Navigation – Plan du site
Lectures

Olivier MOESCHLER et Olivier THEVENIN (2009) (dir.), Les territoires de la démocratisation culturelle. Équipements, événements, patrimoines : perspectives franco-suisses

Paris, L’Harmattan
Andrée Fortin
Référence(s) :

Olivier MOESCHLER et Olivier THEVENIN (2009) (dir.), Les territoires de la démocratisation culturelle. Équipements, événements, patrimoines : perspectives franco-suisses, Paris, L’Harmattan.

Texte intégral

1« Quels sont les apports, les obstacles et, plus généralement, les implications de l’action des institutions culturelles et des événements culturels festifs ou encore de la politique du patrimoine pour la démocratisation de l’accès à la culture ? » (p. 11.) Voilà la question à laquelle l’ouvrage entend apporter des réponses. La démocratisation est appréhendée du point de vue historique, par des sondages, par des analyses monographiques ou de discours ou par des statistiques de fréquentation.

2Même si le pari est de considérer le découpage territorial non pas comme « simple déterminant, mais comme ressource possible de l’action publique et comme moteur de la réflexion sur la démocratisation culturelle » (p. 14), dans cet ouvrage collectif, le « territoire » prend diverses acceptions, de la plus ancrée dans la ville ou la région jusqu’au registre métaphorique ou identitaire, et le rattachement des divers textes, tous intéressants, au thème principal n’est pas toujours évident.

3Le premier chapitre, de Laurent Fleury, sur le Théâtre national populaire (TNP) de Jean Vilar (1951-1963), traite d’une des premières expériences de démocratisation en France et de ce que Fleury appelle « l’invention du public comme catégorie d’action » (p. 22). Ce texte n’est pas un hors-d’œuvre historique. En effet, la question de la démocratisation pose immédiatement celle du public. L’espace dont il s’agit ici est symbolique et identitaire et permet l’appropriation de l’œuvre. En fait, le théâtre « populaire » se pense en opposition au théâtre « bourgeois ». L’objectif n’est pas seulement d’augmenter l’audience du point de vue quantitatif, mais de l’élargir à de nouvelles catégories de population, avec les risques que cela peut entraîner.

4Deux textes mettent bien en évidence ces risques au croisement des territoires et de la démocratisation, liés à des problèmes de financement et aux stratégies d’élargissement du public. Dominique Gros retrace l’institutionnalisation du Festival La Bâtie et son passage de la scène alternative au statut de Festival de Genève. Michel Valière montre pour sa part comment il y a eu récupération et institutionnalisation du Musée du Vieux Cormenier dans le Haut-Poitou. Les risques mis en évidence dans le texte de Brigitte Schwab, intitulé « Politique culturelle et démocratie », sont différents. Elle analyse les débats autour de la construction d’un équipement culturel majeur à Lucerne, le Kultur- und Kongresszentrum, passant de la sorte de la démocratisation de la culture à la « démocratie culturelle », terme utilisé en Suisse — et ailleurs ajouterai-je — sans trop de définition. Pour clarifier le propos, Schwab construit une grille d’« indicateurs de qualité démocratique » liés à différents types de démocratie (représentative, participative, délibérative et constructiviste) et qu’elle applique aux débats autour de la construction du KKL. Cela lui permet de mettre en évidence les mécanismes de décision, le rôle des secteurs public et privé, de la société civile (au moyen de cinq scrutins populaires), ainsi que des milieux artistiques (musique classique contre alternative et art). L’analyse est systématique et s’inscrit dans le long terme. « La réalisation du Kultur- und Kongresszentrum a engendré un processus délibératif large et transparent sur la mise à la disposition par la ville de locaux pour les activités culturelles. Elle a par ailleurs permis de renforcer le Kulturforum en tant que représentant de la scène culturelle lucernoise dans sa pluralité » (p. 46). Magali Bubey retrace pour sa part un débat parlementaire sur la politique culturelle en Suisse suscité par la controverse à propos d’une exposition au Centre culturel suisse à Paris ; l’État s’y révèle dirigiste : les parlementaires conçoivent la culture comme ambassadeur de la Suisse à l’étranger.

5Les articles analysant le plus en profondeur le rapport entre la démocratisation et les territoires sont ceux qui portent sur des événements. Cristel Taillibert, en se penchant sur les festivals de cinéma en France, met en relief une de leurs composantes importantes : les projections sont accompagnées de diverses animations ou de débats. De plus, elle note « la tendance observée au sein des festivals à privilégier la présence de réalisateurs, d’acteurs, de scénaristes, et de techniciens lors de la manifestation, afin de fonder la culture cinéphile des spectateurs appelés à les rencontrer autour de l’appréhension de l’acte créatif » (p. 55.) Ces débats et rencontres s’inscrivent dans une démarche d’éducation populaire et de collaboration avec les écoles, et visent l’appropriation non seulement des théories, mais aussi des pratiques ; Taillibert remarque d’une part « un intérêt croissant pour les productions amateurs » (p. 57) et d’autre part, « l’organisation, dans le cadre même de la manifestation, d’ateliers de création vidéo » (p. 57). Somme toute, ces festivals sont l’occasion de la « création de lien social » (p. 56) ancré dans un territoire : « La manifestation est donc ici véritablement conçue dans le cadre d’un projet local, comme une animation de proximité misant sur le caractère convivial de sa mise en œuvre » (p. 56), ce qui n’exclut pas les liens avec le milieu touristique.

