l’un des trois statuts […]. Le CEGES qui est l’organisme qui représente les employeurs de l’économie sociale n’admet pas en son sein l’insertion. Pourquoi ? Parce que dans les entreprises d’insertion il y a des associations, quelques SCOP et il y a des SARL classiques ; or les SARL classiques ont pas les statuts de l’économie sociale, donc dégagez voie 12 […]. Parce que pour eux c’est une garantie qu’on est bien dans l’économie sociale ; donc ça ça pose problème sur plein de choses. Mais des gens, qui se revendiquent de l’économie sociale et l’économie solidaire qui s’organise, entre autres, à travers le MES, disent : « Les statuts c’est ni notre préoccupation ni une garantie suffisante. » Moi je connais des associations, des sociétés coopératives qui ont des comportements crapuleux qui ont rien à voir avec une autre économie et qui se prétendent être l’économie sociale et l’économie solidaire !

37En ce qui concerne la nuance entre « social » et « solidaire », les avis sont assez convergents : le terme économie sociale, référant à des statuts, est plus de l’ordre de l’identité, tandis que le terme solidaire est davantage attaché à des réalités fonctionnelles et doit toujours être contextualisé, ce qui renvoie naturellement à cette idée de pratique que nous avons déjà évoquée. Le concept « solidaire » arriverait à notre époque pour rappeler aux tenants de l’économie sociale une partie de ses objectifs. Dès lors, le « solidaire » contiendrait une critique de ce qu’est devenu le secteur social ; il serait une réaction au trop institutionnel. Stéphane Veyer traduit à ce sujet un sentiment général en disant : « Je n’ai rien contre l’expression d’économie sociale et solidaire dans la mesure où tous les projets très dynamiques et utopiques de l’économie sociale sont solidaires. »

38En définitive, la méfiance envers les mots (ESS, solidaire…) semble avoir deux origines :

    • 2  Au sens ethnométhodologique (Garfinkel, 1984 ; Coulon, 1996 ; De Luze, 1997).

    ils ont très indexicaux2, c’est-à-dire fortement dépendants du contexte dans un milieu très varié, ce qui les rend potentiellement trompeurs ;

  • le fait qu’ils aient une bonne image auprès du grand public les rend commercialement « vendeurs », ils peuvent alors être récupérés puis détournés, voire pervertis, par les entreprises de l’économie libérale.

39Il reste que le débat sur la terminologie apparaît comme fondamental, car comme l’indique François Bernard, « économie sociale et économie solidaire sont deux aspects, deux façons de voir à partir desquels se présentent des croisements, des divergences, des complémentarités qui nourriront le travail ou les actions ensemble ».

Particularismes liés au cas de l’Île-de-France

40L’Île-de-France est reconnue par tous comme étant un lieu très particulier. Mais les particularismes décrits ou leurs effets supposés sont très divers. Il y a un environnement extrêmement contraignant en pratique (population, circulation, transports…) et en organisation (centre névralgique du pays, activités régionales hétéroclites…).

41Nous avons relevé deux types d’implications de cette problématique régionale : (1) la cohabitation du national et du régional et (2) l’hétérogénéité de la région de Île-de-France.

Cohabitation national-régional

42Cette cohabitation est particulièrement sensible quand la structure régionale est à Paris, qui est à la fois une ville, un département et la capitale du pays.

43À Paris, on peut, par exemple, viser des financements régionaux et nationaux plus nombreux mais aussi plus concurrentiels qu’en province, et ces financements vont influer sur l’activité régionale. Parfois, l’entité régionale y gagne en dynamisme et en synergie grâce aux mutualisations de moyens. Parfois, elle risque d’être étouffée par la référence nationale et d’en devenir un simple faire-valoir, comme l’analyse Jean-Marc Borello :

[…] la difficulté d’être région-capitale c’est lorsque vous avez à la fois une tête de pont nationale et un réseau régional, sans doute que le réseau régional est un peu masqué derrière les têtes de pont nationales, ça c’est la réalité pour toute organisation. Il est clair que les organisations régionales en région hors Île-de-France ont tendance à mieux fonctionner parce qu’elles ne sont pas en concurrence directe avec les organisations nationales, ça c’est vrai quels que soient les modèles d’organisation […]. Localement évidemment ils ont une libre communication, c’est-à-dire que chaque échelon régional communique à son niveau, sauf que lorsqu’un média national vient nous voir, il est à Paris, on va visiter ensemble une structure régionale et elle apparaît comme étant représentante de l’organisation nationale. C’est juste qu’on peut pas se déplacer instantanément à l’autre bout de la France avec une équipe de télévision ou un journaliste alors qu’on a 70 ou 80 structures dans Paris intra-muros, on va forcément mettre le focus sur une structure parisienne.

