Navigation – Plan du site
Lectures

Vincent CHABAULT (2010), La FNAC, entre commerce et culture. Parcours d’entreprise, parcours d’employés

Jean-Pierre Chamoux
Référence(s) :

Vincent CHABAULT (2010), La FNAC, entre commerce et culture. Parcours d’entreprise, parcours d’employés, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Partage du savoir ».

Texte intégral

  • 1 Le journal patronne la collection dans laquelle paraît ce livre.

1Couronné par le Prix de la recherche universitaire doté par le journal Le Monde1, cet essai sociologique résume la recherche doctorale de l’auteur, soutenue fin 2008 à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) sous la direction d’Olivier Schwartz. L’étude empirique résume le parcours de cette entreprise (assez bien connu par tous ceux qui s’intéressent à la distribution spécialisée), mais son intérêt principal est ailleurs : elle permet de comprendre l’évolution progressive d’une maison, fondée sur un projet coopératif, que son succès conduit au fil des décennies à entrer d’abord dans le giron d’un groupe mutualiste (GMF), puis d’un groupe privé consolidé (la Générale des eaux) avant d’être acquise par le distributeur PPR, du groupe Pinault, qui laissait d’ailleurs entendre, peu après la clôture de l’enquête qui fonde cet ouvrage, qu'il pourrait céder cette affaire un jour prochain !

2Croisant l’analyse de multiples sources, diverses et complémentaires (internes à l’entreprise, bibliographiques, entretiens avec des employés et des animateurs de l’enseigne), l’auteur étudie la période qui débute lors de la création de la FNAC à Paris en 1954 pour s’achever au plan social de 2009 qui confirmait l’abandon de relations sociales plutôt consensuelles depuis plus d’un demi-siècle. L’ouvrage montre que la FNAC a ainsi été rattrapée par les normes de la distribution moderne au moment même où s’achevait la recherche dont le terrain s’est concentré sur les établissements parisiens de l’enseigne !

3On doit souligner les qualités de forme et de style que révèle ce travail : partant d’une solide thèse de doctorat, exercice de style impropre à la consommation du grand public, Vincent Chabault nous livre dans ces 200 pages, vivantes et agréables à lire, l’essentiel de son diagnostic sociologique sur l’entreprise, sur son personnel et sur son positionnement dans la distribution des produits que l’on appelle « culturels » (livre, disque, photo, informatique et électronique domestique). Ce faisant, il dépasse d’ailleurs le sujet de sa thèse qui se concentrait sur la trajectoire des deux générations d’employés qui ont servi l’entreprise depuis son démarrage.

4L’étude met en lumière les facteurs qui, après avoir assuré le succès de l’enseigne, deviendront peu à peu les causes de son retour à la norme du commerce intégré : la relation fusionnelle entre les clients-coopérateurs et les vendeurs qui les servent a été soumise à la rude épreuve de la croissance et aux réalités concurrentielles au cours des quinze dernières années ; l’empreinte des deux fondateurs, emblématiques d’un tiers secteur consumériste, dont la succession impossible annoncera l’épuisement d’un projet marqué par leur personnalité et par leur histoire politique ; le tout sur un fond de croissance que l’entreprise n’a pu vraiment maîtriser qu’en faisant appel aux recettes classiques du management des entreprises de capitaux et en s’écartant donc peu à peu de l’utopie fondatrice qui est désormais passée de mode !

5On ne s’étonnera donc pas de déceler les premiers craquements du modèle social de la FNAC lors de sa prise en main par Michel Baroin en 1985, patron charismatique de la GMF mort en Afrique peu de temps après cette aventure. Son équipe rapprochée, qui marque le début d’une « normalisation » managériale, est inspirée par des ambitions différentes de celles des fondateurs (p. 78-82). En dépit de la rhétorique commerciale qui présente toujours la FNAC comme un « agitateur culturel », cette période signe l’avènement d’une distribution qui singe les grands marchands comme Wall Mart ou Virgin.

6Rien d’étonnant : ce virage crée des tensions au sein de la firme. Au-delà de leur langage, les nouveaux patrons agissent en effet autrement que les anciens, et dans un cadre psychologique moins ambigu : le niveau faible de rémunération que le personnel acceptait des fondateurs est désormais ressenti autrement, parfois comme un déni de compétence. Signe révélateur de l’hypocrisie cynique du pacte social posé par les fondateurs, les relations sociales se dégradent : payer chichement des vendeurs diplômés dont la fonction, valorisée par sa dimension culturelle, leur donne une image d’eux-mêmes supérieure à ce que laisserait présager leur rémunération salariale. L'ambiguïté n'est plus de mise !

  • 2 On pense notamment à La Poste, dont les agents d’exécution (par exemple, dans les centres de tri) s (...)

