Navigation – Plan du site
Articles

Présentation

Cent ans dans la vie d’un journal
Jean Charron et Jean de Bonville

Texte intégral

1Les responsables de ce numéro spécial de la revue Communication ont accumulé, au fil des ans et au gré de leurs travaux de recherche sur les transformations du journalisme, au Québec et ailleurs, des informations de diverses natures sur Le Devoir : des données sur le tirage et sur le lectorat, les états financiers de l’entreprise, les conventions collectives des journalistes, des documents divers glanés çà et là. Ils ont constitué des corpus, dépouillé les archives du journal, interviewé les directeurs ainsi que des dizaines d’artisans du journal. Ils ont engrangé ces informations sans plan précis, simplement en se disant qu’un jour ils se pencheraient sur le cas de ce journal singulier. À l’occasion du centenaire du journal, ils ont ouvert leurs cartons et ils ont invité quelques collègues chercheurs à s’approprier ces données et à les analyser. Ce numéro présente les résultats de ce travail collectif.

2Outre la célébration du centenaire, qui n’a été qu’un prétexte, qu’est-ce qui motive cet intérêt pour Le Devoir ? Que des chercheurs qui ont fait du journalisme leur objet d’étude s’intéressent aux journaux, quoi de plus normal ? Mais pourquoi avoir colligé toutes ces données sur Le Devoir plutôt que sur un autre journal ? Deux raisons principales motivent notre intérêt. La première est de nature méthodologique et découle d’un principe d’économie : comparé à ses principaux concurrents, Le Devoir est un « petit » journal, plus facile à appréhender empiriquement que, par exemple, La Presse, Le Journal de Montréal ou The Gazette, qui sont des organisations plus populeuses, dotées d’une structure plus hiérarchisée et plus complexe, avec une chaîne de commandement plus longue et une autorité plus morcelée, qui publient des journaux plus volumineux et donc plus lourds à analyser, qui appartiennent à des entreprises privées aux multiples ramifications et jalouses de leurs secrets. Mais pour le reste, et du point de vue de chercheurs qui s’intéressent aux transformations du journalisme dans la longue durée, Le Devoir est un journal comme les autres et il n’y a pas de raison de croire que le journalisme qu’on y pratique serait moins représentatif de l’état du journalisme que celui qui se pratique chez ses concurrents.

3La deuxième raison qui explique l’intérêt que nous portons au Devoir peut s’énoncer comme une inversion de la première, sans qu’il y ait de contradiction pour autant : si Le Devoir nous intéresse, c’est en raison du rôle particulier que ce journal a prétendu jouer dans la sphère publique québécoise. Au cours de son siècle d’existence, le quotidien Le Devoir s’est forgé un statut unique dans le paysage médiatique québécois. Son fondateur ainsi que ceux et celle qui lui ont succédé à la direction du journal ont, chacun à sa manière et suivant l’esprit du temps, entretenu la conviction que ce journal était plus qu’un journal, qu’il avait un rôle particulier à jouer dans la société québécoise, certains diront une mission. Dans cet imaginaire, Le Devoir est tout à la fois journal d’idées et de débat, journal indépendant des partis politiques et du pouvoir de l’argent, journal de qualité et de référence destiné aux élites, journal d’influence et de combat engagé dans la défense des intérêts des Canadiens français et dans la lutte contre la corruption et l’immoralité. Les prétentions de son fondateur de faire de ce journal une « œuvre » de vertu, une institution unique vouée au bien commun et à la « propagande » des « bonnes » idées, prétentions que ses successeurs revendiqueront en les adaptant au langage de leurs contemporains, ont contribué à l’intérêt que lui portent les chercheurs, y compris ceux et celles qui participent à ce collectif. Comment expliquer autrement qu’un si petit journal, dont la survie défie les lois du marché, qui dispose de ressources humaines et matérielles des plus modestes et dont les lecteurs ont toujours été si peu nombreux, ait suscité une telle abondance de discours savants ? La quantité de travaux de recherche de toute nature (monographies, ouvrages collectifs, articles savants, actes de colloque, mémoires, thèses) qui portent sur l’un ou l’autre aspect de ce journal est, en effet, sans commune mesure avec l’importance objective du Devoir en tant qu’entreprise de presse. C’est pourquoi, également, l’histoire de ce journal a été envisagée surtout sous l’angle des idées et des causes qu’il a défendues ou combattues et sous l’angle de l’influence qu’il a ou a tenté d’exercer sur la conduite des affaires publiques et sur l’évolution des idées. Certaines contributions de ce collectif (notamment celle de Gilles Gauthier et celle de Martin David-Blais, Guy Marchessault et Stanisław Sokołowski) s’inscrivent dans cette perspective. D’autres cependant s’intéressent au Devoir en tant qu’entreprise de presse et, plus particulièrement, aux conditions de sa survie et à ses relations avec les autres acteurs de son environnement (le public, les bailleurs de fonds, les sources d’information, etc.) qui ont rendu cette survie possible.

