Navigation – Plan du site
Lectures

Béatrice FLEURY et Jacques WALTER (2009) (dir.), « Les médias et le conflit israélo-palestinien. Feux et contre-feux de la critique »

Recherches textuelles, n° 9, Université Paul Verlaine-Metz
Mathieu Crettenand
Référence(s) :

Béatrice FLEURY et Jacques WALTER (2009) (dir.), « Les médias et le conflit israélo-palestinien. Feux et contre-feux de la critique », Recherches textuelles, n° 9, Université Paul Verlaine-Metz

Texte intégral

1Le conflit israélo-palestinien est un conflit extrêmement médiatisé. Cette caractéristique en fait un terrain privilégié pour la polémique. Depuis des dizaines d’années, un flux continu d’informations alimente l’image des belligérants et de leurs alliés, les représentations des citoyens du monde entier des enjeux du conflit et des tentatives de résolution du différend. Sur le long terme, le conflit israélo-palestinien serait le conflit le plus couvert de la planète. Cette surabondance de discours médiatiques s’explique par l’engagement politique dans le conflit de nombreux États et d’influents groupes de pression. L’une des conséquences de ce traitement médiatique pléthorique se retrouve dans les débats publics sur le sujet dans lesquels s’articulent des valorisations positives ou négatives des acteurs du conflit à chaque nouvel acte de guerre, élément d’injustice, élection ou simple déclaration de responsables politiques. En résumé, les discours médiatiques sur le conflit israélo-palestinien contraignent inévitablement à prendre position pour l’un ou l’autre des acteurs du conflit.

2Le milieu universitaire n’est pas en reste, et la polémique est encore plus vive quand un universitaire de renom, engagé personnellement dans le conflit, déclare ceci au sujet du discours journalistique français sur le conflit israélo-palestinien :

Une guerre semble s’être livrée contre les Israéliens, quotidiennement confirmés dans un rôle de « monstres de la Méditerranée » (Dayan, 2003) et, par extension, contre tous ceux qui les soutenaient, qui semblaient susceptibles de les soutenir, voire, simplement, de ne pas les condamner. Selon moi, le déclenchement de cette guerre coïncide avec celui de la seconde Intifada, dite « Al Aqsa ». C’est à ce moment que j’ai commencé à ne plus comprendre le sens que des journalistes, pourtant renommés, pouvaient donner à la notion d’information. C’est à ce moment que […] je me suis intéressé à l’émergence d’une « novlangue », d’un vocabulaire autoritaire, d’un lexique visuel et verbal à la fois récurrent et tyrannique. (p. 34)

3Ces propos sont tirés d’un entretien de Daniel Dayan avec Béatrice Fleury et Jacques Walter pour le volume 8 de la revue Questions de communication paru en 2005. Des réponses provenant d’universitaires confirmés ont suivi en 2006 et 2007 dans la même publication. Le nouveau numéro de Recherches textuelles s’ouvre sur cet entretien et propose un regroupement de ces textes sur la thématique des médias et le conflit israélo-palestinien. Les différents articles composant ce volume, pour certains inédits, sont autant de points de vue sur les variantes des discours médiatiques dans le cadre d’un conflit. La polémique fournie par les propos de Dayan permet de discuter de la limite de l’engagement d’un chercheur pour une cause et de mettre en exergue la pluralité des discours médiatiques sur l’actualité d’un conflit en fonction d’intérêts et d’engagements opposés. Le pari est définitivement réussi et cette compilation pluridisciplinaire constitue, à n’en pas douter, l’un des meilleurs ouvrages universitaires en français sur les médias et le conflit israélo-palestinien. Dans la même ligne que Manufacturing Consent (Herman et Chomsky, 1988), ce livre oblige à penser ensemble la géopolitique et la médiatisation. S’ouvrant sur l’entretien avec Dayan, l’ouvrage regroupe, par la suite, les contributions des différents auteurs dans trois chapitres : « Haro sur les médias », « Journalistes sous influence » et « Regards croisés ».

