Navigation – Plan du site
Recherches

La stratégie discursive de Stephen Harper (2006-2010)

Denis Monière

Résumés

Être en situation de gouvernement minoritaire influence-t-il la stratégie de communication du parti au pouvoir ? Pour répondre à cette question, nous avons soumis à l’analyse lexicométrique 302 discours officiels prononcés par Stephen Harper, premier ministre du Canada, de 2006 à 2010. Par l’analyse d’indicateurs lexicaux, nous montrons que les comportements lexicaux de Harper se différencient de ceux de ses homologues en situation de gouvernement majoritaire, mais se démarquent aussi par certains aspects des comportements lexicaux de ceux qui ont dirigé des gouvernements minoritaires avant lui.

Haut de page

Texte intégral

1Stephen Harper est le premier ministre qui a gouverné le Canada le plus longtemps en situation de gouvernement minoritaire. Aucun autre premier ministre canadien n’avait réussi, avant lui, à éviter d’être renvoyé devant les électeurs par un vote de censure. Il est parvenu, grâce à une forte cohésion gouvernementale, à déjouer les manœuvres de l’opposition et à utiliser les astuces du parlementarisme pour se maintenir au pouvoir. Le 2 mai 2011, il a finalement réussi à faire élire un gouvernement majoritaire.

2Son premier mandat a couvert la période de février 2006 à septembre 2008. Il a lui-même provoqué le déclenchement des élections en obtenant la dissolution de la Chambre, le 7 septembre 2008, même si son parti avait fait la promotion des élections à date fixe. Il avait même fait adopter le projet de loi C-16 à cet effet. Il a été réélu le 14 octobre 2008, mais avec une minorité de députés, soit 143 sur 303.

3Gouverner en situation minoritaire implique une stratégie de communication particulière (Labbé et Monière, 2005). Théoriquement, un gouvernement minoritaire peut suivre deux scénarios : un scénario de conciliation s’il veut éviter des élections précipitées, un scénario d’affrontement s’il veut provoquer des élections hâtives. Puisqu’un gouvernement minoritaire est à la merci d’un consensus fragile, on peut supposer qu’il aura tendance à éviter l’arrogance ou la polémique partisane. Il devrait prendre acte des résultats de l’élection et respecter la volonté des électeurs qui ont élu une majorité de députés de l’opposition. L’effet global d’une situation de gouvernement minoritaire serait de tempérer les ardeurs idéologiques à la fois du parti gouvernemental et des partis d’opposition, qui n’ont pas nécessairement intérêt à se retrouver devant les électeurs. Comment Harper s’est-il positionné dans la dialectique de la gestion en situation minoritaire ? A-t-il été coopératif ou a-t-il préféré l’affrontement en imposant ses politiques même si une majorité d’électeurs n’avaient pas voté pour lui ?

4Les discours du premier ministre peuvent être révélateurs de ses choix stratégiques, car non seulement ils expriment les positions du gouvernement, mais encore ils mettent en relief l’évolution des axes de communication et des thèmes de prédilection qu’il développe afin de gagner de nouveaux électeurs. Dans cette recherche, nous aurons recours à l’analyse lexicométrique afin de reconstituer la stratégie de communication du premier ministre et de mettre en évidence quelques-unes des caractéristiques du discours harpérien.

Le corpus

5Le corpus analysé comprend 302 discours et 383 397 mots. Ces discours ont été recueillis sur le site Internet du premier ministre du Canada, du 6 février 2006 au 11 février 2010, soit de son entrée en fonction jusqu’à l’ouverture de la 3e session de la 40e législature. Nous avons aussi inclus dans ce corpus les discours prononcés lors de la campagne électorale de septembre 2008, soit 23 discours.