44L’Île-de-France a aussi la particularité de phagocyter les structures modestes, non pas par empêchement ou étouffement, mais par expansion forcée et par suite complication de l’organisation et risque d’assimilation à l’économie classique. Tout cela fait qu’il y a un risque de possible réussite et d’expansion difficile à gérer, à la fois sur le plan fonctionnel et sur le plan des valeurs.

45Sur l’organisation, les avis divergent. Pour Jean-Marc Borello, les entités régionales et nationales doivent être séparées ; pour Anna Forgues, il y a des synergies dont doivent bénéficier les structures régionales :

[…] il me semble que MINGA Île-de-France est très active par rapport à d’autres régions en France. Ils ont sorti il n’y a pas longtemps un annuaire, il y a vraiment une vie indépendante de ce que peut faire le siège. Enfin il y a une administratrice nationale qui est aussi membre de MINGA Île-de-France et ça ne l’empêche pas de participer à l’activité nationale !

46François Bernard nous signale un autre aspect typique de la région : « Les histoires de siège et de structure régionale, ça c’est une autre question qu’on retrouve un peu partout, dans beaucoup d’organisations, c’est la gérontocratie, le cumul des mandats… mais y compris moi, on en est tous là ! »On peut être à la fois responsable régional et administrateur national, ou membre de plusieurs organisations dans lesquelles les mêmes personnes font tout et décident de tout pendant « longtemps ». Le manque de représentativité des femmes ou des jeunes aux postes de décision a aussi été plusieurs fois relevé.

Hétérogénéité de la région

47Madeleine Hersent déclare que

[…] c’est pas une région, ça n’a pas une vraie identité de région : c’est très proche du national, c’est face à une municipalité comme Paris qui est très puissante avec une banlieue très précarisée à l’est et très bourgeoise à l’ouest, très proche du national, donc on ne sait jamais quelles sont les instances régionales, quelles sont les instances nationales et quelles sont les instances locales.

48Il y a l’Île-de-France et il y a Paris. Il est d’ailleurs symptomatique qu’on parle de région parisienne pour désigner la région de Île-de-France.

49Il peut y avoir des activités de proximité et des activités sans nécessité de proximité ni de contact. Les problèmes de transports peuvent jouer sur des proximités apparentes ou complexes. Tout centre ou siège national est installé dans un lieu qui a ses caractéristiques. Elie Prévéral indique qu’avoir un siège à Saint-Denis ou à Paris n’est pas anodin : « Là on est à Saint-Denis, Saint-Denis est dans Plaine-commune, Plaine-commune est en Seine-Saint-Denis et la Seine-Saint-Denis dans l’Île-de-France. Vous avez la construction territoriale des relations qu’on a […] et c’est la logique territoriale qui fait le vécu et les rencontres. »

50Au sein de l’Île-de-France, Paris a une influence très puissante par rapport à sa banlieue ; de plus, les instances politiques régionales y sont très proches du national. Il faut parfois savoir jouer sur des couleurs politiques différentes selon les partenaires. Cette complexité, vraie pour tout le monde, est aussi un enjeu pour l’ESS.

51Nous l’avons vu plus haut, il peut être difficile de rester petit et local à Paris ; les sollicitations d’extension dans toute la région ou en province sont nombreuses et parfois le régional parisien est poussé à prendre une envergure nationale :

  • en raison de demandes d’usagers qui ne trouvent pas de réponse dans leur proximité et insistent pour bénéficier d’un service délocalisé (c’est le cas pour Actemploi),

  • ou parce que les entreprises de l’économie classique y ont leur siège et de grands moyens ; dès lors, pour continuer d’exister, il peut être nécessaire de filialiser des activités pour consolider une implantation (c’est le cas pour le Groupe SOS).

