Navigation – Plan du site
Lectures

Jean-Paul MARTHOZ (2008), Journalisme international

Bruxelles, De Boeck
Valentyna Dymytrova
Référence(s) :

Jean-Paul MARTHOZ (2008), Journalisme international, Bruxelles, De Boeck

Texte intégral

1Qu’est-ce qu’est le journalisme international ? Quelle place ce métier mythifié occupe-t-il dans le monde de plus en plus globalisé et technicisé ? Comment dans l’exercice de cette profession concilier les rapports de force économiques et politiques avec les responsabilités du « journalisme d’intérêt public » ? Comment couvrir de manière critique les multiples acteurs de l’information internationale et faire face à la censure et à la propagande ? Comment faire le lien entre l’actualité internationale et les enjeux nationaux, voire les préoccupations quotidiennes des lecteurs du journal ? Ce sont les questions posées dans cet ouvrage par Jean-Paul Marthoz, journaliste, chroniqueur au Soir (Bruxelles), professeur de journalisme international à l’Université catholique de Louvain (Belgique) et directeur éditorial de la revue Enjeux internationaux. En mobilisant un grand nombre d’exemples tirés de sa propre expérience journalistique, l’auteur tente d’apporter des réponses concrètes, parfois un peu courtes, à ces problématiques complexes. Les lectures suggérées à la fin de chaque chapitre et une bibliographie détaillée à la fin de l’ouvrage permettront au lecteur curieux d’approfondir chaque point abordé.

2Composé de seize chapitres, l’ouvrage analyse d’abord l’environnement dans lequel le métier est exercé (chapitres 1 à 4). Ensuite, il s’interroge sur l’organisation interne du journalisme international, de la hiérarchisation statutaire ou fonctionnelle à la diversité des genres journalistiques (chapitres 5 et 6). Les nouveaux défis de complexité, de proximité et de technicité, la déontologie et la liberté d’expression constituent la troisième thématique de l’ouvrage (chapitres 7, 8 et 9). Les chapitres 10 et 11 se penchent sur les interactions des journalistes avec les acteurs de l’information internationale. Les analyses du travail journalistique en moments de crise (génocides, guerre, terrorismes) et la couverture médiatique des institutions européennes (l’Union européenne, en particulier) illustrent bien les tendances et les difficultés du journalisme international constatées dans des chapitres précédents (chapitres 12 à 15). Enfin, un guide pratique de départ en reportage (chapitre 16) et un bref glossaire des termes propres au métier closent l’ouvrage.

3Le manuel dresse un portrait large du journalisme international dans le monde où la médiation de l’information et de l’opinion est une condition nécessaire de la prise de conscience et de l’exercice de la citoyenneté. Évoluant dans des contextes politiques, économiques et sociaux divers, le journalisme international reflète des inégalités du monde. L’émergence des nouveaux centres de l’information dans les pays du Sud (Chine, Inde ou Qatar) n’a pas encore complètement changé la donne et Washington, New York, Bruxelles, Londres et Paris gardent les positions dominantes dans le secteur de l’information. Par ailleurs, l’explosion des nouvelles technologies de l’information et de la communication ainsi que la mondialisation de l’information sont plutôt des facteurs d’accélération de contradiction et d’incompréhension qui peuvent mener à l’incommunication. Face à la marchandisation croissante de l’information, à la réduction de l’espace consacré à des actualités internationales et à la fragmentation de l’information en des particularismes ethniques, sociaux ou religieux, la représentation du monde dans toute sa complexité est un vrai défi pour le journalisme international d’aujourd’hui.

4En interrogeant la place de l’information internationale aux États-Unis, Marthoz constate une forte polarisation du public. Ainsi, 4 % des Américains qui appartiennent à des élites politiques, économiques ou intellectuelles sont très bien informés des questions internationales grâce aux multiples quotidiens de référence. En revanche, le reste de la population l’est moins, car elle privilégie la presse régionale et la télévision où l’espace consacré à l’actualité internationale s’est considérablement réduit depuis la chute du mur de Berlin. La prise de conscience de cette carence informationnelle après le choc du 11 septembre 2001 a été fugace. La couverture de la campagne militaire américaine en Irak a illustré le problème de la qualité et de la diversité de l’information internationale et a mis au jour une sorte de malaise des journalistes à informer sur l’événement devant l’opinion publique qui a soutenu l’invasion. Malgré les efforts des quelques titres qui n’ont pas suivi les interprétations de l’administration Bush, les sources de référence sur le conflit se trouvaient à l’étranger, par exemple, dans les médias britanniques.

