Navigation – Plan du site
Articles

L’argumentation éditoriale du Devoir sur la question nationale

Du fédéralisme de Claude Ryan au souverainisme de Lise Bissonnette
Gilles Gauthier

Résumés

Cet article caractérise et compare la position fédéraliste de l’ex-directeur Claude Ryan et la position souverainiste de l’ex-directrice Lise Bissonnette du quotidien montréalais Le Devoir. L’analyse de leurs éditoriaux montre que le désaccord entre les positions fédéraliste de Ryan et souverainiste de Bissonnette ne résulte pas d’une divergence sur le nationalisme québécois. Au contraire, tous deux font l’impasse sur le nationalisme et leurs positions apparaissent davantage en continuité qu’en rupture.

Haut de page

Texte intégral

Prêter aux partisans de l’indépendance des sentiments isolationnistes, laisser croire qu’ils veulent couper le Québec d’avec le reste du monde, c’est faire œuvre déloyale. De même, accuser un partisan du fédéralisme de ne pas souhaiter la plus grande mesure de liberté pour son peuple, c’est verser dans un pharisaïsme qui n’annonce rien de bon pour la liberté elle-même. D’un côté comme de l’autre ce qu’on vise, c’est un Québec plus heureux et plus libre, plus épanoui et plus ouvert. Il appartient aux tenants de chaque option de montrer que leur choix serait le meilleur, et de le montrer par des arguments de raison, non par des cris ou des bombes.

Claude RYAN

[…] le destin du Québec […] n’est pas d’abord une affaire de raison. S’il est impérieux d’en tenir compte dans les débats, s’il est souhaitable de lui faire une large place, on ne saurait s’en tenir aux argumentations bien structurées et aux syllogismes subtils. La vie, grouillante et dynamique, les passions et les rêves, les chagrins et les réalités qu’on ne peut chiffrer ou transposer en termes de rationalité, et qu’on appelle le nationalisme, le patriotisme ou l’appartenance à un pays, ont acquis un poids plus lourd dans le débat que les équations, les raisonnements et les impossibilités juridiques.

Lise BISSONNETTE

1Depuis une cinquantaine d’années, la question nationale québécoise se cristallise dans un affrontement entre le souverainisme et le fédéralisme. Certains proposent le retrait du Québec du Canada et son accession à l’indépendance ; d’autres s’opposent à ce projet et préconisent le maintien du Québec au sein de la fédération canadienne.

2Le Devoir, à propos de cette alternative, a modifié du tout au tout son opinion éditoriale. Il a toujours été un journal nationaliste, c’est-à-dire porté d’emblée à reconnaître la spécificité de la communauté nationale québécoise et attaché à défendre ses intérêts. Mais, face à la polarisation du débat politique, Le Devoir a dû, comme tout un chacun, se situer par rapport aux deux options qui s’y affrontent. Après avoir adopté explicitement le point de vue fédéraliste, il affiche depuis un certain temps une position souverainiste tout aussi nette. Ce changement de cap est incarné dans la personne de deux de ses directeurs : Claude Ryan et Lise Bissonnette. La structure fiduciaire de propriété du journal confère à son directeur un pouvoir quasi absolu. Plus que d’autres directeurs, Ryan et Bissonnette ont usé de ce pouvoir pour concevoir, formuler et imposer une ligne éditoriale précise sur la question nationale, fédéraliste dans le cas de Ryan, souverainiste dans le cas de Bissonnette. Pour l’essentiel, leurs successeurs respectifs, Jean-Louis Roy et Benoît Lauzière pour Ryan et Bernard Descôteaux pour Bissonnette, ont géré cet héritage idéologique sans le modifier substantiellement.

  • 1 Voir Gauthier (2007a, 2007b, 2008, 2010a et à paraître).

3Je m’intéresserai ici à la démonstration liée à la position fédéraliste de Ryan et à la position souverainiste de Bissonnette. Mon objectif le plus immédiat est de mettre au jour leur dynamique argumentative respective, c’est-à-dire de déterminer les raisons et motifs qui les amènent à préconiser, l’un la continuité du rattachement politique du Québec au Canada, l’autre, la rupture de ce lien. Il s’agit, en dressant de la sorte l’argumentaire de Ryan et celui de Bissonnette, d’en faire voir les fondements et les modes d’articulation. Ainsi que j’ai cherché à le montrer à l’occasion d’autres travaux1, la structure argumentative de l’éditorial (et, plus généralement, de tout texte ou discours) n’est pas transparente. Elle joue sur un certain nombre de présuppositions et d’inférences qui restent plus ou moins implicites. Sa mise en lumière permet de saisir dans toute sa complexité une prise de position et d’en repérer les fils conducteurs.

4Par ailleurs, la mise à plat de l’argumentation de Ryan et de Bissonnette permet également de fixer précisément leurs divergences, mais aussi d’établir leurs points de rattachement. C’est là l’objectif second mais central ici poursuivi : rendre compte de l’évolution de l’argumentation du Devoir sur la question nationale. Sur ce plan diachronique, l’analyse fera voir une étonnante filiation entre Ryan et Bissonnette. Certes, ils adoptent en dernière instance des positions politiquement dichotomiques. Mais en dépit de la conclusion distincte qu’ils tirent, ils se rejoignent sur un certain nombre de considérations cruciales à partir desquelles ils abordent la question nationale du Québec.

5Mon travail suivra un développement en deux temps lié aux deux objectifs dont il vient d’être fait mention. Je m’efforcerai d’abord de dégager l’argumentation de Ryan et celle de Bissonnette. Un éditorialiste intervient dans la quotidienneté et son propos est le plus souvent tributaire de la conjoncture. Même si Ryan et Bissonnette commettent occasionnellement quelques grands textes d’orientation, tout particulièrement à l’occasion des élections et référendums, leur position sur la question nationale ne se présente pas dans une forme unifiée. Il faut en quelque sorte l’extraire de l’examen de leurs éditoriaux afin d’en proposer une exposition systématique. Cela peut être fait en recourant à une application standard et simple d’une caractérisation de l’argumentation et de l’argument que j’ai ailleurs expérimentée (Gauthier, 2002, 2005a, 2005b, 2006a et 2007a). Au niveau où se situe le présent article, il s’agira de localiser les raisons principales sur lesquelles Ryan fonde sa position fédéraliste et Bissonnette, sa position souverainiste. Seront considérés tous les éditoriaux où ils s’expriment, peu ou prou, sur la question nationale au cours de leur mandat respectif à la direction du Devoir. Dans les deux cas, le nombre de ces éditoriaux s’élève à plus d’une centaine.

6Après m’être employé à cette reconstitution conceptuelle, je procéderai à une mise en contraste de leur argumentation respective afin de rendre pleinement apparentes leurs similitudes et différences et ainsi de mettre en relief leur particularité l’une à l’égard de l’autre et également par rapport aux orthodoxies fédéraliste et souverainiste.

7L’étude ici menée est essentiellement intra-discursive. Sans du tout nier que l’argumentation soit liée au contexte et en partie déterminée par lui, elle part du postulat qu’un arrangement argumentatif a ou acquiert une consistance propre qui le rend digne par lui-même d’intérêt. Cela explique que les considérations contextuelles soient réduites au minimum et servent uniquement à informer de la situation politique globale dans laquelle l’argumentation de Ryan et celle de Bissonnette sur la question nationale ont été façonnées. La visée de la présente recherche est exclusivement de faire ressortir leurs structurations respectives telles qu’elles s’inscrivent dans leurs éditoriaux. Leur mise en relation avec l’environnement sociopolitique et la définition de l’ensemble des facteurs exogènes ayant pesé sur leur position sur la question nationale restent à faire. Ce travail sociologique gagnera à reposer sur une analyse fondamentalement discursive comme celle qui suit.

Le Devoir fédéraliste : Claude Ryan

  • 2 Sans doute parce que le passage de Ryan au Devoir a été suivi d’une carrière politique, sa pensée a (...)

8Faisant le point en 1970 sur les six décennies d’existence du Devoir, Ryan2 écrit : « Le fait dominant des soixante dernières années a sûrement été [… l’émergence d’une conscience de plus en plus nette de la vocation politique originale du Québec » (1970a : 4). Les décennies 1960 et 1970 voient s’intensifier cette « montée politique du Québec » et surgir avec acuité une « question nouvelle du Québec » (1970a : 4) qui suscite un débat constitutionnel permanent et fait émerger l’idée de souveraineté. Maurice Duplessis meurt en 1959. Les libéraux de Jean Lesage prennent le pouvoir en 1960 et amorcent la Révolution tranquille. Ils procèdent à la nationalisation de l’électricité en 1962. En 1963, en réaction au malaise québécois, le gouvernement canadien crée la commission Dunton-Laurendeau, une commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme. En 1965, les « trois colombes », Jean Marchand, Gérard Pelletier et Pierre Elliott Trudeau, se joignent au Parti libéral du Canada avec pour dessein de contrer la poussée nationaliste québécoise en assurant une présence francophone forte au sein du pouvoir fédéral à laquelle on donnera le nom de french power. En 1966, deux partis, le Rassemblement pour l’indépendance nationale et le Ralliement national, préconisent l’indépendance lors d’élections québécoises. En 1967, René Lévesque quitte le Parti libéral et fonde le Mouvement souveraineté-association, puis le Parti québécois en 1968. La même année, Trudeau est élu premier ministre du Canada. La crise d’Octobre secoue le Québec en 1970. Point d’orgue de cette effervescence : le Parti québécois prend le pouvoir en 1976 et tient un premier référendum sur la souveraineté en 1980.

  • 3 Dans Gauthier (2010b), je procède à un examen détaillé de la généalogie de la position fédéraliste (...)

9C’est dans ce contexte de grande fébrilité politique que Ryan officie au Devoir. Il y entre comme éditorialiste en 1962 et en devient directeur en 1964 jusqu’en 1978. Le Ryan des années 1960 adopte sur la question nationale une attitude qui se veut pour une bonne part exploratoire. S’il affiche très tôt des a priori fédéralistes, il conçoit néanmoins comme envisageable l’accession du Québec à la souveraineté et, jusqu’à un certain point et au moins à certains moments, en légitime le projet. Quand l’éventail des options est encore bien ouvert, Ryan les considère toutes en tentant de mesurer leurs avantages et désavantages. C’est contraint par la polarisation des options, quand donc se fixera l’opposition entre souverainisme et fédéralisme, qu’il campe plus fermement sa position fédéraliste3.

