Navigation – Plan du site
Lectures

Mark FINNEY (2010), Knowing is Half the Battle. How Endorsements for War were Embedded in CNN’s Coverage of the Conflict with Iraq

Saarbrücken, VDM Verlag Dr. Müller
Aimé-Jules Bizimana
Référence(s) :

Mark FINNEY (2010), Knowing is Half the Battle. How Endorsements for War were Embedded in CNN’s Coverage of the Conflict with Iraq, Saarbrücken, VDM Verlag Dr. Müller

Texte intégral

1Dans cet ouvrage consacré à la couverture médiatique de la guerre en Irak, Mark Finney examine plus précisément le rôle de la chaîne de télévision CNN. Il propose une double perspective à la fois conceptuelle et méthodologique avec, d’une part, les études sur le conflit et la sociologie du journalisme et, d’autre part, les démarches quantitative et qualitative.

2La couverture que CNN a effectuée sur la guerre en Irak est analysée sous l’angle général du rôle du journalisme, surtout télévisé, dans les conflits internationaux. Finney explique : 

In international conflict situations, journalism is a primary source for information about a conflict’s principle parties, the issues upon which conflict is based, and the conflict’s progress, the successes and failures of policies and decisions (p. 7).

3L’étude, publiée à partir de sa thèse de doctorat, est centrée sur les États-Unis et n’aborde pas les incidences politiques en Irak de la couverture de CNN.

4Dans son introduction, l’auteur pose deux questions qui servent de fil conducteur à sa recherche 

  1. What role does television news play in international conflict processes ?

  2. Did the September 11, 2001 terror attacks really mark an epochal change in the ways that journalism is produced and presented or do journalistic practices and news content remain largely as they were before September 11 ? (p. 11).

5À partir de ces interrogations, Finney cherche à montrer, par l’intermédiaire de la couverture de la guerre en Irak par CNN, les influences culturelles et structurelles qui pèsent sur l’information journalistique et leurs conséquences sur les décisions politiques de l’administration Bush. Dans la même introduction, qui tient lieu de premier chapitre, l’auteur annonce qu’il adoptera l’hypothèse générale des études sur les médias et les conflits stipulant que le journalisme est pratiqué de manière différente dans les situations de conflit. La période à l’étude, qui va de l’arrivée du président George Bush à la Maison-Blanche en janvier 2001 au début de la guerre en Irak en mars 2003, semble quelque peu décalée par rapport au titre de l’ouvrage.

6Les deuxième et troisième chapitres (et une grande partie du quatrième chapitre) sont consacrés aux propositions théoriques. Le deuxième chapitre repose sur les études sur le conflit (Conflict Studies) qui s’intéressent aux interactions des acteurs d’un conflit. L’auteur note : 

Conflict can be properly understood from an analytical perspective centered on four major categories ; parties (the groups engaged in conflict with each other), interests (the issues that underpin a conflict and goals that parties intend to achieve through conflict), conflict strategies and behaviors, and the language and communication channels that parties use to address themselves and each other (p. 22).

7Un second volet théorique basé sur la sociologie du journalisme est mobilisé dans le troisième chapitre pour expliquer un hiatus entre les valeurs et les pratiques journalistiques et la réalité des événements rapportés. À ce propos, l’auteur explique que l’information journalistique favorise généralement les élites et les sources gouvernementales. Par ailleurs, celles-ci sont très susceptibles de manipuler l’information, particulièrement dans les conflits internationaux. La discussion théorique reste somme toute sommaire. De plus, Finney n’aborde que très brièvement entre autres les relations entre l’armée et les médias et le journalisme intégré (embedded) malgré l’abondance de la littérature sur ce sujet. L’aperçu historique sur les relations entre l’armée et les médias ne tient que sur une page et demie (p. 73-74). Une explication plus poussée des contraintes qui pèsent sur le journalisme en temps de guerre aurait contribué à faire ressortir plus efficacement la question de l’objectivité journalistique et les relations entre les journalistes et leurs sources.

8Cette recherche se veut une « étude de cas » sur CNN. L’auteur avance : « The decision to use CNN reflects my desire to study the Iraq war through a medium that is national in scope and has a significant audience share. In addition, CNN is an appropriate choice because of its unique characteristics » (p. 59). La justification du choix du cas est fondée sur la réputation acquise par CNN dans l’information en continu et dans la couverture des conflits depuis la guerre du Golfe de 1991. Il aurait cependant été utile d’évoquer, certes les particularités de CNN, mais aussi l’environnement télévisuel américain marqué, depuis la fin des années 1990, par une grande concurrence des chaînes de télévision et l’influence d’un réseau comme FOX News, surtout au moment de la guerre en Irak.

