Navigation – Plan du site
Articles

L’évolution du Devoir vue à travers les structures de son contenu

Jean de Bonville et Cyntia Darisse

Résumés

Cet article décrit l’évolution du contenu rédactionnel du quotidien montréalais Le Devoir depuis les premières années de sa fondation jusqu’au début du xxie siècle. Quatre dimensions structurelles du contenu sont soumises à l’analyse. Celle-ci permet de répondre aux questions suivantes : qui sont les auteurs des articles ? Sur quels sujets portent les articles ? Quelles sont les aires géographiques ou géopolitiques dont il est question dans les articles ? Quels sont les genres journalistiques pratiqués ?

Haut de page

Texte intégral

1Un siècle de vie d’un journal quotidien est un événement rare, si l’on considère le nombre de journaux qui, durant cette période, naissent et disparaissent. Ce siècle d’existence et de discours fournit au chercheur un matériau très riche pour comprendre l’évolution de la presse et de la société. Fondé en 1910, Le Devoir n’est pas un journal comme les autres. Cela dit, il faut aussitôt ajouter qu’aucun journal, en fait, n’est comme les autres. Sur un marché quelconque, en effet, un ensemble de journaux occupent chacun une position, un espace particuliers, qu’ils définissent et délimitent de plusieurs manières : notamment par le public auquel ils s’adressent et par le contenu qu’ils proposent à ce public.

Problème et méthode

2En lançant Le Devoir, Henri Bourassa (1868-1952) faisait une proposition aux Canadiens français de son temps. Il leur promettait un journal d’idées, préoccupé de discuter des questions importantes qui touchaient ses contemporains, au-dessus des lignes de parti et à l’abri des influences commerciales. Ce journal devait se distinguer de la presse « jaune », plus soucieuse de titiller le lecteur avec des faits divers que de l’informer sur les problèmes de l’heure. À l’évidence, Le Devoir s’adressait à une élite, même s’il la voulait la plus large possible. Celle-ci s’est d’ailleurs sentie interpellée, et le lectorat du Devoir s’est d’abord largement recruté au sein des professions libérales, du clergé, dans ce que le Québec de l’époque comptait d’intellectuels.

Le programme d’Henri Bourassa

  • 1  Rappelons que Léon XIII avait, une vingtaine d’années plus tôt, en 1891, promulgué son encyclique (...)

3Au-delà de cette proposition générale, Bourassa fixait trois objectifs à son journal. Tout d’abord, Le Devoir serait un journal catholique. Pour les journalistes du début du xxe siècle, pour Bourassa en particulier, cela ne signifiait pas un journal religieux ou prosélyte, mais plutôt un journal qui traitait des questions économiques, politiques, sociales et culturelles à la lumière de la doctrine sociale de l’Église1. Un journal produit par des laïques qui ne se sentaient pas tenus de suivre l’opinion du clergé dans les matières séculières, mais qui se soumettaient d’emblée à la hiérarchie catholique en matière de dogme et de morale.

4Ensuite, Le Devoir se présentait comme le promoteur d’un nationalisme canadien. À une époque où les tenants de l’impérialisme britannique voulaient embrigader les dominions dans les querelles de l’empire, Bourassa défendait l’autonomie du Canada et de son gouvernement. Son journal serait le chien de garde des dirigeants politiques canadiens trop souvent enclins à céder aux pressions des représentants de Londres et de ceux qui, parmi les électeurs canadiens, nourrissaient des rêves de grandeur pour l’ancienne métropole.

5Enfin, ce quotidien serait le défenseur du Canada français : de sa langue, de ses traditions et de ses institutions, non seulement au Québec, mais dans l’ensemble du Canada. Dès sa fondation, Le Devoir a dû combattre les assauts de politiciens provinciaux canadiens contre les droits scolaires des Canadiens français. Il a fait la promotion de l’usage du français dans les institutions fédérales et dans l’ensemble des activités socioéconomiques au Québec. Il s’est engagé en faveur du développement d’institutions économiques québécoises.

6L’évolution de la société canadienne et québécoise dans le siècle qui allait suivre la fondation du Devoir amènera les successeurs de Bourassa à réinterpréter les termes de ces engagements. Ainsi, Le Devoir ne pourrait plus continuer à se présenter comme un journal catholique dans une société complètement laïcisée, dans laquelle le critère religieux ou confessionnel aurait cessé d’être déterminant pour la solution des problèmes sociaux. De même, l’évolution politique du Canada, de dominion à pays souverain, rendrait caducs les débats sur l’autonomie du pays par rapport à son ancienne métropole. Le Devoir se verrait donc privé d’un champ de bataille. Toutefois, cette évolution ne ferait pas disparaître le nationalisme canadien ; elle contribuerait plutôt à le redéfinir et à le recentrer, voire à le renforcer. Éventuellement, ce nationalisme entrerait en conflit avec un nouveau nationalisme, québécois celui-là. Car, au fil des décennies, Le Devoir aura perdu plusieurs batailles menées en faveur des Canadiens français vivant à l’extérieur du Québec. Un grand nombre de ces derniers s’assimileront à la majorité de langue anglaise, leur poids démographique ne cessera de diminuer de sorte que, même lorsque leurs droits seront, en définitive, reconnus, cette reconnaissance n’aura qu’un faible effet politique sur leurs institutions propres. En parallèle, les Canadiens français du Québec en viendront à se considérer comme une collectivité nationale, plus ou moins autonome selon la perception des uns et des autres.

7Il était possible, voire aisé, pour Bourassa de concilier son combat pour l’autonomie du Canada et sa défense des minorités provinciales de langue française. Il n’en ira pas de même, dans les décennies suivantes, pour l’opposition entre les nationalismes canadien et québécois dans la mesure où ils exprimeront des projets politiques, sinon incompatibles, du moins opposés. Un temps viendra, en effet, où, pour les successeurs de Bourassa, la conciliation de ces deux tendances se présentera comme un dilemme insurmontable. Du fait de l’évolution politique du Québec, il deviendra de plus en plus difficile pour le directeur du Devoir de choisir le Canada et le Québec. Forcé de choisir entre les deux options, il sera mis en demeure de rendre des comptes par une partie de ses lecteurs.

8Dans cette analyse de contenu, nous chercherons à discerner l’influence de ces principes majeurs, qui ont inspiré la fondation du Devoir, sur la structure même de l’information qu’il a produite durant un siècle. Nous tenterons de rendre compte des nécessaires adaptations de cette politique éditoriale à une réalité sociopolitique en profond changement.

9Dans la description que nous donnerons du contenu du Devoir, nous aurons à l’esprit les engagements fondamentaux de Bourassa. Comment, au fil des décennies, l’intention originale de faire du Devoir un journal d’idées s’est-elle maintenue et renouvelée ? Comment la volonté d’inscrire Le Devoir dans la trame socioculturelle du Québec comme un quotidien catholique s’est-elle traduite, sur le plan global du contenu ? Quels ajustements l’évolution de la société québécoise a-t-elle rendus nécessaires à cet égard ? Comment les successeurs de Bourassa à la direction du Devoir ont-ils interprété son engagement à défendre le Canada, le Québec et les Canadiens français ? Comment l’évolution des allégeances s’est-elle traduite dans la couverture de la politique canadienne, en ce qui a trait à sa structure catégorielle ?

10En effet, dans cette recherche, l’enquête n’a pas été menée sur le plan du discours proprement dit, celui des professions de foi, des engagements politiques, des prises de position, mais sur celui, plus abstrait et plus profond, de l’organisation de la matière rédactionnelle du journal, des grandes catégories conceptuelles qui en ordonnent le contenu.

  • 2  L’auteur nourrit une œuvre ou un projet d’œuvre relativement autonome. Le scripteur produit des te (...)

11Notre recherche consistera donc à lire l’évolution du Devoir à la lumière de la structure catégorielle de quatre dimensions fondamentales de tout journal. Nous nous demanderons tout d’abord qui s’exprime dans ce quotidien : quelles catégories d’auteurs ou plutôt de scripteurs2 en assument la production et comment se définissent-elles ? Nous chercherons ensuite dans quelles classes de discours journalistique ces scripteurs inscrivent leurs articles. À quels genres ont-ils recours dans leurs textes ou, pour dire les choses plus justement, quels genres leur sont assignés ? Nous nous poserons enfin les questions du quoi et du où. De quoi le journal et les journalistes entretiennent-ils leurs lecteurs ? À quelles entités géopolitiques les réalités qu’ils présentent appartiennent-elles ?

La méthode

  • 3  Voir de Bonville (2006) pour une description détaillée des notions méthodologiques relatives à l’a (...)

12Pour répondre à ces questions, nous avons systématiquement rassemblé un volumineux corpus que nous soumettrons à un questionnement méthodique3. D’abord, nous décrirons la démarche de constitution du corpus soumis à ce questionnement pour ensuite présenter la manière dont nous l’avons analysé. Une fois le mode opératoire présenté, nous décrirons le cadre matériel institué par ce quotidien. Sous quel aspect se présente-t-il physiquement à ses lecteurs ? Quels grands types de contenu leur exhibe-t-il ? Quelle est la mesure de l’information offerte ? Ce n’est qu’après avoir répondu sommairement à ces questions que nous aborderons la description de nos observations sur le contenu proprement dit.

13Le corpus utilisé pour la présente analyse est le résultat d’un échantillonnage aléatoire qui s’est déroulé en deux étapes. Dans un premier temps, nous avons repris, à partir d’une analyse antécédente portant sur le contenu des quotidiens montréalais de 1945 à 1985 (de Bonville, 1995), la partie de l’échantillon tirée du journal Le Devoir (et les résultats des analyses associées). Cette partie du corpus comprenait l’ensemble du contenu de six éditions choisies à chacune des années suivantes : 1945, 1955, 1965, 1975 et 1985. Ces six éditions avaient été retenues selon la méthode dite de la « semaine construite », c’est-à-dire en relevant au hasard une édition pour chaque jour de la semaine (excepté le dimanche, le journal n’ayant pas de parution dominicale). Ensuite, dans le but d’accroître la représentativité de l’échantillon, le sous-échantillon initial a été augmenté d’une deuxième semaine pour chaque année ciblée.

14Dans un deuxième temps, nous avons complété, toujours à partir de la méthode de la semaine construite, le corpus pour les cinq autres décennies du centenaire (1915 à 1935, 1995 et 2005), et ce, afin de couvrir l’ensemble de l’histoire du Devoir. Au terme de cet échantillonnage, notre corpus comprenait l’ensemble du contenu rédactionnel de 12 éditions, soit 2 semaines construites par année ciblée, pour un total de 120 éditions.

15Nous avons analysé tous les articles de ces 120 éditions, en excluant un certain nombre de textes qui ne nous paraissaient pas relever de notre objet de recherche. Ainsi, nous avons écarté les publireportages et tout le contenu des numéros spéciaux publiés quelques fois par année sur différents thèmes comme l’éducation, le syndicalisme, les assurances, la religion. Même si des journalistes participent à l’occasion à ce genre de cahiers, il ne nous a pas semblé qu’il s’agissait d’un contenu relevant du journalisme d’information. Au total, nous avons dénombré près de 17 000 articles, qui constituent la base de notre analyse.

  • 4  Par exemple, l’effet d’une campagne électorale sur la catégorie de textes qui relèvent du politiqu (...)

16La technique d’échantillonnage de la semaine construite garantit les avantages liés à l’échantillonnage aléatoire tout en assurant un portrait représentatif de l’ensemble des parutions de la semaine (le contenu journalistique étant susceptible de varier de manière importante selon les jours de la semaine). Nous avons aussi réparti les éditions retenues sur l’ensemble de l’année afin de neutraliser l’effet des variations saisonnières. Malgré toutes ces précautions, nous verrons plus loin que notre échantillon n’échappe pas à tous les biais de sélection. En effet, si le plan d’échantillonnage nous protège assez bien contre certains effets conjoncturels de courte durée4, il s’est avéré impuissant contre des conjonctures massives et prolongées comme les deux guerres mondiales. À partir du moment où nous convenions de sélectionner une année à date fixe, nous ne pouvions éviter complètement l’effet de l’un ou l’autre de ces conflits puisqu’à eux deux, ils couvrent une décennie entière. Devant cette évidence, il nous est apparu préférable d’inclure dans l’échantillon une année de ces deux guerres ; en les comparant, pensions-nous, nous pourrions plus aisément contrôler leurs effets.

17Évidemment, il serait abusif de prétendre que ce corpus est représentatif de l’ensemble du contenu du Devoir au fil du siècle. Plus précisément, le fait que l’échantillonnage soit limité à une année par décennie réduit la validité de nos observations aux seules années échantillonnées et ne nous permet pas de rendre compte des nombreuses variations qui ont pu survenir à l’intérieur de chacune de ces décennies. Dans cet article, nous nous efforcerons de ne pas induire le lecteur à projeter sur les intervalles décennaux les observations faites à propos des années échantillonnées. Ce choix méthodologique aura des effets sur le vocabulaire et le style de notre article, qui gêneront peut-être certains lecteurs.