52Autre phénomène typique dans cette région, il y a une diversité et une densité d’entreprises qui font que tout projet nécessitant des partenariats est susceptible d’engager des entreprises non ESS (voir la remarque précédente de Wilfried Maurin).

53Cette hétérogénéité est aussi une force lorsque les implantations régionales sont comme des laboratoires de la diversité nationale. L’Île-de-France, parce qu’elle contient une dimension urbaine et une dimension rurale et aussi en raison de sa proximité des grands médias et des grands centres de décision, répercute une représentation nationale des organisations à implantation nationale, comme c’est le cas pour MINGA ou le Groupe SOS.

54Thierry Brun pense que cette hétérogénéité rend complexe l’accès aux informations :

La région Île-de-France est la plus importante des régions. Il existe un centre des ressources de l’économie sociale et solidaire. Si j’interroge les gens pour leur demander : vous savez qu’il existe un centre régional de ressources de l’économie sociale et solidaire, ils vont me regarder avec des yeux énormes… d’autant plus que ça ne s’appelle pas comme ça, ça s’appelle l’Atelier !

Rapport aux nouvelles technologies : attentes et écueils pour un site collaboratif

55L’idée de discuter par l’intermédiaire d’une plate-forme collaborative a attiré selon les points de vue des avis modérés ou pessimistes.

56Si Internet est certes devenu un espace incontournable, si les sites sont une ouverture supplémentaire sur le monde, s’il peut être bon de se rencontrer pour discuter de critères, s’il y a un besoin de se retrouver sur des valeurs fortes, les réserves sont venues du manque de contacts physiques sur le Web, ce qui montre qu’on est encore dans une idée de proximité et non pas de communication globale délocalisée.

57L’idée de plate-forme sur Internet laisse nos interlocuteurs perplexes parce que, souligne Stéphane Veyer, « […] le lien faible je suis pas sûr que ce soit la priorité. Ce dont manque cruellement l’économie sociale et solidaire c’est de lien fort […] ce qui manque c’est des outils financiers partagés, de la mutualisation de compétences de postes d’emploi, des groupements d’employeurs, des fonds de garantie ».

58Le but d’un outil collaboratif serait de soutenir une pratique dans le monde réel et non pas dans un monde virtuel. Il faut donc des rencontres physiques, et l’outil informatique n’est qu’un appui pour tisser du lien fort permettant par exemple de répondre collégialement à des appels d’offres. Ceux-ci sont de plus en plus complexes, à la fois sur le plan technique pour ce qui a trait à la comptabilité et aux normes et par rapport à la gestion de l’ensemble des organisations membres par le mandataire officiel. Il y a un réel besoin de communiquer rapidement et transversalement, car dans ces montages l’ensemble d’un groupe peut être mis en péril par un prestataire défaillant.

59En corollaire, il y a aussi un danger supposé lié aux outils informatiques qui promettent beaucoup : c’est le risque de complexité qui empêche la concrétisation de résultats. Dès lors, deux idées constitutives s’opposent : le réseau étendu entre parties prenantes qui se voient peu et la mosaïque où l’on répond sur place aux besoins émergents.

60Dans tous les cas, mettre en relation des entités d’importance variable soulève la question démocratique du même poids de parole à tous, « 1 organisation, 1 voix », qui nierait des différences mais révélerait des réalités de terrain.

61Un autre espace de travail serait possible pour les journalistes et autres communicants en manque d’information et de culture sur l’ESS, pour que certains sujets puissent être abordés non pas dans la découverte de l’instant mais avec une distance et une compréhension des enjeux : 

[…] les trois quarts des sujets sociaux sont traités sous l’angle de l’urgence. Chaque année lorsque le premier SDF est retrouvé gelé au petit matin, on a droit à une série de lieux communs sur les personnes SDF ; si on arrive à former un peu mieux les journalistes, à travailler avec eux en amont, etc., sans doute que le message devrait passer un peu plus facilement.

