Navigation – Plan du site
Lectures

Benoît GREVISSE (2008), Écritures journalistiques. Stratégies rédactionnelles, multimédia et journalisme narratif / Alice KRIEG-PLANQUE (2009), La notion de « formule » en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique

Bruxelles, De Boeck, Coll. « Info-Com » Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté
Christine Leteinturier
Référence(s) :

Benoît GREVISSE (2008), Écritures journalistiques. Stratégies rédactionnelles, multimédia et journalisme narratif, Bruxelles, De Boeck Coll. « Info-Com »

Alice KRIEG-PLANQUE (2009), La notion de « formule » en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté

Texte intégral

1L’ouvrage de Benoît Grevisse est le fruit d’une double réflexion — celle de la pratique de l’enseignement du journalisme à l’Université de Louvain et celle des recherches conduites par l’Observatoire des récits médiatiques. S’il s’inscrit dans la lignée des manuels « fonctionnels », il décloisonne aussi son approche en introduisant deux nouveaux formats : le journalisme multimédia et le journalisme narratif. On retrouve donc les principes fondateurs de la pratique journalistique avec la lisibilité, la sélection de l’information, la stratégie rédactionnelle (édition, mise en valeur) et les genres journalistiques. Tous ces chapitres sont largement illustrés et enrichis de nombreuses références bibliographiques et « webographiques ».

2Le traitement du multimédia, sous l’intitulé « Écriture interactive », s’attache à situer l’activité journalistique dans le cadre socio-technique que construit le dispositif informatique. La prise en compte des conditions particulières de la lecture des internautes — rapidité, parcours superficiel — conduit à des formes d’écriture simplifiées, concises. Toutefois, la dimension multimédia et l’interactivité viennent compléter et enrichir ces formats textes d’où la formule de l’auteur : « Le texte explique, le multimédia montre et l’interactivité démontre». La mise en place des liens, ainsi que le référencement sont deux étapes très importantes du journalisme interactif, ce qui conduit à une nouvelle organisation des rédactions et à une conception plus collective du travail (« D’un journalisme passif à une dynamique d’équipe rédactionnelle », p. 195).

3Le dernier chapitre, consacré au journalisme narratif, est aussi une conclusion critique en forme de déclaration d’intention. Grevisse invite à ne pas penser l’écriture journalistique en suivant des modèles figés — même s’ils paraissent modernes comme le story-telling —, mais au contraire à accepter une recomposition permanente des formes et du style pour que le journaliste continue d’être celui qui « met le monde en forme » (p. 215) au bénéfice de son public, et quel que soit le support.

4Précisément, cette mise en forme du monde passe par l’écriture, le discours et l’utilisation, parfois lassante ou maladroite, de « formules » qui nomment ou qualifient des événements ou des phénomènes. Le petit ouvrage qu’Alice Krieg-Planque a conçu à partir de son travail de doctorat (Paris, 2000) touche la question de l’écriture journalistique par une démarche en quelque sorte en creux : le but est, à partir des productions journalistiques ou politiques, de remonter la généalogie de ces expressions, d’en déterminer les usages et les caractéristiques. L’auteure propose un cadre théorique très rigoureusement construit autour des travaux de Jean-Pierre Faye d’un côté (sur la formule « État-Total ») et de Marianne Ebel et Pierre Fiala (sur deux expressions : « Uberfremdung/Emprise et surpopulation étrangère » et « xénophobie ») de l’autre. Krieg-Planque formule ensuite sa propre proposition de définition pour ce concept de formule et les conditions de son usage. La formule, pour être qualifiée comme telle, doit « présenter un caractère figé, s’inscrire dans une dimension discursive, fonctionner comme un référent social et comporter un aspect polémique » (p. 63). En effet, sa diffusion progressive par le discours politique ou journalistique assure sa stabilisation en tant que séquence verbale et crée les conditions de son fonctionnement, ces éléments étant largement liés aux conditions de son émergence.

5Ce travail très théorique, mais facilement accessible, constitue un bon exemple de ce que l’analyse du discours peut produire comme contrepoint ou miroir déformant de l’écriture journalistique. Car c’est dans la façon dont les journalistes (ou les politiques) « disent » la réalité des faits ou des événements que les formules trouvent leur place ; celles-ci donnent du sens à la réalité et permettent sa mémorisation et son inscription durable dans la langue. C’est pourquoi, en conclusion, Krieg-Planque revient sur la responsabilité des médias — et donc des journalistes — dans le processus de construction de ces formules et de leur diffusion dans l’espace public. Elle considère que les médias ont surtout un rôle de « publicisation » des formules, « d’opérateurs de circulation » (p. 125) plutôt que de créateurs ou d’initiateurs. Ils participent plus au processus d’acceptabilité de la formule qu’à sa conception initiale. Ces réflexions rejoignent le propos liminaire de Grevisse pour qui le contrat de lecture qui lie journaliste et lecteur oblige le journaliste à la fois à « toucher son public et à s’en faire comprendre » (p. 15), la « formule » entrant précisément dans ce mécanisme, voire le constituant. L’ouvrage est complété par une abondante bibliographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Leteinturier, « Benoît GREVISSE (2008), Écritures journalistiques. Stratégies rédactionnelles, multimédia et journalisme narratif / Alice KRIEG-PLANQUE (2009), La notion de « formule » en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique », Communication [En ligne], Vol. 29/2 | 2012, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/2621

Haut de page

Auteur

Christine Leteinturier

Christine Leteinturier est maître de conférences à l’Université Panthéon-Assas (Paris 2). Courriel : Christine.Leteinturier@u-paris2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org