Navigation – Plan du site
Articles

Les lecteurs catholiques québécois sont-ils demeurés fidèles au quotidien Le Devoir après les changements d’orientation des années 1990 ?

Martin David-Blais, Guy Marchessault et Stanisław Sokołowski

Résumés

En 1990, la nouvelle direction du quotidien montréalais Le Devoir a biffé la composante religieuse de l’énoncé de mission du journal. Cet article présente les résultats d’une enquête auprès d’une cinquantaine de fidèles lecteurs catholiques pour connaître les raisons qui ont motivé leur décision de continuer à lire, ou non, le journal qui était depuis plus de 80 ans identifié comme proche de l’Église catholique.

Haut de page

Texte intégral

1Lorsque Lise Bissonnette prend la direction du journal en 1990, elle annonce et entreprend plusieurs changements. Elle décide de biffer de l’énoncé de mission du journal la référence à la foi catholique et aux valeurs chrétiennes qui y était inscrite depuis la fondation du Devoir et que les directeurs, jusqu’à Claude Ryan, avaient successivement et explicitement revendiquée. Ce changement d’orientation a pu, dans le contexte de l’époque, laisser indifférents un grand nombre de lecteurs, mais qu’en est-il des lecteurs qui s’identifiaient à la foi catholique ? Comment ces lecteurs catholiques ont-ils réagi concrètement au changement par la direction ? Pour eux, Le Devoir était-il, sur le plan religieux, un journal comme les autres ou au contraire nourrissaient-ils à son endroit une attente de solidarité envers la communauté catholique ? Ont-ils perçu le changement comme une « rupture de contrat », voire comme une trahison à leur endroit ? Et si tel fut le cas, ont-ils alors décidé de changer leur comportement envers le journal, en cessant de le lire régulièrement ou en mettant fin à leur abonnement ? Voilà des interrogations qui appellent investigation.

2Précisons tout de suite le terme lecteurs catholiques. Il désigne, dans la présente recherche, des individus qui ont été des lecteurs réguliers de longue date du Devoir (au moins depuis le début des années 1970), qui l’étaient toujours dans les années 1980 et qui l’étaient encore dans les premiers temps qui ont suivi l’arrivée de Bissonnette comme directrice en 1990. Cette définition, soulignons-le, ne présume en rien de la nature des perceptions et des comportements après 1990. Le terme désigne en outre des individus qui, malgré l’intense processus de sécularisation qui a traversé la société québécoise entre 1960 et 1990 environ, ont conservé tout au long de la période considérée un attachement à l’Église, à ses enseignements ainsi qu’à la manière catholique de concevoir les rapports en société.

Problématique et hypothèses

3Le questionnement proposé se fonde sur deux ordres de considérations historiques : le premier touche la mission du journal, le second, l’importance du directeur.

  • 1  On aura une bonne idée de la mission « catholique » du Devoir telle que conçue dans ses premières (...)

4Voyons d’abord la mission. Depuis sa fondation, Le Devoir (1) s’est présenté comme un quotidien rigoureux et indépendant qui, tout en offrant nouvelles et analyses, (2) se préoccupe de la promotion de certaines causes. À la fondation du journal en 1910, les causes défendues étaient l’indépendance du Canada, le nationalisme canadien-français à travers le pays ainsi que la défense de la foi catholique (et de la vision du monde particulière que cette foi, croyait-on alors, porte avec elle). Avec le temps, on le sait, les causes privilégiées par Le Devoir ont été déplacées. La promotion de l’indépendance du Canada a perdu de sa pertinence ; le nationalisme canadien-français s’est graduellement concentré sur le territoire du Québec ; l’amélioration des conditions de vie de la population (la « question sociale ») a pris de l’importance. Il reste qu’au fil des décennies, le journal a conservé la question de la foi catholique et du religieux comme l’une de ses causes principales, sans pour autant se comporter en journal officiel de la hiérarchie ecclésiastique1.

5Le Devoir a donc maintenu des relations avec quelques publics distincts (mais pouvant se chevaucher), lesquels publics étaient motivés tantôt par la recherche d’un journal sérieux (qui se distingue de la presse sensationnaliste ou de divertissement), tantôt par des convictions idéologiques au sens large. Tantôt aussi, sans doute, par un mélange des deux ordres de motivations.

6Abordons maintenant l’importance particulière qu’a au Devoir le directeur dans le fonctionnement du journal. En raison de divers facteurs (la culture de l’organisation fondée par Henri Bourassa, l’envergure des gens choisis et le statut d’actionnaire majoritaire qu’on lui a accordé dès la fondation), le directeur ou la directrice a joui d’une très grande marge de manœuvre éditoriale et administrative, au point où il était communément affirmé que cette personne était « seul maître à bord ». Un directeur pouvait imprimer d’importants coups de barre ; et les orientations exprimées par celui-ci étaient en général perçues par les lecteurs et les observateurs comme une indication passablement nette de ce qui se faisait et se pensait au journal.

7À quelques reprises au cours de son mandat de directeur du journal, soit pendant des années qui ont coïncidé avec la sécularisation accélérée du Québec, Ryan a affirmé sa volonté de maintenir l’attachement du Devoir aux idéaux chrétiens et exprimé sa volonté de conserver une relation forte avec les lecteurs catholiques. Citons un extrait d’un éditorial de Ryan de janvier 1970 :

Au plan religieux, Le Devoir des débuts s’affichait carrément catholique et protestait ouvertement de sa « soumission joyeuse » à l’autorité du pape et des évêques. Le service des valeurs chrétiennes est demeuré l’un des soucis dominants des responsables du journal. Au milieu d’une période où nos institutions naguère confessionnelles perdaient l’une après l’autre leur ancien caractère, Le Devoir a connu, dans les formes qu’il donna jadis à son attachement aux valeurs chrétiennes, une mutation certaine. Ces valeurs revêtent désormais des formes plus « laïques », tels le respect de l’autre, la défense des libertés fondamentales, le souci du dialogue, la recherche de la vérité et de l’intégrité. Elles ont aussi, dans les questions strictement religieuses, une résonance plus largement œcuménique. Mais l’esprit original ne s’est point, pour cela, éteint. La fidélité à l’inspiration chrétienne fondamentale peut embrasser tout ce qu’il y a de riche, de positif et de constructif dans l’homme : elle doit, pour cela, revêtir la forme de l’accueil généreux et fraternel plutôt que de la défense jalouse d’un bien possédé par quelques-uns. Cette fidélité a été l’une des grandes sources de la liberté radicale qu’a su maintenir Le Devoir et elle peut l’être encore à l’avenir. Elle ne saurait cependant être imposée. Pour être authentique, elle doit être libre. S’il fallait choisir entre le maintien rigidement imposé de cette fidélité et la poursuite de l’action fondamentale du journal (qui est d’informer et d’alimenter une opinion publique adulte), il faudrait probablement opter pour la seconde voie. Nous continuons pour l’instant de considérer les valeurs religieuses comme l’un des éléments les plus précieux de notre héritage. Nous leur accordons, en information et en commentaire, une place de choix qui ne comporte d’injustice pour aucun autre secteur, mais dont nous sommes fiers. Cela ne nous empêche pas de considérer que la place de l’idéologie dans l’expérience religieuse est beaucoup plus circonscrite qu’autrefois et que le champ des questions qui doivent relever, pour leur explication, de l’honnête recherche humaine plutôt que du recours servile à l’argument d’autorité est infiniment plus large qu’en 1910 (Ryan, 1970).

8Lorsqu’elle est devenue directrice du Devoir en 1990 (après une longue période de flottement à la direction du journal), Bissonnette a immédiatement cherché à imprimer un nouveau positionnement, même s’il était clair que le journal demeurerait indépendant et sérieux. Elle a d’abord affirmé l’adhésion à un « nationalisme québécois moderne ». Elle a ensuite délimité trois champs où Le Devoir investirait ses ressources journalistiques, soit l’actualité politique québécoise et canadienne, l’actualité économique (une grande amélioration pour ce journal) de même que l’information culturelle et littéraire. Par ailleurs, Bissonnette a clairement fait savoir que Le Devoir ne faisait plus de la foi catholique, ni même chrétienne, une composante de sa mission. À ce propos, elle a déclaré dans un éditorial du 24 septembre 1990 :

De ses origines catholiques, Le Devoir est passé, comme la société québécoise, à une laïcité institutionnelle. Il ne se sent plus lié, aujourd’hui, aux prescriptions d’une Église, et se dissocie même, sur nombre de questions morales, de chemins qu’il suivit autrefois avec assurance autant que soumission. Ses valeurs, dit-on depuis la Révolution tranquille, restent foncièrement chrétiennes. Disons plutôt, pour les élargir à tous ceux qui diffèrent de cet héritage par tradition et qui sont des nôtres, que Le Devoir a une morale exigeante. Présent aux débats d’éthique sociale, il cherche un équilibre entre la liberté individuelle et la responsabilité collective, et n’admet ni le laisser-faire ni le cynisme. Il retient, de la charité, un parti pris pour les moins puissants, et moins dotés. Certes, il lui arrive trop souvent, dans le train-train quotidien, de faire comme chacun et d’oublier ce qui le fonde. Mais quand viennent les secousses, il garde la belle vertu d’indignation qui bien souvent mène à l’action (Bissonnette, 1990).

9C’est pourquoi il y a, nous semble-t-il, beaucoup de sens à imaginer que les lecteurs catholiques aient pu recevoir ce réalignement opéré par Bissonnette comme une « cassure des ententes passées ». D’une part, la cause de la foi catholique se trouvait désormais exclue de la définition de la mission du journal (qui se posait peu ou prou en héritier de l’humanisme laïque du Siècle des lumières) ; d’autre part, les lecteurs catholiques auraient eu de bonnes raisons de penser qu’ils n’étaient plus l’un des publics avec lesquels Le Devoir aurait une relation particulière ; enfin, le travail des journalistes au quotidien ne leur aurait plus apporté grand-chose à se mettre sous la dent pour ce qui est de l’actualité religieuse.

10Nous avons mené un certain nombre d’entrevues auprès de lecteurs de l’époque qui appartiennent encore à l’Église ou qui travaillent aujourd’hui près des institutions d’Église afin de voir si l’on pouvait documenter et étayer les deux énoncés factuels hypothétiques qui suivent : le réalignement opéré par Bissonnette en 1990 a été reçu par ces lecteurs catholiques comme une « cassure des ententes passées », tant du point de vue relationnel (ils ne sont plus un public ciblé) que du point de vue du contenu ; cette perception de « cassure » aura donné lieu à un changement de comportement de la part des lecteurs catholiques au Devoir, c’est-à-dire qu’il s’en est suivi un abandon des habitudes de lecture et une chute des abonnements.