7Analysant « conjointement le parcours d’une entreprise et celui de ses employés » (p. 193), Chabault clarifie les causes des tensions qui ne cessent de croître au fil des ans et des changements de propriétaires : GMF, puis Pinault, suivis peut-être demain par un autre grand de la distribution… Par un processus que nous avons observé ailleurs, les mêmes causes produisent les mêmes effets sociaux2 : des emplois précaires deviennent plus nombreux car ils sont plus souples à gérer que les emplois anciens ;  l'écart entre la qualification professionnelle (au titre des conventions collectives) et le niveau d’études atteint par les employés augmente tandis qu’une certaine désespérance touche les employés les plus récents qui doutent de l’aptitude de leur employeur à leur ouvrir des promotions futures (p. 135 sq.). Le résultat était prévisible : la montée d’un syndicalisme plus radical qui s’oppose à la relative passivité des personnels plus anciens dont le parcours social se rapprochait plutôt des « classes moyennes » dont la combativité syndicale est bien moindre que celle des bataillons issus du prolétariat industriel (p. 191 sq.).

  • 3 On observera que cette transformation du commerce français oppose deux provincialismes qui se sont (...)

8Ce livre mérite par conséquent d’être lu et surtout médité puisqu’il ouvre sur la société française des perspectives tout à fait caractéristiques de la transformation de cette société : depuis les années 1950, le consumérisme à la française a bouleversé le commerce que les enseignes fondées par Leclerc, Essel et Théret, Fournier, Halley, Mulliez et d’autres ont concrétisé par des entreprises très diverses : les coopérateurs bretons et les épiciers normands ou nordistes ont finalement hésité longtemps entre un paternalisme re-distributeur, une utopie consumériste et un nouveau capitalisme conquérant3. Répondant à la demande pressante de la population, scellant le succès du commerce moderne, ces circuits de distribution combinent désormais une seule forme d’entreprise qui quadrille notre territoire commercial par des réseaux franchisés qui s’appuyent sur des centrales d’achat.

9L’utopie fondatrice de la FNAC s’est maintenue tant qu’elle a été protégée par son champ, limité et symbolique, que des vendeurs inspirés ont appelé « les produits culturels », un prétexte qui lui permettait de s’affirmer distincte du reste des enseignes ordinaires. Au-delà de cette astucieuse illusion, soigneusement entretenue par ses fondateurs, le principe de réalité a pris le dessus trente-cinq ans après les débuts de la FNAC : la distribution marchande impose ses règles à tous dans le cadre d’un schéma commercial qui ne laisse plus de place aux projets alternatifs. Protégée pendant sa montée en puissance, la niche utopique de la FNAC a finalement été épuisée à l’issue de la durée de vie active de ses fondateurs ; quant au personnel de ces magasins, il est rentré, lui aussi, progressivement dans le lot commun des personnels de la distribution. L'utopie a donc cessé de faire sentir ses effets sociaux !

Haut de page

Notes

1 Le journal patronne la collection dans laquelle paraît ce livre.

2 On pense notamment à La Poste, dont les agents d’exécution (par exemple, dans les centres de tri) sont souvent des diplômés universitaires, surqualifiés par rapport à leur tâche en raison du niveau excessif (en ce qui a trait au diplôme) des concours de la fonction publique, contrairement aux employés des routeurs privés comme DHL ou TNT, qui sont recrutés sur la base d’autres critères, essentiellement conditionnés par la nature du travail demandé. Cette déqualification de l’emploi postal est une source de frustration que ni les faibles temps de travail effectif ni le statut de la fonction publique ne compensent réellement ; d’où la montée du syndicalisme autonome dans ce type d’emploi.

3 On observera que cette transformation du commerce français oppose deux provincialismes qui se sont combattus pendant quarante ans : celui des petits commerçants « poujadistes » des années 1950 et suivantes (mouvement conservateur, rural et nostalgique, prolongé par le CID-UNATI) et celui des épiciers et des coopérateurs progressistes qui imposèrent finalement le commerce intégré moderne. Sociologiquement, cette révolution commerciale a été menée, construite et gagnée par des entrepreneurs de province (bretons, normands, nordistes en particulier) ; en cette matière, la province a imposé son modèle aux Parisiens, un fait social unique au cours des trente glorieuses chères à Jean Fourastié. La FNAC, création parisienne, est un contre-exemple à ce propos aussi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Chamoux, « Vincent CHABAULT (2010), La FNAC, entre commerce et culture. Parcours d’entreprise, parcours d’employés », Communication [En ligne], Vol. 29/1 | 2011, mis en ligne le 05 septembre 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/2535

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Chamoux

Jean-Pierre Chamoux est professeur émérite à l’Université Paris Descartes. Courriel : jean-pierre.chamoux@univ-paris5.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org