9Sur le plan méthodologique, l’auteur a réalisé une analyse de contenu de 396 reportages présentés par CNN sur la guerre en Irak durant la période étudiée (entre le 20 janvier 2001 et le 20 mars 2003). Cette périodisation explique le fait qu’il s’agit d’une couverture de CNN « sur la guerre en Irak » et non « durant la guerre en Irak ». L’analyse quantitative de cet échantillon aléatoire de transcriptions a porté sur trois variables principales, à savoir les enjeux, les politiques et les sources. Le cinquième chapitre présente les résultats de l’analyse statistique qui montre que la couverture de CNN a favorisé certains enjeux liés au conflit, comme la question des armes de destruction massive, et certaines stratégies, comme la guerre par rapport à d’autres options politiques. La présentation de CNN a généralement été au diapason des points de vue exprimés par le gouvernement américain et particulièrement par le président Bush et les représentants de la Maison-Blanche, au demeurant les deux sources les plus citées dans l’échantillon analysé. Par contre, la couverture du président irakien Saddam Hussein a été généralement négative.

10Par ailleurs, le sixième chapitre présente les résultats d’une analyse qualitative d’un échantillon plus limité. Six émissions vidéo ont été choisies à partir du premier échantillon plus large (sur lequel a porté l’analyse quantitative) et ensuite analysées. Selon l’auteur, ce deuxième volet interprétatif corrobore l’attitude pro-guerre de la couverture de CNN. La chaîne a beaucoup plus favorisé les intervenants dont les positions étaient en faveur de la guerre que les points de vue anti-guerre. Les journalistes et les commentateurs de CNN ainsi que les officiels invités ont beaucoup plus insisté sur le caractère inévitable de la guerre tout en dénigrant les autres options comme la négociation, la diplomatie et les inspections des experts onusiens.

11L’auteur affirme avoir présenté un portrait général de la couverture de CNN, mais reconnaît que l’analyse qualitative des six émissions ne peut prétendre à la représentativité de la couverture globale. La démarche méthodologique de l’ouvrage aurait certainement gagné à exploiter l’avenue de l’étude de cas. Le terme est mentionné à quelques reprises sans jamais être explicité d’un point de vue épistémologique à titre d’approche méthodologique. L’auteur fait savoir qu’il aurait aimé également recourir à l’approche ethnographique et à d’autres techniques de collecte de données comme l’observation participante et le sondage auprès de journalistes du réseau CNN, mais les responsables de la chaîne ont opposé une fin de non-recevoir à ses demandes.

12Dans le septième et dernier chapitre, Finney récapitule les principaux résultats de sa double analyse, rappelant grosso modo que la couverture de CNN sur la guerre en Iraq a été pro-américaine, pro-gouvernement et pro-guerre. Il précise néanmoins que si la couverture de CNN a été biaisée, ce n’est pas le résultat d’une action intentionnelle de la part de la chaîne et de ses journalistes : elle reflète plutôt la manière dont les journalistes de télévision ont été formés à couvrir les conflits internationaux (p. 161 et 168). S’appuyant sur Jack Lynch et Annabel McGoldrick (2005) dans sa conclusion, l’auteur suggère aux organisations de presse comme CNN et à leurs journalistes, trop déformés par les pratiques héritées des écoles de formation, de s’intéresser beaucoup plus au « journalisme de paix », orienté vers une couverture journalistique plus équilibrée et vers une résolution non violente des conflits internationaux, qu’au journalisme de guerre.

Haut de page

Bibliographie

LYNCH, Jack et Annabel MCGOLDRICK (2005), Peace Journalism, Gloucestershire (UK), Hawthorn Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aimé-Jules Bizimana, « Mark FINNEY (2010), Knowing is Half the Battle. How Endorsements for War were Embedded in CNN’s Coverage of the Conflict with Iraq », Communication [En ligne], Vol. 29/2 | 2012, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/2619

Haut de page

Auteur

Aimé-Jules Bizimana

Aimé-Jules Bizimana est professeur à l’Université du Québec en Outaouais (Gatineau, Québec). Courriel : aime-jules.bizimana@uqo.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org