Navigation – Plan du site
Lectures

Bertrand BERGIER (2010), Pas très cathodique. Enquête au pays des « sans-télé »

Toulouse, Éditions Erès, Coll. « Sociologie clinique »
Ariane Beldi
Référence(s) :

Bertrand BERGIER (2010), Pas très cathodique. Enquête au pays des « sans-télé », Toulouse, Éditions Erès, Coll. « Sociologie clinique ».

Texte intégral

1La quatrième de couverture affiche d’entrée de jeu ce qui fait la particularité de cet ouvrage : partir à la découverte de ceux que Bertrand Bergier qualifie d’« anomalies statistiques », car si « 98 % des Français regardent la télévision. Eux, non. Ils la refusent sous toutes ses formes, quel que soit l’écran de réception. Qui sont ces réfractaires ? Que font-ils de leur <temps libre> ? » Ce sociologue des « a-typiques », assisté d’étudiants de l’Institut des sciences de la communication et de l’éducation d’Angers et d’Arradon, nous invite ici à une plongée dans l’univers de ceux qui rejettent l’une des technologies symbolisant pourtant notre société de consommation moderne : la télévision. Comme l’annonce le titre de l’ouvrage, cette enquête vise à dépasser les préjugés à l’égard des « sans-télé » et, par la même occasion, à apporter un nouvel éclairage sur les pratiques culturelles courantes liées à la petite lucarne. Prenant le contre-pied de la sociologie des usages et de la réception qui s’attache à décrire les diverses pratiques des publics de la télévision, l’auteur se propose, lui, d’étudier le positionnement de ceux qui refusent justement de se constituer en audience télévisuelle et préfèrent investir leur temps libre dans d’autres activités culturelles.

2Faisant preuve de transparence et d’honnêteté intellectuelle, Bergier reconnaît qu’il a dû constamment lutter contre les préjugés qu’il avait lui-même intégrés sur cette ultra-minorité, afin de pouvoir mieux comprendre ce qui a poussé ces personnes à débrancher la télévision. Son approche méthodologique constitue l’un des principaux intérêts de l’ouvrage. Combinant des entretiens approfondis et des questionnaires, elle consiste à faire, selon ses propres dires, « du qualitatif en quantité ». Cette méthode permet de situer les cas individuels par rapport à d’autres segments statistiques et à des tendances socioculturelles plus larges, tout en évitant les pièges aussi bien de la singularité que de la généralisation abusive. Ce souci de nuance et de précision dans les analyses transparaît d’ailleurs en filigrane tout au long de l’ouvrage. L’auteur plaide ainsi constamment pour une attention portée au détail et refuse de réduire les cas atypiques à de simples exceptions confirmant la règle.

3L’angle d’attaque adopté postule que les individus ne sont pas entièrement déterminés par la matrice technosociale dans laquelle ils évoluent, mais qu’ils conservent une petite marge de manœuvre qu’ils exploitent selon une rationalité définie par des conventions culturelles et des valeurs sociales. C’est dans cette tension entre un cadre normatif et une affirmation d’individualité, entre des évolutions sociétales larges et des biographies personnelles, que l’auteur situe son questionnement des choix opérés par les sans-télé. Cette approche permet ainsi de démonter efficacement les stéréotypes qu’on leur accole souvent. Pour la majorité des 566 foyers couverts par cette étude, l’absence de télévision résulte avant tout d’une adaptation à une situation culturelle ou socioéconomique qui a été progressivement rationalisée en choix individuel et parfois clairement revendiqué. La comparaison entre les récits de vie des participants montre que ces justifications s’inscrivent elles-mêmes dans des tendances bien présentes dans nos sociétés, mais enfouies sous de multiples couches d’injonctions socioculturelles contradictoires. Ces gens ne sont pas des marginaux ni ne sont considérés comme tels. Ils ne rejettent absolument pas la société, mais adoptent des comportements minoritaires, finalement assez bien admis, même s’ils ne vont pas toujours de soi, puisqu’ils s’opposent aux pratiques les plus courantes. La télévision s’étant progressivement imposée comme la distraction la plus répandue, la position des sans-télé peut alors apparaître comme une sorte de défi lancé à ceux qui ont du mal à imaginer vivre sans elle. À une époque où 98 % des Français sont équipés d’au moins un téléviseur, son refus devient donc un moyen de se distinguer. C’est pourquoi l’auteur fait de la notion de distinction sociale le principal axe théorique de cette enquête.

