Navigation – Plan du site
Articles

L’évolution de la situation financière du Devoir à la lumière de ses états financiers

Daniel Coulombe et Jean Charron

Résumés

Comment le quotidien montréalais Le Devoir, dont la rentabilité commerciale n’était pas l’objectif, a-t-il pu survivre depuis 1910 dans des conditions qui, apparemment, lui étaient hostiles ? Les dirigeants du journal ont dû chercher à compenser les insuffisances du marché en sollicitant des bailleurs de fonds et d’autres fournisseurs de ressources pour qui le profit n’était pas la motivation première. L’analyse des rapports financiers du Devoir, des débuts du journal jusqu’à nos jours, permet de déterminer dans quelle mesure les activités du journal ont été déficitaires ou profitables et quand, où et dans quelles circonstances les responsables du journal ont trouvé les ressources matérielles nécessaires à sa survie.

Haut de page

Texte intégral

1Avant même le lancement du Devoir en 1910, le marché des journaux de Montréal compte déjà, à lui seul, huit quotidiens. En 1911, ils seront dix à se faire concurrence. Certes, le nombre de lecteurs de quotidiens était à cette époque proportionnellement plus élevé qu’il ne l’est aujourd’hui ; n’empêche que la réussite de l’entreprise fondée par Henri Bourassa était loin d’être assurée. La notoriété et le prestige du fondateur allaient-ils suffire à attirer le lectorat nécessaire pour faire vivre un journal de combat à une époque où la presse d’opinion décline, au profit de la presse d’information ? Au cours du xxe siècle, la vingtaine de quotidiens différents qui, à un moment ou à un autre, ont été publiés à Montréal, l’ont été, pour la plupart, par des entreprises de presse qui visaient le profit et qui étaient disposées à prendre les moyens nécessaires pour atteindre cet objectif. Pourtant, ils ont presque tous disparu. En 2010, il n’en reste que quatre, dont Le Devoir. On peut se demander comment ce journal, dont la rentabilité commerciale n’était pas l’objectif et qui, pour assurer sa survie, n’a jamais eu à sa disposition les mêmes ressources que ses concurrents, a pu traverser ce siècle dans des conditions qui, apparemment, lui étaient hostiles.

2L’une des raisons de cette longévité se trouve sans doute dans une stratégie de distinction qui devient manifeste lorsque l’on consulte le journal à différentes époques : ses responsables ont décidé de ne pas concurrencer de front des journaux qui, disposant de moyens beaucoup plus grands, pouvaient se permettre d’embrasser l’ensemble des domaines couverts par la presse quotidienne. Le Devoir s’est plutôt limité à un nombre plus restreint de domaines et de thèmes dans lesquels il s’est pour ainsi dire spécialisé et qui correspondaient aux champs d’intérêt d’un lectorat circonscrit, mais fidèle. Les thèmes couverts ont varié à la marge, au gré des changements sociaux et des choix stratégiques des directeurs, mais Le Devoir est resté un « journal de niche », comme on le dit aujourd’hui. Le journal a aussi misé sur un ton et une fonction qui, à certains égards, ont pu le distinguer de ses concurrents : couvrir l’actualité politique et générale, surtout celle qui concerne les institutions, mais aussi l’analyser et la commenter, susciter et animer le débat public, jusqu’au combat si nécessaire, faire porter l’attention sur des enjeux et des idées qui intéressent les élites.

3Cette stratégie de distinction n’a pas été suffisante, à elle seule, pour assurer la pérennité du journal. Les difficultés financières chroniques du Devoir et les crises budgétaires successives, entre autres celle qui a entraîné sa réorganisation au début des années 1990, en sont la preuve. Pour que le journal survive, il a fallu que ses dirigeants mobilisent, de façon plus ou moins régulière, d’autres types de motivations que la seule recherche du profit. Et il a fallu que ces motivations se traduisent, directement ou indirectement, en espèces sonnantes. Bref, les dirigeants du journal ont dû chercher à compenser les insuffisances du marché en sollicitant des bailleurs de fonds et d’autres fournisseurs de ressources pour qui le profit n’était pas la motivation première.

4Si cette interprétation est juste, faut-il voir la réorganisation des années 1990 et l’inauguration d’une nouvelle « culture d’entreprise » comme une rupture dans la tradition du Devoir ? Ou bien faut-il interpréter ces événements comme une simple mise à jour de la structure organisationnelle et du discours officiel de l’entreprise ? Les actionnaires et les dirigeants du journal auraient ostensiblement mis en avant l’obligation de rentabilité afin de rendre l’opération recevable dans une conjoncture dominée par le discours et l’idéologie économistes des gens d’affaires et des milieux financiers. Toutefois, dans les faits, les nouveaux investisseurs se seraient montrés d’une grande patience et se seraient satisfaits de rendements peu attrayants. Étaient-ils, sur ce plan, vraiment différents des actionnaires-mécènes de la première heure ?

5Pour répondre à ces questions, nous disposons, fait exceptionnel, des rapports financiers du Devoir, des débuts du journal jusqu’à nos jours. C’est un fait exceptionnel, car les journaux de propriété privée n’ont pas l’habitude de rendre publics leurs états financiers. Pourtant, les propriétaires du Devoir l’ont toujours fait. Il est donc possible de déterminer dans quelle mesure les activités du journal ont été déficitaires ou profitables et quand, où et dans quelles circonstances les responsables du journal ont trouvé les ressources matérielles nécessaires à sa survie. L’information consignée dans ces rapports fait voir les conséquences a posteriori des décisions d’affaires des gestionnaires et permet de repérer et de chercher à comprendre les périodes de succès et d’insuccès du journal sur le plan financier.

6Avant de procéder à l’analyse proprement dite de ces états financiers, nous devons d’abord traiter deux questions préalables. La première concerne les limites de notre analyse : les informations disponibles dans les états financiers du Devoir en disent beaucoup, mais ne disent pas tout de la vie de l’entreprise. La deuxième touche un problème théorique commun à toutes les analyses à caractère sociohistorique, celui de la périodisation. En effet, découper une séquence temporelle d’un siècle en périodes est, en soi, une décision qui doit être justifiée sur le plan théorique. Dans cette recherche, nous avons choisi d’analyser la situation financière du Devoir en fonction d’une périodisation qui correspond à la succession des directeurs du journal. Ce choix requiert quelques explications.

Les états financiers du Devoir

  • 1  Les lois (fédérales ou provinciales) constitutives des sociétés exigent que les sociétés privées c (...)

7Les états financiers du Devoir sont en fait ceux des sociétés privées qui, tour à tour, en ont été les propriétaires ; ce fut d’abord La publicité limitée (de 1910 à 1913), puis l’Imprimerie populaire (de 1913 à 1993) et enfin Le Devoir inc. (depuis 1993). Aucune de ces sociétés n’a eu d’obligation légale de révéler ses états financiers au grand public1. C’est pourtant ce qu’elles ont fait depuis les débuts. Les dirigeants n’ont jamais, à notre connaissance, justifié une telle transparence. Nous savons cependant que, dès le départ, Le Devoir a voulu se démarquer de la presse commerciale, de ces « boutiques où, sous couleur de journalisme, on bat monnaie en exploitant la badauderie du public, les fonds secrets des gouvernements et la caisse des grandes compagnies, en vendant en gros ou en détail, principes, idées et programmes » (Bourassa, 1910 : 1). Le journal a été présenté au public comme faisant partie d’une « œuvre » de bien commun, indépendante des partis politiques et du pouvoir d’argent, qui appuierait les « honnêtes gens » et dénoncerait les « coquins ». Mais encore fallait-il que les « honnêtes gens » qui partagent les valeurs professées par le journal le soutiennent, entre autres sur le plan financier. Dans ces conditions, la transparence quant à la situation financière du journal s’imposait.

8Mais qu’est-ce au juste qu’un état financier et quelles informations livre-t-il ? La publication d’états financiers est une des principales formes de communication d’information financière entre des gestionnaires, des propriétaires (ou actionnaires) et  d’autres parties prenantes de l’entreprise ou d’autres utilisateurs externes. Les états financiers comprennent notamment un état des résultats et un bilan auxquels se sont ajoutés au fil des ans, avec la structuration de la profession comptable, un état des flux de trésorerie et des notes complémentaires à ces états.

9L’état des résultats fournit un compte rendu des activités d’exploitation de l’entreprise : il présente les revenus et les charges d’exploitation de l’entreprise et en dégage le résultat net (revenus moins charges) qui est soit un bénéfice net, soit une perte nette. Quant au bilan, il dresse la liste des actifs et des passifs de l’entreprise à la date de publication de chaque état financier. Les éléments les plus importants sont présentés séparément et les autres, de moindre importance, sont regroupés. Le bilan divulgue aussi l’avoir des actionnaires, lequel correspond à la différence entre le total de l’actif et le total du passif de la société. L’avoir est composé du capital-actions, montant qui normalement correspond aux fonds avancés à l’entreprise par les actionnaires lors de la vente initiale des actions. Le surplus ou le déficit fait aussi partie de l’avoir des actionnaires ; il s’agit de la somme des bénéfices et des pertes d’exploitation de l’entreprise depuis le début de ses activités, déduction faite des dividendes versés le cas échéant. Lorsque les états financiers sont vérifiés, un rapport de vérification en précède la présentation.

10Les cent premières années du Devoir couvrent une période de grands changements en matière de communication financière. C’est pourquoi les informations dont nous disposons ne sont pas toutes constantes pour toute la période. Bien que la forme et l’apparence des états n’aient pas beaucoup changé, la profession comptable s’est fortement structurée au cours des cent dernières années. Les normes comptables plus contraignantes sont apparues au fil des ans, limitant d’autant la discrétion dans la comptabilisation des opérations commerciales. Avant le krach de 1929, la divulgation était plutôt de nature volontaire, même pour les entreprises cotées en Bourse. Par exemple, 30 % des entreprises cotées sur le prestigieux New York Stock Exchange n’avaient aucune entente relative à la production d’information financière avec l’institution (Ripley, 1927). Ce n’est qu’après le krach, avec la création de la Security and Exchange Commission (SEC) aux États-Unis que la réglementation sur la divulgation financière s’est resserrée. C’était aussi le début de l’élaboration de normes comptables. Au Canada, toute la structuration de la normalisation débute en 1902 avec la création de la Dominion Association of Chartered Accountants, qui deviendra l’Institut canadien des comptables agréés (ICCA) en 1951. Selon Scott (2009), les premiers bulletins publiés par le Committee on Accounting and Auditing Research de l’ICCA apparaissent en 1941. L’intention au départ n’était que de guider les comptables vers les meilleures pratiques ; toutefois, avec la publication annuelle du manuel de l’ICCA, à partir de 1968, les normes ont pris un caractère plus officiel. L’autorité de ces normes a par la suite été reconnue par les commissions des valeurs mobilières et par la Loi canadienne sur les sociétés par actions en 1975. C’est pourquoi un changement apparaît à partir de 1968 dans les rapports financiers du Devoir ; les vérificateurs font référence aux principes comptables généralement reconnus, alors qu’auparavant ils mentionnaient simplement que les états financiers étaient conformes aux livres et représentaient la situation financière de l’entreprise. Si, au cours de la période, la forme des états financiers de base est restée essentiellement la même, les règles d’inscription et d’évaluation des divers éléments se sont, par contre, beaucoup structurées, ce qui a pour conséquence que le contenu des rapports financiers n’est pas toujours comparable au fil du temps.

11Les premiers rapports financiers des sociétés propriétaires du Devoir sont très sommaires ; on y retrouve bien sûr les états financiers de base, soit un état des résultats et un bilan, mais très peu d’information complémentaire. Les états financiers sont vérifiés par un vérificateur indépendant. Le premier vérificateur de la compagnie est Rodolphe Bédard, qui conserve la fonction jusqu’en 1917. À partir de 1918, jusqu’à 1936, le flambeau est passé au cabinet Hurtubise Pelletier Gravel, probablement devenu Léon Hurtubise, en 1937, et qui demeurera responsable des états financiers jusqu’en 1949.

12De 1910 à 1917, les états financiers et le rapport de vérification étaient produits semestriellement. Ce n’était pas une exigence de la loi de l’époque, mais il est possible que les gestionnaires aient voulu assurer un meilleur suivi des premières années difficiles de l’exploitation du journal. Par la suite, ces rapports ont été produits annuellement.

13Les états financiers sont introduits par le rapport du vérificateur. Au début, ce rapport est très détaillé et couvre souvent deux pages. Il est assorti de commentaires sur les principaux postes des états financiers, dont il explique les variations respectives, et il indique aussi certaines limites du travail de vérification. On y retrouve des commentaires qui, aujourd’hui, paraissent inusités, par exemple :

Le retard apporté à produire ces états et rapports, est dû au fait que votre comptable est parti malade à la fin de l’année, sans avoir eu le temps de compléter les entrées de cloture [sic], et que son remplaçant n’était pas au courant de sa besogne, et manquait d’expérience. (1914)

Le total des obligations vendues est de $ 16,800. Il est impossible de vérifier l’exactitude de ce montant, à cause de l’absence de tout régistre [sic] d’obligations. (1916)

Des salaires et du loyer au total de $ 3,310 ont été remboursés par les Amis du Devoir et déduits du déficit de l’exercice. (1921)

14De nos jours, des commentaires de cette nature n’apparaissent plus dans les rapports de vérificateurs, bien que les situations qui y sont évoquées puissent encore être le sujet de discussions entre les vérificateurs et les administrateurs de la société. La lecture des rapports de vérificateurs au cours de la période allant de 1913 à 1940 était par conséquent très informative ; on y relate en quelque sorte le travail de vérification et y explique certaines transactions particulières de la société. À partir de 1940, le niveau de détail varie en fonction du vérificateur. Certains se limitent à un court paragraphe de certification, alors que d’autres fournissent plus de détails sur les opérations de l’entreprise. Mais plus on approche de la période de l’introduction des normes comptables, en 1968, moins le rapport du vérificateur est informatif ; il s’apparente de plus en plus à un sceau de certification. Avec l’introduction du manuel de l’ICCA en 1968, le rapport de vérification prend une forme normalisée : deux paragraphes suffisent, l’un pour décrire l’étendue de la vérification et l’autre pour certifier que les principes comptables ont été respectés et que les états financiers présentent fidèlement la situation financière de l’entreprise. En somme, de 1910 à 1968, les vérificateurs communiquaient avec les actionnaires et les parties prenantes, alors qu’à partir de 1968, ils se limitent à certifier, le fardeau de la communication aux actionnaires incombant dorénavant aux gestionnaires de l’entreprise.