18En contrepartie, notre échantillon nous autorise à dresser un portrait global de l’évolution du contenu rédactionnel au fil du siècle, portrait qui rend compte justement, nous semble-t-il, des changements principaux ayant une portée à moyen et long terme.

19L’objectif de la présente étude est de témoigner de l’évolution des pratiques rédactionnelles des journalistes et des collaborateurs du Devoir, à partir d’une analyse catégorielle portant moins sur les propriétés textuelles fines des articles (comme le style ou les procédés rhétoriques) que sur des caractéristiques générales qui correspondent d’ailleurs assez bien à la classification et à la terminologie des artisans du journal eux-mêmes. Ainsi, les journalistes pourraient dire qu’ils rédigent un éditorial ou font un reportage, qu’ils couvrent les sports ou l’éducation, l’international ou la scène locale, que le secteur des arts fait appel à trop de collaborateurs extérieurs, etc. Ces énoncés de sens commun qu’on peut entendre dans les salles de rédaction correspondent aussi à des éléments structurels du journal (les pages internationales, le cahier des arts, etc.) et à des attentes chez les lecteurs (un grand nombre n’achètent que l’édition du samedi pour sa couverture des arts). Nous nous en sommes donc inspirés pour construire une structure catégorielle autour de quatre variables : le type d’auteurs des textes, le genre auquel appartiennent des textes, le sujet dont ils traitent et l’aire géographique sur laquelle ils portent. Ces quatre variables comprennent chacune des catégories, qui en délimitent le territoire conceptuel. Ainsi, la structure catégorielle de la variable genre est définie et délimitée par les catégories : nouvelle, reportage, éditorial, caricature, etc.

20Afin de cerner de plus près le contenu de chaque catégorie et de faciliter le travail de catégorisation, nous avons décidé de réaliser la catégorisation des articles à l’aide de sous-catégories, qui précisent la composition de la catégorie. Ce faisant, nous nous donnons le moyen de raffiner l’analyse catégorielle. Par exemple, dans le cas de la variable aire géographique, chaque catégorie étant décomposée en sous-catégories renvoyant à des régions, il devient possible de découper le contenu de l’information internationale afin de déterminer le poids des grands ensembles régionaux (États-Unis, Europe, etc.). De même, dans le cas d’un type d’auteurs comme les collaborateurs extérieurs, nous avons déterminé des sous-catégories comme celles des experts ou encore des organismes, des associations et des gouvernements.

21Au total, le système catégoriel comporte une centaine de sous-catégories, subsumées sous une trentaine de catégories. Nous reviendrons sur la composition de la structure catégorielle des quatre variables à l’occasion de la présentation des résultats les concernant.

  • 5  Le coefficient statistique choisi, le kappa de Krippendorff (2004), donne des résultats satisfaisa (...)

22Les articles ont été catégorisés par une équipe de plusieurs codeurs en plusieurs phases. La cohérence dans le travail des codeurs a été assurée par un ensemble détaillé de règles de catégorisation communes. Au terme de l’opération de catégorisation, nous avons procédé à une mesure de fidélité5.

  • 6  Ou autres types d’illustrations.

23Pour rendre compte de l’évolution de chacune de ces catégories au fil des décennies, nous devons en « mesurer » les variations. La mesure la plus simple consiste à dénombrer les textes relevant de chaque catégorie. Cette mesure présente l’inconvénient de surévaluer les textes courts au détriment des textes plus longs. C’est pourquoi il est d’usage de mesurer plutôt la surface occupée par les articles correspondant aux catégories ciblées. La mesure de surface tient compte indirectement du nombre d’articles de chaque catégorie, tout en relativisant cette fréquence en fonction de l’espace qu’ils occupent. Par ailleurs, les mesures de surface effectuées comprennent l’aire occupée par les articles en entier, mais aussi par le titre seul, le texte sans le titre et, le cas échéant, les photographies6 accompagnant l’article.

24Cette étude porte sur le contenu rédactionnel du Devoir, à l’exclusion du contenu publicitaire. Nous avons donc délimité une surface rédactionnelle par rapport à laquelle toutes les mesures relatives aux différentes variables et catégories seront prises. Cette proposition générale appelle toutefois des réserves. En effet, pour chacune des variables, nous avons délimité, à l’intérieur de la surface rédactionnelle totale, une surface rédactionnelle pertinente à la catégorie. Cette dernière superficie exclut les contenus qui ne sont pas pertinents au regard de la structure catégorielle de la variable. Par exemple, les horaires de radio ou de télévision relèvent d’une catégorie de la variable sujetet entrent donc dans la surface rédactionnelle pertinente de cette variable. En revanche, il n’y a pas lieu de leur assigner un auteur, une aire géographique ou un genre journalistique. Ces contenus ne sont donc pas considérés dans la surface rédactionnelle des variables type d’auteurs ou aire géographique.

25Dans quelques cas, la catégorisation de certains contenus présentait plus d’inconvénients que d’avantages du point de vue des objectifs de la recherche ; nous avons alors choisi d’exclure ces contenus de la surface rédactionnelle pertinente de certaines variables. Par exemple, dans le cas des articles sur les sports, il peut être difficile de justifier qu’on attribue la catégorie d’aire géographique locale à un article portant sur une partie de l’équipe de hockey Canadiens à Montréal et la catégorie de l’international à une partie de la même équipe à Boston. En fait, c’est la pertinence même de cette catégorisation qui est en cause, puisque toutes les équipes forment un ensemble qui est soit national, soit international. En admettant qu’il soit possible de trouver un mode opératoire satisfaisant pour catégoriser ce type d’occurrences, il y a lieu de se demander si nous améliorons notre perception de l’information nationale ou internationale dans Le Devoir en incluant les textes sur les sports dans l’une ou l’autre des catégories. Sur la base de ce raisonnement, nous avons convenu de n’attribuer aucune aire géographique aux textes relevant de la catégorie des sports sous la variable sujet.

26La figure suivante indique, pour chaque sondage décennal, la proportion de la surface rédactionnelle totale qui a été considérée comme pertinente pour l’analyse du contenu catégoriel de la variable. La variable sujet y apparaît la plus favorisée, puisqu’elle concerne une moyenne de 92 % de la surface rédactionnelle totale pour l’ensemble des sous-échantillons, avec un intervalle allant de 85 à 98 %. La variable aire, en revanche, ne rend jamais compte de plus de 69 % de la surface rédactionnelle totale et descend même à 48 % en 1955 ; elle couvre en moyenne 59 % de la surface rédactionnelle. Les deux autres variables se situent entre ces deux pôles : la variable type d’auteurs, légèrement avantagée, occupe en moyenne 83 % de la surface rédactionnelle avec un intervalle de 73 à 89 %, tandis que la variable genre présente une moyenne de 72 %, à l’intérieur d’un intervalle de 63 à 80 %.

Figure 1. Pourcentage de la surface rédactionnelle des variables aire, sujet, genre et type d’auteurs, 1915 à 2005

Figure 1. Pourcentage de la surface rédactionnelle des variables aire, sujet, genre et type d’auteurs, 1915 à 2005

27Évidemment, ces variations sont susceptibles d’affecter la signification statistique des résultats. Heureusement, la variable la moins favorisée est celle qui comprend le moins de catégories, ce qui compense en partie la réduction de la surface rédactionnelle. Quoi qu’il en soit, dans tous les cas, le pourcentage de surface rédactionnelle valide demeure satisfaisant.

28Le traitement statistique des données a été effectué à l’aide du logiciel SAS.

Considérations morphologiques

29Avant d’entreprendre l’analyse catégorielle proprement dite, nous allons prendre la mesure matérielle du contenant que constitue Le Devoir. Ces opérations nous renseigneront sur l’aspect physique du journal, sur le rapport entre publicité et contenu rédactionnel, sur la quantité de matière à lire, etc.

30Par rapport à certains de ses concurrents, Le Devoir est un « petit » journal. Si son format a toujours ressemblé à celui des autres quotidiens de grand format paraissant sur le marché montréalais, par le nombre de pages, il a toujours été inférieur aux quotidiens à grand tirage qu’ont été, par exemple, La Presse ou le Star.

Figure 2. Nombre moyen de pages par édition en semaine et la fin de semaine, 1915 à 2005

Figure 2. Nombre moyen de pages par édition en semaine et la fin de semaine, 1915 à 2005

31De 1915 à 1935, Le Devoir est un quotidien de 8 pages, avec des pointes le samedi à 10 ou 12 pages et une moyenne de 7 à 9 pages en semaine. En 1945, il est passé à 10 pages en semaine avec une moyenne de 13 pages le samedi. En 1955 et 1965, nouvelle augmentation de deux pages, avec une moyenne en semaine de 12 pages et le samedi, de 16. Les quatre derniers sous-échantillons sont caractérisés par une plus grande variation entre les jours de la semaine et un écart plus grand entre l’édition de fin de semaine et les éditions de la semaine. Les moyennes en semaine sont de 17 en 1975, de 22 en 1985, de 24 en 1995 et de 19 en 2005, tandis que celles du samedi sont de 23, 35, 49 et 66 pages.

32Le lecteur du Devoir de la fin du xxe siècle feuillette donc un journal trois fois plus volumineux que celui de 1915 en semaine et de six fois plus volumineux le samedi. L’écart entre les éditions du lundi au vendredi et l’édition du samedi, qui était de 25 % en 1915, est passé à 100 % à la fin du siècle.

  • 7  Cette proposition n’est qu’une hypothèse, au sujet de laquelle nous n’avons effectué aucune vérifi (...)

33Pour savoir si l’augmentation de la matière à lire est vraiment de cet ordre, il faut tout d’abord tenir compte de l’espace consacré à la publicité. Cet espace connaît des fluctuations importantes d’un sous-échantillon décennal à l’autre ; on peut penser que la matière à lire connaît des périodes de contraction et d’expansion contraires à celles de la conjoncture économique7.

34La ligne d’étiage, en ce qui concerne la surface publicitaire, est tirée en 1915 ; en 1935, durant la crise économique, la situation n’est guère meilleure. Dans ces sous-échantillons, la surface rédactionnelle dépasse les 60 % de la surface totale. D’autres décennies, après la Seconde Guerre mondiale, sont beaucoup plus favorables sur le plan commercial, et la proportion de la surface rédactionnelle diminue ; c’est le cas notamment en 1965 et 1975, avec des pourcentages inférieurs à 40 %.

Figure 3. Surfaces rédactionnelle et publicitaire, 1915 à 2005

Figure 3. Surfaces rédactionnelle et publicitaire, 1915 à 2005

35Certes, le lecteur lit les titres et regarde les images qui illustrent l’actualité quotidienne, mais le texte même des articles constitue le cœur de la matière à lire. L’analyse des habitudes de lecture pourrait bien saper la validité de cette proposition, puisqu’une proportion non négligeable de lecteurs, semble-t-il, se contentent de lire cursivement le journal en s’attardant surtout aux titres. Un tel constat ferait ressortir le caractère rhétorique de la proposition sans pour autant nous convaincre de l’écarter. En effet, elle met en relief la nécessité, d’un point de vue méthodologique, de neutraliser l’effet des changements dans la mise en page et dans la mise en valeur de l’information si nous voulons prendre une juste mesure de ce qui est donné à lire et non seulement à voir au lecteur. En effet, si les changements dans la longueur des titres ne sont pas susceptibles d’influer sur la matière à lire, puisqu’ils en font partie, en revanche, l’augmentation de l’espace blanc entourant les titres et celle des illustrations qui accompagnent les articles ont pour effet de comprimer cette matière à lire. C’est ce qu’expose clairement la figure 4.

Figure 4. Surface rédactionnelle des titres, des textes et des photos, 1915 à 2005

Figure 4. Surface rédactionnelle des titres, des textes et des photos, 1915 à 2005

36En ce qui concerne les titres, les quatre premiers sous-échantillons offrent deux informations convergentes : dans les deux sous-échantillons prélevés en temps de paix, le pourcentage de la surface rédactionnelle consacrée aux titres est de 11 %, tandis qu’il est de 14 % durant les deux conflits armés. Entre 1955 et 1975, on note une progression de la surface des titres d’environ 3 % d’un sous-échantillon à l’autre, de 13 % en 1955 à 20 % en 1975. Après un recul en 1985 (15 %), la progression continue, de sorte que le pourcentage de la surface rédactionnelle consacrée au titre se rapproche du quart en 2005 (23,7 %).