4Pour cette escapade au pays des sans-télé, l’ouvrage, qui se veut didactique, suit une progression en forme d’entonnoir. Les quatre premiers chapitres dressent une galerie de portraits générationnels et sociodémographiques, mais toujours pondérés par des considérations tirées des entretiens. Les trois chapitres suivants articulent la position des sans-télé avec l’omniprésence physique et symbolique de la télévision ainsi que les réactions de l’entourage. Les chapitres 8 à 11 abordent l’autre versant de cette étude, à savoir la question du temps libre dans nos sociétés modernes et la manière dont ces gens l’occupent en l’absence de télévision. Les choix de loisirs y sont abordés sous l’angle de la discipline culturelle liée à la recherche de la distinction sociale. Enfin, dans le dernier chapitre, l’auteur tente quelques spéculations sur la force prédictive des pratiques affichées par les plus jeunes volontaires de son échantillon.

5Bergier commence la présentation des participants à son étude en établissant une typologie des parcours de vie les ayant menés à débrancher le petit écran, articulée autour de la dichotomie avec ou sans télévision. Il obtient ainsi trois scenarii possibles : l’absence héritée, l’alternance et la rupture. Une analyse minutieuse des données montre que le modèle de rupture, à l’issue d’une longue réflexion philosophique et politique, que l’on associe généralement avec les sans-télé, ne concerne qu’une petite minorité de l’échantillon, tandis que plus de 80 % des personnes interrogées ont choisi de tirer la prise à la suite de contraintes économiques, professionnelles ou sociales. Parmi ceux-ci, la plus grande majorité l’a fait au moment de ses premiers pas dans la vie adulte. Il apparaît ainsi que la dé-cohabitation constitue l’une des principales causes de l’abandon de la télévision. Prenant en compte la variable de l’âge, l’auteur constate que chacun de ces scenarii recoupe de manière statistiquement significative chacun des trois groupes générationnels définis. Cette approche souligne l’importance centrale de l’héritage familial dans les décisions liées au mode de vie, mais permet aussi de le lier au contexte plus large de l’histoire de la télévision. En dressant les profils socioprofessionnels des participants, l’auteur relève que la majorité d’entre eux correspond effectivement à l’image que l’on se fait communément des sans-télé, à savoir des gens diplômés et actifs dans des professions libérales ou des positions de cadres dirigeants. Cependant, faisant sienne la posture de Pierre Bourdieu sur la différence entre la « significativité statistique » et la « signification sociologique » (Bourdieu, 1979 : 51), il refuse de laisser les profils atypiques dans l’ombre. À la suite d’une analyse détaillée des données, il observe que pour ces minorités, l’absence de télévision peut s’expliquer par des contraintes économiques, matérielles et parfois aussi familiales.

6Mais, vivre sans la télévision ne signifie pas qu’on ne la regarde jamais. En effet, l’auteur est obligé de constater que son ubiquité ainsi que sa puissance symbolique font que la plupart des participants à son étude ne sont pas de parfaits ascètes télévisuels. Illustrant par un jeu de mots la différence entre le média et l’écran de réception, il explique qu’il est possible de « l’avoir sans la voir » ou « de la voir sans l’avoir ». Ces personnes n’échappent donc pas complètement à la télévision, mais plutôt à l’un des aspects les plus importants de son emprise : la structuration du quotidien par la logique de rendez-vous télévisuel lié à la grille horaire des chaînes. Sur la base de ces observations, il se demande alors comment les sans-télé réconcilient ces contradictions qui caractérisent leurs pratiques. C’est là qu’intervient la notion de distinction sociale, car elle permet d’articuler les aspirations de ces personnes et les contraintes de nature sociale et logistique auxquelles elles font face. Définie comme le rejet du commun, de ce qui est fréquent dans la société, et du vulgaire, c’est-à-dire du populaire, la distinction sociale ne se déclare pourtant pas. Elle dépend des réactions de l’entourage. Pour qu’une pratique devienne porteuse d’une telle marque élitiste, il faut donc qu’elle soit perçue à la fois comme désirable et difficile à mettre en pratique. La marge de manœuvre des sans-télé varie ainsi en fonction des contextes sociaux et professionnels dans lesquels ils évoluent.