  • 2  Les états financiers fournissent même la liste des actionnaires jusqu’en 1936 et celle des créanci (...)

15Outre ces réserves, le contenu des états financiers des sociétés propriétaires du Devoir est assez bien détaillé, à tout le moins pour les années 1913 à 1998. On y retrouve notamment des annexes décrivant les revenus et les dépenses des principales activités de la société. Il faut rappeler ici que la publication du Devoir n’est pas la seule activité de l’Imprimerie populaire limitée. Celle-ci a aussi des activités d’imprimerie ; elle gère une librairie et elle va, au cours de son existence, publier des brochures et d’autres périodiques (dont l’hebdomadaire Le Nationaliste et le mensuel Le Foyer rural). Ses rapports financiers comportent plusieurs annexes détaillant chacune de ces activités, ce qui permet d’établir la contribution respective de chacune d’elles à la bonne ou la mauvaise santé financière de la société2.

16Les notes aux états financiers apparaissent en 1971, conséquences du développement des normes comptables. Dans les rapports financiers modernes, on a en effet tendance à transférer des informations des états financiers vers les notes afférentes. Les états financiers présentent moins de postes détaillés et plus de regroupements, alors que les notes qui les accompagnent contiennent plus d’information. Les rapports de la société Le Devoir inc. ne font pas exception. À partir de 1999, l’information dans les rapports financiers du Devoir se fait plus rare ; on n’y divulgue maintenant que le chiffre d’affaires et le profit, sans aucun détail sur les principales dépenses de la société. Pour suivre l’évolution de la situation financière du journal, il faut se reporter aux discours du directeur devant l’assemblée annuelle des actionnaires, que le journal reproduit mais dans lequel l’information financière n’est pas présentée de manière systématique et dans une forme normalisée.

17Les états financiers contiennent beaucoup d’informations pertinentes pour établir les périodes de fortune et d’infortune du journal et pour chercher à les expliquer. Mais ils ne disent pas tout. Ils sont muets sur plusieurs facteurs à considérer si l’on voulait rendre compte d’une manière exhaustive et systématique de la situation financière du journal sur cent ans. Ils ne permettent pas de toujours connaître la nature exacte des revenus et des dépenses, ils ne disent rien sur le contenu du journal, sur son tirage, sur les caractéristiques de ses lecteurs, sur le type d’annonceurs qu’il recrute, etc. Même si l’on peut trouver dans d’autres sources des informations utiles sur certains paramètres importants (comme le tirage, les tarifs publicitaires, le prix de vente), des zones d’ombre subsistent dans le récit que l’on peut faire de l’histoire financière du Devoir.

La propriété et le contrôle du journal

18Notre analyse procède selon une périodisation qui épouse la succession des directeurs du journal. Ce choix se justifie par le fait que la structure de propriété du Devoir, qui est tout à fait singulière, confère au directeur un pouvoir quasi absolu sur la gestion de l’entreprise. Dans ces conditions, on peut croire que le style de gestion et les choix stratégiques des directeurs qui se sont succédé à la barre du journal ont exercé une grande influence sur la santé financière de l’entreprise. Cette hypothèse appelle quelques précisions.

  • 3  Les actionnaires de La publicité limitée ont investi environ 126 000 $ de 1910 jusqu’à la fin 1913 (...)
  • 4  Les six actionnaires fondateurs et administrateurs étaient Louis-Philippe Deslongchamps, « gérant  (...)

19Officiellement, Le Devoir n’est pas la propriété d’une personne ; il a été successivement la propriété de trois sociétés privées à but lucratif. Ce sont elles qui ont publié, au fil des ans, leurs états financiers, faisant ainsi beaucoup plus que le minimum requis par la loi. La publicité limitée est la première entité propriétaire du journal en 1910, mais de sérieux problèmes de liquidités forcent le transfert dès 1913 des activités du journal vers une nouvelle entité. En effet, les premières années du journal sont difficiles et non profitables. L’argent investi par les premiers actionnaires en 1910 vient vite à manquer3. En 1912, des appels infructueux auprès des actionnaires de l’entreprise afin d’obtenir des mises de fonds supplémentaires obligent les administrateurs de la société à trouver une solution à l’extérieur de l’organisation existante4. Bourassa et le gérant de l’entreprise font appel à des amis de l’« œuvre » pour créer une nouvelle entité dans le but d’assurer la pérennité du journal. L’Imprimerie populaire limitée est constituée le 6 février 1913, mais son premier état financier couvre la période débutant le 1er janvier 1914. Cette nouvelle société gère donc les activités du journal dès le début 1914, mais n’en fait l’acquisition officielle des mains de La publicité limitée qu’en septembre 1914, en contrepartie de l’émission de 1 150 actions privilégiées à la faveur de La publicité limitée.

20L’administration du journal Le Devoir demeure donc sous la responsabilité exclusive de l’Imprimerie populaire limitée jusqu’en 1992. À cette date, les problèmes financiers du journal forcent une autre réorganisation majeure ; l’Imprimerie populaire limitée cède les actifs et les passifs du journal Le Devoir à une nouvelle société, Le Devoir inc. C’est celle-ci qui gère dorénavant le journal, mais c’est toujours l’Imprimerie populaire limitée qui demeure l’actionnaire votant majoritaire de la nouvelle société et qui a donc le contrôle absolu sur toutes les décisions importantes prises par Le Devoir inc., notamment pour ce qui regarde la nomination du directeur du journal.

  • 5  Pour une analyse détaillée de la structure juridique mise au point par Bourassa, voir l’article de (...)
  • 6  L’actionnaire de La publicité limitée devait verser 50 $ par action, d’où l’investissement initial (...)

21Ces trois sociétés ont en commun d’avoir été constituées, sur le plan juridique, de manière à garantir l’indépendance du journal et la liberté d’action de son directeur. Quand Bourassa fonde Le Devoir, il ambitionne de créer un journal indépendant qui assurera « le triomphe des idées sur les appétits, du bien public sur l’esprit de parti » (Bourassa, 1910 : 1). C’est pourquoi il se soucie de placer son journal à l’abri de toute influence indue ou de toute tentative de prise de contrôle par un groupe politique ou financier. Aussi imagine-t-il un dispositif juridique qui a pour effet de confier au directeur la majorité des droits de vote de l’entité propriétaire du journal5. Ainsi, la première société, La publicité limitée, émet un total de 2 515 actions à l’endroit de ses actionnaires et, pour assurer le contrôle à son directeur, lui remet sans contrepartie 3 001 actions supplémentaires, portant le total des actions en circulation à 5 5166. Bourassa obtient donc de ce fait la majorité des droits de vote et peut faire élire les membres du conseil d’administration et procéder à la nomination de son éventuel successeur.

  • 7  Au début du siècle dernier, la pratique courante favorisait l’enregistrement aux livres d’actifs i (...)

22Le même dispositif est mis en place par la deuxième entité propriétaire du journal, l’Imprimerie populaire limitée. Les lettres patentes de la société autorisent l’émission de 5 000 actions au total. On décide donc d’émettre 2 501 actions, sans contrepartie, à Bourassa afin de lui donner le plein contrôle de la société. Ces actions avaient une valeur théorique de 250 100 $ (100 $ l’action) et ont été inscrites à cette valeur dans le bilan de la société, malgré le fait qu’aucune contrepartie n’ait été versée par Bourassa pour en faire l’acquisition7.

23Finalement, la société Le Devoir inc., fondée en 1992, n’est pas en reste. Le contrôle des droits de vote est assuré à l’entreprise l’Imprimerie populaire limitée. Celle-ci a le droit, en contrepartie de la somme de un dollar, à la majorité des actions donnant droit de vote. Cependant, l’entente convenue avec les principaux actionnaires du Devoir inc. leur accorde un certain droit de regard sur la gestion financière de l’entreprise. Voici comment Lise Bissonnette décrivait cette entente devant l’assemblée annuelle des actionnaires en mai 1993 : 

  • 8  Il s’agit notamment de l’approbation des budgets et des plans d’effectifs (Turcotte, 2010).

Selon l’entente intervenue en janvier [1993], les plus importants investisseurs et prêteurs ont des droits de veto sur certains aspects très définis de la gestion de l’entreprise8. Les différends majeurs, qui pourraient aller jusqu’à mettre en cause la direction, seront toutefois réglés par un mécanisme d’arbitrage qui empêchera toute tentative d’intrusion dans les orientations du journal sous couvert de contestation de nature financière.

La Première Fiducie d’Henri Bourassa, qui détient les actions de contrôle de l’IPL et dont la directrice du DEVOIR est mandataire, a examiné la restructuration et signé comme conforme [sic] aux volontés du fondateur, les documents pouvant affecter la liberté éditoriale et rédactionnelle de la directrice. La nomination du directeur du DEVOIR demeure toujours la responsabilité exclusive du conseil d’administration de l’IPL et des membres de la Première Fiducie d’Henri Bourassa.

De telles conventions m’apparaissent une réponse contemporaine aux objectifs d’Henri Bourassa. D’une part la gestion du DEVOIR est mieux encadrée et son conseil d’administration a un rôle beaucoup plus actif, qui met le journal à l’abri des errements d’une gestion individuelle qui pourraient le fragiliser de façon irrémédiable (Bissonnette, 1993 : A9).

24Une telle structure de propriété confère au directeur le plein pouvoir de diriger l’entreprise, de donner au journal la politique éditoriale qui lui paraît la plus appropriée et de décider des stratégies commerciales de l’entreprise. Le directeur du Devoir a, plus que celui de tout autre journal, les coudées franches. Ainsi, ses bonnes comme ses mauvaises décisions sont susceptibles d’avoir une influence déterminante sur la santé financière du journal.

L’analyse globale des états financiers

  • 9  La structure et l’actionnariat de La publicité limitée et ceux de l’Imprimerie populaire limitée d (...)

25Avant d’examiner la situation financière du Devoir sous les directions successives et suivant les aléas des conjonctures qui s’imposaient à elles, considérons le bilan financier de l’entreprise dans une perspective globale. Nous procéderons en deux temps, d’abord en dressant le bilan pour la longue période couverte par l’Imprimerie populaire (à laquelle nous annexerons La publicité limitée, qui a existé moins de cinq ans9), puis en examinant la performance du Devoir inc., de 1993 à 2009. Le passage du journal à la société Le Devoir inc. marque, en effet, d’une certaine manière, le début d’une seconde vie pour le journal.

  • 10  Cette valeur est théorique en ce qu’elle ne tient pas compte des variations dans la valeur de l’ar (...)

26Lorsque l’on additionne tous les résultats financiers, c’est-à-dire les pertes et les bénéfices nets, pour la période de 1910 à 1992, on aboutit à un total négatif, soit une perte nette de 6,4 millions de dollars, sur un chiffre d’affaires de 195 millions de dollars au cours de la même période, ce qui représente une perte de 3,2 %. Il manque donc à l’Imprimerie populaire limitée une valeur théorique de 6,4 millions de dollars pour équilibrer son budget10. À défaut de faire des profits, et pour pouvoir poursuivre ses activités, l’entreprise a donc dû trouver, au fil de ses quatre-vingt-deux ans d’existence, un financement qui équivalait à cette perte. D’où provenait ce financement ? La figure 1 indique la provenance de ces fonds.

Figure 1. Financement nécessaire au fonctionnement du journal Le Devoir pour la période de 1910 à 1992

Figure 1. Financement nécessaire au fonctionnement du journal Le Devoir pour la période de 1910 à 1992

27La première source de financement est l’apport des actionnaires de l’entreprise, y compris ceux de la première entreprise, La publicité limitée. La vente d’actions cumulées de ces deux entités a totalisé 1,2 million de dollars (19 % des besoins totaux) en financement. Tout ce montant a servi à éponger les déficits d’exploitation.

  • 11  Les Amis du Devoir est une association créée en 1914 (Bélair-Cirini, 2010), dont le mandat est de (...)

28La deuxième source de financement provient de souscriptions des Amis du Devoir11 et d’autres sources de financement par activités (comme les soirées-bénéfices). Les états financiers indiquent clairement un montant reçu d’environ 1,2 million de dollars, représentant aussi 19 % des besoins totaux au cours de la période 1910-1992. En réalité, les montants de souscriptions et d’apports des Amis du Devoir sont sans doute plus élevés, mais les états financiers n’en font pas toujours mention. D’autres documents consultés indiquent que l’apport des Amis du Devoir pourrait être plus élevé d’au moins 100 000 $.

  • 12  Le montant de la dette abandonnée par Péladeau est considérable ; il correspondait à environ 100 % (...)

29La partie la plus substantielle du financement provient de l’abandon de dettes de fournisseurs, soit 2,1 millions de dollars (33 % des besoins totaux). Pierre Péladeau, notamment, a renoncé à plus de 2 millions de dollars de dettes que l’Imprimerie populaire limitée avait contractées à l’endroit de l’Imprimerie Dumont, une filiale de Quebecor. Un seul autre fournisseur ayant renoncé à sa dette en faveur de l’entreprise a été clairement désigné dans les états financiers ; il s’agit de Dufresne Construction, qui a abandonné plus de 23 000 $ en 1938. Il s’agissait vraisemblablement de frais liés à la rénovation de l’immeuble abritant le journal12. Dufresne Construction était la propriété d’Oscar Dufresne, l’un des actionnaires fondateurs de l’Imprimerie populaire limitée.

30Le reste du financement nécessaire, soit 1,6 million de dollars (26 % des besoins en fonds), n’a pas été trouvé par l’Imprimerie populaire limitée ; il a plutôt été transféré en grande partie à la société Le Devoir inc. Au moment du transfert des activités du journal à cette société, la valeur comptable de l’Imprimerie populaire limitée était déficitaire d’environ 1,6 million de dollars, ce qui signifie que l’entreprise devait plus à ses créanciers que ce qu’elle détenait en actif au bilan.

31Bien qu’elle ne tienne pas compte de la valeur temporelle de l’argent au cours de cette période, cette analyse montre clairement que les activités d’affaires du journal n’ont pas suffi à assurer la survie du journal ; il a fallu la générosité de partenaires, fournisseurs, actionnaires et amis qui ont bien voulu soutenir les activités du journal.

