Navigation – Plan du site
Recherches

Le retraitement automatisé de l’information d’actualité en ligne : analyse des mécanismes socio-techniques mis en place par les infomédiaires

Marc-Olivier Goyette-Côté

Résumés

Les infomédiaires, portails d’information et agrégateurs, jouent un rôle de plus en plus important dans la filière de l’information journalistique. Cette note de recherche interroge la fonction méta-éditoriale de ces nouveaux acteurs qui n’investissent pas dans la confection de l’actualité. L'auteur cherche à voir comment leurs logiques de fonctionnement ont un impact sur le secteur du journalisme numérique. Pour mieux saisir cet impact, il a étudié le rôle joué par quatre infomédiaires au Québec (MSN, Yahoo!, Sympatico et Google Actualités) et examine comment leurs logiques de fonctionnement ont une influence sur le secteur du journalisme numérique.

Haut de page

Texte intégral

1« Cette page a été conçue sans maltraiter ni utiliser aucun humain. » C’est accompagné de cette phrase que Google a lancé son service d’agrégation de nouvelles Google News en 2002. Ce faisant, l’entreprise annonçait une tendance à venir en créant un service d’actualités dont toutes les composantes seraient automatisées, de la collecte d’information à la diffusion en passant par la sélection, la hiérarchisation et la valorisation. Aujourd’hui, les services d’information d’actualité fonctionnant de manière automatisée ou semi-automatisée sont parmi les principales voies d’accès aux informations d’actualité sur Internet.

2D’après The State of the News Media 2010 du Project for Excellence in Journalism, 56 % des consommateurs d’informations d’actualité sur Internet aux États-Unis consultent au moins un infomédiaire lorsqu’ils cherchent à s’informer, et la proportion grimpe jusqu’à 68 % chez les 18-35 ans (PEW, 2010). Ainsi, les infomédiaires, portails d’information ou agrégateurs, deviennent des acteurs de plus en plus importants dans le monde journalistique en s’imposant comme l’une des principales portes d’entrée à la consommation de nouvelles en ligne. Les infomédiaires se sont basés sur leur connaissance des mécanismes de circulation des contenus en ligne et des habitudes de navigation des individus pour offrir un service d’information d’actualité dont la production est presque entièrement externalisée et dont la mise à jour nécessite un nombre minimal d’agents humains.

3Cette nouvelle catégorie d’acteurs nous amène à nous poser quelques questions sur le journalisme en ligne. Nous tenterons dans ce texte de répondre à deux de celles-ci : comment les infomédiaires contribuent-ils à redéfinir l’accès à l’information d’actualité ? Les infomédiaires contribuent-ils à l’automatisation de la circulation des contenus d’information d’actualité ?

4Dans cette note de recherche, nous voulons montrer comment les infomédiaires contribuent à l’automatisation des mécanismes de circulation des nouvelles sur Internet. Nous expliquons comment ils se sont positionnés de manière à jouer un rôle central dans l’économie du journalisme en ligne en externalisant la production et en se concentrant sur la mise en relation d’audiences déjà constituées d’utilisateurs de leurs services et d’un bassin d’annonceurs. Ils s’imposent ainsi comme des alliés indispensables des entreprises d’information, tout en utilisant celles-ci pour augmenter leur offre de service et leurs revenus publicitaires. Dans ce texte, nous reviendrons d’abord sur la notion d’infomédiaire pour en dégager les éléments constitutifs, avant de nous attarder aux logiques socio-techniques sur lesquelles les infomédiaires se basent pour concevoir leurs services d’information d’actualité. Nous étudierons ensuite le concept de coopétition (Rebillard et Smyrnaios, 2007) afin d’en faire ressortir la valeur analytique et de voir si elle nous permet de mieux comprendre l’influence des infomédiaires dans la reconfiguration des mécanismes de circulation de l’information d’actualité en ligne.

5Cette note de recherche se base sur les recherches menées dans le cadre d’une maîtrise portant sur la redondance de l’actualité en ligne et les relations entre entreprises de presse et les infomédiaires, ainsi que sur un projet de recherche portant sur le pluralisme des sources d’information sur Internet, dirigé par Éric George, mené par le Groupe de recherche interdisciplinaire sur l’information, la communication et la société (GRICIS) et financé par le Fonds de recherche du Québec — Société et culture (FQRSC). Ce texte s’appuie également sur des recherches menées pour notre doctorat en cotutelle avec l’Université Paris 3 et dans le cadre d’un projet financé par le ministère de la Culture et de la Communication et dirigé par Franck Rebillard portant sur la diffusion d’information d’actualité sur Internet dans une perspective comparative France-Québec. Dans le cadre de ces recherches, nous avons rencontré des responsables d’entreprises de presse, des responsables d’infomédiaires, en plus d’effectuer une analyse quantitative et qualitative des pages d’information de plus de 200 sites Internet dont ceux des principaux infomédiaires au Québec : MSN, Sympatico, Yahoo! et Google. C’est sur ces quatre acteurs que portera plus particulièrement ce texte, puisqu’ils représentent actuellement les services d’infomédiation les plus populaires au Québec qui n’appartiennent pas à des groupes de presse.

Les infomédiaires : nouveaux acteurs du journalisme

6Les infomédiaires ont structuré leurs activités autour de l’organisation et de la mise en circulation de documents numériques ayant trait à l’actualité, « triés et structurés par des algorithmes simulant une maîtrise de la sémantique » (Rebillard et Smyrnaios, 2007 : 3). Dans ce sens, nous pouvons les considérer comme des méta-éditeurs, puisqu’ils travaillent dans l’édition de matériel déjà édité. Considérés par certains comme une nouvelle industrie de l’accès, « les infomédiaires organisent la sélection, l’organisation, la hiérarchisation et la distribution de l’information éditée par des tiers, sur la base de critères thématiques, linguistiques ou géographiques » (Bourre et Smyrnaios, 2006 : 2). Ils se poseraient ainsi en tant que spécialistes du « courtage informationnel » en mettant en relation un nombre grandissant de demandes sur des domaines variés tout en offrant une information tout aussi complexe (Rebillard et Smyrnaios, 2007). Leur tâche est donc de favoriser l’accès à des contenus à des clientèles déjà constituées historiquement (Rebillard et Smyrnaios, 2007). « Les acteurs ne peuvent pas valoriser leur savoir-faire journalistique qu’ils externalisent entièrement. Ils se reposent donc sur leur marque et leur savoir-faire en terme d’ergonomie sur Internet pour attirer à eux des visiteurs et valoriser leur audience par la publicité » (Attias, 2005 : 16). Nous distinguons deux catégories d’infomédiaires, soit les portails et les agrégateurs.