4Pour inscrire jusque dans la structure même de l’organisation la mission institutionnelle qu’Henri Bourassa voulait lui attribuer, il fallait assujettir la propriété du journal à un dispositif juridique original qui refléterait cette mission en garantissant l’indépendance et la pérennité de l’« œuvre ». On a souvent évoqué (on l’a fait chaque fois qu’il a fallu désigner un nouveau directeur) l’ingéniosité en même temps que la complexité du dispositif. Dans sa contribution, Sylvio Normand dresse l’historique de la structure juridique de propriété du Devoir. Car l’astuce imaginée par Bourassa n’a pas été trouvée d’un seul coup et elle a connu différents ajustements au fil des ans. Afin d’assurer l’indépendance du journal et de soustraire la direction à des pressions que les actionnaires et leurs héritiers pourraient vouloir exercer sur elle, le cadre juridique imaginé par Bourassa prévoit que les actionnaires fondateurs confient leurs actions à des fiducies placées, par l’intermédiaire d’une procuration perpétuelle, sous le contrôle du directeur lui-même, si bien que celui-ci devient le seul maître à bord. Les successeurs de Bourassa ont maintenu cette structure et cet objectif jusqu’à la réforme opérée par Lise Bissonnette en 1993, au moment où elle crée Le Devoir inc. Afin d’attirer de nouveaux capitaux jugés essentiels à la survie du journal, la direction cède aux principaux actionnaires de la nouvelle entreprise un droit de regard sur la gestion financière tout en préservant son indépendance quant aux orientations du journal.

5Bourassa, homme de grandes idées, était aussi un homme d’action et il voyait dans son journal non pas une finalité mais un instrument d’influence, un moyen d’agir sur le cours des événements. Cette conception est demeurée ancrée dans l’histoire du journal et elle s’est manifestée de diverses manières, dans les combats politiques et sociaux que le journal a livrés, dans les enquêtes qu’il a menées ou dans la couverture distinctive qu’il a consacrée à certaines « affaires », à certains enjeux et à certains secteurs d’activité. Mais c’est surtout dans sa page éditoriale et par la plume de ses directeurs, qui ont écrit sur tous les grands enjeux politiques de leur temps et, en particulier, sur les relations entre le Québec et le Canada, que le journal a surtout voulu exercer son magistère. Cela dit, tous les directeurs n’ont pas eu, sur ce plan, la même envergure ni la même influence que celles du fondateur.