6L’orthographe de ces textes a été soigneusement revue, puis chaque mot a reçu une étiquette comportant la graphie standard de ce mot (la « forme ») et son « lemme » (ou « vocable »), c’est-à-dire l’entrée à laquelle on trouve le mot considéré dans un dictionnaire de langue — l’infinitif du verbe, le masculin singulier de l’adjectif, etc. — et sa catégorie grammaticale. Entre autres avantages, cette opération de lemmatisation permet de distinguer les « homographes » (une même graphie mais plusieurs entrées de dictionnaire) : par exemple les substantifs pouvoir, devoir, savoir et les verbes à l’infinitif. Ces exemples ne sont pas anecdotiques : dans tout texte français, au moins un tiers des mots sont des « homographes ».

L’investissement géographique de la communication politique

7Un gouvernement minoritaire plus qu’un gouvernement majoritaire est en campagne électorale permanente. La stratégie de communication gouvernementale est orientée par la nécessité de maximiser le soutien électoral puisqu’il y a incertitude sur le moment où la prochaine campagne aura lieu. Les lieux d’intervention du premier ministre peuvent servir d’indicateur des objectifs stratégiques du gouvernement qui devrait normalement chercher à accroître sa visibilité dans les régions où il est susceptible de faire les gains qui lui permettront d’atteindre une majorité de députés.

8Pour évaluer la distribution géographique de la communication politique, nous avons recensé le nombre de discours et le nombre de mots prononcés par le chef conservateur dans les différentes provinces canadiennes.

9Nous avons introduit deux catégories qu’on pourrait qualifier de non provinciales, soit Ottawa, sous laquelle nous avons regroupé les discours prononcés dans la capitale fédérale, et international, qui contient les discours prononcés à l’extérieur du territoire canadien.

Tableau 1. Distribution régionale de la communication de Stephen Harper

Tableau 1. Distribution régionale de la communication de Stephen Harper

10Ces deux catégories « extra-provinciales » totalisent environ 50 % de la communication du premier ministre (45,1 % des discours et 48,3 % des mots). Les efforts de persuasion du premier ministre dans ses visites des provinces canadiennes ont surtout été concentrés en Ontario, où il pouvait faire le plus de gains électoraux. Il a aussi consacré beaucoup d’énergie communicative (16 %) dans les provinces de l’Ouest, sans doute pour consolider ses appuis. Fait étonnant, il a été plus présent au Nunavut que dans les provinces maritimes, ce qui montre que les conservateurs ont voulu affirmer la souveraineté canadienne sur le territoire arctique du Canada.

11Le Québec a été relativement négligé par le chef conservateur, qui a été au total plus présent dans les quatre provinces maritimes et en Colombie-Britannique. L’attitude du premier ministre a d’ailleurs changé entre le premier et le deuxième mandat puisqu’il a fait 12 discours au Québec pendant le premier comparativement à seulement 5 pendant le second. Ce désinvestissement est sans doute lié à la déception électorale des conservateurs à la suite des résultats de l’élection de septembre 2008 où le Parti conservateur était arrivé en troisième place (10 sièges) après le Bloc québécois (49) et le Parti libéral (14). Le Parti conservateur, malgré son ouverture manifestée envers les revendications constitutionnelles du Québec, n’avait pas réussi à accroître son soutien. Rappelons à cet égard quelques avancées symboliques comme la résolution adoptée par la Chambre des communes reconnaissant la nation québécoise et l’attribution d’une place dans la délégation canadienne à l’UNESCO.

La périodisation du vocabulaire

12Le calcul de l’accroissement du vocabulaire mesure l’apparition de vocables nouveaux qui n’ont pas été employés auparavant par le locuteur. On estime qu’un accroissement normal se situe entre plus ou moins deux écarts-types. Lorsque cet accroissement dépasse cette norme par le haut, cela indique un renouveau du vocabulaire et un changement de thématique ; à l’inverse, lorsque la courbe descend sous la barre des deux écarts-types, cela indique que le locuteur n’innove pas et tend à répéter des thèmes qu’il a déjà abordés.