11Nous apporterons sous peu des précisions relatives à la méthode.

Conceptualisation du point de vue de l’offre et de la demande

12Le questionnement général de notre enquête a pour objet premier les rapports contractuels entre le journal et un public précis. Il comporte en définitive un classique schéma d’offre et de demande. Il met en scène une partie offrante qui, pour des raisons qui lui appartiennent en contexte, décide en 1990 de modifier la nature générale de son produit dans le but d’élargir, ou à tout le moins de maintenir, ses parts de marché. Il met aussi en scène une partie demanderesse qui, elle, aurait réagi à cette modification de l’offre à l’aune de ses motivations. On pourra en inférer qu’un segment du lectorat du journal, les lecteurs religieux, aurait d’abord reçu et évalué défavorablement le coup de barre effectué par Bissonnette ; ensuite, puisque l’écart entre le « journal souhaité » et le « journal offert » était devenu trop grand, ces lecteurs, en consommateurs cohérents qu’ils étaient, auraient pris la décision de délaisser la fréquentation du journal.

  • 2  La grille RREEMM s’inscrit dans la tradition du choix rationnel en sciences sociales. L’acronyme s (...)

13Cette problématisation et les deux hypothèses factuelles générales qui en ont été tirées s’inscrivent dans le cadre d’une conceptualisation courante en sciences sociales : le paradigme du comportement allocatif motivé (que Lindenberg nomme « grille RREEMM »2). Ce paradigme pose certains principes clés : (1) que les consommateurs, quels qu’ils soient, ont des motivations et des préférences compréhensibles en contexte ; (2) qu’ils sont largement conscients de ces motivations et préférences ; (3) que, de manière générale, ils procèdent à des allocations de ressources rares concernant un produit médiatique donné sur la base de ces motivations et préférences. Il est aussi postulé (4) que ces lecteurs-consommateurs effectuent périodiquement des évaluations du produit (en l’occurrence, le journal, sa mission, son contenu) et (5) qu’ils réévaluent l’intérêt de reconduire une telle allocation de ressources. Dans le cas d’un journal comme Le Devoir, on considérera à la fois le contenu du journal et la relation identitaire qui est entretenue de part et d’autre.

14Lorsque l’écart entre les attentes et préférences des lecteurs-consommateurs et l’évaluation de ce qui est offert dans tel produit journalistique est jugé trop considérable, le comportement allocatif vers ledit produit prendra fin. C’est dans ce contexte théorique que, pour notre part, nous comprenons les termes contrat et rupture de contrat. Le terme contrat désigne, certes, une relation bilatérale d’offre et de demande à l’intérieur de laquelle advient un ajustement de l’offre ; mais, tout compte fait, il nous paraît désigner d’abord une évaluation de la part des lecteurs-consommateurs à l’aune de leur motif principal. Ce dont il est surtout question ici, c’est de l’évaluation favorable faite par les lecteurs catholiques d’une relation établie depuis longtemps entre eux et la direction du journal. Le terme rupture de contrat désigne quant à lui une évaluation défavorable de gestes posés par la direction (par exemple, à partir de 1990), des gestes qui, du point de vue des lecteurs catholiques, les laisseraient de côté et les éloigneraient de la concrétisation de leur finalité première.

15Cela dit, il nous faut discuter plus avant ici de la question des motivations. À la base du questionnement proposé se trouve un présupposé d’importance, à savoir la stabilité de la motivation centrale du lectorat catholique. Plus précisément, on pourrait supposer que, pendant longtemps, les lecteurs catholiques du Devoir auraient été mus prioritairement par des motivations de conviction. Voilà qui semble relativement plausible, suffisamment en tout cas pour qu’il vaille la peine d’y aller voir sur un micro-terrain. Mais cela demeure discutable. À vrai dire, nous avions autant de raisons de croire que de douter.

16Parmi les raisons favorables, citons un article important qu’a publié Jean-François Barbier-Bouvet (2000) sur le comportement des lecteurs de journaux catholiques en France. L’auteur y fait état d’une logique de consommation particulière fondée sur l’appartenance à une communauté de conviction. Pour les lecteurs catholiques français, un tel journal constituerait un outil quotidien d’auto-identification et de ritualisation de l’appartenance ; la publication régulière de prises de position concordantes par des leaders d’opinion reconnus aurait pour conséquence d’entretenir dans l’esprit des lecteurs la croyance en l’existence et en la présence d’un « nous de conviction » dans l’espace politique.

17Cependant, certaines considérations nous ont parallèlement amenés à penser que les évaluations et le comportement des lecteurs catholiques (qui étaient jusqu’alors restés fidèles au Devoir) ne correspondaient peut-être pas à cette représentation générale des motivations. Mentionnons au premier chef une recherche de Jean-Pierre Proulx (1994). Dans cet article, l’auteur (qui a lui-même été journaliste chargé de la nouvelle religieuse au Devoir) fait valoir que la sécularisation du journal a commencé, bien que discrètement, sous Ryan. Proulx interprète l’éditorial de 1970 cité plus haut comme une véritable déclaration d’indépendance du journal à l’égard de l’épiscopat, le passage important à ses yeux étant le suivant :

Cette fidélité a été l’une des grandes sources de la liberté radicale qu’a su maintenir Le Devoir et elle peut l’être encore à l’avenir. Elle ne saurait cependant être imposée. Pour être authentique, elle doit être libre. S’il fallait choisir entre le maintien rigidement imposé de cette fidélité et la poursuite de l’action fondamentale du journal (qui est d’informer et d’alimenter une opinion publique adulte), il faudrait probablement opter pour la seconde voie (Ryan, 1970).

18Proulx remarque ensuite que les indicateurs de contenu religieux au Devoir piquent du nez dans la seconde moitié des années 1970. Dans la foulée, il attire l’attention sur une étude publiée par l’Office des communications sociales. L’auteur a mené une étude comparative du contenu de grands quotidiens montréalais en matière de nouvelles religieuses en comparant des tranches de quinze semaines en 1967, 1972 et 1975 et en est venu à la conclusion que Le Devoir ne couvrait pas davantage l’actualité religieuse que ne le faisaient La Presse et le Montréal-Matin (Roy, 1977). Voilà qui fait problème. L’on pourrait dès lors arguer, au vu de cet abandon discret, que Le Devoir s’était, lui aussi, progressivement sécularisé (indépendamment des convictions personnelles connues et affichées de son directeur). Un tel constat est peu compatible avec l’hypothèse selon laquelle un sentiment de rupture d’entente aurait été provoqué par les choix de Bissonnette en 1990.

19Et puis, si l’on élargit le regard, il faut bien admettre que la seconde moitié du xxe siècle a constitué tout un brassage pour la société québécoise et que, dans ce processus, le religieux a connu d’innombrables changements, tant du point de vue collectif (la sécularisation des institutions) que du point de vue individuel.

20Rappelons par exemple que beaucoup de chrétiens progressistes ont soupiré d’aise à la mort du premier ministre Duplessis, parce qu’ils entrevoyaient comme bien d’autres la fin d’une époque dépassée. Dès le début des années 1960, le concile Vatican II (1962-65) encourageait d’ailleurs les catholiques à s’engager dans le cheminement de leur société et suscitait l’enthousiasme des croyants par ses ouvertures. Autre exemple : la commission Dumont (1969-1971) aura eu pour effet d’exacerber le désir de changement de nombreux catholiques québécois. On se souviendra que les commissaires cherchaient à circonscrire plus justement la relation entre le passé et l’avenir, laquelle relation posait des besoins antinomiques de fidélité et de rupture de même qu’un sérieux enjeu identitaire. Les élites catholiques (ce sont elles qui lisaient Le Devoir) n’allaient donc pas bouder les transformations sociales et religieuses qui advenaient dans le pays réel, tout en cherchant par ailleurs à trouver pour leur Église une nouvelle pertinence sociale (Cantin et Mager, 2010).

21Il serait, au vu de cette situation, quelque peu imprudent de supposer que la variable motivation des lecteurs catholiques du Devoir n’ait pas pu être affectée d’une manière ou d’une autre.

22Toujours est-il qu’en plus de la documentation de nos deux énoncés de départ, une autre tâche s’impose à nous : la question des motivations prend le statut d’une variable devant être qualifiée. Une schématisation en termes d’offre et de demande (et le paradigme du comportement allocatif motivé auquel nous le rattachons), bien loin de réifier les motivations, conduit en pratique à considérer la question des motifs des acteurs comme étant ouverte. Dans le cas qui nous occupe, nous nous demanderons :

  • Les lecteurs catholiques ont-ils fait des considérations de conviction leur motivation principale de la fréquentation du Devoir ?

  • Si oui, cette motivation fut-elle stable dans le temps ?

  • Se pourrait-il plutôt que ces lecteurs aient, à l’instar de bien des lecteurs de quotidiens généralistes, trouvé dans le journal un assemblage de raisons de fréquenter le quotidien ?

23Répétons que le paradigme du comportement allocatif motivé comporte deux principes fondamentaux relatifs à la partie demanderesse : les consommateurs, quels qu’ils soient, observent et évaluent le produit et font en sorte de disposer d’informations à ce propos ; ils sont globalement cohérents en ce qui a trait à leur comportement allocatif. Ces principes sont utiles eux aussi du point de vue de l’enquête, car ils nous obligent ici à rechercher de possibles éléments d’incohérence, notamment ceux que soulèvent les observations de Jean-Pierre Proulx et de Gilles Roy. Par ailleurs, le schéma d’offre et de demande nous conduit à considérer d’autres éléments qui sont eux aussi susceptibles d’affecter l’agir des lecteurs — peu importe qu’ils soient catholiques ou pas —, notamment les possibilités de substitution lorsque le contexte présente une offre diversifiée.

Au sujet de la démarche

24Le présent article rend compte d’une enquête qualitative menée auprès de lecteurs catholiques. L’enquête consistait à faire s’exprimer nos répondants sur leur évaluation du journal quant à son orientation et à son contenu en matière de religion, sur leur comportement de fréquentation et d’achat du journal de même que sur leurs motivations à cet égard.