6Sur la question cruciale de la place du Québec dans (ou hors de) la fédération canadienne, Le Devoir a connu, de Claude Ryan à Lise Bissonnette, un important virage, le premier défendant une position clairement fédéraliste et l’autre soutenant les thèses souverainistes. Dans son analyse des éditoriaux de l’un et de l’autre sur la question nationale, Gilles Gauthier montre que, malgré les apparences et malgré des mots d’ordre lancés par l’un et l’autre au moment des consultations populaires, électorales ou référendaires, les positions des deux directeurs ont été, en définitive, moins éloignées qu’on pourrait le croire. Surtout, leur désaccord ne tient pas, selon Gauthier, à une divergence de vues sur le nationalisme québécois. Il constate que le souverainisme « de conclusion » de Bissonnette ne repose pas sur une adhésion au nationalisme, dont elle se méfierait plutôt, mais sur l’impossibilité de concilier les intérêts du Québec dans un Canada de plus en plus centralisé et irréformable. Quant au fédéralisme de Ryan, il n’est pas antinationaliste comme l’était celui de Pierre Elliott Trudeau. Ryan pense plutôt, et c’est en cela qu’il se distingue de Bissonnette, que le système fédéral est réformable et que le Québec peut se développer et s’épanouir au sein du Canada pour peu qu’on lui en laisse la chance en le reconnaissant comme société distincte et en lui octroyant un statut particulier. L’opposition entre les deux n’est pas une opposition de valeur ou d’idéologie ; elle tient essentiellement à une lecture différente de la dynamique canadienne. Ce qui fait dire à Gauthier que les positions fédéraliste de Ryan et souverainiste de Bissonnette sont davantage en continuité qu’en rupture.

7Le Devoir de Bourassa était et a été pendant presque un siècle un journal officiellement catholique, non pas d’organisation, mais d’obédience. C’est encore à Bissonnette qu’on impute un autre important virage, celui qui a consisté à abandonner l’étiquette catholique dans l’énoncé de mission du journal. Quand Bissonnette prend la direction du journal, elle annonce que Le Devoir délaisse dorénavant les valeurs catholiques et chrétiennes au profit d’une « laïcité institutionnelle » mise au service d’une « morale exigeante » (Bissonnette, 1990). Mais, se demandent Martin David-Blais,Guy MarchessaultetStanisław Sokołowski, comment Le Devoir a-t-il pu ainsi, sans s’aliéner une bonne partie de son lectorat, se délester d’un pan entier de sa mission historique ? Comment les lecteurs catholiques ont-ils réagi à cette rupture de contrat ? L’enquête réalisée auprès d’une cinquantaine de lecteurs catholiques de longue date, membres du clergé et de communautés religieuses ou laïques œuvrant dans des organisations d’Église, montre que, du point de vue de ces lecteurs, la « rupture » opérée par Bissonnette n’en fut pas une. Les lecteurs catholiques ont bien vu que, sur le plan religieux, le journal avait suivi la même évolution que celle de la société tout entière, de sorte que, pour eux, Bissonnette n’avait fait qu’officialiser dans les orientations du journal une sécularisation déjà achevée. En somme, là encore, il y a davantage de continuité que de rupture. L’enquête de David-Blais et de ses collègues permet en outre d’établir que les personnes qu’ils ont interrogées ne perçoivent pas leur rapport au journal sur la base de leurs convictions religieuses. Autrement dit, ces gens ne sont pas des « lecteurs catholiques » ; ce sont des lecteurs comme les autres. Il se trouve que Le Devoir leur propose une information qu’ils estiment généralement rigoureuse, des débats politiques qui les intéressent, plus d’idées que de sport, une couverture abondante de la culture et de la littérature, bref un menu qui leur convient mieux que celui que leur offrent les journaux concurrents.

8Jean CharronetFrédérick Bastien s’intéressent à une autre catégorie de lecteurs pour qui Le Devoir n’est pas un journal comme les autres. Ils rapportent quelques résultats d’une enquête menée auprès des membres et ex-membres de l’Assemblée nationale du Québec à propos de la place qu’occupe Le Devoir dans les habitudes de consommation médiatique des parlementaires. L’enquête montre que le rapport que les parlementaires entretiennent avec ce journal n’est pas plus dicté par leur appartenance à une famille politique que celui des lecteurs catholiques ne l’est par leur croyance religieuse. Le Devoir est l’objet d’une attention généralisée et d’une lecture assidue à l’Assemblée nationale, tous partis confondus. En effet, 55 % des répondants à l’enquête lisent Le Devoir (ou le lisaient lorsqu’ils étaient députés) sur une base régulière (au moins trois fois par semaine). Sans compter que la quasi-totalité des parlementaires lit quotidiennement L’Argus, une revue de presse qui reproduit chaque jour les articles du Devoir portant sur la politique québécoise. On ne peut pas dire qu’en ce qui concerne leur rapport au Devoir, les représentants du peuple soient représentatifs de la population en général. Les parlementaires accordent au Devoir une grande crédibilité et lui reconnaissent une grande influence auprès de la classe politique, ce qui pourrait expliquer que le journal est lu et apprécié quelles que soient les positions politiques changeantes qu’il a défendues dans sa page éditoriale au fil des ans.