32C’est cet état de fait que les fondateurs du Devoir inc. ont voulu changer en faisant de la publication du journal une affaire rentable. Ils ont dû y mettre du temps. En effet, les résultats escomptés de la transition de l’Imprimerie populaire limitée vers Le Devoir inc. ont tardé à se manifester. Les cinq premières années d’exploitation de la société Le Devoir inc. se sont soldées par des pertes nettes totalisant 4,8 millions de dollars. En contrepartie, le refinancement de la nouvelle société entre 1993 et 1996 a généré des fonds supplémentaires de 5 millions de dollars, essentiellement sous la forme de vente d’actions, montant qui a été suffisant pour supporter les pertes d’exploitation des années 1993 à 1997. Par la suite, les choses se sont améliorées. De 1998 à 2009, Le Devoir inc. a totalisé plus de 1,7 million de dollars de profit. Le plan de restructuration a de toute évidence fonctionné. Les frais ont été contrôlés, la négociation serrée de contrats d’impression a permis d’en réduire les coûts ; la réduction des frais liés à l’administration et au personnel ainsi que le lancement du site ledevoir.com en 1997 sont aussi des facteurs qui ont contribué au redressement de l’entreprise.

La situation financière du Devoir d’Henri Bourassa à Bernard Descôteaux

33Pour tenter d’expliquer ce bilan de la première vie du Devoir sous l’égide de l’Imprimerie populaireet celui, provisoire, du Devoir inc., il nous faut nous attarder aux mouvements conjoncturels qui ont infléchi le parcours du Devoir sous chacun de ses principaux directeurs. Nous verrons que le journal a été soumis à des influences externes et à des décisions et des pressions internes qui, combinées, ont déterminé l’évolution de sa situation financière.

Henri Bourassa : 1910-1932

34Henri Bourassa a 41 ans quand il fonde Le Devoir. Député fédéral de 1896 à 1907, il siège à l’Assemblée législative du Québec de 1908 à 1912. Bien que d’allégeance libérale, il professe une grande indépendance à l’égard des partis politiques et de leurs chefs, y compris le Parti libéral et son chef Wilfrid Laurier. Depuis la fin des années 1890, il s’est fait le porte-parole d’un mouvement nationaliste qui défend l’autonomie du Canada contre les visées impérialistes de la Grande-Bretagne et les droits des Canadiens français partout au Canada.

35Son discours est interprété différemment selon les publics auxquels il s’adresse. Dans plusieurs milieux, au Québec, les propos nationalistes de Bourassa et des jeunes politiciens qui l’appuient sont volontiers entendus comme un appel à la fierté nationale des Canadiens français, comme une invitation à créer et à renforcer des institutions canadiennes-françaises. Les milieux d’affaires aussi ne restent pas indifférents à ce message. Des hommes d’affaires francophones comprennent que le renforcement des institutions canadiennes-françaises est compatible avec leurs propres intérêts financiers.

  • 13  Quelques personnes ont apporté des montants plus substantiels. Au début 1914, la liste des actionn (...)

36Le charisme de Bourassa suscite donc, dans les milieux d’affaires, un appui fidèle, et cet appui s’avérera important pour assurer l’existence du Devoir, mais insuffisant pour lui épargner les difficultés économiques. Grâce à cet appui, le 13 août 1909, 172 actionnaires de La publicité limitée élisent leur conseil d’administration. Malgré le nombre important d’actionnaires, la majorité des premières souscriptions ne sont que de quelques centaines de dollars, voire quelques dizaines, si l’on exclut l’apport substantiel de quelques actionnaires. La contribution totale n’en atteint pas moins la somme de 126 000 $ vers la fin de l’année 191313.

  • 14  Ces chiffres sont des estimations, car l’état financier de l’année 1917 ne couvre que six mois.

37Les premières années ont été difficiles. L’exploitation du journal a vite consommé les fonds investis par les premiers actionnaires de La publicité limitée. Selon Rodolphe Bédard, le vérificateur de l’Imprimerie populaire limitée, au 31 décembre 1913, la totalité des pertes subies par le journal jusqu’à cette date totalisait la somme de 122 201 $ après tous les ajustements. Il n’est donc pas étonnant que l’on ait cherché très tôt à refinancer le journal, d’où, en 1913, la création de l’Imprimerie populaire limitée et l’apport de plus de 100 000 $ d’argent frais. Le premier profit net de l’exploitation du journal apparaît en 1917, soit un maigre surplus de 4 000 $ sur un chiffre d’affaires qui se situe approximativement à 118 000 $14.

38Pendant la direction de Bourassa, l’économie canadienne traverse une conjoncture économique globalement favorable. La Première Guerre mondiale soutient le développement de la production industrielle, mais elle n’est pas propice aux dépenses de consommation et à la publicité commerciale. D’ailleurs, Bourassa soulignait dans une lettre en 1916 à Guillaume-Narcisse Ducharme :

Il [LE Devoir] n’aura jamais une grosse clientèle vulgaire et avide de nouvelles et de sensations. Par conséquent il ne sera jamais un journal attrayant pour les grands annonceurs, ni pour toutes sortes d’annonces. Nous avons perdu énormément d’argent et d’efforts à faire de la réclame au journal en dehors de sa clientèle naturelle.

39Bourassa tablait davantage sur les revenus de l’imprimerie. D’ailleurs, au cours de son mandat, la croissance des revenus provient essentiellement des travaux d’imprimerie ; leur proportion dans le total des revenus passe de 5 % à 35 % au cours de cette période. La figure 2, qui présente les marges bénéficiaires (avant attribution des frais généraux) des principales activités, est éloquente aussi à ce sujet : les marges bénéficiaires de l’imprimerie ont apporté une contribution substantielle à la viabilité de l’Imprimerie populaire limitée au cours de cette première période.

Figure 2.1. Contributions des différentes activités de l’Imprimerie populaire limitée, à la marge bénéficiaire avant les frais généraux. Période 1913-1963 : Bourassa (1910-1932), Pelletier (1932-1947), Filion (1947-1963)

Figure 2.1. Contributions des différentes activités de l’Imprimerie populaire limitée, à la marge bénéficiaire avant les frais généraux. Période 1913-1963 : Bourassa (1910-1932), Pelletier (1932-1947), Filion (1947-1963)

Calcul des contributions : [(Revenus de l’activité) - (Frais directs de l’activité)]/Revenus totaux = % des revenus totaux.

Figure 2.2. Contributions des différentes activités de l’Imprimerie populaire limitée, à la marge bénéficiaire avant les frais généraux. Période 1964-1992 : Ryan (1964-1978), Roy et al. (1978-1990)

Figure 2.2. Contributions des différentes activités de l’Imprimerie populaire limitée, à la marge bénéficiaire avant les frais généraux. Période 1964-1992 : Ryan (1964-1978), Roy et al. (1978-1990)

Calcul des contributions : [(Revenus de l’activité) - (Frais directs de l’activité)]/Revenus totaux = % des revenus totaux.

  • 15  Les états financiers ne montrent aucune trace de l’effet de cette campagne de financement, sauf po (...)

40Après la guerre, et jusqu’en 1923, le Canada connaît une période de crise économique qui culmine en 1921 ; le taux de chômage monte cette année-là à 16 %. Le Devoir est fortement éprouvé et l’Imprimerie populaire limitéeenregistre des pertes substantielles (figure 3). Durant la crise, Bourassa se lance, avec l’appui des Amis du Devoir, dans une longue campagne de financement (1920-1921)15.

Figure 3. Marge bénéficiaire nette des activités de l’entreprise pour la période 1913-2008 : Bourassa (1910-1932), Pelletier (1932-1947), Filion (1947-1964), Ryan (1964-1978), Roy et al. (1978-1990), Bissonnette (1990-1998), Descôteaux (1999-2010)

Figure 3. Marge bénéficiaire nette des activités de l’entreprise pour la période 1913-2008 : Bourassa (1910-1932), Pelletier (1932-1947), Filion (1947-1964), Ryan (1964-1978), Roy et al. (1978-1990), Bissonnette (1990-1998), Descôteaux (1999-2010)

Calcul de la marge bénéficiaire nette : Bénéfice net/chiffre d’affaires = % du chiffre d’affaires.

  • 16  Bien que, selon Gérard Filion (1989 : 210), l’immeuble ait été donné, les états financiers montren (...)

41Le Devoir a aussi connu deux déménagements au cours de cette période, des réorganisations coûteuses pour une compagnie. Il déménage une première fois, en 1914, rue Saint-Vincent. Puis, en 1924, il déménage une deuxième fois dans une ancienne fabrique de chaussures au 430, rue Notre-Dame, probablement achetée à un prix de faveur de Dufresne, l’un des administrateurs et bienfaiteurs de l’Imprimerie populaire limitée16. Les états financiers nous indiquent que, de 1920 à 1924, l’entreprise était assez serrée en ce qui concerne ses liquidités.

  • 17  Les activités d’imprimerie ont débuté en 1913 et se sont terminées en 1954, alors que celles de la (...)

42À partir de 1924 et jusqu’à 1930 inclusivement, les activités d’exploitation de l’Imprimerie populaire limitée ont cumulé un maigre surplus net de 9 452 $ sur un chiffre d’affaires de près de 1,8 million de dollars. Les dirigeants de l’entreprise ont réussi à colmater les pertes financières, mais les opérations ne sont pas très profitables. Durant cette période, le chiffre d’affaires des travaux d’imprimerie augmente substantiellement (de 50 % entre 1924 et 1930), tandis que des revenus de la librairie apparaissent dans les rapports. Ces deux activités ont toujours généré des contributions positives avant l’imputation des frais généraux, ce qui n’est pas le cas des activités du journal (figure 2)17.

43Durant les années 1920, la pensée politique de Bourassa évolue imperceptiblement : il met une sourdine à son nationalisme, et ses convictions religieuses deviennent de plus en plus le prisme à travers lequel il interprète les situations sociales et politiques. En 1925, il est élu député fédéral et siégera à la Chambre des communes jusqu’en 1935. Il participe moins activement au fonctionnement du journal. Bourassa et Le Devoir ne soulèvent plus l’enthousiasme des premières années. Ses prises de position sont souvent critiquées, même dans les milieux nationalistes et catholiques. Le tirage du journal s’en ressent.

  • 18  Dans ses mémoires, Lionel Groulx consacre plusieurs pages à relater les circonstances qui ont amen (...)

44À l’invitation du conseil d’administration, Bourassa remet sa démission en 193218.

  • 19  En 1933, le propriétaire de La Presse, Pamphile Du Tremblay, achète un quotidien concurrent, La Pa (...)

45Il faut dire que la crise économique qui sévit depuis 1929 et qui va atteindre son point culminant en 1933 avec un taux de chômage au Canada qui atteint alors les 30 %, a placé le journal dans une situation précaire. Cette décennie est difficile pour un grand nombre de journaux qui disparaissent (comme Le Quotidien à Lévis) ou qui doivent changer de mains19. De 1930 à 1933, Le Devoir subit donc lui aussi les contrecoups de la grande dépression. Les revenus de tirage et de publicité chutent. Les revenus d’imprimerie et de libraire de l’Imprimerie populaire limitée sont également en baisse. Bref, les revenus totaux chutent de 30 %, et l’Imprimerie populaire limitée subit des pertes nettes d’environ 23 000 $.

Georges Pelletier : 1932-1947

46Ainsi, quand Georges Pelletier accède à la direction, en août 1932, la situation de l’économie en général et celle du Devoir en particulier ne sont guère reluisantes. En revanche, Pelletier connaît très bien le journal, où il est entré dès sa fondation en 1910, à l’âge de 27 ans. Avocat, il a travaillé comme journaliste à L’Action catholique de Québec. Dès son entrée au Devoir, il devient correspondant parlementaire à Ottawa. Il occupe ensuite la fonction de secrétaire de rédaction et, en 1924, il se voit confier par Bourassa la responsabilité de la gestion courante du journal. En 1928, avec Bourassa et Omer Héroux, il devient l’un des trois membres de la fiducie titulaire de 2 501 des 5 000 actions du Devoir.

47La nomination de Pelletier signifie donc la continuité dans la gestion et la rédaction du Devoir, puisque c’est lui-même, assisté de Héroux, devenu son rédacteur en chef, qui est responsable du journal depuis plus de sept ans. La même équipe de journalistes demeure en poste. Le Devoir continue de fonctionner sur l’impulsion originelle donnée par Bourassa une vingtaine d’années plus tôt.

  • 20  Il s’agit d’un document anonyme daté du 23 mars 1933 et intitulé Mémoire sur Le Devoir (Fonds de l (...)

48Mais la crise économique fait son œuvre. Un mémoire20 sur le financement du journal, produit en 1933, relate les coûteux sacrifices de réorganisation des années précédentes et conclut à la nécessité d’une aide financière extérieure pour traverser la crise. Cet appel semble avoir permis au Devoir de recueillir des souscriptions de quelques dizaines de milliers de dollars qui aideront le journal à faire ses frais jusqu’en 1939. Cette entrée de fonds, même modeste, est importante, car entre 1937 et 1940, les affaires vont plutôt mal. Le journal voit son tirage diminuer de manière importante : de 22 000 exemplaires en moyenne en 1937, il passe progressivement à 12 000 exemplaires en 1940, une baisse de 45 % (figure 4). Pendant cette période, l’apport des revenus d’imprimerie à la survie du journal, qui a été substantiel (voir la figure 2), tend à diminuer. En 1937, l’imprimerie rapporte plus de 115 000 $ et contribue à 38 % des revenus de l’Imprimerie populaire limitée ; en 1940, les travaux d’impression ne rapportent plus que 66 000 $ et contribuent pour 28 % aux revenus de l’entreprise. Les années 1939 et 1940 ont donc été particulièrement difficiles ; une baisse du chiffre d’affaires d’environ 23 % par rapport à celui de 1937 entraîne des pertes importantes. Toutefois, en 1940, la situation financière de l’Imprimerie populaire limitée se stabilise. L’abandon de la créance de Dufresne Construction ayant réduit substantiellement le passif, la société se retrouve avec très peu de dettes et un léger surplus de liquidités.

Figure 4. Tirage quotidien moyen du Devoir en semaine (1910-2010) et le samedi (1970-2010)

Figure 4. Tirage quotidien moyen du Devoir en semaine (1910-2010) et le samedi (1970-2010)
  • 21  Selon les données décennales colligées par Jean de Bonville et Cyntia Darisse (voir l’article dans (...)