10Ryan établit son point de vue sur la question nationale à partir d’un diagnostic général. Selon lui, le Québec manifeste une spécificité légitime qui fait problème pour le Canada : « La constitution et l’histoire des cent dernières années ont, en somme, consacré l’existence, dans ce pays, d’un Québec canadien-français dont la langue, la culture, les institutions, voire très souvent les désirs, diffèrent profondément de ceux des autres parties du Canada » (1965 : 4). Pour Ryan, il s’agit là d’une évidence qu’il importe de reconnaître jusque dans son prolongement politique, l’État québécois : « Si les [Canadiens français] constituent une force distincte, et tout à fait originale, dans la politique canadienne, ce n’est pas d’abord parce qu’ils comptent environ un député sur trois à Ottawa. C’est parce qu’ils contrôlent à Québec un gouvernement assez homogène pour être capables de traduire habituellement [… leurs aspirations les plus spontanées » (1968a : 4).

  • 4 Selon Ryan, ces deux hypothèses sont présentes dans toute l’histoire du Canada français : « La véri (...)

11La spécificité du Québec, Ryan la cristallise dans le concept de société distincte. Ryan est l’un des principaux défenseurs et animateurs de l’idée, mais il n’est pas l’auteur de la formule. Il la reprend du rapport de la commission Dunton-Laurendeau, dont il se fait l’un des plus chauds propagandistes. La reconnaissance du Québec comme société distincte entraîne une mise en cause du fédéralisme canadien qui, officiellement, n’exclut pas la solution de la séparation : « La logique de ce mouvement pourrait conduire, abandonné à son seul élan, à une rupture plus ou moins complète entre le Québec et le reste du pays » (Ryan, 1966a : 4). Corollairement, elle implique, pour que le système fédéral soit maintenu, la reconnaissance de la dualité canadienne et l’octroi au Québec d’un statut particulier. C’est cette dernière voie qui constitue la position de Ryan. Il l’étaie relativement à ce qu’il nomme « l’hypothèse canadienne » « [qui] accepte le Canada, non comme un pis-aller dont on voudrait se libérer mais comme une réalité politique valable qu’on veut améliorer. […] Pour elle, le régime fédéral est celui qui convient le mieux à nos conditions géographiques, historiques, économiques et politiques » (Ryan, 1964a : 4)4.

  • 5 Ce choix, dont je ne rends compte ici que du dénouement, est l’aboutissement d’un cheminement intel (...)

12Son choix de l’hypothèse canadienne, du fédéralisme donc, Ryan le fait reposer sur trois raisons5. La première est plutôt anecdotique : c’est l’attachement historique du Devoir au Canada. Les deux autres raisons, l’une économique et l’autre politique, sont plus consistantes et constituent le cœur de l’argumentation que Ryan avance pour défendre le fédéralisme.

13La raison économique est que le Québec « […] a besoin de débouchés extérieurs pour l’écoulement de ses produits [et] a besoin de capitaux de l’extérieur pour le développement de ses ressources » (Ryan, 1964a : 4). Pourquoi, demande Ryan, le Québec changerait-il pour un autre partenaire que le Canada ? Il précise qu’en rompant avec le Canada, le Québec risquerait de devenir « […] un satellite des États-Unis ou encore le jouet d’autres puissances qui seraient attirées par ses ressources » (1964b : 4). On remarquera que le raisonnement de Ryan n’a rien à voir avec l’argument économique le plus souvent invoqué à l’encontre du souverainisme, à savoir qu’un Québec indépendant ne parviendrait pas à se tirer d’affaire. C’est que pour Ryan, il est tout simplement impossible de prétendre quoi que ce soit à ce propos :

On entend depuis quelques mois des experts affirmer tantôt que la séparation du Québec serait un désastre économique, tantôt qu’elle pourrait s’accomplir sans trop de heurts. En réalité, ils ne le savent pas. Ils transposent en termes économiques leurs opinions politiques. Tout dépendrait, dans l’hypothèse d’une séparation, des circonstances politiques dans lesquelles elle s’accomplirait. Des experts peuvent nous dire quel sera notre statut à l’ONU, quels seront nos frais de représentation diplomatique, dans l’éventualité d’une séparation du Québec. Ils ne peuvent pas nous dire ce que sera notre niveau de vie, ce que seront nos rapports avec nos voisins, ce que sera notre mesure de liberté intérieure. Ce sont là des questions qui dépendent essentiellement des choix politiques qui seront faits (1964c : 4).

14Les motifs les plus sérieux invoqués par Ryan pour privilégier le fédéralisme sont les avantages politiques qu’il y voit. Il en mentionne deux principaux. Le premier est le maintien et le développement des communautés françaises hors Québec. Le deuxième avantage relève d’une philosophie politique : « Le Canada nous offre la chance de construire un type nouveau de société politique, c’est-à-dire une société dont les cadres politiques soient propices au développement de cultures différentes, sans être rigidement ni exclusivement conditionnés par une seule » (Ryan, 1964b : 4). Au final, le fédéralisme serait le meilleur garant des libertés : « Nous sommes convaincus que ce type de société peut se révéler plus propice à la culture des libertés fondamentales, à la longue, que les sociétés calquées de trop près sur les seules réalités d’une culture particulière » (Ryan, 1964b : 4). Ce faisant, Ryan, chose rare pour un partisan du fédéralisme, prend le contre-pied d’un des principaux arguments avancés par les souverainistes, celui de la « libération nationale ».

  • 6 « […] nous accueillerons avec respect la décision de ceux qui préfèrent ou préféreront l’option ind (...)

15Ryan déploie son argumentation économique et politique de manière entremêlée à la fois dans sa défense du fédéralisme et dans son opposition au souverainisme sans, cependant, que ce soit de manière symétrique. En effet, il prend un plus grand soin à marquer son adhésion au fédéralisme qu’à condamner le souverainisme. Celui-ci reste à ses yeux une option légitime et honorable6. Il ne rejette pas le souverainisme par principe parce qu’il serait en lui-même méprisable, mais parce qu’il lui préfère le fédéralisme. Cela peut sembler un truisme ou même une lapalissade de l’énoncer ainsi, mais Ryan n’est pas antisouverainiste ; il est fédéraliste !

  • 7 Voir, entre autres, Ryan (1967c et 1970b). Un autre contre-argument développé par Ryan consiste à s (...)

16C’est ce qui explique que les arguments qu’il formule à l’encontre du souverainisme et en opposition à Lévesque, aussi durs puissent-ils sembler, restent en définitive des objections très techniques. Par exemple, lorsqu’il s’en prend à la notion de souveraineté-association, c’est surtout en mettant en cause la pertinence qu’il y aurait pour le Québec d’accéder à l’indépendance pour ensuite vouloir établir une nouvelle alliance avec le Canada. Dans le même ordre d’idées, la conception selon lui « paritaire » de l’association préconisée par Lévesque reviendrait à un confédéralisme difficilement fonctionnel. Il critique également le peu de cas que fait Lévesque des réactions possibles du Canada anglais à une proposition d’association d’un Québec indépendant et de l’incertitude qui accompagnerait inévitablement son accession à la souveraineté7. Certes, ces critiques sont des attaques du souverainisme, mais elles ne constituent pas pour Ryan des raisons de le rejeter. Sur le fond de la question, il en récuse le projet non pas en vertu de ces considérations, mais parce qu’il favorise le fédéralisme.

17À cet égard, le titre de l’éditorial qu’il signe après avoir pris acte de la polarisation entraînée par l’entrée en scène de Trudeau et de Lévesque est particulièrement révélateur : « Le fédéralisme, voie préférentielle de la liberté et de la collaboration » (1967a : 4). Dans ce texte décisif, Ryan approfondit son argument du fédéralisme comme garant des libertés :

[Le] principe fédéral procède de l’idée même de liberté et est même le plus apte à bien servir la liberté dans une société pluraliste. C’est parce que nous croyons à la liberté pour tous, non seulement pour nous-mêmes, que nous voyons, dans le fédéralisme, la formule la plus susceptible de servir de clé de voûte au gouvernement « d’une société de minorités » (1967a : 4).

18Ryan avance aussi que le régime fédéral est le plus à même de permettre au Québec de tirer parti de l’interdépendance qui s’impose aujourd’hui à tous les États. Tout en portant au crédit des souverainistes leur reconnaissance de cette interdépendance, il soutient que « [l]e Québec est beaucoup mieux placé, à l’intérieur du fédéralisme canadien, pour négocier avec le Canada anglais, et même avec les États-Unis, des arrangements qui tiennent compte de son bien véritable, de ses intérêts réels dans tous les domaines » (1967a : 4). Ryan soutient également que le Canada offre aux citoyens québécois « […] un cadre économico-politique large, qui [met] progressivement à leur portée les avantages d’un pays biculturel d’un océan à l’autre, accroissant ainsi (facteur essentiel à leur avancement et à leur intégration dans les cadres supérieurs de la grande industrie) leurs chances de mobilité professionnelles » (1967e : 4).

19Relativement à cette double appréciation, qui reformule plus substantiellement en les liant ses raisons politiques et économiques d’appuyer le fédéralisme, Ryan émet une évaluation globalement favorable de l’expérience canadienne et exprime une incertitude quant au progrès que pourrait constituer la souveraineté :

[Le fédéralisme] nous a donné au Québec, l’usage plénier de ces libertés fondamentales qui sont la pierre d’assise de toute démocratie véritable. Liberté de parole, liberté de déplacement, liberté de croyance, liberté de réunion […]. La conquête de ces libertés est le fruit d’une longue et patiente évolution. Nous doutons que l’option indépendantiste puisse apporter quelque amélioration à ce point de vue. Les risques seraient plutôt en sens contraire.

