Navigation – Plan du site
Lectures

Caroline OLLIVIER-YANIV et Michael RINN (2009) (dir.), Communication de l’État et gouvernement du social, pour une société parfaite ?

Grenoble, Presses universitaires de Grenoble
Référence(s) :

Caroline OLLIVIER-YANIV et Michael RINN (2009) (dir.), Communication de l’État et gouvernement du social, pour une société parfaite ?, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Texte intégral

1Ce collectif réunit 12 auteurs, sous la direction de Caroline Ollivier-Yaniv et Michael Rinn. Il est le résultat des travaux et du débat proposés à un colloque tenu en février 2006 à l’Université Paris 12 Val-de-Marne.

2L’ouvrage traite des rapports entre gouvernement, communication et rhétorique, au sens où ces notions sont considérées comme marquantes d’une conception stratégique du langage. L’accent est donc mis sur trois aspects de l’activité discursive et communicationnelle de l’État et des institutions publiques, à savoir le discours de l’action institutionnelle, la grammaire des émotions et les risques démocratiques liés à une perfection des actions publiques en matière de rhétorique et de communication.

3L’objectif est de montrer « pourquoi et comment la mise en œuvre de campagnes de communication ou de stratégies rhétoriques constitue un mode d’action des pouvoirs publics et des autorités politiques particulièrement révélateur des enjeux de gouvernabilité des sociétés démocratiques contemporaines » (p. 5). Et ce, par une analyse des discours conçus pour des campagnes institutionnelles de communication relatives aux sujets d’intérêt général tels que la santé, la sécurité routière et le terrorisme. Il s’agit d’une analyse critique engagée dans un registre d’échange pluridisciplinaire relevant des sciences de l’information et de la communication, de l’analyse du discours, de la sociologie et de la philosophie politique.

4Les contributions sont regroupées en trois sections thématiques : « Démocratie, propagande et rhétorique », « Discours de l’État sur la santé et la sécurité » et « Communication de l’État et débat public ».

5La première section est consacrée aux liens qui unissent discours et gouvernement dans un contexte démocratique. L’analyse porte d’abord sur les formes de discours que revêt la communication de l’État telles qu’exigées par « le consensus populaire » (P. Charaudeau). La deuxième contribution se focalise sur le discours de l’État en tant qu’outil de régulation, tout en validant l’idée que non seulement la propagande va de pair avec la démocratie, mais encore qu’elle est une invention de la démocratie et qu’elle en fait proprement partie (P. Breton). En partant de certains constats au sujet de « la communication publique » et en se servant de la rhétorique, la contribution suivante s’attaque au phénomène de la « gestionnarisation » de l’exercice du pouvoir tout en soulignant la relation contradictoire entre l’efficacité gestionnaire qualifiée de figure de la perfection en politique et le débat public démocratique (A. Ogien). Enfin, cette section expose le cas particulier de la communication humanitaire comme une forme particulière de propagande qui restreint le débat démocratique et limite le jugement critique (E. Danblon).

6En réquisitionnant le concept de biopouvoir de Michel Foucault, la deuxième section analyse des campagnes de communication publique dans les domaines de la sécurité routière et de la santé et montre comment l’État, par ses discours de prévention et d’incitation à l’autocontrôle, conditionne les comportements individuels. Une première contribution se concentre sur le rôle que les campagnes de communication en matière de sécurité publique ont joué dans l’action politique et publique en France et en Grande-Bretagne (C. Ollivier-Yaniv). Puis s’enchaîne une analyse selon une approche synchronique permettant d’apprécier les nuances du développement en France des communications sur la sécurité routière de 1952 à 2002 (C. Picard). Ensuite, la communication en matière de santé publique fait l’objet de deux contributions : l’une dévoile les dessous et les ambiguïtés des campagnes alors que l’autre s’intéresse aux discours de l’État en temps de crise et montre, en étudiant le cas de la grippe aviaire, qu’il existe un lien entre la rhétorique de l’État et le marketing social destiné à renforcer la confiance de la population envers les autorités gouvernementales (D. Desmarchelier). La dernière contribution boucle cette deuxième section en analysant sous un angle épistémologique le concept foucaldien de biopouvoir, dans le sens où il sous-tend la thèse de la promotion d’une société parfaite, ce qui permet d’observer qu’en matière d’influence sur les conduites individuelles, les actions gouvernementales ont privilégié la manipulation plutôt que la coercition (P. Mengal).

7Les trois contributions de la dernière section étudient la communication dans la société civile et tout particulièrement celle qui porte sur les questions d’intérêt général, afin de relever les éléments de rencontre et de confrontation entre le discours de l’État et celui des autres acteurs sur la scène publique. La première se consacre aux stratégies de communication des organisations non gouvernementales engagées dans le domaine de la santé ou de la sécurité routière à titre de partenaire de l’État, de consultant ou d’opposant (J. Palmer). La deuxième se penche sur la question des conditions d’une démocratie sanitaire. Dans une analyse des débats entre usagers et experts au sujet des risques d’exposition au VIH, dans un contexte marqué par la montée en puissance des organisations issues de la société civile, il est suggéré notamment que les associations de lutte contre le sida, bien que minoritaires, parviennent à gagner la bataille de l’opinion publique et à influer sur les décisions des autorités politiques et sanitaires. On assisterait à « l’émergence d’une dictature des usagers (G. Paicheler). La troisième contribution s’intéresse à la lutte contre le terrorisme. Il s’agit d’une étude de la rhétorique d’un nouveau type de marketing social, le « marketing sécuritaire ». Michel Rinn analyse l’action d’un groupe de pression européen (Fondation ESAG) qui incite, sous le couvert l’anonymat, l’opinion européenne à la vigilance après les attaques du 11 septembre.

8En conclusion, ce collectif se démarque par ses analyses et ses études de qualité sur les plans conceptuel et méthodologique ainsi que par la renommée scientifique internationale de ses contributeurs. Les approches diversifiées mais complémentaires touchent des sujets d’actualité qui interpellent non seulement l’Europe et les États démocratiques, mais aussi tous les régimes. Les contributions examinent, sous des angles différents, un nombre important de notions et de concepts (parfois nouveaux ou ressuscités) relevant des champs de la rhétorique et de la communication en lien avec les pratiques de pouvoir des autorités et des institutions publiques dans un contexte démocratique. Finalement, l’ouvrage conforte l’idée que les campagnes de communication publique de l’État en tant que technique de gestion du social et outil de régulation ne peuvent être réduites à une simple opération de relation publique, puisque ces actes de communication sont animés par des enjeux complexes (pouvoir, démocratie) et engagés dans des questions touchant à la vie et à la mort (santé, sécurité) des citoyens. Les auteurs nous rappellent que « la rhétorique et la communication des institutions publiques — en travaillant à la représentation d’une société parfaite — peuvent devenir démocratiquement problématiques au sens où elles contribuent à institutionnaliser l’indiscutable, à construire des objets interdits à la critique et à dépolitiser l’action publique » (p. 11).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Caroline OLLIVIER-YANIV et Michael RINN (2009) (dir.), Communication de l’État et gouvernement du social, pour une société parfaite ? », Communication [En ligne], Vol. 29/1 | 2011, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/2561

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org