7Les portails sont souvent la vitrine de fournisseurs de services Internet (FSI), comme c’est le cas pour Yahoo! (messagerie, moteur de recherche et annuaire de sites), MSN (messagerie, logiciels) et Sympatico (messagerie et fournisseur d’accès Internet [FAI]). Selon Nikos Smyrnaios, « un portail généraliste est un site marchand qui dispense une série de services directement auprès des internautes - consommateurs ; ces services sont très variés, mais les principaux sont liés à l’utilisation d’Internet » (2004 : 4). Pour Sofia Kocergin, un portail est « un site virtuel non-destinataire, fédérateur et intégrateur de contenus, de services et d’outils de recherche, de navigation et de communication, mis à la disposition des utilisateurs » (2003 : 2). Parmi ces services, on retrouve la messagerie Internet, la fourniture d’accès au réseau, la mise à disposition d’annuaires de sites, des moteurs de recherche, des services de rencontres, des applications de géolocalisation et plus encore. Ces services attirent vers les pages Web de ces portails une clientèle nombreuse qui se reflète dans les statistiques d’utilisation d’Internet (Pew, 2010) et qui peut être valorisée au moyen de la vente de leur audience à un public d’annonceurs. Pour ce qui est de l’aspect de l’information journalistique, dans la majorité des cas, les portails « se fournissent en informations d’actualité auprès des agences de presse, achetant des dépêches sous des formats tels que XML permettant l’adaptation à l’interface ergonomique de chaque site » (Rebillard, 2006 : 4). Les portails signent également des ententes de courte et moyenne durée avec des entreprises d’information afin d’adapter leurs pages d’actualités à la réalité locale et linguistique.

8L’agrégateur le plus connu est certainement Google Actualités. Utilisant les capacités de son moteur de recherche, il fonctionne à l’aide de robots (crawlers) qui parcourent la Toile sans relâche, d’hyperlien en hyperlien, à la recherche de contenus à agréger à sa page. L’idée est de rendre disponibles en un endroit unique des résumés de nouvelles (titre, sous-titre, premier paragraphe et parfois photos) menant vers des contenus hébergés par les acteurs éditoriaux. Son rôle est clairement méta-éditorial (Goyette-Côté, 2011), dans le sens où il sélectionne et hiérarchise les informations publiées sur d’autres sites et traite d’un sujet en particulier grâce à la folsksonomy (fonctionnement par thématiques ou mots-clés) et la syndication de contenus (O’Reilly, 2005).

9Il faut distinguer ici la fonction d’agrégation et les agrégateurs. Google Actualités est un agrégateur, car sa fonction est de mettre en relation une offre de sites avec une clientèle. L’agrégation, quant à elle, est la fonction par laquelle le référencement des contenus s’effectue. Elle s’applique également au mode de fonctionnement de la mise à jour des portails d’information.

10Le fonctionnement de l’agrégation se fait en deux temps. D’abord, il s’agit de mettre en place des robots qui parcourent « en permanence l’ensemble de sources présélectionnées et recensent en temps réel les nouvelles publications » (Julia et Smyrnaios, 2007 : 10). Par la suite, « le service est capable ainsi de restituer sur ses propres pages les titres et les premières lignes des articles ainsi qu’un lien vers l’emplacement où se trouve l’intégralité des documents, sur le site de l’éditeur » (Julia et Smyrnaios, 2007 : 10). L’agrégation peut également être volontaire, si le site met à la disposition des autres sites Web un fil de syndication auquel les sites de diffusion peuvent s’abonner. Il est à noter que les portails utilisent aussi l’agrégation pour colliger des contenus sur leurs pages (automatisation des mises à jour par flux de syndication), mais le fait que l’automatisation soit supervisée, ne serait-ce que minimalement, et que l’agrégation soit hébergée dans le cas de portails, alors que les agrégateurs ne font que pointer vers des sites, nous oblige à considérer ceux-ci et les agrégateurs séparément. Également, l’agrégation des portails se fait a posteriori (publication de contenus entiers à la suite d’ententes commerciales d’exploitation des contenus) après une sélection effectuée par une équipe « éditoriale », alors que celle des agrégateurs se fait a priori (publication de fils de syndication RSS sans entente préalable sur les droits d’exploitation des contenus) par des robots mus à l’aide d’un algorithme (le PageRank dans le cas de Google).

L’échange de contenus entre entreprises d’information et infomédiaires

11Afin de bien saisir les implications de l’automatisation de la circulation des informations d’actualité sur Internet, il est important de nous pencher sur la manière dont circulent les nouvelles entre les entreprises d’information et les infomédiaires. Pour ce faire, nous étudierons d’abord le type de relations établies entre entreprises d’information et infomédiaires, avant de nous attarder aux éléments techniques de la syndication utilisés par ces derniers. Nous verrons donc les relations qui se nouent entre les deux catégories d’acteurs et que nous pouvons analyser dans une logique de « coopétition » (Rebillard et Smyrnaios, 2007), puis nous nous attarderons au fonctionnement des robots, ces applications qui servent à collecter les nouvelles, avant d’aborder les formes plus précises de syndication, les fils RSS et les contenus entiers.