[Le Québec] a réalisé à cet égard [des arrangements avec le Canada anglais] des gains considérables depuis quelques années. Il peut en réaliser de nouveaux — et de très importants — au cours des années à venir. Serait-il sage de renoncer à ces perspectives positives pour se précipiter dans un choix qui nous plongerait en pleine incertitude ? (1967a : 4)

20Entre les atouts qu’il reconnaît au fédéralisme et les doutes que recèle pour lui le projet souverainiste, Ryan applique, on le voit, la règle du Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. Son attitude à l’égard du souverainisme relève davantage de la réserve et de la circonspection que de la condamnation.

21Selon lui, malgré ses carences, la fédération canadienne fonctionne suffisamment bien pour même servir de modèle au fédéralisme que la « mondialisation » naissante lui semble imposer :

Les critiques vives qui se sont élevées depuis quelques années à l’endroit du sort fait aux Canadiens français dans la Confédération ont relégué au second plan les côtés positifs de l’expérience canadienne. Cette expérience n’en conserve pas moins une valeur significative dans un monde où les frontières politiques traditionnelles apparaissent de plus en plus étroites. Elle fournit comme un laboratoire sur la route de ce fédéralisme continental, puis éventuellement mondial, vers lequel les peuples se dirigent (1963a : 4).

22Ryan n’aura de cesse de réitérer sa profession de foi fédéraliste tout au long des péripéties qui marqueront le débat sur l’avenir du Québec :

Si nous préférons cette voie [le système fédéral canadien], ce n’est pas d’abord pour des raisons économiques, encore que celles-ci soient, à condition d’être judicieusement utilisées, une donnée importante du débat. C’est plutôt pour des motifs qui tiennent à notre évaluation de la situation actuelle et à une conception de la liberté et de la politique qui a de meilleures chances, nous semble-t-il, de se réaliser dans une société large et diverse que dans la société très homogène dont rêvent les souverainistes (1973 : 4).

Bien appliqué, le fédéralisme est une forme supérieure d’organisation politique qui correspond très bien aux réalités de notre époque. Il procure un élargissement des chances économiques, sociales et politiques. Il est source de tolérance, de respect des libertés individuelles qui progressent souvent mieux dans un contexte où règne la diversité, d’épanouissement des particularismes culturels et géographiques à l’intérieur d’un cadre qui favorise en même temps l’association à des entreprises d’envergure. [Ces] traits positifs […] ont contribué à faire du Canada l’un des pays les plus avancés et les plus stables du monde sous l’angle des libertés fondamentales (1976a : 4).

23On le voit nettement : ce qui amène Ryan à se situer par rapport à la question nationale québécoise, c’est fondamentalement son appréciation des qualités du fédéralisme et sa conviction de la supériorité de ce système politique. Plus précisément, c’est en raison du pluralisme culturel qui l’institue que le fédéralisme recueille sa faveur. Pour Ryan, le grand avantage du fédéralisme est la diversité, de constituer un point de rencontre de communautés ou de sociétés variées.

24Au total, Ryan cherche donc à tenir à la fois l’idée de la spécificité du Québec qu’il cristallise dans les notions de société distincte et de statut particulier et son appréciation du pluralisme culturel du fédéralisme. Ce qui lui permet de maintenir en équilibre l’association de ces deux exigences, et qui lui permet de défendre le fédéralisme sans condamner le souverainisme, c’est la position qu’il adopte à l’égard du nationalisme. Ryan aborde la question du Québec en faisant abstraction, fondamentalement, du concept de nation. C’est précisément parce qu’il met entre parenthèses toute référence théorique ou idéologique au nationalisme ou à l’identité nationale, comme on le dit davantage aujourd’hui, qu’il parvient à intégrer en une vue d’ensemble la spécificité du Québec et le pluralisme culturel du fédéralisme. Si elle n’est pas antinomique, cette jonction n’est pas très naturelle ; à tout le moins, elle est inusitée. En tout cas, elle apparaît comme une vue de l’esprit à la fois aux fédéralistes et aux souverainistes. Admettre la société distincte et le statut particulier équivaut aux yeux des premiers à renier le fédéralisme ; aux yeux des seconds, à justifier le souverainisme. Pour les uns et les autres, cette incompatibilité émane de la conception du Québec comme nation : les souverainistes la soutiennent et en infèrent la nécessité ou l’exigence de l’indépendance ; les fédéralistes la dénient pour sauvegarder le système fédéral. Ryan cherche à se glisser entre ces deux « […] positions extrêmes — celle de la souveraineté intégrale et celle du fédéralisme intégral — […] » auxquelles il reconnaît les avantages « […] de la clarté et de la logique » (Ryan, 1968a : 4), mais contre lesquelles il fait valoir la complexité de la vie, de la réalité et de l’histoire. C’est en faisant l’impasse sur la définition du Québec comme nation que Ryan s’efforce de la sorte d’échapper à la dichotomie trop radicale entre souverainisme et fédéralisme.

25Ryan se montre à ce point circonspect dans son emploi du concept de nation qu’il est même quelque peu inadéquat, sauf à donner à l’expression son sens le plus neutre possible comme il est fait ici, de parler de sa position sur « la question nationale ». Quant à lui, il préfère plutôt parler de « la question du Québec ». Ryan manifeste une réticence constante à utiliser les termes nation, national et nationalisme. Quand il lui arrive d’en faire usage, c’est très fréquemment en mettant les guillemets ou en les rabattant sur d’autres termes de façon à en désamorcer le sens habituel. C’est le cas lorsque, reprenant une conclusion de la commission Dunton-Laurendeau, il caractérise l’expérience canadienne : « L’histoire de ce pays s’explique, en dernière analyse, par la rencontre difficile de deux nationalismes ou, si l’on préfère, de deux sociétés distinctes » (1966b : 4).

26Souvent également, Ryan se réfère aux notions de nation et nationalisme telles qu’elles sont utilisées par des acteurs politiques. Il rapporte ou analyse alors les positions de ces derniers sans lui-même les assumer. Ainsi, il fait reproche à Trudeau de s’opposer au nationalisme québécois au nom d’un nationalisme canadien n’osant pas s’afficher comme tel.

27Le seul usage vraiment conséquent fait par Ryan du terme nation et de ses déclinaisons a précisément pour objet de s’en dédouaner. La dualité qu’entraîne la société distincte et qui implique le statut particulier est pour lui une « dualité culturelle » (Ryan, 1963b : 4) bien plus qu’une dualité politique et très certainement pas une dualité nationale. Ryan se montre toujours extrêmement réservé à l’égard de l’idée des deux nations. Le titre d’un de ses éditoriaux est à ce propos éloquent : « Une thèse ambiguë : celle des <deux nations> » (1964d : 4). Ryan distingue deux sens à cette thèse :

Pour les uns, écrit-il, la thèse des deux nations a une signification d’abord sociologique et culturelle. […] Les partisans de cette thèse des deux nations — version culturelle — posent […] l’existence de « deux nations » distinctes comme un fait fondamental de la vie canadienne mais ils admettent aussi l’existence d’autres facteurs géographiques, économiques, politiques et même culturels, et sont à la recherche d’une synthèse qui tienne compte de tous ces facteurs (1964d : 4).

28Toujours selon Ryan, d’autres « […] vont plus loin. Pour eux, une nation ne saurait exister en plénitude sur le plan sociologique et culturel que si elle jouit de la pleine souveraineté politique ». Ryan, tout en considérant que « […] ces deux options sont respectables […] », trouve la première « […] plus réaliste, plus raisonnable […] » parce qu’il « […] se défie […] à vrai dire de cadres politiques trop rigidement calqués sur des réalités dites nationales [et] préfère […] des cadres politiques plus larges, qui tiennent compte non seulement de la race et de la culture mais aussi de la géographie, non seulement de l’histoire passée qui était plus simple et plus homogène, mais aussi de l’histoire présente qui résiste à tout effort d’interprétation trop simpliste » (1964d : 4).

29Dans un autre éditorial, au titre lui aussi évocateur, « Deux cultures ou deux nations », Ryan propose de lever l’ambiguïté de la thèse des deux nations purement et simplement en l’abandonnant au profit de celle des deux cultures :

Quant à nous, nous préférons la thèse des deux cultures. Elle est peut-être moins séduisante dans l’immédiat. Elle est, en retour, plus apte à assumer la réalité intégrale de ce pays. Elle offre aussi plus de garanties pour le progrès des valeurs de liberté et d’amitié civique qui sont, en définitive, la première raison d’être des sociétés politiques (1964e : 4).

30Ryan justifie cette préférence par le fait que la thèse des deux nations engage à l’idée d’État-nation :

Elle colle trop la notion d’État à celle de nation particulière. C’est contraire à l’évolution de la pensée politique contemporaine qui conçoit d’abord l’État en fonction des droits des personnes considérées comme égales indépendamment de toutes questions de race ou de religion, et qui doit rendre compte de plus en plus de structures politiques embrassât des familles culturelles diversifiées (1964e : 4).

31Pour Ryan, le Québec n’a pas à revendiquer le statut de nation. Lui, en tout cas, ne traite pas la question du Québec sous l’angle du nationalisme. Ce refus reste comme en creux de sa pensée. Par exemple, c’est sans doute lui qui explique que Ryan ne se situe jamais dans la perspective sans doute la plus originelle du souverainisme : l’anticolonialisme. Il n’est pas dans la manière de voir de Ryan de caractériser le « mouvement d’affirmation » du Québec comme l’impulsion d’un peuple à se libérer du joug d’une puissance étrangère. Par ailleurs, Ryan, contrairement à Trudeau et à beaucoup de fédéralistes, ne s’en prend jamais au souverainisme parce qu’il procéderait d’un nationalisme. Il lui arrive d’ailleurs rarement de s’attaquer au nationalisme. Quand il le fait, c’est abstraitement, sans évoquer explicitement le souverainisme ni même le nationalisme québécois :

Si l’histoire des deux derniers siècles doit servir à quelque chose, ce doit être de nous rappeler que la liberté des nations, si elle n’est pas complétée et tempérée par des éléments de fédéralisme de plus en plus prononcé à l’échelle internationale, conduira inévitablement l’humanité à de nouvelles guerres (1967a : 4).

