Navigation – Plan du site
Articles

Les relations de travail au Devoir à l’épreuve de l’affirmation collective des journalistes

De Claude Ryan à Lise Bissonnette
François Demers

Résumés

Ce texte analyse les relations de travail au quotidien montréalais Le Devoir de l’arrivée de Claude Ryan en 1964 à la direction du journal jusqu’à la crise de l’été 1993 sous Lise Bissonnette. Il raconte la rencontre entre une phase de désarroi de la direction et une vigoureuse poussée de l’affirmation collective des journalistes québécois. Au Devoir, le syndicat des journalistes formulera dans des moments clés l’exigence du retour à l’équilibre entre les dimensions « entreprise industrielle » et « œuvre collective » qui caractérise cette institution québécoise.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  La transcription d’entrevues réalisées au cours de l’été 2000 pour le Groupe de recherche sur les (...)
  • 2  Plus précisément, seul le regroupement des journalistes syndiqués du Devoir a été suivi à la trace (...)

1Ce texte rend compte de l’examen et de l’analyse de deux grappes de données1 à propos des relations de travail au sein du journal Le Devoir2, pendant une période récente de son histoire : du début du règne de son directeur Claude Ryan en 1964 jusqu’à 1993, année où la directrice Lise Bissonnette, arrivée en 1990, complétera sa prise en main du quotidien. La première grappe de données provient d’un corpus de textes publiés dans des journaux, des magazines et d’autres périodiques et qui ont été assemblés dans des revues de presse construites par le Groupe de recherche sur les mutations du journalisme (GRMJ) ou par l’auteur de ce texte. Le deuxième ensemble de données est fait de travaux antérieurs de l’auteur sur le syndicalisme des journalistes québécois et sur les relations de travail dans les médias généralistes québécois, qui ont été le sujet de publications (notamment Demers, 1988 et 1989 ; Demers et Le Cam, 2004 et 2006).

2L’exposé débutera par un rappel des éléments permanents qui structurent les relations de travail au Devoir et par une brève discussion du choix d’examiner plus particulièrement la période de 1964 à 1993. La deuxième partie présentera en forme de séquence les événements repères qui permettent de faire ressortir en courbes inverses le dynamisme du syndicat des journalistes et les tâtonnements de la direction du journal pendant cette période.

  • 3  Au tournant des décennies 1960 et 1970, les efforts des journalistes québécois, déployés depuis le (...)
  • 4  Pour une analyse détaillée de la situation financière du Devoir depuis ses débuts, voir l’article (...)

3Le cycle de l’affirmation collective des journalistes francophones du Québec (1967-1992)3 a été choisi pour éclairer les relations patronales-ouvrières au Devoir pendant la même période. L’hypothèse principale aura été que la poussée de militantisme du groupe des journalistes a percuté, par l’intermédiaire de l’action syndicale, la trajectoire du Devoir comme elle l’a fait pour tous les autres médias. Au total et au final, l’analyse montrera que la vigueur collective des journalistes québécois pendant ce cycle s’est traduite pour les journalistes du Devoir surtout par une exigence de participation à la gestion de l’information et à l’orientation éditoriale du journal, tout en leur assurant de bénéficier de la relative prospérité de l’entreprise pendant les quatorze années de gestion de Ryan4. La recherche permet aussi de penser que la pression syndicale sur ce terrain a servi d’aiguillon, pendant un passage à vide du leadership éditorial du journal, pour pousser au retour à l’équilibre propre à ce quotidien entre les dimensions entreprise industrielle et mission collective.

Le syndicalisme des journalistes

4Les quotidiens de masse naissent à la fin du xixe siècle dans le contexte de l’industrialisation et se développent en tant qu’industries (De Bonville, 1988). Dans ce contexte, les relations de travail reposent sur une relation de pouvoir entre un propriétaire ou un patron et des employés (salariés) embauchés pour contribuer à l’œuvre patronale dans le cadre d’un contrat implicite ou explicite (sur papier) prévoyant leur rémunération, leurs conditions de travail et la durée de cet engagement. D’où les manœuvres constantes des uns et des autres, individuellement et en groupe, pour améliorer leur position dans ces bureaucraties de masse (Crozier et Friedberg, 1977). Ainsi, les employés des usines de presse, y compris la majorité de leurs journalistes, chargés des fonctions du pupitre (souvent nommés rédacteurs à cette époque) ou envoyés sur le terrain en tant que reporters, seront considérés et traités comme des ouvriers, anonymes et interchangeables. Dans les grands médias commerciaux du xxe siècle, l’autonomie, l’initiative et la créativité sont réservées à quelques-uns. La métaphore de la machine permet de mettre en lumière ce type d’entreprise et sa logique de bureaucratisation hiérarchique et mécanique (Morgan, 1989).

5Le syndicalisme est un produit de ce contexte. Il naît du regroupement des exécutants obscurs, sans grades et anonymes pour obtenir des conditions de travail meilleures pour tous, adaptées à leur condition collective. En journalisme, le syndicalisme ne va pas de soi puisque d’autres moyens de réussite individuelle et de promotion sociale sont possibles, notamment la notoriété par la plume et la visibilité publique, le soutien à une carrière politique, la réussite comme entrepreneur de presse. Mais le quotidien en tant qu’entreprise a besoin d’une masse de journalistes-ouvriers.

6Le Devoir naît au moment où l’industrialisation des médias est installée. Il est lui-même dès le départ une entreprise industrielle et commerciale. À ce titre, il est forcé de mettre en place une chaîne de production à la façon d’une usine, avec des pressiers, des typographes, du personnel administratif et des journalistes. Mais, dès le départ et tout au long de son histoire, ce quotidien a dû compter, plus que ses concurrents, sur l’engagement, la créativité et l’initiative de son personnel. Aujourd’hui, on parlerait sans doute à son propos de gestion par intéressement afin d’obtenir le maximum de mobilisation des énergies (Demers, 1989).

  • 5  Ardents à prendre des initiatives, à faire preuve d’originalité et à essayer de nouvelles pratique (...)
  • 6  Pour la période couverte, de manière non exhaustive : Michel C. Auger, Mario Cardinal, Paul Cliche (...)

7De plus, en raison de ses intentions éditoriales et de sa niche orientée sur les élites canadiennes-françaises, Le Devoir s’est retrouvé dans la position des entreprises qui doivent harnacher un grand nombre de « créatifs5 », des « plumes » et des « noms ». Ainsi, « Henri Bourassa qui dirigera le journal jusqu’à son départ le 3 août 1932, s’entoure dès le départ de journalistes brillants dont Olivar Asselin, Jules Fournier, Omer Héroux et Georges Pelletier entre autres » (Auger et Lapierre). Il lui a fallu tout au long de ses années à titre de directeur réussir l’équilibre délicat entre l’encadrement contraignant de tous, l’autonomie créatrice de plusieurs et l’engagement moral de la majorité envers l’œuvre et sa mission. On voit mieux le défi quand on remarque le nombre impressionnant de « gros noms » qui y ont travaillé au fil du temps, à différents moments de leur carrière6.

  • 7  Le rituel de la négociation et de la signature de la convention collective va se réaliser de maniè (...)

8Malgré l’individualisme des créatifs et l’engagement du grand nombre dans la cause, la majorité des journalistes décidera en 1945 de former un syndicat, au sein d’une entité plus large, le Syndicat des journalistes de Montréal (SJM). C’était dans le contexte de l’immédiat après-guerre, qui allait ouvrir une période d’expansion pour les syndicats, au Québec, au Canada et dans les autres pays industrialisés (Rouillard, 2009). Au départ, les nouveaux syndiqués du quotidien formeront la « section Le Devoir » qui négociera ses propres conventions collectives et dont la signature apparaît clairement dans les conventions des années 19607. La section Le Devoir deviendra une entité autonome en 1972 sous le nom de Syndicat de la rédaction du journal Le Devoir (Le Devoir, 1974). Aujourd’hui, ce syndicat cohabite au sein de la Fédération nationale des communications (FNC-CSN) avec trois autres syndicats d’employés du Devoir : le Syndicat national des employés du Devoir (section annonces classées), le Syndicat de publicitaires du Devoir et le Syndicat des employés du Devoir (site Web de la FNC).