5À côté des tendances négatives telles que la diminution de l’information internationale, de la recherche et de l’analyse des faits et la domination des thèmes de proximité, la logique économique a également des conséquences importantes sur l’exercice du journalisme en augmentant les risques de conflits entre les obligations contractuelles du journaliste et sa déontologie professionnelle. Pour le journalisme international, cette logique se traduit notamment dans la concentration des médias au sein de multinationales de la communication à l’exemple de l’empire médiatique du groupe Murdoch. La segmentation du public, l’orientation vers « les consensus commodes » ou la logique de l’industrie du divertissement, les censures par omission ou les censures privées n’arrivent pas cependant à monopoliser la parole. La diversité médiatique est bien réelle, car la logique de diffusion homogène fait face à des « logiques de réception qui, elles, demeurent fort hétérogènes et sont soumises à des grilles de lecture et à des arrière-plans socioculturels tout à fait différents » (Semprini, 2000 : 16).

6Le journalisme international se décline sous de nombreuses formes. Les agences de presse à l’échelle mondiale, nationale, internationale ou encore continentale collectent, trient et traitent un grand nombre d’informations à destination des médias et des institutions. Certaines relaient tout type d’information, d’autres se spécialisent en informations économiques et financières, humanitaires ou religieuses. Les agences photo et les agences télé traitent un type d’information particulière qui est l’image, leur « situation d’oligopole » accentue le risque de formatage et de regard unique sur un événement. Cependant, les agences alternatives à l’exemple de Global (New York) proposent des interprétations et des commentaires originaux de l’actualité.

7Malgré le règne de la télévision, la presse écrite, avec les quotidiens nationaux et globaux, économiques et financiers, les newsmagazines et la presse culturelle, garde la position importante dans le journalisme international. La presse écrite sert non seulement de tribune pour un journaliste international, mais aussi de source d’information sur le pays où elle est installée. C’est pourquoi la presse alternative ou d’opinion, des « journaux des journalistes » comme Proceso (Mexico) ou Novaia Gazeta (Moscou) et la presse rebelle peuvent apporter des regards critiques sur leur pays et rendre la couverture de l’actualité plus nuancée et complexe. La lecture des revues spécialisées éditées par les universités ou les organisations non gouvernementales (ONG), des revues d’idées plus généralistes ainsi que des lettres d’information sur des thématiques précises est indispensable à chaque journaliste international pour qu’il puisse donner du sens aux événements rapportés, les situer dans le temps long de l’histoire politique et culturelle du pays ou de la région. En même temps, Internet, avec les portails d’information récents ou déjà établis sur d’autres supports, les blogues des journalistes et des citoyens, constitue une source d’information importante, surtout dans les pays soumis à la censure.

  • 1 Le parachutiste désigne le journaliste qui saute d’une crise à l’autre et ne reste sur le lieu de l (...)
  • 2 Le freelance désigne le journaliste « indépendant », payé au papier.
  • 3 Le stringer désigne le correspondant occasionnel ou pigiste dans un pays étranger.

8L’organisation d’une rédaction internationale varie selon les pays, le type de média et son appartenance au secteur public ou privé. Elle se caractérise par une hiérarchisation des statuts et des fonctions des journalistes. Chefs de service, secrétaires de rédaction, correspondants à l’étrange, envoyés spéciaux, éditorialistes, chroniqueurs, parachutistes1, freelances2 ou stringers3, juste pour en citer quelques-uns. Les informations internationales revêtent elles aussi des formes fort diverses : la dépêche, le factuel, la brève, l’analyse, le reportage, l’éditorial ou le commentaire, et elles doivent toutes s’inscrire dans la politique rédactionnelle. En effet, la sélection des sujets, leur hiérarchisation et les angles d’attaque ne sont jamais fortuits. Pourtant, plaide Marthoz, pour saisir et rapporter la complexité croissante du monde, le journalisme international doit se remodeler et s’orienter vers la transversalité dans le traitement des sujets souvent fragmentés par l’organisation traditionnelle des rédactions et vers la « glocalisation », c’est-à-dire la volonté de traiter l’information dans un contexte global. Le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication y contribue, mais exige la prudence par rapport à de nouvelles dérives possibles.