32Il est clair, aux yeux de Ryan, que le souverainisme québécois, notamment avec l’addenda de l’association, échappe à l’idée du nationalisme impérialiste et dominateur. Sa mise en garde reste lointaine et plutôt sobre.

33Ce n’est que quand l’élection du Parti québécois en 1976 entraîne une radicalisation de l’opposition entre souverainisme et fédéralisme que Ryan lie la question du Québec à une réflexion sur le nationalisme. Sans se prononcer lui-même sur le fait de savoir si le Québec est une nation, il constate que c’est le litige fondamental de l’affrontement mettant aux prises Trudeau et Lévesque. Ryan rend compte de la position et de la « logique » de l’un et de l’autre de la manière suivante :

Pour M. Lévesque, les Québécois forment une nation, ni plus ni moins. […] De là découlent pour M. Lévesque [des] conclusions […]. Si les Québécois forment une nation originale, ils ont le droit d’aspirer à diriger eux-mêmes […] leurs institutions et leur vie collective. Ils ont également le droit d’aspirer à maîtriser complètement les leviers de leur vie politique. […] Pour M. Trudeau, au contraire, les Québécois se distinguent des autres Canadiens par la langue ; mais pour le reste, les différences qui les caractérisent n’ont pas une importance telle […]. M. Trudeau emploie le mot « réalité », non le mot « nation », pour décrire la communauté francophone, dans laquelle il englobe d’ailleurs les francophones de tout le pays, non les seuls francophones du Québec. Quand il emploie le mot « nation », c’est pour désigner tout le pays (1976b : 4).

34Ryan, à la suite, fait écho à la raison pour laquelle Trudeau se refuse de la sorte à considérer le Québec comme une nation : parce que le nationalisme mène directement à l’État-nation et que l’État-nation est à rejeter à l’heure où une interdépendance toujours plus grande fait en sorte qu’il n’y aura plus guère d’États nationaux. Et Ryan conclut en appelant à un approfondissement de cette opposition : « Ce qui sépare en définitive MM. Lévesque et Trudeau, c’est un désaccord profond sur la réalité nationale et sur ce qu’elle représente dans le monde d’aujourd’hui. Avant de se laisser emprisonner dans une querelle autour du fédéralisme et du séparatisme, il faudra d’abord approfondir cette réalité » (1976b : 4).

Le Devoir souverainiste : Lise Bissonnette

35Bissonnette entre au Devoir comme journaliste en 1974. Elle devient éditorialiste en 1978, puis rédactrice en chef en 1981. À partir de la fin de 1985, elle est signataire d’une chronique avant, moins d’un an plus tard, de quitter le quotidien à la suite de mésententes avec le directeur de l’époque, Benoît Lauzière. Elle revient au Devoir en juillet 1990 à titre de directrice, poste qu’elle occupe jusqu’en août 1998.

36Contrairement à Ryan, Bissonnette ne réfléchit pas à la question nationale en cherchant à se situer. D’emblée, elle opte pour le souverainisme. Certes, les a priori et présupposés de la position fédéraliste de Ryan apparaissent tout aussi immédiatement. Même s’il dit en comprendre les motifs, il est douteux qu’il ait véritablement été tenté par le souverainisme. Toutefois, il affiche une attitude soi-disant heuristique : il prétend, avant de se fixer, examiner les tenants et les aboutissants des positions souverainiste et fédéraliste comme s’il soupesait leurs avantages et inconvénients. Bissonnette saute ces préliminaires analytiques. Quand elle est amenée à se prononcer sur la question nationale, elle le fait directement, sans faire état d’une délibération antérieure dont l’objet aurait été une évaluation comparative du souverainisme et du fédéralisme.

37Cette attitude est à mettre en lien avec une autre dissemblance. Bissonnette ne traite pas aussi souvent que Ryan de l’alternative entre souverainisme et fédéralisme. Elle présente son choix du souverainisme comme étant définitif et ne ressent pas la nécessité de le réitérer régulièrement, sauf évidemment aux moments cruciaux des élections et des référendums. Le reste du temps, avec en l’arrière-plan sa position souverainiste, elle s’attarde surtout aux péripéties journalières du débat. Elle se prononce sur les attitudes et initiatives des acteurs politiques. Elle traite de considérations stratégiques ainsi que de l’état de l’opinion publique. Elle formule appréciations et prescriptions sur la marche à suivre pour que le Québec devienne souverain.

38Cette position se manifeste notamment sous deux aspects particuliers. D’abord, lorsqu’elle devient directrice du Devoir, Bissonnette ne s’attarde pas tout de suite à rendre publiques les grandes orientations qu’elle entend donner au quotidien — elle le fera seulement quelques mois plus tard —, mais se prononce aussitôt sur la brûlante actualité constitutionnelle qui a alors cours (1990a et 1990b). Bissonnette donne clairement à voir sa position souverainiste, mais l’expose de manière quasi sibylline en mettent l’accent sur la nécessaire volonté du Québec de se définir. Elle prend acte de l’échec de l’accord du lac Meech et l’interprète comme une décision du Canada anglais d’exercer son propre droit à l’autodétermination qui ouvre au Québec la possibilité de faire de même :

Nous voici donc au plus grand moment de liberté de choix que le Québec ait croisé depuis la Conquête. La question, pour le Québec, n’en est pas une de capacité, mais bien une de volonté, sinon de courage. Tout est là. Le temps des grands diagnostics historiques sur les malentendus entre le Québec et le Canada est terminé. […] Il s’agit de se mettre immédiatement au travail pour savoir ce que le Québec veut […] et surtout de finir par savoir s’il le veut vraiment. […] mais que devrait vouloir le Québec ? Le maximum de souveraineté pour l’essentiel, et une entente productive, organique, avec le Canada. L’heure n’est pas à choisir les modèles en feuilletant les catalogues européens d’unions fédératives, de superstructures, de communautés et autres façons de s’épouser sans passer par la fusion corps et âme. L’heure est à définir jusqu’où le Québec veut aller (1990a : A8).

  • 8 Bissonnette propose du rapport Allaire une longue analyse en trois éditoriaux (1991a, 1991b et 1991 (...)

39Pour Bissonnette, l’affaire semble donc entendue : elle affiche sa position souverainiste sans prendre la peine de la fonder sur une démonstration exhaustive. Il faut dire qu’elle revient au Devoir dans un climat de grande effervescence. Le Québec et le Canada sont plongés en pleine tourmente constitutionnelle. L’accord du lac Meech négocié en 1987, qui prévoyait la reconnaissance du Québec comme société distincte, vient tout juste de mourir de sa belle mort. Le premier ministre du Québec, Robert Bourassa, réagit en faisant sa célèbre déclaration du 22 juin 1990 dans laquelle il affirme que « […] le Québec est, aujourd’hui et pour toujours, une société distincte, libre et capable d’assumer son destin et son développement ». Sera bientôt créée la commission Bélanger-Campeau sur l’avenir politique et constitutionnel du Québec, dont le mandat est d’examiner toutes les options possibles, y compris la souveraineté. Le rapport Allaire, qui mène un procès accablant du fédéralisme canadien et pose que la souveraineté serait tout à fait viable, est adopté par le Parti libéral du Québec8. Les choses, après coup, se précipitent : une nouvelle ronde de pourparlers constitutionnels est lancée qui mène à l’accord de Charlottetown, qui lui aussi se solde par un échec à l’occasion d’un référendum pancanadien tenu en 1992. Entretemps est créé en 1991 le Bloc québécois, qui fait élire plus des deux tiers des députés québécois aux élections fédérales de 1993. Le Parti québécois reprend le pouvoir en 1994 et tient un nouveau référendum sur la souveraineté en 1995.

40Bissonnette assume la direction du Devoir au cours de la période où le souverainisme suscite l’adhésion populaire la plus forte et où il parvient presque à s’imposer. Elle ne se positionne pas à contre-courant. Dans les deux éditoriaux où elle expose les grandes lignes de sa direction (1990c et 1990d), elle modifie l’appréhension du Devoir de la question nationale de telle sorte que la souveraineté devient une option véritablement prise en compte :

Il n’y a pas de Saintes Écritures auxquelles doit se soumettre à tout jamais LE DEVOIR, quant à la forme d’organisation politique qui gouvernera finalement le Québec et le Canada, si jamais l’éternelle querelle connaît une conclusion. […] le Canada dont les premiers lecteurs du DEVOIR rêvaient en 1910 ne peut pas se réaliser. Non pas parce que de malheureux accords constitutionnels ont encore une fois sombré dans le calcul et la gabegie. Mais parce que ce que le Canada, et le Québec, ne sont plus ce qu’ils étaient. La donne n’est plus la même : diversité ethnique, droits des populations indigènes, répartition des richesses entre régions, libéralisation des échanges commerciaux, grandes alliances internationales, tout l’environnement politique a changé radicalement. […] LE DEVOIR n’a pas le droit, dans ces conditions, d’écarter d’emblée, pour des raisons de doctrine, des formules de rupture entre le Québec et le Canada, qui recevraient l’assentiment démocratique et majoritaire des Québécois (1990c : A8).

41Ce faisant, Bissonnette se trouve à prendre le contre-pied de la première raison formulée par Ryan en faveur de l’hypothèse canadienne : l’attachement du Devoir au Canada.

42Par ailleurs, aussi importantes soient-elles, la question nationale et la souveraineté ne sont pas pour Bissonnette des obsessions exclusives. À leur marge mais aussi dans leur visée, elle dresse un véritable programme politique autour de questions qu’elle juge capitales : la pluriethnicité et le caractère français du Québec, la réhabilitation du social au côté de l’économique, l’éducation, l’environnement et la culture. Bissonnette va très loin dans son insistance sur l’importance de celle-ci :

  • 9 Sur beaucoup de questions autres que la souveraineté, Bissonnette prend des positions très tranchée (...)

Sans conviction quant à la centralité de la culture contemporaine, tous les débats sur la question nationale ne sont que fumisterie. Les artistes ont toujours été les porteurs de sens de la société québécoise. Quiconque les fréquente aujourd’hui peut d’ailleurs profiter d’une fenêtre privilégiée sur le Québec de demain, sur son langage et ses métissages, toutes choses qu’une constitution ne pressent pas, mais ne doit pas contredire sous peine de se retrouver aussi déphasée que la constitution canadienne (1990b : A6)9.