62Car parler des enjeux de l’ESS à la fois dans le système bancaire, la ruralité ou l’insertion, nécessite une réelle compétence, comme le souligne Thierry Brun : 

[…] il faut former les journalistes, quand j’ai les pigistes devant moi je leur dis : faites attention, c’est l’occasion de parler d’une actualité mais avec le prisme des alternatives. C’est-à-dire qu’on est des super journalistes parce qu’il faut une bonne connaissance de l’économie sociale : savoir que quand on traite des systèmes bancaires il y a les systèmes bancaires coopératifs […] ou si on parle des mutuelles il y a un projet de loi sur les financements de la sécurité sociale, alors il y a un grand enjeu pour l’économie sociale derrière ça ; il y a les complémentaires santé avec essentiellement des mutuelles de santé. Oui mais c’est quoi les mutuelles de santé ? Les mutuelles de santé c’est sans but lucratif, c’est pas la même chose que les assurances, etc.

63Sur la question technique des logiciels, il y a peu d’à priori : les avis, conformes aux prévisions, sont qu’il serait bon de travailler avec du logiciel libre dont les principes réfèrent à un système de valeur vu comme un modèle. Mais si la réalisation d’un projet solidaire devait passer par un autre chemin, ce serait acceptable. Ici, plusieurs points restent tout de même en suspens et devront être abordés, comme la propriété des données, la confidentialité — donc le choix de l’hébergeur — et l’éventuelle fermeture des groupes de travail nécessaire à la progression d’une réflexion mais excluant les nouveaux venus.

64La fracture numérique pose problème, mais, contrairement à ce que nous pensions, cela n’a pas été dressé comme argument contre notre projet. Car comme l’exprime Jean-Marc Borello,

[…] tout le monde n’a pas le même accès à la lecture. Je veux dire que quel que soit le médium choisi, le fait de choisir un médium vous exclut d’un certain public. L’analphabétisme est une valeur montante dans ce pays, si vous écrivez et que les gens ne peuvent pas vous lire, ils sont aussi exclus. J’ai quand même le sentiment que globalement aujourd’hui Internet et le 2.0 sont des modes de communication vers lesquels il faut aller avec un état d’esprit qui soit un peu open source pour avancer sur ces sujets-là.

65Aucun média n’est totalement accessible et le choix du médium de communication est indissociable de la question de l’accès à l’information et du mode de partage. Ainsi, beaucoup de gens qui maîtrisent l’outil informatique peuvent quand même ne pas être à l’aise pour discuter par écrit. Internet pourrait alors favoriser une élite qui sait rédiger et assume ses écrits susceptibles d’être largement lus et diffusés, ce qui engage plus que de discuter oralement et restreint la spontanéité.

Nature des problèmes de communication

66La pertinence de cette étude a parfois été mise en question, entre autres par François Bernard : « On n’arrête pas de dire : y a problème de communication dans l’économie sociale et dans l’économie solidaire… non ! ça c’est la fumée pour pas discuter des vraies questions : […] y a des trucs sur lesquels on n’est pas d’accord, c’est pas parce qu’on communique mal ou qu’on est mal perçus. »

67Cela posé, ce questionnement a largement été nourri par chacun ! Peut-être est-ce le mot problème qui serait problématique… Quoi qu’il en soit, il semble qu’il y ait effectivement des difficultés à travailler.

68De la plupart des entretiens ressort une recherche d’équilibre entre des souhaits utopiques et des réalités envisageables. Plusieurs interlocuteurs ont éprouvé le besoin de faire la nuance entre le discours de la structure qu’ils représentent et leur discours personnel que la structure ne saurait porter. Cette contextualisation, souvent nécessaire, révèle une complexité telle qu’il est difficile d’assumer une pensée globale sur le sujet.

69Pour illustrer cette complexité, à nos questions sur la communication dans l’ESS en Île-de-France, nos interlocuteurs citaient des arguments parfois locaux, parfois internationaux, évoquaient des expériences partagées avec des porteurs d’initiatives de différents pays, manifestant par cet éparpillement une absence d’idée synthétique satisfaisante.

70Dans un autre ordre d’idées, des projets peuvent réunir des acteurs de l’ESS et des partenaires qui n’en sont pas ; c’est, nous l’avons vu, inhérent à la multiplicité et à la densité des acteurs en Île-de-France. L’usage est alors de travailler ensemble dans le cadre d’un projet conforme aux valeurs de chacun, mais de se distancier des partenaires pour tout ce qui est extérieur au projet. Dans une telle situation, la communication ne peut se fonder que sur les objectifs du projet.

