Navigation – Plan du site
Lectures

Fabien GRANJON, Benoît LELONG et Jean-Luc METZGER (2009) (dir.), Inégalités numériques : clivages sociaux et modes d’appropriation des TIC

Paris, Hermès, Coll. « Lavoisier »
Larbi Chouikha
Référence(s) :

Fabien GRANJON, Benoît LELONG et Jean-Luc METZGER (2009) (dir.), Inégalités numériques : clivages sociaux et modes d’appropriation des TIC, Paris, Hermès, Coll. « Lavoisier ».

Texte intégral

1Dans l’introduction de cet ouvrage collectif, les codirecteurs affirment d’emblée qu’ils veulent rompre avec une vision dominante des inégalités numériques abordée sous l’angle de la « fracture » ou du « fossé numérique ». Pour ce faire, ils tiennent à se démarquer de deux types d’approche : la première qui considère que la généralisation et l’utilisation massive des technologies de l’information et de la communication (TIC) ne pouvaient que « renforcer les clivages sociaux et les formes préexistantes de domination » et la seconde, qui porte davantage sur les « effets émancipateurs des nouvelles technologies ». Pour eux, ces deux types de construction « souffrent d’insuffisances méthodologiques certaines et sont trop marquées par les demandes sociales auxquelles elles répondent ». Ce double constat qu’ils dressent se fonde sur une idée centrale qui servira de soubassement à la plupart des textes publiés et qui se résume au fait que l’appropriation des TIC n’entraîne pas « automatiquement » plus d’autonomie et davantage d’activités relationnelles, et que les usages que les individus font des TIC « peuvent également prendre forme sur fond de dépendance, de surcharge cognitive ou d’incapacité effective à faire proliférer des liens ». Cette manière d’aborder autrement la question des inégalités numériques tranche nettement avec les visions dominantes induites par la littérature souvent globalisante et technophile sur « la société de l’information », que les assises des deux sommets internationaux organisés sous les auspices de l’Union internationale des télécommunications Genève (2003) et à Tunis (2005) n’ont fait que remettre à jour.

2Tout en affirmant que les inégalités numériques ne sauraient se réduire aux questions portant sur l’accès, l’équipement, la fréquence ou même le répertoire d’usages, les auteurs précisent par ailleurs que dans leurs manières d’appréhender cette question, ils ne font nullement abstraction des « conditions matérielles d’existence ou d’exercice qui cadrent les pratiques ». Et dans cette optique, les approches qu’ils déclinent tiennent compte à la fois « des cadres de socialisation tant passés que présents des utilisateurs » et « de leurs itinéraires d’appropriation des TIC ainsi que de leurs trajectoires d’usages ». Dans leur démarche méthodologique, l’étude du parcours biographique (notamment les parcours scolaire et professionnel) des enquêtés constitue pour eux une entrée incontournable pour bien comprendre les situations d’inégalité et de précarité. Quant au choix des personnes qui ont fait l’objet de leurs enquêtes, on note notamment que si celles-ci partagent « globalement » une certaine homogénéité sociale de condition (classes sociales, salariés d’une même entreprise, couples, célibataires), elles ne sont pas pour autant exposées aux mêmes inégalités sociales et numériques, « pas plus que cela n’implique de leur part d’identiques manières d’être, de faire et de répondre à ces inégalités ».

3En substance, l’apport original de cet ouvrage transparaît dans l’effort intellectuel déployé par les auteurs qui tentent, à leur manière, de revisiter les inégalités économiques et sociales sous le prisme des inégalités numériques. En effet, la relecture que font les auteurs des « classes sociales » (p. 32 sq.) montre que derrière « l’homogénéité sociale de condition » se profile une « hétérogénéité individuelle des pratiques » corroborée par les observations et les données statistiques recueillies. À partir de ces éléments, les auteurs ont « construit » un indicateur « classes sociales » en prenant en compte, à la fois, la catégorie socioprofessionnelle des enquêtés, celle de leur conjoint, de leur père, ainsi que leur niveau de revenu. Et l’ensemble de ces variables, soulignent les auteurs, ont permis « de construire un indice solidifié de l’appartenance individuelle aux classes populaires, que l’on a ainsi distinguées du reste des autres groupes de l’espace social (classes moyennes et supérieures regroupées) » (p. 38).