43Bissonnette fait reposer sa défense du souverainisme sur trois ordres de considérations complémentaires : « Il y a […] trois thèmes qui fondent l’option de la souveraineté : l’identité québécoise, le blocage qu’impose la fédération canadienne, et son inquiétante évolution prévisible » (1995a : A8).

44Sur l’identité québécoise, Bissonnette tient une position qui diverge du point de vue indépendantiste orthodoxe suivant lequel le Québec est en quelque sorte destiné à accéder à la souveraineté du fait qu’il constitue une nation. Pour elle, la souveraineté ne relève pas d’une nécessité ontologique, mais ainsi qu’elle en fait l’affirmation à de nombreuses reprises, s’impose comme une conclusion à tirer logiquement du développement historique du fédéralisme canadien : « Pour certains, la souveraineté est une religion, un devoir qui s’impose au peuple québécois depuis sa naissance. Pour d’autres, et nous en sommes, la souveraineté est une conclusion » (1995b : A10). Pour Bissonnette, la souveraineté s’impose du fait d’une incompatibilité entre la vision que se sont toujours faite les Québécois du Canada et ce que celui-ci devient : 

La souveraineté, à mes yeux, n’est pas une sorte de prédestination du Québec. Elle m’apparaît nécessaire à cause de la direction qu’une majorité de Canadiens veut légitimement imprimer à un pays dont l’idée ne correspondra plus jamais à celle que partagent une majorité de Québécois, de diverses allégeances politiques, et que Le Devoir a sans cesse défendue (1998 : A6).

45La conclusion souverainiste de Bissonnette procède de la considération que le Canada n’est pas parvenu à tenir compte de la différence québécoise : « La souveraineté est la conclusion d’un acte manqué […] » (1995b : A10). Le Canada est un idéal qui ne s’est pas concrétisé ; le rêve qu’il constituait à l’origine a été brisé par la réalité : « […] le Canada a changé, a tourné le dos à sa dualité. Il a suivi sa pente naturelle, légitime, normale ; étant donné sa composition démographique et ses propres aspirations, auxquelles il a droit autant que la société québécoise » (1995b : A10). L’échec du fédéralisme canadien est en quelque sorte structurel. Il survient en raison de la dynamique naturelle qui anime le Canada. Le problème, c’est évidemment que celle-ci lamine la spécificité québécoise : « Le Canada a désormais de lui-même, sous l’effet de sa Constitution remaniée et de son évolution culturelle et sociale, une vision dont la doctrinaire beauté ne sied pas à la différence québécoise et finira par la miner » (1998 : A6). Il y a du fatalisme dans la position de Bissonnette. Elle prend acte de l’insuccès des tentatives de renouvellement du fédéralisme, qui « se sont terminées sur un non-lieu » (1994 : A6) et, sans grand état d’âme, appelle le Québec à lâcher prise.

46Ce n’est pas véritablement par nationalisme que Bissonnette adhère au souverainisme. C’est précisément cela qu’elle cherche à indiquer quand elle marque que pour elle, la souveraineté est une conclusion. Bissonnette a sur le nationalisme québécois et sur le nationalisme en tant que tel une position nuancée qui tend à se démarquer de toute idéologie trop simpliste. Si, pour elle, c’est bien en raison de sa spécificité nationale que le Québec requiert un statut politique autonome, elle n’adhère par ailleurs pas à l’idée d’État-nation. À ses yeux, le fait de constituer une communauté nationale n’implique pas forcément l’accession à la souveraineté : « On ne se <sépare> pas nécessairement parce qu’on est <différent> […] » (1995a : A8). Cependant, pour ce qui est du Québec, elle estime que la souveraineté est la solution du fait de l’échec du fédéralisme canadien à tenir compte de sa différence. Le souverainisme de Bissonnette procède d’une renonciation assumée : « […] il ne sert à rien de rechigner sur ce qui aurait pu être [<si le Canada avait reconnu le Québec comme peuple à part entière>], il est temps de tourner la page, et de décider d’être » (1995b : A10).

47Tout en ne revendiquant pas en tant que tel et dans toutes ses acceptions le nationalisme, Bissonnette se refuse à en condamner la dimension fondamentale : l’appartenance identitaire. Il ne lui apparaît pas fondé de considérer qu’elle est voie de disparition au profit de l’interdépendance fédérative : « Après un moment d’euphorie — c’était la fin de l’histoire et des nations, disait-on — on reconnaît aisément aujourd’hui que la mondialisation devra s’appuyer sur le dynamisme de sociétés d’appartenance, de zones d’identitaires où les individus se regroupent pour faire face aux nouveaux défis mondiaux sans s’y perdre » (1995b : A10). C’est en regard de cette nécessité que Bissonnette réagit au parallèle entre la fédération canadienne et l’Europe souvent évoqué (de façon particulièrement insistante par le premier ministre Bourassa) pour faire valoir l’intérêt de celle-ci quand ce n’est pas pour s’opposer carrément au projet de souveraineté du Québec. Elle commence par établir que « […] l’Europe, jusqu’à nouvel ordre et même si elle devait s’étreindre jusqu’à une forme d’union politique, reste une collection de fortes souverainetés » (1990e : A8) pour ensuite alléguer que, si le Canada voulait prendre modèle sur l’union politique à l’européenne, il devrait consentir « […] à une énorme rupture avec le statu quo » (1990e : A8) qui permettrait de « […] d’abord définir les souverainetés de ses composantes » (1990f : A10). Autrement dit, se calquer sur l’Europe impliquerait de reconnaître l’identité nationale québécoise.

48Dans l’une de ses rares références à Ryan, Bissonnette pourfend l’argument de celui-ci suivant lequel le fédéralisme serait un meilleur garant des libertés que le souverainisme. Pour Bissonnette, il s’agit là d’un « cliché », présenté comme une « vérité révélée », qui se révèle sans fondement :

C’est évidemment notre régime démocratique, bien plus que le système fédéral en soi, qui a eu raison au Canada, au Québec et dans les autres provinces, des quelques tentations politiques autoritaires. Et quand des pouvoirs ont été discriminatoires et des droits ont été bafoués, le système fédéral a rarement été l’instrument de redressement. De l’internement des Japonais en temps de guerre jusqu’aux arrestations sans mandat et aux emprisonnements sans procès de la Crise d’octobre 1970, les « paliers » de gouvernement ont sombré ensemble dans l’hystérie plutôt que de vivre en tension, et de s’obliger mutuellement à plus d’équilibre (1990g : A8).

  • 10 Bissonnette prend à son compte, à ce propos, la thèse générale de Jean Daniel qu’elle cite : « […] (...)

49Par ailleurs, Bissonnette n’est pas sans voir les effets potentiellement néfastes du nationalisme quand il se caricature en nationalisme ethnique, ou même seulement en « […] un vieux fond, désolant, d’esprit minoritaire », ou encore en une « […] trace de l’esprit colonisé qui a besoin de se gonfler l’égo pour cesser de s’excuser d’exister » (1990d : A10). Elle renverse toutefois la perspective la plus convenue sur la relation entre le souverainisme et ces travers du nationalisme. À ses yeux, la souveraineté n’est pas une exacerbation d’un sentiment national dévoyé mais tout au contraire la condition de son effacement : « […] l’esprit colonisé […] n’est surtout pas une raison pour faire la souveraineté et à la limite, on pourrait même souhaiter la faire, cette souveraineté, pour arriver un jour à se débarrasser d’un si méchant syndrome » (1990d : A10). En somme, selon Bissonnette, la souveraineté aurait pour effet, en la réglant, d’évacuer de la question nationale ses relents néfastes, de « dépouiller le nationalisme de son reste d’amertume » (1980b : 4)10. Bissonnette va encore plus loin dans le retournement et soutient, en prenant carrément le contre-pied de la pensée de Trudeau, que le nationalisme ethnique est une conséquence du fédéralisme canadien dont, par conséquent, la souveraineté serait l’affranchissement :

La souveraineté est […] une nécessaire libération. Le « nationalisme ethnique » que l’on nous reproche, non sans raison […] est un effet pervers du statut politique du Québec au sein de la fédération. Ce repli sur le « nous », qui sous-entend souvent le seul « nous francophone », perdure à cause du type de citoyenneté que nous propose le Canada. […] On n’accepte de reconnaître le Québec que dans sa différence linguistique, une langue qu’il faut préserver dans le formol, comme une espèce menacée d’extinction. […] C’est cela, le repli sur l’ethnie. La capacité pour le Québec d’étendre son influence, ses pouvoirs de décision, d’être assez fort pour intégrer pleinement les nouveaux venus et leurs descendants, tout cela aurait été possible si le Canada l’avait reconnu comme peuple à part entière (1995b : A10).

50La souveraineté pourrait ainsi être libératrice du nationalisme parce qu’elle serait d’abord libération tout court. Bissonnette a beau être réfractaire à « l’esprit colonisé », la toute première formulation qu’elle donne à la raison identitaire de faire la souveraineté est l’état d’infériorité dans lequel sont maintenus les Québécois. C’est à l’occasion du référendum de 1980 qu’elle tient, pour une rare fois, ce discours à l’accent anticolonialiste. Le contexte au Devoir est alors assez particulier. Ryan en a quitté la direction deux ans plus tôt et son successeur, Jean-Louis Roy, n’entrera en fonction que quelques mois plus tard seulement. Durant les presque trois ans de vacance, au moment donc du référendum du 20 mai 1980, il n’y a pas au Devoir de leadership éditorial bien affirmé. C’est ainsi en rangs dispersés que les éditorialistes prennent individuellement position. Michel Roy, reprenant pour l’essentiel l’argumentation fédéraliste de Ryan, se prononce pour le non alors que Jean-Claude Leclerc, Michel Nadeau et Lise Bissonnette optent plutôt pour le oui.

  • 11 Et la seule avant qu’elle soit directrice.