9Que Le Devoir soit un journal différent des autres, on peut en convenir. D’ailleurs, chacun de ses concurrents ne pourrait-il pas revendiquer sa propre différence ? Cela dit, Le Devoir est tout de même une entreprise de presse comme les autres. Elle doit, comme les autres, mobiliser rationnellement des ressources rares et coûteuses pour produire et distribuer quotidiennement des pages imprimées dont le contenu est susceptible de retenir l’attention de lecteurs disposés à payer leur exemplaire, et en nombre suffisant pour intéresser des annonceurs. Tout cela dans un contexte où d’autres entreprises concurrentes font la même chose dans le même marché et rivalisent d’adresse et de ressources pour retenir l’attention des lecteurs potentiels et répondre aux besoins des annonceurs potentiels. Pour remplir pendant un siècle la mission que son fondateur lui a confiée et que les autres directeurs après lui ont interprétée et adaptée, encore fallait-il que le journal et l’organisation qui le produit survivent pendant un siècle. Comment s’y est-on pris ? Quelles stratégies d’affaires a-t-on mises en œuvre ? Comment a-t-on géré les finances de l’entreprise ? Quels types de contenus a-t-on proposés aux lecteurs ? De quels annonceurs provenaient les revenus publicitaires ? Mais surtout, comment, suivant quels équilibres et quels accommodements, la logique institutionnelle du journal missionnaire s’est-elle conciliée avec la logique financière et commerciale du journal entreprise ? Voilà le genre de questions qui ont retenu l’attention de plusieurs auteurs de ce collectif. C’est le cas de Daniel Coulombeet deJean Charron qui se sont intéressés aux finances du Devoir pour tenter de comprendre une énigme : comment ce journal, dont les responsables ont toujours semblé plus intéressés par les idées, la politique et la culture que par le commerce des nouvelles et de la publicité, a-t-il réussi à survivre là où d’autres, plus soucieux de rentabilité, ont échoué ? Les états financiers de l’entreprise montrent que la survie de ce journal est, en effet et d’un strict point de vue d’affaires, une anomalie. Sur le plan financier, le journal a vogué de crise en crise et il aurait sombré depuis fort longtemps n’eût été le soutien désintéressé (sur le plan financier) de mécènes de diverses catégories : des actionnaires peu soucieux de voir leur investissement fructifier, des conseillers bénévoles, des fournisseurs qui effacent les ardoises, des donateurs aux Amis du Devoir, des annonceurs bienveillants, même les lecteurs qui, au cours des dernières décennies, ont accepté de payer leur journal à un prix nettement supérieur à celui des concurrents. En somme, la survie du Devoir, en tant qu’entreprise, n’est pas étrangère au fait que le journal, en tant qu’institution, a su se rendre indispensable aux yeux d’un nombre suffisant de personnes et d’organisations intéressées à le maintenir en vie et motivées par des préoccupations politiques, sociales et culturelles plus que financières.

