Navigation – Plan du site
Lectures

Brigitte SIMONOT et Gabriel GALLEZOT (2009) (dir.), L’entonnoir : Google sous la loupe des sciences de l’information et de la communication

Caen, C&F Éditions
Julia Bonaccorsi
Référence(s) :

Brigitte SIMONOT et Gabriel GALLEZOT (2009) (dir.), L’entonnoir : Google sous la loupe des sciences de l’information et de la communication, Caen, C&F Éditions

Texte intégral

1Ce titre annonce d’emblée une posture critique et, plus largement, une promesse de dévoilement. L’approche communicationnelle, affirmée dès le sous-titre, saisit Google comme un objet de recherche à construire à distance des discours promotionnels ou pamphlétaires. La recherche collective prend appui sur une perspective sociotechnique, mais également sociopolitique du moteur de recherche et de ses usages, pour interroger la production de valeurs par la société Google. Le moteur est scruté au prisme des modèles de recherche d’information qu’il convoque, du discours idéologique sur son algorithme et de l’uniformisation des modes d’interrogation par mots-clés.

2Ainsi, c’est à la jonction entre sciences du document et analyse des pratiques documentaires que l’ouvrage pose un regard sensiblement novateur sur son objet. Les auteurs proposent une réflexion collective en trois volets (pratiques, méthodes, discours), qui interroge à la fois le moteur comme médiation documentaire et comme producteur de services. L’ensemble des contributions met ainsi en évidence la naturalisation des médiations sociotechniques et idéologiques du moteur.

3Le premier volet entre de plain-pied dans l’analyse des pratiques documentaires de deux publics, les étudiants et les journalistes. L’enquête effectuée par Brigitte Simonnot auprès d’étudiants en formation documentaire révèle leur « vision positiviste » de l’information ; ces étudiants, d’une part, méconnaissent les statuts des documents et leur mode d’évaluation et, d’autre part, s’accommodent de la qualité des résultats en regard de leur variété et de leur nombre. L’auteur souligne la contradiction entre les valeurs d’autonomie et de liberté associées par les étudiants à Google et la dépendance de ceux-ci au moteur de recherche.

4Nicolas Pelissier et Mamadou Diouma Diallo montrent à partir d’une enquête au sein de la rédaction du quotidien Libération combien Google s’est installé dans les pratiques d’approvisionnement des entreprises de presse sans aucune discussion véritable, contrairement à d’autres sources numériques. Leur conclusion nuancée montre la nécessité d’affiner ces premiers résultats qui soulèvent des questions fondamentales sur la crédibilité de l’information.

5Le deuxième volet de l’ouvrage aborde plus précisément la dimension documentaire de ce moteur de recherche en affirmant la nécessité d’une formation au maniement des technologies de l’intelligence. Alexandre Serres et Olivier Le Deuff insistent sur l’importance de la formation de l’internaute comme citoyen, réaffirmant un lien fort entre savoir et pouvoir.

6Les auteurs du chapitre suivant analysent l’algorithme PageRank de Google et montrent comment des types d’usagers se dessinent, le profane (contrairement à l’expert) « découvrant » plus qu’il ne « recherche » l’information. L’aléatoire conceptualisé par Google en « sérendipité » est ici présenté comme un « concept didactique » permettant d’engager, selon des niveaux différenciés, l’utilisateur dans sa recherche d’information. Le propos, s’il est séduisant, ne convainc pas toujours en raison de la reprise du terme sérendipité dans l’analyse et de la dimension prescriptive de la recherche.

7Enfin, le troisième volet présente une lecture symbolique et idéologique du moteur de recherche. D’abord, Philippe Dumas et Daphné Duvernay rendent compte de la place sociétale occupée par Google comme un fait social, qu’ils nomment « googling ». Située au croisement entre sociologie de l’innovation et analyse des imaginaires sociotechniques, leur approche prend en considération l’importance du moteur d’un point de vue anthropologique, en cherchant à montrer les points de jonction entre un « dispositif impensé » et un « individu hypermoderne », au risque parfois de perdre le lecteur. Dans « Le grand avaleur », Jacques Araszkiewiez nous engage dans un parcours analytique fondé sur une analyse énonciative et sémiologique, qui tente de mettre en évidence le discours implicite de Google : un grand contenant excluant l’altérité. Selon l’auteur, cet universalisme est contrecarré par le dispositif lui-même, producteur d’altérité dans les expériences qu’il génère. Enfin, Céline Masoni-Lacroix et Paul Rasse reviennent sur le paradigme rhétorique du discours promotionnel de Google comme nouvelle vision du monde. Ils montrent ainsi la capacité de ce discours à rassembler des valeurs commerciales et morales, par l’intermédiaire de glissements sémantiques entre le technologique, le marchand et le moral.

8Si les différents textes abordent souvent les mêmes questions (l’algorithme PageRank, les logiques marchandes, etc.), ils proposent autant d’angles d’analyse complémentaires. Une question reste cependant en suspens : il n’est rien dit des transformations sémiotiques des informations elles-mêmes par la médiation de « l’entonnoir », alors qu’un texte à ce sujet aurait permis de mettre en question un autre aspect normatif du moteur.

9Les « apartés » qui ponctuent l’ouvrage sur des sujets précis (une méthode idéale pour l’usager ; une synthèse sur le navigateur Google Chrome), de même que le texte de science-fiction proposé « en guise de postface » constituent des propositions originales et des entrées différentes pour un public non universitaire. Cependant, l’ouvrage s’adresse à des lecteurs plutôt avertis et familiers des problématiques communicationnelles et peut constituer un outil pédagogique tout à fait intéressant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julia Bonaccorsi, « Brigitte SIMONOT et Gabriel GALLEZOT (2009) (dir.), L’entonnoir : Google sous la loupe des sciences de l’information et de la communication », Communication [En ligne], Vol. 29/1 | 2011, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/2564

Haut de page

Auteur

Julia Bonaccorsi

Julia Bonaccorsi est Maître de conférences en Sciences de l'information et de la communication à l’Université Paris-Est Créteil et membre du Laboratoire Centre d'étude des discours, images, textes, écrits, communications (Céditec), Équipe d'accueil 3119. Courriel : bonaccorsi@u-pec.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org