Navigation – Plan du site
Lectures

Elisabeth EIDE, Risto KUNELIUS et Angela PHILLIPS (dir.) (2008), Transnational Media Events: The Mohammed Cartoons and the Imagined Clash of Civilizations

University of Gothenburg, Nordicom
Jean-Michel Rampon
Référence(s) :

Elisabeth EIDE, Risto KUNELIUS et Angela PHILLIPS (dir.) (2008), Transnational Media Events: The Mohammed Cartoons and the Imagined Clash of Civilizations, University of Gothenburg, Nordicom.

Texte intégral

1Publié en 2008 sous l’égide du Nordic Information Centre for Media and Communication Research, cet ouvrage collectif a pour objectif de fournir une compréhension nuancée de la controverse née de la publication de « 12 cartoons depicting Mohammed » par le quotidien danois Jyllands-Posten en septembre 2005. Dans une dizaine de pays du monde, le livre scrute les contours pris par ce « landmark [marquant] event » issu d’un « press event », la création d’un événement par un journal s’étant bientôt doublée d’un événement médiatique mondialisé aux lectures multiples. Différentes approches conceptuelles sont ici diversement mobilisées, au gré des zones géographiques retenues, de l’Égypte au Canada en passant par l’Argentine ou le Pakistan et, bien sûr, le Danemark.

2À la base des interprétations présentées dans ce volume se trouvent deux années d’une « transnational media research » où furent donc examinées autant la couverture que la réception de la controverse sur les « Mohammed cartoons » dans 14 pays, soit un cas de « transnational media events ». Bien que le volume se décline en trois parties — les deux dernières, de taille comparable, portant respectivement sur les « Professional issues » (p. 57-148) et les « Crossing boundaries » (p. 149-273) —, je préférerais ici revenir plus avant sur deux des textes issus de la première partie introductive, soit les chapitres 1 et 3, précisément intitulés « Contrapuntal readings. Transnational media research and the cartoon controversy as a global news event » (p. 9-27) et « The twelve cartoons. A discursive inquiry » (p. 39-55). Au moins deux raisons à cela :

  • le premier texte introductif est l’œuvre des trois chercheurs originaires d’Europe du Nord qui ont lancé cette « transnational media research », tous rattachés à un niveau ou à un autre aux communication ou journalism studies : Elisabeth Eide (Université d’Oslo), Risto Kunelius (Université de Tampere) et Angela Phillips (Université de Londres). Ces derniers ont donné consistance à ce véritable work in progress lors de séminaires et autres ateliers en Finlande et en Norvège et, dans la foulée, ont codirigé le présent volume, arrêtant pour un temps le cours d’une démarche d’ampleur certainement amenée à connaître d’autres développements éditoriaux (l’ensemble ici présenté est du reste issu de rapports d’étape rédigés depuis plusieurs pays du monde entier, représentant pour ainsi dire tous les continents ou presque) ; 

  • le troisième article d’introduction, rédigé par Amin Alhassan, professeur en études de communication au Département de sciences sociales de l’Université York, à Toronto, se distingue de l’ensemble des autres contributions du livre, tant il est vrai que la couverture de l’actualité aussi bien que les identités professionnelles des journalistes que celles-ci abordent sont des lieux où se trouvent fortement favorisés les cadres nationaux d’interprétation, ainsi du reste que le signalaient déjà les auteurs précédents dans leur article d’ouverture. En tout cas, aux yeux de son rédacteur, cette singularité provient du fait que, plutôt que de s’intéresser aux contextes de réception, « this chapter is primarily focused on directly deconstructing the cartoons to unpack their discursive articulations » (p. 40). C’est en ce sens que son contenu me paraît devoir être pris en compte prioritairement ici.

3Dans leur texte d’introduction, Eide, Kunelius et Phillips écrivent que

[…] le conflit conserve sa force au moment où nous écrivons ; il a montré non seulement la portée des médias, mais aussi l’influence des relations transnationales entre les personnes de la diaspora et leur pays d’origine, aussi bien que les liens puissants et complexes qui maintiennent ensemble à travers le monde gens de religion et communautés religieuses (p. 12, traduction libre).