71À l’envers de cette perspective, il peut être souhaitable de ne pas trop communiquer sur certains aspects peu vendeurs de l’ESS ; ainsi, Actemploi a pu mesurer l’importance d’éviter les termes tels que RMI, débutant, demandeurs d’emploi, et de leur préférer artistes, en devenir… beaucoup plus valorisants pour les grandes entreprises partenaires. Dans la même foulée, il peut y avoir conflit sémantique entre des partenaires politiques qui souhaitent communiquer à partir des premiers termes et des partenaires entreprises qui préfèrent les seconds.

72Le secteur a semble-t-il peu de problèmes de communication médiatique. Les médias sont plutôt bien maîtrisés à l’échelle de chacun. Localement, des petites structures privilégient la communication de proximité : le bouche à oreille, le dialogue régulier avec les partenaires, la clientèle et les financeurs. Les plus grandes structures entretiennent aussi soigneusement une communication avec leurs financeurs, mais peuvent investir davantage dans les médias classiques, au besoin en passant par des agences spécialisées.

73Romain Bigay exprime toutefois une limite du bouche à oreille :

Il y a un mécanisme de survalorisation du bouche à oreille qui est lié au fait que ce soit le moyen le plus efficace. Il est le moyen le plus efficace parce qu’il y a absence d’autres moyens de communication. Les gens disent : « Moi je fonctionne surtout par le bouche à oreille c’est ça qui fonctionne. » Ah oui, mais vous n’avez pas d’autres moyens de communication ! Donc fatalement c’est ça qui fonctionne. Peut-être que si vous mettiez une campagne de communication autre, il y aurait un impact beaucoup plus profond et beaucoup plus fort. Mais ça nécessite du temps, des moyens, du savoir-faire et les petites structures de l’économie solidaire n’ont pas tellement le temps. Et si les choses viennent par bouche à oreille d’une manière qui maintient l’activité, ces choses-là ne vont pas se développer, à tort je pense, mais il n’y a pas le temps de développer ces choses-là.

74Il est remarquable que la communication de proximité, notamment le bouche à oreille ou les prescripteurs, ne soit pas comptée spontanément dans les actes de communication. C’est au cours des débats que nous l’avons entrevue. La communication semble perçue à priori comme un acte pensé, stratégique, investi avec des actions d’édition et de diffusion, alors que de l’aveu même de nos interlocuteurs, la « bonne relation » et le bouche à oreille sont les plus efficaces.

75Cela est tout à fait en accord avec ce fait que les acteurs de l’ESS ont souvent une vision locale de l’action. Idéalement, les partenaires sont choisis, cooptés selon des pratiques communes, donc dans la rencontre de proximité.

76L’attention toute particulière portée aux pratiques vues comme critère d’appartenance rend les problématiques de communication centrales parce que des acteurs peuvent travailler ensemble autour de projets portant des valeurs communes et ne pas pouvoir se mettre d’accord sur une stratégie de communication commune. Le contenu semble être l’objet d’une forme d’unanimité « instinctive ». Stéphane Veyer décrit l’usage en cours : « Je pense qu’on va faire ce qu’on a toujours fait, il va y avoir une forme d’interconnaissance… on y met les étiquettes qu’on veut, mais il y a eu des moments où les gens se sont reconnus comme étant de la même famille. » En effet, on s’« interreconnaît », mais il est difficile de trouver une expression commune définissant toutes les parties prenantes. Il semblerait qu’il y ait une dimension identitaire dans cette problématique.

77Pour certains, le contenu doit être éducatif et viser l’ouverture du questionnement, pour d’autres, c’est le rapport aux financeurs ou aux clients locaux qui est important. On conçoit la difficulté à trouver une expression commune entre l’économie sociale attachée aux statuts et l’économie solidaire attachée aux pratiques et tenue par les réalités économiques.

78Dans un autre ordre d’idées, la communication est une spécialité de l’économie classique et à ce titre elle inquiète un peu : les messages pourraient être déformés, les bonnes idées pourraient être reprises par des plus puissants financièrement, ce serait une intrusion d’un procédé du libéralisme. D’un autre côté, un éloignement empêcherait les petites structures de voir venir la lame de fond de l’économie libérale qui s’empare de ce qu’il peut y avoir de profitable dans l’ESS et, pour ce faire, emploie une communication qu’elle maîtrise fort bien.