9Mais le rapport du Devoir avec ses syndicats est marqué par une autre différence si on le compare aux autres quotidiens francophones du Québec. En effet, jusqu’aux années 1960, la direction du Devoir ne pouvait pas être antisyndicale. Le catholique fervent Henri Bourassa ne pouvait qu’emboîter le pas à l’Église dans sa volonté de développer un syndicalisme catholique pour contrer les unions internationales. L’initiative cléricale donna naissance en 1921 à la Confédération des travailleurs catholiques du Canada (CTCC), qui allait se laïciser en 1960 et prendre le nom de Confédération des syndicats nationaux (CSN). Si le fondateur du Devoir se devait de soutenir l’Église dans le contenu du journal, il devait le faire aussi dans ses relations avec ses employés. Sur ce terrain comme sur d’autres, Le Devoir n’était pas une entreprise de presse comme les autres, a priori hostile aux syndicats, ce qui favorisa aussi la bonne entente avec ses syndicats jusqu’à tard dans les années 1960, les syndicats catholiques affiliés à la CTCC se comportant comme ce qu’on appellera plus tard des « syndicats de boutique » qui se satisfont de relations patronales-syndicales informelles, paternalistes et quasi familiales. Cela explique en partie pourquoi le syndicalisme des journalistes au Devoir a été longtemps « une structure un peu bizarre dont tout le monde était conscient des limites », selon l’expression d’un ancien dirigeant de ce syndicat interviewé par le GRMJ.

10Mais il y avait les syndicats internationaux. Dans ce cas, les règles du jeu n’étaient pas les mêmes, ce qu’illustra la « sale affaire » de 1955 alors que Gérard Filion (directeur de 1947 à 1964) n’hésita pas à utiliser des briseurs de grève pour casser l’Union typographique de Jacques-Cartier (local 145 du Devoir), une section d’une union internationale. Comme les journalistes, pourtant membres d’un syndicat catholique, appuyaient les typographes, il les força à franchir les lignes de piquetage. Six refusèrent et cinq perdirent définitivement leur emploi (Demers, 1988). « Les syndicats catholiques n’auraient pas dû supporter l’union des typographes », écrira l’abbé Gérard Dion (1955 : 173). Pour la direction, outre l’hostilité moralement autorisée envers le syndicalisme international, l’enjeu circonstanciel était de taille : il lui fallaitfermer son imprimerie commerciale qui ne produisait plus de livres depuis 1953 (Bennet, 2010) et servait de moins en moins à l’impression d’autre chose que le journal lui-même. L’issue du conflit entraînera effectivement la réduction du groupe des linotypistes de 20 à 8.

11Pour sa part, Ryan, ancien secrétaire de l’Action catholique canadienne, va prolonger l’attitude bienveillante à l’égard des syndicats (catholiques). Il écrira en 1986 :

Là où les journalistes sont syndiqués [N.D.L.R. : il est alors devenu politicien], l’entreprise dégage généralement une atmosphère de plus grande liberté professionnelle. Jouissant de la sécurité d’emploi et de clauses de protection rattachées à l’ancienneté, le journaliste est à l’abri des décisions arbitraires de congédiement. S’il est attaqué de l’extérieur du journal, devant la direction, le journaliste possède aussi, de par sa convention collective, le droit d’en être informé et le droit, si la critique doit être publiée, de faire connaître au public sa propre version des faits. Sous l’angle de la liberté de presse, cette situation est infiniment préférable à celle du journaliste qui œuvre dans une boîte non syndiquée. Dans ce dernier cas, le journaliste est plus ou moins entièrement à la merci du bon plaisir de son patron. Ce genre de régime est, de soi, peu propice à l’épanouissement d’un climat de liberté. Le syndicalisme a fourni à cet égard et continue de fournir un apport majeur à la liberté des entreprises de presse (1986 : 21).

12Cela ne veut pas dire que Ryan, en tant que directeur du journal (1964-1978), ne va pas ferrailler avec acharnement contre son syndicat de journalistes. Dans les années 1960 d’abord, parce que le syndicat deviendra un outil de résistance des journalistes déjà en place à son arrivée et désireux de poursuivre, malgré le nouveau contexte, les façons de faire du temps du journalisme d’opposition au régime Duplessis. Les témoignages convergent pour dire que cet affrontement a été une guerre d’usure, quotidienne. Pour sa part, Paul Cliche, entré au journal en 1966 (qu’il quittera l’année suivante à la suite d’un conflit avec le directeur), décrit la situation de cette façon : 

Au Devoir, durant cette période, on a ressenti le choc de deux cultures. D’un côté, la tradition libérale classique qui accordait une grande importance à la liberté de l’information. De l’autre, une conception plus pragmatique et conservatrice que le nouveau directeur Ryan incarnait. Ce dernier voulait naturellement l’imposer à la salle de rédaction. Il y avait de la résistance, surtout parmi l’équipe de reporters politiques. Cette situation a abouti au départ de plusieurs journalistes en l’espace de quelques mois (2010).

13En 1968-1969, l’atmosphère était devenue très pénible. De nombreux journalistes ont quitté le journal pour être remplacés par des plus jeunes, dont le directeur supervisera étroitement la formation, ce qu’il faisait depuis son arrivée en poste. Puis, l’éditorialiste Ryan sera aspiré par la crise d’Octobre et les tourbillons politiques qui vont suivre. Sa capacité d’encadrement va diminuer. Et ce seront ces jeunes « indépendantistes » qu’il a embauchés pour repartir à neuf qu’il devra affronter dans la première moitié des années 1970.

Le temps des journalistes

14Les années 1960-1970 ont été le temps fort de l’auto-structuration des journalistes francophones québécois en tant que groupe (Demers et Le Cam, 2004). Ce sont aussi des années « d’expansion, de radicalisation et de fort militantisme » pour l’ensemble du syndicalisme, jusqu’au tournant des années 1980 (Rouillard, 2009 : 9). À la jonction de ces deux décennies seront mises en place les trois organisations qui représentent les journalistes québécois : la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) en 1969, la Fédération nationale des communications (FNC-CSN) en 1972 et le Conseil de presse (CPQ) en 1973 (Demers, 1988). La vague de concentration de la propriété de la presse de la fin des années 1960, symbolisée par l’achat de La Presse par Power Corporation, aura servi de déclencheur (Demers et Le Cam, 2004). La base organisationnelle de ce processus sera faite des syndicats locaux de journalistes rattachés à la centrale syndicale CSN (Demers et Le Cam, 2006).

  • 8  « En 1980-81, les journalistes de la salle des nouvelles de Radio-Canada font la grève pendant 8 m (...)

15Les journalistes syndiqués prendront le relais du leadership des syndicats d’« imprimeurs » dans les entreprises de presse et au sein de la CSN (Demers et al., 1988). La grève de 1964 à La Presse sera la dernière où les typographes sont au centre du jeu. Les années 1960 et 1970 jusqu’au début des années 1980 donneront lieu à une affirmation forte du groupe des journalistes, de deux façons : d’un côté, par de durs conflits entre les patrons et les syndicats, de l’autre, par des interventions discursives publiques très fréquentes de la FPJQ. La fin des années 1970 et le début des années 1980 marqueront le sommet du cycle militant des journalistes. Les longues grèves de 1981 à Radio-Canada et au Devoir en indiqueront le plafonnement8. Ensuite, on assistera au piétinement puis au repli lent du groupe des journalistes de plus en plus sur la défensive, comme cela a été le cas pour l’ensemble du syndicalisme (Rouillard, 2009).

  • 9  L’étude, réalisée par Florence Le Cam (2009), d’un siècle de discours sur leur identité collective (...)