51C’est la toute première fois que Bissonnette prend position pour la souveraineté11. Le motif initial qu’elle fait valoir est que les Québécois sont « toujours des seconds ici » (1980b : 4). Bissonnette en veut pour preuves « les inégalités individuelles » qui font en sorte que

[...] le revenu moyen de l’ensemble de la population active francophone est toujours inférieur, de près de un cinquième, à celui des anglophones[, qu’]il faut être finissant d’une école secondaire anglaise pour avoir, au Québec, trois fois plus de chances d’accès à l’université [et que] même leur impressionnante acquisition de nouveaux emplois dépend en grande partie de facteurs comme la croissance de la main-d’œuvre dans les secteurs public et parapublic, […] croissance pratique terminée désormais et [qui] fait illusion aux francophones tout en les enfermant dans une sorte de ghetto (1980b : 4).

52Aux yeux de Bissonnette, ces constatations « [...] sont le signe d’une société bloquée » (1980b : 4). Pour que la situation puisse être renversée, il faudrait que « […] l’État québécois [puisse] intervenir autrement qu’en se multipliant lui-même dans la fonction publique et parapublique. [Qu’il puisse] agir plus efficacement sur d’autres leviers de développement » (1980b : 4). Bissonnette fait ici écho à la pensée de Ryan selon laquelle la spécificité du Québec s’incarne dans la capacité politique de son gouvernement, motif de la nécessaire modification en profondeur de la fédération canadienne. Contrairement à son prédécesseur, Bissonnette ne croit pas cette révision possible et est plutôt d’avis que le fédéralisme empêche l’État québécois de se développer pleinement et paralyse ainsi la société québécoise. C’est d’abord en cela que la souveraineté est, pour Bissonnette, une « conclusion ».

53Le blocage du Québec, tel que Bissonnette le perçoit, est devenu structurel. Le fédéralisme canadien aurait pu fonctionner ; il a cependant connu une évolution qui l’a rendu dysfonctionnel :

Les dédoublements de programmes gouvernementaux dispersent des ressources rares. Le type de redistribution qu’a choisi le Canada encourage la dépendance plutôt qu’il stimule le dynamisme des économies régionales. Les programmes fédéraux, obsédés de normalisation d’un océan à l’autre, sont sources de frustrations et accroissent les coûts de la machine gouvernementale. Le Canada, en somme « est de moins en moins gouvernable » (1991a : A6).

54Le plus évident symptôme de ce désordre est le chevauchement — dont Bissonnette, à la suite de Lévesque, tire abondamment argument :

Qu’il s’agisse de formation de la main-d’œuvre, d’éducation, de santé, de politiques familiales, de fiscalité, du champ d’avenir, que sont les télécommunications, on peut partout trouver des lieux où Ottawa et Québec mènent des actions qui se chevauchent et s’entrechoquent, pour finir par paralyser le développement (1995a : A8).

55Ce dysfonctionnement aurait pu être corrigé. Le fédéralisme aurait pu être réformé de telle sorte que le Québec obtienne une dévolution accrue de pouvoirs qui lui aurait permis de mieux maîtriser son développement. C’était le sens, unique et commun, des demandes historiques du Québec — qui englobaient la question de l’identité nationale, mais qui ne s’y réduisaient pas :

Certains réclament cette dévolution au nom de la rationalité, du fonctionnalisme, du vrai fédéralisme. […] D’autres la réclament au nom de l’affirmation nationale, de la distinction québécoise. […] Mais sous un couvert ou un autre, c’est toujours la même aspiration fondamentale qui pousse le Québec dans son dialogue avec le Canada (1992a : A10).

56Il se trouve, cependant, que la mutation du Canada s’est faite dans le sens opposé. La nouvelle Constitution canadienne de 1982 et la Charte des droits qui y est greffée ont

[…] fait du Québec une province comme les autres, à jamais […] et légitimé l’intrusion fédérale dans les affaires provinciales [et] confirmé les nouveaux pouvoirs que s’attribuait Ottawa dans des champs mal identifiés par la constitution de 1867 (1995b : A10).

57C’est cette « faillite du fédéralisme canadien » (1995b : A10) qui entraîne le blocage de la société québécoise : « […] les grands leviers du futur lui échappent désormais : les communications dans la société de l’information, le pouvoir de décision sur les grandes orientations technologiques, la stratégie du travail, la participation directe aux affaires internationales, par exemple. L’ordre constitutionnel canadien les lui interdit » (1995b : A10). L’échec de l’accord de Meech et la parodie de l’accord de Charlottetown sont venus confirmer ce cul-de-sac. Seule la souveraineté permettrait au Québec de sortir de cette « impasse débilitante pour deux peuples en collision » (1995b : A10).

58Non seulement le fédéralisme bloque-t-il la société québécoise, mais encore cet effet néfaste a toutes les chances de s’accentuer. Car le fédéralisme connaît une évolution centralisatrice ; son dynamisme profond va dans le sens d’un accroissement du pouvoir du gouvernement fédéral au détriment du Québec et des autres provinces réduits au rôle de simples exécutants. C’est à propos de l’accord de Charlottetown que Bissonnette formule pour la première fois ce diagnostic :

Ce n’est pas une nouvelle division des pouvoirs qui y apparaît. C’est une nouvelle division des tâches entre Ottawa et les provinces, une nette hiérarchisation des rôles, qui restera comme la marque de cette phase de renouvellement du fédéralisme. Il y a là un troc. D’un côté le gouvernement fédéral devient le grand timonier dans tous les domaines de l’activité étatique : il établit les cadres, oriente les politiques, fixe les grands objectifs. Les provinces acceptent cette présence tutélaire sur leur terrain mais gagnent en contrepartie une plus forte marge de manœuvre dans l’application des politiques convenues au centre. L’un est à la conception, l’autre à l’exécution relativement autonome (1992b : A12).

59Il ne s’agit pas là, selon Bissonnette, d’une idiosyncrasie de Charlottetown, mais d’une tendance lourde de l’évolution du fédéralisme :

Le Canada qu’on nous dessine est une société cohérente, hiérarchisée, où le centre est au sommet, le gouvernement fédéral établit les grands principes des choix sociaux, politiques, économiques et même culturels et les provinces les mettent en œuvre, elles livrent des services. Telle est, sur le terrain, « l’évolution » du fédéralisme canadien (1995b : A10).

60Bissonnette comprend parfaitement que le fédéralisme évolue dans ce sens, que ce mouvement centralisateur soit justifié du point de vue du Canada anglais. Mais elle prend acte, aussi, qu’il sonne le glas de la dualité canadienne. Pour elle, le fédéralisme hiérarchique marque la fin de la reconnaissance de la spécificité du Québec et anéantit les visions d’une société distincte et d’un statut particulier. Ce faisant, il ouvre par ailleurs la possibilité de la souveraineté : « Le Canada a droit à ses options, le Québec également, il lui faut en recouvrer la liberté » (1995b : A10).

Le changement de cap du Devoir sur la question nationale

61Quels sont les points précis de divergence entre Ryan et Bissonnette ? En quoi leurs positions respectives sur la question nationale divergent-elles exactement ? Sous quels aspects bien définis Le Devoir passe-t-il du fédéralisme au souverainisme ?

62Peut-être de façon un peu étonnante, l’analyse des éditoriaux des deux directeurs fait apparaître une grande communauté de pensée et donne à voir que le changement de position du journal ne constitue pas une rupture radicale, mais résulte de modifications qui, sans être accessoires, restent essentiellement tributaires de considérations contextuelles.

63Sous les dehors d’une opposition très conflictuelle, les points de vue de Ryan et Bissonnette comportent, sur le fond, des similitudes telles que leur traitement de la question nationale se révèle finalement très voisin. Ils partagent, d’abord, un a priori tout à fait semblable : la spécificité du Québec. Pour Bissonnette, cette particularité s’incarne dans une identité nationale. Ryan n’utilise pas le terme d’identité, sans doute en raison de sa connotation mais aussi du fait qu’il n’était pas particulièrement en vogue à l’époque de sa direction. S’il se montre méfiant à l’égard de l’« homogénéité » que lui semble impliquer le souverainisme, il affirme avec force la singularité du Québec. D’ailleurs, s’il exprime des réserves sur la « société très homogène dont rêvent les souverainistes », à laquelle il préfère « la société large et diverse » (1973 : 4) du système fédéral, Ryan n’hésite pas à reconnaître que « c’est parce qu’ils contrôlent à Québec un gouvernement assez homogène […] capable de traduire habituellement […] leurs aspirations les plus spontanées [que] les [Canadiens français] constituent une force distincte et tout à fait originale » (1968a : 4). C’est en raison de la spécificité du Québec que Ryan appelle à reconnaître la société distincte et à lui octroyer un statut particulier. C’est en raison de l’impossibilité du fédéralisme à tenir compte de la spécificité du Québec et à lui permettre de s’épanouir que Bissonnette conclut au souverainisme.

64Un second point de forte convergence entre Ryan et Bissonnette est leur attitude commune à l’égard du nationalisme. Tous deux manifestent une grande résolution à le tenir à distance, à tout le moins à ne pas lui accorder un statut déterminant dans leur prise de position. Cette réticence, ils la font porter à la fois sur l’idéologie nationaliste en tant que telle et sur le nationalisme québécois. Comme nous l’avons vu, sauf au moment où l’opposition entre souverainisme et fédéralisme prend la figure concrète de l’antagonisme entre Lévesque et Trudeau, Ryan défend le fédéralisme en ne tenant à peu près pas compte du nationalisme. En tout cas, comme nous l’avons souligné, il cherche à frayer sa voie propre en tentant de s’affranchir de l’idée de nation et sa critique de l’État-nation est particulièrement molle. Presque toujours, Ryan laisse dans l’ombre le nationalisme québécois. La spécificité du Québec, il la caractérise par la société distincte plutôt par la nation distincte. Son choix de « l’hypothèse canadienne », il le démarque avec insistance de l’antinationalisme de Trudeau. Bref, s’il ne se réclame pas du nationalisme, Ryan n’en fait pas non plus un moteur a contrario de son option fédéraliste.

