Navigation – Plan du site
Lectures

Florence AUBENAS (2010), Le quai de Ouistreham

Paris, Éditions de l’Olivier
Jean-Pierre Chamoux
Référence(s) :

Florence AUBENAS (2010), Le quai de Ouistreham, Paris, Éditions de l’Olivier.

Texte intégral

1Très lié à la presse écrite, le journalisme d’investigation a profondément marqué le xxe siècle. Emblématique de cette époque, le correspondant de guerre suivait les belligérants et rapportait au jour le jour les événements dont il était témoin. Alimentée par le fil des agences, l’information continue des journaux Internet, des chaînes de radio et de télévision comme France Info, CNN, Al Jazeera ou BBC World se prépare et se met en scène désormais en studio.

2Il reste pourtant des investigateurs de terrain, travaillant notamment avec les agences et de grands journaux, qui poursuivent la tradition de Conrad, Kessel ou Pulitzer. Plusieurs sont des femmes, comme Florence Aubenas, qui fut prise en otage le 5 janvier 2005, lors d’un reportage qu’elle effectuait à l’Université de Bagdad. Libérée après cinq mois de détention et de longues tractations politiques, cette captive illustra, pour l’opinion française, le risque propre à l’investigation journalistique sur des conflits comme celui de l’Irak.

3Après cet enlèvement qui a beaucoup marqué l’opinion française, Aubenas a conduit plusieurs enquêtes sur des phénomènes sociaux contemporains dont elle rendit compte dans des ouvrages de caractère monographique (Aubenas, 2005). Au premier semestre de 2009, elle s’installa discrètement en Normandie où elle n’avait aucune attache et se présenta comme une femme sans expérience ni qualification, prête à faire le ménage des ateliers, des particuliers ou des navires qui assurent la navette trans-Manche avec l’Angleterre. Le quai de Ouistreham, port proche de la ville de Caen, résume ce jeu de rôle qui se situe à la frontière entre le terrain ethnographique et le journalisme d’investigation.

4L’ethnographie, disait Claude Lévi-Strauss dans son maître recueil Anthropologie structurale, constitue le premier stade de la recherche anthropologique : rassembler, grâce à l’expérience personnelle vécue par le chercheur, des données monographiques à partir desquelles peuvent s’élaborer ultérieurement des synthèses qui peuvent contribuer, elles, à mieux comprendre l’homme et les sociétés humaines, dans leur généralité.

5En organisant son immersion parmi les délaissés normands de la croissance contemporaine, Aubenas a donc fait acte d’ethnographe comme le firent, en leur temps, l’explorateur Paul-Émile Victor, qui s’introduisit parmi les populations esquimaudes du Groenland à deux reprises, partageant leur vie quotidienne et l’ensemble de leurs coutumes (1934-1937), l’ethnologue Jean Guiart aux Nouvelles-Hébrides, au temps du condominium franco-anglais, aujourd’hui disparu, et bien d’autres aventuriers de l’ethnographie moderne.

6L’ouvrage paru cette année rend compte, un an après, de l’expérience vécue par l’auteure dans les environs de la ville de Caen au cours des premiers mois de 2009. Ce livre révèle de nombreuses qualités qu’il convient de reconnaître et de souligner avant d’analyser le sens de ce témoignage, honnête et courageux, mais de portée limitée en raison de sa nature même, ce que laissait entendre Lévi-Strauss que nous citons ci-dessus.

  • 1 L’emploi durable qualifié CDI pour contrat à durée indéterminée, par opposition aux tâches précaire (...)

7Aubenas mérite d’être reconnue pour ses grandes qualités personnelles : servi par une langue simple et claire, son récit est d’une grande vigueur. Il se lit d’une traite, sans longueur ni langueur. Le succès de librairie sanctionne heureusement des qualités littéraires qui ne sont pas si communes. De plus, l’auteure évite, à tout moment, les écueils qui pourraient faire basculer un tel ouvrage dans la sensiblerie : naufragée volontaire au milieu des paumés qui traînent dans les faubourgs de Caen à la recherche d’un improbable emploi stable, elle garde la tête assez froide pour ne jamais lâcher son propos ni sa personnalité d’adoption jusqu’au terme de l’expérience qui se termine, comme elle l’annonçait dès son commencement, lorsqu’elle décroche cet emploi durable1 auquel rêvent ses compagnons d’infortune !

  • 2 Le souvenir des tortures morales subies par l’auteure au cours de sa captivité, tortures que la jaq (...)