4Pour les auteurs, il est très difficile de cerner avec précision le rôle joué par les médias dans la tournure prise par des événements successifs qui s’enchâssent les uns dans les autres. Mais c’est plus encore les ambivalences qui traversent parfois les mêmes producteurs d’information ou ceux qui s’inscrivent dans un même environnement culturel, sinon cultuel, qui semblent devoir être pointées : 

[…] de nombreux médias et genres ont joué des rôles ambigus, à la fois en essayant de calmer les conflits et de mettre l’accent sur la nécessité d’entendre raison mais aussi, souvent simultanément et spécialement dans l’information visuelle en provenance du Moyen-Orient et d’autres pays à majorité musulmane, en exagérant et en amplifiant un aspect des réactions violentes à [la] publication [des caricatures] (ibid.).

5Dans une logique où prévalent les cadres nationaux d’interprétation, même sur fond de contextes indéniablement « transnationaux », l’information médiatique « est structurée tout à la fois par les intérêts géopolitiques, les cultures politiques et les mémoires collectives propres aux différentes nations » (p. 13, traduction libre). Pour autant, les auteurs ne manquent pas de souligner qu’on est là en présence d’un seul aspect — désormais bien connu serais-je tenté d’ajouter — des flux médiatiques contemporains globaux, ce qui revient à dire qu’il s’agit de dépasser les simples « acts of domestification », entendre de filtrages opérés par les systèmes médiatiques nationaux ou locaux (d’ailleurs, pour les auteurs, si des phénomènes d’« emotional globalization » existent — l’expression est ici reprise du commentaire d’Ignacio Ramonet à la mort de lady Diana —, il n’empêche qu’ils sont avant tout dépendants d’une « domestic emotionalization » — terme qu’ils forgent à leur tour en contrepoint — qui se donne d’autant plus la part belle quand elle est mise en forme, « packagée », depuis une vision occidentalo-centrée faisant prévaloir ses « preferred readings »).

6Comme l’énoncent les intéressés,

[…] le Jyllands-Posten a beau clamer s’être seulement cantonné à une situation médiatique censément locale-nationale, il n’empêche qu’une fois que l’événement a commencé à se déployer, les liens transnationaux complexes (qu’ils aient été décrits comme religieux ou politico-religieux) ont été progressivement mobilisés (ibid.).

7Pour le dire autrement, le journal en question est devenu un « press event » s’inscrivant dans une « situation discursive (peut-être quelque peu dormante) », sous-entendue prête et apte à trouver sa pleine mesure au moment d’éclore. Les « transnational media events » deviennent en tout cas des objets de surdétermination instables, mouvants, en ce qu’ils sont susceptibles d’être (de plus en plus) confrontés à des contre-discours possiblement inattendus ou dont les communautés d’interprétation nationales, en particulier dans leur versant occidental, n’avaient pas nécessairement pris toute la mesure (la tuerie de l’été 2011 en Norvège pouvant à ce titre en représenter une variante, voire un cas de figure intérieur limite). Les auteurs prennent le soin de préciser que leur motivation n’a pas été de devenir partie prenante de la spectaculaire controverse en elle-même, ce qui explique sans doute pourquoi les 12 dessins principaux publiés initialement dans le Jyllands-Posten ne sont pas reproduits ici, mais décrits au plus près par Alhassan dans une perspective d’analyse critique du discours. L’auteur y fait mention de registres discursifs qui se signalent eux aussi par une position de surplomb (« meta-narrative », « meta-commentary »). Pour autant, on aurait là, dans la matérialité des supports à analyser, la marque d’un pluralisme de voix, pour ainsi dire encapsulé, plus difficilement perceptible immédiatement dans l’over-determination évoquée ci-dessus.