Haro sur les médias

4À la suite du large entretien introductif, une première partie au titre provocateur permet d’enrichir et de mettre en contexte les propos de Dayan avec les contributions de Patrick Charaudeau, Roselyn Koren, Marc Lits et Jérôme Bourdon. Ces quatre chercheurs sont de fins connaisseurs des discours médiatiques dans les conflits et deux d’entre eux sont également professeurs en Israël (Koren et Bourdon). Les auteurs reviennent sur l’aspect polémique des critiques faites aux médias français par Dayan, en discutant du difficile équilibre entre la doxa dominante, selon laquelle les chercheurs devraient s’abstenir d’énoncer des jugements de valeur, et l’intérêt personnel des universitaires à prendre place dans le débat public. Le constat d’une approche normative du traitement journalistique d’un conflit provoquera toujours la polémique puisque les différents acteurs engagés dans le conflit auront aisément tendance à juger que les « autres » manquent d’objectivité. D’où la question de Charaudeau laissée sans réponse : « Pour ce qui concerne le problème de l’information sur le conflit israélo-palestinien quel point de vue aurait la meilleure garantie d’objectivité : celui d’un Juif, celui d’un Arabe ou celui d’un point de vue extérieur ? » (p. 80)

5Bourdon apporte une distinction importante au sujet de la critique des médias dans le cadre du conflit israélo-palestinien. Il affirme que si les critiques venant des « pro-Palestiniens » visent des biais ou des questions d’interprétation, les critiques provenant des milieux « pro-israéliens » portent essentiellement sur l’erreur. L’auteur indique à juste titre que celle-ci n’appelle pas la réfutation ou le débat, mais le correctif ou l’excuse. Pour illustrer ses propos, le chercheur cite deux exemples, dont celui d’un Palestinien en sang agressé par un policier israélien qui se révélait être en fait un juif américain protégé par ce même policier. Ces erreurs médiatiques, estime l’auteur, doivent être situées dans un récit historique plus vaste dans lequel le conflit israélo-palestinien tient une place de choix dans les sociétés américaine et européenne. Depuis la Seconde Guerre mondiale, plusieurs archi-récits (Hannerz, 2004) entourent le conflit israélo-palestinien. Cette vision historique permet de comprendre que la presse occidentale a proposé différents traitements médiatiques des antagonistes en fonction du moment historique. L’arrêt sur la seconde Intifada ne serait de cette manière pas suffisant pour déterminer les préférences de traitement de la presse occidentale sur le long terme.

Journalistes sous influence

Nous ne sommes […] pas dans le registre rigoureux de l’analyse scientifique, si souvent emprunté par l’auteur, mais bien dans la polémique, avec une visée de dévalorisation très forte des journalistes […]. (p. 152)

6Ces propos sont repris de l’article d’Arnaud Mercier, l’un des auteurs de ce chapitre aux côtés de Patrick Champagne, Michael Palmer, Jean-François Tétu, Laurent Perrin et Laurianne Perbost. Parmi les contributions de ce chapitre sur les influences et les contraintes du travail des journalistes, seul le texte conjoint des deux derniers auteurs se rapproche des conclusions de Dayan sur le parti pris pro-palestinien de la presse française. À partir d’un corpus d’articles et d’éditoriaux du journal Le Républicain Lorrain consacrés à la seconde Intifada et à la bataille de Jénine, les chercheurs constatent d’une manière rigoureuse que les journalistes, tout en respectant le principe d’équilibrage séquentiel, ont tendance à favoriser la cause palestinienne.

7Les autres auteurs de ce chapitre tendent à relativiser les responsabilités des journalistes, constatant à l’unanimité que la neutralité dans le traitement journalistique d’un conflit de ce type semble inatteignable. Au même titre que l’émotion qui se fait sentir dans les propos de Dayan, les journalistes sont également sujets à l’influence des représentations sociales et de leurs intérêts personnels dans le traitement d’une question politique sensible. Le conflit israélo-palestinien se révèle extrêmement représentatif de ce type de problématique. Les auteurs partagent avec Dayan le constat de l’existence de procédés journalistiques discutables. Mais loin de pointer du doigt l’intentionnalité des journalistes français dans le traitement pro-palestinien du conflit, ces contributions soulignent notamment que les journalistes ne sont pas à l’abri d’erreurs professionnelles. La recherche du scoop et la rivalité entre les médias peuvent facilement conduire à des dérives médiatiques. L’émotion du terrain suscitée par une crise et reprise en cœur par l’ensemble de la presse a déjà conduit par le passé à plusieurs « impostures » médiatiques (Timisoara, invasion de l’Afghanistan à la suite du 11 septembre 2001, attentats du 11 mars 2004 à Madrid).