16Les thèmes de la rhétorique qui ont fait la vigueur du collectif des journalistes se sont émoussés9. La dénonciation de la concentration de la propriété des médias, qui avait enflammé la combativité à la fin des années 1960, s’érode devant les vagues successives de son avancée, jusqu’à ce que cet élément de rassemblement soit balayé de la carte par les grandes transactions du tournant du siècle (Demers, 2000 et 2003). Le thème de la reconnaissance légale d’une éventuelle profession de journaliste, miné par la réussite de l’auto-organisation, rebondira publiquement à quelques reprises jusqu’à son spectaculaire rejet par l’assemblée générale de la FPJQ lors de son congrès de l’automne 2003. Quant au nationalisme, il aura été un facteur de division permanent entre les tenants du nationalisme canadien-français (fédéraliste), dont la quasi-totalité des directions de médias, et les partisans du néo-nationalisme québécois.

17Le moment qui symbolise la fin de ce cycle d’affirmation collective serait le 1er janvier 1992, lorsque la FPJQ a cessé d’être un organisme regroupant un ensemble d’organisations, principalement syndicales, pour passer à l’affiliation individuelle (Le 30, décembre-janvier 1992). Ce changement s’est fait en douce et, dans les faits, les organisations antérieurement membres, dont la plupart des syndicats, ont facilité l’affiliation individuelle.

18Reporté sur les relations industrielles entre le syndicat des journalistes et la direction du Devoir, ce cadre d’analyse permet de discerner deux évolutions en sens contraire : une descente vers le désarroi du côté de la direction et un activisme croissant du côté syndical, mouvements qui se terminent en 1993 par un repositionnement clair du journal et le recul du syndicat. Au départ de la période, la direction est forte. Le Devoir fait partie du camp des vainqueurs du régime Duplessis (le tirage et la vente de publicité augmentent). Ryan exerce un leadership clair soutenu par une relative prospérité financière. Puis, le navire est fortement secoué par la question nationale. Ryan doit manœuvrer : il s’oppose à Pierre Elliott Trudeau et dénonce la Loi sur les mesures de guerre lors de la crise d’Octobre 1970. Il appuie la réélection des libéraux lors des élections provinciales de 1973. Puis, il donne un coup de barre et recommande de voter pour le Parti québécois lors des élections de 1976. Deux ans plus tard, il quitte le journal pour se joindre à la croisade contre l’indépendance du Québec. Au Devoir, le départ de Ryan ouvre une sorte de parenthèse de près de trois années, qui débouche sur la dégringolade, les essais, les erreurs et l’étranglement budgétaire qui perdureront jusqu’à l’arrivée de Bissonnette.

19L’activisme syndical, lui, ne se manifestera pas de façon significative avant le milieu des années 1975, plus précisément entre l’appui controversé de l’éditorialiste Ryan à la réélection du premier ministre libéral Robert Bourassa lors des élections de 1973 et son appui au Parti québécois en 1976. Une grève sera déclenchée en 1975 (quatre semaines de grève entre le 12 novembre et le 10 décembre) pour obtenir un certain droit d’influence sur l’orientation du journal. Les articles clés de la convention collective qui a mis fin à la grève sont présentés dans un document publié dans Le Devoir avec les intertitres : clause de conscience, conflits d’intérêts de divulgation, éthique professionnelle, comité d’entreprise, comité de l’information (Le Devoir, 11 décembre 1975). Gilles Provost parlera à leur sujet de « clauses professionnelles d’avant-garde » (1977 : 7). Esther Deom (1989) rappellera quelques années plus tard, à la suite de l’analyse des conventions collectives dans le secteur, comment les avancées sur ce terrain sont difficiles pour les syndicats.

20Le deuxième moment fort, la plus longue grève de l’histoire de ce syndicat, aura lieu en 1981, au lendemain du référendum sur la souveraineté du Québec et au moment où le Québec entre dans la morosité politique et économique. Par la suite, l’action syndicale connaîtra des pointes de moindre envergure lors de l’affaire Leclerc en 1985 et lors du mouvement en faveur du départ du directeur Benoît Lauzière en 1990, jusqu’à la crise de l’été 1993, alors que Bissonnette réussira à faire signer aux journalistes une convention collective contenant de nombreux reculs.

21La faiblesse des directeurs et les flottements de l’orientation du Devoir entre Ryan et Bissonnette sont des données bien documentées. Michel Roy (directeur par intérim de 1978 à 1981) avait bien servi Ryan, qu’il a secondé au début et à la fin de son mandat. Au départ de Ryan, les administrateurs du journal l’ont utilisé pour un long intérim. Puis, ils lui ont préféré le professeur d’université Jean-Louis Roy (directeur de 1980 à 1986), qui ne connaissait rien au journalisme. Il devient directeur du Devoir en novembre 1980. Il arrive en pleine récession économique, dans la foulée de l’échec référendaire et au moment où le militantisme des journalistes est encore en pleine lancée. La fin de la décennie 1970 avait été marquée par un nombre important de conflits très durs dans le milieu médiatique : une grève de dix mois et demi au Soleil en 1977, sept mois de grève à La Presse et à Montréal-Matin en 1977-1978 (celui-ci sera fermé par ses propriétaires six mois plus tard). En avril 1981, Radio-Canada était en grève depuis plusieurs mois. À ce moment, à peine six mois après l’entrée de Jean-Louis Roy, les journalistes  du Devoir déclenchent une grève inattendue, « une <maladie> qui étonne tout le monde », titre Le Soleil, y compris les dirigeants syndicaux eux-mêmes (Boivin, 1981). Elle durera 65 jours (7 avril-11 juin). Elle se terminera dans une sorte de match nul autour d’enjeux, notamment le processus de nomination du directeur du journal, même si Louis-Gilles Francoeur souligne l’acquisition d’une clause « anticensure » à cette occasion (Gravel, 2010).

22Pour la gestion quotidienne de la salle de rédaction, Jean-Louis Roy s’adjoindra Lise Bissonnette. Le reste de son règne sera, pendant que le journal passe d’un surplus à un déficit, une série d’escarmouches pour resserrer son contrôle de la salle de rédaction. L’offensive pour rétablir une ligne d’autorité très verticale conduira à une vague de départs. La tension monte jusqu’à l’affaire Leclerc au début de 1985 alors que, le 18 janvier, le tandem désavoue publiquement l’éditorial de Jean-Claude Leclerc publié la veille et intitulé « Qui donc est inapte ? » « dans lequel il pourfend des ministres québécois pour cause de zèle excessif dans l’application de la réforme de l’aide sociale aux moins de 30 ans » (Fortier, 1990 : 12) (voir aussi La Dépêche, 1985 ; Côté, 1991). Finalement, l’éditorialiste sera réintégré dans son poste en novembre suivant, à la suite d’une sentence arbitrale et après une dénonciation publique humiliante pour la direction.

23Quand arrivera Lauzière (directeur de 1986 à 1990), Bissonnette sera rétrogradée et remplacée par Paul-André Comeau, que Roy avait embauché avant de partir. Lauzière vient lui aussi de l’extérieur du journalisme. La situation financière va en empirant, tout comme le moral des troupes. À la fin de la décennie, l’atmosphère dans la salle est étouffante, se rappellent certains, dont Nathalie Petrowski :

[…] des salaires de crève-faim, une petite salle de rédaction où tout le monde s’épuise tandis que le journal lui-même ressemble à un squelette. Le contenu rédactionnel diminue, le tirage aussi, le journal n’est pas distribué (Bourgault, 1990 : 9).