Graphique 1. L’accroissement du vocabulaire de Stephen Harper

Graphique 1. L’accroissement du vocabulaire de Stephen Harper

13Le début du premier mandat fut erratique, comme si le gouvernement conservateur cherchait ses marques et n’arrivait pas à introduire ses thématiques. On observe une forte décroissance du vocabulaire, ce qui révèle une propension à la répétition des mêmes thèmes d’un discours à l’autre. Un changement survient en juin 2006 et pendant un an, le premier ministre introduit de nouvelles thématiques au fil de ses interventions publiques. S’en suit une troisième période de relative stabilité jusqu’au déclenchement de la campagne électorale. Celle-ci sera principalement centrée sur le bilan de l’action gouvernementale puisque la courbe s’incline et que Harper répète essentiellement ce qu’il a déjà dit auparavant. Il prendra un an avant de renouveler son discours. Il se concentre alors sur la relance de l’économie après l’effondrement des marchés financiers.

14L’afflux de vocables nouveaux qui se produit en fin de période est lié à une série de visites officielles à l’étranger, comme l’atteste la forte présence des noms propres Chine, Inde, Corée, Asie, G20, Shanghai. Durant cette période, Harper fait aussi des discours aux Jeux olympiques d’hiver de 2010 à Vancouver. Cette période se caractérise par un suremploi de noms propres (+ 53 %). Le discours est aussi plus impersonnel puisque les pronoms indéfinis s’accroissent de 24 % et que les pronoms personnels reculent de 9 %. Enfin, le groupe verbal est légèrement plus faible que dans le corpus total, sa proportion tombant à 26 % comparativement à 27 %.

La diversité du vocabulaire

15Tout locuteur peut choisir de diversifier son expression et de faire appel à un vocabulaire précis et spécialisé s’il désire montrer qu’il maîtrise des sujets complexes ou encore il peut préférer adopter un style simplifié pour être au diapason de son auditoire.

16L’indice de diversité générale des discours de Harper est de 314 mots différents pour 1 000 mots. Comparativement à ses homologues québécois, Harper se cantonne dans la simplicité du vocabulaire puisque les indices des anciens premiers ministres du Québec Lucien Bouchard et Bernard Landry et de l’actuel premier ministre, Jean Charest, sont plus élevés que le sien avec respectivement 348, 348 et 331 pour 1 000 mots (Labbé et Monière, 2009).

17On observe dans le graphique 2 que la diversité est faible au début du premier mandat et qu’elle se stabilise par la suite avec une période où le discours s’appauvrit ; cela correspond à la campagne électorale. À la fin de la période, la diversité remonte.

Graphique 2. La diversité du vocabulaire

Graphique 2. La diversité du vocabulaire

Les mots préférés de Harper

18L’emploi des noms propres est révélateur de l’ancrage spatio-temporel du locuteur qui désigne les lieux ou les personnes qui sont au centre de ses préoccupations. Si l’on fait abstraction des vocables identitaires Canada et Canadiens qui se trouvent normalement en tête de liste des discours de tous les premiers ministres canadiens, Harper a consacré beaucoup d’énergie à justifier l’intervention canadienne en Afghanistan. Selon la liste ci-dessous, il a aussi manifesté un intérêt particulier à d’autres régions, tels le Québec, les États-Unis et la Colombie-Britannique. Comme nous l’avons noté précédemment, l’intérêt pour le Québec s’est manifesté durant le premier mandat de Harper, car c’est dans cette période qu’on trouve 80 % des références faites au Québec. On doit enfin souligner la présence du continent arctique dans cette liste ; elle atteste que dans ses discours, le premier ministre a fait étalage des prétentions du Canada sur le territoire nordique.

Tableau 2. Liste par ordre décroissant des noms propres, des verbes, des substantifs, des pronoms, des adverbes les plus utilisés

Tableau 2. Liste par ordre décroissant des noms propres, des verbes, des substantifs, des pronoms, des adverbes les plus utilisés

19L’analyse des noms propres (parti ou chef) de fréquence moyenne ou basse nous permet aussi d’observer la relation de Harper à ses adversaires. Ainsi, le Parti libéral est mentionné 100 fois comparativement à 31 fois pour le Bloc québécois et à 10 fois seulement pour le Nouveau Parti démocratique, dont le nom du chef (Jack Layton) est absent des discours de Harper. Il est plutôt inhabituel de retrouver autant de références aux adversaires dans les discours des premiers ministres en situation majoritaire, qui tendent à ignorer leurs adversaires. C’est du moins ce que faisait l’ancien premier ministre du Canada Jean Chrétien qui, de 1995 à 2004, n’a évoqué les noms du Bloc et de son chef (Gilles Duceppe) que 19 fois et celui du Parti conservateur, 12 fois. Cet indicateur suggère que Harper était en mode d’attaque même dans les discours officiels qu’il prononçait à titre de premier ministre.