37L’illustration connaît aussi une forte croissance, mais celle-ci obéit à une chronologie différente, puisque Le Devoir en est pratiquement dépourvu jusqu’en 1945 (2 %). Le sous-échantillon de 1955 marque une rupture sur ce plan, puisque 17 % de la surface rédactionnelle y est consacrée à l’illustration, principalement photographique. Les quatre sous-échantillons suivants se caractérisent par un retour à des valeurs moins élevées, les pourcentages allant de 7,5 à 10 %. En 2005, au contraire, nous revenons au niveau de 1955, soit 16 %.

  • 8  Le changement dans la mise en page aura mis plus d’un lustre à se réaliser. En effet, bien que cet (...)

38Quelles sont les conséquences de cette double évolution sur la proportion de texte à lire ? Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, le texte occupe de 83 à 88 % de la surface rédactionnelle. Le sous-échantillon de 1955, comme prévu, affiche un pourcentage nettement plus bas, soit 69 %8. La matière à lire augmente légèrement dans les trois sous-échantillons suivants pour atteindre les trois quarts de la surface rédactionnelle. Le sous-échantillon de 1995 marque une contraction de la matière rédactionnelle, qui revient à une valeur semblable à celle de 1955. En 2005, le repli se confirme, et le texte occupe moins de 60 % de la surface rédactionnelle.

  • 9  Pour mesurer la quantité d’information, nous avons procédé en trois phases de la manière suivante. (...)

39Un dernier facteur, moins évident, sera pris en compte dans la mesure de la matière à lire ; il s’agit de la typographie, à savoir la taille des caractères typographiques, qui a tendance à augmenter, et de l’espacement des caractères, mots et lignes, qui augmente aussi. Ces modifications dans la présentation du journal, pour négligeables qu’elles puissent paraître, affectent la matière à lire. Pour en mesurer les effets, nous avons calculé le nombre de mots au centimètre linéaire dans chacun des sous-échantillons décennaux. Nous avons ensuite multiplié le nombre de mots par centimètre linéaire par la surface textuelle totale de la décennie pour obtenir la quantité de matière à lire, que nous désignons moins prosaïquement, mais sans doute moins justement, comme la quantité d’information9.

Figure 5. Quantité moyenne d’information par édition, 1915 à 2005

Figure 5. Quantité moyenne d’information par édition, 1915 à 2005

40Ce graphique confirme ce que les données précédentes suggéraient : malgré l’augmentation du volume du journal, la matière à lire ou la quantité d’information, qui a connu des fluctuations importantes durant le siècle, n’est guère plus élevée en 2005 qu’elle ne l’était en 1915. En somme, si l’on utilise le texte comme seul critère, on peut dire que Le Devoir, s’il montre plus son information, n’en contient pas nécessairement plus.

41Suivant la même logique, il nous reste à évaluer la matière à lire offerte par un article en prenant en considération le nombre d’articles et leur longueur moyenne.

Figure 6A. Nombre moyen d’articles par édition, 1915 à 2005

Figure 6A. Nombre moyen d’articles par édition, 1915 à 2005

Figure 6B. Surface rédactionnelle moyenne d’un article, 1915 à 2005

Figure 6B. Surface rédactionnelle moyenne d’un article, 1915 à 2005

42La figure 6A montre que le nombre d’articles par édition a connu une baisse sensible en 1945, puis s’est stabilisé, alors que l’augmentation de volume du journal aurait laissé entrevoir une tendance inverse. Cette évolution s’explique par une augmentation importante de la longueur des articles (figure 6B). Cette tendance se manifeste dans le sous-échantillon de 1945 et se confirme dans les trois sous-échantillons suivants (1955 à 1975), de sorte qu’on atteint des longueurs moyennes de l’ordre du triple de celles du début du siècle. Dans les trois derniers sous-échantillons, nouveau renforcement de la tendance : les articles y sont en moyenne de quatre à six fois plus longs que dans les premiers sous-échantillons.

Contenu

43Le cadre de l’analyse étant posé, nous passerons en revue chacune des quatre dimensions à partir desquelles nous avons convenu de mener l’analyse. Nous commencerons par les dimensions les plus manifestes, le sujet et l’aire géographique, pour ensuite traiter des dimensions moins évidentes ou plus abstraites, comme le type d’auteurs des articles et le genre journalistique pratiqué.

Le sujet des articles

44La première dimension du contenu à laquelle nous nous attarderons est celle des sujets abordés. Dans la longue durée, la ventilation du contenu thématique du Devoir dénote un niveau de cohérence assez élevé, comme l’illustre la figure 7.

Figure 7. Pourcentage de la surface rédactionnelle des catégories de la politique, de l’économie, des faits divers, des sports et des arts, 1915 à 2005

Figure 7. Pourcentage de la surface rédactionnelle des catégories de la politique, de l’économie, des faits divers, des sports et des arts, 1915 à 2005

45Bourassa a fondé un journal politique ; le contenu du quotidien demeure fidèle à cette intention. Si l’on fait abstraction de l’année 1915, qui coïncide avec le début de la Première Guerre mondiale (la politique y occupe 44 % de la surface du journal), Le Devoir consacre du quart et à près du tiers de sa surface rédactionnelle à la politique. Six des neuf échantillons décennaux restants se situent à plus de 30 %, tandis que ceux de 1985 et 1995 affichent 25 %. Seul l’échantillon de la décennie 1955 s’écarte sensiblement de cette tendance séculaire, avec seulement 15 % de la surface consacrée à la politique.

  • 10  En 1915, cette catégorie occupe 9,67 % de la surface rédactionnelle dans notre échantillon ; pour (...)

46L’économie constitue la seconde constante dans la thématique du Devoir. Le journal y consacre un pourcentage de sa surface qui varie de 10 à 20 %, sauf la pointe de 1985, qui s’élève à près de 30 %10. Cette catégorie occupe le deuxième rang huit décennies sur dix, sauf en 1985, où elle passe au premier rang et en 1995, où elle est déclassée par la catégorie des arts. Dans une proportion importante (entre un quart et près des deux tiers), l’espace consacré à l’économie est occupé par des tableaux et de l’information-référence.

47À elles seules, ces deux catégories occupent 40 % ou plus de la surface du journal neuf décennies sur dix, l’année 1955 faisant exception à cause de la faiblesse notable du thème de la politique. Dans deux échantillons décennaux, ces deux catégories accaparent même plus de la moitié de la surface rédactionnelle, en 1915 en raison de la force du thème de la politique et en 1985 en raison de l’importance du thème de l’économie.

48Composante de base du journal d’information, le fait divers demeure marginal dans Le Devoir. Cette catégorie n’occupe jamais plus de 7 % de la surface ; elle dépasse 6 % en 1915 et 1945, mais descend sous les 2 % en 1975 et y demeure jusqu’en 2005.

  • 11  En 1945, cette catégorie occupe 9,86 % de la surface rédactionnelle dans notre échantillon ; pour (...)

49Dans les échantillons de la première moitié du siècle, les sports occupent le deuxième ou le troisième rang, avec des pourcentages se situant dans un intervalle de 1011 à 12 %. L’année 1955 se caractérise par l’étonnante prépondérance de la catégorie des sports, qui, avec 24 % de la surface, occupe le premier rang. En 1965, cette catégorie se retrouve à son niveau d’avant 1950. Par la suite, elle se stabilise entre 6 et 9 % de la surface rédactionnelle.

  • 12  En 1975, cette catégorie occupe 9,89 % de la surface rédactionnelle dans notre échantillon ; pour (...)

50La couverture des arts connaît une évolution différente. Catégorie négligeable en 1915, avec tout juste 1 % de la surface, les arts connaissent une progression régulière, passant à plus de 5 % en 1935, 10 % en 197512 et 14 % en 2005, après avoir atteint un sommet en 1995 (20 %). Dans ce sous-échantillon décennal, la catégorie des arts vient au deuxième rang, tandis que dans celui de 2005, elle reprend le troisième rang, qu’elle occupait en 1975 et 1985.

  • 13  Si l’on faisait abstraction des articles portant sur le concile Vatican II, en 1965, le poids de c (...)
  • 14  Moins de 1 % y est consacré dans les quatre derniers sous-échantillons ; en 2005, elle baisse même (...)

51La catégorie relative à la société comporte notamment les sous-catégories de l’éducation, de la santé et de la religion. Elle retient entre 5 et 9 % de la surface rédactionnelle dans six sous-échantillons décennaux sur dix et se situe dans un intervalle de 10 à 12 % les quatre autres décennies. La sous-catégorie de la religion a une présence notable dans Le Devoir jusqu’en 1965. Sauf, en 1955 (1,7 %), elle y occupe de 3 à 6 % de la surface rédactionnelle13. Par la suite, elle disparaît presque des colonnes du Devoir14.

  • 15  Le Devoir introduit un cahier économique quotidien en avril 1984. Sur la couverture économique à p (...)

52Le journal étant par définition influencé par l’actualité, ces tendances à long terme subissent les effets de la conjoncture, politique, économique ou sociale. Ainsi la prépondérance du thème de la politique dans le sous-échantillon de 1915 s’explique-t-elle sans doute par la quantité de nouvelles relatives à la Première Guerre mondiale. Le sous-échantillon de 1945 serait moins affecté par la Seconde Guerre mondiale, parce que les hostilités prennent fin au printemps de 1945. Le sommet atteint par la catégorie de l’économie, dans les années 1980, s’explique sans doute par la conjonction d’un regain d’intérêt pour les questions économiques et l’arrivée d’une « garde montante » francophone dans l’économie québécoise15.

  • 16  Elle n’occupe jamais plus de 3 % de 1915 à 1995.
  • 17  Cette seule sous-catégorie occupe près de 4 % de la surface rédactionnelle totale. La sous-catégor (...)

53Les catégories d’importance secondaire n’échappent pas à ces effets conjoncturels. Ainsi en est-il de la catégorie de la consommation. Celle-ci comprend deux dimensions conceptuellement assez différentes. La première concerne la consommation en tant que référent (par exemple, les questions de protection du consommateur) ; la seconde renvoie aux différentes rubriques de consommation créées par les journaux afin de mettre en place un contexte favorable à certains contenus publicitaires. La catégorie de la consommation demeure négligeable dans Le Devoir jusque dans les années 199016 ; en 2005, en revanche, la catégorie connaît une importante augmentation (9 %) en raison de l’introduction de plusieurs rubriques de consommation : ainsi, environ 25 % de la surface de la catégorie est consacrée au tourisme et au voyage et 43 % à la rubrique automobile17.

  • 18  Autrement, cette sous-catégorie n’occupe jamais plus de 1,8 % (en 2005) de la surface rédactionnel (...)
  • 19  La Commission d’enquête sur l’exercice de la liberté syndicale dans l’industrie de la construction (...)

54La conjoncture sociale affecte aussi la composition de la catégorie relative à la société. Ainsi, la sous-catégorie de l’éducation est plus fréquente en 1965, 1975 et 2005 ; la sous-catégorie de la santé est relativement importante en 1995 (à elle seule, elle occupe 5,5 % de la surface totale)18. La catégorie du travail et du syndicalisme, dont la part fluctue de 1 à 4 %, prend du relief en 1975 avec 9 % de la surface totale. Or cette décennie est particulièrement mouvementée sur le front du syndicalisme et du monde du travail19.

  • 20  Le genre fera des réapparitions plus ou moins longues dans certains quotidiens. De toute façon, il (...)

55Certains contenus ne résistent pas au temps. C’est le cas du roman-feuilleton, qui disparaît de l’ensemble de la presse quotidienne et que l’on ne retrouve plus dans les pages du Devoir après 194520. D’autres catégories de contenu, qui continueront de faire florès dans d’autres quotidiens, disparaissent des colonnes du Devoir ; c’est le cas du courrier du cœur ou du « coin des enfants ».

  • 21  Peu présente dans Le Devoir jusque dans les années 1980, la catégorie de la science, tout en demeu (...)

56En somme, au fil des décennies, le contenu du Devoir s’organise autour de quatre pôles. La politique et, dans une moindre mesure, l’économie constituent les deux catégories les plus stables. Un troisième pôle, culturel celui-là, se constitue dans la seconde moitié du xxe siècle sur la base des catégories des arts et de la science21 ; il se renforce sensiblement de sorte qu’à la fin du xxe siècle, il occupe de 15 à plus de 20 % de la surface rédactionnelle. Enfin, les questions sociales embrassent les catégories relatives à la société ainsi qu’au travail et au syndicalisme ; se maintenant sous 10 % jusqu’en 1955, avec aussi peu que 4 % en 1915, ce pôle retient de 12 à 15 % de la surface rédactionnelle dans tous les échantillons décennaux suivants, sauf celui de 1985 (8 %).

L’aire géographique

57La deuxième dimension utile pour décrire le contenu du Devoir, comme celui de tout quotidien, est liée à l’entité géopolitique dont il est question dans les articles.