8La forme de ce récit n’est pas sa seule qualité. Malgré sa pudeur de bon aloi, Aubenas laisse deviner, par moments, à quel point les situations qu’elle rencontre éprouvent son caractère et son équilibre personnel. L’épuisement musculaire de la préposée au nettoyage des toilettes et des lavabos du trans-Manche de Ouistreham, les démarrages aléatoires de ce véhicule hors d’âge qui lui permit de rallier tour à tour ses divers lieux de travail, véhicule qu’elle appelle son « tracteur », la précarité communicative de ses compagnes d’infortune ne sont guère faciles à vivre ! Ce contexte soumet à l’évidence l’expérimentatrice à de fortes tensions psychologiques ; elle résiste cependant à l’épreuve, sans en tirer orgueil ni morgue, témoignant ainsi de qualités morales que nous soulignons au passage alors que rien ne le suggère dans le récit. Cette ellipse n’est, à notre sens, pas sans lien avec le succès de librairie, car le lecteur découvre aussi dans ce livre la trempe d’une personnalité digne de respect2.

9Nous en venons maintenant au fond du sujet, au terrain de cette enquête qui ne doit, tout de même, pas être omis, car ce fut le vrai prétexte de l’expérience tentée par l’auteure. Quiconque porte un peu d’intérêt au terrain normand (de Rouen au Havre et de Dieppe à Cherbourg), ce qui est notre cas depuis des années, connaît les forces (mais aussi les faiblesses) de la population et des structures socioéconomiques de cette grande région géographique : située à un jet de pierre de la région la plus active et la plus riche de notre pays, l’Île-de-France, la Normandie est malgré tout profondément marquée par son particularisme historique et régional.

  • 3 Un schéma d’aménagement que tentent de ranimer les projets d’extension de ce couloir industriel et (...)

10Région traditionnellement fertile, tempérée et policée, la Normandie a une population qui est depuis toujours attachée à ses traditions ; la douceur de vivre et le climat n’empêchent toutefois pas la persistance séculaire d’une tradition sociale combative dont les métropoles de Caen et du Havre portent toujours témoignage, ce que le livre évoque au passage (p. 185 ssq.). Partiellement transformée en couloir industriel par les schémas d’aménagement du territoire imaginés et mis en place au cours de la renaissance industrielle des « trente glorieuses »3, la Normandie (que je devrais plutôt appeler « les Normandies » en termes administratifs !) est une terre de contrastes : région maritime, certes, mais aussi et même surtout rurale et terrienne ; région tempérée, privilégiée par la nature mais dont la grande majorité des habitants vivent chichement, ce qui ne les empêche pas d’être profondément attachés à leur terroir qu’ils hésitent toujours à quitter durablement ; c’est enfin un lieu séduisant pour les allochtones, un lieu de détente et de repos depuis plus d’un siècle et demi, dont les investisseurs urbains ont façonné la côte et la frange littorale sans modifier pour autant le style de vie des autochtones qui continuent d’exister en marge des traces urbaines du tourisme importé !

11La Normandie est ainsi, aujourd’hui comme au temps plus ancien, une terre riche peuplée par une population relativement pauvre. Ce fait sociologique, qui marque aussi d’autres provinces de la France comme le Nord, n’est pas assez mis en évidence, à notre avis, par l’auteure dont le but était, selon son propre aveu, d’observer in situ les conséquences de la crise financière de l’automne 2008 : « […] on ne parlait que de ça, mais sans savoir réellement qu’en dire ni comment en prendre la mesure… » dit-elle en avant-propos (p. 9). Sur ces prémisses se fonde sa détermination de jouer le rôle d’un chômeur à la recherche d’un emploi quelconque sur un terrain où elle n’a ni attaches ni histoire personnelle, déterminée qu’elle est à quitter ce rôle dès qu’un CDI serait à portée de main.

12Comme nous venons de l’évoquer, l’approche d’Aubenas bute sur deux particularités qu’elle n’avait sans doute pas anticipées : sur la paupérisation de l’agglomération caennaise, malheureusement bien établie depuis des années, et sur l’échec répété des politiques mises en œuvre au fil des ans pour tenter de faire contrepoids à la mauvaise fortune des anciennes industries de Caen dont aucun remplacement crédible n’est jamais sorti du chapeau des aménageurs publics. Il nous faut développer ces éléments en contrepoint de l’expérience humaine de l’auteure afin de replacer cette expérience dans un cadre hors duquel elle n’a pas la même signification.