12Il existe plusieurs métaphores pour parler du réseau Internet, mais celle qui est probablement la plus adéquate est celle de la toile (Web). Cette image nous permet de saisir comment fonctionne Internet, soit une vaste étendue de points liés entre eux par des liens hypertextes. Aucun site ne saurait être visible sur la Toile s’il n’est pas lié à d’autres par des liens hypertextes. Ceux-ci sont en quelque sorte la trame d’Internet. Sans eux, le réseau serait plutôt un océan rempli d’îles non connectées entre elles et n’ayant qu’une porte d’accès, l’URL exacte. Or, le fonctionnement par hyperliens fait en sorte que la plupart des sites sont accessibles par d’autres sites, notamment par les moteurs de recherche et non en entrant l’URL exacte ou en parcourant des annuaires de sites (Rebillard et Smyrnaios, 2007). Ainsi, les robots, ceux des moteurs de recherche et des portails, jouent un rôle de premier plan dans la redéfinition des mécanismes de diffusion de l’information journalistique en ligne, puisque ce sont eux qui cartographient le réseau et permettent aux utilisateurs de s’y retrouver. Bien que leur fonctionnement varie, nous pouvons isoler certaines caractéristiques qui nous semblent pertinentes dans le cadre de ce texte.

  • 1  Les pages Internet contiennent toutes des balises HTML (ou l’une de leurs variantes) qui encadrent (...)
  • 2  Les sitemaps sont des pages réservées à la navigation des robots. Ils sont souvent l’équivalent de (...)

13Lorsqu’un robot arrive sur un site Web, il commence par lire dans le header1 les instructions mises à sa disposition par les programmeurs du site. Ces lignes de code donnent des instructions aux robots sur les pages qu’ils acceptent de rendre disponibles ou non (il existe certains codes « no bots allowed » — pensons aux pages accessibles par abonnement seulement comme celles de Facebook). Ces lignes de code, jumelées à la création de sitemaps2 produits par les programmeurs pour les sites Web (il s’agit désormais d’un incontournable pour tous les webmestres), indiquent quels hyperliens et quelles pages visiter, ce qui permet aux robots de voir à quelle fréquence le site a été mis à jour et quels sont les nouveaux contenus affichés (Rebillard et Smyrnaios, 2007). Les robots sont friands de nouveauté, dans le sens où ils visiteront plus souvent les sites modifiés fréquemment et tendront à délaisser les sites qui n’ont pas été mis à jour depuis leur dernière visite. La fréquence des mises à jour influence donc le nombre de visites effectuées de manière hebdomadaire par les robots. Bien que ce ne soit pas le seul facteur, cette fréquence a une grande influence sur la manière dont est publiée et circule l’information journalistique sur Internet, car plus de contenus nouveaux signifie plus de contenus à agréger et donc, selon l’argumentaire des infomédiaires, plus de visibilité pour les sites d’information. Cette logique de fonctionnement influence alors les décisions de modifications à apporter aux contenus des sites de façon à ce que ceux-ci soient mieux repérés par les robots des infomédiaires. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles les pages qui ne sont pas changées plusieurs fois quotidiennement, comme celles du Devoir, sont accompagnées de widgets (petites applications incluses dans le body) dispensant les nouvelles d’un fil d’actualités (la Presse Canadienne [PC] offre notamment ce service). Dans le cas du quotidien indépendant de Montréal, le widget de la PC fait en sorte que les robots interprètent que la page d’accueil du Devoir se met à jour régulièrement, même s’il ne s’agit pas d’une production interne. C’est également l’une des motivations à afficher les fils RSS des blogues liés à l’entreprise sur la page d’accueil, puisque ces contenus bénéficient d’une nouvelle production plus régulière que les articles qui, dans le cas du Devoir, ne sont actualisés qu’une fois par jour.

  • 3  Pour une plus ample description du fonctionnement du PageRank de Google ou des robots des moteurs (...)
  • 4  Sur son site Internet, Google déclare : « Cette méthode de sélection s’inscrit tout à fait dans la (...)

14Pour ce qui est de Google, l’agrégateur fonctionne à l’aide d’un algorithme mathématique, nommé le PageRank (du nom de son créateur, Larry Page), qui tient également compte du nombre de visites, du nombre de liens entrants et de plusieurs autres facteurs3. En fait, le système de Google, bien que se voulant un gage d’objectivité4, étant donné la supposée absence de traitement éditorial effectué par des agents humains, prend en compte certains facteurs déterminés par des employés. Une équipe réduite de personnes travaillant pour la société élabore des listes de sites Web présélectionnés que les robots visiteront plus souvent. Il s’agit ici du critère de « crédibilité » qui intègre « l’histoire du site » et du média auquel il est rattaché (si c’est le cas) et qui favorise ainsi l’utilisation d’articles venant de sites-médias qui disposent historiquement d’autres supports de diffusion (les sites des grands journaux, par exemple le New York Times). De leur côté, les portails utilisent des listes « fixes » de sites pour aller chercher les contenus qu’ils vont ensuite agréger. Ce choix est dû aux relations qu’ils entretiennent avec des producteurs qui leur vendent les informations dont ils ont besoin. Ils effectuent alors un travail éditorial de mise en visibilité par l’intermédiaire de la constitution de rubriques, ce qui s’inscrit dans la continuité du savoir-faire développé historiquement. On fait référence ici à leur travail de classement des sites Web en tant qu’annuaires de sites.

Les différents modes de ré-intermédiation automatisés

15Il importe maintenant de parler des mécanismes d’agrégation et des modèles économiques qui s’y rattachent, à savoir le modèle de « contenu entier » (full content syndication) et le modèle de « flux RSS » (ICSC, 2008).