Figure 8. Pourcentage de la surface rédactionnelle des sous-catégories de la variable aire géographique, 1915 à 2005

Figure 8. Pourcentage de la surface rédactionnelle des sous-catégories de la variable aire géographique, 1915 à 2005

58Le Devoir réserve une place importante de ses pages aux questions internationales. Dans six sous-échantillons, elles retiennent plus du quart de la surface, avec un sommet en 1915 (41 %) ; dans trois sous-échantillons, toutefois, leur part tombe sous les 20 %, entre 16 et 19 %.

  • 22  Les régions les plus souvent présentes sont l’Europe (sauf en 2005, cette sous-catégorie compte to (...)

59Les régions les plus souvent présentes sont l’Europe et les États-Unis22. Les autres régions du monde n’attirent guère l’attention du Devoir, sauf en 2005, alors que l’Asie et le Moyen-Orient sont respectivement le sujet de 18 et 17 % des nouvelles internationales.

  • 23  Les articles portant sur les relations entre le Canada et le Québec sont classés dans la catégorie (...)

60Le Canada constitue une catégorie de contenu très stable à l’intérieur d’un intervalle relativement étroit (de 18 à 23,8 % de la surface rédactionnelle). La dimension prépondérante, à l’intérieur de cette catégorie, est celle du Canada en tant qu’entité géopolitique : cette sous-catégorie occupe entre la moitié et les trois quarts de la surface rédactionnelle consacrée au Canada. Malgré l’accent mis dans Le Devoir sur les problèmes des minorités de langue française au Canada, la dimension provinciale du Canada demeure marginale : entre 1915 et 1945, de 3,6 à 5,2 % de la surface rédactionnelle, seulement, est consacrée à cette dimension. Par la suite, sauf en 1955 (8,7 %), ce pourcentage varie de 1 à 3 % de la surface consacrée à cette catégorie23.

  • 24  Le pourcentage de la surface consacrée au Québec même diminue encore (5 %) si l’on soustrait le co (...)

61En 1915, le contenu relevant de la catégorie Québec occupe la portion congrue avec seulement 6 % de la surface rédactionnelle24. Jusqu’en 1955, l’intérêt pour la scène québécoise demeure modéré (de 13 à 19 % de la surface rédactionnelle), sauf en 1935 (25 %). Par la suite, Le Devoir réserve la majeure partie de sa surface à l’information sur le Québec, et la catégorie progresse d’un échantillon décennal à l’autre (de 29 à 35 %).

62L’information locale et régionale, enfin, semble une priorité du Devoir jusqu’en 1955. Occupant 29 % de la surface en 1915, malgré la guerre, elle se maintient au-dessus de 20 % jusqu’en 1955, atteignant un sommet en 1925 avec 44 % de la surface rédactionnelle. Dans ces cinq premiers sous-échantillons, l’information locale et régionale occupe le premier rang, sauf durant les deux guerres mondiales. Par la suite, cette catégorie retient moins d’attention et fluctue de 13 à 18 %, sauf en 2005 ; dans ce dernier sous-échantillon, l’information locale et régionale a rétréci à un maigre 7 %.

  • 25  Des sondages quinquennaux, en 1910 et 1920, nous permettraient de vérifier ces hypothèses.
  • 26  Il s’agit d’une année chargée pour le Québec, aux prises avec une grave crise économique : son gou (...)

63La conjoncture politique affecte la dimension géographique autant que la dimension thématique du contenu rédactionnel. Les deux conflits armés, en effet, entraînent un gonflement de l’international aux dépens, semble-t-il, de l’information locale et régionale ainsi que sur le Québec25. Du point de vue de l’aire géographique, Le Devoir semble avoir connu deux régimes différents. Si l’on fait abstraction de l’effet conjoncturel des deux grandes guerres, le premier demi-siècle présente l’image suivante : un journal centré sur la scène locale et régionale, faisant une large place à l’information sur le Canada et aux questions internationales, mais dans lequel la place du Québec est moins importante, sauf en 193526. Durant le second demi-siècle, une tout autre image s’impose. Le Québec est devenu le principal centre d’intérêt du Devoir ; le poids relatif de l’information sur le Québec tend même à s’accroître (35 % de la surface en 1995 et 2005). L’information internationale demeure une priorité, la deuxième, mais la dimension locale et régionale s’estompe, tandis que l’information sur le Canada se maintient autour de 20 %.

  • 27  Le pourcentage de contenu concernant la politique et portant sur la scène internationale est presq (...)
  • 28  Le pourcentage d’articles relatifs à l’économie portant sur la scène internationale est sensibleme (...)

64L’éloignement de la scène de l’actualité influe sur le contenu thématique. La distance semble jouer en faveur des thèmes qui portent à plus grande conséquence. Ainsi, la politique est fortement surreprésentée dans l’information internationale. Sa part est toujours supérieure à 50 % et atteint même 80 % dans les sous-échantillons de 1915 et 194527. Les questions sociales ou économiques sont, dans l’ordre, les deux autres catégories qui retiennent l’attention du Devoir sur la scène internationale. Les questions sociales, toutefois, sont surreprésentées à l’échelon international, tandis que la catégorie de l’économie est sous-représentée28. Dans le cas de la catégorie relative à la société, au contraire, le pourcentage de contenu international est supérieur au pourcentage de cette catégorie dans l’ensemble du contenu (l’écart total pour l’ensemble des sous-échantillons est de + 17 [moyenne décennale = + 1,7 %]).

Figure 9A. Pourcentage de la surface des catégories des arts, de l’économie, des faits divers et de la politique à l’échelon international, 1915 à 2005

Figure 9A. Pourcentage de la surface des catégories des arts, de l’économie, des faits divers et de la politique à l’échelon international, 1915 à 2005

Figure 9B. Pourcentage de la surface des catégories des arts, de l’économie, des faits divers et de la politique à l’échelon canadien, 1915 à 2005

Figure 9B. Pourcentage de la surface des catégories des arts, de l’économie, des faits divers et de la politique à l’échelon canadien, 1915 à 2005
  • 29  Le pourcentage de contenu canadien concernant la politique est nettement plus élevé que le pourcen (...)
  • 30  Pour l’ensemble des sous-échantillons, l’écart est de  + 68, soit un écart moyen de près de 7 % pa (...)
  • 31  L’écart moyen n’est que de - 1,8 % ; il s’agit toutefois d’un écart non négligeable, puisque le po (...)

65La politique représente aussi le thème prépondérant de l’information sur le Canada. Ce sujet y est systématiquement surreprésenté et, dans six sous-échantillons, il accapare même plus de 50 % de la surface rédactionnelle consacrée au Canada29. L’économie vient ensuite, assez fortement surreprésentée par rapport à son importance dans l’ensemble du contenu rédactionnel30. Les questions sociales, en revanche, sont sous-représentées à l’échelon canadien31.

  • 32  Plus de 40 % de l’information sur le Québec concerne la politique dans six sous-échantillons, dont (...)
  • 33  L’écart moyen est de  + 7,2 % pour cette catégorie qui occupe en moyenne 8,6 % du contenu rédactio (...)
  • 34  L’écart moyen est de - 4,6 % pour une catégorie dont le pourcentage moyen dans le contenu rédactio (...)
  • 35  Pour ces cinq décennies, l’écart moyen est de  + 2,8 %, alors que le pourcentage moyen de cette ca (...)
  • 36  En 1975, cette catégorie occupe 9 % de la surface rédactionnelle totale. Plusieurs éditoriaux y so (...)

66La politique domine aussi l’information québécoise (figure 10A) ; elle s’y taille une très forte part dans six sous-échantillons décennaux32. Elle y est donc surreprésentée, mais moins fortement que dans le cas de l’information internationale et canadienne. Les questions sociales viennent au deuxième rang dans l’information québécoise et y sont fortement surreprésentées, y occupant presque deux fois plus d’espace que dans l’ensemble du contenu rédactionnel33. Troisième catégorie en importance dans l’information sur le Québec, l’économie est néanmoins sous-représentée par rapport au pourcentage qu’occupe cette catégorie dans l’ensemble du contenu34. Quant aux faits divers, dans les cinq premiers sous-échantillons, sauf dans celui de 1935, leur présence est plus forte dans l’information québécoise que dans l’ensemble de l’information35. La catégorie du travail et du syndicalisme, assez secondaire dans l’ensemble du corpus, mérite une observation ponctuelle. Bien que de manière générale surreprésentée dans l’information québécoise, cette catégorie y demeure néanmoins d’importance très secondaire, à l’exception de deux décennies. Dans les sous-échantillons de 1965 et de 1975, en effet, ce thèmeoccupe une part plus large de l’information québécoise ; cette part représente même un quart de l’information sur le Québec en 197536.

Figure 10A. Pourcentage de la surface des catégories des arts, de l’économie, des faits divers et de la politique à l’échelon québécois, 1915 à 2005

Figure 10A. Pourcentage de la surface des catégories des arts, de l’économie, des faits divers et de la politique à l’échelon québécois, 1915 à 2005

Figure 10B. Pourcentage de la surface des catégories des arts, de l’économie, des faits divers et de la politique à l’échelon régional ou local, 1915 à 2005

Figure 10B. Pourcentage de la surface des catégories des arts, de l’économie, des faits divers et de la politique à l’échelon régional ou local, 1915 à 2005
  • 37  L’écart moyen est de - 4,5 % pour une catégorie dont le pourcentage moyen de la surface rédactionn (...)

67La répartition des thèmes sur la scène locale et régionale est légèrement différente (figure 10B). La politique y vient certes au premier rang, mais sa part y est moins importante qu’elle ne l’est dans les autres aires géographiques, à l’international en particulier. Les questions sociales y viennent au deuxième rang, suivies des faits divers, qui demeurent une catégorie notable jusqu’en 1965. L’actualité judiciaire constitue une catégorie relativement importante au cours de la première moitié du xxe siècle. Dans les cinq premiers sous-échantillons, sauf en 1925 (4,2 %), elle occupe une part allant de 8 à 12 % de l’actualité locale et régionale. Par la suite, les questions de justice et l’actualité judiciaire continuent d’être surreprésentées sur la scène locale et régionale, mais leur pourcentage y demeure faible (toujours moins de 5 %), sauf en 1975 (13 %). Le thème de l’économie est généralement sous-représenté sur la scène locale et régionale37. Les questions relatives au monde du travail et au syndicalisme y sont, au contraire, surreprésentées, même légèrement plus qu’elles ne le sont dans l’information québécoise. Les années 1965 et 1975 s’y démarquent de la même manière avec des pointes de 14,5 et de 21 %.

68Après nous être posé la question de savoir quels sujets étaient le plus souvent abordés dans l’information internationale, canadienne, québécoise ou locale et régionale, nous allons inverser la proposition et nous demander comment se distribue, d’un point de vue géographique, l’information consacrée aux deux thèmes les plus importants, soit la politique et l’économie.

69Certes, les deux guerres mondiales entraînent une surreprésentation de la politique internationale, mais la scène internationale se taille la part la plus importante de l’information politique dans quatre des autres sous-échantillons décennaux. Dans deux sous-échantillons seulement, ceux de 1925 et de 1935, la scène internationale est sous-représentée par rapport à son importance dans l’ensemble de la surface rédactionnelle, avec 18 % dans les deux cas.

70En ce qui concerne la scène canadienne, l’intervalle de variation est beaucoup plus étroit (entre 18 et 32 %) que dans le cas de l’information internationale. Dans quatre sous-échantillons sur dix, la part du Canada dans l’information politique est de 18 ou 19 % ; dans cinq autres sous-échantillons, le pourcentage se situe de 22 à 25 %.

  • 38  Rappelons qu’un second référendum sur la souveraineté du Québec s’est tenu cette année-là.

71Il en va tout autrement du Québec dans la couverture politique du Devoir. Dans les cinq premiers sous-échantillons, l’information politique sur le Québec fluctue entre moins de 4 % en 1915 et 31 % en 1935. En 1915, 1925 et 1955, la politique québécoise est même moins importante dans Le Devoir que la politique locale et régionale. Dans la seconde moitié du siècle, toutefois, l’information politique sur le Québec augmente sensiblement ; elle ne constitue jamais moins du quart du contenu politique et atteint même un sommet de 43 % en 199538.

72L’actualité locale et régionale, enfin, est un lieu relativement important de mise en scène de la politique. Dans le premier demi-siècle, sauf en 1945 (4 %), la politique locale et régionale fluctue entre 19 et 32 % de l’information politique. Par la suite, au contraire, Le Devoir ne consacre pas beaucoup d’importance à ce palier politique (5 ou 6 %).

73Dans la figure 11A, la couverture politique du Devoir au xxe siècle se présente à la manière d’un diptyque. Dans la partie gauche, le journal semble le reflet d’une politique plus agitée ou bien il ne donne pas l’impression d’avoir clairement établi les critères de sa couverture politique. Certes, des événements comme les deux guerres mondiales ne peuvent que s’imprimer fortement dans les pages du journal, mais l’ordre de priorité des quatre principales aires demeure aussi peu stable dans les trois autres sous-échantillons. Dans la partie droite de la figure 11A, au contraire, il semble que l’actualité politique se soit stabilisée ou que Le Devoir ait déterminé ses priorités.