65Curieusement, la souverainiste Bissonnette se montre beaucoup plus critique à l’égard du nationalisme québécois que le fédéraliste Ryan. Quand elle tire la conclusion de la souveraineté, elle marque soigneusement qu’elle ne l’infère pas de « l’esprit colonisé ». Elle prend même carrément les choses à rebours en avançant que celui-ci ne justifie pas la souveraineté, mais qu’au contraire la souveraineté permettra de le faire disparaître. De même, Bissonnette fait preuve d’une plus grande netteté et de plus de virulence que Ryan dans son refus de l’idée d’État-nation. Elle écrit en toutes lettres que ce n’est pas en raison de sa spécificité en tant que telle que le Québec devrait devenir souverain, mais parce que le Canada ne consent pas à reconnaître son identité et à s’organiser en conséquence. Par ailleurs, Bissonnette n’est pas plus antifédéraliste que Ryan n’est antinationaliste. Elle conçoit que le Canada aurait pu fonctionner, qu’un Canada dans lequel la différence québécoise aurait été reconnue « aurait pu être » (1995b : A10). Il s’est seulement trouvé, d’après elle, que des choix politiques ont tracé à la fédération canadienne des orientations devenues irréversibles qui l’emprisonnent dans une logique centralisatrice dans laquelle le Québec voit son identité se diluer. Si Bissonnette n’est pas ainsi « fédéralophobe », elle n’est pas non plus « fédéralophile ». Le fédéralisme n’est pas pour elle un système avantageux par nature. Elle s’insurge, avec quelque impatience, contre l’idée à la mode suivant laquelle il aurait des qualités immanentes. Surtout, elle fait valoir que le fédéralisme repose, en principe et en pratique, sur des regroupements identitaires qu’elle ne réduit cependant pas aux seules communautés nationales.

66Si les points de vue de Ryan et de Bissonnette ne correspondent pas en tous points, ils sont suffisamment similaires pour leur faire adopter des positions à bien des égards identiques dans le champ argumentatif sur la question nationale. Dans une recherche antérieure (2006b), j’ai proposé que les argumentations fédéraliste et souverainiste classiques sont chacune constituées d’une triade d’arguments principaux dont le point d’articulation essentiel est un raisonnement déductif du nationalisme dans le cas du souverainisme et un raisonnement analogique du supranationalisme dans le cas du fédéralisme. Le raisonnement déductif du nationalisme est le syllogisme posant qu’il est légitime pour le Québec d’accéder à la souveraineté (ou qu’il devrait le faire) du fait que les Québécois forment un peuple. Il s’agit de l’argument le plus courant des souverainistes ; il est notamment décliné de diverses manières par Lévesque et tous ceux qui lui ont succédé à la tête du Parti québécois. Le raisonnement analogique du supranationalisme, lui, avance que le Québec devrait continuer de privilégier l’appartenance à un ensemble fédéral comme toutes les nations sont amenées à le faire dans le contexte contemporain de la mondialisation. C’est, à cet égard, l’exemple de la construction européenne qui est le plus souvent évoqué. Cet argument, constamment repris par tous les fédéralistes, est, au dire de Bissonnette, poussé jusqu’à la monomanie par Bourassa.

67Ces deux arguments structurent le débat sur la question nationale selon un axe antithétique où souverainisme et fédéralisme sont non seulement contradictoires et où leur antinomie impose le tiers exclu, mais encore où ils s’enracinent tous deux dans l’opposition à l’autre : dans l’espace argumentatif qu’ils aménagent, on est souverainiste parce qu’on rejette le fédéralisme et on est fédéraliste parce qu’on récuse le souverainisme. Ryan et Bissonnette, chacun à leur manière, traitent de la question du Québec en cherchant délibérément à échapper à la logique qu’impose la connivence, évidemment non voulue, des raisonnements déductifs du nationalisme et analogique du supranationalisme. Fondamentalement, les éditorialistes du Devoir tendent à se situer dans une ouverture qui se déploie ailleurs que dans ce cadre argumentaire. Même s’il reconnaît au fédéralisme des vertus de système, Ryan n’y est pas attaché, foncièrement, parce qu’il fait barrage au nationalisme. De même, Bissonnette ne défend pas le souverainisme parce qu’elle nierait la nécessité de regroupements supranationaux.

68Tous deux adoptent une attitude essentiellement pragmatique. Leur divergence fondamentale tient à l’appréciation distincte qu’ils font l’un et l’autre de l’expérience et de l’évolution du fédéralisme canadien. Pour Ryan, malgré ses carences, le fédéralisme est profitable au Québec. Pour Bissonnette, au contraire, le système canadien est tel que le Québec s’y perd lui-même. Le désaccord entre Ryan et Bissonnette est tout dans cette estimation discordante qu’ils ont de l’appartenance du Québec au Canada, du calcul opposé qu’ils font de ses coûts et bénéfices. En cela, Ryan et Bissonnette s’accordent assez parfaitement avec les deux arguments subsidiaires des triades argumentatives du souverainisme et du fédéralisme que je relève dans l’analyse dont il est fait plus haut mention. Il s’agit d’un argument de responsabilité et d’un argument de nécessité dans le cas du premier et d’un argument de mérite et d’un argument d’effet néfaste dans le cas du second. L’argument de responsabilité de l’argumentaire souverainiste classique stipule que le fédéralisme est la cause du sous-développement relatif du Québec ; l’argument de nécessité, que la souveraineté est la condition de son plein épanouissement. L’argument de mérite de l’argumentaire fédéraliste classique soutient que le Québec tire profit de faire partie du Canada ; l’argument d’effet néfaste, que son retrait de la fédération canadienne aurait des conséquences funestes. Globalement, Bissonnette adhère au premier bloc d’arguments et Ryan, au second.

69Leur argumentation sur la question nationale est ainsi essentiellement contextuelle. En tout cas, elle procède moins d’options idéologiques préalables que de leur évaluation de la conjoncture. On se surprend, cela étant, à imaginer quelle position ils auraient tenue si leur situation avait été inversée. Bissonnette est résolument souverainiste lorsqu’elle prend la direction du Devoir immédiatement après l’échec de Meech. Mais lors de son premier passage au Devoir, entre 1974 et 1986, à l’exception notable du référendum de 1980, elle n’affiche pas une position souverainiste. Bien sûr, elle n’est pas, alors, en position d’autorité ; elle exerce néanmoins un leadership et un ascendant certains, particulièrement à partir du moment où Ryan quitte Le Devoir en 1978, qui lui permettaient une grande latitude d’expression. Elle ne la met pas au service de la souveraineté comme elle le fait à compter de 1990. Les relations entre le Québec et le reste du Canada sont à ce moment-là dans un état de tension qui l’incite à expliciter plus durement son point de vue sur la question nationale. Quant à Ryan, on peut légitimement se demander comment il aurait réagi si, durant la décennie 1990, il avait été directeur du Devoir plutôt que ministre de Bourassa. L’échec de Meech s’est avéré incommensurablement plus grave que les tiraillements constitutionnels des années 1960. Son impatience d’alors n’aurait-elle pu le pousser jusqu’au souverainisme ? Surtout si son passage à la politique ne l’avait pas braqué et sans doute aussi un peu aigri.

70Quoi qu’il en soit, l’évolution de la position du Devoir imprimée par Ryan et par Bissonnette apparaît à bien des égards située dans la continuité davantage que dans la rupture.

Haut de page

Bibliographie

BISSONNETTE, Lise (1980a), « L’intervention de M. Trudeau », Le Devoir, 17 avril, p. 4.

BISSONNETTE, Lise (1980b), « Une société bloquée », Le Devoir, 12 mai, p. 4.

BISSONNETTE, Lise (1990a), « Un superbe moment pour bouger. L’heure est à définir jusqu’où le Québec veut aller », Le Devoir, 3 juillet, p. A8.

BISSONNETTE, Lise (1990b), « Qui parle de se reposer ? Le Québec a une multitude de travaux à reprendre », Le Devoir, 4 juillet, p. A6.

BISSONNETTE, Lise (1990c), « LE DEVOIR, un héritage », Le Devoir, 24 septembre, p. A8.

BISSONNETTE, Lise (1990d), « LE DEVOIR, un projet », Le Devoir, 25 septembre, p. A10.

BISSONNETTE, Lise (1990e), « Le disciple de Monnet. M. Bourassa n’évoque qu’un aspect de sa <superstructure> », Le Devoir, 5 juillet, p. A8.

BISSONNETTE, Lise (1990f), « La course à obstacle. La Commission n’a pas mis toutes les chances de son côté », Le Devoir, 6 septembre, p. A10.

BISSONNETTE, Lise (1990g), « Le syndrome de l’orphelinat », Le Devoir, 10 décembre, p. A8.

BISSONNETTE, Lise (1991a), « Partir et rester I », Le Devoir, 1er février, p. A6.

BISSONNETTE, Lise (1991b), « Partir et rester II », Le Devoir, 2 février, p. A8.

BISSONNETTE, Lise (1991c), « Partir et rester III », Le Devoir, 4 février, p. A10.

BISSONNETTE, Lise (1992a), « L’écart », Le Devoir, 13 juillet, p. A10.

BISSONNETTE, Lise (1992b), « Un fédéralisme hiérarchique », Le Devoir, 10 octobre, p. A12.

BISSONNETTE, Lise (1994), « Le choix du Devoir Le Parti québécois, avec nonobstant », Le Devoir, 7 septembre, p. A6.

BISSONNETTE, Lise (1995a), « Le projet de société », Le Devoir, 25 septembre, p. A8.

BISSONNETTE, Lise (1995b), « La souveraineté, pour la suite du Québec », Le Devoir, 26 octobre, p. A10.

BISSONNETTE, Lise (1998), « Post-scriptum », Le Devoir, 6 août, p. A6.

BISSONNETTE, André (2005), « Claude Ryan : un nationaliste-fédéraliste modéré » dans Gérard BOISMENU (dir.), Ruptures et continuité de la société québécoise. Trajectoires de Claude Ryan, Montréal, Université de Montréal, Faculté des études supérieures, p. 80-89.