25Ce travail documentaire sera utilisé d’abord à des fins démonstratives puisqu’il s’agira de corroborer dans une certaine mesure les deux propositions factuelles hypothétiques formulées plus haut. Rappelons-les : le réalignement opéré par Bissonnette en 1990 a été reçu par ces lecteurs catholiques comme une « cassure des ententes passées » ; cette perception de « cassure » aura donné lieu à un changement de comportement de la part des lecteurs catholiques au Devoir, c’est-à-dire qu’il s’en est suivi un abandon des habitudes de lecture et une chute des abonnements.

26Mais il aura aussi, dans une certaine mesure, un caractère inductif puisque la question des motivations des lecteurs interrogés a été laissée ouverte. Si les interviews ne corroborent pas nos présupposés, les entrevues apporteront des données permettant de nous représenter de manière réaliste les motivations des lecteurs.

27Comme il a été dit plus haut, nous avons approché des individus qui présentent les deux caractéristiques suivantes : ils ont été des lecteurs de longue date du Devoir (au moins depuis le début des années 1970), l’étaient toujours dans les années 1980 et l’étaient encore dans les premiers mois qui ont suivi l’arrivée de Bissonnette ; ils ont conservé tout au long de la période considérée un attachement à l’Église, à ses enseignements, ainsi qu’à la manière catholique de concevoir les rapports en société.

28Les deux critères retenus jusqu’à présent pour définir un « lecteur catholique » sont larges et désignent une population vaste et assez hétérogène. Dans une enquête aux prétentions plus amples que la nôtre, il serait nécessaire de procéder à une certaine description de cette population, afin de calibrer la représentativité de l’échantillonnage. Mais puisqu’il s’agit d’une première investigation, nous avons décidé de simplifier ce problème méthodologique en ne recherchant nos répondants qu’auprès des deux sous-catégories suivantes :

  • des individus qui sont des prêtres et des membres de communautés religieuses et qui l’étaient tout au long de la période considérée ; 

  • des individus qui à l’heure actuelle sont des laïques travaillant depuis longtemps à l’intérieur d’organisations d’Église.

29Les réponses de lecteurs catholiques appartenant à cette sous-population nous semblent significatives du point de vue de la problématisation posée, car s’il y a des individus qui devraient être préoccupés par la « cause catholique » et son traitement par Le Devoir, ce sont bien eux.

30Nous avons communiqué avec 51 personnes pour cette recherche : 32 hommes et 19 femmes ; 31 personnes faisaient partie soit du clergé, soit de communautés religieuses, et 20 étaient des laïques travaillant au sein de structures ecclésiastiques. Sur les 51 personnes jointes, 28 ont accepté de répondre à nos questions : 14 l’ont fait par interviews oraux, 13 à l’écrit seulement et 1 personne a répondu à la fois par écrit et par interview oral. Les 28 répondants se répartissent ainsi : 20 hommes, 8 femmes. Parmi les participants, 18 faisaient partie du clergé ou de communautés religieuses et 10 étaient laïques. L’âge des participants variait de 45 ans à 85 ans ; toutefois, la majorité des répondants (une vingtaine sur 28) se situait clairement dans la fourchette des 65 à 85 ans. Les codes RE et RO suivis d’un chiffre que l’on trouvera à la suite de chaque citation désignent nos répondants de la manière suivante : RE signifie « réponse par écrit », tandis que RO signifie « réponse orale ». La répartition géographique de nos correspondants s’étalait comme suit : 2 venaient du Saguenay, 2 se trouvaient de la grande région de Québec, 9 venaient de la région d’Ottawa-Gatineau, 2 habitaient à Saint-Hyacinthe, 1 à Trois-Rivières et, enfin, 12 se trouvaient dans la grande région de Montréal.

31Il a été décidé de procéder par entretien long, semi-dirigé, ce qui pose le problème d’un certain manque de standardisation des réponses, de même que celui, plus grave, de la mémoire des répondants. On sait bien que la mémoire procède à la réorganisation des représentations de réalités vécues qu’elle emmagasine, et ce, en les simplifiant et en accordant à ces réalités une cohérence qu’elles n’avaient peut-être pas alors. Par contre, un tel choix permet d’aborder la réflexivité des répondants — voilà qui est conséquent avec la démarche théorique adoptée, puisqu’il est question d’évaluation et de décisions motivées. Cela étant, plusieurs des individus approchés, faute de pouvoir répondre à des entrevues de vive voix (question de disponibilité ou de distance), ont accepté de répondre par écrit au même questionnaire écrit. Nous avons opté pour un questionnaire très bref afin d’élever le taux de réponse.

  • 3  Mais il est bien possible que, dans l’esprit de plusieurs, cela remonte un peu avant puisque Ryan (...)

32Le questionnaire ne comportait pas de découpage particulier du temps, de sorte que les répondants pouvaient tout aussi bien considérer la période étudiée en fonction des décennies ou du directeur. Nos répondants ont spontanément adopté un découpage par directeurs. Ils n’ont pas remonté au-delà du début des années 1960 (l’administration Ryan débute officiellement en 19643) ; malgré l’âge avancé de bon nombre de nos répondants, seulement une personne a mentionné ou évoqué la période de Gérard Filion. Ils ont presque tous laissé de côté les années 1980. Cette période a commencé par des directions d’intérim dont nos répondants n’ont guère parlé (Jean-Louis Roy et Michel Roy n’ont été mentionnés que de manière très sporadique) ; la direction de Benoît Lauzière ne semble pas avoir laissé davantage de souvenirs.

Présentation des données

33Soulignons d’entrée de jeu la remarquable similitude des réponses qui nous ont été données sur les divers sujets abordés lors des entrevues. Seuls deux répondants se sont démarqués quelque peu en se montrant nettement plus critiques que les autres à l’égard du virage imprimé par Bissonnette.

Période Ryan

34Appelés à décrire leur perception du Devoir pour la période antérieure à 1980 en ce qui concerne son rapport aux questions religieuses, nos répondants se sont pour la plupart limités aux années Ryan.

  • 4  Citons ici un éditorial célèbre de Filion (1947) : « Il existe deux sortes de journaux catholiques (...)

35La première chose qui ressort des entrevues, c’est l’indépendance du journal. À la question « Le Devoir était-il un journal catholique ? »4, nos répondants ont répondu de manière unanime : sous la gouverne de Ryan, le quotidien n’était aucunement un journal officiel de la hiérarchie, pas plus qu’il ne lui était soumis. Pour les gens d’Église, religieux ou laïques travaillant en Église, le terme journal catholique implique un lien institutionnel étroit. Les répondants ont été nombreux à affirmer que Le Devoir n’a jamais été un journal catholique ; certains ont précisé que s’il était peut-être, du temps de son fondateur, Bourassa, un journal passablement soumis à la hiérarchie, il avait cessé de l’être bien avant la venue de Ryan comme directeur.

Je ne me suis jamais demandé si Le Devoir était un journal catholique. Je pense qu’il a longtemps porté une vision conforme à l’esprit de l’Évangile, sans que je ne le conçoive jamais comme inféodé à l’institution catholique. (RE7)

D’inspiration catholique, mais je ne l’ai jamais considéré catholique dans le sens où il doit défendre le point de vue de l’Église. Ils ont gardé une belle liberté avec un sens critique ; et ce sens critique dépend d’eux. On est capable de reconnaître ce qui vient de la tradition, mais en même temps de faire des rajustements ou de questionner. (RO3)

Moi, ce qui m’a marqué beaucoup, c’est la présence de Claude Ryan. Claude Ryan était connu. On savait qu’il était un catholique de l’Action catholique qui était devenu très vite éditorialiste et en même temps journaliste-éditorialiste dans le cadre du Devoir. On savait qu’il était catholique. Il donnait des conférences, il était une référence catholique. Par contre, on aimait nous, jeunes oblats, qu’il soit critique. Et ça, c’est important parce que le concile avait abaissé la prise de parole. Et Claude Ryan osait parler. (RO2)

36Par contre, tous nos répondants ont dit avoir vu Le Devoir des années 1960 et 1970 comme un journal d’inspiration chrétienne et plutôt sympathique aux positions catholiques. Plus précisément, ils se souviennent que les valeurs chrétiennes du journal étaient très clairement affichées, notamment par son directeur, et que les prises de position du journal en de nombreux domaines, sans être des positions d’Église, n’étaient pas discordantes avec les valeurs chrétiennes.

La culture du journal appartient encore globalement à la tradition catholique par ses angles d’analyse, son attachement à la culture française, le traitement des enjeux sociaux, la couverture de l’actualité du point de vue de la démocratie et des droits humains, de la justice sociale et de l’éthique en général. (RE1)

Sa conception (celle de Ryan) : le catholicisme n’est pas antisocial, antimoderne. Mais Ryan va être au Canada un des théoriciens les plus articulés de l’engagement chrétien dans la société. (RO8)

37Peut-être est-il significatif que, pour qualifier le positionnement du journal sur le terrain des valeurs, nos répondants aient utilisé plus souvent le qualificatif chrétien, qui est plus général, plus diffus et plus congruent avec la notion de valeurs, que celui de catholique, qui évoque davantage les réalités institutionnelles de l’Église.

38Le Devoir était-il alors perçu comme un journal d’opinion au sens fort ? Nos répondants faisaient-ils la distinction entre, d’une part, un journal d’inspiration chrétienne qui se montre sympathique aux prises de position chrétiennes et qui montre un certain intérêt pour la nouvelle religieuse et, d’autre part, un journal d’opinion qui défend très activement une ou quelques causes ? En fait, nos répondants disent se souvenir très clairement d’avoir vu le journal comme étant au premier chef un « journal intellectuel » et plusieurs d’entre eux utilisent le terme journal de référence. On n’y voyait nullement un journal qui s’occupait jour après jour de faire la promotion de telle cause prioritaire. C’était plutôt, à leurs yeux, un journal de réflexion où l’on trouvait un mélange d’informations et d’analyses sur des sujets d’actualité ; à cela s’ajoutaient des éditoriaux et des textes d’opinion.