Figure 11A. Pourcentage de la surface de la catégorie de la politique selon les aires géographiques, 1915 à 2005

Figure 11A. Pourcentage de la surface de la catégorie de la politique selon les aires géographiques, 1915 à 2005

Figure 11B. Pourcentage de la surface de la catégorie de l’économie selon les aires géographiques, 1915 à 2005

Figure 11B. Pourcentage de la surface de la catégorie de l’économie selon les aires géographiques, 1915 à 2005

74La dimension canadienne est la plus importante dans l’information économique du Devoir. Dans huit des dix échantillons, elle occupe le premier rang et se taille une part de l’information économique qui n’est jamais inférieure au quart. Dans six sous-échantillons, elle retient de 30 à 40 % de l’espace alloué à l’économie, atteignant même un sommet de 47 % en 1995.

75La scène locale et régionale exerce une présence assez forte dans le premier demi-siècle, venant au deuxième rang, après la scène canadienne, quatre fois sur cinq. Son importance diminue sensiblement par la suite.

76À partir du sous-échantillon de 1965, la scène québécoise, en alternance avec l’international, prend le relais de la dimension locale et régionale au deuxième rang de l’information économique du Devoir. Négligeable au début du xxe siècle, l’économie québécoise prend de plus en plus de place jusqu’à occuper près du tiers de l’information économique du Devoir à la fin du siècle (près de 33 % en 1995 et 30 % en 2005). La scène internationale, importante dimension de l’information économique en 1915, se contracte sensiblement de 1935 à 1955 inclusivement. En amont et en aval de ces trois décennies, la part de l’international dans l’information économique fluctue entre 15 et 19 %, à l’exclusion des pointes de 1915 (29 %) et de 1985 (26 %).

Les auteurs

77Lorsqu’il a fondé son journal, Bourassa souhaitait innover en invitant ses journalistes à signer leurs articles. Le fondateur était sans doute de bonne foi, mais pour lui le journalisme qui compte, celui qui justifie la signature, était le journalisme de l’opinion. Ainsi, dans les premières décennies du Devoir, si un bon nombre d’articles d’opinion portent une signature, les nouvelles, en revanche, sont produites dans l’anonymat traditionnel.

78De fait, lors du premier sondage décennal, en 1915, 60 % de la surface rédactionnelle n’est revendiquée par aucune signature. Dès la décennie suivante, la pratique de la signature s’étend, et l’anonymat régresse à 53 %, puis, d’un sondage à l’autre, à 44 % en 1935 et à 34 % en 1945. La tendance se stabilise en 1955 (36 %) ; en 1965, les dépêches d’agence n’étant pas attribuées à leur producteur, il nous est impossible de discerner le sens d’un éventuel changement. Quoi qu’il en soit, en 1975, le pourcentage du contenu non signé est passé à 16 % ; la décennie suivante, il a de nouveau chuté, à 4 %. En 2005, presque tous les textes portent une signature.

79Quant aux pseudonymes, moyen pratique de masquer son identité sans pour autant la faire disparaître, ils demeurent un procédé marginal. C’est dans le sous-échantillon de 1935 que leur poids relatif est le plus grand et, encore, les pseudonymes ne sont utilisés que dans 4 % du contenu rédactionnel.

Figure 12. Pourcentage de la surface des principales catégories d’auteurs, 1915 à 2005

Figure 12. Pourcentage de la surface des principales catégories d’auteurs, 1915 à 2005

80Au fur et à mesure que les auteurs abandonnent la discrétion de l’anonymat, la proportion de textes revendiqués par des journalistes augmente. La progression se fait en trois paliers. De 1915 à 1935, entre 10 et 11 % de la surface rédactionnelle est attribuée à des journalistes ; de 1945 à 1965, ce pourcentage s’élève à environ le quart (de 25 à 27 %) ; de 1975 à 2005, enfin, les journalistes rendent compte de 38 à 44 % de la matière rédactionnelle.

81Les agences de presse constituent la seconde source d’information en importance dans le journal contemporain. Dans Le Devoir, de 1915 à 1935, les textes d’agence représentent de 4 à 10 % de la surface rédactionnelle. En 1945 et 1955, cette part s’élève à 18 et 19 %, pour ensuite passer à un quart de la surface environ à partir de 1975. En 2005, ces deux sources, journalistes et agenciers, occupent 72 % de l’espace rédactionnel.

82Au fil des décennies, la place des collaborateurs apparaît de plus en plus importante. Dans les sept premiers sous-échantillons, leur part augmente d’environ 2 % par décennie, de 6 % en 1915 à 15 % en 1975. Il s’agit sans doute, en ce qui concerne les premiers sous-échantillons, d’une augmentation factice, une partie sans doute non négligeable de la contribution des collaborateurs étant catégorisée comme des sources non identifiées dans les premiers sous-échantillons. En 1975, la sous-catégorie regroupant les textes de source non identifiée est devenue marginale, de sorte que la donnée disponible fournit sans doute une évaluation valide de la contribution des collaborateurs, laquelle se situe à 15 % de la surface rédactionnelle. Dans les trois sous-échantillons suivants, les collaborateurs occupent plus de 20 % de l’espace, avec une pointe à 30 % en 1995.

  • 39  Ces sous-catégories sont les suivantes : organisation ou gouvernement, extraits d’autres journaux, (...)
  • 40  Comme « Des idées, des événements, des hommes » dans les années 1960.
  • 41  Les pourcentages sont les suivants : 1965 : 3,9 %, 1975 : 2,8 %, 1985 : 2,9 %, 1995 : 3,8 %, 2005  (...)

83La catégorie des collaborateurs contient quatre sous-catégories39 dont la ventilation présente un certain intérêt. Les textes provenant des organismes ou des gouvernements occupent un espace secondaire (entre 1 et 3 %) sauf durant les deux guerres mondiales. Dans les deux sous-échantillons correspondants, cette sous-catégorie s’élève de 5 à 6 % de la surface rédactionnelle. La sous-catégorie des experts, dans laquelle sont notamment catégorisés les textes paraissant dans les rubriques d’opinion successives du Devoir40, demeure très marginale jusqu’en 1945. En 1955, cette sous-catégorie représente 1 % de la surface rédactionnelle, mais dans les sous-échantillons suivants, son poids s’accroît, de 2,8 à 4,3 %41. La plus large part de l’espace alloué à cette catégorie revient à la sous-catégorie des collaborateurs extérieurs proprement dits, puisqu’elle occupe le premier rang dans tous les sous-échantillons, sauf ceux de 1915 et de 1945. Dans les trois derniers sous-échantillons, les pourcentages de cette sous-catégorie sont plus élevés que dans les sondages précédents, entre 12 et 20 %

Les genres

84Dans les pages qui précèdent, nous avons analysé le contenu du Devoir du point de vue du sujet et de l’aire géographique dont traitent les articles et du point de vue des personnes qui écrivent les textes. Les deux premières variables sont des dimensions du référent journalistique : elles permettent de répondre, à propos d’une occurrence quelconque, aux deux questions fondamentales du journalisme d’information : de quoi s’agit-il ? Où cela se passe-t-il ? Avec la troisième variable, nous passons du référent à l’auteur du texte. Pour décrire cette réalité, l’analyste dispose de catégories relativement objectives en ce sens qu’elles proviennent de l’extérieur du texte journalistique ; certes, il faut inférer ces catégories à partir du texte, mais cette inférence est relativement indépendante des propriétés du texte même, sauf de ses propriétés sémantiques élémentaires (de thème et de propos). Dans le cas de l’auteur de l’article, la signature, ou son absence, détermine la catégorie.

85Dans le cas du sujet, la majorité des acteurs sociaux s’entendront pour classer une élection législative dans la sphère politique et la banqueroute d’une institution financière dans le domaine économique ; plus aisément encore, ils sauront distinguer entre l’intérieur et l’extérieur des frontières nationales de leur pays, entre les différents pays, etc. Certes, il ne faut pas pousser cette logique trop loin, car dans chacun des cas, l’objectivité catégorielle peut être remise en cause. Ainsi, lorsqu’il n’existe pas d’unité d’accréditation syndicale qui discrimine les journalistes des non-journalistes, est-il toujours facile de distinguer un journaliste d’un collaborateur, un collaborateur d’un correspondant occasionnel ? De même, entre le régional et le national, est-il toujours facile de tracer une frontière qui fait consensus ? Et comment classer l’article traitant d’une loi sur la fiscalité ou d’une grève dans le secteur public ?

86Le genre textuel en revanche n’existe nulle part ailleurs que dans les textes eux-mêmes. Il est, pourrait-on dire, l’effet émergent de pratiques discursives fortement institutionnalisées. Dans le cas du journalisme, les genres apparaissent, se définissent, se spécialisent, se subdivisent, se métissent. En bref, ils naissent, évoluent et disparaissent éventuellement.

87D’un point de vue synchronique, la situation n’est pas beaucoup plus claire. En effet, le genre n’est pas une catégorie rigide. Certes, quelques genres peuvent être littéralement étiquetés. C’est le cas de l’éditorial dans Le Devoir de 2010 ; il y a un siècle, cependant, l’éditorial ne portait pas de titre de rubrique qui l’identifiait en tant que tel. Cette étiquette n’est apparue qu’en janvier 1962. À défaut d’étiquette, d’autres critères objectifs, comme l’emplacement ou la typographie, peuvent permettre au journaliste et à l’analyste de déterminer le genre d’un article. Mais qu’en est-il des autres textes qu’aucun indicateur de cette nature ne permet de catégoriser ? Seront-ils tous considérés comme des nouvelles ? Mais qu’est-ce qu’une nouvelle ?

88Dans l’éventualité où nous pourrions répondre à toutes ces questions de manière satisfaisante en ce qui concerne Le Devoir de 2010, ces problèmes se poseraient à nouveau dans le cas du Devoir de 1910. Car d’un point de vue diachronique, les genres ne sont pas stables ; ils évoluent sans cesse, avons-nous dit, et du seul fait de leur usage par une communauté de journalistes. Certes, les catégories d’aire géographique peuvent se modifier à la suite de changements politiques, mais il s’agit de changements objectifs, enregistrés par une multitude d’instances, de l’Organisation des Nations Unies aux différentes autorités toponymiques. Même les genres canoniques du journalisme, la nouvelle ou le reportage, qui n’ont pas toujours existé, ont vu leurs propriétés textuelles changer avec le temps sans qu’on se soucie de consigner ces changements.

  • 42  Les seules propriétés textuelles ne sont pas suffisantes pour déterminer qu’un texte est journalis (...)

89Aussi bien le reconnaître d’emblée, les difficultés dans l’analyse du genre sont infinies. Faut-il pour autant renoncer à étudier cette dimension du texte journalistique, dimension qui confère à un texte quelconque son statut de texte journalistique42 ? Au contraire, pensons-nous, l’étude du journalisme, en tant que type particulier de discours public, n’est possible que si nous acceptons d’en étudier les propriétés textuelles. Plusieurs avenues s’ouvrent à l’analyste, les unes plus prometteuses que d’autres. Reconnaissons d’emblée que l’analyse catégorielle, à laquelle nous avons décidé de recourir pour étudier quelques dimensions du contenu du Devoir, n’est pas la technique la plus puissante à cet égard. Il n’est pas exclu, toutefois, que le recours à des catégories relativement fines nous permette de rendre compte, au moins dans ses grandes lignes, de l’évolution de l’aspect textuel du Devoir.

90Notre structure catégorielle du genre journalistique comprend trois niveaux. Comme dans le cas des variables précédentes (sujet, aire, auteur), le premier niveau, celui des sous-catégories, sert à la catégorisation des textes, tandis que le deuxième niveau, celui des catégories, est utilisé pour l’analyse des données et la présentation de l’information. Dans le cas du genre journalistique, nous avons ajouté, pour simplifier la présentation, un troisième niveau, celui des familles de genres, et nous avons distingué, comme les journalistes eux-mêmes le font intuitivement, les genres de l’information rapportée, analysée et commentée.

  • 43  Cette figure n’incorpore pas la catégorie du divers, relativement importante entre 1915 et 1945 (d (...)

Figure 13. Pourcentage de la surface des principaux genres, 1915 à 200543

Figure 13. Pourcentage de la surface des principaux genres, 1915 à 200543

91Le Devoir devait être un journal d’idées, de débats. La première page du journal, sur laquelle prenaient place l’éditorial et des chroniques d’opinion, affichait en filigrane cet élément de la politique rédactionnelle. De fait, le journal consacre une part non négligeable de son contenu à la fonction du commentaire. De 11 à 16 % de la matière rédactionnelle, selon les décennies, sauf une pointe de 21 % en 1935, est composée de textes argumentatifs, qui expriment des opinions.