9Les défis lancés par la mondialisation au journalisme se traduisent par la remise en question ou le réajustement des valeurs, pour ne pas reprendre la formule du « choc des civilisations » de Samuel Huntington qui paraît trop polémique et réductrice. Cependant, la difficulté de « concilier le respect de l’autre avec la liberté d’expression » évoquée par Marthoz est bien réelle à l’ère où les législations nationales et internationales concernant le discours de haine se contredisent et sont parfois utilisées pour empêcher un débat libre. D’autant plus que dans certains pays, la liberté de la presse et la sécurité des journalistes ne vont pas de soi. La censure, l’emprisonnement et les meurtres des journalistes y sont malheureusement la réalité malgré un réseau mondial de solidarité journalistique et le travail important des institutions intergouvernementales.

10Le travail avec les sources, fondement de tout journalisme, nécessite leur vérification et leur croisement. Par exemple, les informations provenant des gouvernements et des organisations intergouvernementales, qui sont les acteurs incontournables du journalisme international, seraient croisées avec celles qui sont obtenues auprès des grandes entreprises, des syndicats, des groupes religieux ou des ONG. Or, certains de ces acteurs cherchent eux-mêmes la visibilité médiatique et les journalistes doivent savoir déchiffrer leurs stratégies et distinguer les informations de la propagande ou de la désinformation en les faisant passer par les filtres de la distance critique et d’incrédulité.

11À l’égard des crises humanitaires, des génocides et des conflits armés, la responsabilité d’informer du journaliste doit se réaliser grâce au dépassement des « sphères de l’émotion et de l’indignation » et à la prise en compte des facteurs politiques, géopolitiques, historiques et économiques pour tenter de comprendre et d’expliquer cette actualité violente. La couverture des actions terroristes constitue l’un des sujets les plus complexes du journalisme où il est important de savoir faire face à des tentatives des autorités de restreindre la liberté d’expression pour assurer la sécurité nationale et la protection du public et réaliser la mission d’information sans aggraver la situation de crise.

12De fait, l’esprit critique et la réflexivité ne doivent pas être délaissés même dans le temps de la paix, par exemple dans le traitement d’un sujet tel que l’Union européenne où d’autres types de questions se posent. Comment intégrer la dimension européenne dans les sujets nationaux et faire le lien entre les décisions de l’Union européenne et la vie quotidienne des citoyens ? Comment obtenir d’autres types d’information que les communiqués de nombreux services de communication sur les sujets européens ? Un journalisme d’investigation est-il possible à l’échelle européenne ?

13Ainsi, au fil des chapitres, le journalisme international prend peu à peu corps et se structure autour de trois types de complexité, si l’on reprend la terminologie de Nicolas Pélissier : la complexité de l’identité professionnelle du journaliste international, la complexité externe liée à l’environnement dans lequel il exerce et la complexité pragmatique des interactions du journaliste avec cet environnement. Sans prétendre à l’exhaustivité, cet ouvrage bien documenté accomplit la mission revendiquée dans l’introduction, à savoir « fournir une main courante dans le monde du journalisme international, en décrivant le contexte — politique, économique, culturel — dans lequel il évolue et en apportant des conseils concrets sur la meilleure manière de couvrir les réalités et les événements de <l’étranger> ».

Haut de page

Bibliographie

PÉLISSIER, Nicolas (2001), « Les mutations du journalisme à l’heure des nouveaux réseaux numériques », Annuaire français des relations internationales, p. 912-930.

SEMPRINI, Andrea (2000), CNN et la mondialisation de l’imaginaire, Paris, CNRS Éditions.

Haut de page

Notes

1 Le parachutiste désigne le journaliste qui saute d’une crise à l’autre et ne reste sur le lieu de l’actualité que le temps de couvrir le moment le plus aigu du conflit, sans contexte ni suivi.

2 Le freelance désigne le journaliste « indépendant », payé au papier.

3 Le stringer désigne le correspondant occasionnel ou pigiste dans un pays étranger.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valentyna Dymytrova, « Jean-Paul MARTHOZ (2008), Journalisme international », Communication [En ligne], Vol. 29/2 | 2012, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://communication.revues.org/2628

Haut de page

Auteur

Valentyna Dymytrova

Valentyna Dymytrova est professeure à l'Institut d'Études Politiques de Lyon. Courriel : valentyna.dymytrova@sciencespo-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org