Même à l’époque de Claude Ryan, je n’aurais pas caractérisé Le Devoir comme étant un journal catholique même si on le savait d’inspiration catholique. Catholique ou pas, ce que je souhaite, c’est d’y trouver de l’information sérieuse, incluant le domaine religieux. (RE9)

On était généralement d’accord avec la façon que les gens du Devoir, rédacteurs ou journalistes, traitent l’événement. Il y avait même une philosophie derrière ; c’était de la philosophie qui était importée de France. Ils descendaient assez en profondeur pour voir les problèmes, et puis les évaluer dans un aspect ou dans un angle que l’Église pourrait être intéressée à considérer. (RO4)

39Nous avons interrogé nos répondants sur la place de la nouvelle religieuse. Ils se souviennent que cette place était de manière générale importante dans les années 1960 et que ce secteur d’information était attribué à des journalistes compétents. Le nom de Ryan, lui-même correspondant au concile Vatican II, est mentionné à plusieurs reprises, mais il n’est pas le seul dont on a gardé le souvenir : les noms de Paul Sauriol et de Jean-Pierre Proulx ont été cités.

Je dirais qu’au temps du concile, c’était excellent. Ryan avait écrit beaucoup à ce moment-là. C’était très bon et ça a continué bon nombre d’années après. (RO6)

40Par contre, plusieurs disent avoir remarqué un réel déclin au cours de la période Ryan. Si la couverture était abondante — et jugée de qualité — au moment du concile, elle devint plus modeste avec le temps. Un répondant, qui était déjà membre d’une communauté religieuse dans les années 1960, affirme ce qui suit :

À la fin des années 70, un signal clair : le quotidien ne publiait plus intégralement les lettres pastorales et déclarations des évêques. On arrivait à la fin d’une transformation qui a suivi le rapport des Québécois à la religion depuis le début de la Révolution tranquille. (RE1)

Comme étudiant, on avait des coupures du journal Le Devoir. Ça nous informait. On demandait l’information et on l’avait. Après ça […] à partir des années 75-80, on ne s’attendait pas à beaucoup. (RO2)

41Toujours sur la question de l’abondance de la nouvelle religieuse, il vaut la peine de relever deux remarques qui nous ont été faites. D’abord, l’une de nos répondantes a souligné que si l’information dite religieuse était abondante au Devoir dans les années 1960, il en allait sensiblement de même dans La Presse. Pour elle, c’était l’usage dans les journaux francophones du temps que de s’occuper abondamment de la nouvelle religieuse. Ensuite, deux répondants nous ont signalé qu’au fur et à mesure que les années passaient, la couverture de l’actualité religieuse diminuait et ils ont ajouté que, dans leur milieu, on trouvait comme allant passablement de soi que Le Devoir, au vu de toutes les transformations qu’avait connues le Québec entre 1960 et 1975,fasse nettement moins de place à la nouvelle religieuse.

On y faisait de l’information religieuse comme le faisaient tous les autres journaux aussi. La Presse aussi. Il y avait un chroniqueur religieux dans tous les journaux. (RO1)

42Plusieurs nous ont dit qu’ils trouvaient inévitable que le journal évolue avec la société québécoise, notamment dans le sens d’une certaine laïcisation et même de la sécularisation. Un exemple :

Depuis la Révolution tranquille, le Québec a connu de profondes transformations tant sur les plans religieux que politique et social. Et je crois que Le Devoir a subi la même évolution. (RE11)

43Pourquoi alors fréquentait-on Le Devoir à cette époque ? Voici les réponses qui nous ont été données.

44On soulignera d’entrée de jeu que nos répondants ont été nombreux à insister sur l’accessibilité du journal. En effet, nous apprennent-ils, bon nombre de communautés, de fabriques, de collèges, etc., étaient abonnés au Devoir. On le trouvait donc non seulement dans les bibliothèques, mais aussi dans les salles communes, les réfectoires. Un oblat rencontré relate que, dans sa communauté, au moment du concile Vatican II, les « jeunes pères » avaient essentiellement droit à des coupures de presse. Un peu dans le même ordre d’idées, plusieurs répondants nous ont parlé des habitudes familiales. Ils ont commencé à lire le journal parce que, tout simplement, ils se trouvaient dans des familles où l’on avait l’habitude de lire le journal avec régularité et de renouveler année après année l’abonnement.

Ma famille a toujours été abonnée au Devoir et je m’y suis peu à peu apprivoisé à partir de l’âge de sept ou huit ans, je suppose […]. Je suis d’une famille où les questions sociales, la politique et ses incidences ont toujours été importantes. Le Devoir est apparu dans mon milieu comme LE journal qui répondait le mieux à ces intérêts. (RE7)

45Certains racontent qu’ils viennent de familles au sein desquelles, dans le contexte de l’ère duplessiste, lire Le Devoir présentait un très grand intérêt.

46Au regard des entrevues, un constat s’impose : personne n’a déclaré avoir lu le journal avec régularité (1) dans le but de soutenir la cause de l’Église et des valeurs catholiques et (2) parce que Le Devoir, de son côté, menait une action de défense systématique en ce sens. Personne non plus (sauf un répondant) n’a mentionné avoir eu des velléités de cesser la fréquentation du Devoir pour des considérations du même ordre (le journal ayant été jugé trop timoré, par exemple). Au surplus, aucune autre cause n’a été mentionnée.

47À l’évidence, on doit exclure la défense d’une cause, comme celle de l’Église et de ses valeurs, comme motif principal de fréquentation du journal. Par ailleurs, si plusieurs ordres de motifs se trouvent mentionnés par nos répondants, aucun ne paraît prédominer. Voici les cinq principaux ordres de raisons de lire et de fréquenter Le Devoir qui nous ont été mentionnés :

  • la qualité de l’information religieuse ; 

  • la qualité de l’information sociale et politique ; 

  • le fait que ce soit un journal intellectuel sérieux, indépendant et ouvert ; 

  • les sympathies du journal ; 

  • la facture du journal.

48Aucun répondant ne retient qu’un ordre de motifs ; il s’agit toujours d’une combinaison de raisons. Par exemple, à la question « Pourquoi lisiez-vous Le Devoir ?», des répondants disaient :

Pour avoir une information sérieuse, moins sensationnaliste que dans d’autres journaux. Pour avoir un regard différent sur le monde, la politique, l’économie, la culture. À cause de son indépendance (non dans une chaîne commerciale). À cause du professionnalisme des journalistes. À cause de sa capacité de traiter sérieusement de l’information religieuse. (RE9)

J’appréciais le caractère nationaliste de ce journal, favorable à la défense des intérêts des francophones du Canada et particulièrement du Québec. J’étais particulièrement attiré par les éditoriaux qui donnaient un point de vue documenté sur l’actualité. Il y avait aussi cette page où certains spécialistes donnaient leur opinion sur un sujet qui avait de l’importance pour moi. Une excellente école pour se forger une opinion personnelle sur la vie politique, sociale et économique de notre milieu. (RE11)

49La qualité de l’information religieuse est associée d’abord au besoin de se renseigner sur le concile, d’en suivre l’évolution et d’en comprendre les conséquences. Il s’agit en outre de suivre l’évolution des positions de l’épiscopat canadien en une époque de grands bouleversements.

Au plan de l’actualité religieuse internationale, j’étais particulièrement intéressé à connaître l’évolution et les débats au concile Vatican II ; les articles du quotidien complétaient avantageusement les informations télévisées. (RE1)

50Plusieurs se souviennent avoir aimé la compétence qu’on y montrait à l’époque. La qualité de l’information sociale et politique renvoie à des préoccupations du même ordre : il s’agissait cette fois de comprendre l’évolution du monde occidental et de la société québécoise en une période particulièrement turbulente de leur histoire, notamment en raison de ce que l’on nomme synthétiquement la sécularisation.

51Beaucoup ont insisté sur le fait que Le Devoir était un journal intellectuel. Cela signifie d’abord que nos répondants aimaient un journal qui s’intéressait nettement moins que ses concurrents aux faits divers ou aux sports et qui manifestait un souci pour la qualité de la langue des textes publiés. Mais il y a plus. Nos répondants nous ont aussi dit avoir beaucoup aimé que ce fût un quotidien intellectuel indépendant, sérieux et ouvert, où l’on publiait des éditoriaux rigoureux et nuancés, des textes d’opinion, ainsi que des réflexions variées sur de multiples questions.

Le Devoir était un journal de pensée. Les journalistes étaient des gens qui avaient des opinions et qui pouvaient les présenter. (RO7)

Parce que j’étais convaincu que c’était un journal plus ouvert sur le monde, plus indépendant et progressiste (pour l’époque). Il était lu par les intellectuels et les penseurs, tout en étant modeste dans sa présentation. (RE16)

52Dans le contexte de la presse québécoise du temps, Le Devoir était, de l’avis de la majorité de nos répondants, le journal le plus satisfaisant pour qui cherchait des mises en perspective, des analyses en profondeur et des débats d’idées. Un répondant, mais il est le seul, souligne une autre dimension : « […] et c’était un journal qui faisait des enquêtes » (RO7).

53On aimait aussi que le journal, bien que résolument sérieux, ne cherchât point à dissimuler ses sympathies, pour lesquelles nos répondants éprouvaient dans l’ensemble des affinités. On aimait lire et fréquenter un journal qui, en même temps qu’il s’occupait d’information et d’analyse, exprimait un parti pris favorable à l’Église et au catholicisme sans être par ailleurs conservateur. Et cela, tant pour les questions propres à la vie de l’Église que pour les transformations que la société québécoise vivait en de très nombreux domaines. On aimait aussi que le journal exprimât des sensibilités nationalistes, de même que des préoccupations de justice sociale (à l’endroit des femmes notamment).

J’appréciais le caractère nationaliste de ce journal, favorable à la défense des intérêts des francophones du Canada et particulièrement du Québec. (RE11)

La question du statut des femmes était aussi en pleine évolution : je garde dans mes archives personnelles la page du Devoir qui annonça, en 1963, l’adoption du Bill 16, proposé à l’Assemblée nationale du Québec par la 1re femme députée, Claire Kirkland-Casgrain, modifiant le statut de la femme mariée. En 1966, la fondation de la Fédération des femmes du Québec marqua une nouvelle ère du féminisme au Québec, dont la journaliste Renée Rowan rendit compte régulièrement. (RE1)

54Le thème de la facture du journal a été évoqué à plusieurs occasions. Cela concerne tout à la fois des considérations de présentation, d’iconographie, d’épaisseur des exemplaires, de présence de la publicité. Le fait de lire et d’acheter un journal sobre, peu volumineux et privilégiant l’écrit paraît avoir joué dans l’attrait comparatif du Devoir.

