Navigation – Plan du site
Lectures

Ruth WODAK, Barbara JOHNSTONE et Paul KERSWILL (dir.) (2010), The SAGE Handbook of Sociolinguistics

Thousand Oaks (CA), Sage Publications Ltd
Delphine Choffat
Référence(s) :

Ruth WODAK, Barbara JOHNSTONE et Paul KERSWILL (dir.) (2010), The SAGE Handbook of Sociolinguistics, Thousand Oaks (CA), Sage Publications Ltd

Texte intégral

1Publier un nouvel ouvrage encyclopédique sur la sociolinguistique pourrait de prime abord relever de la gageure, comme le soulignent Ruth Wodak, Barbara Johnstone et Paul Kerswill. En effet, un certain nombre d’ouvrages de qualité existent déjà sur le marché. On peut par exemple évoquer Florian Coulmas (1998) ou encore Ulrich Ammon et al. (2004-2006).

2D’emblée, nous pouvons dire que le défi évoqué par les éditeurs au début de l’ouvrage est relevé. Le lecteur trouvera dans les six sections connexes qui composent l’ouvrage un impressionnant panorama de l’évolution théorique, méthodologique et empirique d’une discipline désormais bien installée dans le champ scientifique.

3De plus, l’origine des différents auteurs permet au moins partiellement, et ce, conformément au souhait des éditeurs, de dépasser l’axe anglo-saxon qui domine habituellement les ouvrages de ce type. On remarque une bonne représentativité des chercheurs des pays germanophones, au premier rang desquels on peut citer l’Autrichienne Ruth Wodak, spécialiste de l’analyse du discours.

4La recherche francophone en sociolinguistique n’est guère évoquée. On aurait pu penser à Jean-Baptiste Marcellesi et à son travail sur les langues régionales, à Marie-Louise Moreau, éditrice d’un dictionnaire des notions sociolinguistiques (1998), ou encore à Catherine Kerbrat-Orecchioni lorsqu’est abordée la question de la politesse. Cet aspect de l’ouvrage pourrait éventuellement constituer un handicap pour ceux qui voudraient utiliser l’ouvrage pour situer la recherche francophone dans le champ des recherches menées en sociolinguistique.

5L’introduction rédigée par les éditeurs constitue un précieux résumé des conditions d’émergence de la sociolinguistique et de sa place dans le champ scientifique. C’est également un guide de lecture fort utile dans la mesure où les différents chapitres y sont mis en lien avec les problématiques essentielles de la discipline, ce qui facilite considérablement le parcours de ceux qui s’intéressent à la sociolinguistique sans en être des spécialistes.

6Les différentes contributions se situent à différents niveaux de l’analyse sociolinguistique : macrolinguistique (planification linguistique, diglossie, bilinguisme, politiques linguistiques, etc.), mais aussi micro-sociolinguistique (analyse conversationnelle, variation sociolinguistique en fonction de particularités de classe sociale, d’âge, de genre, etc.).

7La première section, « History of sociolinguistics », porte sur les origines de la sociolinguistique. Les articles qui la constituent présentent chacun un père fondateur de la discipline (Ferguson et Fishman, Labov, Bernstein, Dell Hymes et Gumperz) ainsi que leur approche et déterminent leur contribution particulière à l’étude du langage dans le contexte social.

8Les articles de la deuxième section, intitulée « Sociolinguistics and social theory », présentent les théories de l’identité sociale et de l’interaction jouant un rôle constitutif pour la sociolinguistique et se penchent respectivement sur la stratification sociale, le constructivisme social, l’interactionnisme symbolique ou encore les apports de la théorie sémiotique de Peirce pour la sociolinguistique et l’ethnométhodologie. La notion essentielle de pouvoir fait l’objet d’une contribution séparée dans laquelle elle est étudiée en lien avec le concept de discours. La contribution de Stef Slembrouck, qui aborde les théories de la mondialisation et de la migration à travers le prisme de la sociolinguistique, permet de tenir compte des nouveaux enjeux auxquels fait face la discipline.

9La troisième section traite de la variation linguistique, conçue en opposition à l’alternance de codes, et qui constitue un champ relativement unifié sur le plan théorique. Les différentes contributions apportent des éclairages à plusieurs niveaux : méthodologique, théorique ou encore conceptuel. Le premier article aborde la question centrale de la relation entre individu et société et met en avant le concept de communauté de pratique, principal outil d’analyse pour appréhender les communautés en sociolinguistique. Les notions de classe sociale et de réseau social sont le sujet d’un inventaire précis de l’état de la recherche. Les catégories d’attitude et d’idéologie trouvent également leur place dans cette section, ce qui, selon Tore Kristiansen, mérite d’être souligné, car elles sont d’ordinaire abordées avec les sujets propres à la sociolinguistique ou à ses applications. D’autres contributions se penchent sur les manifestations concrètes du changement linguistique : celle de Kerswill étudie son effet sur le plan phonologique, tandis que Peter Trudgill met en avant les processus de simplification et de complexification intervenant sur le plan morphosyntaxique. La section s’interroge également sur la place de la sociolinguistique au sein de la linguistique formelle ou encore sur l’émergence de la sociolinguistique historique en tant que nouvelle discipline. Le dernier article de la section, intitulé « Fieldwork methods in language variation », porte plus précisément sur le protocole de la recherche sur le terrain et évoque les outils à la disposition des analystes dans ce domaine (sélection des données, interviews, place de la description ethnographique, etc.).