49La Deuxième Guerre mondiale met fin rapidement à la dépression, mais elle implique l’instauration d’une économie de guerre, orientée vers la production de matériel militaire et de biens destinés à l’armée. La politique de rationnement, entre autres du papier journal, ne favorise pas la consommation, y compris celle des journaux. Malgré cela, les affaires de l’entreprise vont mieux. La reprise économique et l’intérêt des lecteurs pour les nouvelles en provenance du front favorisent la progression du tirage, qui passe de 12 000 exemplaires par jour en 1940 à plus de 21 500 exemplaires en 1945. Cette croissance du tirage fait augmenter significativement les revenus d’abonnement et de vente au numéro. Les revenus d’imprimerie augmentent également, de plus de 30 %. Quant aux revenus publicitaires, dopés par la reprise des activités économiques et par la publicité du gouvernement fédéral destinée à mobiliser les Canadiens en faveur de l’effort de guerre21, ils connaissent une croissance de plus de 100 %. Ces revenus permettent de ramener, puis de maintenir l’entreprise tout juste au-dessus du seuil de rentabilité de 1941 à 1944. En 1945, pour la première fois dans l’histoire du Devoir, un syndicat négocie les conditions de travail au nom des journalistes. Cette première négociation a-t-elle eu des répercussions sur la situation financière du journal ? La progression des dépenses de rédaction ne montre pas qu’il y aurait eu un effet significatif. Par contre, on constate que le rendement du journal lui-même (marge bénéficiaire avant les frais généraux — voir la figure 2), qui était positif depuis 1933, va progressivement devenir négatif ; il était de 15 % en 1945, baisse à 3 % en 1946, puis devient négatif en 1947 et jusqu’en 1952.

50En 1943, Pelletier avait été victime d’un accident vasculaire cérébral qui l’avait laissé partiellement paralysé. Il ne revient au journal que brièvement et sera victime d’un deuxième accident en 1946. Pendant ce temps, la direction est confiée à des rédacteurs du journal, aidés par des membres du conseil d’administration. Privé de directeur pendant trois ans et demi, Le Devoir ne peut, pendant ce laps de temps, offrir une politique éditoriale ferme et claire. Le journal, dont le tirage avait été en forte progression de 1940 à 1945, perd des lecteurs après la fin de la guerre ; le tirage passe de 21 500 exemplaires en 1945 à 17 800 en 1948.

Gérard Filion : 1947-1963

  • 22  La Terre de chez nous est un hebdomadaire destiné aux agriculteurs et publié, depuis 1929, par l’U (...)

51Contrairement à son prédécesseur, Gérard Filion n’est pas un journaliste. Certes, il a dirigé La Terre de chez nous22, mais il reconnaît lui-même que cette expérience ne l’a pas préparé à diriger un quotidien : « Un hebdomadaire spécialisé comme La terre de chez nous, c’est du bricolage ; le métier c’est dans un quotidien qu’on l’apprend », dit-il (1989 : 232). Et puis, il est loin de bénéficier de la notoriété d’un Bourassa au moment de la fondation du Devoir. Administrateur de l’Union catholique des cultivateurs, il possède néanmoins une formation en administration (il est diplômé de l’École des hautes études commerciales) et a milité dans plusieurs organisations nationalistes.

  • 23  Voir Filion, cité par Gingras (1985 : 137). Si l’affirmation n’est pas nécessairement fausse, cett (...)
  • 24  Depuis Bourassa, Le Devoir avait pour politique de n’accepter que les publicités compatibles avec (...)

52Lorsqu’il accède à la direction du Devoir, il en connaît les faiblesses et sait d’emblée qu’il devra prendre des décisions radicales pour assurer la survie du journal. À son arrivée, il estime que Le Devoir perd jusqu’à 200 $ par jour23. Il entreprend d’abord de « libérer » plusieurs « anciens » journalistes et de les remplacer par de plus jeunes recrues. Il cherche aussi à rajeunir le lectorat. Filion modifie la typographie et la mise en page du journal ; les photographies prennent de l’importance ; l’éditorial, qui avait toujours été publié à la une, passe à la page 4 ; la une sera exclusivement consacrée à l’actualité ; les nouvelles sportives occupent plus d’espace. Filion annonce qu’il acceptera toute publicité de bon goût24. Il fait progressivement augmenter le prix du journal, qui passe de 0,03 à 0,05 $ en 1948, puis à 0,07 $ en 1950 et à 0,10 $ en 1952. Ces augmentations successives du prix de vente contribuent à la progression des revenus qui augmentent de 50 %, entre 1949 et 1954.

53La hausse du prix de vente n’a pas d’effet négatif, du moins à court terme, sur le tirage. En effet, le mouvement à la baisse amorcé en 1945 est inversé en 1948 ; le tirage va progresser et se maintenir autour de 19 000 exemplaires jusqu’en 1952. Sous Filion, les revenus du tirage (abonnement et vente au numéro) vont donc connaître une croissance et leur contribution aux revenus totaux de l’entreprise sera de plus en plus importante. Les travaux d’imprimerie apportent également une contribution majeure aux revenus de l’entreprise. En 1945, ces travaux rapportent des revenus de 87 530 $ (soit 24 % des revenus de l’Imprimerie populaire limitée) ; en 1949, ce sera plus de 277 000 $ (soit 47 % des revenus de l’entreprise).

  • 25  Toutefois, cette dette à long terme représentait plus de 72 % des actifs tangibles de l’entreprise (...)

54Pourtant, cela n’est pas suffisant pour ramener l’entreprise à la profitabilité. Pendant les huit premières années du régime Filion (à l’exception de l’exercice de 1952 qui se termine par un maigre surplus), l’Imprimerie populaire est une entreprise déficitaire. Cela n’empêche pas Filion d’investir pour moderniser l’entreprise. La société achète de nouvelles machines et agrandit l’immeuble qui l’abrite. Filion hausse les salaires et accorde aux employés trois semaines de vacances, ce qui augmente la pression sur la rentabilité du journal (Gingras, 1985 : 138). L’entreprise doit emprunter pour payer ces améliorations, d’abord en 1948 et davantage en 1950 et 1951, à la suite de l’achat d’une rotative d’occasion. La dette à long terme, qui était nulle en 1947, passe à 400 000 $ en 1955, soit 50 % de l’actif total25.

55En 1954, Filion prend une décision audacieuse qui sera déterminante pour la suite des choses. Il sait que Le Canada, un journal du matin assez proche du Devoir quant à sa facture et à ses choix éditoriaux, est sur le point de fermer ses portes. Filion fait en sorte qu’au lendemain de la disparition du Canada, Le Devoir se présente sur le marché comme un substitut du Canada. Ce jour-là, Le Devoir devient donc un journal du matin et le prix de vente, qui venait d’être fixé à 0,10 $, est ramené à 0,05 $ pour équivaloir à celui du Canada. La manœuvre est risquée : certains lecteurs du Devoir pourraient être réticents à changer leur habitude de lire un journal du soir ; rien ne garantit que les lecteurs du Canada opteront pour Le Devoir ; la croissance du tirage pourrait ne pas être suffisante pour compenser une baisse de 50 % du prix de vente.

56La stratégie de Filion a eu un effet positif sur le tirage, qui en un an passe de 17 000 à 24 000 exemplaires. Mais la transformation a été coûteuse : des frais de 100 000 $ attribuables à l’édition du matin ont été clairement inscrits à l’année 1955. Cette dernière année est l’une des pires de l’histoire du journal avec une perte nette de 196 000 $ (soit 27 % des revenus). Il faut préciser que, du 29 avril au 6 septembre 1955, un lock-out et une grève du personnel technique du journal (clicheurs, typographes, livreurs) obligent le journal à recourir à du personnel supplémentaire, ce qui a sans doute alourdi les frais d’exploitation de l’année. L’année 1955 marque également la fin des activités d’imprimerie, qui ont toujours apporté une contribution positive à l’entreprise. Cette décision s’est imposée aux administrateurs. En effet, l’espace manquait pour exécuter sur la nouvelle rotative, plus encombrante, à la fois l’impression du journal et les travaux de ville. Le conseil d’administration s’est donc résolu à vendre l’atelier des travaux de ville à l’imprimeur Pierre DesMarais, pour la somme de 35 000 $ (Sauriol, 1972 : 21).

  • 26  En 1956 et 1957, les contributions respectives de 105 046 $ et 78 156 $ des Amis du Devoir ont été (...)

57Malgré toutes les réorganisations ou à cause d’elles, l’entreprise est lourdement déficitaire jusqu’en 1955 et les pertes cumulées depuis l’arrivée de Filion totalisent 320 000 $. Les frais ont augmenté et la marge bénéficiaire du journal avant les frais généraux est négative (figure 3). En 1956 et 1957, l’Imprimerie populaire limitée affiche un profit, mais sans l’apport exceptionnel de près de 200 000 $ des Amis du Devoir, les résultats n’auraient pas été meilleurs que ceux des années 1954 et 195526.

58Cependant, à moyen terme, les efforts de Filion pour moderniser le journal portent leurs fruits. Le tirage connaît une forte croissance, passant de 17 000 exemplaires en 1954 à plus de 46 000 en 1964, soit du simple au triple (figure 4). Les combats du Devoir contre le régime Duplessis et contre la corruption à Montréal, son soutien aux forces progressistes dans les années 1950 et aux réformes associées à la Révolution tranquille en ont fait un journal influent et ont sans doute contribué à accroître la diffusion du journal.

59De 1959 à 1963, les revenus de tirage et de publicité augmentent globalement de 50 %. D’autre part, la croissance des frais a pu être contrôlée, de sorte que l’entreprise réussit à se maintenir, à partir de 1960 et jusqu’en 1969, tout juste au seuil de rentabilité.

60Avec l’arrivée au pouvoir du Parti libéral, en 1960, Filion lui-même est aspiré par le mouvement de la Révolution tranquille. Il se voit invité par les gouvernements à participer à différentes activités et à contribuer aux réformes en cours. En 1960, il se fait élire maire de Saint-Bruno-de-Montarville ; en 1961, il devient vice-président de la Commission royale d’enquête sur l’éducation (commission Parent) ; en 1962, il est nommé vice-président du Conseil des Arts du Canada. Bref, il se désintéresse progressivement de la direction du Devoir et démissionne en 1963 pour devenir président fondateur de la Société générale de financement (Filion, 1989).

Claude Ryan : 1964-1978

61Secrétaire de l’Action catholique canadienne dès l’âge de 20 ans, Claude Ryan a 37 ans lorsque, en 1962, Filion l’engage comme éditorialiste. Préparant son départ, Filion voit en Ryan un éventuel successeur. Au moment de démissionner, il propose qu’un comité composé de trois journalistes dirige Le Devoir pendant une période d’un an. En font partie André Laurendeau, Paul Sauriol et Claude Ryan. Comme Laurendeau est appelé à s’absenter fréquemment parce qu’il copréside la Commission sur le bilinguisme et le biculturalisme, Ryan est chargé d’administrer Le Devoir. En mai 1964, il est nommé directeur pour un mandat de dix ans. Ce mandat sera renouvelé sans limites de temps en février 1974.

62Depuis la fin de la guerre, l’économie canadienne est en croissance ; cette tendance va se maintenir pendant les années où Ryan est directeur du Devoir. Le journal semble avoir trouvé un équilibre. Le tirage, qui avait progressé à partir du milieu des années 1950, va tendre à diminuer après avoir atteint un sommet de 46 000 exemplaires en 1965 ; cependant, il se maintient au-dessus des 30 000 exemplaires, ce qui est nettement mieux que la situation qui prévalait avant 1955. Les revenus publicitaires, qui avaient fortement progressé sous Filion, vont se stabiliser au-dessus de 1 million de dollars par année au cours des années 1960, puis progresser à nouveau au cours des années 1970.

63Pendant les quatorze années du mandat de Ryan, l’Imprimerie populaire limitée n’a affiché de résultats négatifs qu’à quatre reprises. Au total, la société a engrangé plus de 1 million de dollars en profit net. Durant cette période, la situation financière de l’entreprise s’améliore grandement. En 1973, la société a complètement remboursé sa dette à long terme et a fait le plein de liquidités. En 1978, elle détient un placement temporaire de 500 000 $, qui représentait 23 % de son actif. L’Imprimerie populaire limitée a même versé ses premiers dividendes sous la direction de Ryan, pour un total de 79 000 $.

  • 27  Il faut souligner que ce succès du Devoir sur le marché publicitaire est attribuable en grande par (...)

64Par ailleurs, les finances de l’entreprise connaissent un changement structurel important sous Ryan. Avec l’abandon des activités d’imprimerie en 1955, l’entreprise s’est de plus en plus concentrée sur le journal, délaissant les activités connexes (autres journaux, librairie, etc.). La proportion des revenus qui proviennent de la publicité a augmenté substantiellement par rapport à la situation qui prévalait sous Filion. Les revenus de publicité passent de 600 000 $ en 1962 à plus de 1 million de dollars en 196427. La proportion des revenus de publicité représente en moyenne 58 % de tous les revenus au cours de la direction de Ryan, comparativement à une proportion de 30 % sous la direction de Filion (figure 5). Par la suite et jusqu’au début des années 1990, la distribution des revenus entre la publicité et les lecteurs va se maintenir autour d’un partage 60/40 %.

Figure 5. Proportion des revenus des différentes activités de l’Imprimerie populaire limitée pour la période 1913-1993 : Bourassa (1910-1932), Pelletier (1932-1947), Filion (1947-1963), Ryan (1964-1978), Roy et al. (1978-1990), Bissonnette (1990-)

Figure 5. Proportion des revenus des différentes activités de l’Imprimerie populaire limitée pour la période 1913-1993 : Bourassa (1910-1932), Pelletier (1932-1947), Filion (1947-1963), Ryan (1964-1978), Roy et al. (1978-1990), Bissonnette (1990-)

Calcul de la proportion des revenus : Revenus de l’activité/Revenus totaux = % du chiffre d’affaires total.