20Les verbes les plus employés par Harper se retrouvent aussi chez les premiers ministres québécois (Labbé et Monière, 2009 : 35). Ce sont aussi les mêmes qu’on retrouve chez les présidents de la République française. Harper se démarque toutefois par un emploi plus faible du verbe vouloir et du verbe dire, qui est au dernier rang chez lui mais qui arrive dans les cinq premiers rangs dans les discours de ses collègues québécois. Il serait moins porté à exprimer la volonté de son gouvernement parce que celle-ci ne peut s’exercer aussi librement que s’il était majoritaire.

21On retrouve aux premiers rangs des substantifs les plus employés le vocabulaire commun aux dirigeants politiques. Les principales thématiques qui ressortent de la liste ou le noyau dur du discours harpérien sont liés au plan pour la relance de l’économie. Il insiste aussi sur des thèmes chers aux conservateurs comme la famille, les enfants et la sécurité. Enfin, la référence au Nord vient confirmer l’intérêt du gouvernement canadien pour le développement du territoire arctique.

22L’analyse des pronoms les plus fréquents indique que Harper privilégie la tension inclusive du « nous » qui fond l’émetteur dans un groupe plus large puisqu’il emploie deux fois plus de « nous » que de « je ». Là encore, il ne se distingue pas des premiers ministres du Québec ni de son prédécesseur Jean Chrétien (8 064 « nous », 3 162 « je » dans un corpus de 439 605 mots). Cet effacement de la personne du locuteur derrière une entité plus large ne semble pas être lié à la personnalité des locuteurs canadiens, mais bien à leur fonction dans le système politique puisque cette tendance n’est pas observée dans le présidentialisme français où tous les présidents et les premiers ministres privilégient la première personne du singulier. En moyenne, les dirigeants politiques français utilisent le « je » deux fois plus que leurs homologues de la fédération canadienne ou du Québec (Labbé et Monière, 2010).

23Cet effacement du pronom personnel est certes lié à la nature de la fonction de premier ministre, mais semble être plus accentué lorsqu’il s’agit d’un gouvernement minoritaire que dans les discours tenus par des chefs de gouvernements majoritaires. C’est du moins ce que nous avons observé dans les discours des anciens premiers ministres canadiens Pierre Elliott Trudeau et Paul Martin lorsqu’ils étaient en situation minoritaire (Labbé et Monière, 2005 : 87).

24Cette différence considérable pourrait s’expliquer par les différences entre la collégialité, au moins de façade, imposée par le système parlementaire et la personnalisation inhérente au système présidentiel. Certes, dans le « système de Westminster », le premier ministre concentre beaucoup de pouvoirs entre ses mains, mais ce n’est pas lui qui est élu pour gouverner personnellement, mais une majorité parlementaire qu’il se doit d’incarner au moins en paroles.

25L’examen des adverbes les plus employés par Harper est révélateur de son style oratoire. La présence en tête de liste de la locution ne… pas et plus indique que le discours harpérien est un discours tendu, polémique, qui critique les positions de ses adversaires ou qui cherche à s’en démarquer. C’est aussi un discours ancré dans le présent, comme le montre la très haute fréquence des adverbes aujourd’hui et ici.