Il était lu par les intellectuels et les penseurs, tout en étant modeste dans sa présentation. (RE16)

D’abord, parce qu’il était moins lourd et moins long à lire. Il y avait moins de publicités. (RO1)

Période Bissonnette

55Le réalignement de cap effectué au moment de l’arrivée de Bissonnette au poste de directrice a été vu par le plus grand nombre de nos répondants comme un véritable changement pour ce qui concerne le rapport du journal au religieux. Des exemples :

S’il y a une date charnière pour moi ?… Avec Bissonnette, il y a quelque chose. (RO5)

Quand Lise Bissonnette est arrivée, c’est là qu’on a vu le gros changement. Ça, c’était perceptible. Ça, je l’ai vu, moi. (RO6)

56Nos répondants se souviennent avoir reçu un signal clair selon lequel, désormais, Le Devoir ne se définira plus en référence ni à l’Église ni aux valeurs ou convictions religieuses, qu’il ne s’adressera plus à son lectorat catholique dans le cadre d’une relation un peu particulière et qu’il n’accordera pas d’importance particulière à l’information religieuse.

Avec Lise Bissonnette, est arrivé un courant laïcisant qui est apparu dans l’information et dans les pages éditoriales. La qualité des écrits demeurait, mais la porte était grande ouverte à ceux ou celles qui aimaient se montrer agressifs envers un enseignement traditionnel de l’Église. Les contenus demeuraient valables, mais le ton, et le choix des articles, donnaient au journal une figure nouvelle. Ceux qui avaient perçu Le Devoir comme un « journal catholique » au temps de Claude Ryan (Le Devoir était souvent le seul journal reçu et lu dans les communautés religieuses et même dans les monastères) ont accepté sa nouvelle forme sans trop réagir, alors que La Presse n’avait pas suivi le courant et conservait, jusqu’au début des années 90, un « chroniqueur à la religion », poste impossible au Devoir. (RE15)

57Pour nos répondants, il y a là à la fois continuité et changement. Continuité, parce que l’on avait ressenti un mouvement en ce sens dans la deuxième moitié des années 1970.

Moi, je n’ai pas vu de cassure. J’ai vu une distance par rapport à l’Église officielle prise juste après le concile — après les années 1975. (RO4)

58Mais changement tout de même parce que non seulement l’évolution se trouvait nommée, mais aussi parce qu’elle prenait une allure d’irréversibilité.

59La personnalité perçue de Bissonnette semble avoir accentué l’impression de brutalité et d’irréversibilité chez plusieurs de nos répondants.

Dès ce moment [quand Bissonnette est arrivée], je me suis dit : bon, elle avait de grandes qualités, cette femme. Elle est très intelligente. Mais je crois qu’elle avait des comptes à régler avec l’Église. D’ailleurs, elle ne s’en cache pas : elle est agnostique. Et là, on a senti que ça changeait. D’abord, la quantité d’information religieuse a diminué et, quand il y en avait, il y avait quelque chose de malicieux. (RO6)

60La grande majorité de nos répondants affirme toutefois ne pas avoir été surprise par cette transformation du positionnement du journal. La raison principale en est à nouveau l’évolution de l’ensemble de la société québécoise à la suite de la Révolution tranquille : nos répondants disent n’avoir jamais vraiment pensé que le journal aurait pu suivre une trajectoire différente de celle prise par l’ensemble de la société québécoise.

Depuis la Révolution tranquille, le Québec a subi de profondes transformations tant au plan religieux que politique et social. Et je crois que Le Devoir a subi la même évolution. Son fondateur accordait une importance égale à la langue et à la foi ; aujourd’hui, on peut voir que, si le nationalisme demeure important, la religion a perdu de son importance. (RE11)

L’idéologie du journal semble avoir suivi l’évolution de la population en général : on veut de moins en moins d’étiquettes formelles, mais on s’intéresse au religieux comme culture, ou comme spiritualité au sens large. (RE9)

Certainement vers la sécularisation tout comme l’ensemble de la culture québécoise. Je ne pense pas qu’il y ait eu un véritable anticléricalisme. (RE1)

61Nous avons cependant relevé une note discordante. Deux répondants nous affirment avoir été profondément choqués de ce virage. L’un d’eux écrit : « […] j’ai ressenti cette évolution comme une trahison des idéaux à l’origine du journal Le Devoir » (RE14). Le second s’est carrément désabonné. Chose intéressante à première vue, ces deux répondants ont occupé ou occupent encore des postes d’évêque au Québec. Les autres répondants (dont un autre évêque), sans se réjouir du changement imprimé par Bissonnette et ses collaborateurs, disent ne pas avoir éprouvé pareil sentiment de cassure.

62Qu’est devenu Le Devoir sous la gouverne de Bissonnette ? Mis à part pour l’évêque qui s’est désabonné, il demeure, de l’avis général, le journal intellectuel de référence du Québec. C’était toujours un journal bien fait, bien rédigé, qui accordait nettement plus de place à l’expression des idées que les autres journaux. Plusieurs soulignent qu’entre 1980 et 2000, Le Devoir était un journal sans équivalent au Québec. Il s’agissait certes d’un journal intellectuel, d’abord et avant tout, mais qui offrait un solide contenu informationnel et qui, par ailleurs, exprimait un point de vue nationaliste modéré. Pour les deux répondants qui se sont dits choqués des choix de Bissonnette, il en allait autrement. L’un des deux a affirmé que, pour lui, le journal avait opté pour une position idéologique anticatholique et, dans son traitement de la nouvelle religieuse, fait le choix de la « mauvaise foi » (RE14).

63Une chose est claire pour tous : quiconque cherchait, soit des informations religieuses de qualité sur une base régulière, soit des opinions relativement fines et pointues sur des thèmes relatifs à la religion et à la vie des Églises, devait plus que jamais aller voir du côté des médias religieux spécialisés. S’est installée dans l’esprit de plusieurs répondants la conviction que, s’agissant du religieux, il n’y avait plus guère d’expertise au Devoir. Un répondant va plus loin et affirme que l’un des travers les plus communs des médias à l’égard de l’Église s’est aussi développé au Devoir :

Je trouvais aussi que très facilement on tombait dans le tort, dans la manie que les journaux, parfois, voient rapidement un document pour en sortir un élément qui fait scandale et puis mettent cet élément en valeur, sans le situer dans le contexte du document complet. Il me semblait que le Devoir ne faisait pas ça pour les autres textes importants des autres institutions et d’autres sources et qu’il suivait la trace des moins bons médias. (RO7)

64Une surprise (du moins à nos yeux) s’est retrouvée (à une exception près) dans l’ensemble des réponses qui nous ont été données : les textes du journaliste et chroniqueur Stéphane Baillargeon ont heurté bien plus nos répondants que les choix de direction de Bissonnette. Selon le souvenir général, Baillargeon aurait, au début des années 1990, été chargé, entre autres responsabilités, de la couverture de l’actualité religieuse (au sens très large, cette fois). Plusieurs de nos répondants ont insisté sur ceci : les articles de Baillargeon étaient souvent hostiles, voire insultants, et en général mal informés.

Il y a eu des périodes où j’ai moins aimé Le Devoir, en particulier parce qu’on y a fait place à plus de points de vue arrogants (ou parfois même cyniques sinon vitrioliques) sur le religieux ou la religion. « Le » Stéphane Baillargeon a souvent été pour moi source d’irritation, car ses positions critiques n’étaient pas appuyées sur une expérience vécue d’un christianisme ouvert comme je le vis. (RE7)

Quand Lise Bissonnette est arrivée… quand elle a confié le dossier à Stéphane Baillargeon, j’ai commencé à voir que l’analyse qu’il faisait et la présentation avaient des partis pris et je n’étais pas satisfaite de sa connaissance de ce qu’il avançait. (RO3)

Et le comble, c’était Baillargeon… C’était insultant… C’était voulu. C’était une sorte de hargne. Et ça a certainement indisposé beaucoup de monde parce que j’ai eu des échos de beaucoup de gens. (RO6)

65Face à tout cela, nos répondants ont-ils changé d’attitude et de comportement ?

66Il est net que les changements d’orientation apportés par Bissonnette en 1990 au moment de son arrivée à la direction du Devoir ont provoqué un certain choc chez nos répondants. Mais ce n’est pas unanime. Deux réponses donnent à penser que l’épisode Bissonnette a eu peu d’effet chez certains. Deux répondants affirment en effet tout simplement ne pas avoir changé d’attitude générale au fil des années :

Je n’ai jamais remis en question ma confiance envers ce journal. À ma 1re année de prêtrise, un prêtre bien intentionné, jeune trentaine, m’avait mis en garde contre ce journal, disant qu’il reproduisait parfois des articles du journal Le Monde et que c’était un peu dangereux. Imaginez… aujourd’hui on lit parfois des articles de Libération dans Le Devoir et c’est correct. Mon attitude n’a pas du tout changé à l’égard de mon journal préféré. (RE7)

J’ai commencé à lire Le Devoir alors que j’étais étudiant au cours classique, dans les dernières années de mon cours en 1953 à 1955. […] Mon attitude envers le journal n’a guère changé : je suis toujours intéressé par l’ensemble des articles publiés. Cependant, certains textes relatifs aux événements religieux ici et dans le monde, plus souvent qu’autrement m’apparaissent inspirés par un parti pris où l’aspect négatif ressort davantage que l’aspect positif. (RE8)

67Ces réactions ne sont toutefois pas celles de la majorité.