79A contrario, il peut y avoir pour des structures de l’ESS une difficulté à gérer de l’information bienveillante. L’organisme Terre de liens forme des bénévoles qui vont porter leur parole dans des salons, des marchés ou dans leur environnement personnel. Cette animation de réseau est d’une telle efficacité que des tribunes ont été obtenues dans de grands médias nationaux uniquement par réseautage de proximité. Or leur discours de sensibilisation, ni construit ni « marketé », s’élabore sur le vif dans un amateurisme revendiqué. Le résultat en est semble-t-il très efficace, à cela près que le message, relayé par des sympathisants non acteurs, n’est pas maîtrisé.

80En définitive, le problème de communication semble se situer à un niveau global, il est de l’ordre des priorités et des objectifs, et non pas du contenu. En cela, l’économie solidaire semble se caractériser surtout par des systèmes de partage de valeurs, et pas de définition de produits. Dans tous les cas, il y a toujours une dynamique : les valeurs et les réalités sont présentées comme étant en dialogue, en négociation permanente.

81Or, si la communication est un outil de puissance collective qui n’a rien donné dans un contexte de crise, c’est parce que la puissance potentielle des acteurs de l’ESS n’a pas pu être exploitée. L’économie libérale est beaucoup plus unie sur ses choix : parts de marché, rentabilité, bénéfices, croissance, etc. Il y aurait bien là un manque de définition et de stratégie commune pour l’ESS.

82La réussite est emblématique de cet état d’esprit, elle dérange, car elle a un arrière-goût capitaliste, mais elle est aussi nécessaire en ESS. Or si ses critères qualitatifs sont contenus dans un système de valeurs bien défini, ses critères quantitatifs resteraient à définir.

Conclusion

83À la base de ce type d’études de terrain consistant à recueillir de l’information sous la forme de dialogues pour alimenter une réflexion théorique, il y a un pari sur l’intelligence : l’intelligence inhérente aux situations sociales et l’intelligence des personnes à mettre en mots, à faire des liens, pour donner des fondamentaux adaptables à un cadre théorique. Ainsi, à partir de conversations qui ont toutes les apparences de la banalité, chacun, parlant de son domaine à sa façon, peut donner des points de vue recevables dans des contextes scientifiques.

84Mais au-delà de comprendre, que peut apporter une démarche théorique à ce mouvement ESS dont les fondements épistémologiques ne sont pas fixés, où les acteurs se méfient des concepts et ne se réclament que de la pratique ?

85Dans le monde actuel, les médias — Internet en est l’exemple — proposent des outils. De ce fait, les acteurs n’inventent pas les moyens leur permettant de remplir tel ou tel office, mais développent leurs communications et plus largement inventent de nouvelles procédures relationnelles sur ces bases techniques. Nous nous sommes proposé dans cette perspective de faire évoluer une communication par le Web. Les enjeux nous ont été retournés immédiatement : quels effets va produire ce nouveau moyen ? Comment l’adapter à des effets souhaitables ? Comment rendre les médias communicants et notamment propres à transmettre des messages informels ? Il ne convient pas de choisir d’abord le vecteur mais le contenu, puis ses modes de diffusion.

86Cela nous a conduit à reconsidérer le fond de notre étude, qui envisageait une base technologique visant à rendre accessible l’information et à la diffuser à grande échelle, pour repartir des rencontres de personnes au cours d’ateliers de cadrage et d’écoute des dires locaux avant d’organiser une pensée globale.

87Le choix de l’ethnométhodologie, pour laquelle le génie d’une organisation sociale est dans les fabrications les plus ordinaires du quotidien, s’est avéré très pertinent, car il est en phase avec les principes de l’économie solidaire : les idées, les initiatives, les améliorations sociales viennent de la pratique des acteurs.

88Il reste une critique après coup de notre enquête : la diversité des acteurs rend la question du contexte centrale pour comprendre cet objet ESS. Or si nous avons souligné l’importance du contexte, nous n’avons pas enquêté sur l’origine et le vécu de nos interlocuteurs, ce qui aurait été précieux pour comprendre leurs positions.