65Ryan devra affronter, comme l’a fait Filion, le problème de la désuétude des équipements d’impression. Commentant les résultats financiers de l’année 1966, Ryan s’interroge sur la stratégie la plus avantageuse pour lever le handicap que constitue une machinerie désuète : soit emprunter pour acheter du matériel neuf, et ainsi consentir un investissement qui pourrait s’avérer trop lourd à porter et qui placerait Le Devoir dans une situation de dépendance à l’égard des bailleurs de fonds, soit « choisir la voie d’un recours à des moyens techniques extérieurs dont les modalités restent à déterminer » (Ryan, 1966). En juin 1967, la décision est prise : Le Devoir 1 ne sera plus imprimé dans ses propres ateliers, mais par l’Imprimerie Dumont, qui sera rachetée en 1969 par Quebecor. L’Imprimerie populaire limitée vend son équipement d’imprimerie à perte.

66De 1970 à 1977, les affaires du journal vont bien. Les années 1975 et 1976 se soldent par des pertes, mais celles-ci sont largement compensées par les bénéfices des années précédentes et subséquentes. Le Devoir subit des hausses de coûts de production au cours de ces années, mais des augmentations successives du prix de vente (qui passe de 0,15 à 0,20 $ l’exemplaire en 1975, puis à 0,25 $ en 1976) permettent d’y faire face et de maintenir l’entreprise au-dessus du seuil de la rentabilité.

67En ce qui concerne les difficultés des années 1975 et 1976, elles s’expliquent par la conjonction de plusieurs facteurs. Un conflit de travail, dont l’un des enjeux touche la concentration des pouvoirs dans les mains du directeur, mène à une grève des journalistes à l’automne 1975 (du 12 novembre au 10 décembre). Le conflit de travail a évidemment un effet négatif sur les revenus de publicité, de sorte que l’Imprimerie populairelimitée termine l’année avec une perte de 41 451 $. Le journal subit aussi, depuis février 1974, les effets sur son tirage de la concurrence du Jour. Toutefois, la disparition de ce quotidien en août 1976 et l’effet positif sur le tirage de l’effervescence politique associée à l’élection du Parti québécois vont permettre au journal de renouer avec le profit en 1977.

68En janvier 1978, après des mois d’hésitation, Ryan quitte Le Devoir pour se lancer dans l’arène politique à la tête du Parti libéral du Québec.

Michel Roy (intérim), Jean-Louis Roy, Benoît Lauzière : 1978-1990

69De 1978 à 1990, le journal entre dans une phase qui va s’avérer extrêmement difficile. Il arrive mal à s’adapter à une conjoncture économique qui se détériore gravement. Plusieurs directeurs se succèdent en quelques années sans qu’aucun ne parvienne à trouver la solution miracle qui va sortir le journal du marasme. Le climat à l’intérieur de l’entreprise se détériore.

70Un intérim de près de trois longues années sépare la démission de Ryan, au début de janvier 1978, et la nomination de Jean-Louis Roy, en novembre 1980. Durant cette période, le journaliste Michel Roy dirige la rédaction, tandis que des membres du conseil d’administration voient à la gestion du journal.

  • 28  La Presse et le Montréal-Matin cesseront de publier d’octobre 1977 à avril 1978. Le Montréal-Matin(...)
  • 29  L’année 2009 affiche un profit de plus de 500 000 $, mais la marge bénéficiaire, c’est-à-dire la p (...)
  • 30  Le ratio de fonds de roulement est le rapport de l’actif à court terme sur le passif à court terme (...)

71Ryan avait laissé Le Devoir en bonne santé financière. Sous la direction intérimaire de Michel Roy, le journal poursuit sur cette lancée. La disparition du Jour, en 1976, lui a permis de (re)gagner quelques milliers de lecteurs. En 1977 et 1978, les grèves à La Presse, à Montréal-Matin et au Soleil de Québec28 favorisent aussi Le Devoir, qui recrute de nouveaux lecteurs et de nouveaux annonceurs. On en profite pour accroître le volume du journal, qui passe de 19 à 24 pages en moyenne par jour. Sur le plan financier, 1978 sera sans doute la meilleure année de toute l’existence du journal. Les ventes ont bondi de 39 % par rapport à l’année précédente, en raison de l’augmentation du tirage et surtout d’une hausse substantielle des revenus publicitaires. Le Devoir améliore sa marge de profit avant les frais généraux, affichant un profit record de 475 000 $, soit une marge bénéficiaire de 6,9 % des ventes29. En 1979, les grèves chez les concurrents étant terminées, la situation revient à la normale : le tirage fléchit légèrement et les ventes de publicité affichent un recul qui vient gruger la marge de profit. Mais l’Imprimerie populaire limitée n’a aucune dette à long terme et possède 48 % de son actif tangible investi en liquidités (encaisse et placement totalisent 1 021 000 $), ce qui lui donne un ratio de fonds de roulement de 1,7530.

72En 1980, la bonne santé financière du Devoir se maintient, bien que l’année se solde par une diminution du profit, qui n’est que de 89 000 $. Cela tient au fait que les frais augmentent plus rapidement (de 10 %) que les revenus (qui augmentent de 6 %) ; les frais de rédaction, à eux seuls, bondissent de 16 %.

73L’entrée en fonction de Jean-Louis Roy en novembre 1980 marque cependant le début d’une lente descente du Devoir, qui le conduira presque à la faillite et à une réorganisation majeure en 1992. Sous Roy, puis sous Lauzière, et dans une conjoncture économique hostile, la situation financière du Devoir va se dégrader : le journal est déficitaire, les revenus publicitaires sont insuffisants, le tirage décline (de 40 000 exemplaires qu’il était en 1980, il est progressivement passé à 28 000 exemplaires en 1990) et aucun des deux directeurs ne parviendra à renverser la vapeur.

74Jean-Louis Roy, quand il est nommé directeur du Devoir, est une personnalité peu connue du public. Universitaire, spécialiste de l’histoire sociale et culturelle du Québec, il n’a d’expérience ni en journaliste ni en gestion ; il est choisi pour son profil d’intellectuel. Il s’adjoint une journaliste d’expérience, Lise Bissonnette, au titre de rédactrice en chef.

75Peu de temps après son entrée en fonction, Roy doit faire face à une grève des journalistes qui s’étend du 7 avril au 11 juin 1981. Ce conflit de travail aura un effet négatif sur tous les revenus du journal. Une autre grève, celle des postiers, en juillet et août 1981, contribue à la diminution des revenus du journal. Ces conflits de travail ne sont cependant que des incidents de parcours dont les effets sont sérieux, mais ponctuels ; d’autres facteurs plus structuraux mineront à moyen terme la santé financière du journal. L’un de ces facteurs touche la sensibilité du Devoir de cette époque aux conjonctures politiques. De 1976 à 1980, Le Devoir avait profité de l’effervescence politique qu’avaient suscitée l’élection du Parti québécois et le débat constitutionnel (Roy, 1978). Or, après le référendum de 1980, la morosité, qui s’est installée auprès des électeurs souverainistes, a atteint une bonne partie du lectorat du Devoir et affecté son tirage à la baisse (Deschênes et Sauvageau, 1994 : 102). Mais surtout, la crise économique, qui sévit au Québec depuis le milieu des années 1970, s’aggrave et prend des proportions catastrophiques dans les premières années de la décennie 1980. Les taux d’inflation et d’intérêt sont très élevés, le produit intérieur brut est en baisse et le taux de chômage oscille à plus de 10 %. Toutes les entreprises de presse doivent mettre en place des mesures pour surmonter la crise. En 1982, la chaîne Southam licencie 400 employés ; le Globe and Mail en met à pied une cinquantaine ; La Presse annonce un déficit d’exploitation de 4 millions de dollars.

76La crise aura un effet sensible sur Le Devoir. Les ventes de publicité et de tirage chutent respectivement de 750 000 $ (19 %) et 110 000 $ (5 %) en 1981, alors que les frais n’accusent qu’un repli de 360 000 $ (6,5 %) ; l’entreprise se retrouve par conséquent fortement à perte. Les frais de rédaction, composés en grande majorité de salaires, demeurent stables. Durant les bonnes années 1970, les frais de rédaction représentaient moins de 60 % des revenus de tirage, avec des pointes en dessous de 50 %. En 1981, ces frais représentaient 92 % des revenus de tirage et sont montés jusqu’à 103 % en 1985.

77Une partie de cette augmentation peut s’expliquer par certaines initiatives de Roy pour moderniser et relancer le journal (dont l’informatisation de tous les services, y compris la rédaction, l’ajout d’un magazine mensuel consacré à l’économie et un nouveau cahier hebdomadaire consacré au tourisme). Compte tenu de leur importance dans les frais totaux, ces initiatives ont fortement contribué à convertir le profit du début des années 1980 en perte d’exploitation par la suite. En 1982 et 1983, les pertes sont lourdes et le journal cumule un déficit d’exploitation de 1,4 million de dollars au cours de ces deux années. Certes, les revenus sont à la hausse, en raison notamment d’une augmentation du prix de vente du journal, qui est passé en 1982 de 0,25 à 0,35 $, mais les mauvaises créances se sont multipliées par trois en raison de la faillite de plusieurs annonceurs. Poussés par l’inflation, les frais augmentent plus rapidement que les revenus, particulièrement les frais de rédaction et les frais d’administration. Malgré un « plan d’ajustement budgétaire » annoncé par le directeur (Roy, 1993), l’exercice de 1983 se conclut par une perte record de 902 822 $, sur un chiffre d’affaires de 6,4 millions de dollars.

  • 31  Jusqu’en 1985, le prix de vente du Devoir ne s’écarte pas sensiblement de celui de ses concurrents (...)

78En 1984, une hausse des revenus publicitaires et un contrôle plus serré des dépenses permettent au journal de renouer avec le profit. Mais l’éclaircie est de courte durée. Dès 1985, le journal est à nouveau déficitaire ; encore une fois, les dépenses augmentent plus vite (de 23 %) que les revenus, qui augmentent de 16 % en raison notamment d’une nouvelle hausse du prix du journal, qui passe à 0,45 $ et qui fait du Devoir un journal plus cher que La Presse ou Le Journal de Montréal31(figure 6). L’exercice se solde par un déficit de 750 000 $. Pour financer ses pertes, la société a utilisé le surplus de liquidités de 1980 ; ce surplus a complètement fondu en 1985.

Figure 6. Prix de vente (au numéro et en semaine) du Devoir, de La Presse et du Journal de Montréal. Période 1970-2010

Figure 6. Prix de vente (au numéro et en semaine) du Devoir, de La Presse et du Journal de Montréal. Période 1970-2010

79En décembre 1985, Roy quitte précipitamment Le Devoir pour occuper le poste de délégué général du Québec à Paris. Lauzière le remplace en juillet 1986. Cette nomination étonne ; elle est accueillie avec scepticisme par les employés du journal (Syndicat de la rédaction du Devoir, 1986). Certes, Lauzière a une expérience de gestion — il a été conseiller spécial au Conseil du trésor et directeur général du Collège de Maisonneuve —, mais il n’a pas d’expérience dans le secteur privé, il ne connaît pas le milieu de la presse, et on lui demande de sauver un journal déficitaire, endetté et rongé par les conflits. Le fait est qu’il ne parviendra pas à faire mieux que son prédécesseur.

80De 1985 à 1989, l’Imprimerie populaire limitée cumule 2,5 millions de dollars de perte d’exploitation. Les revenus de tirage, relativement stables, ne compensent pas la baisse des revenus de publicité. Quant aux coûts, ils vont croissant. D’une part, on ne parvient pas à comprimer davantage ce qui l’a déjà été. D’autre part, on ne peut pas espérer sortir du marasme sans consacrer des ressources supplémentaires à l’amélioration du contenu du journal. Aussi va-t-on investir, de 1987 à 1989, 1,2 million de dollars dans des activités de promotion afin d’attirer de nouveaux lecteurs et de nouveaux annonceurs. Ces activités, qui contribuent à une forte hausse des frais généraux, ne donneront pas les résultats escomptés. Ainsi s’explique, en grande partie, la débâcle financière du journal.

  • 32  En septembre 1988, la Banque Nationale (BN) cède à Quebecor la garantie sur les comptes clients qu (...)

81En 1985, sous Roy, une émission d’actions privilégiées auprès d’investisseurs institutionnels avait permis de récolter la somme de 665 000 $. Plus de la moitié de cette somme sera engagée dans le fonds de roulement pour payer les comptes. Étonnamment, bien qu’elle ne soit pas grevée d’une dette à long terme, la compagnie possède peu d’actifs sur lesquels elle pourrait emprunter afin de garantir une telle dette. Il a quand même fallu que la société s’endette fortement auprès de ses fournisseurs, ajoutant, de 1980 à 1988, 1,5 million de dollars de plus à payer à ce chapitre. Au 31 décembre 1988, le montant à payer aux fournisseurs (y compris ses propres salariés) s’élève à 3 millions de dollars ; or, l’entreprise ne dispose pour payer ses dettes que des comptes clients, soit 1 million de dollars. L’Imprimerie Dumont, propriété du Groupe Quebecor de Péladeau, est le principal créancier32.

  • 33  Précisons que son amitié pour Le Devoir n’est pas le seul fondement de la générosité de Péladeau. (...)

82Afin de recapitaliser l’entreprise, Lauzière entreprend une campagne de financement qui va connaître un certain succès. En mai 1990, il annonce avoir recueilli 910 000 $ sur un objectif de 1 million de dollars, ainsi qu’un engagement de Quebecor de réduire sa créance, qui s’élève alors à 2,5 millions de dollars, d’un montant de 750 000 $33. Malgré ces entrées de fonds, la situation financière de la société est troublante : elle doit plus de 3 millions de dollars et ne possède que 1,9 million de dollars d’actif.

  • 34  Au sein même du conseil d’administration, les positions de Lauzière ne font pas consensus. En déce (...)

83Mais Lauzière ne peut guère faire davantage. Son leadership est contesté au sein même du journal. Aux difficultés financières, source de désaccords et de frustration dans l’entreprise, s’ajoutent des divergences de vues entre la direction et la rédaction au sujet de l’orientation politique à donner au journal. On lui reproche de ne pas être suffisamment présent dans la page éditoriale, on n’apprécie guère son penchant fédéraliste et on ne lui pardonne pas sa position dans le débat sur la langue d’affichage au Québec34. Sous la pression des syndicats du journal, et conscient qu’il n’a pas le soutien nécessaire pour donner le coup de barre qui la situation intenable du journal impose, Lauzière démissionne en juin 1990. Bissonnette lui succède immédiatement.