6Nathalie Montoya se penche pour sa part sur le Festival d’Avignon et son « partenariat de longue durée » avec les CEMEA (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active). « La spécificité du dispositif CEMEA, qui conçoit la participation au stage et au festival comme un travail réflexif sur ses propres expériences, laisse apparaître la fécondité d’une perspective qui n’isole pas les pratiques culturelles de l’ensemble des dimensions sociales, civiques et politiques de la vie quotidienne » (p. 90). Ici encore, la création du lien social semble au cœur du processus d’appropriation des œuvres. Ce lien se tisse dans des espaces de rencontre, des lieux de discussion, des ateliers, mais aussi dans des espaces physiques, comme le montre le texte de Moeschler et de ses collaborateurs sur un « festival scientifique ayant recouru à l’art pour favoriser le dialogue avec la société » (p. 93), le Festival Science et Cité 2005 en Suisse. Les auteurs mettent en évidence le « poids des lieux » : « Les quelques lieux publics investis par le Festival (places publiques, hôpitaux, bibliothèques, etc.) […] ont mieux réussi à attirer un public de formation modeste ou moyenne » (p. 97), et ce, « même avec des formats d’œuvres plus difficiles — une tendance qui confirme le pouvoir structurant des lieux sur les pratiques » (p. 99). Ainsi se noue par excellence le lien entre le territoire géographique et symbolique et la démocratisation.

7Michael Bourgatte présente les résultats d’une enquête par questionnaire auprès de « 250 lycéens ayant participé à un programme éducatif sur le cinéma » (p. 73) et s’intéresse à leur rapport au cinéma d’art et d’essai. La dimension territoriale est absente de l’analyse, mais celle de la démocratisation est importante, car c’est souvent le secteur scolaire qui est la cible des projets d’élargissement ou de renouvellement des publics. Les résultats de cette éducation au cinéma sont mitigés, pour deux raisons : d’une part, « la dimension socialisante des pratiques culturelles » (p. 78), notamment à l’adolescence, d’autre part, la diversité des goûts et des pratiques dans une situation d’offre plurielle, ce qui renvoie cette fois à la démocratie culturelle.

8Les textes axés sur le patrimoine, dans l’ensemble, abordent moins directement les thèmes de la démocratisation et des territoires. Celui de Daniel Vander Gucht, sur le « syndrome patrimonial », s’inscrit dans la lignée de son livre Ecce homo touristicus ; lui répond celui de Serge Chaumier, sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, qui n’évoque qu’en terminant le carnaval de Binche (Belgique). Plus monographique, en même temps que mieux fondé sur des définitions précises, le texte de Marie-Anne Guérin traite du patrimoine culturel en Savoie et au Valais ; la dimension comparative révèle bien sûr des différences entre la Suisse et la France, mais dans les deux cas « la production de patrimoines et de publics hybrides » (p. 122). Enfin, deux articles portent sur les musées, celui de Antigone Mouchtouris, sur les visiteurs des/dans les expositions où le lien avec la démocratisation est plus ténu, et celui de Arlette Mottaz Baran, sur le public des musées en Suisse.

9Une intéressante conclusion (Gilles Ferréol) et deux postfaces (André Ducret et Bruno Péquignot) reviennent sur la démocratisation et les territoires. En fait, ce n’est pas que la culture qu’il faut penser dans ses rapports à l’espace, mais également le développement local qu’il faut penser dans sa dimension culturelle, ce que les auteurs du collectif font peu, malgré l’affirmation de Moeschler et Thévenin selon laquelle

en soutenant l’accès et les pratiques, en assumant une offre culturelle diversifiée, en s’appuyant sur les acteurs, en favorisant la mise en réseau avec les politiques urbaines, éducatives et sociales, on observe en effet que la dimension culturelle demeure une composante essentielle des politiques territoriales et notamment urbaines et permet de penser aujourd’hui le lien entre culture et territoire comme un impératif (p. 10-11).

10Alors que les événements et les équipements artistiques sont de plus en plus obligés de faire valoir auprès des décideurs locaux leurs retombées économiques, ce collectif trace les chantiers d’un programme plus large, celui de l’analyse de leurs retombées en matière de démocratie culturelle et de démocratisation de la culture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrée Fortin, « Olivier MOESCHLER et Olivier THEVENIN (2009) (dir.), Les territoires de la démocratisation culturelle. Équipements, événements, patrimoines : perspectives franco-suisses », Communication [En ligne], Vol. 29/1 | 2011, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/2555

Haut de page

Auteur

Andrée Fortin

Andrée Fortin est professeure au Département de sociologie à l’Université Laval. Courriel : andree.fortin@soc.ulaval.ca.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org