10La logique missionnaire a aussi fortement coloré les relations de travail au sein de la salle de rédaction du Devoir. Comment cette entreprise de presse, si dépourvue sur le plan matériel, et dont le tirage ne représente, même les bonnes années, qu’une petite proportion de celui de ses principaux concurrents, a-t-elle pu recruter parmi les meilleurs journalistes au pays ? Une partie de l’explication se trouve sans doute dans le fait que l’équilibre entre l’investissement dans le travail consenti par les journalistes, d’une part, et la rémunération matérielle et symbolique qu’ils en retirent, d’autre part, s’est arrimé à un autre équilibre, celui que les responsables et les artisans du journal ont cherché à établir entre la logique institutionnelle du journal missionnaire et les exigences de la publication quotidienne d’un journal viable. François Demerss’intéresse à une période dans la vie du journal où cet équilibre a été particulièrement mis à l’épreuve.Entre l’arrivée de Ryan en 1964 et jusqu’à la crise qu’a traversée le journal à l’été 1993 et qui a forcé le syndicat des journalistes à concéder d’importants changements dans la convention collective de travail, les relations de travail ont été caractérisées par un mouvement d’affirmation collective des journalistes. En revendiquant un renforcement de leur statut professionnel dans l’entreprise et une participation à la gestion de l’information, les journalistes syndiqués ont cherché à définir à leur avantage l’équilibre entre la dimension du journal « œuvre collective » et la dimension du journal « entreprise industrielle et commerciale ». Ryan a pu consentir quelques avantages professionnels au syndicat sans que son leadership en soit affaibli. Mais, après le départ de Ryan en 1978 et l’intérim assuré par Michel Roy jusqu’en 1980, le mouvement d’affirmation des journalistes a coïncidé avec une période de crise du leadership au journal et une longue crise financière qui ont miné les relations de travail. Ce n’est que sous la gouverne de Bissonnette, au terme d’une profonde restructuration de l’entreprise et du journal, et au prix d’un coup de force qui aura raison de la résistance syndicale, que l’équilibre sera restauré, à l’avantage de la direction.

11Sur le plan des finances et des relations de travail, un journal est une entreprise, c’est-à-dire une organisation humaine et matérielle qui produit un bien offert sur un marché. Mais dans l’expérience quotidienne du lecteur à qui ce bien est proposé, un journal, c’est d’abord et avant tout un ensemble structuré et reconnaissable de textes et d’images imprimés sur du papier (en tout cas, jusqu’à nouvel ordre). Ce sont des titres, des articles de tous genres, des illustrations, des caricatures, des annonces publicitaires. Certains auteurs de ce collectif se sont attardés à la manière dont cette matière protéiforme s’est déployée dans les pages du journal au fil des décennies. Jean de Bonvilleet Cyntia Darissese sont intéressés à quatre dimensions du contenu du journal : les scripteurs responsables des textes, les genres qu’ils empruntent, les thèmes et les aires géographiques sont au cœur de leurs articles. Il apparaît que, sous Henri Bourassa et jusque sous Gérard Filion, le concept de journal d’idées cher à Bourassa est inscrit dans les formes mêmes du journal : les textes d’opinion abondent, l’éditorial est publié à la une, les articles sont signés (ce qui, dans les journaux de l’époque, était l’exception plutôt que la règle) et la politique est le sujet de prédilection. L’espace politique qui intéresse Le Devoir est canadien plutôt que québécois et correspond à l’ère de pertinence du nationalisme canadien que défend Bourassa. Même l’actualité internationale est perçue et interprétée sous l’angle canadien.

12Mais après la Seconde Guerre mondiale, la formule imaginée par Bourassa s’épuise. Les lecteurs se désintéressent du journal. Pour en assurer la survie, Filion cherche à attirer un lectorat plus large et plus populaire en faisant du Devoir un journal d’information en bonne et due forme. L’éditorial est reporté à la page 4 pour céder la une aux nouvelles sur les principaux événements du jour, lesquels sont mis en valeur par un recours plus soutenu aux illustrations et aux gros titres. L’information sportive surclasse même la politique alors que l’information locale gagne en importance. Puis, sous Ryan, Le Devoir va renouer en partie avec la tradition du journal d’idées, mais sans renier la fonction d’information mise en valeur par Filion. Les deux fonctions se combinent dans le concept de journal d’élite ou de journal de référence. La couverture des faits divers, du sport et de l’actualité locale et régionale perd en importance au profit des affaires politiques et économiques. Les nouvelles nationales et internationales sont plus abondantes, mais c’est dorénavant le Québec qui est le centre d’attention du journal. La couverture des arts et de la littérature, jusque-là négligée, va devenir un trait distinctif du Devoir, renforcée par la suite sous le mandat de Bissonnette.