4L’ouvrage se subdivise en huit chapitres et chaque chapitre est consacré à une étude de terrain qui porte sur des univers d’appartenance sociale différents (classes sociales, salariés d’une même entreprise, couples, etc.). Trois grands domaines d’activité sont privilégiés : la sphère domestique, celle du professionnel et celle de l’éducation. La prédilection pour l’enquête de terrain et les analyses empiriques vise ainsi à « mettre à jour les effets contingents des usages de ces technologies ». Les études dans leur ensemble font la part belle au traitement des inégalités numériques liées essentiellement à la manipulation de l’ordinateur et d’Internet, et les investigations qui y sont conduites s’adressent principalement à des utilisateurs qui sont « les moins bien dotés en différentes formes » de capital social, culturel, intellectuel, de maîtrise de l’outil informatique et de culture numérique.

5Dans la plupart des contributions, la problématique des inégalités numériques et de l’appartenance sociale des utilisateurs se décline dans la complexité même des faits qui deviennent observables à partir des corrélations qui mettent en relation des univers aussi distincts que le social, le technique, l’individuel. Dans cette optique, l’étude de Fabien Granjon intitulée « Les usages du PC et d’internet au sein des classes populaires : inégalités numériques et rapports sociaux de classe, de sexe et d’âge » illustre parfaitement ce nécessaire ajustement — complexe — qu’il convient d’entreprendre à partir d’éléments entremêlés, diffus, de nature différente. Pour l’auteur, selon leur appartenance sociale, les utilisateurs ont des rapports différenciés avec l’ordinateur et Internet tant dans leurs usages effectifs que dans la définition des propriétés utiles. Et dans cet ordre d’idées, les usages sociaux du PC et d’Internet sont « le résultat d’un ajustement complexe entre une histoire sociale incorporée (les schèmes de perception et d’action des usagers) et la mobilisation d’un artefact technique lui-même constitué d’une combinatoire de mondes sociaux et culturels » (p. 59). L’auteur souligne également que les capacités pratiques des internautes sont marquées « par leur appartenance de classe, tout en étant travaillé par la forte variété de leurs parcours biographiques », notamment entre les diplômés et les non-diplômés. Cette thèse trouve aussi son prolongement dans d’autres études comme celle qu’a rédigée Bertrand Fribourg : « L’inégale distribution des usages des TIC dans les réseaux personnels : le cas des jeunes entrant dans la vie adulte ». Dans ce même registre d’analyse, l’auteur constate « qu’à l’intérieur d’une même catégorie <statistique> s’affirment des divergences considérables dans les rapports aux TIC, avec une tendance au renforcement des handicaps sociaux » (p. 84). Et pour illustrer ses propos, il montre que dans une même catégorie sociale, le statut de célibat et la précarité tendent à éloigner les jeunes hommes des technologies de « domicile » telles que Internet et le téléphone fixe, alors que ceux qui sont stabilisés dans le couple et l’emploi utilisent davantage les technologies de communication. Et dans sa manière d’appréhender la dynamique des réseaux relationnels, l’auteur souligne à quel point les usages des outils de communication participent à la construction de modes de sociabilité socialement distribués. « Les TIC se présentent donc comme une ressource supplémentaire dans l’entretien de réseaux larges et diversifiés, principalement pour les jeunes dont les parcours ont contribué à activer des dispositions particulières (des compétences informatiques aux capacités d’adaptation aux situations de mobilité, etc.) » (p. 84).