13Nous venons de rappeler que la vitalité économique et démographique de la Basse-Normandie, et notamment celle de Caen, décroît régulièrement depuis des lustres : les données scolaires, universitaires, économiques et démographiques portent témoignage d’une implosion socioéconomique progressive qui est indépendante du contexte actuel et bien antérieure à la crise économique de 2008. Les situations personnelles décrites par ce livre ne sont donc pas nouvelles pour l’observateur averti ; elles existent depuis un bail et n’ont pas changé de nature du fait des troubles économiques de l’automne 2008 ; les témoins de l’expérience Aubenas en sont parfaitement convaincus, ce qui explique leur doute sur la réalité du phénomène : « […] moi, je ne vois pas de différence avec avant. On ne vit pas moins bien, ça fait longtemps qu’on est aux nouilles », ce à quoi un autre ajoute : « […] cette histoire de crise, ce ne serait pas une nouvelle invention pour nous tromper ? » (p. 105).

14Les questions de l’emploi et de la survie de ces populations en dérive ne sont ainsi pas liées à la conjoncture, mais plutôt à la transformation du monde contemporain : l’industrie automobile, entretenue à grand renfort de subventions publiques, décline partout en France et plus en Normandie qu’ailleurs, car elle y fut importée artificiellement ; la sidérurgie s’est évanouie de Normandie comme en Lorraine depuis vingt ans ; la survivance du transport maritime le long du canal de Caen n’est plus qu’un rêve hérité du Second Empire ; l’importation de bois d’œuvre en provenance de Scandinavie ne pourra guère relancer l’activité économique de cette agglomération mitée par ses friches industrielles.

15Les activités d’aujourd’hui sont ailleurs que dans l’industrie et elles ne suscitent pas les mêmes emplois : elles reposent sur le commerce, d’abord, puisque la grande distribution fut et reste très active dans cette région où naquit, par exemple, Promodès, désormais intégré dans le groupe Carrefour. Dans des services, ensuite, qui redistribuent une partie de la manne grâce à laquelle survivent de nombreuses familles, mais à partir desquels se produit peu de valeur ajoutée régionale, car il s’agit surtout de l’éducation, de la santé et des autres services publics qui tiennent une grande place dans l’emploi stable de cette agglomération tertiaire, plus fragile que les métropoles du Havre et de Rouen.

  • 4 Dans ses Cahiers de la quinzaine de 1907, cité dans Charles Péguy (1940 : 157 ssq.) : « […] il y a (...)
  • 5 Dont un exemple frappant est rapporté dans le livre : « […] elle attend que toutes ses dents soient (...)

16En définitive, l’expérience courageuse à laquelle Aubenas s’est livrée témoigne surtout de la paupérisation et de la ségrégation sociale qui résultent du poids relatif croissant de l’emploi protégé et de l’emploi public dans cette région désindustrialisée. Ce livre illustre donc avec une grande vigueur cette « France à deux vitesses » qui ronge peu à peu le territoire de notre République, France que les travaux empiriques de Jacques Marseille (2004) ont éclairée d’une lumière crue : une France protégée par sa médiocrité mais titulaire d’un emploi stable, que Charles Péguy décrivait comme « assise derrière le comptoir » (c’est-à-dire face au public qui est debout de l’autre coté du comptoir4), et une autre France sur laquelle retombent toutes les incertitudes de notre époque, incertitudes sur l’emploi et sur le revenu qui sont précarisés, incertitudes sur sa raison d’être, sur l’entretien de sa santé5, sur la formation de ses enfants et, par conséquent, sur le devenir de la société au sein de laquelle ils sont nés. Une France dont le modèle re-distributeur est proche de l’épuisement, ce qui explique le nombre croissant de ses laissés-pour-compte !

17L’expérimentation ethnographique d’Aubenas nous livre, sans qu’elle insiste elle-même sur ce point, une clé du mal-être de la population laborieuse normande : elle décrit, sans aucun fard, les procédures du Pôle emploi auprès duquel elle a déposé sa demande d’emploi. Ce témoignage recoupe bien des expériences que nous avons pu réunir depuis quinze ans. On peut donc en inférer raisonnablement qu’elles sont assez représentatives de la réalité régionale : les agents que rencontre l’auteure ne font pas preuve de mauvaise volonté, au contraire ; mais la vanité de leur tâche ne leur échappe pas ! Au-delà du langage compassé et technocratique qu’ils ont appris à l’école de l’ancienne « agence nationale pour l’emploi », leurs conseils, leurs tentatives pour accompagner ces pauvres hères sonnent faux : « [… agent d’entretien, qu’est-ce que vous en pensez ? [...] le marché est en pleine restructuration, il va se refermer d’ici peu [...] ce sera trop tard pour des gens comme vous » (p. 34-35). Tout, dans ces témoignages, montre que cette agence est une sorte d’administration soviétiforme, menée par les statistiques qui sont agglomérées à la tête parisienne d’où redescendent les instructions que doivent accomplir les agents du bas de la chaîne ; et, malgré tout, le contact avec les agents est moins impersonnel que l’on aurait pu le craindre d’une grande bureaucratie. De même, le personnel des agences d’intérim dont le livre rend compte périodiquement témoigne-t-il d’une certaine épaisseur humaine qui transparaît malgré sa gaucherie ou son impuissance à curer le malheur qui l’entoure !