13Dans un deuxième article, Jean de Bonvilleet Cyntia Darisse reprennent sensiblement le même exercice d’analyse, appliqué cette fois au contenu publicitaire du journal. L’analyse montre que les relations que le journal a, au cours de son histoire, entretenues avec les annonceurs ont, elles aussi, été marquées par la double logique du journal entreprise et du journal missionnaire. Bien sûr, à certains égards, l’évolution du contenu publicitaire du Devoir suit les mêmes tendances que celles qu’on peut observer chez les journaux concurrents et reflète les transformations structurelles de l’économie en général et de l’activité publicitaire en particulier : la place de la publicité nationale augmente avec l’élargissement des marchés, la publicité des services devient plus abondante avec la tertiarisation de l’économie, le développement de l’État-providence entraîne un gonflement de la publicité gouvernementale, etc. Mais, chez nombre d’annonceurs, une autre logique est à l’œuvre. Ainsi, les auteurs estiment que, pour certains annonceurs, la publicité placée dans Le Devoir relève du mécénat et que les annonceurs membres de l’élite économique canadienne-française « sont plus utiles au Devoir que celui-ci ne leur est utile » sur le plan commercial.En somme, pour ces gens d’affaires, Le Devoir est davantage qu’un support publicitaire ; c’est un instrument de défense des intérêts nationaux et économiques des Canadiens français. La même attitude aurait prévalu chez les francophones de profession libérale pour qui la publication de leur carte professionnelle dans les pages du Devoir aurait été non seulement une manière de faire connaître leurs services, mais aussi un geste de soutien à l’endroit de l’institution.

14L’évolution du contenu iconographique du Devoir est pour sa part décrite et analysée par Sylvie Demerset Jean de Bonville. Dans les premières décennies de son existence, on retrouve rarement dans les pages du Devoir le genre d’illustrations que publient les journaux populaires « à grand tirage et à petites images » que dénonce Bourassa. Rares au début, les illustrations (surtout des photographies) apparaissent plus régulièrement dans les années 1940. C’est surtout sous Filion qu’elles deviennent un élément important dans la présentation du journal. Au fil des décennies, elles seront plus nombreuses, occuperont une proportion de plus en plus grande de l’espace du journal et deviendront une composante « naturelle » de la une ; le journal consacrera de plus en plus de ressources à l’approvisionnement photographique et à la qualité des illustrations. Selon les auteurs, l’évolution de l’image dans Le Devoir, comme dans l’ensemble des journaux au Québec et ailleurs, dénote une transformation dans le rapport du journal à la réalité. La photographie de presse traditionnelle, dont la fonction est essentiellement référentielle, sert à montrer l’événement et participe à un discours journalistique régi par un principe d’objectivité. À cette fonction première s’en ajoutent d’autres progressivement. De plus en plus d’illustrations répondent à des besoins de signalétique ou à des préoccupations esthétiques ou encore jouent un rôle analytique et expressif en catégorisant des événements ou en interpellant le lecteur.

15En fait, tout, dans l’évolution du contenu et des formes du journal, peut être interprété sous l’angle d’une transformation de son rapport au réel et à la société. L’article de Jean Charronet Jocelyn Saint-Pierre en donne un autre exemple. Les auteurs décrivent les transformations dans la manière dont les correspondants parlementaires du Devoir ont couvert les activités du Parlement de Québec. Ils s’emploient à montrer que les formes qu’empruntent les journalistes politiques pour discourir sur ces activités traduisent (ou trahissent) la nature des rapports qui s’instaurent entre le journal (et plus généralement la presse) et le Parlement (et plus généralement la politique). Au début de la période, dans les années 1910 et 1920, la relation de communication est dominée par le Parlement. Les journalistes rédigent de longs comptes rendus des débats dans lesquels ils mettent la parole des parlementaires en valeur, en lui témoignant beaucoup de déférence et en la soumettant à des critères d’importance et de pertinence qui sont ceux de l’institution parlementaire elle-même. Autrement dit, le correspondant parlementaire tient le procès-verbal des travaux de l’Assemblée en suivant un code discursif, celui de l’institution parlementaire. Par la suite et tout au long du siècle, on voit s’opérer progressivement un renversement de la perspective. La presse se forge son propre code discursif et définit ses propres critères de pertinence pour rendre compte des travaux du Parlement. Ainsi, les journalistes cessent progressivement de rapporter les travaux en tant que tels. Ils assistent plutôt aux débats à l’intérieur comme à l’extérieur de la Chambre pour y repérer, selon leurs propres critères journalistiques, des « événements » dignes de constituer des « nouvelles » et y glaner des informations susceptibles d’étoffer leurs « analyses ». La relation de communication s’en trouve profondément transformée : la communication publique du Parlement est de plus en plus assujettie à un code qui n’est pas le sien.