Lise Bissonnette : 1990-1998

84La nouvelle directrice prend les rênes d’une entreprise en difficulté, mais qu’elle connaît bien. Elle y est entrée en 1974, d’abord comme responsable du dossier de l’éducation, puis comme correspondante parlementaire à Québec et à Ottawa. Elle gravit rapidement les échelons, pour devenir éditorialiste, puis rédactrice en chef en 1981. Elle occupe ce poste jusqu’en 1985. L’année suivante, un différend avec le nouveau directeur, Lauzière, l’amène à quitter le journal. Elle y reviendra par la grande porte, en 1990, cette fois à titre de directrice.

  • 35  Une partie de cette hausse vise à couvrir la taxe sur les produits et services (TPS) et la taxe de (...)

85Pour parer au plus urgent et tenter de renflouer les coffres, Bissonnette augmente le prix du journal, qui passe et 0,50 à 0,65 $35, et organise des soirées-bénéfices auxquelles sont conviés des gens d’affaires et des politiciens de toutes allégeances. Toutefois, les 780 000 $ de souscriptions et l’élimination de 1,3 million de dollars par Quebecor d’une partie supplémentaire de sa dette ne suffisent pas à combler les pertes que Le Devoir doit absorber au début de son mandat, de 1990 à 1992. Les pertes cumulées atteignent un total de 3,2 millions de dollars. Pour relancer le journal, il faut envisager des actions plus radicales et plus définitives que des campagnes de financement.

  • 36  Selon Marc Deschênes et Florian Sauvageau (1993 : 110), qui citent une étude réalisée par IMPACT-R (...)
  • 37  Le Devoir dispose tout de même de quelques atouts sur le marché publicitaire. Il constitue le véhi (...)

86Du point de vue de son financement, Le Devoir se retrouve, au début des années 1990, dans une position singulière. Ses tarifs publicitaires sont inférieurs à ceux de ses concurrents, mais compte tenu de son faible tirage, il en coûte de quatre à six fois plus cher de joindre un lecteur du Devoir qu’un lecteur de La Presse, du Journal de Montréal oude la Gazette. De plus, une forte proportion de lecteurs du Devoir lisent aussi d’autres journaux, principalement La Presse, de sorte qu’une annonce publiée dans La Presse a de fortes chances d’être vue par une grande proportion des lecteurs du Devoir, alors que l’inverse n’est pas vrai36. Dans ces conditions, il est plus avantageux pour la plupart des annonceurs de publier des annonces dans La Presse plutôt que dans Le Devoir. Pour un grand nombre d’annonceurs, Le Devoir est donc un support publicitaire cher et peu efficace37. Dans ces conditions, recruter de nouveaux annonceurs s’avère difficile. Le journal doit compenser par un prix de vente relativement élevé ; c’est pourquoi dans les années 1990, Le Devoir se vend en kiosque 25 % plus cher que ses concurrents.

87Après études, consultations et discussions au conseil d’administration, la direction du journal propose un ambitieux plan de redressement comprenant plusieurs volets, notamment l’établissement d’un nouveau système de comptabilité et de contrôle capable de réagir plus promptement aux difficultés, un meilleur contrôle des coûts, le développement d’une culture d’organisation à but lucratif, la recherche de financement additionnel et la création d’une nouvelle entité (Le Devoir inc.) afin de redémarrer les activités avec un avoir des actionnaires positif. Le journal déménage dans des locaux modernes de la rue Bleury et cède l’immeuble de la rue Saint-Sacrement à Quebecor qui, en échange, efface une partie des sommes que lui doit Le Devoir pour l’impression et la distribution du journal. L’équipement informatique de la rédaction et de la production est renouvelé. Des changements sont apportés au contenu et à la présentation du journal. De nouveaux journalistes sont embauchés et tous les services sont restructurés.

  • 38  Il s’agit dans les faits d’un actif intangible, un écart d’acquisition que l’on appelait autrefois (...)

88L’Imprimerie populaire limitée crée une filiale, Le Devoir inc., à qui elle cède les actifs et passifs du quotidien au 31 décembre 1992. Au moment du transfert, la situation de l’Imprimerie populaire limitée est déficitaire de 1,6 million de dollars ; elle a transféré à la société Le Devoir inc. des actifs et passifs d’une valeur nette déficitaire (excédent de passif) d’un montant de 1,3 million de dollars. Cette transaction correspondait à l’achat du journal Le Devoir par la nouvelle société à un coût de 1,3 million de dollars38. En échange, l’Imprimerie populaire limitée a reçu 1 100 000 actions de catégorie A et 50 000 actions de catégorie B de la nouvelle société (toutes avec droit de vote). Elle obtient également le droit irrévocable et incessible de souscrire, pour une contrepartie de 1 $, à tout nombre d’actions de catégorie A nécessaire au maintien d’un pourcentage minimal d’actions avec droit de vote du Devoir inc., soit 50 % plus une action, et ce, lors de toute émission d’actions par la société. Cette disposition vise à respecter l’intention de Bourassa d’assurer l’indépendance du journal. Dans les faits, l’Imprimerie populaire limitée possède, au 31 décembre 1992, 1 150 000 actions avec droit de vote de la société Le Devoir inc. ; comme, à ce moment, seulement 200 000 autres actions ont été vendues (pour 200 000 $), l’Imprimerie populaire limitée contrôle Le Devoir inc. Dès 1993, ce mécanisme de protection entre en fonction. Le Devoir inc. se finance en émettant 2 687 500 actions (pour une somme de 2 687 500 $) et, pour éviter de perdre le contrôle, l’Imprimerie populaire limitée achète 1 637 500 actions supplémentaires de la société pour 1 $, ce qui porte son total à 2 787 500 actions avec droit de vote.

  • 39  La SPEQ publique a investi un total de 691 500 $ dans Le Devoir inc.

89Le financement de la sociétéLe Devoir inc. est assuré de la façon suivante : elle obtient des prêts de la Banque fédérale de développement (200 000 $) et de la Société de développement industrielle du Québec (750 000 $). Des investisseurs institutionnels participent au capital-actions de l’entreprise : le Fonds de solidarité FTQ pour 250 000 $, la Société d’investissements Desjardins pour 250 000 $, la Banque Nationale du Canada pour 100 000 $, la Corporation du Groupe La Laurentienne, la Banque La Laurentienne et le Groupe Vidéotron mettent chacun 50 000 $. Les employés du journal investissent 200 000 $ sous la forme d’une société de placement en entreprise québécoise (SPEQ). Une autre SPEQ ouverte au grand public complète l’investissement39.

90Le plan de relance est ambitieux et les échéanciers sont serrés. Les résultats ne tardent pas ; le tirage marque rapidement des progrès significatifs. Mais, contrairement à ce que prévoyait le plan de relance, cette hausse du tirage n’a pas d’effet immédiat sur les revenus publicitaires, qui stagnent, en raison notamment de la conjoncture économique défavorable qui entraîne une diminution générale du lignage publicitaire dans l’industrie des quotidiens. Les revenus publicitaires vont finalement progresser, mais en retard sur l’échéancier prévu, ce qui aura des conséquences négatives sur les bilans de 1992 et de 1993.

91Le plan de relance prévoyait pour 1993 un déficit à hauteur d’un demi-million, puis un retour à la rentabilité dès 1994. Ce plan sera déjoué. Les revenus publicitaires ont progressé, mais trop lentement ; les coûts de la relance (renouvellement de l’équipement informatique, déménagement, promotion, augmentation des effectifs) ont été plus élevés que prévu ; les investissements dans les nouvelles technologies n’ont pas produit toutes les économies escomptées. Bref, les coûts de production sont plus élevés que ce que les analystes avaient prévu alors que les revenus ne suivent pas le rythme.

92À l’été 1993, la situation devient intenable. Le déficit appréhendé dépasse largement le niveau prévu et admissible pour les investisseurs. Le fonds de roulement est insuffisant ; le journal n’aura pas les liquidités suffisantes pour passer l’été. Il doit impérativement comprimer les dépenses et convaincre de nouveaux investisseurs, la première action étant une condition à la deuxième. En août, la direction annonce un plan de compression des dépenses visant à soustraire 800 000 $ de son budget de fonctionnement. Après de difficiles discussions avec les syndicats du journal et l’arrêt de la publication pendant deux jours, le plan qui sera finalement accepté à contrecœur comporte trois licenciements chez les cadres et des mises à pied équivalant à six années-personnes chez les employés syndiqués, un gel des salaires de l’ensemble des employés du journal, des modifications aux conventions collectives afin de réduire les coûts de production du journal et une importante ponction dans les dépenses générales de fonctionnement du quotidien.

93Cette compression des dépenses permet de persuader de nouveaux investisseurs : le Fonds de solidarité de la FTQ injecte à nouveau 350 000 $ ; le Mouvement Desjardins donne 200 000 $ ; un groupe d’investisseurs privés investit une somme de 450 000 $ (250 000 $ de la famille de Charles Sirois, président de Téléglobe, 125 000 $ de la famille de Pierre Bourgie, président d’Urgel Bourgie et président du conseil d’administration du Devoir inc., et 75 000 $ d’un troisième investisseur anonyme). La Société de développement industriel (SDI), après s’être montrée réticente, consent à verser une deuxième tranche de 375 000 $ du prêt de 750 000 $ qui avait été accordé au Devoir. Au total en 1993, la société a ainsi réussi à lever près de 1 million de dollars en emprunt et plus de 2,9 millions de dollars en actions, soit près de 4 millions de dollars de nouveau financement.

94Malgré les compressions de dépenses, l’année 1993 se termine avec une perte d’exploitation de 1,9 million de dollars, la plus lourde perte jamais subie par le journal. Toutefois, l’effet du plan se fera sentir au cours des années suivantes. De 1993 à 1998, on parvient en effet à résorber le déficit progressivement. Pendant cette période, en dépit d’une flambée du prix du papier journal qui, entre 1994 et 1996, passe de 450 à 740 $ US la tonne (Ministère des Finances et Ministère des Ressources naturelles, s.d.), les frais d’exploitation diminuent de 5 %, soit une réduction de 851 000 $. Cette diminution des dépenses s’explique en partie par un contrôle plus serré du volume des exemplaires invendus et par la négociation de contrats d’impression plus avantageux. Quant aux revenus, ils augmentent de 12 %, grâce notamment à une hausse de 39 % en 1996 du prix du journal, qui passe de 0,65 à 0,90 $, alors que La Presse et Le Journal de Montréal se vendent 0,60 $. En 1998, Le Devoir inc. enregistre un premier profit net de 83 000 $. L’analyse des états financiers de la période postérieure à 1992 montre que la stratégie de relance mise en place sous Bissonnette aura été un réel succès sur le plan financier, même si le redressement s’est effectué plus lentement que le prévoyait le plan initial.

95En août 1998, Bissonnette étonne en annonçant qu’elle quitte Le Devoir. Le gouvernement du Québec vient de lui confier la présidence et la direction générale de la nouvelle Grande Bibliothèque du Québec. Quelques mois plus tard, le 12 février 1999, Bernard Descôteaux, jusqu’alors rédacteur en chef, lui succède.

Bernard Descôteaux : 1999-2010

96En nommant Descôteaux au poste de directeur, le conseil d’administration de l’Imprimerie populaire limitée cherche manifestement à assurer une certaine continuité. Descôteaux est un homme de presse et un homme du Devoir, où il est entré en 1974, la même année que Bissonnette, d’abord comme chroniqueur municipal, puis, entre 1976 et 1990, comme correspondant parlementaire à Québec à Ottawa. Quand, en 1990, Bissonnette entre en fonction à titre de directrice, c’est à Descôteaux qu’elle confie la tâche de rédacteur en chef et c’est avec lui, notamment, qu’elle entreprend de transformer le journal dans sa forme et dans son contenu. Devenu directeur, Descôteaux aura pour mandat de garder le cap en ce qui concerne les grandes orientations du Devoir.

97En 1999, l’entreprise est en bonne santé financière, mais son état demeure encore fragile et sa marge de manœuvre est étroite. Le directeur va chercher à augmenter les revenus et le tirage tout en exerçant un contrôle strict des dépenses. Et il devra le faire au moment où l’industrie des quotidiens entre dans une phase de restructuration en raison du développement d’Internet et de la multiplication des supports d’information et de publicité.

  • 40  Jusqu’au milieu des années 1980, le tirage du samedi était du même ordre que celui des jours de se (...)

98Les artisans du Devoir vont poursuivre leurs efforts pour améliorer le contenu du journal et mieux l’adapter aux préférences des lecteurs. Dans un contexte où nombre de lecteurs délaissent les quotidiens, Le Devoir arrive à maintenir son tirage en semaine, mais sous la barre des 30 000 exemplaires. En revanche, le tirage de l’édition du samedi est en nette progression et se situe depuis 2000 nettement au-dessus des 40 000 exemplaires (figure 4)40. Cette donnée est importante, car l’édition du samedi, qui est beaucoup plus volumineuse et qui contient beaucoup de plus de publicité que les jours de semaine, est aussi vendue beaucoup plus cher. En 2010, l’édition du samedi se vend 2,75 $ (comparativement à 1,25 $ en semaine), ce qui est 60 % plus cher que La Presse et 80 % plus cher que Le Journal de Montréal.

  • 41  Les visiteurs mensuels uniques sont ceux qui ont visité le site au moins une fois au cours du mois (...)

99Par ailleurs, le journal doit s’adapter à l’arrivée d’Internet. La direction, convaincue que Le Devoir « ne doit plus se voir comme un journal, mais comme une entreprise qui produit des contenus d’information diffusés sur plusieurs plateformes » (Descôteaux, 2010 : A7), mise aussi sur Internet pour accroître la diffusion du journal. Le Devoir a été, en 1997, l’un des premiers quotidiens à se doter d’un site Internet. Il sera aussi l’un des premiers à rentabiliser ce service en adoptant une formule de financement qui va s’avérer efficace. Les abonnés au journal peuvent accéder au site gratuitement, lequel leur propose, en plus du contenu du journal, des documents originaux, diverses fonctionnalités de communication et un accès aux archives. Les non-abonnés ont accès à une partie seulement du contenu du journal ; pour le reste, ils doivent payer des frais. Le site constitue donc une ressource complémentaire pour les abonnés et un argument de vente pour les non-abonnés en même temps qu’une vitrine qui leur permet de se familiariser avec le journal. La fréquentation du site a connu une forte croissance, passant de 10 000 « visites uniques mensuelles41 » en 2000 à plus de 700 000 en 2010 (Descôteaux, 2010). Un tel achalandage permet non seulement de rentabiliser le service, mais aussi de produire des bénéfices. Le Devoir publie également une édition électronique en format PDF à laquelle plus de 2 500 lecteurs sont abonnés, ce qui en fait l’une des éditions électroniques les plus populaires parmi les quotidiens au Canada. Cette édition permet au journal de joindre ses lecteurs peu importe où ils se trouvent au pays ou ailleurs dans le monde.