8Comme « particular editorial act » dépassant le simple régime habituel du recours à la caricature pour une rédaction donnée, la publication des 12 caricatures par le Jyllands-Posten peut être appréhendée depuis ce que l’auteur dénomme à plusieurs reprises dans son article un « communicative event », soit un ensemble iconotextuel dont ce dernier prend soin systématiquement de rapporter les éléments qui le constituent à leur emplacement dans l’aire scripturale du journal au moment de sa publication, ce qui, de fait, interdit d’appréhender cette production éditoriale coupée de son environnement politique et culturel immédiat (la société danoise, pour laquelle la liberté d’expression prévaut sur tout autre principe) ou plus lointain (la « situation discursive » particulière que constitue l’après-11 septembre 2001). Cela n’empêche pas l’auteur, en même temps, d’intégrer à son analyse de subtils contrats de lecture possibles, déjà en répartissant les dessins, pour les besoins de son exposé théorique (ce qu’il reconnaît volontiers), selon trois groupes possibles d’« overdetermination », à la lumière de la scène et de l’atmosphère afférente, qui les caractérisent de prime abord (« patently antagonistic », « strategically ambivalent », « meta-commentaries ») ; ensuite, en isolant une caricature, souvent parmi celles qui offrent l’interprétation la plus ouverte, pour mieux en discuter le ou les sens potentiels. En s’inspirant du concept de field of overdetermination de Ernesto Laclau et de Chantal Mouffe (2001), Alhassan montre de façon convaincante combien chaque caricature est redevable d’un niveau d’interprétation plus ou moins lâche, de la détermination essentielle ne laissant guère de place au doute possible de la part du destinataire de l’image quel qu’il soit — et ce, malgré les dénégations ultérieures de certains dessinateurs dont l’auteur rend compte — à celle se caractérisant par une variation de significations contingentes qui autorise plusieurs lectures possibles, bien que le risque de l’ambiguïté puisse prédominer en dernier ressort. Autrement dit, si les « transnational media events » peuvent capter l’attention d’un auditoire potentiellement global sur la base d’un thème dominant particulier (la liberté d’expression, le blasphème), ils offrent dans le même temps une ouverture vers plusieurs univers de discours et de pratiques, ce que révèle bien l’expression « contrapuntal reading » utilisée dès le premier chapitre de l’ouvrage, suggérant qu’il existe bien plus d’une voix dans un simple discours (Alhassan fait du reste référence à la figure de l’hétéroglossie chez Mikhaïl Bakhtine). Pour autant, il serait aisé d’admettre à l’encontre d’une telle analyse que le problème n’est pas tant l’image de Mahomet (en particulier dès lors que la tradition sunnite, pour ne prendre qu’elle, relève d’une exégèse aniconiste proscrivant les images figuratives d’êtres pourvus d’une âme à même de défier l’unicité de Dieu) que les signes dont les caricatures en cause sont porteuses per se et les discours pour ainsi dire exogènes qui les accompagnent, sans même parfois que la vision des images incriminées n’ait été effective par ceux s’estimant prioritairement visés, jusqu’au plus haut niveau du clergé.

9À la lecture de Transnational Media Events, un constat général partagé s’impose : nous, chercheurs, ne savons pas trop comment fonctionnent les médias dans des contextes transnationaux comme celui dans lequel prend place cette « affaire » de caricatures, ce qui rend urgent « le besoin de comprendre ces réalités partiellement nouvelles de flux médiatiques transnationaux [transnational media flows] » (p. 12, traduction libre). Le propos autant que la démarche poursuivie reviennent à dire que les chercheurs en études de communication (de masse) et en journalisme ont intérêt, de façon mondialisée, à (ré)unir leurs forces heuristiques et plus encore à produire une réflexion transcendant leurs manières singulières d’appréhender un événement de portée mondiale depuis les lieux où ils vivent et exercent leur métier. En ce sens, par-delà son caractère collectif somme toute assez commun en matière de production scientifique, ce livre se double d’une volonté — beaucoup plus inédite quant à elle — de mettre en place les prémisses d’un courant de recherche enclin à épouser au mieux les reliefs de complexité d’un nouveau genre ainsi dressés, à faire comprendre les nouvelles configurations prises par les flux médiatiques transnationaux : la « transnational media research ». À cet égard, en tant que marqueur d’une manière de programme en devenir, il devrait, légitimement, être amené à faire date.

Haut de page

Bibliographie

LACLAU, Ernesto et Chantal MOUFFE (2001), Hegemony and Socialist Strategy: Towards a Radical Democratic Politics, London, Verso.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Rampon, « Elisabeth EIDE, Risto KUNELIUS et Angela PHILLIPS (dir.) (2008), Transnational Media Events: The Mohammed Cartoons and the Imagined Clash of Civilizations », Communication [En ligne], Vol. 29/2 | 2012, mis en ligne le 12 septembre 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/2615

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Rampon

Jean-Michel Rampon est membre de ELICO/Institut d’études politiques de l’Université de Lyon. Courriel : jean-michel.rampon@sciencespo-lyon.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org