24Lauzière aura à peine le temps d’amorcer un mouvement d’élargissement des alliances institutionnelles, notamment du côté d’Hydro-Québec et du Mouvement Desjardins, avant que les pressions internes au journal, dont le syndicat des journalistes se fera le leader, le forcent à démissionner, pour être remplacé par Bissonnette. Le concurrent La Presse suivra avec ferveur cette descente aux enfers, y allant de titres comme : « Les journalistes du <Devoir> posent la question de confiance à l’endroit du directeur » (Le Cours, 1989 : D5) ; « Les journalistes du Devoir n’ont plus confiance en Lauzière » (La Presse, 15 octobre 1989) ; « L’exécutif du syndicat des journalistes du Devoir démissionne » (Soulié, 1989 : A4) ; « Les journalistes du Devoir demandent la démission de leur directeur » (Lortie, 1990 : A10).

  • 10  Pour une présentation des particularités de la structure de propriété et de financement du journal (...)

25Bissonnette héritera d’un journal exsangue qu’elle reconstruira en commençant par la modernisation de la maquette et de la une. Puis, elle réussit une réforme de la structure de propriété et du financement du journal10.

Des difficultés financières persistantes s’étalent de 1983 à août 1993. Plusieurs montages financiers s’avèrent nécessaires pour assurer non seulement la survie, mais aussi le développement de l’entreprise. On modifie la structure du Devoir en janvier 1993 en créant une nouvelle société éditrice, « Le Devoir inc. ». L’Imprimerie populaire ltée en est l’actionnaire majoritaire, ce qui assure l’indépendance du directeur comme le voulait Henri Bourassa. L’arrivée de nouveaux actionnaires, parmi lesquels on retrouve le Fonds de solidarité des travailleurs du Québec, le Mouvement Desjardins, les lecteurs et les employés, permet l’injection des capitaux indispensables à la relance du journal (Paré, 2003).

  • 11  Voir le texte du magazine Le 30 qui présente dans le détail les divers reculs, dont le retour à la (...)

26La relance au pas de charge par Bissonnette débouche à l’été 1993 sur un coup de théâtre qui, après deux jours de suspension de la publication, déborde les syndicats, en particulier le syndicat des journalistes (Léger, 1993 : A1 ; Soulié, 1993a : A1)11.

27Jean-Paul Soulié de La Presse écrit peu après : 

Les représentants syndicaux des journalistes du quotidien Le Devoir ont signé hier, la mort dans l’âme, le texte de l’entente adoptée « dans le déshonneur » le 8 août dernier, sous la menace d’une fermeture définitive de leur journal, qui modifie de façon profonde leur contrat de travail (1993b : C15).  

28Le Soleil parle de « reddition sans condition » (Fessou, 1993 : A5). Agnès Gruda, éditorialiste à La Presse, ira jusqu’à utiliser le terme humiliation :

On ne saura peut-être jamais si le coup de théâtre du 7 août, jour où Lise Bissonnette annonce avec un optimisme orwellien l’arrêt de publication du Devoir, a été un coup de bluff. Ce qu’on a appris en revanche, c’est l’estime dans laquelle elle tient ses joueurs réguliers. Tout en leur demandant de consentir à de sacrifices substantiels, elle se livre en éditorial à une véritable apologie des… pigistes. Les journalistes de la boîte n’ont plus qu’à ravaler leur humiliation (1993 : 5).

29Cette crise a aussi entraîné peu après la démission de la présidente du syndicat des journalistes, Josée Boileau, et son départ du journal (La Presse, 1993 : A6). Plus tard, elle racontera son parcours « éprouvant » lors de la crise de l’été 1993 au Devoir (1994 : 13-14). Elle reviendra à ce journal quelques années plus tard comme éditorialiste. Mme Boileau est aujourd’hui rédactrice en chef.

D’un directeur emblématique à un autre

Tableau 1. Deux éditeurs qui symbolisent le changement du Devoir pendant le cycle étudié

Tableau 1. Deux éditeurs qui symbolisent le changement du Devoir pendant le cycle étudié

30Le tableau ci-dessus présente, en contraste, quelques traits des directeurs des extrémités du cycle, manière de résumer les changements produits sur le journal par les chocs de la période. 1) Un homme, une femme. 2) Avec Ryan, la politique est le pôle unique de la couverture ; sous Bissonnette, la culture devient un deuxième pôle. 3) On passe d’un éditorialiste, surnommé « le pape de la rue Saint-Sacrement » dans le milieu journalistique, à une « starine » (contraction de star et tsarine). Avec Ryan, l’écriture rappelle l’ancien monde catholique ; avec Bissonnette, l’écriture évoque les industries culturelles contemporaines. 4) Il y a aussi le fait que les Ryan, Roy et Lauzière ne venaient pas de la confrérie journalistique, même si Ryan était entré au Devoir deux ans avant d’en devenir le directeur, ce qui lui avait donné le temps de se familiariser quelque peu avec la boîte et avec le journalisme. Mais seule Bissonnette, elle, est vraiment sortie du rang, et même des simples journalistes, les reporters.

31Une cinquième différence se situe sur le terrain du nationalisme. Bourassa était nationaliste au sens de vouloir un Canada bilingue indépendant de la Grande-Bretagne. Ryan s’est situé sur le même terrain canadien et a rejeté le nationalisme québécois. Logique, il a combattu le syndicat de ses « jeunes journalistes indépendantistes », comme il le dira plus tard dans une entrevue au GRMJ. Lors des élections provinciales de 1976, à la surprise générale, il avait appuyé le Parti québécois. Mais, entretemps, il y avait eu la création du quotidien indépendantiste Le Jour qui avait déséquilibré les finances du journal (Ryan, 1976 et 1977). Et il y avait eu les quatre semaines de grève de 1975 avec comme enjeu central les demandes syndicales de participation à la gestion de l’information. Puis, le référendum perdu de 1980 a divisé l’équipe éditoriale : Michel Roy, le directeur intérimaire, se prononçant pour le non et les trois autres éditorialistes, pour le oui. Les deux directeurs suivants ont été pris dans le flottement identitaire qui a suivi le référendum.

32Quand elle sera intronisée en 1990, Bissonnette choisira de réorienter carrément le journal sur le souverainisme québécois, en valorisant ses aspects culturel et linguistique. Un an après sa nomination comme directrice, le magazine Le 30 coiffe le titre d’une entrevue avec elle de la citation suivante : « Le Devoir doit chercher un maximum de souveraineté pour le Québec » (Bourgault, 1991). La directrice se prononcera clairement pour le non lors du référendum canadien de 1992 et pour le oui lors du référendum québécois de 1995. La réorientation éditoriale du journal aurait notamment provoqué le départ de Leclerc. Dans une entrevue accordée au magazine Le 30, celui-ci expliquera qu’il quitte Le Devoir non pas en raison du retour de Bissonnette, qui était responsable de son désaveu (temporaire) comme éditorialiste en 1985, mais pour ne pas être complice de la nouvelle orientation « nationaliste » que prend le journal sous la gouverne de la nouvelle directrice (Fortier, 1990).

33Il faudrait aussi rappeler, ce que ne fait pas le tableau, une autre différence importante entre Ryan et Bissonnette, différence soulignée par Filion, prédécesseur de Ryan, qui écrira, rappelant la tradition des tandems à la tête du journal (Bourassa et Pelletier, lui-même et André Laurendeau) : « Ryan est seul. Il prend toute la place. […] mais il n’a pas de contrepoids. […] Instinctivement, ce qu’on reproche à Ryan, ce n’est pas d’être ce qu’il est mais de n’avoir pas à côté de lui quelqu’un d’aussi puissant » (1974). Bissonnette deuxième manière (elle avait goûté à la direction avec Jean-Louis Roy) aura, elle, à côté et derrière elle Bernard Descôteaux, l’actuel directeur, celui qui lui a succédé.