100Quel est l’effet de ces innovations sur la situation financière du journal ? À partir de 1999, les états financiers sont plus avares d’information qu’auparavant et se limitent à deux données : le chiffre d’affaires et le résultat net. L’analyse est donc plus difficile. On peut cependant constater que la profitabilité générale du journal s’est maintenue sous la direction de Descôteaux. Malgré quelques années non profitables (4 années sur 11) au cours de la période 1999-2009, le journal a accumulé un total de 1,6 million de dollars en profit net. Toutefois, la fluctuation des résultats au cours de cette période, allant de pertes de 481 000 $ à des profits de 915 000 $, rappelle la fragilité du journal.

101La situation financière de la société Le Devoir inc. s’est grandement stabilisée à la fin de l’année 2009, la dette à long terme est presque éliminée, le bilan indique un niveau de liquidités de près de 2 millions de dollars et un ratio du fonds de roulement (rapport de l’actif à court terme sur le passif à court terme) légèrement supérieur à 1.

102Le fait que Le Devoir tire ses revenus en parts égales de la publicité et de ses lecteurs le rend moins sensible que ses concurrents aux conjonctures économiques qui affectent le moral et les goussets des annonceurs. Le journal est moins vulnérable aux ralentissements économiques, mais il profite moins que les autres des périodes de croissance. Le journal en a fait l’expérience sous la direction de Descôteaux. En 1998 et 1999, Le Devoir a moins profité que ses concurrents des effets bénéfiques de la reprise économique, alors qu’il a moins ressenti que les autres les effets de la crise de 2009.

Conclusion

103Bourassa avait imaginé une œuvre qui, au moins pour les premières années, aurait besoin, pour survivre, d’un soutien désintéressé qu’il ne manqua pas de solliciter. Mais nous ne savons pas si, en 1910, les actionnaires de La publicité limitée s’attendaient à un rendement du capital investi. Nous savons cependant qu’ils ont investi près de 126 000 $, un montant important pour l’époque, dans une entreprise sur laquelle ils ne pouvaient, en vertu de la structure de propriété, exercer de contrôle.

104Lors de la fusion avec l’Imprimerie populaire limitée en 1914, les premiers actionnaires de La publicité ont reçu, en échange de leur droit de propriété, 1 150 actions privilégiées de la nouvelle entité. Chose certaine, ces premiers investisseurs n’ont jamais récupéré leur argent et n’ont obtenu aucun dividende de l’Imprimerie populaire limitée. Ils ont finalement accepté, en 1928, de remettre ces actions à la société sans aucune contrepartie.

105La situation des actionnaires de la deuxième entité, l’Imprimerie populaire limitée, est moins claire. Les six actionnaires fondateurs se sont engagés à souscrire 100 000 $, somme qui devait être consacrée au fonctionnement du journal. Ces actionnaires étaient aussi les administrateurs de la société. Une série de lettres entre Ducharme et Bourassa laisse entendre que les relations entre ce dernier et les actionnaires-administrateurs étaient tendues, certainement à cause des pertes à répétition du journal au début des années 1910.À la suite d’une transaction dont les tenants et les aboutissants sont aujourd’hui nébuleux, les actionnaires fondateurs ont obtenu deux titres pour un seul investissement. Ils étaient actionnaires à la hauteur de 100 000 $, mais détenaient aussi pour ce même montant des titres d’obligations de la société (l’Imprimerie populaire limitée). Selon Bourassa, ces obligations ne servaient qu’à garantir leur investissement en actions. Les administrateurs se sont engagés à ne pas recevoir d’intérêts sur ces obligations pour un certain temps, mais pouvaient en recevoir par la suite si l’entreprise devenait profitable.

  • 42  La majorité des actions de ce transfert provenait de H. Bourassa (40 200 $), G.-N. Ducharme (19 40 (...)

106Au cours des années qui suivirent, entre 1914 et 1937, Bourassa, avec l’aide de souscriptions des Amis du Devoir, qui malheureusement n’apparaissent pas clairement aux états financiers de l’époque, a pu soit récupérer gratuitement, soit racheter ces obligations et certains certificats d’actions de quelques actionnaires fondateurs. Il est probable que certains des actionnaires fondateurs de cette deuxième société se soient fait rembourser leur investissement initial en tout ou en partie. En 1928, un montant de 95 100 $ d’actions était enregistré en fiducie aux noms de Dufresne, Hurtubise et Bourassa, et provenait des titres récupérés par Bourassa et de ceux donnés par les autres actionnaires fondateurs42. En 1937, la société (l’Imprimerie populaire limitée) a procédé à l’élimination de 150 000 $ d’obligations sans remboursement en contrepartie du travail de Bourassa.

107Puisque les états financiers ne donnent pas d’information sur les souscriptions reçues, nous ne savons pas exactement combien Bourassa a obtenu en souscription des Amis du Devoir pour pouvoir racheter certaines obligations et actions de la société des mains des détenteurs. Il est probable que tout cela se soit fait de gré à gré entre individus. Toutefois, nous savons que les Amis du Devoir se sont constitués en société par actions, dotée d’un capital de 50 000 $ (Gingras, 1985 : 75). Ce montant a été investi en obligations de l’Imprimerie populaire limitée. Bien que ce ne soit pas clairement établi dans les états financiers et les documents connexes, les 150 000 $ d’obligations annulées en 1937 correspondent à la valeur de celles des actionnaires fondateurs (100 000 $) et des Amis du Devoir (50 000 $).

108Quoi qu’il en soit, la lecture des états financiers suggère une conclusion nette : les actionnaires de l’Imprimerie populaire limitée n’auraient pas été motivés par le profit financier. Ils ont plutôt mis leur argent au service de l’œuvre de Bourassa sans espérer que le capital investi soit justement rémunéré et en acceptant la possibilité de perdre leur mise.

109Le recours à une forme ou une autre de mécénat s’est maintenu jusque sous Filion qui, lui aussi, a dû recourir à la générosité des Amis du Devoir. Cependant, en modernisant le journal, Filion a voulu faire du Devoir une entreprise viable, capable de survivre par ses propres moyens, ce qu’il a réussi en bonne partie. Ryan, grâce à une gestion vigilante et à un contrôle serré des dépenses et profitant d’une conjoncture économique favorable, a pu consolider les acquis et administrer le journal sans faire appel à la générosité de quiconque. Ryan pensait que la survie d’un journal qui, comme Le Devoir, se voulait sérieux et indépendant, passait par son autonomie financière. Sur ce plan, le succès de Ryan n’a été que partiel : sous sa gouverne, Le Devoir était viable, mais pauvre et donc vulnérable. Le journal a pu accumuler des réserves, mais celles-ci se sont avérées insuffisantes pour affronter les conditions économiques difficiles des années 1980 qui vont mener à la quasi-faillite au début des années 1990. Jean-Louis Roy, par une recapitalisation en 1985, et Lauzière, par une campagne de financement en 1990, ont renoué avec la tradition et fait appel à la générosité des mécènes. Ils ont en outre définitivement établi le prix du journal à un niveau nettement plus élevé que celui de ses concurrents de sorte que, pour bien des lecteurs, acheter ce journal, c’était aussi soutenir l’institution.

110Bissonnette avait, de son journal, une haute estime et il lui semblait normal que les amis de ce journal « essentiel » y tiennent et lui ouvrent leur gousset. Elle augmente encore le prix du journal et entreprend une campagne de souscription. Cependant, elle voit bien — et les membres du conseil d’administration sont là pour le lui faire voir — qu’elle doit rapidement concevoir un plan qui fera du journal une entreprise financièrement autonome. Et elle sait aussi qu’elle n’y parviendra que si elle peut compter sur l’appui de bailleurs de fonds sympathiques à la cause du journal et motivés par autre chose que le rendement du capital investi. Ces investisseurs sympathiques sont des institutions, des entreprises ou des individus qui, pour des raisons diverses qui ne tiennent pas à la valorisation immédiate du capital investi, accordent une grande importance à la survie du Devoir. Non seulement acceptent-ils d’investir dans une entreprise risquée qui ne peut pas, même dans le meilleur des cas, leur rapporter des dividendes comparables à ce qu’ils pourraient obtenir en investissant ailleurs, mais encore ils acceptent que, par convention, leur droit de regard sur la manière dont l’entreprise est gérée soit anormalement limité comparativement aux pratiques usuelles en affaires. Les motivations de ces investisseurs ne semblent donc pas, mutatis mutandis, si différentes de celles des financiers mobilisés jadis par Bourassa.

111Bissonnette fera aussi appel à des institutions publiques, la Société de développement industriel du Québec et la Banque fédérale de développement, dont le mandat est de soutenir des entreprises viables mais qui connaissent des difficultés. Pour les investisseurs de ce genre, les règles du jeu sont différentes. Certes, la viabilité et la pérennité des entreprises qu’elles soutiennent leur importent davantage que le rendement du capital investi, en tout cas à court terme. En revanche, et contrairement aux investisseurs sympathiques, elles vont formuler, en échange de leur soutien, des exigences précises quant à la gestion de l’entreprise et aux objectifs à atteindre à brève échéance. Ces institutions gèrent des fonds publics et elles ont des comptes à rendre.

112Peu importe les motivations des investisseurs, la situation financière du Devoir au cours des dernières décennies a de quoi les réjouir. Le Devoir est un peu plus riche qu’il l’était, même dans les bonnes années de Ryan, mais surtout il a montré qu’il pouvait survivre à des conjonctures économiques difficiles.

Haut de page

Bibliographie

BÉLAIR-CIRINI, Marco (2010), « Les amis du Devoir réunis autour du journal de combats. Pas moins de 550 convives dont le premier ministre Jean Charest ont pris part à la fête », Le Devoir, 11 janvier.

BISSONNETTE, Lise (1993), « L’âge d’or, une vie nouvelle : Le Devoir inc. Le quotidien fondé en 1910 par Henri Bourassa a mué de fond en comble », Le Devoir, 21 mai, p. A9.

BOURASSA, Henri (1910), « Avant le combat », Le Devoir, 10 janvier, p. 1.

DESCHÊNES, Marc et Florian SAUVAGEAU (1994), « Le Devoir : un avenir quitte ou double », Quebec Studies, 18, p. 99-118.

DESCÔTEAUX, Bernard (2010), « Rapport annuel du Devoir - Progresser malgré l’adversité », Le Devoir, 20 mai, p. A7.

FILION, Gérard (1989), Fais ce que peux, Montréal, Boréal.

GINGRAS, Pierre-Philippe (1985), Le Devoir, Montréal, Libre expression.

GROULX, Lionel (1971), Mes mémoires, t. II : 1920-1928, Montréal, Fides.

ICCA-INSTITUT CANADIEN DES COMPTABLES AGRÉÉS (1968), Manuel de l’ICCA, Toronto, ICCA.

MINISTÈRE DES FINANCES ET MINISTÈRE DES RESSOURCES NATURELLES (s.d.), Pâtes et papiers. Pour une industrie moderne et compétitive [En ligne]. Québec, Ministère des Finances et Ministère des Ressources naturelles. http://www.finances.gouv.qc.ca/documents/Autres/fr/pates_papiers.pdf (Page consultée le 28 juin 2010).

RIPLEY, William Z. (1927), Main Street and Wall Street, Boston, Little, Brown & Company.

ROY, Jean-Louis (1983), « Un plan d’ajustement budgétaire au Devoir », Le Devoir, 31 mars, p. 13.

ROY, Michel (1978), « Le rapport du directeur par intérim, Michel Roy », Le Devoir, 27 avril, p. 5.

RUMILLY, Robert et Henri BOURASSA (1953), La vue publique d’un grand canadien, Montréal, Éditions Chanteclerc.

RYAN, Claude (1966), « La vente du Time et l’avenir du Devoir », Le Devoir, 29 décembre.

SAURIOL, Paul (1972), Petite histoire administrative de l’Imprimerie populaire limitée, novembre, inédit.

SCOTT, William R. (2009), Financial Accounting Theory, cinquième édition, Toronto, Pearson Prentice Hall.

SYNDICAT DE LA RÉDACTION DU DEVOIR (1986), « Nomination du directeur du Devoir. Réaction du Syndicat de la rédaction », Le Devoir, 4 juillet.

TURCOTTE, Claude (2010), « La naissance du Devoir inc. », Le Devoir, 9 janvier, p. B1.

Haut de page

Notes

1  Les lois (fédérales ou provinciales) constitutives des sociétés exigent que les sociétés privées communiquent au moins une fois par année leurs états financiers aux actionnaires. Seules les sociétés ayant une obligation publique de rendre compte, notamment les sociétés cotées à la Bourse, doivent rendre cette information disponible au public en général.

2  Les états financiers fournissent même la liste des actionnaires jusqu’en 1936 et celle des créanciers jusqu’à la fin des années 1940.

3  Les actionnaires de La publicité limitée ont investi environ 126 000 $ de 1910 jusqu’à la fin 1913. Selon le vérificateur de l’Imprimerie populaire limitée, Rodolphe Bédard, les pertes cumulées de La publicité limitée de 1910 à la fin 1913 totalisent 122 201,04 $. On peut facilement constater que l’administration du journal a presque complètement anéanti l’apport de fonds des actionnaires de La publicité limitée au cours des quatre premières années d’activité.

4  Les six actionnaires fondateurs et administrateurs étaient Louis-Philippe Deslongchamps, « gérant » du Devoir, Guillaume-Narcisse Ducharme, président de La Sauvegarde, Oscar Dufresne, homme d’affaires, Édouard Gohier, homme d’affaires et maire de Ville de Saint-Laurent, Edmond Hurtubise, courtier d’assurances, et Joseph Versailles, courtier et maire de Ville de Montréal-Est.

5  Pour une analyse détaillée de la structure juridique mise au point par Bourassa, voir l’article de Sylvio Normand dans ce numéro.

6  L’actionnaire de La publicité limitée devait verser 50 $ par action, d’où l’investissement initial de près de 126 000 $.