68Celle-ci a plutôt ressenti un changement important. L’un de nos répondants, qui s’est dit très heurté, a parlé d’une véritable brisure du lien de confiance. Il ajoute :

Perçu un peu comme — c’est fort ce que je vais dire — comme le défenseur de la foi catholique, comme il était le défenseur du fait national… On s’attendait à ce que Le Devoir, excusez le mot, soit de notre côté. (RO10)

69Un autre rapporte avoir entendu passablement d’échos venant des milieux ecclésiastiques qui lui ont donné à penser que la réaction des évêques et de bon nombre de prêtres fut probablement très défavorable. Cela dit, la réaction la plus fréquente, bien que nous ne puissions la décrire avec beaucoup de précision, semble s’être développée dans une certaine durée et un peu en marge des gestes et déclarations de Bissonnette. Si l’on était un peu indifférent à la question du renouvellement de la direction, on a néanmoins bien vu avec le temps, sous la direction de Bissonnette, un changement de ton (plus agressif), une perte de sympathie envers l’Église et le catholicisme ainsi qu’une absence de compétence religieuse :

On nous laisse tomber. Le Devoir nous laisse tomber. […] Autrefois, Le Devoir, c’était le journal des curés. Là maintenant, ce n’est plus le journal des curés, c’est le journal des nouveaux professionnels, c’est le journal du mouvement laïque. […] Moi je dis que cette évolution, à certains moments, elle m’a indisposée. Parfois même, elle m’a choquée. (RO6)

Dans ce temps, j’étais critique. Je voyais qu’il y avait un certain fondement qui n’était pas là, dans l’avancée de certaines choses. (RO3)

70Mis à part une exception, personne parmi nos répondants n’a pourtant cessé de fréquenter le journal dans les années 1980-1990. Si nous employons le terme fréquenter, c’est qu’il est apparu que, dans le cas des religieux à cette époque, les abonnements étaient très souvent pris en charge par les communautés et les institutions religieuses. Personne n’a signalé non plus de cessation subséquente des abonnements des institutions ou des communautés religieuses, bien que certains rapportent qu’une telle possibilité ait été quelques fois évoquée. Une répondante déclare :

Il m’est arrivé d’entendre des propos du genre « ils nous ont lâchés, on va les lâcher à notre tour », mais j’ai vu des exemplaires du Devoir un peu partout. Que voulez-vous, il faut bien que les gens lisent quelque chose. (RO11)

71Un autre déclare :

Moi, j’allais partout prêcher des retraites, donc soit que j’aille à Lévis, soit que j’aille à Rimouski, ma surprise, c’était que Le Devoir était partout… et restait. (RO2)

72Comment nos répondants expliquent-ils le fait qu’ils aient maintenu leur comportement de fréquentation malgré un tel changement qualitatif de la part du Devoir ? Nous soulignons que les réponses qui nous ont été données à ce propos sont fort semblables.

73Notons d’abord que presque tous les répondants situent les décisions du Devoir dans le contexte général de la sécularisation et de l’évolution des sociétés québécoise et occidentale.

Certainement vers la sécularisation tout comme l’ensemble de la culture québécoise. Je ne pense pas qu’il y ait eu un véritable anticléricalisme. Sous la direction de Lise Bissonnette, il y a eu un grand tournant non seulement par rapport à la religion mais aussi par rapport aux questions de culture générale et de justice sociale — la démission de Jean-Claude Leclerc (éditorialiste à l’époque ?), en a été un signal. (RE1)

74Nos répondants ont aussi exprimé des raisons de maintenir leur fréquentation au journal, sis alors rue du Saint-Sacrement. Nous avons retenu trois ordres de motifs : l’intérêt général du contenu offert par Le Devoir, mis à part le religieux, l’intérêt du Devoir en comparaison des autres quotidiens imprimés francophones et le poids des habitudes.

75S’agissant de l’intérêt général du contenu du journal, nos répondants se souviennent avoir trouvé que la qualité du journal, sous Bissonnette, s’est maintenue.

Le Devoir a été d’inspiration catholique jusqu’au départ de Claude Ryan. Et après ça, c’est vraiment différent. On a tâtonné après ça. […] Après ça, je pense que même si le journal s’est éloigné par rapport à la pensée chrétienne, il reste que c’est un journal sérieux. […] Il est resté parce qu’on dit que c’est un journal d’information et surtout dans le domaine social. Il faut bien penser que le clergé et les communautés s’intéressaient beaucoup au domaine social. Le Devoir, ça les intéressait. Peut-être que le journal avait plus de crédibilité dans le domaine social que dans le domaine politique. (RO2)

76Un répondant va jusqu’à dire qu’à certains égards, notamment sur les plans culturel et littéraire, la qualité du journal s’était améliorée, surtout après le quasi-vide à la direction à la suite de l’époque Ryan.

77Nos répondants soutiennent par ailleurs que Le Devoir des années 1980, mis à part le religieux, n’avait pas tant dévié de ses choix antérieurs. Le journal conservait son orientation intellectuelle : on y trouvait des analyses, des prises de position, des textes littéraires, des reportages culturels. Pendant ce temps, le quotidien continuait à afficher des sensibilités sociopolitiques. À cet égard, plusieurs disent avoir vraiment aimé que le journal se soit situé du côté nationaliste et quelque peu à gauche tout en demeurant franchement modéré.

De manière générale, je considère que ce quotidien nous offre une vision de la société qui convient à mes valeurs humanistes — il y a des exceptions bien sûr, car bien des articles, en particulier dans la section des idées, peuvent apporter des points de vue qui ne correspondent pas à ce que je vis ou à ce que je crois. Mais dans l’ensemble, au fil des ans, la politique éditoriale a démontré une ouverture d’esprit à mes valeurs. Plus précisément, contrairement à l’autre grand quotidien montréalais que je lis (La Presse), Le Devoir m’apparaît toujours plus indépendant des influences du néo-libéralisme — une philosophie que je considère dangereuse à bien des égards. (RE7)

78Fait intéressant cependant, personne n’a mentionné l’importance accordée aux pages économiques. Rappelons que le développement d’un solide cahier consacré à l’actualité économique était l’un des éléments clés du programme de Bissonnette.

  • 5  Blanchette est journaliste au Devoir depuis 1993. Spécialiste à ses débuts de chroniques culinaire (...)

79Abordons le second ordre de raisons, soit la comparaison avec les autres journaux. Plusieurs de nos répondants nous ont montré que la décision de fréquenter un journal dépend aussi de cette comparaison. Concernant Le Devoir, la décision de maintenir une certaine fidélité tient pour beaucoup à ce que l’on trouve chez les uns et les autres ; à cet égard, le seul concurrent francophone mentionné est La Presse. Aucun répondant n’a dénigré cet autre quotidien montréalais, mais ils disent se retrouver davantage dans Le Devoir, d’abord parce qu’il est plus intellectuel, plus littéraire, plus porté vers les idéaux humanistes, mais aussi parce qu’il est plus sobre, mieux rédigé, moins éclectique, moins porté sur les sports. Cela étant, certains aspects de la nouvelle formule en faisaient sourciller certains, les chroniques de Josée Blanchette notamment5.

80On ne saurait passer sous silence les habitudes. Plusieurs répondants, en effet, évoquent cette réalité. La lecture régulière d’un journal quotidien semble aussi tenir aux habitudes prises de longue date. Un répondant nous a confié qu’il reconnaissait les qualités du quotidien La Presse tout en se déclarant incapable d’en faire la lecture :

On a pris l’abonnement de La Presse… C’est drôle parce qu’il y a plus d’informations dans La Presse, mais il y a tellement d’annonces. Je demeure un homme du Devoir. Je n’ouvre même pas La Presse. (RO2)

81Cela dit, il est évident, au vu des nombreuses réactions qui ont été exprimées, que les textes de Baillargeon ont créé une seconde onde de choc, presque plus forte que celle causée par les décisions de Bissonnette et que cela a suscité de très sérieuses mises en question.

Après, on a tout essayé. Baillargeon, c’était épouvantable. C’était même grossier. Ça, c’est dans les années 1990. Le problème du Devoir, après les années 1980, concernant la foi chrétienne, c’est l’incompétence des journalistes dans le domaine religieux, de sorte que moi, j’ai perdu confiance. (RO2)

Il me semblait qu’il se passait des choses assez importantes dans la vie de l’Église du Québec et du Canada pour qu’on lui fasse une place comme aux autres aspects de la vie publique et qu’on présente régulièrement des nouvelles fouillées sur l’Église. Et ça m’a heurté assez à un moment donné — avec le secours de « Stéphane Baillargeon ». À tel point que j’ai dit aux communautés religieuses : écoutez, je ne savais pas ce qui se passait au Devoir… (RO7)

Période Descôteaux

82Interrogés sur l’évolution du journal au cours de la décennie qui a suivi le départ de Bissonnette (en 1998), nos répondants ne signalent pas de changements majeurs par rapport aux années 1990. Le Devoir demeure à leurs yeux un journal de référence, lequel est globalement sérieux et bien fait. On y trouve tout à la fois des nouvelles, des analyses, des textes consacrés à la culture, ainsi que des textes d’opinion. Aucun répondant n’a mentionné le nom de Bernard Descôteaux, le successeur de Bissonnette.

83Au sujet du religieux, la situation ne paraît pas avoir véritablement changé. Le journal n’a plus de sympathie marquée envers l’Église.

Journal catholique ? À proprement parler, il l’a peut-être été au temps de son fondateur, Henri Bourassa. Favorable à la foi de la majorité sous Filion et Ryan ; neutre pendant une dizaine d’années ; et purement laïc — comme La Presse d’ailleurs aujourd’hui — depuis une vingtaine d’années. D’une laïcité « ouverte », évidemment. Comme elle est au fédéralisme : on le regarde, on en traite, on le respecte... avec l’oreille plutôt tendue ailleurs. En fait, plus à l’aise dans la critique de l’institution et de la tradition que des valeurs spirituelles en général. (RE15)

84On dit ne pas y trouver davantage de textes consacrés à la question religieuse ou à la réalité de l’Église qu’au cours de la période précédente. On ne prête pas au journal une plus grande compétence dans ce domaine qu’à l’époque de Bissonnette :

Faible, faible, faible dans le sens où l’on nous transmet soit la nouvelle, soit par l’association de la presse. Ce que j’apprécie, c’est quand on laisse un espace libre pour des idées, des points de vue. […] Autrement dit, ce n’est pas là que je vais chercher mon information religieuse, mais j’aime quand même Le Devoir. Je n’ai pas d’attentes de ce côté-là. (RO3)

On peut dire que la nouvelle religieuse, justement, elle est trop modeste. Même s’il y a un synode à Rome, on n’a aucun article sur ça. Il n’y a pas d’articles sur les événements d’Église. Moi, je pense qu’on ne le fait pas parce que ça intéresse de moins en moins de lecteurs. (RO7)

85Et le même répondant d’ajouter dans la foulée : « Ce n’est plus un journal d’inspiration catholique maintenant » (RO7). Mais au moins, insiste-t-on, le motif d’irritation que constituaient les articles de Baillargeon n’existe plus étant donné que celui-ci ne s’occupe plus de religion depuis plusieurs années. On remarque qu’à l’occasion, soit lors des grandes fêtes traditionnelles (comme Noël et Pâques), on accorde de l’espace à des réflexions sur la spiritualité et les valeurs et que l’on invite des auteurs solides (une répondante glisse qu’elle souhaiterait que l’on n’invite pas seulement Benoît Lacroix en ces moments précis du calendrier). Deux répondants se sont dits heureux que Jean-Claude Leclerc ait accepté de tenir une chronique régulière.