10Quant à la section 4, qui est consacrée à la dimension interactionnelle, elle dresse l’inventaire des recherches les plus importantes menées sur les interactions quotidiennes et organisationnelles. Celles-ci se réclament principalement de l’interactionnisme symbolique d’Erving Goffmann et de l’ethnométhodologie d’Harold Garfinkel. D’autres approches jouent également un rôle important, comme la tradition phénoménologique représentée par Alfred Schütz ou les approches de type anthropologique (Mead, Malinowksi, etc.). Différents cadres interactionnels sont évoqués dans les articles comme celui de la communication médecin-patient, le cadre juridique, scolaire ou encore médiatique, ainsi que les différents facteurs influençant l’interaction, notamment celui du genre, qui est le sujet d’une contribution. Une attention particulière est accordée aux récits en tant que moyen d’analyse privilégié des croyances et des expériences individuelles dans la construction des identités. Enfin, il importe de remarquer l’article de Christian M. I. M. Matthiessen et Diane Slade sur l’analyse conversationnelle qui propose des modèles et catégories d’analyse particulièrement fructueux.

11Le multilinguisme et le contact de langues sont le sujet d’une section propre. Ces thèmes sont essentiellement analysés d’un point de vue fonctionnel et sociologique. Différents concepts y sont abordés, comme ceux d’interaction, de fonction, de pouvoir ou encore d’idéologie. Les articles composant la section traitent du bilinguisme social, de l’alternance et du mélange de codes linguistiques, des politiques de planification linguistique, de la mise en péril de la diversité linguistique ou de la variété des anglais dans le contexte de la mondialisation.

12La sixième et dernière partie de l’ouvrage concerne les applications de la sociolinguistique. Elle est particulièrement développée, notamment si l’on compare cet ouvrage avec celui qu’a édité F. Coulmas, où la partie d’application portait sur les domaines de l’éducation, du droit et de la planification linguistique. Les domaines ici abordés (linguistique et criminologie, éducation, migration et droits de l’homme ou encore alphabétisation étudiée en lien avec les nouveaux médias comme Internet) témoignent du foisonnement des champs d’application et du renouvellement des thématiques de la discipline. D’une façon générale, l’ouvrage rend parfaitement compte des nouveaux problèmes auxquels fait face la sociolinguistique puisqu’il accorde une grande place aux enjeux nés de l’influence des nouveaux médias, aux nouvelles technologies de la communication ou encore aux pratiques discursives issues de la migration et de la mondialisation.

13Dans l’ensemble, ce volume collectif se caractérise par son caractère complet et maniable et sa grande valeur documentaire. La place accordée dans l’ouvrage aux recherches empiriques en sociolinguistique est remarquable. Les différentes contributions apportent des éclairages variés sur les développements de la discipline. On remarque également qu’il n’y a pas de restriction à une aire géographique particulière dans les nombreux exemples utilisés. Les renvois internes à l’ouvrage renforcent sa cohérence et permettent au lecteur d’approfondir son travail tout en évitant un cloisonnement entre les différents articles.

14On peut cependant critiquer un manque ponctuel de systématicité sur les plans structurel et conceptuel. On aurait par exemple aimé un passage en revue plus systématique du bagage conceptuel de la sociolinguistique ou encore des disciplines connexes. Ainsi, dans la mesure où est souvent évoquée la nécessité d’aborder les différentes thématiques de façon transdisciplinaire, il aurait peut-être été intéressant de passer en revue certaines d’entre elles. Enfin, il aurait sans doute été utile d’avoir une bibliographie générale en fin d’ouvrage, et non uniquement à la fin de chaque section.

15Malgré ces minces réserves, l’ouvrage possède toutes les qualités pour être une référence incontournable de la recherche en sociolinguistique. Cet état des lieux particulièrement riche sur les réflexions menées dans le champ de la sociolinguistique est avant tout destiné à un public universitaire.

Haut de page

Bibliographie

AMMON, Ulrich, Norbert DITTMAR, Klaus MATTHEIER et J. P. TRUDGILL (dir.) (2004-2006), Sociolinguistics: An International Handbook of the Science of Language and Society, 3 volumes, Berlin, De Gruyter.

COULMAS, Florian (dir.) (1998), The Handbook of Sociolinguistics, Cambridge (MA), Blackwell.

MOREAU, Marie-Louise (dir.) (1998), Sociolinguistique : les concepts de base, Bruxelles, Mardaga.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Choffat, « Ruth WODAK, Barbara JOHNSTONE et Paul KERSWILL (dir.) (2010), The SAGE Handbook of Sociolinguistics », Communication [En ligne], Vol. 29/2 | 2012, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/2637

Haut de page

Auteur

Delphine Choffat

Delphine Choffat est maître de conférences au Département d’études germaniques de l’Université de Nantes et membre du laboratoire Centre de Recherche sur les Identités Nationales et l'Interculturalité (CRINI). Courriel : delphine.choffat@univ-nantes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org