Navigation – Plan du site
Lectures

Marc-François BERNIER, François DEMERS, Alain LAVIGNE, Charles MOUMOUNI et Thierry WATINE (2008), L’héritage fragile du journalisme d’information. Des citoyens entre perplexité et désenchantement

Québec, Presses de l’Université Laval
Stéphane Werly
Référence(s) :

Marc-François BERNIER, François DEMERS, Alain LAVIGNE, Charles MOUMOUNI et Thierry WATINE (2008), L’héritage fragile du journalisme d’information. Des citoyens entre perplexité et désenchantement, Québec, Presses de l’Université Laval

Texte intégral

1Traditionnellement, les messages médiatiques peuvent être regroupés en cinq catégories. D’abord, l’information, qui comprend les comptes-rendus, les nouvelles, les reportages et les entrevues. Ensuite, l’opinion, soit les chroniques, les éditoriaux, les critiques et les billets d’humeur. Il y a également la communication, qui se compose du courrier des lecteurs, des forums, des lignes ouvertes et des micros-trottoirs. La publicité est constituée des encarts, des messages et des annonces. Enfin, la fiction, le showbiz, la littérature et le cinéma constituent le divertissement.

2En 2005 était publié aux Presses de l’Université Laval l’ouvrage Pratiques novatrices en communication publique. Journalisme, relations publiques et publicité. Un certain nombre de différences par rapport aux principes traditionnels de la profession de journaliste et aux valeurs revendiquées par les gens des médias avaient alors été mises en avant. Trois ans plus tard, les mêmes auteurs, professeurs à l’université, publient une seconde recherche sur le croisement des catégories de messages médiatiques, en se focalisant cette fois-ci sur la réception. Le présent ouvrage entend analyser la réappropriation, par les citoyens, du processus de catégorisation des messages publics par l’intermédiaire de leur pratique régulière des médias.

3Ainsi, au cours de l’automne 2006, des lecteurs, auditeurs et téléspectateurs de la région de Québec ont été interrogés au moyen de groupes de discussion (focus group) sur des articles de journaux et de magazines et des nouvelles télévisées, présentées comme relevant de la catégorie de l’information. Ils devaient répondre aux questions suivantes : est-ce du journalisme ? Si oui/non, pourquoi ? Les deux propositions de départ étaient les suivantes : les cinq catégories de contenus devaient se retrouver très présentes chez les usagers des médias ; l’usage de ces catégories devait rester, dans la pratique, hésitant et approximatif.

4Chaque chercheur fait part de ses observations dans un chapitre distinct. Le premier, rédigé par Marc-François Bernier, souligne la référence forte au modèle idéal du journalisme. On y apprend notamment que les participants observent de manière lucide la mission commerciale des médias. Tout en en reconnaissant son importance pour la survie des entreprises médiatiques, ils en redoutent les excès et se montrent très critiques en raison de leurs attentes normatives déçues.

5Signé par François Demers, le deuxième chapitre décrit la diversité des usages qu’utilisent les participants de termes usuellement employés pour définir et désigner les catégories de contenus médiatiques. Il dresse également une liste des indicateurs utilisés pour classer tel ou tel artefact dans une catégorie.

6Dans le troisième chapitre, Thierry Watine fait ressortir le sentiment généralisé de dégradation du journalisme à l’égard de l’information telle qu’elle est aujourd’hui proposée par les médias généralistes et la perception quasi unanime de mélange des genres entre les différentes familles de messages médiatiques.

7Charles Moumouni, dans le quatrième chapitre, se laisse guider par l’hypothèse de l’émergence graduelle, dans la perception du public, de la promotion, laquelle se révèle par l’attribution de toutes sortes d’intentions stratégiques chez les producteurs. Outre l’intérêt public, les participants ont été en mesure de déterminer les intérêts des médias, des journalistes, des consommateurs de nouvelles, des annonceurs ou commanditaires et des sources d’information (politique, culturelle et sociale). Selon eux, le journalisme pratiqué aujourd’hui ne saurait simplement être au service des citoyens. Il aurait des objectifs beaucoup plus larges et diversifiés.

8Enfin, le dernier chapitre, préparé par Alain Lavigne, met en avant deux innovations présentes dans les artefacts, décrit leur perception par les participants et leurs efforts pour tenter de les situer dans le contexte du journalisme contemporain.

9En fin de compte, le présent ouvrage apporte des éléments très intéressants sur la réception du système de décodage des médias chez le citoyen. Il ressort chez ce dernier une sorte de fatalisme, teinté de perplexité et de désenchantement, par rapport au mélange des catégories de messages médiatiques et des genres journalistiques. Le journalisme au service de l’intérêt public, qui est apparu dans la plupart des grandes villes américaines dès 1880 et qui s’est construit au fil du temps sur la domination et les certitudes des grandes entreprises de presse généralistes, semble révolu. Cela est notamment dû à l’augmentation constante de la publicité, qui entre directement en conflit avec les responsabilités du service public. Il en va ainsi pour l’ensemble des médias. Le lecteur européen y trouvera aussi son compte, les mêmes préoccupations touchant également les récepteurs du Vieux Continent.

Tout se passe comme si, dans un contexte de surabondance d’information, de diversification des supports et des formes d’information, de concurrence et d’accélération des processus, notamment par le direct télévisuel et informatique, les journalistes, ayant perdu le monopole de la collecte et de la transmission de l’information, tentaient de délaisser ces fonctions au profit d’une fonction de traitement, de mise en forme, de critique, au profit d’un journalisme de subjectivité et de valeur ajoutée (Charron, 1996 : 331).

10Dès lors, le constat dressé par Jean Charron il y a quinze ans apparaît toujours d’actualité.

Haut de page

Bibliographie

CHARRON, Jean (1996), « Le Devoir et la crise du journalisme d’information » dans Robert COMEAU et Luc DESROCHERS (dir.), Le Devoir. Un journal indépendant (1910-1995), Montréal, Presses de l’Université du Québec, p. 325-331.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Werly, « Marc-François BERNIER, François DEMERS, Alain LAVIGNE, Charles MOUMOUNI et Thierry WATINE (2008), L’héritage fragile du journalisme d’information. Des citoyens entre perplexité et désenchantement », Communication [En ligne], Vol. 29/2 | 2012, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/2607

Haut de page

Auteur

Stéphane Werly

Stéphane Werly est professeur à l’Université de Neuchâtel. Courriel : stephane.werly@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org