Navigation – Plan du site
Lectures

Bernard MIÈGE (2010), L’espace public contemporain

Grenoble, Presses universitaires de Grenoble
Éric Dacheux
Référence(s) :

Bernard MIÈGE (2010), L’espace public contemporain, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble

Texte intégral

« Une tentative vouée à l’échec : penser l’espace public sans penser la démocratie »

1Dépasser la philosophie politique et son approche normative pour comprendre les structurations sociales de l’espace public tout en développant une pensée « info-communicationnelle », tel est l’objectif de cet ouvrage qui renferme sept chapitres. Les trois premiers décrivent et critiquent les thèses de Jürgen Habermas. Les deux suivants compilent des données empiriques permettant de saisir les évolutions actuelles de l’espace public. Les deux derniers établissent de façon officielle la nouvelle conceptualisation de l’auteur qui est une véritable thèse : il faut maintenant « écrire espace public au pluriel » (dernière phrase du livre), puisque entre le pouvoir politique et la sphère privée se dresse, en plus d’un espace public politique, un espace public sociétal beaucoup plus large.

  • 1 L’auteur cite la Tunisie avant même que Ben Ali ne soit chassé du pouvoir.

2Ce livre est écrit dans un langage clair et pédagogique et n’hésite pas à proposer des schémas et des tableaux simplificateurs. Sa force principale tient à son ambition intellectuelle : repenser l’espace public contemporain à la lumière des sciences de l’information et de la communication. La thèse défendue n’est pas nouvelle, elle avait été déjà évoquée par Andrea Semprini (2000) dans le cinquième chapitre de son livre consacré à CNN. Mais elle est soutenue ici par un cadre de pensée qui rappelle des éléments clés trop souvent oubliés : la distinction nécessaire entre espace public et médias, l’attention aux formes d’espaces publics se situant hors médias, la critique du déterminisme technologique, le rappel théorique que l’espace public ne surgit pas du néant et qu’il existe, au sein de certains régimes autoritaires, des espaces de débat public qui peuvent faciliter les processus de démocratisation1, que la liaison entre les arènes spécialisées et l’espace public central n’est jamais automatique. Rien que pour ces nombreuses mises en garde théoriques, cet ouvrage doit être conseillé aux chercheurs s’interrogeant sur l’espace public.

3Cependant, malgré ces qualités, cet ouvrage souffre de nombreux défauts. Certains sont légers. On peut citer l’oubli de la jeune génération de chercheurs en sciences de l’information et de la communication, qui ont pourtant apporté d’intéressantes contributions à la notion d’espace public, tels Laurence Monnoyer-Smith, Éric Maigret et Sébastien Rouquette. Aussi, les quatre numéros que la revue Hermès a consacrés à cette thématique ne sont pas mentionnés (même si quelques articles sont évoqués). Plus gênante, l’opposition entre média et hors média, proposée dans le chapitre 5, repose sur une définition confuse. En effet, à la page 136, en s’appuyant sur les travaux de Thierry Paquot, Bernard Miège, avec juste raison selon nous, semble faire de l’espace urbain (des lieux publics) un espace public hors médias, mais deux pages plus loin, il qualifie de « hors médias » l’ensemble des outils de communication ne relevant pas des médias de masse, si bien que la différence entre nouveaux médias et anciens médias, d’une part, et médias et hors médias, d’autre part, devient, comme il en convient lui-même, très floue. Pour tout dire inopérante.

4Plus grave encore et plus surprenant pour un chercheur ayant fait siennes quelques-unes des propositions centrales de l’économie politique de la communication : le manque d’appétence à penser la dimension économique de l’espace public. Certes, à la suite des travaux de Bernard Floris et de Philippe Zarifian, Miège accorde une attention soutenue aux processus collaboratifs qui émergent dans le monde du travail, mais il ne considère pratiquement jamais l’espace public politique comme le lieu de mise en question des politiques économiques. Or, on l’a vu hier sur l’euro et on le voit encore aujourd’hui sur les questions fiscales, la régulation de l’économie fait partie des dossiers d’intérêt général, elle est donc traitée par l’espace public politique et ne relève pas, comme semble l’indiquer le silence de l’auteur sur ce sujet, de l’espace public sociétal. Cette sous-estimation de l’économie se conjugue, et c’est encore plus dommageable, à la négligence totale de la dimension religieuse. Pourtant, des livres importants sur les rapports entre espace public et religion ont été écrits et Habermas lui-même prend à bras-le-corps cette question. Dans « Qu’est-ce qu’une société post-séculière ? », il affirme que « [de fait, les immigrants musulmans ne pourront être intégrés dans une société occidentale contre leur religion, mais seulement avec elle » (p. 11). Ce qui signifie, pour lui, qu’il faut dépasser le clivage entre ceux qui privilégient l’identité culturelle (les communautariens) et ceux qui privilégient l’intégration civique (les libéraux) et promouvoir simultanément la reconnaissance de ces deux impératifs. On retrouve bien là la position théorique d’Habermas qui cherche à dépasser le clivage entre républicains et libéraux. Or, Miège ne discute pas cette position théorique, car sa pensée fait l’impasse sur ce qui justifie pourtant la notion même d’espace public : la démocratie.

