Navigation – Plan du site
Lectures

Marc-François BERNIER (2008), Journalistes au pays de la convergence. Sérénité, malaise et détresse dans la profession

Québec, Presses de l’Université Laval
Emmanuel Derieux
Référence(s) :

Marc-François Bernier (2008), Journalistes au pays de la convergence. Sérénité, malaise et détresse dans la profession, Québec, Presses de l’Université Laval

Texte intégral

1Ayant mené, auprès des journalistes québécois, une enquête fouillée sur leur perception des effets de la concentration et de la convergence (entre les différents supports : presse écrite, radio et télévision, services de communication au public en ligne), notamment quant à la diversité et à la qualité des informations diffusées, l’auteur accompagne la présentation détaillée des résultats de son observation d’une réflexion générale sous la forme d’une synthèse, elle-même difficile à résumer ou à condenser, enrichie d’emprunts faits à de nombreuses réflexions plus théoriques dont il fournit les références dans une abondante bibliographie.

2Il y fait état de ce que « chaque média possède sont lot de journalistes qui » — heureusement ? — « n’ont pas intériorisé toutes les contraintes d’une culture organisationnelle qui cherche à les détourner de leur mission démocratique ou de service public » et de ce que « de profondes résistances se manifestent […] entre les objectifs professionnels des individus et les finalités économiques des entreprises ».

3Dans le nouveau contexte économique qui est celui des médias, l’auteur relève que

[…] l’information journalistique perd sa valeur démocratique. Elle s’éloigne de sa prétention à servir l’intérêt public. Ce n’est plus ce que les citoyens de la démocratie ont besoin de savoir qui est pris en compte, mais […] ce qui les intéresse, ce qui relève d’une curiosité non légitime dans certains cas (p. 14).

4Considérant que les entreprises de presse sont désormais des « entreprises capitalistes », l’analyste note que « cela implique une organisation rationnelle qui limite les coûts de la collecte et du traitement de l’information, et détermine une sélection des contenus qui seront diffusés afin de générer les meilleurs revenus possibles ». Avec d’autres, il observe que « les normes déontologiques du journalisme sont souvent en opposition avec les exigences organisationnelles » des médias.

5À propos de « concentration et de convergence des médias, qui se déclinent maintenant sur les plateformes des médias traditionnels et des nouveaux médias », les études font apparaître une tendance à « diffuser de moins en moins de contenu original sur de plus en plus de plateformes différentes ».

6En conclusion de son enquête, Marc-François Bernier note que

[…] la très grande majorité des journalistes s’inquiètent des impacts de la concentration de la propriété de la presse et de la convergence des médias, sur des choses aussi essentielles que la qualité, la diversité et l’intégrité de l’information. Ils rejettent massivement toute proposition voulant que la concentration et la convergence des médias favorisent le droit du public à une information de qualité (p. 169).

7Il dénonce, à cet égard,

[…] la complaisance des gouvernements [qui, à plusieurs reprises] ont eu l’occasion d’intervenir afin de limiter aussi bien la concentration que la convergence [mais qui ont] préféré faire confiance à l’éthique du capitalisme que privilégient les propriétaires des médias, qui sont parfois leurs bailleurs de fonds (p. 172).

8Parmi les ultimes remarques et interrogations figure l’hypothèse selon laquelle nombre d’entreprises de presse auraient « décidé de laisser tomber leur mission démocratique, afin d’exploiter commercialement une liberté de presse qui leur avait pourtant été accordée dans le but d’éclairer les citoyens »… S’il en est ainsi, que faire et en attendre, alors ? Le phénomène est-il général et irréversible ? Les médias et leur contenu mériteraient-ils encore quelque attention ? Quel intérêt y aurait-il à effectuer de telles études s’il ne s’agit plus que d’activités économiques comme les autres ? Dans ce cas, reprenant un des éléments du titre de l’ouvrage, on ne pourrait que conclure : « malaise et détresse dans la profession » !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Derieux, « Marc-François BERNIER (2008), Journalistes au pays de la convergence. Sérénité, malaise et détresse dans la profession », Communication [En ligne], Vol. 29/2 | 2012, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/2606

Haut de page

Auteur

Emmanuel Derieux

Emmanuel Derieux est professeur à l’Université Panthéon-Assas (Paris 2), spécialiste de droit et déontologie des médias. Courriel : emmanuel.derieux@u-paris2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org