6La troisième étude, « S’équiper à domicile. Micro-informatique domestique et clivages sociaux », de Didier Le Gall et Charlotte Le Van, nous renseigne davantage sur les fondements des inégalités numériques et leurs caractéristiques, par l’observation des usages de personnes qui appartiennent à deux univers sociaux contrastés. Il ressort des résultats d’observations tirées de « l’approche qualitative auprès des couples à l’appartenance sociale clivée » (p. 91) que, dans les milieux aisés, l’acquisition d’un micro-ordinateur et la connexion au réseau Internet apparaissent principalement comme « la conséquence directe de l’usage de l’outil informatique au travail ». Dans les milieux populaires « moins fortunés et moins fréquemment usagers de l’informatique au travail », il y a, selon les auteurs, manifestement un certain prestige social d’être non seulement « comme tout le monde », mais aussi de ne pas « rater le train du progrès ». Mais les auteurs relèvent aussi l’influence des enfants dans ces milieux pour constater que l’arrivée du micro-ordinateur au foyer doit beaucoup à leur présence dans les classes populaires, alors que dans les foyers mieux dotés, ces équipements existaient déjà avant la venue des enfants. Et les auteurs notent aussi que dans l’usage qui en est fait, « la micro-informatique domestique n’est pas tant un vecteur d’inégalités qu’un révélateur des goûts, des attentes, des normes et des valeurs socialement façonnés et préconstitués au sein de ces deux univers contrastés » (p. 115).

7Les autres études publiées dans cet ouvrage explorent toutes, selon des angles particuliers, la question des inégalités numériques en écartant toutes les formes de déterminisme (y compris celles qui sont liées à l’idéologie du progrès technologique) pour insister sur l’importance que prennent, selon l’objet de l’étude, les catégories « statistiques », les itinéraires biographiques, les réseaux de sociabilité.

8Dans une postface publiée à la fin de l’ouvrage, les codirecteurs insistent sur les postulats de départ qui récusent deux idées considérées souvent dans le monde de la recherche en sciences de l’information et de la communication comme définitivement acquises : celle de confondre la problématique de l’accès aux dispositifs techniques avec celle de l’appropriation effective des TIC ; ensuite, celle qui suppose « qu’une appropriation des TIC par des agents conduira nécessairement ces derniers vers l’acquisition d’un supplément d’autonomie sociale… » (p. 251).

9Et pour corroborer leurs affirmations, ils développent deux thèses. La première est que « la perception d’une pertinence d’usage de tel ou tel objet technique est fonction des prédispositions cognitives et du capital économique, social et culturel accumulé par ceux qui sont confrontés à ces objets » (p. 251), alors que la seconde est qu’« une appropriation effective suppose non seulement un minimum de maîtrise technologique et cognitive des dispositifs, mais l’inscription des usages de ces objets techniques dans le cadre d’authentiques pratiques situées, concrètes, quotidiennes de ces acteurs (à la maison, à l’école, dans l’entreprise) » (p. 252).

10La lecture de cet ouvrage procure des intérêts multiples et variés aux chercheurs, et ce, tant par la richesse des réflexions et les analyses qui y sont développées que par les approches méthodologiques auxquelles recourent les auteurs. Pour ma part, j’en retiens au moins trois : d’abord, la pertinence des problématiques qui font la part belle aux pratiques sociales et individuelles et qui se démarquent de toutes les formes de déterminisme ; ensuite, la fluidité et la cohérence des idées qui y sont développées depuis la partie introductive jusqu’à la postface en passant par les huit chapitres ; enfin, la primauté accordée aux travaux empiriques, à la rigueur des investigations qui y sont menées sur le terrain et qui montrent toute la complexité d’appréhender les inégalités numériques sous toutes leurs facettes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Larbi Chouikha, « Fabien GRANJON, Benoît LELONG et Jean-Luc METZGER (2009) (dir.), Inégalités numériques : clivages sociaux et modes d’appropriation des TIC », Communication [En ligne], Vol. 29/1 | 2011, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/2548

Haut de page

Auteur

Larbi Chouikha

Larbi Chouikha est professeur à l’Institut de presse et des sciences de l’information (IPSI), à Tunis. Courriel : larch3000@yahoo.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org