Navigation – Plan du site
Lectures

Armand MATTELART (2009), Histoire de la société de l’information (4e édition)

Paris, La Découverte
Élodie Crespel
Référence(s) :

Armand MATTELART (2009), Histoire de la société de l’information (4e édition), Paris, La Découverte.

Texte intégral

1L’expression « société de l’information » est utilisée afin de parler d’économie, de technologie, d’engagement gouvernemental et de réseaux. Cette notion est largement employée pour désigner notre société sans trop savoir ce qu’elle désigne réellement ni d’où elle vient.

2Cet ouvrage retrace les événements clés de la construction de la société globale de l’information, ce qui permet de mieux comprendre cette notion floue de « société de l’information ». En s’inscrivant comme historien, l’auteur remonte jusqu’au xviie siècle afin d’expliquer la naissance de cette idéologie de l’information. Avec les mathématiques s’imposant comme raisonnement impartial dans la gestion des hommes et le développement des statistiques, les institutions se sont développées en suivant cette utopie de la modernité. Ensuite, avec l’âge industriel, la société est gérée comme une entreprise, et le concept de réseaux fait miroiter l’idée d’un monde uni telle une cité mondiale. Après la Deuxième Guerre mondiale, un paradigme techno-informationnel émerge avec les États-Unis qui investissent dans la recherche des systèmes et des technologies de l’information. C’est à partir des années 1960 que les concepts de la société de l’information se cristallisent avec la mondialisation, puis dans les années 1980 avec la déréglementation et la privatisation massives dans les pays industriels, en particulier dans les secteurs de l’audiovisuel et de la télécommunication. Ainsi, les nouvelles technologies deviennent des enjeux économiques et stratégiques dans la course au développement des pays occidentaux, avec l’autoroute de l’information comme rêve d’un nouveau moteur pour la croissance économique.

3Cependant, le numérique n’est pas une solution miracle même s’il permet de se libérer des contraintes de temps et des limitations physiques. Les réseaux, loin d’être de grands espaces de liberté, deviennent des sources d’information personnelles où la surveillance se propage pour des raisons dites de sécurité. Par exemple, après les attentats du 11 septembre, les États-Unis ont fait pression sur l’Union européenne afin qu’elle leur fournisse des données privées pour des raisons de sécurité. L’auteur rappelle, à la fin du livre, qu’une différence existe entre information et savoir et que de nombreux défis sociaux restent à relever, sans oublier les problèmes liés au développement durable, comme les changements climatiques et la gestion de l’énergie.

4Ce petit livre de poche est un bon point de départ de réflexion sur cette notion complexe de société de l’information. Les nombreux encadrés et la riche bibliographie en font un excellent ouvrage de référence pour ceux qui sont intéressés par l’histoire, les sciences politiques et la communication. Notons également, comme complément à ce livre, un glossaire publié en 2005 sur l’initiative de la Commission nationale française pour l’UNESO. Une trentaine de termes y sont analysés de manière critique, chacun par un auteur différent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élodie Crespel, « Armand MATTELART (2009), Histoire de la société de l’information (4e édition) », Communication [En ligne], Vol. 29/2 | 2012, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/2630

Haut de page

Auteur

Élodie Crespel

Élodie Crespel est étudiante au doctorat à l’Université de Montréal et membre du Laboratoire de communication médiatisée par ordinateur (LabCMO) à l’Université du Québec à Montréal. Courriel : elodie.crespel@umontreal.ca.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org