Le verbe ou le nom

26Le groupe nominal composé du déterminant, du substantif et de l’adjectif l’emporte largement chez Harper sur le groupe verbal composé du pronom, du verbe et de l’adverbe : le groupe nominal représente 73 % du vocabulaire et le groupe verbal, 27 %. Cette préférence indique qu’Harper a axé sa communication sur la conservation, ce qui est conforme à l’idéologie de son parti et aussi à sa position de gouvernement minoritaire qui n’a pas les coudées franches pour entreprendre des réformes. Selon Damon Mayaffre (2004), la prépondérance relative du substantif marquerait un discours orienté « vers les finalités de la politique » (les notions, les concepts, les idées) alors qu’une forte densité verbale signifierait que le discours est centré sur les moyens de la politique. La fuite du groupe verbal et la prédominance concomitante du groupe nominal semblent être des caractéristiques des gouvernements minoritaires. Nous avons retrouvé la même tendance chez les premiers ministres Trudeau et Martin (Labbé et Monière, 2005 : 98), la proportion du groupe verbal étant de 25 % pour le premier et de 28 % pour le second. Dans le cas de Trudeau, lorsqu’il était en situation majoritaire, son groupe verbal représentait 38 % de son corpus (Labbé et Monière, 2005 : 87-88).

Les caractéristiques du discours québécois de Harper

27L’analyse des caractéristiques du vocabulaire met en relief des différences thématiques significatives dans les discours que Harper prononce au Québec. D’abord, il s’adresse principalement aux Québécois et non aux Canadiens. Cette désignation identitaire n’est toutefois caractéristique que du premier mandat, elle s’estompe dans les discours du deuxième mandat. Il centre ensuite son discours sur les enjeux constitutionnels puisque les mots fédéralisme, ouverture, UNESCO, provinces, fédération arrivent en tête de liste des indices de spécificités positives. La question constitutionnelle est absente des discours qu’il prononce en Ontario. Par ailleurs, il y a des enjeux qu’il évite d’aborder au Québec comme la guerre en Afghanistan, les problèmes de criminalité et de sécurité, le développement du Nord. Il réserve ces thèmes pour ses allocutions dans le reste du Canada.

28En Ontario, qui est une province stratégique pour les conservateurs et pour tous les partis qui espèrent former un gouvernement majoritaire, le premier ministre a surtout abordé les effets de la récession en 2009 sur l’industrie automobile. Il a aussi traité abondamment de la question juive et de l’antisémitisme. Les vocables suivants sont les plus caractéristiques des discours prononcés en Ontario : Ontario, automobiles, taxes, récession, infirmières, Israël, impôt, antisémitisme, autoroutes, dépenses, Juifs.

D’autres particularités

29Harper, à la différence de ses prédécesseurs, invoque la bénédiction de Dieu lorsqu’il termine ses discours par la formule d’inspiration américaine : « Que Dieu bénisse le Canada ». Mais, il n’utilise jamais cette formule dans ses discours en français. Elle est principalement employée dans ses discours dans le territoire du Nunavut et dans la province de Terre-Neuve.

30Les discours que prononce Harper sur la scène internationale sont de nature essentiellement économique. Ils se caractérisent par leur emploi insistant des noms de pays et d’organisations (G20, APEC) et par un vocabulaire qui relève du néolibéralisme : libre-échange, protectionnisme, commerce, coopération, croissance. Il traite aussi des problèmes environnementaux.

31Lorsqu’il se retrouve dans la capitale fédérale, Harper s’adresse comme il se doit aux Canadiens (vocable qui arrive en tête du vocabulaire spécifique) et ses discours sont centrés sur les institutions ; les mots qui caractérisent fortement ces discours sont les suivants : Sénat, loi, président, imputabilité, nominations, Parlement, parlementaires, fonctionnaires, mandat. En dehors de ce vocabulaire institutionnel, le thème le plus traité est celui de la famille.

La structure des phrases

32Selon Marcel Cressot (1963), la longueur des phrases est un indice révélateur de l’objectif de communication d’un locuteur. La phrase longue exprime une vision globale et complexe, elle est l’outil de la démonstration. La phrase courte présente une vision fragmentaire et nette, elle est plus incisive et correspond à une visée polémique. La longueur moyenne des phrases de Harper est de 23,3 mots. Comparativement aux premiers ministres québécois des vingt dernières années, il se situe légèrement au-dessus de la moyenne québécoise, qui est de 22,5. Il ressemble le plus à l’ancien premier ministre péquiste Lucien Bouchard, dont la phrase moyenne contenait 23,7 mots. Notons que la longueur moyenne des phrases des premiers ministres québécois avant 1985 oscillait autour de 30 mots, celles de René Lévesque étant de 37 mots. Pour faciliter la compréhension du message à l’ère télévisuelle, les premiers ministres ont tendance à faire plus court.