GAUTHIER, Gilles (2002), « L’argumentation éditoriale. Le cas des quotidiens québécois », Studies in Communication Sciences, 2(2), p. 21-46.

GAUTHIER, Gilles (2005a), « Argumentation et opinion dans la prise de position éditoriale » dans Marcel BURGER et Guylaine MARTEL (dir.), Argumentation et communication dans les médias, Québec, Éditions Nota bene, p. 131-155.

GAUTHIER, Gilles (2005b), « La rigueur éditoriale : les cas de Bernard Descôteaux du Devoir et d’André Pratte de La Presse », Les Cahiers du journalisme, 14, p. 252-269.

GAUTHIER, Gilles (2006a), « La prise de position éditoriale. L’exemple de la presse québécoise », Communication, 25(1), p. 112-133.

GAUTHIER, Gilles (2006b), « L’argumentation sur la question nationale au Québec », Globe, 9(1), p. 257-274.

GAUTHIER, Gilles (2007a), « La structure et les fondements de l’argumentation éditoriale », Les Cahiers du journalisme, 17, p. 322-342.

GAUTHIER, Gilles (2007b), « Editorial argumentation in the American press. A look at the New York Times and Washington Post » [En ligne]. http://www.com.ulaval.ca/personnel/professeurs/gilles_gauthier/Editorial_Argumentation.pdf.

GAUTHIER, Gilles (2008), « La discussion éditoriale », Communication, 26(2), p. 151-173.

GAUTHIER, Gilles (2010a), « Le problème du repérage des arguments. Le cas de l’éditorial journalistique », Communication, 28(1), p. 71-100.

GAUTHIER, Gilles (2010b), « La généalogie de la position fédéraliste de Claude Ryan au Devoir », Politiques et sociétés, 29(2), p. 77-95.

GAUTHIER, Gilles (à paraître), « La justification morale dans le débat public. Un exemple : l’affaire Juppé ».

GAUVREAU, Michael (2009), « Catholicisme, nationalisme et fédéralisme dans la pensée de Claude Ryan : la contribution de l’Action catholique, 1945-1964 », Revue d’histoire de l’Amérique française, 62(3-4), p. 429-472.

LACHAPELLE, Guy (2005), Claude Ryan et la violence du pouvoir. Le Devoir et la Crise d’octobre 1970 ou le combat de journalistes démocrates, Québec, Presses de l’Université Laval.

LECLERC, Aurélien (1978), Claude Ryan, l’homme du devoir, Montréal, Quinze.

MARCIL, Olivier (2002), La raison et l’équilibre. Libéralisme, nationalisme et catholicisme dans la pensée de Claude Ryan au Devoir (1962-1978), Montréal, Éditions Varia.

MONIÈRE, Denis (2005), « Les tiraillements d’une mutation identitaire au pays du fédéralisme utopique » dans Gérard BOISMENU (dir.), Ruptures et continuité de la société québécoise. Trajectoires de Claude Ryan, Montréal, Université de Montréal, p. 90-101.

RYAN, Claude (1963a), « Vers un Canada nouveau », Le Devoir, 24 juillet, p. 4.

RYAN, Claude (1963b), « À la base du mandat Laurendeau-Dunton une prémisse indéniable : la dualité culturelle », Le Devoir, 9 novembre, p. 4.

RYAN, Claude (1964a), « La position du Devoir dans la crise actuelle du Canada [1] », Le Devoir, 18 septembre, p. 4.

RYAN, Claude (1964b), « La position du Devoir dans la crise actuelle du Canada [2] », Le Devoir, 19 septembre, p. 4.

RYAN, Claude (1964c), « À la recherche de la pierre philosophale », Le Devoir, 14 mai, p. 4.

RYAN, Claude (1964d), « Une thèse ambiguë : celle des <deux nations> », Le Devoir, 26 février, p. 4.

RYAN, Claude (1964e), « Deux cultures ou deux nations », Le Devoir, 16 juin, p. 4.

RYAN, Claude (1965), « La formule du statut particulier », Le Devoir, 30 novembre, p. 4.

RYAN, Claude (1966a), « La position de M. Robarts dans le dialogue canadien », Le Devoir, 18 janvier, p. 4.

RYAN, Claude (1966b), « La difficile recherche de l’égalité », Le Devoir, 30 juin, p. 4.

RYAN, Claude (1967a), « Le fédéralisme, voie préférentielle de la liberté et de la collaboration », Le Devoir, 23 septembre, p. 4.

RYAN, Claude (1967b), « Un nouveau pas vers la minute de vérité », Le Devoir, 20 septembre, p. 4.

RYAN, Claude (1967c), « Questions sans réponse », Le Devoir, 18 novembre, p. 4.

RYAN, Claude (1967d), « Les simplifications de M. Pierre Elliott Trudeau », Le Devoir, 15 mars, p. 4.

RYAN, Claude (1967e), « Autres questions sans réponse », Le Devoir, 20 novembre, p. 4.

RYAN, Claude (1968a), « L’avenir politique des Canadiens français : propos d’actualité », Le Devoir, 22 juin, p. 4.

RYAN, Claude (1968b), « Les deux visages du Québec face au problème canadien », Le Devoir, 31 décembre, p. 4.

RYAN, Claude (1970a), « 1910-1970 : Le Devoir d’hier et d’aujourd’hui », Le Devoir, 10 janvier, p. 4.

RYAN, Claude (1970b), « <La solution> péquiste et ses limites », Le Devoir, 9 avril, p. 4.

RYAN, Claude (1973), « L’option aujourd’hui », Le Devoir, 26 octobre, p. 4.

RYAN, Claude (1976a), « Le Devoir et l’élection du 15 novembre 2. L’objection de l’indépendance », Le Devoir, 13 novembre, p. 4.

RYAN, Claude (1976b), « Ce qui sépare MM. Lévesque et Trudeau », Le Devoir, 29 novembre, p. 4.

Haut de page

Notes

1 Voir Gauthier (2007a, 2007b, 2008, 2010a et à paraître).

2 Sans doute parce que le passage de Ryan au Devoir a été suivi d’une carrière politique, sa pensée a donné lieu à quelques analyses : Leclerc (1978), Marcil (2002), Fortier (2005), Lachapelle (2005), Monière (2005) et Gauvreau (2009).

3 Dans Gauthier (2010b), je procède à un examen détaillé de la généalogie de la position fédéraliste de Ryan.

4 Selon Ryan, ces deux hypothèses sont présentes dans toute l’histoire du Canada français : « La vérité historique, c’est qu’il y a toujours eu chez les Canadiens français deux courants divergents de pensée en face de la question canadienne. L’un de ces courants, dont l’origine remonte aux premiers adversaires de la Confédération et à Honoré Mercier, plaça toujours au premier rang la loyauté et la fidélité au Québec. Le second courant, sans jamais nier, en principe, la nécessité de certaines garanties juridiques nécessaires au Québec, présenta toujours comme objectif au moins parallèle la participation active, responsable et égale des Canadiens français à l’ensemble politique et économique canadien » (1968b : 4).

5 Ce choix, dont je ne rends compte ici que du dénouement, est l’aboutissement d’un cheminement intellectuel relativement complexe que j’analyse plus longuement dans un autre texte (à paraître).

6 « […] nous accueillerons avec respect la décision de ceux qui préfèrent ou préféreront l’option indépendantiste. Nous comprenons mieux que naguère, croyons-nous pouvoir écrire, les motifs profonds sur lesquels s’appuie cette option » (Ryan, 1967b : 4).

7 Voir, entre autres, Ryan (1967c et 1970b). Un autre contre-argument développé par Ryan consiste à soutenir que, contrairement à ce qu’en dit Lévesque, la marche vers l’indépendance n’est pas irréversible. Pourtant, face à Trudeau, il en fait l’affirmation, sans employer le mot, au sujet de l’idée de statut particulier : « Nous croyons […] que l’idée de statut particulier exprime […] un désir de liberté trop profond pour qu’on puisse l’étouffer et qu’elle continuera en conséquence […] de croître […] » (1967d : 4).

8 Bissonnette propose du rapport Allaire une longue analyse en trois éditoriaux (1991a, 1991b et 1991c) qui s’efforce de faire voir qu’il ne tire pas la conclusion qu’il devrait de la « logique souverainiste » qu’il expose.

9 Sur beaucoup de questions autres que la souveraineté, Bissonnette prend des positions très tranchées. Au sujet, par exemple, du système d’éducation, elle n’hésite pas à affirmer : « Le Québec s’est trompé en créant les cégeps, en tout cas en y installant une filière de formation générale qui devait préparer à l’université et qui agit aujourd’hui comme une barrière supplémentaire à l’accès à l’enseignement supérieur. Sans compter que ces deux ans sans objectifs précis désorientent nombre d’étudiants qui ont tout le loisir d’y adopter le mode travail-études qu’ils transposeront à l’université, avec les taux de décrochage que l’on sait. L’université québécoise, seule en Amérique, a adopté au surplus un modèle de programmation qui décourage les études à temps plein et qui, sous prétexte de s’adapter à la clientèle adulte, enlève aux jeunes une institution qui devrait leur être d’abord consacrée. Si le temps n’est plus aux grandes réformes qui coûtent trop cher, nous dit-on, il doit au moins l’être aux redressements urgents qui ne coûteront jamais plus cher, à long terme, que le statu quo. Il y a des <spécificités> que le Québec ne peut plus se payer » (1990b : A6).

10 Bissonnette prend à son compte, à ce propos, la thèse générale de Jean Daniel qu’elle cite : « […] c’est seulement par la reconnaissance solennelle de l’identité du groupe national que l’on peut espérer que ce groupe dépasse la nation. Sans cela, il sera toujours en état de revendication nationale » (1995b : A10).

11 Et la seule avant qu’elle soit directrice.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Gauthier, « L’argumentation éditoriale du Devoir sur la question nationale », Communication [En ligne], Vol. 29/2 | 2012, mis en ligne le 13 septembre 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/2759 ; DOI : 10.4000/communication.2759

Haut de page

Auteur

Gilles Gauthier

Gilles Gauthier est professeur au Département d’information et de communication de l’Université Laval. Courriel : gilles.gauthier@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org