92Si nous faisons abstraction de la critique artistique, que nous rangeons dans la famille des genres de l’information commentée, pour nous concentrer sur le commentaire sociopolitique, une image légèrement différente se dégage, puisque la critique artistique est pratiquement absente des premiers sous-échantillons (moins de 1 % en 1915 et de 2 % en 1925) et que, par ailleurs, elle se taille une place systématiquement plus grande dans les derniers sous-échantillons (plus de 6 % à partir de 1985).

  • 44  La part du commentaire sociopolitique est de 9,6 % en 1935.

93Le commentaire sur l’actualité sociopolitique occupe 11 % ou plus de la surface rédactionnelle dans quatre44 des cinq premiers sous-échantillons, avec des pointes de 16 et de 13 % en 1935 et 1955. Dans les cinq autres sous-échantillons, la part du commentaire sociopolitique fluctue de 6 à 8 %, sauf en 2005 (10 %).

94L’éditorial proprement dit et les genres associés, le bloc-notes et le billet, pèsent plus lourd parmi les genres de l’information commentée dans les trois premiers sous-échantillons (de 8 à 10 % de la matière rédactionnelle totale). Par la suite, leur part tend à diminuer : elle se situe entre 4 et 6 % dans les sous-échantillons de 1945 à 1975 et sous les 4 % par la suite. En 2005, l’éditorial n’occupe plus que 2,5 % de la surface rédactionnelle. La caricature, qui fait son apparition dans l’échantillon de 1955, et la chronique d’opinion, dont la proportion varie sans logique apparente, complètent la composition du commentaire sociopolitique.

95L’information analysée comporte des genres dont la finalité est d’expliquer un événement ou une situation. Nous y avons rangé la sous-catégorie de la recension (en arts), de la chronique spécialisée et de l’analyse proprement dite. Ces deux derniers genres se distinguent moins du point de vue de leur contenu sémantique ou de leur visée que du point de vue de traits secondaires. La chronique spécialisée est d’abord une chronique : elle revient donc dans le journal, à intervalle plus ou moins régulier, généralement sous un même titre et à un endroit assigné ; de plus, elle traite d’un même thème ou de thèmes voisins, souvent sous la signature du même journaliste ou collaborateur. La catégorie de l’analyse rend compte d’articles individuels, sans liens les uns avec les autres, et qui ne présentent pas les traits propres à la chronique spécialisée.

96L’information analysée demeure marginale dans les trois premiers sous-échantillons avec 3 % de la surface rédactionnelle. À partir de 1945, ces genres occupent systématiquement 12 % ou plus de la surface rédactionnelle, sauf en 1975 (8 %), avec des pointes de 17 % en 1985 et 1995.

97Si l’on se fie à la distribution de ses genres, Le Devoir a toujours été un journal d’information. La part de l’information rapportée, si elle demeure majoritaire, n’en connaît pas moins des variations marquées. Son intervalle de variation va de 50 à 75 %.

  • 45  La comparaison deux à deux des sous-échantillons portant sur les décennies 1925 et 1935 et de ceux (...)

98Il est très probable que les deux guerres mondiales aient entraîné une importante augmentation de l’information rapportée. Nous faisons donc l’hypothèse, plus que vraisemblable, qu’en aval et en amont de ces catastrophes historiques, la distribution des genres se rapproche de celles que nous observons en 1925 et 193545. Si nous acceptons cette hypothèse, l’information rapportée se situerait, dans les quatre premiers sondages décennaux, à environ la moitié de la surface rédactionnelle.

99L’échantillon de 1955 confirme l’accent placé sur l’information rapportée sous la direction de Gérard Filion. Cet accent est renforcé dans les deux échantillons suivants, l’information rapportée atteignant même les trois quarts de la surface rédactionnelle en 1975. Dans les sous-échantillons suivants, la part de l’information rapportée se contracte et se situe à environ 60 % en 1995 et 2005.

  • 46  Le genre du reportage est constitué des sous-catégories suivantes : portrait, entrevue et reportag (...)

100L’information rapportée se compose de deux genres qui se subdivisent à leur tour en sous-catégories. Le genre du reportage46 est très rare avant 1955 (de 1 à 2 %) ; dans les sous-échantillons suivants, il se situe autour de 9 à 10 % de la surface rédactionnelle, sauf en 1965 (4 %).

  • 47  Le reportage photographique est constitué d’images photographiques, uniquement ou principalement, (...)

101La nouvelle comprend quatre sous-catégories : le reportage photographique, la nouvelle longue, la nouvelle brève et le compte rendu47.

Figure 14. Pourcentage de la surface rédactionnelle des sous-catégories du genre de la nouvelle, 1915 à 2005

Figure 14. Pourcentage de la surface rédactionnelle des sous-catégories du genre de la nouvelle, 1915 à 2005

102Les sous-échantillons de 1915 et de 1925 ne contiennent pas de trace de reportages photographiques. Par la suite, le recours au reportage photographique demeure rare, autour de 1 à 2 %, sauf une exemption notable ; en 1955, en effet, Le Devoir consacre plus de 7 % de sa surface à des reportages photographiques, portant surtout sur les sports.

103La part des nouvelles brèves est substantielle de 1915 à 1965 : elles occupent de 10 à 15 % de la surface rédactionnelle, à l’exception des pointes de 20 % à l’occasion des deux guerres mondiales. Par la suite, la part de cette sous-catégorie se contracte autour de 4 à 5 % de la surface rédactionnelle. La nouvelle longue connaît une croissance en trois paliers : de 1915 à 1935, elle se situe autour de 10 % de la surface rédactionnelle ; en 1945 et 1955, elle occupe de 25 à 30 % de la surface ; enfin, à partir de 1965, elle se situe entre 40 et 47 %, sauf un sommet de 57 % en 1975.

  • 48  Soit 36 %, 29 % et 25 %.
  • 49  Il occupe 9 %, 6 %, 3 %, puis moins de 2 % en 1975 et 1985.

104L’évolution de la sous-catégorie du compte rendu suit une trajectoire inverse. Dans les trois premiers sous-échantillons, de 1915 à 1935, c’est le genre dominant, mais qui décline d’une décennie à l’autre48. Entre 1945 et 1985, ce genre retient une portion de plus en plus marginale du contenu49, jusqu’à disparaître en 1995.

  • 50  Nous avons vu plus haut que les textes non attribués à un auteur passent de 60 % en 1915 à 16 % en (...)
  • 51  Sauf en 1965 : dans le sous-échantillon correspondant, les dépêches d’agence ne portent aucune men (...)

105Ces genres sont-ils également pratiqués par les différentes catégories d’auteurs ? Il est malaisé de répondre à cette question avec certitude pour l’ensemble des sous-échantillons décennaux. En effet, au cours des premières décennies, les textes de source non identifiée occupent une proportion importante de la surface50. Il est donc plutôt question, pour ces décennies, des genres attribués aux journalistes ; au fur et à mesure que l’anonymat régresse, nous cernons de plus près les genres pratiqués par les journalistes. La situation est différente en ce qui concerne les agences de presse, puisque les dépêches d’agence sont en principe toujours attribuées51.

Figure 15. Pourcentage de la surface rédactionnelle des genres journalistiques pratiqués par les journalistes, 1915 à 2005

Figure 15. Pourcentage de la surface rédactionnelle des genres journalistiques pratiqués par les journalistes, 1915 à 2005
  • 52  Nous ne tenons pas compte de la caricature dans les comparaisons des décennies, puisque ce genre n (...)
  • 53  Ces pourcentages baissent légèrement (10 et 15 %) si l’on exclut la caricature.

106En 1915 et 1925, plus de la moitié des articles signés par des journalistes du Devoir appartiennent aux genres de l’information commentée. En 1915, par exemple, 40 % des articles signés par des journalistes appartiennent à la catégorie de l’éditorial et 16 % sont des chroniques d’opinion. En 1935, la contribution signée des journalistes est presque entièrement consacrée aux genres de l’information commentée. Par la suite, cette contribution baisse à 26 % en 1945 et à 32 % en 1965, avec un intervalle à 42 % en 195552. Dans les sous-échantillons suivants, l’information commentée se situe entre 18 et 26 % de l’espace rédactionnel revendiqué par les journalistes53.

  • 54  En 1915, 10 % de la surface accordée aux journalistes et 4 % dans les deux sous-échantillons suiva (...)

107Pratiqués plus rarement, semble-t-il, par les journalistes au cours des premières décennies54, les genres de l’information analysée atteignent un sommet inégalé en 1945 (33 %). Par la suite, selon les décennies, les journalistes y consacrent de 11 (1985) à 18 % (2005), sauf en 1975 (9 %).

108À partir du sous-échantillon de 1975, dans lequel la proportion d’articles non signés devient négligeable, il est possible de répartir l’espace rédactionnel entre les différentes catégories de sources. L’information rapportée occupe dès lors entre 66 (1975) et 49 % (2005) de la surface rédactionnelle consacrée aux textes des journalistes.

  • 55  Il faut faire abstraction de l’année 1965. Dans ce sous-échantillon, les articles provenant des ag (...)
  • 56  Constitué des sous-catégories comprenant la revue de presse, le titre référentiel et d’autres élém (...)

109Pour l’essentiel, la contribution des agences de presse au Devoir est constituée de nouvelles et de reportages. À partir de 1955, ce pourcentage oscille de 90 à 99 %55. Au cours des quatre décennies précédentes, l’espace occupé par des textes d’agenciers appartenant à la catégorie des divers genres56 étant proportionnellement plus volumineux, le pourcentage d’information rapportée est plus faible (de 68 à 84 %). Les genres de l’information commentée ou analysée sont négligeables en ce qui concerne les agences de presse.

110Dès ses débuts, Le Devoir a fait appel à des collaborateurs pour remplir ses pages. Au fil des décennies, toutefois, la nature de leur contribution a évolué. D’abord concentré dans l’information rapportée, l’apport des collaborateurs s’est diversifié et déplacé vers l’analyse et le commentaire.

Figure 16. Pourcentage de la surface rédactionnelle des genres journalistiques pratiqués par les collaborateurs, 1915 à 2005

Figure 16. Pourcentage de la surface rédactionnelle des genres journalistiques pratiqués par les collaborateurs, 1915 à 2005

111En 1915 et 1925, plus des trois quarts (80 %) de la contribution des collaborateurs se composent de nouvelles. En 1935 et 1945, la part de l’information rapportée se situe autour de la moitié (entre 46 et 48 %) de leur production et, par la suite, elle connaît des variations importantes, de 12 (1955) à 38 % (1975), la moitié des observations se situant entre 20 et 30 %. À l’intérieur de la famille des genres de l’information rapportée, le genre du reportage a tendance à prendre plus de place dans la contribution des collaborateurs aux dépens du genre de la nouvelle à partir du sous-échantillon de 1965.

  • 57  Recension, chronique spécialisée et analyse proprement dite dans le premier cas ; éditorial, chron (...)
  • 58  Entre 1 et 7 % dans les sous-échantillons de 1915 à 1935.
  • 59  Entre 3 et 6 % de la surface rédactionnelle totale, sauf en 1965 (2,4 %).

112Les genres de l’information analysée et de l’information commentée57, d’abord peu pratiqués par les collaborateurs du Devoir58, deviennent plus courants à partir du sous-échantillon de 1945 (41 %). Par la suite, ils occupent de 46 (2005) à 62 % (1985) de l’espace rédactionnel produit par les collaborateurs, sauf en 1955 (76 %). Dans tous les sous-échantillons à partir de 1945, le genre de la critique artistique occupe un espace notable59, et les collaborateurs en retiennent une part qui va en gros du quart à la moitié, à l’exception de pointes de 57 et 58 % en 1985 et 1995.

Conclusion

113Si nous interprétons les observations qui précèdent à la lumière des engagements de Bourassa au moment de la fondation du Devoir, que peut-on dire de l’évolution structurelle de son contenu et de la fidélité du quotidien au programme originel ?

114Le journal d’idées imaginé par Bourassa se reconnaît à sa première page, presque entièrement consacrée aux articles d’opinion et aux analyses politiques. La signature de ces articles par les journalistes donne encore plus de poids aux idées qu’ils expriment. L’information politique y domine, particulièrement en éditorial. Les directeurs successifs resteront fidèles à cette caractéristique du journal de Bourassa. Le commentaire y maintiendra une place de choix et s’enrichira même d’une dimension analytique plus diversifiée.

115Tout au long du xxe siècle, au fil de son évolution, Le Devoir va moduler les traits du journal d’idées de ses origines dans un sens qui le rapproche de ce qu’il est convenu d’appeler le « journal d’élite » (Merrill, 1968). La part du politique ou de l’économie parmi les sujets et celle de l’international ou du national sous l’angle géographique se maintiennent, voire se renforcent. De manière plus ou moins concomitante, les catégories généralement négligées par le journal d’élite déclinent : c’est le cas des faits divers et des sports ou encore de l’information locale ou régionale.

