Navigation – Plan du site
Lectures

Marina D'AMATO (2009), Téléfantaisie. La mondialisation de l’imaginaire

Québec, Presses de l’Université Laval, Coll. « Sociologie contemporaine »
Érik Neveu
Référence(s) :

Marina D'AMATO (2009), Téléfantaisie. La mondialisation de l’imaginaire, Québec, Presses de l’Université Laval, Coll. « Sociologie contemporaine »

Texte intégral

1Professeure de sociologie à l’Université Rome 3, Marina d’Amato est incontestablement une spécialiste des émissions de télévision pour enfants et des processus d’internationalisation qui les touchent. L’évocation de ses chantiers de recherche, qui ouvre le petit volume consacré à ces « téléfantaisies », est à cet égard tout à fait impressionnante. Le matériau empirique sur lequel cette chercheuse a travaillé concerne la programmation de la télévision publique RAI depuis les années 1985, et ses analyses ont donné lieu à de très fines synthèses sur les genres diffusés (43 % de dessins animés, ce qui était prévisible, 33 % de publicité, ce qui est sans doute plus une objectivation imprévue… et 3 % de ludo-éducatif). Ses travaux ont aussi porté sur la téléfantaisie dans les pays de l’Est européen, spécialement en Moldavie où circulent largement des programmes russes et roumains. De façon plus originale et prometteuse, les terrains d’enquête touchent aussi la téléfantaisie dans le monde arabe. Le prisme retenu est ici la diffusion offerte en Tunisie, qui doit en fait peu à de la production locale arabe puisque celle-ci représente 15 % des contenus diffusés, contre 32 % de produits japonais, 27 % étatsuniens et 25 % européens. Enfin, le matériau exploré par Marina d’Amato concerne des jeux vidéo avec une analyse de 150 jeux diffusés par trois des entreprises chefs de file dans le marché mondial. L’auteure relève d’entrée de jeu quelques phénomènes qui pourront contribuer au dossier de la « cultivation » ouvert par Gerbner : 70 % des personnages des jeux sont masculins, la moitié d’entre eux peuvent être définis comme appartenant à des groupes ou à statuts sociaux élevés. Le principe de compétition et la quête du triomphe sur ses compétiteurs sont à la base de 92 % des jeux.

2À l’issue de cet avant-propos de 30 pages, le lecteur a donc quelques raisons de considérer que le contrat de lecture qui lui est offert est des plus alléchants. Il dispose d’un objet trop rare : un livre qui, traitant de la mondialisation de la culture, promet de le faire à partir de matériaux et d’enquêtes de terrain, et non sous la forme de considérations surplombantes, abstraites ou prophétiques. Le désenchantement ne tarde, hélas, pas. À l’exception de quelques pages et encadrés (une typologie des genres au sein du dessin animé, p. 100-104), ce petit livre est en fait un survol, qu’on n’ose même pas qualifier de « Que sais-je ? », de la littérature sur l’imaginaire et le fantastique, auquel sont de fait consacrés presque l’intégralité des deux chapitres qui composent le livre. L’exercice n’est ni déshonorant ni conduit sans que s’exprime une familiarité avec l’état de la recherche. Il évacue simplement ce qui se donnait comme l’objet du livre et demeure d’une grande superficialité.

3Un premier chapitre s’emploie à survoler « La société du fantastique ». On y trouve une évocation de l’imaginaire et de ses fonctions, des mythes, des jeux, de l’art, des images, des modes d’analyse de l’imaginaire. De façon prévisible, l’exercice s’expose au reproche d’être à la fois « trop » et « trop peu »… trop ambitieux dans la liste des objets pour les dominer et donc trop peu complet ou simplement stimulant dans chaque zone. Pour simple exemple, le jeu donne ainsi lieu à une évocation, bien prévisible, de Roger Caillois et Johan Huizinga, mais pas de Norbert Elias, chez qui ce concept est pourtant central.

4Le second chapitre porte sur « La mondialisation et l’imaginaire fantastique ». Il a la remarquable caractéristique de ne dire à peu près rien sur la mondialisation puisque s’ouvre un nouveau développement « que sais-je-oïde » sur le conte et ses modes d’analyse, quelques évocations des nouveaux héros, des mythes. Si le texte peut être engageant quand l’auteure y fait état de ses recherches (sur l’évolution des héros de dessins animés, p. 83-85), il stationne trop dans la généralité molle, le name-dropping ou le recours à des sources discutables (sans se crisper sur la défense des ancrages disciplinaires en corporatisme, on peut se demander quelles compétences mobilisent « un professeur de médecine de la Columbia University et un programmateur d’ordinateur du MIT » pour établir sur des bases méthodologiques solides un palmarès historique des 101 personnages imaginaires les plus « influents » de l’histoire, p. 80). Ce sont donc en fait une petite dizaine de pages en fin de chapitre second qui reviennent sur le matériau évoqué dans l’avant-propos. La conclusion, quant à elle, introduit la question de la commercialisation des créations culturelles et des jouets pour enfants, et pour le coup des processus de mondialisation qui les touchent.

5Un lecteur naïf, comme l’auteur de ces lignes, se détermine en général à lire un livre en fonction d’une annonce de contenu que donnent un titre et le paratexte de la quatrième de couverture. On aura compris qu’ici sa déception est grande puisqu’il ne trouve ni l’objet promis ni même une forme de synthèse particulièrement tonique de quelques notions de base utiles à l’analyse des fictions. Elle le conduit à suggérer aux responsables de la collection de mieux veiller à la mise en cohérence du paratexte et des contenus. À défaut d’être bien passionnante, la lecture de cet ouvrage ne change en rien l’impression que Marina d’Amato a une vraie compétence pour nous faire connaître les programmes pour enfants et leur circulation internationale… Mais ce n’est visiblement pas l’objet de ce texte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Érik Neveu, « Marina D'AMATO (2009), Téléfantaisie. La mondialisation de l’imaginaire », Communication [En ligne], Vol. 29/1 | 2011, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/2542

Haut de page

Auteur

Érik Neveu

Erik Neveu est professeur de science politique à l’Institut d’études politiques de Rennes. Courriel : erik.leteure@wanadoo.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org