La recherche de l’équilibre

34Pendant la période étudiée, l’action syndicale s’est faite plus proactive qu’avant, invoquant chaque fois le bien de l’entreprise, comme si le syndicat se faisait le dépositaire de la volonté d’engagement des artisans qui déploraient les orientations du journal qui n’arrivaient pas à les rallier. Le fédéralisme de Ryan ne faisait pas l’unanimité, reflétant la polarisation politique du moment : le syndicat a demandé, par la grève de 1975, d’avoir son mot à dire sur l’information. Après le départ de Ryan, le journal a connu un passage à vide, qui a débouché sur la grève de 1981. Jean-Louis Roy n’est pas parvenu à relancer le journal. Puis, lors de l’affaire Leclerc, le syndicat a dénoncé un geste qui manifestait la volonté patronale de rétablir l’autorité aux dépens de la participation. Enfin, c’est le syndicat qui a donné le dernier coup d’épaule pour le départ de Lauzière, lequel n’arrivait pas à mobiliser.

35Le syndicat a appelé chaque fois à rétablir l’équilibre structurel propre au Devoir, cette bipolarité qui l’a fait survivre depuis ses débuts : une entreprise industrielle et commerciale certes, mais aussi une œuvre collective qui appelle un engagement de chacun de ses artisans pouvant aller jusqu’à des sacrifices du côté financier. Les trajectoires de la direction et du syndicat montrent que l’enjeu des affrontements et escarmouches est précisément la clarté des objectifs de l’entreprise et sa capacité de rallier les parties, particulièrement les journalistes. Et la question nationale est nettement au cœur du déséquilibre de la période étudiée.

36Dès lors, pour peu que les affirmations voulant que l’opposition des jeunes journalistes du Devoir et la vigueur de leur syndicat découlentd’une orientation politique différente — comme on avait pu dire que les jeunes journalistes de 1967 s’étaient enflammés contre l’achat de La Presse par le patron de Power Corporation, Paul Desmarais, en raison précisément de son fédéralisme militant —, pour peu donc que ces affirmations soient fondées, alors la nomination de la souverainiste Bissonnette à la tête du Devoir a représenté pour les journalistes une sorte de réussite de l’orientation politique de la majorité, et de leur action syndicale. Il s’agirait là d’un élément de l’action de Bissonnette qui a contribué au retour à l’équilibre perdu dans les années 1960.

37L’engagement de chacun dans l’œuvre est indispensable à la survie financière du Devoir, car il décuple la productivité et diminue les coûts. Mais, dans le cas de ce journal, il lui faut en plus s’assurer l’engagement de journalistes « créatifs » en proportions plus grandes que ses concurrents. Car, si Le Devoir naît dans le même berceau que les entreprises industrielles et leur journalisme d’information, il souhaite être ailleurs : dans le journalisme de combat et d’opinion (Marquis, 2004). En ce sens, l’historienne Fernande Roy précise : 

Si les journaux du xixe siècle étaient très marqués par les idées et les idéologies, ceux du xxe siècle naissant cherchent à fidéliser et à augmenter leur lectorat en informant objectivement et en divertissant. La presse d’information est axée sur la nouvelle, explique-t-elle. Henri Bourassa, lui, veut encore faire un journal d’opinions, un organe de combat. D’une certaine façon, en choisissant cette voie, il se particularise déjà fondamentalement. Seulement, Le Devoir vient s’insérer dans un marché où il doit tenir compte de la nouvelle réalité. Pour durer, il va donc devoir un peu faire comme tous les autres tout en développant son créneau (dans Baillargeon, 2010a).

38Pour cela, Bourassa va constamment être obligé de jouer sur les deux tableaux, c’est-à-dire offrir un journal d’information mais qui se distingue par le nombre et la qualité de ses papiers d’opinion. Cela veut dire un nombre important de journalistes qui sont plus que de simples exécutants et de bons ouvriers dévoués. Or ces gens-là peuvent négocier à la hausse, des avantages matériels et des bénéfices intangibles, comme l’accord avec la mission et les orientations. Or la capacité financière du journal a toujours été faible. Comment compenser sinon par le partage des mêmes causes, par des conditions de travail favorisant la liberté de manœuvre et par le prestige d’être identifié au journal.

  • 12  Dans un contexte de partisanerie « servile » des journaux, Bourassa fonde, selon l’historien Ramsa (...)

39Jusqu’aux années 1960, c’est très nettement le combat commun qui aura permis de rallier et de garder les esprits fringants nécessaires à « la qualité » du Devoir. Avant la guerre, l’accord se fera sur le projet de soumission à l’Église et de promotion du nationalisme canadien-français au sein d’un Canada se libérant de la tutelle britannique12. Après la guerre, Le Devoir deviendra le lieu médiatique (avec Radio-Canada) de ralliement des opposants au régime Duplessis. Lors de l’élection du gouvernement libéral de Jean Lesage en 1960, cela faisait treize ans que Filion dirigeait un journal d’opposition au gouvernement ; après l’élection de ceux qu’il appuyait, ce journalisme de combat n’était plus possible. Aussi, Ryan première manière (jusqu’au milieu des années 1970, avant qu’il soit aspiré par son rôle politique) a-t-il cherché à recruter de nouveaux journalistes et à leur accorder lui-même une formation et un encadrement serré. Mais très vite, ces jeunes ont voulu eux aussi avoir accès à des bénéfices symboliques, dont leur participation à la gestion de l’information. Ce que leur « indépendantisme » n’autorisait pas aux yeux d’un Ryan de plus en plus fédéraliste.

Les bénéfices financiers et symboliques

40Il aurait fallu que Le Devoir soit riche et puisse acheter l’obéissance pour réussir à réduire l’entreprise à ses pôles industriel et commercial. Or, Le Devoir a été un peu prospère… sous Ryan. En effet, à son arrivée en 1964, ce dernier pouvait s’appuyer sur la relative santé financière de l’entreprise, prospérité qu’il a su conserver. C’est ainsi qu’on l’a vu accorder aux journalistes pendant toute la durée de son mandat des salaires supérieurs à ceux de La Presse. En fait, comme le montre le tableau ci-après, cet écart positif a débuté en 1961 et s’est maintenu jusqu’en 1983, cinq années après le départ de Ryan.

Tableau 2. Salaires des journalistes du Devoir et de La Presse de 1952 à 2009

Tableau 2. Salaires des journalistes du Devoir et de La Presse de 1952 à 2009
  • 13  Aux fins de l’illustration, nous n’avons retenu que quelques années repères. Dans certains cas, le (...)

41Les données présentées13 ici alignent en parallèle les conventions collectives des journalistes du Devoir et de La Presse pour la période 1945, année de fondation de la section syndicale des journalistes du Devoir, à 2009, en utilisant comme marqueurs deux points particuliers des échelles salariales : le salaire après un an d’expérience et le salaire après cinq ans.

42Malheureusement, les données qui ont pu être retracées pour la période de 1945 à 1952 ne sont pas comparables. Soit que des données chiffrées sont absentes (c’est le cas des conventions du Devoir et de La Presse jusqu’en 1950), soit que les salaires sont attribués selon un système complexe qui inclut les années de service dans le journal, les domaines de couverture, des facteurs individuels, etc. (c’est le cas de La Presse de 1945 à 1949). Le tableau établit cependant clairement que les salaires du Devoir tirent de la patte — plus nettement dans la colonne des cinq ans d’expérience, pour les années 1952, 1953, 1958 et 1960.

43En 1961, les salaires offerts au Devoir rejoignent ceux de La Presse. Ils les devancent constamment ensuite jusqu’en 1983.

44Comment interpréter cette apparente contradiction avec le sentiment général qui souligne la faiblesse des moyens financiers du Devoir et, généralement, les conditions économiques inférieures qui sont réservées aux journalistes de ce quotidien par rapport aux concurrents, notamment La Presse ? Bien sûr, il vaudrait mieux étayer la conclusion suggérée par le tableau, en comparant non seulement deux échelons des échelles officielles de salaires, mais aussi les paniers de conditions de travail : heures supplémentaires, primes, position des cohortes réelles de salariés dans les échelles, etc. La supériorité nominale des salaires pendant la période Ryan pourrait peut-être alors se diluer dans l’ensemble des conditions financières. C’est d’ailleurs ce que paraît indiquer le témoignage récent de Cliche (2010), qui dit avoir subi, à son arrivée au journal en 1966, une baisse de revenus de 40 % en quittant un poste de chef de pupitre à La Presse pour celui de directeur adjoint de l’information.

