Navigation – Plan du site
Lectures

Solange TREMBLAY (2007), Développement durable et communications. Au-delà des mots, pour un véritable engagement

Québec, Presses de l’Université du Québec
Alain Kiyindou
Référence(s) :

Solange TREMBLAY (2007), Développement durable et communications. Au-delà des mots, pour un véritable engagement, Québec, Presses de l’Université du Québec

Texte intégral

1Solange Tremblay présente ici une quinzaine d’articles traitant du développement durable tout en positionnant l’ouvrage comme un espace de dialogue, de réflexion et de témoignage sur des expériences diverses. Mais cet ouvrage, précise-t-elle, est inachevé, c’est-à-dire qu’il représente le début d’une série de livres encore en construction.

2Le propos développé concerne le développement durable, terme à la mode, en valeur parfois, mais en tout cas présent dans la plupart des discours, des plus classiques aux plus scientifiques, politiques ou engagés. La réflexion amorcée ici vise donc à éclairer cette notion, à la mettre en question et à décrypter les raisons qui poussent les politiques, les organisations non gouvernementales et les gouvernements à s’engager dans cette démarche. On trouvera d’ailleurs dans ce livre plusieurs études de cas.

3D’entrée de jeu, les auteurs tiennent à définir la notion de développement tout en traçant l’histoire de ce concept chargé d’idéologie. D’abord, le développement ne peut se lire en dehors de l’histoire interprétée comme un processus graduel et linéaire permettant d’avancer. C’est dans cette dynamique que se situe l’« avènement » du sous-développement évoqué notamment par le président des États-Unis Harry Truman, le 20 janvier 1949, par lequel il désignait l’ensemble des régions économiquement arriérées, des nations pauvres, etc. Dans ces conditions, les nations riches représentent l’avenir des pauvres. La linéarité est consacrée, le chemin du développement, tracé. Le développement devient ainsi la recherche frénétique du bien. Ce tableau serait demeuré incomplet si les auteurs avaient oublié d’y associer la mondialisation, c’est-à-dire de pointer les avantages tirés par les pays riches et le rôle des grandes multinationales. Pour eux, l’internationalisation des échanges amène les différents acteurs à faire face à de nouvelles responsabilités et fait émerger partout dans le monde de nouvelles valeurs. C’est d’ailleurs dans cette prise de conscience qu’ils s’inscrivent le concept de développement durable. Ce concept impose de repenser et de réorganiser les actions par rapport à un nouvel ensemble de paramètres économiques, sociaux et environnementaux. Rien d’étonnant donc si chacun a sa propre perception du développement durable, en fonction de sa profession, de ses convictions, de ses préoccupations. Cette diversité d’approches pose inévitablement des problèmes de communication. Elle met en avant des valeurs comme le progrès social, l’égalité et la liberté. Elle s’appuie sur un nouveau cadre de gouvernance, une législation adaptée et un certain nombre de principes, dont les suivants : l’équité, la solidarité, la participation, la précaution, la protection, le respect. La certification et la normalisation font leur entrée dans le domaine du développement durable et donnent naissance à des organisations comme l’Organisation internationale de standardisation (ISO), Global Reporting, Global Compact.

4Si l’effet du rôle joué par des associations environnementales a été de limiter la notion de développement durable à sa dimension environnementale, cet ouvrage montre que celle-ci est beaucoup plus large. Ses trois aspects essentiels sont l’environnement, l’économie et le social. L’idée maîtresse du développement durable est l’amélioration de la qualité de vie de la population, car sa finalité n’est pas la conservation de la nature mais bien celle de l’humanité, d’où la confusion qui parfois peut s’installer autour de cette notion. Le développement durable implique l’engagement des entreprises qui sont enjointes à prendre en compte leur responsabilité sociale. Le fait d’axer leurs activités sur l’innovation peut engendrer des problèmes environnementaux ou sociaux qui engagent leur responsabilité sociale. Celle-ci engloberait « toute situation où une compagnie tient compte d’autres intérêts que ceux de ses actionnaires » (p. 67). Cette vision contredit celle de Milton Friedman, qui considère que « la seule et unique responsabilité de l’entreprise est de consacrer ses ressources et ses activités à l’accroissement du profit » (p. 16). La responsabilité sociale comporte différents aspects tels que les investissements à vocation communautaire, des relations plus inclusives avec les employés, la création et le maintien des emplois, la gestion de l’environnement et le rendement financier. Si le lien entre le développement durable et le développement social devient de plus en plus indissociable, cette notion de responsabilité ne peut être dissociée de l’éthique.

5Les auteurs soulignent également combien la mondialisation des échanges accroît la nécessité de mettre en place des normes internationales. Celles-ci deviennent indispensables dès lors que la portée géographique des législations ne permet pas de standardiser les procédures et les comportements à l’échelle internationale. En effet, l’augmentation des échanges commerciaux entre les entreprises de différents pays soulève des problèmes en matière de codes de conduite dans le domaine des impacts environnementaux transfrontaliers.

6Dans un contexte de mondialisation accélérée, l’État est appelé à jouer un rôle plus important pour mettre fin aux déséquilibres. Les principales règles mondiales qui gouvernent actuellement le commerce et la finance entraînent des rapports asymétriques entre les pays riches et les pays pauvres qui risquent d’engendrer davantage de déséquilibres au cours des prochaines décennies. C’est donc dans l’optique de rétablir la justice sociale et l’équité que doit se situer l’intervention de l’État.

7Outre les responsabilités des entreprises et de l’État, il y a celles des citoyens. Ceux-ci sont appelés à participer au débat sur les changements en cours. Si la mondialisation accentue les échanges, bouleversant ainsi les relations entre les entreprises, entre les États et entre les entreprises et les États, elle bouleverse également celles entre les entreprises, les États et les citoyens. La participation de tous ces acteurs à ce processus est donc inéluctable et indispensable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Kiyindou, « Solange TREMBLAY (2007), Développement durable et communications. Au-delà des mots, pour un véritable engagement », Communication [En ligne], Vol. 29/1 | 2011, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://communication.revues.org/2568

Haut de page

Auteur

Alain Kiyindou

Alain Kiyindou est professeur à l'Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3. Courriel : alain.kiyindou@msha.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org