16Le modèle de contenu entier fonctionne de manière analogue aux agences de presse traditionnelles, c’est-à-dire que les sites Web voulant utiliser ces contenus les hébergent sur leur propre espace de diffusion après les avoir achetés chez les fournisseurs. C’est le modèle qui est pratiqué le plus souvent par les portails qui s’abonnent aux agences (ou aux entreprises d’information) en échange de contenus en format XML acheminés automatiquement vers les sites, dès que publiés. Pour ce qui est du modèle RSS, il s’agit d’une version abrégée de la nouvelle, qui ne contient que certaines parties de l’article (titre, sous-titre, images ou non et premier paragraphe) qui sont envoyées aux sites qui s’y abonnent. Le flux RSS est lui aussi sous format XML et peut être intégré automatiquement dans une section prédéfinie pour l’agrégation dans les pages Web des infomédiaires.

17Les portails comme ceux de Yahoo!, MSN ou Sympatico tendent à favoriser l’utilisation de l’agrégation par contenu entier en signant des ententes avec des éditeurs et des agences de presse. Ainsi, sur la page québécoise des nouvelles Yahoo!, nous retrouvons des nouvelles provenant d’agences de presse (AFP, PC, Reuters et AP [par l’intermédiaire de la PC]) et d’autres provenant des entreprises d’information (SRC, LCN et Branchez-vous) qui sont hébergées directement sur les pages de nouvelles de Yahoo!. Ce faisant, Yahoo! paye des abonnements semblables à ceux que paient les journaux pour l’utilisation des fils de presse. La différence est ici que les nouvelles sont souvent publiées automatiquement grâce à la mise en page préétablie et récupérées grâce à l’intégration facile permise par le format XML.

18Les agrégateurs, étant des acteurs issus des méthodes de mise à jour automatique de certaines plages de contenus, favorisent l’utilisation de la méthode des flux RSS. Dans ce sens,

[l]a grande différence avec les pages d’information des portails généralistes, c’est que les articles ne se trouvent pas sur Google, mais sur leurs sites d’origine. Autrement dit, alors que les autres grands « portails » établissent des partenariats avec les producteurs de contenus afin de disposer du droit de les publier — le plus souvent contre rémunération —, Google ne fait que « pointer » vers des contenus externes pour lesquels il ne dispose d’aucun droit de publication (Rebillard et Smyrnaios, 2007 : 4).

  • 5  Pour en savoir plus sur les débuts d’Internet, lire King et al. (1996).

19Pour Google (et aussi pour Wikio, Reddit ou d’autres agrégateurs moins connus [Julia et Smyrnaios, 2007]), la culture de syndication s’inspire de l’idéologie « originelle »5 d’Internet d’un accès libre aux données disponibles, sans prendre spécialement en compte les particularités de l’information journalistique (Rebillard et Smyrnaios, 2007). Les agrégateurs ont ainsi tendance à utiliser a priori les contenus avant de s’ajuster au cas par cas. Ainsi, l’AFP et la PC ont toutes deux poursuivi l’entreprise de Mountain View pour qu’elle paye des redevances pour l’utilisation de leurs contenus. En conséquence, lorsque Google Actualités utilise des nouvelles en provenance de ces deux agences, elle utilise le modèle de contenu entier et les rémunère en plus de les héberger sur ses propres pages. Or, comme le soulignent Nikos Smyrnaios et Franck Rebillard (2007), Google n’a pas avantage à voir ce genre de poursuites se multiplier, car celles-ci viendraient diminuer les marges de profit du géant.

Les résultats

20La collecte de données effectuée dans le cadre de nos recherches nous a permis de poser un regard sur l’automatisation de la mise à jour des contenus sans intervention humaine mise en avant par les infomédiaires. Ainsi, un article de Radio-Canada sera d’abord publié sur le site de l’organisme public avant d’être acheminé en format XML vers les infomédiaires qui le publieront automatiquement. Ces derniers n’utilisent pas les flux RSS publics de Radio-Canada, mais bien des flux privés (fonctionnant comme des flux RSS) mis sur pied dans le cadre d’ententes entre les différents portails et la société d’État. Ainsi, en vérifiant l’heure de publication sur les différents sites, nous avons observé que les nouvelles sont publiées automatiquement et simultanément sur les différents portails. Le fait que les nouvelles soient publiées en même temps nous amène à conclure que les articles ne subissent aucun traitement entre le moment où Radio-Canada les fait parvenir aux infomédiaires et le moment où ceux-ci les rediffusent. Nous avons comparé les contenus d’une vingtaine de textes repris sur chacun des portails et avons constaté que ceux-ci étaient tous identiques à l’original diffusé sur le site Web de l’organisme public. Nous avons aussi noté que Yahoo! reprend davantage de nouvelles de Radio-Canada que les deux autres qui partagent, eux, le même contenu. Nous sommes donc amené à conclure que les infomédiaires et les entreprises d’information signent une entente sur un certain volume d’information.

21Quant aux contenus produits à l’interne, seuls Sympatico et Yahoo! mettent en avant des sections rédigées par des journalistes et annoncées comme telles. Dans les deux cas, il s’agit de sections de commentaires. À titre d'exemple, dans le cas du portail Sympatico, Robert Savard est responsable d’une section Opinions où il publie un billet plusieurs jours par semaine. Pour ce qui est du portail Yahoo! Québec, trois journalistes, Normand Lester, Sylvain Larocque et Jasmin Roy, collaborent à la section Les chroniques de Yahoo! Québec. Ces journalistes publient en moyenne trois textes par semaine sur des sujets liés à l’actualité. Dans les deux cas toutefois, les articles ne sont pas publiés directement sur les pages d’information des portails. Dans le cas de Yahoo!, une section apparaît à la droite des actualités sur la page d’accueil du portail avec pour titre « L’opinion de Normand Lester ». Celle-ci est accompagnée d’un lien vers une page qui héberge les autres chroniques.