45Mais, à supposer que l’écart positif en faveur du Devoir se confirme, on pourrait se tourner du côté des origines de la croyance en sens contraire et rappeler que la dureté de la lutte du Devoir contre le régime Duplessis dans les années 1950 ainsi que le défi de persévérance dans l’adversité qu’elle posait à ses artisans ont probablement fondé la croyance générale, par la suite, en des salaires plus faibles comme prix à payer. Plus tard, à partir du milieu des années 1980, comme le montre le tableau, l’écart croissant des conditions économiques des gens du Devoir par rapport à celles de la concurrence vont raviver l’impression de l’époque Fillion. D’autant plus facilement que l’avance des salaires du Devoir sur ceux de La Presse, pour les années 1960 et 1970, reste modeste tandis que l’écart d’aujourd’hui en sens inverse est substantiel. Si bien qu’en 2007, bien que la santé financière du quotidien se soit rétablie, Richard Bousquet pourra écrire : 

Le Devoir fait figure de quotidien régional avec un salaire similaire à celui du Droit, soit un peu moins de 60 000 $, un salaire similaire aux journalistes de la télévision, et 10 000 $ de plus qu’à La Voix de l’Est, qui ferme la marche chez les quotidiens (2007 : 6).

46Ainsi, souvenirs lointains et récents amènent à croire que, pour travailler au Devoir, il fallait (et il faut) avoir d’autres raisons que l’argent.

  • 14  Si l’on se fie à diverses indications, dont celles contenues dans les conventions collectives, le (...)

47Chose certaine, par contre, Le Devoir n’a jamais été vraiment assez riche pour mettre en place une lourde structure hiérarchique dans la salle de rédaction. Le petit nombre de cadres et, en général, de simples soldats14 invitait ainsi à un fonctionnement consensuel et participatif, surtout quand on poursuivait en même temps l’expertise par la spécialisation de chacun, perçue comme un gage de qualité et de réputation du journal tout entier. Le faible poids de l’encadrement n’est certes pas pour déplaire aux « créatifs ». Cette pauvreté justifiait aussi que la direction laisse ses journalistes se déployer dans d’autres médias, à la radio, à la télévision, dans les revues et magazines. Cette pratique, qui sera toujours tolérée sinon encouragée, assurait non seulement une plus grande visibilité au journal lui-même, mais aussi des suppléments de revenus aux journalistes.

48Quant à la troisième forme de bénéfices intangibles, l’appartenance à un journal prestigieux, il faut la souligner, car elle a été partie intégrale du creux vécu par le journal après Ryan. Le prestige du quotidien est aussi un élément lourd du salaire symbolique que reçoivent ses journalistes pour leur initiative et leur plume. De plus, ce prestige est un ingrédient indispensable au soutien de son public et de ses alliés financiers. L’appui qu’il obtient de ces deux parties prenantes est en effet suspendu au rôle « indispensable » — ou réputé tel — qu’il joue aux yeux des élites québécoises de langue française et des élites étrangères, entrant par là dans la catégorie des médias dits de référence (Merrill, 1968). Sous Ryan, et compte tenu de son rôle lors de la crise d’Octobre ainsi que de son appui au renversement de Bourassa en 1976, Le Devoir a conservé le prestige acquis dans l’opposition à Duplessis. Il était même considéré comme le « journal des journalistes », non seulement parce qu’il valorisait plus que les autres la créativité et l’expertise de ses journalistes, mais encore parce que les autres journalistes le lisaient en premier pour prendre le pouls. S’est ajouté aussi le fait qu’au moins dans la première partie du mandat du successeur de Filion, Le Devoir fut une école de formation au journalisme.

49Il est vrai qu’après Ryan, le flottement éditorial du journal a fait douter de son statut de média de référence à l’interne, sinon à l’externe (Watine, 2000). Il semble cependant que le quotidien ait aujourd’hui largement retrouvé son statut, surtout si l’on prend en considération la diversité et l’abondance des collaborations qu’il a réussi ces dernières années à rassembler dans son cahier culturel de fin de semaine et dans ses pages d’analyse et de documents. Il est vrai que l’apport de ce type de contributeurs (rémunérés ou non) est l’un des mécanismes normaux, autour du noyau central des salariés permanents, qui assurent le flux de la production de contenu pour un média. Mais l’abondance des experts et autres autorités qui s’expriment dans les pages du Devoir peut témoigner de son prestige tout en contribuant à le construire.

Conclusion

50L’examen des relations de travail, plus précisément des relations industrielles patronales-syndicales au quotidien Le Devoir au cours de la période 1964-1993 a fait ressortir quelques traits propres à cette entreprise dont les caractéristiques de base sont pourtant celles du modèle industriel qui s’est imposé pour les médias d’information dans la deuxième moitié du xixe siècle. Les règles du jeu particulières au Devoir se surimposent sur le modèle de base pour imprimer une exigence forte de participation et de collaboration à l’entreprise commune de la part des artisans subalternes plutôt que leur confinement dans le rôle d’exécutants interchangeables. Le Devoir, pour survivre, doit offrir à ses collaborateurs des conditions de créativité et d’autonomie plus grandes qu’ailleurs. Il doit aussi leur offrir des bénéfices symboliques susceptibles de compenser sinon de surpasser l’infériorité relative des bénéfices économiques proposés : notamment une cause commune la plus claire possible, le sentiment de fierté d’appartenir à une entreprise prestigieuse. C’est cet équilibre entre direction forte, cause commune et contexte quotidien de travail propice à l’autonomie et à la créativité qui a déraillé pendant la période examinée.

51Cet équilibre a été rompu par la fin du combat contre le régime Duplessis. Le journal a alors perdu la cause qui assurait le dévouement et même le zèle de ses artisans, en particulier de ses journalistes, sans contrepartie financière équivalente. Ryan a réussi la rupture avec le journalisme de combat auquel avait été acculé le journal : il a cassé les grognards de Filion et a renouvelé l’équipe, dont il s’est assuré le respect lors de la crise d’Octobre. Puis, il a de plus en plus été aspiré par la politique partisane et sa croisade fédéraliste. À la fin, il a quitté une salle de rédaction en plein désarroi moral.

52L’analyse a par ailleurs montré comment le syndicat des journalistes du Devoir a exprimé la recherche du retour à l’équilibre. Porté par le vent d’affirmation collective de l’ensemble des journalistes québécois, il s’est fait plus combatif qu’avant. Il s’est manifesté vigoureusement en 1974-1975 sur la question de sa participation à la gestion de l’information. Par là même, il a mis en garde Ryan contre l’aliénation d’une majorité de ses « collaborateurs » face à ses positions politiques. La création du quotidien Le Jour a renforcé le malaise. Puis, la mort du concurrent et le réalignement de Ryan pour les élections de 1976 ont fait baisser la tension. La spirale descendante a repris ensuite. Jusqu’à un deuxième moment fort de désarroi collectif, en 1981, au lendemain du référendum et d’un trop long intérim paralysant la direction du journal. Un dur conflit de travail a suivi. Puis, l’affaire Leclerc aura été une manifestation d’impatience devant l’orientation autoritaire adoptée par la direction et un avertissement lancé au tandem Roy-Bissonnette. La dernière charge syndicale a eu lieu en 1990 pour exiger la tête de Lauzière.

53À ce moment-là, c’était déjà la fin du cycle d’affirmation collective de l’ensemble des journalistes, qui se traduisit dans le cas du Devoir à l’été 1993 par le coup de force qui ramena le syndicat des journalistes à la position d’acteur mineur qu’il avait occupée jusqu’à la fin des années 1960. Par contre, les opérations de remodelage du journal par la directrice allaient relancer sa réputation et redonner la fierté à ses artisans.