16Le Devoir a cherché à rester fidèle à lui-même et à ses valeurs, tout en adaptant sa mission institutionnelle, sa structure organisationnelle et sa politique éditoriale aux aléas de son premier siècle d’existence. Difficile équilibre dans la dialectique de la continuité et de l’innovation. Sur ce plan, son deuxième siècle d’existence ne s’annonce guère différent du premier. Le journal a déjà commencé à se redéfinir dans un environnement médiatique en profonde mutation et dans lequel il semble déterminé à tirer son épingle du jeu. Le tirage de l’édition papier progresse, modestement mais il progresse, au moment où celui de l’ensemble des quotidiens décline. L’édition électronique (accessible en format PDF par Internet) est en forte progression depuis sa création. Le site d’information mis en place sur Internet connaît un réel succès et, chose rare, il a rapidement atteint le seuil de la rentabilité. Là encore, Le Devoir s’est distingué en demandant aux usagers du site de contribuer à son financement, alors que la tendance des autres journaux a été de miser sur la gratuité, sans grand succès. À cet égard, il se trouve avantagé par rapport à d’autres quotidiens aux lecteurs plus nombreux, mais qui ne disposent pas nécessairement d’un « capital » culturel et financier suffisant pour suivre leur journal dans le cyberespace. Le secret de la réussite du Devoir sur Internet aura été, encore une fois, d’innover dans la continuité, en misant sur ses forces (la qualité du contenu, la crédibilité du journal et de ses artisans, la pertinence des analyses, etc.), sans céder aux modes du tout-gratuit, de l’interactivité à tout vent et de l’instantanéité à tout prix, qui seraient, soi-disant, des « incontournables » de la « culture numérique ».

17C’est une chose d’agir avec stratégie afin d’adapter une organisation à un environnement changeant. C’en est une autre de rester fidèle à des valeurs. On peut se demander ce qu’il advient et ce qu’il adviendra des dimensions originelles du Devoir journal missionnaire, éclaireur moral, redresseur de torts et animateur du débat public, dans un monde sécularisé, individualisé et « postmoderne » où même les principes les plus fondamentaux et les convictions les plus enracinées sont relativisés et ballottés par l’écume des jours.

18Le 10 janvier 2010, la Société Radio-Canada diffuse un documentaire soulignant le centième anniversaire du journal Le Devoir. Vous pouvez regarder le reportage, qui suit un court bulletin de nouvelles, en cliquant sur l'hyperlien Tout le monde en parlait

Haut de page

Bibliographie

BISSONNETTE, Lise (1990), « Le Devoir, un héritage », Le Devoir, 24 septembre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Charron et Jean de Bonville, « Présentation », Communication [En ligne], Vol. 29/2 | 2012, mis en ligne le 19 juin 2013, consulté le 23 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/2747 ; DOI : 10.4000/communication.2747

Haut de page

Auteurs

Jean Charron

Jean Charron est professeur au Département d’information et communication de l’Université Laval. Courriel : jean.charron@com.ulaval.ca.

Articles du même auteur

Jean de Bonville

Jean de Bonville est professeur au Département d’information et communication de l’Université Laval. Courriel : jean.debonville@com.ulaval.ca.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org