8En d’autres termes, pour le journaliste envoyé sur le terrain (ou écrivant sur un terrain depuis son bureau), l’impossibilité d’atteindre l’objectivité pourrait se résumer souvent dans ce qu’il pense à priori d’un sujet avant de rédiger un papier. Dans le cas du conflit israélo-palestinien, il en résultera dans la plupart des contenus informatifs un cadrage pro-palestinien ou pro-israélien, la nuance n’étant que difficilement maîtrisable. Les messages envoyés aux lecteurs se retrouvent définitivement formatés politiquement. Comme tout message à connotation politique, il plaira à ses partisans et agacera ses détracteurs. Pourtant, l’écriture journalistique indépendante (absence de pressions extérieures, vérifications des informations, multiplicité des sources, témoignages équilibrés) sur un conflit est atteignable, mais une telle démarche demande un investissement en temps et un effort immense dans sa pratique professionnelle. Cette ardeur est malheureusement souvent bloquée par une structure, un employeur ou un mandataire.

Regards croisés

9Si la plupart des articles précédemment résumés constituent des réponses aux propos de Dayan sur les discours médiatiques français, le dernier chapitre de l’ouvrage propose de prendre de la hauteur en se penchant sur d’autres zones géographiques. Le lecteur a enfin une confirmation de l’hypothèse qu’il a sur le bout des lèvres à la lecture des premières pages. Un traitement journalistique partial d’un problème tel que celui du conflit israélo-palestinien est à mettre directement en relation avec l’engagement de l’État dont est originaire le média pour tel ou tel acteur du conflit. Les médias ne semblent pas être autre chose que le reflet de la société dont ils sont issus. On ne s’étonnera donc pas d’apprendre que les médias anglo-saxons sont plus sensibles aux intérêts d’Israël qu’aux difficultés des Palestiniens (Divina Frau-Meigs, Gregory Kent, Michael Palmer) mais, là également, il est difficile de déterminer une constance historique sur le discours journalistique du conflit israélo-palestinien.

10Une « fracture médiatique » est mise en avant par Claire-Gabrielle Talon lorsqu’elle discute de la médiatisation du conflit en regard des relations entre la France et les pays arabes. Elle en profite pour épingler les médias français sur leur manque de moyens par rapport à ceux du Royaume-Uni, d’Allemagne et des pays arabes. En effet, selon l’auteure, « les grands médias d’information internationale jouent un rôle de plus en plus prépondérant et deviennent des acteurs à part entière des relations internationales, en contribuant à politiser et à mobiliser les opinions publiques ». (p. 276) La contribution de l’universitaire espagnole Estrella Israel-Garzon pourrait servir d’épilogue à ce volume lorsqu’elle présente la notion d’intra-médiation (Borrat, 1989) qui soulève la question de l’engagement des médias dans les conflits. Un plus grand développement de cette question aurait été souhaitable. Car si aujourd’hui le constat de l’engagement des médias dans les conflits par le soutien de l’une ou l’autre des parties n’est plus à démontrer, ceux-ci peuvent également intervenir à titre de médiateur du conflit et, dans cette position, favoriser la recherche de la paix. Les travaux des chercheurs anglo-saxons Graham Spencer (2005) et Gadi Wolfsfeld (2004) constituent de bonnes pistes de réflexion en la matière.

11La situation de conflit pousserait ainsi les médias à se positionner en fonction des intérêts identitaires auxquels ils sont rattachés, mais quand la paix entre deux sociétés ou communautés rivales est en jeu, ceux-ci sont-ils capables d’effectuer une décentration cognitive et de se positionner en faveur de la paix ? Une réponse à cette question est encore attendue.

Haut de page

Bibliographie

BORRAT, Hector (1989), El periódico, actor politico, Barcelona, Ed. Gustavo Pili.

HANNERZ, Ulf (2004), Foreign News : Exploring the World of Foreign Correspondents, Chicago, University of Chicago Press.

HERMAN, Edward S. et Noam CHOMSKY (1988), Manufacturing Consent. The Political Economy of the Mass Media, New York, Panthéon.

SPENCER, Graham (2005), The Media and Peace. From Vietnam to the “War on Terror”, Hampshire, Palgrave MacMillan.

WOLFSFELD, Gadi (2004), Media and the Path to Peace, Cambridge, Cambridge University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Crettenand, « Béatrice FLEURY et Jacques WALTER (2009) (dir.), « Les médias et le conflit israélo-palestinien. Feux et contre-feux de la critique » », Communication [En ligne], Vol. 29/1 | 2011, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/2546

Haut de page

Auteur

Mathieu Crettenand

Mathieu Crettenand est doctorant à l’Université de Genève. Courriel : mathieu.crettenand@bluewin.ch.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org