L’automatisation de la fonction éditoriale

22L’automatisation croissante de certaines fonctions journalistiques, surtout en ce qui a trait à la fonction d’édition/hiérarchisation, s’avère une tendance importante. Afin de vérifier ce que les infomédiaires apportaient de novateur, nous avons étudié la composition des équipes de travail affectées à leurs portails d’actualités. Il nous est apparu que la division des employés se faisait comme suit :

  • Sympatico : Selon Sympatico, l’entreprise a embauché de 80 à 100 employés au Canada, dont 30 % travaillent pour la version québécoise. Toutefois, seulement 5 personnes travaillent régulièrement à la production de contenus. De plus, il ne s’agit pas de postes permanents, mais plutôt de contractuels ou de pigistes.

  • MSN : Selon Nadine Mercure, éditrice en chef, 10 employés créent des contenus pour le portail au Québec et 3 agents de commercialisation sont présents à Montréal. Par contre, l’entreprise compte beaucoup plus d’employés qui travaillent pour le portail dans ses bureaux de Toronto.

  • Yahoo! : Yahoo! Québec emploie près de 20 employés dont seulement trois personnes se consacrent à la production de contenus.

  • Google : Selon les informations que nous avons recueillies, Google n’aurait aucun employé affecté précisément à la section francophone de son portail d’actualités. De plus, l’entreprise n’est pas présente sur le sol québécois, centralisant ses activités canadiennes dans ses bureaux de Toronto.

23À la lecture des statistiques d’emplois, il apparaît que les postes de journalistes sont peu nombreux dans les équipes de travail des infomédiaires. Chez Sympatico, on nous a confirmé qu’il existait une équipe de productifs, surtout des contractuels et des pigistes, chargés de produire du contenu pour le portail. Mais la production de contenus concerne davantage la page d’accueil du portail et non celle du portail d’information. En effet, Sympatico engage des rédacteurs afin qu’ils rédigent des chroniques ou des topos portant principalement sur les sections Style de vie et Divertissement, les deux sections les plus visitées par les internautes. Également, des articles sont souvent commandés pour les sections Automobile, Sport et Finances. Chez Sympatico, on nous a affirmé privilégier les embauches de personnes ayant une expérience ou une formation en journalisme, mais que cela n’était pas une obligation. Les infomédiaires mettent manifestement en avant une stratégie basée sur l’automatisation des fonctions éditoriales, plutôt que sur la formation d’une équipe chargée de l’édition et de la hiérarchisation des nouvelles.

  • 6  Les pages Internet dynamiques fonctionnent sur des bases de données (généralement SQL) dont les in (...)
  • 7  Ici encore, les langages de programmation peuvent varier et il existe de nombreux systèmes de gest (...)

24Plutôt que d’avoir des employés responsables de la hiérarchisation des nouvelles, les infomédiaires ont recours à un système automatique qui effectue de manière autonome l’ordre d’affichage des nouvelles. Pour mieux comprendre le fonctionnement de cette fonction éditoriale automatisée, nous devons nous pencher sur la publication Internet dite dynamique6. Dans ce modèle de publication, caractéristique du Web dit 2.0, l’article prend place automatiquement en haut de la liste d’affichage (par exemple, la section « nationale » de MSN) en fonction de son poids relatif (weight ou float) déterminé par la personne qui le met en ligne (l’édimestre). Ce « poids relatif » correspond à l’importance accordée à un article donné et influence la manière dont l’article est ordonné dans la plage de publication. D’une certaine manière, il s’agit d’une fonction éditoriale, puisque cela signifie que la personne responsable de la mise en ligne d’un article doit attribuer une valeur à la balise poids (généralement de -5 à 5) qui sera prise en compte par le logiciel d’agrégation pour l’affichage des sections thématiques. Les articles les plus légers (-5, -4, -3, etc.) apparaîtront en haut de liste, alors que les plus lourds (3, 4, 5) « couleront » vers le bas à mesure que des articles plus légers seront mis en ligne. Il s’agit donc d’un processus permettant à la hiérarchisation des nouvelles de s’effectuer sans traitement humain postérieur. Par ailleurs, afin d’éviter que certains articles demeurent trop longtemps affichés et pour simuler une certaine activité éditoriale, une variable « temps » est programmée afin d’éliminer les articles jugés comme n’étant plus suffisamment d’actualité pour figurer dans la liste de nouvelles. À mesure que des nouvelles sont publiées, elles feront augmenter le poids des articles précédents et prendront leur place en haut de la liste de publication. Il s’agit ici du fonctionnement du dispositif technique de publication utilisant les langages de programmation PHP et AJAX liés à une base de données hébergée sur un serveur MySql7.

25Le fonctionnement semi-automatisé de la publication présente un intérêt particulier dans cette technologie. Nous pensions au départ que les infomédiaires faisaient eux-mêmes le codage des balises et, ce faisant, effectuaient un travail éditorial dans le traitement de l’actualité. Or, nos recherches nous ont montré que chez Sympatico, les articles arrivaient déjà formatés et que la seule balise que les infomédiaires activaient était celle du temps. De cette manière, les articles nouvellement publiés prennent toujours les premiers rangs dans les sections du site (National, Monde, etc.). L’incidence sur le fonctionnement du portail d’information est importante, car de cette façon, ce n’est que la nouveauté d’une nouvelle qui détermine la valeur d’une information et non l’importance qui lui est accordée par un professionnel du journalisme, la plus récente étant toujours affichée en tête de section. MSN semble fonctionner selon la même logique. Toutefois, les nouvelles en provenance de Radio-Canada pour la section nationale ne suivent pas cette logique. Pour ce qui est de Yahoo! il semblerait qu’il y ait un certain travail éditorial, puisque plusieurs nouvelles demeurent plus longtemps affichées que d’autres et que certaines nouvelles parues plus récemment figurent en bas dans les sections thématiques. Il serait intéressant de voir dans des recherches ultérieures si c’est Radio-Canada qui préconfigure les articles ou si c’est pendant leur mise en ligne sur les portails MSN et Yahoo! que ceux-ci font l’objet d’une intervention de l’équipe « éditoriale » et si ce travail est répété à chaque mise en ligne d’articles ou si les entreprises utilisent les balises de poids pour automatiser une partie de la hiérarchisation des articles.