7  Au début du siècle dernier, la pratique courante favorisait l’enregistrement aux livres d’actifs intangibles non payés. Ce montant de 250 100 $ est demeuré au bilan de la société jusqu’en 1984 ; à partir de cette date, il a été amorti pour finalement disparaître complètement du bilan en 1990.

8  Il s’agit notamment de l’approbation des budgets et des plans d’effectifs (Turcotte, 2010).

9  La structure et l’actionnariat de La publicité limitée et ceux de l’Imprimerie populaire limitée diffèrent peu ; c’est pourquoi, compte tenu de la courte vie de La publicité limitée, il ne nous est pas apparu utile de la considérer distinctement.

10  Cette valeur est théorique en ce qu’elle ne tient pas compte des variations dans la valeur de l’argent. L’objectif ici n’est pas d’évaluer les pertes de l’Imprimerie populaire limitée en valeur absolue et en dollars constants, mais d’estimer leur importance relativement au chiffre d’affaires et de déterminer d’où provenait l’argent qui a servi à éponger ces pertes.

11  Les Amis du Devoir est une association créée en 1914 (Bélair-Cirini, 2010), dont le mandat est de faire connaître le journal, de propager les idées qu’il défend et de le soutenir financièrement (Gingras, 1985 : 75).

12  Le montant de la dette abandonnée par Péladeau est considérable ; il correspondait à environ 100 % de l’actif de la compagnie et à 66 % de son passif en 1990. Le montant de 23 000 $ abandonné par Dufresne Construction paraît, en comparaison, dérisoire, mais il représentait tout de même en 1938 25 % du passif total et 16 % de l’actif de la société.

13  Quelques personnes ont apporté des montants plus substantiels. Au début 1914, la liste des actionnaires de La publicité limitée indiquait notamment les contributions suivantes : L.-P. Deslongchamps : 5 000 $, G.-N. Ducharme : 12 000 $, J.-A. Vaillancourt : 5 500 $, S.-D. Vallières : 5 000 $.

14  Ces chiffres sont des estimations, car l’état financier de l’année 1917 ne couvre que six mois.

15  Les états financiers ne montrent aucune trace de l’effet de cette campagne de financement, sauf pour une augmentation d’obligations à payer au cours de cette période, qui correspond en partie au fait que les Amis du Devoir ont acheté des obligations de la compagnie, comme mentionné précédemment.

16  Bien que, selon Gérard Filion (1989 : 210), l’immeuble ait été donné, les états financiers montrent un coût d’achat de 47 000 $, assorti d’une hypothèque de 24 000 $ et d’un compte à payer à Dufresne Construction de 16 000 $. L’année de l’acquisition, l’immeuble et le terrain ont été réévalués par la compagnie The Canadian Appraisalà une valeur de plus de 100 000 $. Comme mentionné précédemment, Dufresne Construction a renoncé à sa créance en 1938.

17  Les activités d’imprimerie ont débuté en 1913 et se sont terminées en 1954, alors que celles de la librairie ont couvert la période de 1924 à 1947. Les profits bruts moyens (avant répartition des frais généraux) de ces activités ont été de 24 % pour l’imprimerie et de 17 % pour la librairie alors que leur proportion du chiffre d’affaires de la société a été de 30 % pour l’imprimerie et de 5 % pour la librairie en moyenne. Cela indique clairement que les travaux d’imprimerie ont apporté une contribution substantielle à la compagnie.

18  Dans ses mémoires, Lionel Groulx consacre plusieurs pages à relater les circonstances qui ont amené Bourassa à quitter Le Devoir (1971 : 217-225). Voir aussi Rumilly (1953 : 727-736).

19  En 1933, le propriétaire de La Presse, Pamphile Du Tremblay, achète un quotidien concurrent, La Patrie, qui éprouve des difficultés financières. Deux ans plus tard, en 1935, un homme politique libéral, Jacob Nicol, fondateur de La Tribune de Sherbrooke et déjà propriétaire du Soleil depuis 1927, met la main sur Le Nouvelliste de Trois-Rivières, puis, à Québec, sur L’Événement, en 1936, et Le Journal, en 1938.

20  Il s’agit d’un document anonyme daté du 23 mars 1933 et intitulé Mémoire sur Le Devoir (Fonds de l’Imprimerie populaire, Centre de recherche Lionel-Groulx).

21  Selon les données décennales colligées par Jean de Bonville et Cyntia Darisse (voir l’article dans ce numéro), le gouvernement fédéral qui, dans les décennies précédentes, était pratiquement absent du contenu publicitaire du Devoir, se hisse en 1945 au deuxième rang, après Dupuis Frères, quant à l’espace publicitaire qu’il occupe dans les pages du journal.

22  La Terre de chez nous est un hebdomadaire destiné aux agriculteurs et publié, depuis 1929, par l’Union catholique des cultivateurs qui deviendra, en 1972, l’Union des producteurs agricoles.

23  Voir Filion, cité par Gingras (1985 : 137). Si l’affirmation n’est pas nécessairement fausse, cette situation ne s’est assurément pas prolongée longtemps, sinon elle aurait eu des répercussions beaucoup plus importantes dans le rapport financier.

24  Depuis Bourassa, Le Devoir avait pour politique de n’accepter que les publicités compatibles avec les valeurs du journal. Filion opte pour une approche plus libérale.

25  Toutefois, cette dette à long terme représentait plus de 72 % des actifs tangibles de l’entreprise, c’est-à-dire les actifs qui seraient facilement liquidables par un prêteur en cas de défaut de la compagnie (excluant les éléments d’actifs intangibles). En totalisant le passif à court terme et la dette à long terme, l’entreprise en 1955 ne possédait pas assez d’actifs tangibles pour couvrir tout le passif de la société, ce qui plaçait celle-ci dans une situation assez précaire pour obtenir du financement supplémentaire.

26  En 1956 et 1957, les contributions respectives de 105 046 $ et 78 156 $ des Amis du Devoir ont été enregistrées comme revenus, ce qui a aidé à transformer des pertes réelles en profit net. Compte tenu du niveau d’endettement de la société en 1955, ces apports des Amis du Devoir ainsi que ceux totalisant 90 000 $ en 1958 et 1959 ont été salutaires pour l’entreprise.

27  Il faut souligner que ce succès du Devoir sur le marché publicitaire est attribuable en grande partie à la grève des typographes qui paralyse La Presse de juin 1964 à janvier 1965.

28  La Presse et le Montréal-Matin cesseront de publier d’octobre 1977 à avril 1978. Le Montréal-Matin ne survivra pas à la grève. Quant au Soleil, il sera fermé d’août 1977 à juin 1978.

29  L’année 2009 affiche un profit de plus de 500 000 $, mais la marge bénéficiaire, c’est-à-dire la proportion du profit par rapport aux ventes, est plus élevée pour l’année 1978.

30  Le ratio de fonds de roulement est le rapport de l’actif à court terme sur le passif à court terme. Ce ratio est une mesure de la solidité financière à court terme d’une entreprise. Un ratio supérieur à 1 indique que l’entreprise a suffisamment d’actifs à court terme pour faire face à ses obligations à court terme.

31  Jusqu’en 1985, le prix de vente du Devoir ne s’écarte pas sensiblement de celui de ses concurrents, mais à partir de cette année-là, le journal va se vendre plus cher et l’écart avec ses principaux concurrents va tendre à croître.

32  En septembre 1988, la Banque Nationale (BN) cède à Quebecor la garantie sur les comptes clients que Le Devoir lui concédait pour assurer une marge de crédit de 200 000 $ que détient le journal à la banque. En échange, Quebecor garantit auprès de la BN la marge de crédit du Devoir.

33  Précisons que son amitié pour Le Devoir n’est pas le seul fondement de la générosité de Péladeau. Pour le propriétaire du Journal de Montréal, Le Devoir est plus utile vivant que mort, d’abord parce que c’est le principal client de son Imprimerie Dumont, ensuite parce que sa disparition serait plus profitable aux concurrents de Quebecor (La Presse et The Gazette) qu’à son Journal de Montréal.

34  Au sein même du conseil d’administration, les positions de Lauzière ne font pas consensus. En décembre 1988, Marcel Pepin, membre du conseil et ex-président de la CSN, annonce sa démission du conseil en guise de protestation contre la position de Lauzière, qui s’élève contre l’utilisation de la clause dérogatoire par le gouvernement de Robert Bourassa dans le but de soustraire la loi 101 des décisions de la Cour suprême.

35  Une partie de cette hausse vise à couvrir la taxe sur les produits et services (TPS) et la taxe de vente du Québec (TVQ) qui s’appliquent aux journaux à partir de 1991.

36  Selon Marc Deschênes et Florian Sauvageau (1993 : 110), qui citent une étude réalisée par IMPACT-Recherche, en 1993, 64 % des lecteurs du Devoir lisaient aussi La Presse ; or ces lecteurs ne représentaient que 14 % du lectorat de La Presse.

37  Le Devoir dispose tout de même de quelques atouts sur le marché publicitaire. Il constitue le véhicule publicitaire tout désigné pour la publication des avis publics ; en y publiant leurs avis, les organismes publics respectent à peu de frais la réglementation qui les oblige à publier leurs avis publics dans au moins un quotidien. Selon les données recueillies par de Bonville (voir l’article dans ce numéro), les avis publics occupent, depuis les années 1970, de 30 à 40 % de l’espace publicitaire du Devoir. Par ailleurs, même si Le Devoir est un véhicule publicitaire peu attrayant pour les annonceurs généralistes qui visent un public hétérogène, il peut tabler sur le fait que son lectorat possède des caractéristiques qui le distinguent de celui des autres journaux et qui sont susceptibles d’intéresser des annonceurs plus spécialisés. C’est le cas des entreprises culturelles pour qui Le Devoir constitue un support publicitaire privilégié. Dans les années 1990, les annonces en provenance du secteur culturel occupent près du tiers de la surface que le journal consacre à la publicité.

38  Il s’agit dans les faits d’un actif intangible, un écart d’acquisition que l’on appelait autrefois un « achalandage ». Cette transaction implique que Le Devoir inc. a acheté le droit de publier Le Devoir pour une somme de 1,3 million de dollars.

39  La SPEQ publique a investi un total de 691 500 $ dans Le Devoir inc.

40  Jusqu’au milieu des années 1980, le tirage du samedi était du même ordre que celui des jours de semaine. Mais à partir de 1985, le tirage de l’édition du samedi dépasse de trois ou quatre milliers d’exemplaires celui des jours de semaine. Puis, dans les années 1990, l’écart se creuse de plus en plus, si bien que dans les années 2000, le tirage du samedi dépasse de 15 à 16 000 exemplaires celui de la semaine.

41  Les visiteurs mensuels uniques sont ceux qui ont visité le site au moins une fois au cours du mois.

42  La majorité des actions de ce transfert provenait de H. Bourassa (40 200 $), G.-N. Ducharme (19 400 $), O. Dufresne (7 700 $), E. Hurtubise (23 600 $), L.-P. Deslongchamps (1 900 $) et J.-N. Chevrier (1 100 $). À la suite de ce transfert, Deslongchamps, Duchesne, Dufresne et Hurtubise ont conservé un seul certificat d’actions valant 100 $, Bourassa en conservant huit. Il semble aussi que ce dernier ait pu obtenir 39 000 $ d’actions de deux autres actionnaires fondateurs (Gohier et Versailles) ; la liste des actionnaires indique un changement de noms en 1928. En somme, la quasi-totalité des actions propriétés des actionnaires fondateurs a été transférée en fidéicommis.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Financement nécessaire au fonctionnement du journal Le Devoir pour la période de 1910 à 1992
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2798/img-1.png
Fichier image/png, 51k
Titre Figure 2.1. Contributions des différentes activités de l’Imprimerie populaire limitée, à la marge bénéficiaire avant les frais généraux. Période 1913-1963 : Bourassa (1910-1932), Pelletier (1932-1947), Filion (1947-1963)
Légende Calcul des contributions : [(Revenus de l’activité) - (Frais directs de l’activité)]/Revenus totaux = % des revenus totaux.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2798/img-2.png
Fichier image/png, 101k
Titre Figure 2.2. Contributions des différentes activités de l’Imprimerie populaire limitée, à la marge bénéficiaire avant les frais généraux. Période 1964-1992 : Ryan (1964-1978), Roy et al. (1978-1990)
Légende Calcul des contributions : [(Revenus de l’activité) - (Frais directs de l’activité)]/Revenus totaux = % des revenus totaux.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2798/img-3.png
Fichier image/png, 100k
Titre Figure 3. Marge bénéficiaire nette des activités de l’entreprise pour la période 1913-2008 : Bourassa (1910-1932), Pelletier (1932-1947), Filion (1947-1964), Ryan (1964-1978), Roy et al. (1978-1990), Bissonnette (1990-1998), Descôteaux (1999-2010)
Légende Calcul de la marge bénéficiaire nette : Bénéfice net/chiffre d’affaires = % du chiffre d’affaires.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2798/img-4.png
Fichier image/png, 106k
Titre Figure 4. Tirage quotidien moyen du Devoir en semaine (1910-2010) et le samedi (1970-2010)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2798/img-5.png
Fichier image/png, 58k
Titre Figure 5. Proportion des revenus des différentes activités de l’Imprimerie populaire limitée pour la période 1913-1993 : Bourassa (1910-1932), Pelletier (1932-1947), Filion (1947-1963), Ryan (1964-1978), Roy et al. (1978-1990), Bissonnette (1990-)
Légende Calcul de la proportion des revenus : Revenus de l’activité/Revenus totaux = % du chiffre d’affaires total.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2798/img-6.png
Fichier image/png, 147k
Titre Figure 6. Prix de vente (au numéro et en semaine) du Devoir, de La Presse et du Journal de Montréal. Période 1970-2010
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2798/img-7.png
Fichier image/png, 37k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Coulombe et Jean Charron, « L’évolution de la situation financière du Devoir à la lumière de ses états financiers », Communication [En ligne], Vol. 29/2 | 2012, mis en ligne le 21 février 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/2798 ; DOI : 10.4000/communication.2798

Haut de page

Auteurs

Daniel Coulombe

Daniel Coulombe est professeur à l’École de comptabilité, à la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval. Courriel : daniel.coulombe@ctb.ulaval.ca.

Jean Charron

Jean Charron est professeur au Département d’information et communication de l’Université Laval. Courriel : jean.charron@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org