33Par ailleurs, Harper adopte une phrase peu complexe, car la ponctuation interne de ses phrases est faible, avec une moyenne de 1,1 césure (virgule, point-virgule, deux-points) par phrase. La moyenne des premiers ministres québécois est de 1,74, l’actuel premier ministre Charest ayant la phrase la moins complexe avec 1,2 césure. Il privilégie donc un style de communication sobre, sans fioriture. Harper, tant par le style de ses phrases que par ses choix de communication — comme la faible diversité de son vocabulaire —, joue la carte de la modestie et de la simplicité.

Conclusion

34L’analyse de certains indicateurs lexicométriques indique que les comportements lexicaux de Harper ne correspondent pas à ceux d’un premier ministre de gouvernement majoritaire ni d’ailleurs à ceux des chefs de gouvernements minoritaires pour lesquels nous avons des données comparables. D’une part, l’analyse du vocabulaire montre qu’il a privilégié ses positions idéologiques et qu’il a imposé ses priorités politiques en profitant de la faiblesse et de la division des partis d’opposition. Il n’a pas cédé à la logique de la conciliation sur les changements climatiques, sur la participation canadienne à la guerre en Afghanistan, sur les questions de la lutte contre la criminalité, etc. Il s’est par ailleurs montré relativement pugnace dans ses discours en dénonçant ses adverses, ce que normalement un chef de gouvernement majoritaire ne fait pas. L’usage intensif des adverbes de négation indique aussi une tendance à la critique de ses adversaires. La faible importance du groupe verbal révèle enfin une certaine retenue dans la mise en place des changements politiques. L’analyse de cette variable pour les chefs de gouvernements majoritaires nous amène à cette conclusion puisque dans tous les cas observés au Québec (Monière, Labbé et Labbé, 2008 : 49), le groupe verbal est nettement plus important que dans le discours harpérien.

Haut de page

Bibliographie

CRESSOT, Marcel (1963), Le style et ses techniques, Paris, Seuil.

LABBÉ, D. et D. MONIÈRE (2005), « Les particularités d’un discours politique : les gouvernements minoritaires de P. Trudeau et de P. Martin », Corpus, 4, p. 79-105.

LABBÉ, D. et D. MONIÈRE (2009), Les mots qui nous gouvernent, Montréal, Monière Wollank éditeurs.

LABBÉ, D. et D. MONIÈRE (2010), « Quelle est la spécificité des discours électoraux ? Le cas de Stephen Harper », Revue canadienne de science politique, 43(1), p. 69-86.

MAYAFFRE, Damon (2004), Paroles de Président, Paris, Champion.

MONIÈRE, D., C. LABBÉ et D. LABBÉ (2008), « Les styles discursifs des premiers ministres québécois de Jean Lesage à Jean Charest », Revue canadienne de science politique, 41(1), p. 43-69.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Distribution régionale de la communication de Stephen Harper
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2641/img-1.png
Fichier image/png, 116k
Titre Graphique 1. L’accroissement du vocabulaire de Stephen Harper
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2641/img-2.png
Fichier image/png, 36k
Titre Graphique 2. La diversité du vocabulaire
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2641/img-3.png
Fichier image/png, 44k
Titre Tableau 2. Liste par ordre décroissant des noms propres, des verbes, des substantifs, des pronoms, des adverbes les plus utilisés
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2641/img-4.png
Fichier image/png, 118k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Monière, « La stratégie discursive de Stephen Harper (2006-2010) », Communication [En ligne], Vol. 29/2 | 2012, mis en ligne le 07 février 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/2641 ; DOI : 10.4000/communication.2641

Haut de page

Auteur

Denis Monière

Denis Monière est professeur au Département de science politique de l’Université de Montréal. Courriel : denis.moniere@umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org