26Dans le cas de Sympatico, on nous a indiqué qu’il y avait deux manières de procéder : une pour la page d’accueil du portail et une pour le portail d’information. Du côté de la page d’accueil, un choix « éditorial » s’opère au sein de l’équipe d’édimestres qui décide quels articles doivent figurer sur cette page. Par contre, pour ce qui est du portail d’information, la seule balise de hiérarchisation est la balise chronologique. Le choix éditorial s’effectue donc en fonction du moment de parution, les plus récentes informations reléguant toujours les plus anciennes aux rangs suivants.

27Pour Google Actualités, le fonctionnement est totalement automatisé. Basés sur l’algorithme PageRank, tous les choix éditoriaux sont effectués par l’interprétation que ses formules mathématiques font des sites de presse. Selon Krishna Bharat, concepteur du service, si Google se trompe dans ses choix d’actualités, c’est que collectivement les éditeurs se sont trompés (Bharat, 2010). Comme nous l’avons mentionné précédemment, plusieurs facteurs, notamment le nombre de liens entrants, permettent à l’agrégateur de nouvelles de hiérarchiser automatiquement les contenus. Plus les robots comptabiliseront d’articles couvrant un sujet, plus ce sujet sera susceptible de figurer dans la section Actualités. De plus, le moteur de recherche donnera préséance aux sources ayant abordé ce sujet en premier et aux sources les plus souvent citées comme étant à l’origine de la nouvelle. Ce fait est important, parce qu’avec la vente de leurs contenus aux infomédiaires, les entreprises d’information risqueraient ainsi de se retrouver derrière leurs clients dans la hiérarchie des sources d’information pour un sujet donné. Toutefois, Google exclut de sa page d’actualités les infomédiaires, ne les considérant pas comme des sources d’actualités.

28Nous constatons donc que les infomédiaires ont recours de façon considérable à l’automatisation pour ce qui est des tâches de collecte et de diffusion de la nouvelle. Nous avons observé qu’ils fonctionnent avec des équipes réduites où les postes les plus nombreux sont liés à la commercialisation. De plus, presque aucun travail éditorial n’est effectué sur les pages d’information de leurs sites.

Coopétition

29Rebillard et Smyrnaios (2007) utilisent le terme de coopétition pour décrire la relation qu’entretiennent ces deux catégories d’acteurs qui sont d’un côté producteur et diffuseur et de l’autre rediffuseur uniquement. Ce néologisme représente une contraction des termes coopération et compétitif. Cette relation ambiguë se fonde sur une nécessité structurelle qui consiste à profiter des avantages que l’autre type d’acteurs possède dans le but de compléter son offre de service. Bien que les deux catégories d’acteurs en retirent des avantages indéniables, il n’est pas certain que les éditeurs et les agences de presse retirent des bénéfices comparables à ceux que les infomédiaires reçoivent dans la relation. Ignacio Muro Benayas, qui a occupé plusieurs postes de direction dans l’agence de presse espagnole EFE, souligne que la relation avec les nouveaux acteurs de l’information journalistique en ligne est l’un des principaux défis pour la rentabilité des agences de presse (Benayas, 2004).

  • 8  Parlant des nouveaux modèles d’affaires présents sur Internet, Nathalie Sonnac aborde ainsi la que (...)

30Étant donné que les infomédiaires ne produisent pas de nouvelles, ils doivent trouver un moyen de s’alimenter en contenus. C’est pourquoi ils utilisent les fonctions d’agrégation de leurs plateformes Internet pour aller chercher des contenus produits par des tiers et les diffuser sur leur propre page d’accueil à l’intention de leur clientèle. De leur côté, les diffuseurs de contenus se retrouvent plongés dans le cyberespace et tentent de s’y faire une place. L’Internet Content Syndication Council (ICSC) a lancé une vaste étude sur l’étendue du Web en 2008. Au cours de cette étude, l’organisme a réussi à indexer plus de 46 milliards de pages Web et estime qu’il y a plus de 146 millions de sites Internet à l’heure actuelle (ICSC, 2008). Dans cette optique, l’objectif des acteurs traditionnels de l’information journalistique est de trouver une manière d’augmenter leur visibilité pour attirer le lectorat suivant ce que certains appellent l’économie de l’attention8. Le discours des infomédiaires consiste à dire qu’en mettant en avant des informations produites par un tiers sur leurs sites Web et en mettant par la suite des hyperliens menant aux contenus originaux, les sites-médias bénéficient d’un flot important d’internautes en provenance des infomédiaires. Selon une étude menée en 2007 par Médiamétrie/NetRatings, la version française de Google Actualités accueille chaque mois de 1,5 à 2 millions de visiteurs uniques (Rebillard et Smyrnaios, 2007). Selon cette même étude, « cela fait entre 50 000 et 75 000 lecteurs potentiels par jour que se disputent les éditeurs, ce qui constitue un enjeu économique non négligeable » (Rebillard et Smyrnaios, 2007 : 4). Cette visibilité est d’autant plus importante que l’information, en tant que bien expérientiel, se voit contrainte par la capacité d’expérience limitée des individus, ce qui encourage une concurrence sur la signalisation entre les biens ; « les mieux signalés seront consommés les premiers » (Sonnac, 2009 : 26).

31L’aspect compétitif vient de la course à la rentabilité, particulièrement visible sur le terrain de la publicité, principale forme de valorisation des sites d’information en ligne. Après la crise des « point.com » de 2001, les investissements publicitaires ont eu tendance à se regrouper sur un petit nombre d’acteurs Internet et en particulier sur les portails ou les agrégateurs capables de générer les plus grandes audiences. Dans ce contexte, malgré la croissance considérable des revenus sur Internet depuis les dernières années, « le marché est toujours dominé par les FAI et les portails généralistes qui concentrent 62 % des dépenses globales » (Smyrnaios, 2004 : 8). Également, la fonction d’agrégation vient nuire aux éditeurs de presse dont l’une des principales sources de valeur est constituée par la propriété intellectuelle des contenus. En effet, les éditeurs de presse tirent leurs revenus de la vente de contenus édités pour être vendus sur différents supports (papier, disque, fichier numérique, etc.). En offrant gratuitement les contenus produits par les entreprises de presse, les infomédiaires ont un effet sur la valeur de l’information diffusée et la capacité de valorisation des entreprises de presse.