  • 6 On notera que cet auteur avait soulevé une vive polémique méthodologique avec Lévi-Strauss !

18Nous conclurons par deux réflexions qui complètent le propos qu’annonce Aubenas dans son introduction : menée avec conscience et honnêteté, cette analyse ethnographique apporte exactement au lecteur ce qu’il est en droit d’attendre d’une telle démarche, soit un coup de projecteur sur des cas d’espèce qui sont tous, à des titres divers, emblématiques des situations incertaines auxquelles un nombre important de nos concitoyens doivent faire face. Devant l’adversité et sans perspective engageante pour l’avenir, les êtres dont le livre nous dévoile une partie de la vie sociale révèlent des ressources d’énergie et d’intelligence pratique que l’auteure, observatrice attentive d’autrui comme le sont les vrais journalistes, relève avec précision. Cette enquête sonne vrai sans être larmoyante ; c’est sa force : « [… la sociologie effective est faite par des ethnographes qui travaillent sur le terrain », disait Jean-François Revel (1964 : 156)6. Nous partageons ce jugement qui s’applique parfaitement ici.

19Mais les préconisations de méthode que nous évoquions en ouvrant cet article suggèrent que l’analyse ne peut en rester là : il faut en tirer parti pour aller au-delà de l’anecdote ; une collection de tranches de vie resterait anecdotique si elle n’alimentait pas une réflexion sur les faiblesses de notre société, révélées par l’enquête. Ce pourrait être le propos d’un autre ouvrage et d’une autre analyse qui ne serait plus celle de la journaliste ethnographe, grâce à qui nous avons posé la première pierre de l’enquête ; la synthèse sociologique, tirant de ces faits d’expérience des leçons exploitables pour la société tout entière, reste à écrire !

Haut de page

Bibliographie

AUBENAS, Florence (2005), La méprise. L’affaire d’Outreau, Paris, Seuil.

LÉVI-STRAUSS, Claude (1958), Anthropologie structurale, Paris, Plon.

MARSEILLE, Jacques (2005), La guerre des deux France, Paris, Perrin, Coll. « Tempus ».

PÉGUY, Charles (1940), Situations, Paris, Gallimard.

REVEL, Jean-François (1964), Pourquoi des philosophes ?, Paris, J-J. Pauvert.

Haut de page

Notes

1 L’emploi durable qualifié CDI pour contrat à durée indéterminée, par opposition aux tâches précaires dont survivent, plutôt mal, les personnages au milieu desquels l’auteure survit à l’aide des mêmes expédients qu’eux.

2 Le souvenir des tortures morales subies par l’auteure au cours de sa captivité, tortures que la jaquette du livre n’évoque heureusement plus, est sûrement présent à l’esprit de nombreux lecteurs ; mais l’expérience ethnographique de Ouistreham, quel que puisse en être l’effet thérapeutique éventuel, fut une épreuve dont seule une robuste constitution physique et mentale pouvait sortir indemne !

3 Un schéma d’aménagement que tentent de ranimer les projets d’extension de ce couloir industriel et marchand que propose le nouveau projet d’aménagement du Grand Paris rendu public au cours des deux dernières années (Le Havre, port maritime de Paris !).

4 Dans ses Cahiers de la quinzaine de 1907, cité dans Charles Péguy (1940 : 157 ssq.) : « […] il y a celui qui est derrière le guichet… et celui qui est devant… là est la grande, la vraie séparation de la France » !

5 Dont un exemple frappant est rapporté dans le livre : « […] elle attend que toutes ses dents soient pourries pour les faire arracher à l’hôpital, d’un coup, sous anesthésie générale […] on commande un appareil intégral que la sécurité sociale rembourse » (p. 109).

6 On notera que cet auteur avait soulevé une vive polémique méthodologique avec Lévi-Strauss !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Chamoux, « Florence AUBENAS (2010), Le quai de Ouistreham », Communication [En ligne], Vol. 29/2 | 2012, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 22 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/2601

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Chamoux

Jean-Pierre Chamoux est professeur à l’Université Paris Descartes. Courriel : jean-pierre.chamoux@univ-paris5.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org