Navigation – Plan du site
Lectures

William BOURTON (2008), Le western, une histoire parallèle des États-Unis

Paris, Presses universitaires de France
Pierre Gosselin
Référence(s) :

William BOURTON (2008), Le western, une histoire parallèle des États-Unis, Paris, Presses universitaires de France.

Texte intégral

1L’originalité de cet ouvrage repose sur le fait de parcourir, comme le titre l’indique, l’histoire des États-Unis par l’intermédiaire du western ou plus précisément de retenir dix westerns comme éléments signifiants de dix grands moments de l’histoire étatsunienne. D’entrée de jeu, l’auteur précise : « Disons-le calmement, on ne peut comprendre l’Amérique si l’on méconnaît le western » (p. 9). Le western, cette mythologie de l’histoire américaine.

2Du point de vue méthodologique, il s’explique ainsi : 

Dix westerns, réalisés entre 1923 et 1991, ont été sélectionnés et analysés dans le détail. Les autres films importants de chaque période, nominés pour leurs qualités techniques et/ou l’importance du sujet qu’ils abordent, sont cités à la fin de chaque chapitre, avec leurs fiches techniques. Soit 192 films, constituant l’histoire — forcément subjective — du genre. […] En ouverture de chaque chapitre, nous évoquerons la situation historique, mondiale puis spécifiquement américaine (p. 11-12).

3William Bourton commence son livre par l’explication d’un concept important pour comprendre l’Amérique, la notion de frontière qui parcourt, « tel un leitmotiv, l’histoire du western » (p. 6). Effectivement, cette frontière que l’on repousse vers l’Ouest est aussi le symbole d’une Amérique qui ne connaît pas de limites, à tel point que lorsqu’il sera question de pousser la frontière encore plus loin en allant à la conquête de l’espace, John Kennedy, dans « un discours aux connotations typiquement <westerniennes> » (p. 209), parlera de nouvelle frontière à conquérir.

4Afin d’aller plus loin dans l’approche de cet ouvrage, parmi les dix périodes délimitées par l’auteur, arrêtons-nous sur trois moments particulièrement marquants de cette histoire américaine expliquée à l’aune du western.

5Tout d’abord, le cataclysme de Pearl Harbor : « On a évoqué l’hystérie antijaponaise qui s’était emparée de l’Amérique depuis Pearl Harbor. De manière plus <basique>, L’Étrange Incident fait aussi écho au racisme endémique qui gangrenait le pays, singulièrement dans sa partie méridionale » (p. 117). Ce film, qui décrit les circonstances d’une hystérie collective conduisant au lynchage d’innocents, nous montre qu’un événement extérieur peut entraîner une modification du comportement des masses. C’est la leçon que l’auteur extrait du film : l’Amérique aux tendances isolationnistes, devant un événement traumatique — la destruction de sa flotte dans le Pacifique —, va se lancer dans « une croisade anti-jaune » (p. 113) et de s’interroger : « Poussa-t-on l’hystérie jusqu’à lyncher l’un ou l’autre citoyen d’origine nippone » (p. 114) comme on le fait dans le film ?

6Poursuivons notre lecture par un moment fort de l’ouvrage, soit le chapitre consacré au maccarthysme, qui a réellement traumatisé la vie culturelle américaine et principalement le cinéma hollywoodien pendant plus d’une décennie, avec son lot de suicides, de fuites vers l’étranger, d’auteurs réduits au chômage ou forcés d’écrire sous un pseudonyme. Bourton souligne : 

[…] l’archétype du film antimaccarthyste demeurera l’œuvre de Fred Zinneman, un Viennois totalement étranger à l’univers du western. Sorti au plus fort de l’hystérie « anti-rouge », Le Train sifflera trois fois égale en courage la militance des membres du Comité pour le 1er Amendement (p. 140).

7Écoutons le scénariste Carl Foreman : 

[…] quand j’ai écrit le scénario, je voulais faire une parabole sur l’ONU. Mais tout à coup, la menace de la Commission des Activités antiaméricaines s’est précisée […]. La peur a commencé à grandir, une peur insidieuse qui envahit peu à peu tout [Hollywood] j’ai reçu un papier rosé me convoquant devant la Commission. Je me suis retrouvé dans la position de Gary Cooper ! […] Je n’ai plus eu qu’à transposer certains dialogues dans le cadre du western pour obtenir Le Train sifflera trois fois (p. 145).

8Voilà qui propose une lecture nouvelle de ce classique du cinéma.

9Terminons avec la première guerre perdue par les États-Unis : le Viêtnam et certaines atrocités commises par l’armée, évoquées dans un western : « Le Soldat bleu est un film militant, bien de son temps ; c’est la raison de sa présence dans ce livre […]. Car Ralph Nelson n’a guère soigné le style général de son œuvre […] » (p. 226), nous dit l’auteur, qui rappelle ceci : 

Le 16 mars 1968, la Compagnie Charlie, de la 11e brigade d’infanterie américaine […] entre dans le village de My Lai […] le lieutenant William Calley […] ordonne le massacre de tous les habitants […]. Dans Le Soldat bleu, les soldats d’Iverson sont membres de la 11e brigade […]. Au-delà de l’évocation des massacres de Sand Creek et de Wounded Knee, Ralph Nelson a bel et bien réalisé une allégorie sur le Vietnam (p. 230-231).

10L’auteur évoque enfin la Haine de soi (p. 249) avec l’élection de Nixon et La fin des illusions (p. 265) avec l’affaire du Watergate arrivant avec la désaffection pour ce genre cinématographique : « En 1980, un coup fatal sembla avoir été porté au western, avec le désastre financier Des Portes du Paradis » (p. 286). « Il se réveillera bel et bien, cinq ans plus tard, au cœur de l’hiver 1990 » (p. 287), quand Danse avec les loups, qui marque une vision « écologique » du western, sera projetée en salle avec succès, sans toutefois relancer le genre.

11Et de conclure : 

[…] si le western stricto sensu est une espèce en voie de disparition, une certaine mythologie du Far-West continue toutefois à faire recette au cinéma. Même si l’action du Secret de Brokeback Mountain (Brokeback Mountain) débute en 1963, c’est bel et bien dans l’univers très codifié de l’Ouest cinématographique que le réalisateur taiwanais Ang Lee a choisi de dénoncer une Amérique figée dans ses préjugés et ses normes (p. 314).

12Citant en référence plus de 300 films et présentant une abondante bibliographie, le livre de Bourton constitue à la fois une solide étude sur le western et une approche originale de l’histoire des États-Unis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gosselin, « William BOURTON (2008), Le western, une histoire parallèle des États-Unis », Communication [En ligne], Vol. 29/1 | 2011, mis en ligne le 19 juin 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/2533

Haut de page

Auteur

Pierre Gosselin

Pierre Gosselin est chargé de cours à l’Université catholique de l’Ouest (Angers). Courriel : pierre_jean.gosselin@orange.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org