32Les deux catégories d’acteurs construisent donc des relations complémentaires et concurrentielles dans le but d’améliorer leur positionnement dans les usages des internautes pour ainsi augmenter leur valeur marchande auprès des annonceurs. Cette situation mène les infomédiaires à établir des relations économiques avec les éditeurs de presse et les agences de presse qui varient en fonction des stratégies commerciales des acteurs touchés. De plus, cette relation se base sur un système d’échange de contenus qui est fortement, voire complètement dans certains cas, automatisé.

Conclusion

33Il apparaît donc que les infomédiaires jouent un rôle indéniable dans la redéfinition du journalisme en ligne. En mettant en place une offre produite à l’externe et diffusée sur des plateformes nécessitant peu d’investissements, les infomédiaires ont créé un modèle d’affaires, que nous pouvons examiner dans une logique de coopétition. De plus, l’externalisation de la collecte et de l’édition de contenus leur permet d’économiser là où les entreprises d’information doivent consentir des sommes importantes pour couvrir leurs frais fixes et se concentrer sur la mise en relation d’une audience et d’un public d’annonceurs. Étant capables d’attirer sur leurs pages une quantité importante d’utilisateurs de leurs services connexes, les infomédiaires réussissent à rentabiliser une activité qui est en quête d’un modèle de rentabilité, l’information journalistique en ligne. De plus, étant déjà spécialisés dans le courtage publicitaire, ils s’imposent comme un choix judicieux pour les investisseurs.

34L’aspect novateur des infomédiaires réside donc dans la capacité d’automatiser un grand nombre de traitements de données et de les restituer de manière ergonomique à des utilisateurs déjà habitués à la facture graphique et aux mécanismes de navigation de leurs pages. De plus, en s’appuyant sur la légitimité des acteurs traditionnels du journalisme, ils viennent répondre à leurs critiques qui estiment qu’ils ne disposent pas d’un savoir-faire et d’une crédibilité avérés.

35Avec le développement des usages liés à Internet (pensons aux téléphones sans fil 3G, aux consoles de jeux vidéo, aux tablettes électroniques ou encore à Google TV), les infomédiaires, disposant d’une forte expertise en matière de mécanismes de circulation des données, sont appelés à jouer un rôle de plus en plus important dans le paysage journalistique. En fait, certaines entreprises d’information nous ont affirmé ajuster leurs titres sur le Web afin de mieux être répertoriées dans les résultats de recherche des infomédiaires. Il s’agit d’un effet qui pourrait sembler anodin, mais qui en fait reflète l’état des pouvoirs et des relations en train de se construire dans l’économie de l’information en ligne. Les infomédiaires ont un poids structurant important dans la définition des usages en cours de formation sur la Toile en influençant la manière dont circule l’information d’actualité et les manières dont elle peut être valorisée. Le défi pour les entreprises de presse est de trouver un moyen de cohabiter avec ces nouveaux acteurs afin que les ressources publicitaires drainées par les infomédiaires ne viennent pas trop toucher celles qui sont allouées à la collecte et à l’édition de l’information d’actualité.

Haut de page

Bibliographie

ATTIAS, Danielle (2005), « Presse et Internet : l’impact de la technologie sur l’organisation des firmes et l’apparition de nouveaux modèles d’affaires », communication pour les Doctoriales GDR TIC et société (CNRS) [En ligne]. [http://www.isko-france.asso.fr/pdf/isko2007/Actes%20ISKO%20FR%202007%20p17-32.pdf] (Page consultée le 20 août 2011).

BENAYAS, Ignacio Muro (2006), Globalizacíon de la información y agencias de noticias: Entre el negocio y el interés general, Barcelone, Ediciones Paidós Ibérica.

BHARAT, Krishna (2010), « A fireside chat on journalism », Université Stanford, conférence prononcée le 20 août 2010 [En ligne]. [http://www.youtube.com/watch?v=bVuRjXCMTKA] (Page consultée le 7 septembre 2010).

BOURRE, Robert et Nikos SMYRNAIOS (2006), « L’infomédiation de l’information en ligne : le cas des filiales françaises de Google et Yahoo! », communication pour la conférence Document numérique et société, Fribourg, 20-21 septembre.

GOYETTE-CÔTÉ, Marc-Olivier (2011), Diffuser sans produire : comment les infomédiaires contribuent à la redondance de la nouvelle sur Internet. Mémoire de maîtrise en communication sous la direction d’Éric GEORGE, Université du Québec à Montréal [En ligne]. [http://www.archipel.uqam.ca/3895/1/M11877.pdf] (Page consultée le 9 septembre 2011).

INTERNET CONTENT SYNDICATION COUNCIL (ICSC) (2008), «Content creation and distribution in an expanding Internet universe : A white paper » [En ligne]. [http://www.internetcontentsyndication.org/downloads/whitepapers/content_creation.pdf] (Page consultée le 7 septembre 2010).

JULIA, Jean-Thierry et Nikos SMYRNAIOS (2007), « L’émergence d’un nouveau canal de diffusion de l’information journalistique sur l’internet : le cas de Wikio » [En ligne]. [http://nikos.smyrnaios.free.fr/francais/communications.html] (Page consultée le 7 septembre 2010.)

KING, John et al. (1996), « Grandeur et décadence d’Arpanet : la saga de Netville, cité champignon du cyberespace », Réseaux, 77, p. 9-35.