7La distinction sociale suppose aussi une certaine discipline culturelle. Dans le deuxième versant de cette étude, l’auteur aborde la capacité des volontaires de son échantillon à l’incarner dans leurs choix de loisirs. En effet, l’autre grande question que se pose Bergier est celle du temps libre et de la manière dont ces personnes l’occupent en l’absence de télévision. S’il s’avère qu’une petite minorité semble complètement accaparée par sa vie professionnelle, la vaste majorité des sans-télé interrogés profite, comme l’ensemble de la population française, de ce gain de la modernité que représente cet espace de liberté dans lequel l’individu peut s’épanouir comme il le souhaite. De nos jours, la télévision est devenue le moyen le plus usuel d’occuper ces moments d’une manière individuelle. Les sans-télé approchent cette question du temps libre plutôt comme une occasion de s’émanciper et d’avoir une vie sociale plus riche. Cette position équivaut à un rejet d’une conception du temps libre, considérée comme une forme d’enchaînement. Mais, cela ne signifie pas pour autant qu’il sera rempli avec des activités hautement légitimes dans la hiérarchie dominante, telles que la lecture d’œuvres littéraires classiques ou la fréquentation de l’opéra et du théâtre. Pour évaluer la discipline culturelle des participants à cette étude, Bergier reprend la typologie utilisée par Bernard Lahire (2004) et l’ajuste en suivant les recommandations d’Olivier Donnat (2009). Il s’avère que tout comme les parcours ayant mené à l’abandon de la télévision, les choix de loisirs de ces sans-télé sont tributaires de l’héritage socioculturel familial. Il observe cependant que la majorité s’autorise de fréquents « relâchements » et que seule une minorité affiche un bilan sans aucune « faute de goût ». Il interprète ces dissonances entre milieux d’origine et choix de loisirs ainsi que les divers écarts constatés par rapport aux loisirs typiques comme autant de manifestations de la pluralité qui caractérise nos sociétés modernes. Il souligne aussi le rôle joué par les rencontres et les occasions socioprofessionnelles de promotion dans l’adoption plus ou moins assidue de cette discipline culturelle. L’auteur remet ainsi en question de manière convaincante la dichotomie entre les dominants, disposant d’un riche capital culturel, et les dominés, moins cultivés et éduqués qui doivent se contenter des miettes diffusées à la télévision.

8Dans le dernier chapitre, Bergier s’aventure sur la voie de la prospective. L’étude des pratiques minoritaires permet, selon lui, de faire remonter à la surface des tendances statistiquement insignifiantes et ayant échappé au radar des sondages, mais disposant malgré tout d’une « force prédictive » de certaines évolutions culturelles. S’appuyant sur le groupe le plus jeune de son échantillon, il constate ainsi que nombre d’entre eux disposent de divers écrans, autres que le téléviseur, grâce auxquels ils ont malgré tout accès aux programmes télévisuels. Il postule ainsi une sorte de dissociation poussée très loin entre le contenu télévisuel et les écrans de réception, qui illustre, à son sens, l’évolution de la relation des jeunes générations à la télévision en tant que canal médiatique. Cependant, il semble qu’il s’avance un peu trop en présentant ces personnes, particulièrement dotées en écrans en tous genres et adeptes du transmédia, comme les représentants d’une sorte de lame de fond sociétale qui révolutionnerait complètement la télévision. En effet, les usages qu’il décrit correspondent aux logiques associées à l’écosystème du Web et d’Internet, largement adopté par l’ensemble de la population française, et ne semblent pas particulièrement liés aux valeurs affichées par les sans-télé. Il se pourrait donc que ce soit plutôt des changements importants dans les pratiques majoritaires qui permettent à ces sans-télé plus ou moins branchés numériquement de se fondre dans une nouvelle norme émergente.

9Malgré cette petite réserve sur les projections, l’ouvrage offre de précieuses pistes de réflexions théoriques et méthodologiques aux sociologues de la réception et des usages. Il illustre particulièrement bien les perspectives qui s’ouvrent à eux, s’ils peuvent réunir les ressources humaines, financières et matérielles suffisantes pour mener ce type de terrain. En effet, parmi ceux qui rejettent les nouveaux symboles de la modernité, on peut compter les sans-ordinateur, les sans-téléphone portable, les sans-smartphone, etc., bref, les dé-branchés ou dé-connectés en tous genres qui refusent d’être atteignables ou géolocalisables à tout moment. Il serait intéressant d’observer ce que ces « a-typiques » peuvent révéler en creux de ce que l’on appelle communément la révolution numérique ou la société de l’information. Finalement, la clarté du propos de l’auteur et son style plaisant font de ce livre une lecture très agréable, aussi bien pour les universitaires que pour le grand public.

Haut de page

Bibliographie

BOURDIEU, Pierre (1979), La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

DONNAT, Olivier (dir.) (2009), Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique. Enquête 2008, Paris, La Découverte.

LAHIRE, Bernard (2004), La culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ariane Beldi, « Bertrand BERGIER (2010), Pas très cathodique. Enquête au pays des « sans-télé » », Communication [En ligne], Vol. 29/2 | 2012, mis en ligne le 31 janvier 2012, consulté le 25 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/2603

Haut de page

Auteur

Ariane Beldi

Ariane Beldi est étudiante doctorante en science de la communication et des médias à l’Université de Genève. Courriel : ariane.beldi@live.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org