86Cela dit, on attribue au journal une ligne idéologique générale qui combine la valeur d’ouverture (comprendre : ouverture à l’autre et à la diversité), le nationalisme modéré et une certaine préoccupation pour l’égalité et la justice sociale. Et l’on se dit en accord avec cela, car, en fin de compte, c’est l’esprit général de l’Évangile.

87Comment se comporte-t-on alors à l’égard du Devoir ?

88Premier constat : pratiquement tous nos répondants (en fait, tous sauf un) disent encore fréquenter Le Devoir d’une manière ou d’une autre. Le terme fréquenter signifie pour eux prendre connaissance du contenu du journal sur une base très régulière. Par contre, s’agissant des modalités concrètes, on observe plusieurs cas : si plusieurs sont aujourd’hui abonnés au journal, d’autres profitent encore d’abonnements institutionnels ; et certains consultent fréquemment le site Web du journal.

89C’est unanime chez nos répondants : on ne lit pas Le Devoir pour les articles concernant l’actualité religieuse et la vie de l’Église. On attribue au quotidien un manque d’intérêt et d’expertise, ce que certains déplorent (à deux exceptions près : les chroniques hebdomadaires de Jean-Claude Leclerc et de Louis Cornellier). Remarquons une fois de plus que la majorité ne voit pas comment il pourrait en être autrement.

90La fréquentation du Devoir est motivée par un ensemble de raisons, lesquelles raisons apparaissent très semblables à celles exprimées pour les périodes précédentes. Pour la plupart, Le Devoir demeure un journal de référence sans équivalent : on y trouve des débats d’idées et des analyses qui ne sont pas publiés ailleurs. Pour certains, l’intérêt premier du quotidien réside dans la combinaison de sérieux journalistique et de sensibilité humaniste. D’autres aiment que le journal soit encore relativement de gauche et qu’il affiche un nationalisme modéré sans être timoré. D’autres encore se disent touchés par l’importance accordée à l’actualité littéraire et philosophique.

Conclusion

91Les prétentions du présent article demeurent modestes. On ne doit y voir qu’un premier coup de sonde auprès des lecteurs religieux du Devoir. Nous reconnaissons volontiers les limites de l’enquête, notamment :

  • le caractère très succinct du questionnaire qui, tout en favorisant le taux de réponse, n’a pas permis de présenter de résultats chiffrés ;

  • il est possible que la surreprésentation des intellectuels parmi les répondants constitue un biais important ;

  • il existe un autre biais possible : une certaine surreprésentation des lecteurs a posteriori sympathiques au journal ;

  • les années 1980 constituent la grande inconnue de notre enquête : voilà un domaine où les limites de la mémoire font manifestement problème.

92Nous admettons au surplus que de nombreuses questions nécessiteraient une investigation beaucoup plus fine que ne le permettaient nos questionnaires.

93Malgré toutes ces limites, il nous semble que les réponses qui ont été rapportées constituent un apport significatif.

94Premièrement, il nous semble que l’enquête, de facture qualitative, montre la pertinence d’aborder le comportement des lecteurs catholiques et des lecteurs en général en termes de comportement allocatif motivé en contexte d’offre et de demande. Au fil des réponses, les composantes clés du paradigme du comportement allocatif motivé (Lindenberg, 2001 et 2005) ont trouvé des éléments de documentation :

  • La motivation. Fréquenter Le Devoir est présenté comme un comportement subjectivement motivé en contexte, c’est-à-dire que nos répondants souhaitent y trouver des contenus qui apporteront des bénéfices tangibles (par exemple, se faire une idée sur telle question, connaître les tendances littéraires, se sentir partie prenante du monde intellectuel) ;

  • Les ressources. S’il n’a guère été question d’argent du côté des lecteurs catholiques (les abonnements, on l’a vu, sont souvent pris en charge par les institutions ou les communautés), il fut tout de même amplement question de temps, d’efforts et d’attention — des ressources que l’on n’alloue pas inconsidérément ;

  • Les attentes. À maintes reprises, nos répondants nous ont dit : « Du Devoir, j’attends qu’il m’apporte ceci » (qu’il brosse par exemple un tableau global des enjeux associés à telle question) ; ou, au contraire, lancent-ils : « Pour ce qui est de la nouvelle religieuse, je n’ai plus d’attentes » (ce qui suppose des éléments de compensation) ;

  • Les restrictions. Les lecteurs catholiques interrogés ont dû, entre autres choses, composer avec les limites du marché médiatique québécois et l’état général de l’offre de nouvelles religieuses, ce qui a restreint considérablement leurs capacités de substitution. Par exemple, on a, à quelques reprises, souligné que l’équivalent de La Croix n’existait pas au Québec ;

  • Les évaluations. Nos répondants nous ont montré qu’il leur est souvent arrivé de juger Le Devoir et qu’ils continuent à le faire périodiquement, et ce, en fonction de leurs motivations et de leurs attentes. Par ailleurs, ces évaluations étaient effectuées de manière comparative ;

  • La signification. On a bien vu que nos répondants sont producteurs de significations en contexte. Ainsi ont-ils tous produit une lecture du contexte macrosocial à partir duquel ils ont interprété l’évolution du Devoir ; de même ont-ils attribué des intentions et des dispositions aux différents directeurs du journal, etc.

95Deuxièmement, nos répondants nous ont montré qu’il y avait beaucoup de sens à documenter l’effet du réalignement opéré par Bissonnette au début des années 1990. Toutefois, les deux hypothèses factuelles que nous avions mises en avant ne semblent guère appuyées par les témoignages recueillis.

96La grande majorité des témoignages n’appuie pas clairement l’affirmation selon laquelle le réalignement opéré en 1990 a été reçu par ces lecteurs catholiques comme une « cassure des ententes passées ». Il nous semble plus juste de soutenir que si, d’une part, la décision de Bissonnette a été reçue par beaucoup comme un geste très fort donnant lieu à plusieurs conséquences, d’autre part, nos répondants n’y ont pas vu le moment où le quotidien a commencé à changer. Il y avait longtemps que l’on avait constaté que, pour ce qui concerne le religieux, Le Devoir changeait ; que l’on avait remarqué qu’il évoluait selon une trajectoire assez semblable à celle de l’ensemble de la société québécoise ; et que l’on avait jugé que l’on ne pouvait pas s’attendre à autre chose de la part d’un tel journal. Autrement dit, pour nos lecteurs, l’idée d’un contrat entre le public catholique et le journal n’avait plus guère de pertinence contemporaine.

97Dans la suite de ce qui précède, on doit admettre que les témoignages ne permettent pas non plus d’affirmer qu’il existe un changement de comportement de la part des lecteurs catholiques au Devoir en ce qui a trait aux habitudes de lecture et de fréquentation.

98Troisièmement, bien que nos suppositions de départ sur les motivations des lecteurs catholiques (qu’ils auraient été mus très prioritairement par des motivations idéologiques et qu’ils étaient en recherche d’un lieu d’expression d’un « nous d’appartenance et de conviction ») n’étaient nullement dépourvues de plausibilité, il nous semble justifié d’avoir fait des motivations des lecteurs catholiques une question ouverte. Notre enquête donne à penser que les motivations et attentes des lecteurs catholiques, peu importe la décennie considérée, n’ont jamais formé un bloc monolithique et, surtout, n’ont pas gravité, par rapport au Devoir, autour du journal d’opinion et de combat. Si, de fait, les lecteurs catholiques avaient vraiment désiré un tel journal, il est très probable qu’ils auraient réagi beaucoup plus fortement au changement de cap effectué par Bissonnette ; par contre, il n’est pas dit non plus qu’ils se seraient satisfaits de l’état du journal sous la gouverne de Ryan.

99Les lecteurs catholiques que nous avons rencontrés nous sont apparus finalement comme des consommateurs classiques de quotidiens, preneurs d’une certaine formule journalistique qui leur permettait d’atteindre — au cas par cas et au regard des comparaisons avec d’autres journaux — un certain niveau de satisfaction. Dans leur cas cependant, cette formule, passablement composite, comprenait néanmoins une dimension axiologique d’idée et d’opinion.

100Les lecteurs catholiques interrogés se disent, aujourd’hui, presque tous très satisfaits du journal, même si sa couverture religieuse demeure déficiente à leurs yeux. Les personnes interrogées ont continué leur achat et leur lecture du quotidien, parce qu’il représentait pour elles un journal de référence obligé et aimé.

101Quatrièmement, il est intéressant de noter que l’évaluation générale du journal, faite par pratiquement tous nos répondants, est à maints égards tributaire de la compréhension de l’évolution de la société québécoise entre 1960 et 1980 et de l’attribution de responsabilité qui en découle. À cet égard, ils expriment de manière récurrente deux convictions fortes. La première est que le journal est une institution qui évolue dans la même direction et passablement au même rythme que la société québécoise ; la seconde est l’irréversibilité du processus de sécularisation. De ces convictions, nos répondants infèrent qu’il aurait été vraiment surprenant que Le Devoir évoluât dans un sens radicalement contraire de son lectorat. Nous sommes portés à croire que, si les lecteurs catholiques avaient lu autrement l’évolution du Québec et, partant, cru à la possibilité de redéployer le catholicisme, le changement de cap et de relation imposé par Bissonnette aurait pris une tout autre signification et aurait peut-être donné lieu à des réactions moins résignées.

102Cela dit, et ce sera notre dernière remarque, l’enjeu de ce travail ne vise pas seulement la connaissance des lecteurs catholiques du Devoir, mais aussi la conceptualisation du contrat établi entre un journal et ses divers publics. L’accumulation de recherches comme celle-ci (mais consacrées aux autres publics du Devoir et à ceux d’autres journaux) devrait permettre d’élaborer une représentation de plus en plus fine du rapport contractuel entre un journal et ses lecteurs.

Haut de page

Bibliographie

Abbé CUROTTE (1920), « Le journal catholique, témoin de la vérité » dans Le dixième anniversaire du Devoir ; compte-rendu de la manifestation du 13 janvier 1920 au Monument-National, Montréal, Le Devoir, p. 102-106.