116À cet égard, il semble que les années 1950 soient une période charnière, et cela, dans un sens paradoxal. Sous la direction de Filion, le journal prend à plusieurs égards ses distances par rapport au Devoir hérité de Georges Pelletier. En 1955, Le Devoir manifeste clairement ce qu’il est, à savoir un journal d’information. La une est consacrée à la mise en valeur des principaux événements du jour, tandis que l’éditorial et les autres genres associés sont passés à la page quatre. Les gros titres et la photo sont utilisés de manière plus libérale pour mettre en valeur cette nouvelle orientation.

117La mise à jour ne touche pas seulement la présentation du journal. Elle affecte aussi la distribution des sujets, des aires et des genres. L’information rapportée se taille une part nettement plus grande du contenu. La nouvelle locale y regagne sa préséance, tandis que les sports viennent au premier rang des sujets abordés. La plupart des indicateurs suggèrent que Le Devoir est devenu, sous Filion, un journal d’idées plus populaire.

118Toutefois, dès la décennie suivante, Le Devoir est revenu à des positions plus conformes à sa tradition : la catégorie des sports se situe aux niveaux d’avant-guerre et continuera de décliner, tandis que la nouvelle locale chute à son niveau le plus bas. En revanche, un nouveau volet thématique, jusque-là négligé, se développe : il s’agit du secteur des arts, qui donne une coloration particulière au journal d’élite qu’est devenu Le Devoir à la fin du xxe siècle.

119Nos observations peuvent donc être interprétées de la manière suivante. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la formule du journal d’idées imaginée par Bourassa et ses collaborateurs a épuisé ses possibilités ; si Le Devoir doit continuer d’exister, le statu quo ne semble plus possible. Dès lors que la seule avenue praticable semble devenue celle du journal d’information, une alternative se présente à Filion et à ses successeurs : rapprocher Le Devoir des classes moyennes, des milieux syndicaux, coopératifs et associatifs ou orienter Le Devoir vers la formule du journal d’élite. Filion a semblé choisir la première avenue alors que ses successeurs se sont progressivement engagés dans la seconde.

  • 60  Voir l’article de Sylvie Demers et Jean de Bonville dans ce numéro.

120Si l’on considère sa structure catégorielle, Le Devoir est, en effet, demeuré par la suite un journal d’idées tout en s’affirmant plus nettement comme un journal d’élite. Toutefois, cette évolution s’est produite dans un contexte caractérisé par des tendances contraires. L’information rapportée y renforce sa prépondérance parmi les autres types de discours journalistiques, sans que ceux-ci soient pour autant exclus. Une autre tendance importante concerne la mise en valeur de l’information. Le quotidien du xxe siècle se caractérise par un souci prononcé de montrer l’information, en mettant l’accent sur la typographie (les gros caractères), en aérant sa mise en page, en recourant à l’illustration et, qui plus est, à une illustration qui, à l’occasion, semble devenir sa propre fin60. En tant que journal d’idées ou journal d’élite, Le Devoir n’échappe pas à ces mouvements de fond, mais il module ces pressions en fonction de la définition qu’il donne de lui-même.

121Au-delà de cet engagement de fond de faire du Devoir un journal d’idées indépendant de toute attache partisane, Bourassa, avons-nous dit, avait assigné trois objectifs au Devoir. Au regard du premier objectif, l’évolution du journal semble l’avoir complètement éloigné du programme originel. Certes, Le Devoir n’aura jamais été un journal religieux, mais jusqu’en 1945, il a consacré une part non négligeable de son contenu aux questions religieuses. Déjà dans les années 1950, cette part diminue fortement ; les décennies suivantes confirmeront la tendance, malgré un surcroît d’intérêt temporaire en 1965. Éventuellement, ce désintérêt sera explicitement confirmé par la politique éditoriale des directeurs, qui cesseront de revendiquer le titre de journal catholique (Proulx, 1994).

122Sur le plan politique, malgré son attachement au Québec, Le Devoir a été, pendant la première moitié de son existence, un journal canadien. Dans sa structure catégorielle, le Canada y occupait une place importante. Le Devoir pouvait certes critiquer les politiques canadiennes et ne s’en privait pas, mais c’est surtout par rapport à la politique canadienne qu’il se définissait. Même les questions internationales, notamment en 1915 et en 1945, décennies où elles sont particulièrement importantes, étaient largement envisagées sous l’angle du Canada. Le Québec en tant qu’entité géopolitique venait au quatrième rang des aires géographiques en 1915 et en 1925. Tel était le journal imaginé par Bourassa et par Georges Pelletier, mais tel aussi est demeuré Le Devoir de Filion : malgré la profonde mise à jour que ce dernier a fait subir au journal, la scène québécoise y demeure reléguée au quatrième rang, et le Canada élargit sa part de contenu à un niveau jamais atteint, auparavant et par la suite.

123Dans son évocation des « années Filion », Jean-Marc Léger explique comment, tout en respectant rigoureusement le cadre constitutionnel de l’époque, Le Devoir a contribué à transformer la problématique politique de la deuxième moitié du xxe siècle : 

En donnant un visage progressiste à la cause de l’autonomie, en lui rendant sa véritable signification : conserver ou récupérer des pouvoirs pour les faire servir au progrès collectif, au développement économique et socioculturel, Le Devoir a rendu au Québec un service fondamental. Il a sauvé le nationalisme québécois en l’accordant à l’esprit de l’époque et aux nouveaux besoins de la société québécoise en rapide transformation (1994 : 378).

124Au cours des décennies suivantes, malgré les professions de foi fédéralistes de ses directeurs, Le Devoir se recentre autour des intérêts québécois. Dès 1965, le Québec devient l’aire géographique prépondérante, tandis que le Canada entre dans une éclipse prolongée. En somme, plusieurs décennies avant que sa directrice, placée devant une alternative exclusive, n’opte officiellement pour le Québec, Le Devoir avait structurellement choisi la société québécoise comme principal objet de préoccupation.

Haut de page

Bibliographie

DE BONVILLE, Jean (1995), Les quotidiens montréalais de 1945 à 1985 : morphologie et contenu, Québec, Institut québécois de la recherche sur la culture.

DE BONVILLE, Jean (1996), « Les notions de texte et de code journalistiques », Communication, 17(2), p. 115-121.

DE BONVILLE, Jean (2006), L’analyse de contenu des médias : de la problématique au traitement statistique, Bruxelles, De Boeck.

KRIPPENDORFF, Klaus (2004), Content Analysis : An Introduction to its Methodology, Thousand Oaks (CA), Sage.

LÉGER, Jean-Marc (1994), « Le Devoir des années 1947-1962 » dans Robert LAHAISE (dir.), Le Devoir, reflet du Québec au 20e siècle, LaSalle, Hurtubise HMH, p. 375-388.

MERRILL, John C. (1968), The Elite Press : Great Newspapers of the World, Toronto, Pitman.

NADEAU, Michel (1994), « L’économie, un rendez-vous manqué : 1960-1993 » dans Robert LAHAISE (dir.), Le Devoir, reflet du Québec au 20e siècle, LaSalle, Hurtubise HMH, p. 389-402.

PROULX, Jean-Pierre (1994), « <Fais ce que crois> : la religion après 1960… le déclin » dans Robert LAHAISE (dir.), Le Devoir, reflet du Québec au 20e siècle, LaSalle, Hurtubise HMH, p. 405-425.

Haut de page

Notes

1  Rappelons que Léon XIII avait, une vingtaine d’années plus tôt, en 1891, promulgué son encyclique Rerum novarum, dans laquelle il posait les principes fondamentaux de cette doctrine.

2  L’auteur nourrit une œuvre ou un projet d’œuvre relativement autonome. Le scripteur produit des textes dont le contenu et les propriétés formelles sont prescrits par d’autres personnes.

3  Voir de Bonville (2006) pour une description détaillée des notions méthodologiques relatives à l’analyse de contenu ou à la technique d’échantillonnage.

4  Par exemple, l’effet d’une campagne électorale sur la catégorie de textes qui relèvent du politique.

5  Le coefficient statistique choisi, le kappa de Krippendorff (2004), donne des résultats satisfaisants pour la fidélité inter-codeurs de chacune des variables (0,84 pour l’aire, 0,92 pour le sujet, 0,91 pour le type d’auteurs et 0,93 pour le genre).

6  Ou autres types d’illustrations.

7  Cette proposition n’est qu’une hypothèse, au sujet de laquelle nous n’avons effectué aucune vérification. Pour la mettre à l’épreuve, il faudrait évidemment une série de sous-échantillons beaucoup plus rapprochés que nos sous-échantillons décennaux.

8  Le changement dans la mise en page aura mis plus d’un lustre à se réaliser. En effet, bien que cette mise en page soit lancée à l’initiative du nouveau directeur, Gérard Filion, en 1947, il faudra attendre octobre 1953 pour que ses effets se manifestent complètement. À partir de cette date, la une acquiert les traits que nous lui observons en 1955 : nouvelles, manchette, gros titres, photos.

9  Pour mesurer la quantité d’information, nous avons procédé en trois phases de la manière suivante. Dans la première phase, nous calculons la surface linéaire totale pour la décennie en cours en faisant la somme de la longueur de toutes les colonnes ramenées à une largeur uniforme. Dans une deuxième phase, nous calculons le nombre moyen de mots par centimètre linéaire d’une colonne type. La troisième phase, enfin, consiste à calculer la quantité d’information disponible pour l’année en cours, sur la surface totale en multipliant la surface linéaire totale par le nombre moyen de mots par centimètre linéaire.

10  En 1915, cette catégorie occupe 9,67 % de la surface rédactionnelle dans notre échantillon ; pour simplifier la présentation, nous avons arrondi à 10.

11  En 1945, cette catégorie occupe 9,86 % de la surface rédactionnelle dans notre échantillon ; pour simplifier la présentation, nous avons arrondi à 10.

12  En 1975, cette catégorie occupe 9,89 % de la surface rédactionnelle dans notre échantillon ; pour simplifier la présentation, nous avons arrondi à 10.

13  Si l’on faisait abstraction des articles portant sur le concile Vatican II, en 1965, le poids de cette sous-catégorie aurait été comparable à celui de 1955, puisque sur les 50 articles abordant le thème de la religion en 1965, une vingtaine ont le concile pour sujet.

14  Moins de 1 % y est consacré dans les quatre derniers sous-échantillons ; en 2005, elle baisse même à moins de un dixième de 1 %.

15  Le Devoir introduit un cahier économique quotidien en avril 1984. Sur la couverture économique à partir des années 1950, voir Nadeau (1994).

16  Elle n’occupe jamais plus de 3 % de 1915 à 1995.

17  Cette seule sous-catégorie occupe près de 4 % de la surface rédactionnelle totale. La sous-catégorie de la mode et de la beauté, présente de 1935 à 1965 seulement, est relativement importante (50 % de la surface de la catégorie) à l’intérieur d’une catégorie très marginale (la consommation n’occupe que 1 % de la surface totale en 1955). La sous-catégorie du bricolage, de la décoration et du jardinage demeure toujours très secondaire, lorsqu’elle est présente.

18  Autrement, cette sous-catégorie n’occupe jamais plus de 1,8 % (en 2005) de la surface rédactionnelle totale. En 1995, le débat sur la réforme du régime de santé, en particulier sur le « virage ambulatoire », draine l’attention médiatique.

19  La Commission d’enquête sur l’exercice de la liberté syndicale dans l’industrie de la construction, présidée par le juge Robert Cliche, remet son rapport en mai 1975.

20  Le genre fera des réapparitions plus ou moins longues dans certains quotidiens. De toute façon, il n’appartient pas au contenu journalistique proprement dit.

21  Peu présente dans Le Devoir jusque dans les années 1980, la catégorie de la science, tout en demeurant marginale, se renforce dans les sous-échantillons de 1995 (2,6 %) et de 2005 (3,2 %).

22  Les régions les plus souvent présentes sont l’Europe (sauf en 2005, cette sous-catégorie compte toujours pour 20 % et plus de la catégorie de l’international) et les États-Unis (sauf en 1965, où elle équivaut à 22 %, la surface consacrée aux États-Unis représente de 10 à 20 % de l’international). Les articles traitant des relations entre le Canada et les États-Unis sont classés dans la catégorie Canada. Négligeable jusqu’en 1975, cette sous-catégorie gagne en importance dans le sous-échantillon de 1985. De 1985 à 2005, elle représenterait environ 50 % de la surface consacrée aux États-Unis proprement dits.

23  Les articles portant sur les relations entre le Canada et le Québec sont classés dans la catégorie Québec.

24  Le pourcentage de la surface consacrée au Québec même diminue encore (5 %) si l’on soustrait le contenu portant sur les relations entre le Québec et le Canada ou sur les autres provinces.