54L’équilibre a été rétabli. Le journal est redevenu bipolaire : entreprise industrielle et œuvre. Après avoir été « journal de combat, catholique et indépendant » (Baillargeon, 2010b), il est aujourd’hui surtout « indépendant ». Sa cause retrouvée, c’est précisément cette indépendance, remarquable dans un contexte où tous les quotidiens appartiennent à des conglomérats, remarquée aussi à l’extérieur de la francophonie québécoise (voir notamment les notices sur Le Devoir sur les sites du Courrier international et de l’Encyclopédie canadienne).

55Chose certaine, c’est cette indépendance qu’on a mise en avant dans les célébrations du centenaire. On peut ainsi penser que le combat contre le gouvernement Harper joue conjoncturellement un rôle analogue au combat contre Duplessis dans les années 1950 : il rassemble en un même public (de niche) une coalition arc-en-ciel des élites souverainistes, libérales (façon droits de la personne) et militantes de la mouvance antimilitariste, féministe et écologiste.

Haut de page

Bibliographie

CÔTÉ, Madeleine (1991), Médias et relations de pouvoir : analyse du conflit entre la direction du Devoir et Jean-Claude Leclerc. Mémoire de maîtrise en science politique, Québec, Université Laval.

CROZIER, Michel et Erhard FRIEDBERG (1977), L’acteur et le système, Paris, Seuil, Coll. « Points ».

DE BONVILLE, Jean (1988), La presse québécoise de 1884 à 1914. Genèse d’un média de masse, Québec, Presses de l’Université Laval.

DEOM, Esther (1989), Quarante ans de syndicalisme chez les journalistes québécois, Montréal, Agence d’ARC.

DEMERS, François (1989),« Journalistic ethics: The rise of the <good employee’s model>: A threat for professionalism ? », The Canadian Journal of Communication, 14(2), p. 15-27.

DEMERS, François (2000), « Concentration des entreprises de presse : vers une reconfiguration du paysage médiatique au Québec et au Canada », Les Cahiers du journalisme, 8, p. 192-203.

DEMERS, François (2003), « Journalistes au Canada et au Québec : reconfiguration générale », Hermès,35, p. 165-173.

DEMERS, François et al. (1988), Communication et syndicalisme - des imprimeurs aux journalistes, Montréal, Éditions du Méridien.

DEMERS, François et Florence LE CAM (2004), « L’identité professionnelle des journalistes québécois. Petite histoire d’un événement-repère », actes du Colloque interdisciplinaire IDENTITÉS, p. 157-170.

DEMERS, François et Florence LE CAM (2006), « The fundamental role played by unionism in the self-structuring of professional journalists from Quebec », The Canadian Journal of Communication, 31(3), p. 659-674.

DION, Gérard (1955), « La <grève> du Devoir », Ad Usum Sacerdotum, 10(10), p. 170-176.

LE CAM, Florence (2009), Le journalisme imaginé. Histoire d’un projet professionnel au Québec, Montréal, Leméac.

MARQUIS, Dominique (2004), Un quotidien pour l’Église. L’Action catholique, 1910-1940, Montréal, Leméac.

MERRILL, John Calhoun (1968), The Elite Press - Great Newspapers of the World, New York, Pitman Publishing Corporation.

MORGAN, Gareth (1989), Images de l’organisation, Québec, Presses de l’Université Laval.

RABOY, Marc (1983), Libérer la communication : médias et mouvements sociaux au Québec, 1960-1980, Montréal, Nouvelle optique.

ROUILLARD, Jacques (2009), L’expérience syndicale au Québec. Ses rapports avec l’État, la nation et l’opinion publique, Montréal, VLB éditeur.

RYAN, Claude (1986), « Les multiples facettes du problème », dans Alain PRUJINER et Florian SAUVAGEAU (dir.), Qu’est-ce que la liberté de presse ?, Montréal, Boréal, p. 15-33.

WATINE, Thierry (2000), « Le Devoir est-il encore un journal de référence ? », Les Cahiers du journalisme, 7, p. 28-46.

Journaux et périodiques divers

BAILLARGEON, Stéphane (2010a), « 1910 Henri Bourassa crée Le Devoir pour combler un vide dans l’offre d’information », Le Devoir, 16 janvier, p. A2.

BAILLARGEON, Stéphane (2010b), « Le siècle du Devoir » dans L’agenda Le Devoir, 2 janvier, p. 3. (À propos de l’émission Tout le monde en parlait : Le Devoir du siècle, diffusée le vendredi 8 janvier 2010 à Radio-Canada.)

BENNET, Paul (2010), « Un aspect méconnu de l’histoire du Devoir : l’édition de livres et de brochures » [En ligne]. http://www.ledevoir.com/culture/livres/280736/un-aspect-meconnu-de-l-histoire-du-devoir-l-edition-de-livres-et-de-brochures (Page consultée le 1er novembre 2010).

BOILEAU, Josée (1994), « La crise au Devoir. Quand la situation nous échappe », Le 30, 18(7), p. 13-14.

BOIVIN, Gilles (1981), « Le Devoir en grève : une <maladie> qui étonne tout le monde », Le Soleil, 18 avril.

BOURGAULT, Marc (1990), « Voir et Devoir : quelle presse indépendante ? », Le 30, décembre-janvier, p. 9.

BOURGAULT, Marc (1991), « Lise Bissonnette, directrice du Devoir : <le Devoir doit chercher un maximum de souveraineté pour le Québec> », interview, Le 30, 15(8), p. 23-25.

BOUSQUET, Richard (2007), « Le prix de l’info - La relative valeur du journaliste », Le 30, 30(4), p. 6-10.

CLICHE, Paul (2010), « Souvenirs de la rédaction — Le cheminement d’un fils de la Révolution tranquille » [En ligne]. http://www.ledevoir.com/societe/medias/296338/souvenirs-de-la-redaction-le-cheminement-d-un-fils-de-la-revolution-tranquille (Page consultée le 1er novembre 2010).

COOK, Ramsay (1970), « Le Devoir : 1910-1970 : Un rôle comparable à celui des tiers partis au Canada anglais », Le Devoir, 10 janvier, collaboration spéciale.

FESSOU, Didier (1993), « Le journal sera publié dès demain - Reddition sans condition des 96 employés du Devoir », Le Soleil, 10 août, p. A5.

FILION, Gérard (1974), « Pour la première fois : l’opinion d’un ancien directeur sur la structure et l’orientation du Devoir », Le Devoir, 16 janvier.

FORTIER, Alain (1990), « Interview. Jean-Claude Leclerc, 23 ans d’engagement au Devoir », Le 30, 14(10), p. 12.

GRAVEL, Pauline (2010), « La défense des travailleurs et des citoyens », Le Devoir 30 octobre, p. B6.

GRUDA, Agnès (1993), « Billet. La foire aux mesquineries », Le 30, 17(9), p. 5.

LA DÉPÊCHE (1985), « L’affaire Leclerc : les dessous de la crise au Devoir », édition spéciale préparée par le Syndicat de la rédaction du Devoir, Revue de la Fédération nationale des communications FNC-CSN, 4(2), 28 p.

LA PRESSE (1989), « Les journalistes du Devoir n’ont plus confiance en Lauzière », La Presse, 15 octobre, p. A4.

LA PRESSE (1993), « Josée Boileau quitte Le Devoir », La Presse, 2 octobre, p. A6.

LE 30 (1992), « La FPJQ change de statut », décembre-janvier, Le 30, 15(10), p. 16.

Le 30 (1993), « Les négociations au Devoir : ce qui a changé », Le 30, 17(8), p. 6-7.

LE COURS, Rudy (1989), « Les journalistes du <Devoir> posent la question de confiance à l’endroit du directeur », La Presse, 15 juin, p. D5.

LE DEVOIR (1974), « Les journalistes du Devoir quittent le SGC », Le Devoir, 22 mai.

LE DEVOIR (1975), « Un contrat novateur au plan professionnel : Les articles-clés de la nouvelle convention collective du Devoir », 11 décembre, document.