Abbé PERRIER (1920), « Le Devoir, journal catholique » dans Le dixième anniversaire du Devoir ; compte-rendu de la manifestation du 13 janvier 1920 au Monument-National, Montréal, Le Devoir, p. 21-34.

BARBIER-BOUVET, Jean-François (2000), « Lecteurs et modes de lecture de la presse catholique » dans Pierre BRÉCHON et Jean-Paul WILLAIME (dir.), Médias et religions en miroir, Paris, Presses universitaires de France, p. 229-248.

BISSONNETTE, Lise (1990), « Le Devoir, un héritage », Le Devoir, 24 septembre [En ligne]. http://www.ledevoir.com/le-devoir/histoire (Page consultée le 11 août 2011).

CANTIN, Serge et Robert MAGER (2010), Modernité et religion au Québec. Où en sommes-nous ?, Québec, Presses de l’Université Laval.

CARDINAL, Mario (2010), Pourquoi j’ai fondé Le Devoir, Montréal, Libre expression.

CHARRON, Jean et Jean DE BONVILLE (1996), « Le paradigme du journalisme de communication : essai de définition », Communication, 17(2), p. 51-97.

CHARRON, Jean et Jean DE BONVILLE (2004), « Le système de journaux » dans Colette BRIN, Jean CHARRON et Jean DE BONVILLE (dir.), Nature et transformation du journalisme, Québec, Presses de l’Université Laval, p. 219-242.

COMEAU, Robert et Luc DESROCHERS (dir.) (1996), Le Devoir, un journal indépendant (1910-1995), Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec.

DE BONVILLE, Jean (1995), Les quotidiens montréalais de 1945 à 1985 : morphologie et contenu, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture.

DION, Léon (1993), Québec 1945-2000, t. II : Les intellectuels et le temps de Duplessis, Québec, Presses de l’Université Laval.

FILION, Gérard (1947), « Comme journal catholique », Le Devoir, 21 avril [En ligne]. http://www.ledevoir.com/histoire/filion8.htm (Page consultée le 11 août 2011).

GINGRAS, Pierre-Philippe (1985), Le Devoir, Montréal, Libre expression.

HAMELIN, Jean (1984), Histoire du catholicisme québécois : le xxe siècle, t. II : De 1940 à nos jours, Montréal, Boréal.

LAHAISE, Robert (dir.) (1994), Le Devoir, reflet du Québec au 20e siècle, LaSalle, Hurtubise HMH.

LINDENBERG, Siegwart (2001), « Social rationality versus rational egoism » dans Jonathan TURNER (dir.), Handbook of Sociological Theory, New York, Springer, p. 635-668.

LINDENBERG, Siegwart (2005), « La théorie du choix rationnel » dans M. BORLANDI, R. BOUDON, M. CHERKAOUI et B.VALADE, Dictionnaire de la pensée sociologique, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Quadrige », p. 586-591.

O’NEIL, Louis (1955), « Pourquoi le clergé soutient-il Le Devoir ? », Ad Usum Sacerdotum, 10(5), 195, p. 76-79.

PROULX, Jean-Pierre (1994), « Fais ce que crois. La religion après 1960… le déclin », dans Robert LAHAISE (dir.), Le Devoir, reflet du Québec au 20e siècle, LaSalle, Hurtubise HMH, p. 405-425.

PROULX, Jean-Pierre (1996), « Le Devoir et la sécularisation du Québec (1960-1970) », dans Robert COMEAU et Luc DESROCHERS (dir.), Le Devoir, un journal indépendant (1910-1995), Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 149-165.

ROY, Gilles (1977), Étude du contenu religieux dans quatre journaux du Québec, Montréal, Office des communications sociales.

RYAN, Claude (1970), « Le Devoir d’hier et d’aujourd’hui », Le Devoir, 10 janvier [En ligne]. http://www.ledevoir.com/politique/quebec/46969/le-devoir-d-hier-et-d-aujourd-hui-janvier-1970 (Page consultée le 11 août 2011).

Haut de page

Annexe

  

Thèmes à explorer en interview

Questions générales

  1. Quand avez-vous commencé à lire Le Devoir ?

  2. Pourquoi étiez-vous intéressé(e) à lire ce journal ?

  3. Êtes-vous encore abonné(e) aujourd’hui, ou lisez-vous encore Le Devoir ?

  4. Parlez-nous de la confiance que vous accordiez au Devoir. Si votre attitude par rapport au journal a changé avec le temps, quand est-ce arrivé, et pourquoi ?

  5. Jusqu’à quelle époque, selon vous, pourrait-on considérer Le Devoir comme étant un journal catholique ?

Questions propres au fait religieux

  1. Pouvez-vous déterminer différentes périodes dans le fonctionnement du journal par rapport au fait religieux en général ?

  2. Dans quelle ligne l’idéologie du journal par rapport à la religion a-t-elle évolué selon les années ou selon les directeurs ?

  3. Selon vous, quel genre privilégié de traitement de l’information religieuse y eut-il successivement dans les années 1950, 60, 70, 80, 90… ?

  4. Comment avez-vous ressenti cette évolution ? Comment la jugez-vous aujourd’hui ?

Haut de page

Notes

1  On aura une bonne idée de la mission « catholique » du Devoir telle que conçue dans ses premières années si l’on se rapporte à la brochure publiée par le journal au lendemain des célébrations de son dixième anniversaire. Voici des extraits de deux discours donnés à cette occasion : 

« [Il nous faut] reconnaître publiquement que le Devoir répondait et répond encore au besoin que nous avons d’une presse catholique qui met au-dessus de tous les intérêts matériels, les intérêts du Christ et de son royaume sur terre » ; « Ce document pontifical [Inter Multiplices, Pie IX, 25 septembre 1865] nous suffit pour fixer nos préférences. Calmera-t-il les esprits chagrins qui croient que la presse n’est point catholique, à moins que l’autorité diocésaine ne baille les fonds au journal et n’en inspire tous les articles ? » ; « Mais pour que les journalistes accomplissent cette mission tracée par l’Église, il faut que les catholiques les soutiennent, en leur donnant non seulement des sympathies, mais des subsides, il faut également travailler à propager le bon journal » (Abbé Perrier, curé de la paroisse Saint-Enfant-Jésus, 1920 : 22, 28 et 32).

« Or, messieurs, peut-on taxer d’exagération oratoire cette affirmation que le journal, digne de son rôle, doit porter aux foules l’idée, le verbe de Dieu, la vérité une, Dieu lui-même ? Qu’il vulgarise les données des sciences exactes, qu’il expose les thèses abstraites de la philosophie, sous une forme accessible à la moyenne intellectuelle, qu’il discute et solutionne les problèmes économiques, politiques et sociaux, qu’il fasse admirer les enseignements dogmatiques et moraux de la religion chrétienne… C’est toujours la pensée, le verbe de Dieu, la vérité une, Dieu lui-même, que le journaliste révèle et communique à la masse des lecteurs qu’il atteint » (Abbé Curotte, official de la curie diocésaine de Montréal, 1920 : 104).

2  La grille RREEMM s’inscrit dans la tradition du choix rationnel en sciences sociales. L’acronyme signifie ceci : « Un être humain quelconque est doté d’une rationalité caractérisée par la prise en compte par lui de la limitation de ses ressources (RR = Resourceful Restricted), de ses attentes (E = Expecting), de ses évaluations (E = Evaluating), de ses motivations (M = Motivated) et de l’évaluation qu’il prête à la situation (M = Meaning to the Situation) » (Lindenberg, 2005 : 588). Il s’agit en quelque sorte d’un outil analytique qui propose de reconstituer, sur un mode idéal-typique, un comportement d’échange et d’allocation par la recherche d’éléments qui correspondent aux différentes rubriques désignées par l’acronyme. Pour un exposé plus détaillé, voir Lindenberg (2001).

3  Mais il est bien possible que, dans l’esprit de plusieurs, cela remonte un peu avant puisque Ryan fut responsable de la couverture des travaux du concile Vatican II.

4  Citons ici un éditorial célèbre de Filion (1947) : « Il existe deux sortes de journaux catholiques. Les uns sont la propriété de l’autorité diocésaine, qui en inspire et en censure les articles : les autres appartiennent à des laïques qui mettent leur plume au service des causes catholiques, mais qui gardent leur liberté d’opinion sur toutes les questions qui ne relèvent pas du dogme ou de la morale. Il fut un temps où les journaux de la deuxième catégorie étaient vus d’un mauvais œil par certaines autorités ecclésiastiques. Qu’on se rappelle le geste du vénérable archevêque de Paris interdisant aux prêtres et aux religieux de son diocèse la lecture de l’Univers, journal du pourtant très orthodoxe de Louis Veuillot. Mais les temps sont changés. Les papes, de Pie IX à Pie XII, se sont prononcés avec instance pour la création d’une presse d’inspiration catholique qui fasse échec aux feuilles libre-penseuses et aux gazettes jaunes. Chaque fois, le Saint-Siège a mis une insistance particulière à reconnaître le rôle éminent qu’y doivent jouer les laïques. Ce rôle est d’ailleurs confirmé par l’institution officielle de l’Action catholique, qui est l’apostolat des laïques sous l’autorité de l’Épiscopat. »

5  Blanchette est journaliste au Devoir depuis 1993. Spécialiste à ses débuts de chroniques culinaires et gastronomiques, elle s’est par la suite occupée de ce que l’on nomme les questions de « mode de vie ». Elle est réputée pour son humour mordant et souvent irrévérencieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin David-Blais, Guy Marchessault et Stanisław Sokołowski, « Les lecteurs catholiques québécois sont-ils demeurés fidèles au quotidien Le Devoir après les changements d’orientation des années 1990 ? », Communication [En ligne], Vol. 29/2 | 2012, mis en ligne le 20 février 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/2774 ; DOI : 10.4000/communication.2774

Haut de page

Auteurs

Martin David-Blais

Martin David-Blais est professeur à l’Université Saint-Paul, à Ottawa. Courriel : mblais@ustpaul.ca

Articles du même auteur

Guy Marchessault

Guy Marchessault est professeur à l’Université Saint-Paul, à Ottawa. Courriel : gmarchessault@ustpaul.ca

Stanisław Sokołowski

Stanisław Sokołowski est professeur à l’Université Saint-Paul, à Ottawa. Courriel : ssokolow@ustpaul.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org