25  Des sondages quinquennaux, en 1910 et 1920, nous permettraient de vérifier ces hypothèses.

26  Il s’agit d’une année chargée pour le Québec, aux prises avec une grave crise économique : son gouvernement, accablé de critiques pour sa gestion plus ou moins honnête des finances publiques, déclenche des élections auxquelles participe un parti politique nouvellement formé. Cette conjoncture est favorable à de multiples rebondissements de l’actualité politique.

27  Le pourcentage de contenu concernant la politique et portant sur la scène internationale est presque deux fois plus grand que le pourcentage de cette même catégorie thématique dans l’ensemble de la surface catégorielle ; l’écart moyen par échantillon décennal est de  + 32 %.

28  Le pourcentage d’articles relatifs à l’économie portant sur la scène internationale est sensiblement inférieur au pourcentage de cette même catégorie thématique dans l’ensemble de la surface catégorielle (l’écart pour l’ensemble des sous-échantillons est de - 62 [moyenne décennale = - 6,2 %). Notons toutefois que les contenus relevant de la sous-catégorie de l’information-référence économique (tableaux numériques ou listes) ne sont pas catégorisés du point de vue de l’aire géographique. Moins importants, les faits divers sont eux aussi légèrement surreprésentés à l’échelon international. Toutefois, compte tenu de la faiblesse de cette catégorie thématique, les écarts sous la dimension aire géographique ne sont pas significatifs.

29  Le pourcentage de contenu canadien concernant la politique est nettement plus élevé que le pourcentage de cette même catégorie thématique dans l’ensemble de la surface catégorielle ; l’écart moyen par échantillon décennal est de  + 21 %.

30  Pour l’ensemble des sous-échantillons, l’écart est de  + 68, soit un écart moyen de près de 7 % par échantillon décennal.

31  L’écart moyen n’est que de - 1,8 % ; il s’agit toutefois d’un écart non négligeable, puisque le pourcentage moyen de cette catégorie n’est que de 8,5.

32  Plus de 40 % de l’information sur le Québec concerne la politique dans six sous-échantillons, dont quatre à plus de 50 %.

33  L’écart moyen est de  + 7,2 % pour cette catégorie qui occupe en moyenne 8,6 % du contenu rédactionnel.

34  L’écart moyen est de - 4,6 % pour une catégorie dont le pourcentage moyen dans le contenu rédactionnel est de 15,6.

35  Pour ces cinq décennies, l’écart moyen est de  + 2,8 %, alors que le pourcentage moyen de cette catégorie pour la même période est de 5,2 %. En 1955, l’écart est même de  + 8,1 %, les faits divers occupant 12,8 % de la surface consacrée au Québec contre seulement 4,7 % de la surface rédactionnelle totale. Dans les sous-échantillons suivants, où le poids de cette catégorie est devenu tout à fait négligeable, la part québécoise de faits divers devient moins grande que la part de la catégorie même dans l’ensemble de la surface.

36  En 1975, cette catégorie occupe 9 % de la surface rédactionnelle totale. Plusieurs éditoriaux y sont même consacrés. En 1965, son pourcentage dans l’information québécoise est de 10,4 et, en 1985, il est de 5,5.

37  L’écart moyen est de - 4,5 % pour une catégorie dont le pourcentage moyen de la surface rédactionnelle est de 15,6 %. L’échantillon de 1995 est atypique à cet égard, puisque la catégorie de l’économie représente 24 % de l’information locale et régionale alors qu’elle n’en occupe que 11,4 % de la surface rédactionnelle totale.

38  Rappelons qu’un second référendum sur la souveraineté du Québec s’est tenu cette année-là.

39  Ces sous-catégories sont les suivantes : organisation ou gouvernement, extraits d’autres journaux, experts et, enfin, collaborateurs extérieurs proprement dits.

40  Comme « Des idées, des événements, des hommes » dans les années 1960.

41  Les pourcentages sont les suivants : 1965 : 3,9 %, 1975 : 2,8 %, 1985 : 2,9 %, 1995 : 3,8 %, 2005 : 4,3 %. Évidemment, les pourcentages sont trop faibles pour que les différences décennales soient significatives. Toutefois, la constance de la donnée sur cinq décennies conforte la validité du constat d’une augmentation substantielle de la place de cette sous-catégorie dans le journal.

42  Les seules propriétés textuelles ne sont pas suffisantes pour déterminer qu’un texte est journalistique. D’autres conditions doivent être remplies : par exemple, le texte doit être rédigé en vue d’être publié dans un journal et l’être effectivement.

43  Cette figure n’incorpore pas la catégorie du divers, relativement importante entre 1915 et 1945 (de 14 à 30 %). Dans la majorité des cas ces années-là, les éléments de la catégorie du divers correspondent à des sections En bref, des informations pratiques, et des éléments de titraille, qui ne renvoient à aucun genre défini.

44  La part du commentaire sociopolitique est de 9,6 % en 1935.

45  La comparaison deux à deux des sous-échantillons portant sur les décennies 1925 et 1935 et de ceux de 1915 et de 1945 conforte cette hypothèse. En effet, la différence entre les deux paires de sous-échantillons, en ce qui concerne les nouvelles internationales, est de 30 %, tandis qu’elle est de 27 % en ce qui touche le genre de la nouvelle. L’augmentation des nouvelles internationales durant les deux guerres rendrait donc compte, entièrement, de l’augmentation concomitante du genre de la nouvelle dans les sous-échantillons correspondants.

46  Le genre du reportage est constitué des sous-catégories suivantes : portrait, entrevue et reportage proprement dit. Ce genre se caractérise par une liberté de forme et de structure plus grande que dans la nouvelle, laquelle doit correspondre à une forme canonique particulièrement rigide dans la première moitié du xxe siècle. Une autre différence entre la nouvelle et le reportage touche l’autonomie du journal ou du journaliste par rapport à l’événement. Telle que nous la définissons ici, la nouvelle répond à l’impératif de l’événement. Une occurrence d’intérêt médiatique survient-elle, le journal y consacre une nouvelle. Dans le cas du reportage, l’initiative vient du journal ; il n’y a pas nécessairement d’occurrence particulière à l’origine de l’article ou, si occurrence il y a, le reportage ne vise pas à décrire l’événement en tant que tel (conformément aux prescriptions des topiques journalistiques), mais à en mettre en valeur un aspect, généralement déterminé par le journaliste.

47  Le reportage photographique est constitué d’images photographiques, uniquement ou principalement, accompagnées de leur légende. La nouvelle, brève ou longue, est un texte qui décrit un événement en conformité avec les topiques journalistiques. Évidemment, la longueur a des incidences sur la nature et la quantité d’information présente dans la nouvelle. La brève se limite souvent aux topiques principaux (action, acteur, lieu, temps) et à un seul niveau d’information, tandis que la nouvelle peut comporter plus de topiques et un nombre plus grand de niveaux d’information spécifique pour chaque topique (pour une description de la nouvelle ainsi définie, voir de Bonville, 1996). Le compte rendu est une application du genre de la nouvelle qui consiste à décrire rigoureusement une occurrence dans l’ordre de son déroulement et avec le plus d’exhaustivité possible (compte tenu de la contrainte de longueur imposée par le journal) sans chercher à mettre en valeur un aspect particulier de l’occurrence. Au début du xxe siècle, ce genre est souvent utilisé pour décrire une activité délibérante : assemblée législative, conseil municipal, réunion d’association, discours, etc.

48  Soit 36 %, 29 % et 25 %.

49  Il occupe 9 %, 6 %, 3 %, puis moins de 2 % en 1975 et 1985.

50  Nous avons vu plus haut que les textes non attribués à un auteur passent de 60 % en 1915 à 16 % en 1965. Ils sont négligeables en 1975 et 1985 et disparaissent par la suite.

51  Sauf en 1965 : dans le sous-échantillon correspondant, les dépêches d’agence ne portent aucune mention de source ou d’auteur.

52  Nous ne tenons pas compte de la caricature dans les comparaisons des décennies, puisque ce genre n’apparaît que dans le sous-échantillon de 1955.

53  Ces pourcentages baissent légèrement (10 et 15 %) si l’on exclut la caricature.

54  En 1915, 10 % de la surface accordée aux journalistes et 4 % dans les deux sous-échantillons suivants.

55  Il faut faire abstraction de l’année 1965. Dans ce sous-échantillon, les articles provenant des agences de presse ne sont pas signés et donc catégorisés comme source non identifiée.

56  Constitué des sous-catégories comprenant la revue de presse, le titre référentiel et d’autres éléments de contenu auxquels on ne peut assigner un genre en particulier.

57  Recension, chronique spécialisée et analyse proprement dite dans le premier cas ; éditorial, chronique d’opinion, caricature, critique, dans le second.

58  Entre 1 et 7 % dans les sous-échantillons de 1915 à 1935.

59  Entre 3 et 6 % de la surface rédactionnelle totale, sauf en 1965 (2,4 %).

60  Voir l’article de Sylvie Demers et Jean de Bonville dans ce numéro.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Pourcentage de la surface rédactionnelle des variables aire, sujet, genre et type d’auteurs, 1915 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2822/img-1.png
Fichier image/png, 50k
Titre Figure 2. Nombre moyen de pages par édition en semaine et la fin de semaine, 1915 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2822/img-2.png
Fichier image/png, 58k
Titre Figure 3. Surfaces rédactionnelle et publicitaire, 1915 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2822/img-3.png
Fichier image/png, 41k
Titre Figure 4. Surface rédactionnelle des titres, des textes et des photos, 1915 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2822/img-4.png
Fichier image/png, 43k
Titre Figure 5. Quantité moyenne d’information par édition, 1915 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2822/img-5.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure 6A. Nombre moyen d’articles par édition, 1915 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2822/img-6.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure 6B. Surface rédactionnelle moyenne d’un article, 1915 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2822/img-7.png
Fichier image/png, 28k
Titre Figure 7. Pourcentage de la surface rédactionnelle des catégories de la politique, de l’économie, des faits divers, des sports et des arts, 1915 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2822/img-8.png
Fichier image/png, 68k
Titre Figure 8. Pourcentage de la surface rédactionnelle des sous-catégories de la variable aire géographique, 1915 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2822/img-9.png
Fichier image/png, 95k
Titre Figure 9A. Pourcentage de la surface des catégories des arts, de l’économie, des faits divers et de la politique à l’échelon international, 1915 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2822/img-10.png
Fichier image/png, 42k
Titre Figure 9B. Pourcentage de la surface des catégories des arts, de l’économie, des faits divers et de la politique à l’échelon canadien, 1915 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2822/img-11.png
Fichier image/png, 44k
Titre Figure 10A. Pourcentage de la surface des catégories des arts, de l’économie, des faits divers et de la politique à l’échelon québécois, 1915 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2822/img-12.png
Fichier image/png, 38k
Titre Figure 10B. Pourcentage de la surface des catégories des arts, de l’économie, des faits divers et de la politique à l’échelon régional ou local, 1915 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2822/img-13.png
Fichier image/png, 38k
Titre Figure 11A. Pourcentage de la surface de la catégorie de la politique selon les aires géographiques, 1915 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2822/img-14.png
Fichier image/png, 76k
Titre Figure 11B. Pourcentage de la surface de la catégorie de l’économie selon les aires géographiques, 1915 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2822/img-15.png
Fichier image/png, 83k
Titre Figure 12. Pourcentage de la surface des principales catégories d’auteurs, 1915 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2822/img-16.png
Fichier image/png, 37k
Titre Figure 13. Pourcentage de la surface des principaux genres, 1915 à 200543
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2822/img-17.png
Fichier image/png, 47k
Titre Figure 14. Pourcentage de la surface rédactionnelle des sous-catégories du genre de la nouvelle, 1915 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2822/img-18.png
Fichier image/png, 63k
Titre Figure 15. Pourcentage de la surface rédactionnelle des genres journalistiques pratiqués par les journalistes, 1915 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2822/img-19.png
Fichier image/png, 51k
Titre Figure 16. Pourcentage de la surface rédactionnelle des genres journalistiques pratiqués par les collaborateurs, 1915 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2822/img-20.png
Fichier image/png, 51k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean de Bonville et Cyntia Darisse, « L’évolution du Devoir vue à travers les structures de son contenu », Communication [En ligne], Vol. 29/2 | 2012, mis en ligne le 07 mars 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/2822 ; DOI : 10.4000/communication.2822

Haut de page

Auteurs

Jean de Bonville

Jean de Bonville est professeur au Département d’information et communication de l’Université Laval. Courriel : jean.debonville@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Cyntia Darisse

Cyntia Darisse est chercheuse associée au Groupe de recherche sur les mutations du journalisme (GRMJ) de l’Université Laval. Courriel : cyntia.darisse@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org