89Finalement, les situations s’imposent, portent du sens et notre pont ethnologique vise ici à les situer dans le cadre de l’anthropologie de la communication. Éric Dacheux (2008) notait qu’il y a dichotomie de l’objet communication en face à face (avec ses contenus symboliques et interactionnistes) et communication technologique. Or il semble que la dimension culturelle, qui passe par le langage et les codes, tente de mettre en scène un autre ordre social (pour reprendre l’expression d’Erving Goffman, 1973) que la technologie ne peut peut-être pas véhiculer. C’est un achoppement, non formulé, mais sans doute pressenti par nos interlocuteurs. Et c’est sur ce point que se portera principalement l’analyse des interactions que nous mettrons en place dans les prochaines rencontres entre acteurs de l’ESS.

Haut de page

Bibliographie

COULON, Alain (1996), L’ethnométhodologie, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Que sais-je ? ».

DACHEUX, Éric (2008), Communiquer l’utopie : économie solidaire et démocratie, Paris, L’Harmattan.

de LUZE, Hubert (1997), L’ethnométhodologie, Paris, Anthropos.

DE ROSNAY, Joël (1975), Le macroscope, Paris, Seuil.

GARFINKEL, Harold (1984), Studies in Ethnomethodology, Cambridge, Polity Press.

GOFFMAN, Erving (1973), La mise en scène de la vie quotidienne, t. 2 : Les relations publiques, Paris, Minuit.

LAVILLE, Jean-Louis et Antonio-David CATTANI (2005), Dictionnaire de l’autre économie, Paris, Desclée de Brouwer.

Livroprograma Intercom Curutiba (2009), XXXII Congresso Brasileiro de Ciências da Comunicação, Comunicação, Educação e Cultura na Era Digital, organizado por Marialva Carlos Barbosa, Maria do Carmo Silva Barbosa, André Tezza, Elza Oliveira Filha e Maria Zaclis Veiga, São Paulo, Intercom.

MORIN, Edgar et Jean-Louis LE MOIGNE (1999), L’intelligence de la complexité, Paris, L’Harmattan.

WATZLAWICK, Paul (1978), La réalité de la réalité, Paris, Seuil.

WINKIN, Yves (2001), Anthropologie de la communication, Paris, Seuil.

WOLTON, Dominique (2009), Informer n’est pas communiquer, Paris, CNRS.

Haut de page

Annexe

  

Haut de page

Notes

Tableau I. Les personnes interviewées

Nom

Structure

Objet

Date

Durée

Anna Forgues

et Elie Prévéral

MINGA

Association de commerce équitable

22/09/09

1h02

Wilfried Maurin

et Romain Bigay

L’AMI

Association d’appui aux initiatives citoyennes et associatives

24/09/09

1h21

François Bernard

ACPES, MES,

CRES, CPCA

Différentes organisations de l’économie sociale et solidaire

30/09/09

1h30

Madeleine Hersent

CESIF, ADEL

Associations de promotion de l’économie solidaire

14/10/09

1h

Jean-Paul Blin

Actemploi

Entreprise d’insertion pour les intermittents du spectacle

20/10/09

1h10

Stéphane Veyer

Coopaname

Coopérative d’activité et d’emploi

20/10/09

1h

Thierry Brun

Politis

Journal d’information

21/10/09

1h22

Valerie Rosenwald

Terre de liens

Soutien aux modes de vie et aux pratiques agricoles

23/10/09

1h10

Jean-Marc Borello

Groupe SOS

Groupe de structures travaillant dans le champ de l’économie sociale

28/10/09

0h42

1  Pour laquelle Madeleine Hersent recommande la définition du Dictionnaire de l’autre économie (Laville et Cattani, 2005).

2  Au sens ethnométhodologique (Garfinkel, 1984 ; Coulon, 1996 ; De Luze, 1997).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyrille Terrier, « Les enjeux de la communication de l’économie solidaire en Île-de-France », Communication [En ligne], Vol. 29/1 | 2011, mis en ligne le 16 décembre 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/2522 ; DOI : 10.4000/communication.2522

Haut de page

Auteur

Cyrille Terrier

Cyrille Terrier est chercheur associé au Groupe communication et solidarité de l’Université de Clermont-Ferrand et enseignant contractuel pour différents établissements de l’enseignement supérieur. Courriel : cyrille_terrier@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org