L’oubli de la démocratie

5En effet, ce qui intéresse Habermas, c’est d’abord la démocratie, l’autodétermination de sociétaires juridiques libres et égaux (Habermas, 1997). Chez lui, la question clé, comme le souligne Vincent Descombes (1999), est celle de la légitimité. Comment établir une norme légitime quand la démocratie établit la légitimité d’un débat sur le légitime et l’illégitime ? (Lefort, 1986). La solution qu’il préconise est la démocratie délibérative, synthèse théorique qui vise à dépasser l’opposition entre vision libérale et vision républicaine de la démocratie, comme il l’explicite lui-même dans la postface de Droit et démocratie (Habermas, 1994). Sa conception de l’espace public découle de cette théorie de la démocratie et ne peut être sérieusement discutée que si on la restitue dans ce contexte théorique.

6Ce que ne fait pas Miège, qui non seulement s’intéresse fort peu à Droit et démocratie (un seul extrait de texte cité), mais qui en plus fait l’économie d’une réflexion sur la distinction centrale entre le politique, la politique et la démocratie. Du coup, en réduisant la démocratie à un régime politique particulier, il analyse séparément les évolutions du pouvoir politique et celles de la société et conclut (tauto)logiquement à leur séparation. Alors que si, dans le sillage de Claude Lefort, Marcel Gaucher ou Cornelius Castoriadis (que l’auteur ne cite pas), on fait de la démocratie à la fois un régime politique particulier et un mode de vivre-ensemble singulier marqué par la tension entre liberté individuelle et égalité, on obtient une tout autre vision de l’espace public. Un espace public en tension, tiraillé entre espaces publics autonomes et espaces publics institutionnalisés, comme le décrit Habermas toujours dans Droit et démocratie, mais aussi un espace d’affrontements entre le politique, le symbolique et l’économique, trois ordres infrastructurels dont les conflits sont régulés, en démocratie, dans l’espace public.

7De même, c’est ce manque de conceptualisation théorique de la démocratie et du politique qui conduit l’auteur à passer à côté des enseignements principaux des chercheurs réunis autour de Jacques Ion, spécialiste des évolutions du militantisme. Ce dernier a dirigé une enquête collective consacrée à l’engagement associatif. Miège se dit en accord avec les conclusions de cette enquête mettant en lumière une relation de plus en plus ténue entre ce qui se passe dans la sphère politique et ce qui se passe dans la société civile (p. 205). Mais alors que Ion propose une analyse politique de cette autonomisation de la sphère politique et de la société civile, Miège en fait une lecture sociologique. Ion fait l’hypothèse que l’espace public s’émancipe de la sphère politique pour s’encastrer davantage dans la société civile. Processus qui, selon l’auteur stéphanois, ne doit pas être considéré comme une régression et pourrait même être analysé comme un progrès de la démocratie puisque la question de l’intérêt général s’ouvre désormais à d’autres acteurs que les élites politiques. Négligeant le cadre démocratique de nos sociétés, Miège se sépare de Ion : « […] je suis d’avis que les mutations engagées variables il est vrai selon les pays, interdisent de continuer à les identifier (toutes) comme relevant du politique » (p. 205).

8Pourtant, si ces évolutions décrites par Ion ne relèvent pas de la politique (l’exercice du pouvoir), elles relèvent bien du politique (lieu d’élaboration de la norme permettant de vivre ensemble). En passant à côté de la réflexion sur l’évolution de nos démocraties, Miège passe à côté d’une conceptualisation de l’espace public comme élément clé de la réflexivité de nos sociétés démocratiques, ce que soulignent pourtant et Ion et Habermas dans le sillage de Anthony Giddens. De même, en se focalisant sur la dimension info-communicationnelle de l’espace public, il ne prend pas en compte l’engagement concret, physique des individus dans des territoires de vie, ce que soulignait pourtant avec force l’ouvrage de Ion et ce que montrent aujourd’hui avec éclat les Égyptiens qui se rassemblent place Tahrir, en mettant dans un espace géographique concret leur intégrité physique en jeu. En se focalisant sur la dimension communicationnelle, Miège est passé à côté de l’essentiel de l’espace public : sa nature démocratique et son ancrage territorial.

Haut de page

Bibliographie

HABERMAS, Jürgen, (1997), Droit et démocratie, Paris, Gallimard.

LEFORT, Claude, (1986), Essai sur le politique, Paris, Seuil.

SEMPRINI, Andrea, (2000), CNN et la mondialisation de l’imaginaire, Paris, CNRS Éditions.

Haut de page

Notes

1 L’auteur cite la Tunisie avant même que Ben Ali ne soit chassé du pouvoir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Dacheux, « Bernard MIÈGE (2010), L’espace public contemporain », Communication [En ligne], Vol. 29/1 | 2011, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/2554

Haut de page

Auteur

Éric Dacheux

Éric Dacheux est professeur à l’Université Blaise Pascal (Clermont II) et chercheur associé au Laboratoire Communication et politique et au groupe Communication et solidarité. Courriel : eric.dacheux@univ-bpclermont.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org