LÉGER, Marie-France (1993), « Le Devoir surprend... même ses journalistes », La Presse, 8 août, p. A1.

LORTIE, Marie-Claude (1990), « Les journalistes du Devoir demandent la démission de leur directeur », La Presse, 19 mai, p. A10.

PARÉ, Gilles (2003), « Le Devoir et ses directeurs » [En ligne]. http://wikiwix.com/cache/?url=http://www.ledevoir.com/histoire/ (Page consultée le 1er janvier 2010).

PROVOST, Gilles (1977), « Code d’éthique, consultation, concentration de la presse… Au Devoir, des clauses professionnelles d’avant-garde », Le 30, 1(9), p. 7.

RYAN, Claude (1977), « Après deux années difficiles, le Devoir a retrouvé à la fin de 1976 son équilibre d’avant 1974 », Le Devoir, 28 avril.

RYAN, Claude (1976), « L’année 1975 a été l’une des plus difficiles dans l’histoire récente du Devoir ; perte nette de $ 41 551 85 », Le Devoir, 28 avril.

SOULIÉ, Jean-Paul (1989), « L’exécutif du syndicat des journalistes du Devoir démissionne », La Presse, 16 novembre, p. A4.

SOULIÉ, Jean-Paul (1993a), « Le Devoir impose son plan de redressement », La Presse, 10 août, p. A1.

SOULIÉ, Jean-Paul (1993b), « Les journalistes du Devoir signent l’entente du 8 août », La Presse, 26 août, p. C15.

Sites Web

AUGER, Caroline et Laurent LAPIERRE, La presse écrite au Canada. http://www.gestiondesarts.com/index.php?id=1785 (Page consultée le 1er novembre 2010).

L’Encyclopédie canadienne http://www.thecanadianencyclopedia.com/index.cfm?PgNm=TCE&Params=F1ARTf0002263 (Page consultée le 8 janvier 2010).

Courrier international http://www.courrierinternational.com/notule-source/le-devoir (Page consultée le 9 janvier 2010).

La Fédération nationale des communications (FNC) http://www.fncom.org/accueil/index_accueil.asp?Acces=Refuser&CheminAcces=/membre/index_membre.asp (Page consultée le 1er janvier 2010).

Haut de page

Notes

1  La transcription d’entrevues réalisées au cours de l’été 2000 pour le Groupe de recherche sur les mutations du journalisme (GRMJ) auprès de journalistes ayant travaillé au Devoir a aussi servi de balises sur plusieurs points. Ces entrevues utilisées ici comme sources secondaires font partie d’un ensemble plus large d’entrevues auprès d’« artisans » divers du journal (de l’administration, de la publicité, des journalistes, des cadres, des retraités, des anciens passés à d’autres activités, etc.).

2  Plus précisément, seul le regroupement des journalistes syndiqués du Devoir a été suivi à la trace alors que les relations de travail au sein de l’entreprise impliquent plusieurs autres syndicats.

3  Au tournant des décennies 1960 et 1970, les efforts des journalistes québécois, déployés depuis le début du siècle, pour se regrouper, se construire une identité collective et se donner des organisations représentatives ont finalement porté leurs fruits. Les années de bouillonnement qui ont précédé immédiatement la mise en place de ces organisations, l’émergence de celles-ci ainsi que les années d’intense activité qui ont suivi, jusque dans les années 1980, sont ici qualifiées de « cycle d’affirmation collective ». Voir plus loin la section « Le syndicalisme des journalistes ».

4  Pour une analyse détaillée de la situation financière du Devoir depuis ses débuts, voir l’article de Daniel Coulombe et Jean Charron dans ce numéro.

5  Ardents à prendre des initiatives, à faire preuve d’originalité et à essayer de nouvelles pratiques.

6  Pour la période couverte, de manière non exhaustive : Michel C. Auger, Mario Cardinal, Paul Cliche, Jean-V. Dufresne, Évelyn Dumas, Gilles Gariépy, Guy Lamarche, Laurent Laplante, Jean-Claude Leclerc, Josée Legault, Jean-Marc Léger, Robert Lévesque, Caroline Montpetit, Rodolphe Morissette, Jean Royer, Renée Rowan, Odile Tremblay, Michel Vastel… Sans oublier Claude Ryan, Lise Bissonnette, Michel Roy, Paul-André Comeau, Benoît Aubin… et autres directeurs, rédacteurs en chef et directeurs de l’information.

7  Le rituel de la négociation et de la signature de la convention collective va se réaliser de manière continue : la durée du contrat des journalistes passera graduellement de une année à trois années, avec l’intermède de l’année 1994 où le contrat qui découle de la crise de l’été 1993 ne durera qu’une année.

8  « En 1980-81, les journalistes de la salle des nouvelles de Radio-Canada font la grève pendant 8 mois, ceux du Devoir pendant 9 semaines. Dans les deux cas, ce sont les interruptions de service les plus importantes dans l’histoire de ces médias d’information. […] Au Devoir, l’enjeu est le respect des textes des journalistes, le fonctionnement du comité d’information et la nomination des cadres » (Raboy, 1983 : 113).

9  L’étude, réalisée par Florence Le Cam (2009), d’un siècle de discours sur leur identité collective, par les journalistes canadiens de langue française et par les porte-parole de leurs regroupements successifs, attire l’attention sur quatre fils d’Ariane : le rapport à la nation (canadienne-française), la référence au modèle de l’ordre professionnel, la nécessité de l’auto-organisation et la lutte contre la concentration de la propriété des entreprises de presse.

10  Pour une présentation des particularités de la structure de propriété et de financement du journal ainsi que de leurs modifications au fil du temps, voir l’article de Daniel Coulombe et Jean Charron dans ce numéro.

11  Voir le texte du magazine Le 30 qui présente dans le détail les divers reculs, dont le retour à la semaine de quatre jours, qu’entraîne pour les journalistes du Devoir la convention collective signée le 24 août 1993 (Le 30, 1993 : 6-7).

12  Dans un contexte de partisanerie « servile » des journaux, Bourassa fonde, selon l’historien Ramsay Cook (1970), un journal essentiellement politique qui intervient en soutien au bien public et joue un rôle identique aux tiers partis du Canada anglais.

13  Aux fins de l’illustration, nous n’avons retenu que quelques années repères. Dans certains cas, les salaires peuvent fluctuer au cours d’une même année. Les salaires répertoriés correspondent aux premiers versés dans l’année selon la convention collective. Ce travail a été réalisé grâce à l’aide de Mme Marilou Saint-Pierre, étudiante à la maîtrise en communication publique à l’Université Laval.

14  Si l’on se fie à diverses indications, dont celles contenues dans les conventions collectives, le nombre des employés de la salle de rédaction augmente lentement de 15 à la fin des années 1960 à une trentaine au milieu des années 1970 (32) avant l’arrivée du quotidien Le Jour, alors qu’il fléchira à 25 en 1978, pour remonter à une trentaine et même un peu plus (35) au début des années 1980. Dans la convention de 1995-1997, on alignait 38 postes. À titre de comparaison, le syndicat des journalistes du Soleil de Québec, un quotidien régional, affiche sur son site le chiffre de 84 journalistes [En ligne] http://www.lesrs.org/syndicat.html (Page consultée le 23 juillet 2010).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Deux éditeurs qui symbolisent le changement du Devoir pendant le cycle étudié
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2812/img-1.png
Fichier image/png, 40k
Titre Tableau 2. Salaires des journalistes du Devoir et de La Presse de 1952 à 2009
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2812/img-2.png
Fichier image/png, 74k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Demers, « Les relations de travail au Devoir à l’épreuve de l’affirmation collective des journalistes », Communication [En ligne], Vol. 29/2 | 2012, mis en ligne le 19 juin 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/2812 ; DOI : 10.4000/communication.2812

Haut de page

Auteur

François Demers

François Demers est professeur titulaire au Département d’information et de communication de l’Université Laval. Courriel : francois.demers@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org