KOCERGIN, Sofia (2003), « Le <guichet unique> : son rôle dans la structuration du média Internet» dans Jean-Guy LACROIX et Gaëtan TREMBLAY (dir.), 2001 Bogues. Globalisme et pluralisme, t. II : Usages des TIC, Québec, Presses de l’Université Laval, p. 2-11.

O’REILLY, Tim (2005), « What is Web 2.0 : Design patterns and business models for the next generation of software » [En ligne]. [http://www.oreillynet.com/pub/a/oreilly/tim/news/2005/09/30/what-is-web-20.html] (Page consultée le 31 août 2010).

PROJECT FOR EXCELLENCE IN JOURNALISM (PEW) (2010), « The state of the news media 2010 » [En ligne]. [http://www.stateofthemedia.org/2010] (Page consultée le 31 août 2010).

REBILLARD, Franck (2006), « Du traitement de l’information à son retraitement. La publication de l’information journalistique sur l’internet », Réseaux, 137, p. 29-68.

REBILLARD, Franck et Nikos SMYRNAIOS (2007), « L’information via Google. Les relations entre éditeurs de presse et infomédiaires sur l’internet », présentation lors du colloque Online Services, 13-14 décembre 2007, Université Paris XI.

SMYRNAIOS, Nikos (2004), « L’émergence des modèles diversifiés de production et de diffusion de l’information sur l’Internet : enjeux et stratégies dans le cas des portails », communication pour les Doctoriales du GDR TIC et société, 28-29 janvier.

SONNAC, Nathalie (2009), « L’économie de la presse : vers un nouveau modèle d’affaires », Les Cahiers du journalisme, 20, p. 22-43.

STROSS, Randall (2008), Planète Google, faut-il avoir peur du géant du Web, Paris, Pearson.

Haut de page

Notes

1  Les pages Internet contiennent toutes des balises HTML (ou l’une de leurs variantes) qui encadrent la mise en page des sites. Même lorsque les sites utilisent des langages dynamiques comme PHP ou AJAX, ils sont encadrés par le HTML. En effet, les balises <header>/</header> et <body>/</body> sont présentes dans toutes les pages Internet. La partie header contient de l’information sur la date, l’heure, les fonts, le titre, l’interaction avec l’utilisateur, le fonctionnement de la page et plus encore. La partie body, quant à elle, sert de corps au texte en déterminant les paramètres d’affichage de la page (paragraphes, alinéas, photos, textes, etc.) ou, si le site correspond aux « normes » du Web dit de 2.0, sert à insérer des applications dynamiques (scripts PHP, Java, AJAX, etc.).

2  Les sitemaps sont des pages réservées à la navigation des robots. Ils sont souvent l’équivalent de la page Plan du site, c’est-à-dire une page où l’arborescence du site Web est affichée de manière claire (par exemple : http://www.cyberpresse.ca/plandusite/). Ces pages servent de carte de navigation pour les robots qui ne s’arrêtent que lorsqu’une page ne mène à aucune autre page Internet.

3  Pour une plus ample description du fonctionnement du PageRank de Google ou des robots des moteurs de recherche, lire Smyrnaios et Rebillard (2007) ou encore Stross (2008).

4  Sur son site Internet, Google déclare : « Cette méthode de sélection s’inscrit tout à fait dans la tradition de recherche de Google, qui repose essentiellement sur le jugement collectif des éditeurs Web pour déterminer les sites proposant les informations les plus intéressantes et les plus pertinentes. Google Actualités s’appuie de la même façon sur le jugement des rédacteurs des agences d’information pour déterminer les nouvelles qui méritent le plus d’être incluses et mises en évidence sur la page Google Actualités » [En ligne]. [http://www.news.google.fr/intl/fr_fr/about_google_news.html] (Page consultée le 7 septembre 2010).

5  Pour en savoir plus sur les débuts d’Internet, lire King et al. (1996).

6  Les pages Internet dynamiques fonctionnent sur des bases de données (généralement SQL) dont les informations sont accessibles par des scripts présents sur une page. L’idée est de donner certaines caractéristiques (heure, date, auteur, poids relatif, sujet, mots-clés, etc.) à un article lors de son téléversement dans la base de données. Par la suite, lorsqu’un utilisateur accède au site, des scripts vont chercher les articles dans la base de données afin de les afficher dans les espaces prédéterminés. Ce fonctionnement est le modèle type de la publication sur les pages dites Web 2.0.

7  Ici encore, les langages de programmation peuvent varier et il existe de nombreux systèmes de gestion de bases de données pour serveurs, notamment Ruby on Rail, Postgre SQL, Microsoft SQL, mais le système MySql est en ce moment le plus populaire. Toutefois, le type d’application serveur ne change en rien le mécanisme de publication encadré par des balises.

8  Parlant des nouveaux modèles d’affaires présents sur Internet, Nathalie Sonnac aborde ainsi la question de l’économie de l’attention : « De nouveaux outils dits de <capture d’attention> doivent être alors déployés pour parvenir à attirer le plus de consommateurs afin de drainer du trafic et compenser, au moins en partie, la perte générée par la baisse des revenus du papier et les moindres revenus publicitaires engrangés sur le Net. L’économie de l’information tend alors vers une économie dite de l’attention. Cela conduit les éditeurs-fournisseurs de contenus numériques à capter l’attention du consommateur potentiel et à la mobiliser au profit de la publicité commerciale, et en outre à reconnaître les comportements des consommateurs (Chantepie, 2008) » (2009 : 17).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc-Olivier Goyette-Côté, « Le retraitement automatisé de l’information d’actualité en ligne : analyse des mécanismes socio-techniques mis en place par les infomédiaires », Communication [En ligne], Vol. 29/2 | 2012, mis en ligne le 09 février 2012, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/2695

Haut de page

Auteur

Marc-Olivier Goyette-Côté

Marc-Olivier Goyette-Côté est doctorant à la Faculté de communication de l’Université du Québec à Montréal. Courriel : goyette-cote.marc-olivier@courrier.uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org