Navigation – Plan du site
Articles

Le contenu iconographique du journal Le Devoir de 1945 à 2005

Jean de Bonville et Sylvie Demers

Résumés

Cet article dresse un portrait général de l’évolution du contenu pictural du journal montréalais Le Devoir entre 1945 et 2005. Une analyse de contenu catégorielle met en évidence l’évolution des deux rôles plus ou moins implicitement confiés à la photographie : rapporter les évènements et rendre le journal plus attrayant. Les auteurs examinent des variables fondamentales quant à la nature des images et à la place qui leur est consentie dans le journal à travers les décennies.

Haut de page

Texte intégral

1Les images et les photographies apparaissent aujourd’hui comme des composantes « naturelles » du journal quotidien. Pourtant, pendant plus d’un siècle, le journal a rendu compte des événements sans recourir à cette technique. Apparu pendant la deuxième moitié du xixe siècle, à l’occasion des premiers reportages de guerre, le photojournalisme n’a cessé depuis d’étendre son rayon d’action, ses moyens et ses modes d’expression.

  • 1  « Les éditeurs en sont venus à considérer les photos de presse, non seulement comme un moyen d’agr (...)

2La photographie trouve historiquement sa place dans la presse parce qu’elle renforce son pouvoir descriptif et sa crédibilité. Ainsi, en 1939, des journalistes du très sérieux Washington Post écrivent-ils dans un ouvrage consacré au photojournalisme et destiné à en montrer la valeur pour la presse : « Editors have come to see news pictures, not merely as a means of supplementing stories with illustrative ornaments, but, further, for what they are : the most precise, economical, and effective reporting of human events that there is » (Vitray et al., 1939/1973 : 3)1.

3À la même époque, le succès commercial confirmé des tabloïds illustrés, la popularité de la radio et l’arrivée de la télévision renforcent la concurrence sur le marché des médias et obligent les quotidiens « traditionnels » à repenser leur façon de présenter les nouvelles. La photographie apparaît, pour les éditeurs de l’époque, comme un moyen de faire face à cette compétition. L’arrivée de la photographie dans Le Devoir s’inscrit dans ce contexte de concurrence, concurrence avec la radio et la télévision, sans doute, mais surtout avec les autres quotidiens de Montréal.

  • 2  Signalons que, selon Vitray et al. (1939/1973), ces deux fonctions sont apparues dans l’ordre inve (...)

4Ainsi, la photographie a répondu, plus ou moins successivement, à deux visées complémentaires (Charaudeau, 1997 : 69). Tout d’abord, une visée manifeste, celle de rapporter les événements, de décrire l’actualité, en complémentarité avec le texte ou de manière relativement autonome. La seconde visée, intimement liée à la première mais touchant moins la dimension sémantique de la photo que sa dimension formelle et stylistique, est de rendre le journal attrayant, digne de l’attention des lecteurs dans un environnement caractérisé par une offre médiatique de plus en plus abondante2.

5Nous nous intéresserons dans cet article, essentiellement descriptif, à l’évolution de ces deux rôles que Le Devoir, comme l’ensemble de ses concurrents, a plus ou moins implicitement confiés à la photographie. Au regard du premier rôle, nous nous demanderons quels thèmes et quels contextes géographiques sont représentés dans les photographies du Devoir et quel est l’apport particulier de l’image par rapport au texte. Au regard du second, nous tenterons de répondre aux questions suivantes : quelles sont les caractéristiques générales des images du point de vue de la forme et du style ? Note-t-on des changements significatifs dans la fonction et le contenu de l’image photographique ? Au préalable, toutefois, nous chercherons à prendre la mesure de la dimension iconographique dans Le Devoir en nous demandant quel espace occupe le contenu iconographique et d’où il provient. Notre objectif est donc de décrire l’évolution d’un phénomène plus que d’en expliquer les causes ou le contexte. Cette dernière approche aurait nécessité l’analyse de données contextuelles, d’une autre nature, afin de présenter des informations certaines et systématiques.

  • 3  L’échantillon est constitué selon la technique dite de la semaine construite. Les semaines sont co (...)

6Les données sur lesquelles s’appuie notre recherche proviennent d’une analyse de contenu catégorielle effectuée sur les images du quotidien Le Devoir depuis l’introduction de la photographie. Afin de décrire le plus fidèlement possible l’évolution du contenu iconographique du journal, nous avons étudié des sous-échantillons aléatoires de 24 numéros par année reconstituant quatre semaines3 ; les sous-échantillons sont prélevés à intervalles de dix ans, de 1945 à 2005. Ces sept sous-échantillons laissent des intervalles relativement importants. Toutefois, s’ils n’autorisent pas une analyse fine de l’évolution de la photo dans Le Devoir et ne favorisent pas la détermination d’influences causales précises, ils permettent néanmoins de dégager des tendances générales à long terme et même de caractériser certaines conjonctures.

  • 4  Il est à noter que certaines éditions, particulièrement en 1945, ne comportent aucune image.
  • 5  Les photographies de documents sont des images de type photographique qui représentent une autre i (...)

7Le corpus ainsi obtenu est constitué de 3 134 images provenant de 168 numéros4. Les images analysées sont de nature diverse et comprennent des illustrations, des photographies, des photographies de documents5 et des photomontages, dont la répartition sera analysée plus loin. Les publicités, tout comme les images des rubriques nécrologiques ou illustrant des annonces de nomination, de mariage, etc., ainsi que les portraits des journalistes accompagnant leurs articles n’ont pas été pris en considération.

  • 6  Nous définirons ces variables au fur et à mesure de leur présentation.
  • 7  Le codeur principal a procédé à une seconde catégorisation de cet échantillon aléatoire, six mois (...)

8Chaque image du corpus a été mesurée, puis catégorisée en fonction de huit variables. Il s’agit du genre de l’image, de l’emploi spécifique qui en est fait, de sa source, de l’aire géographique et du thème qu’elle représente, de l’état de son sujet principal (posé ou sur le vif), du contexte de production des photographies et du lien de la photo avec son référent6. Les données ainsi obtenues ont été traitées statistiquement avec le logiciel SAS. La fidélité de la catégorisation a été mesurée selon la méthode test et retest7.

La place de l’image dans le journal

  • 8  C’est-à-dire la somme de tous les contenus du journal, à l’exception de la publicité, soit les tit (...)

9La « place » de l’image dans Le Devoir renvoie ici à une double dimension. La première, la plus évidente, renvoie à l’espace qu’elle occupe en regard des autres types de contenus scriptovisuels. Dans ce premier sens, le contenu iconographique se distingue matériellement du contenu rédactionnel8. La seconde dimension, plus abstraite, touche le rôle de l’image : nous nous demandons alors sous quelle forme et à quel titre l’image apparaît dans le journal, ce qu’elle est appelée à y « faire ».

La mesure du phénomène

  • 9  L’analyse du contenu rédactionnel du Devoir montre que le pourcentage d’images est presque nul en (...)

10L’image n’a pas toujours eu, dans le journal Le Devoir, l’importance qu’on lui accorde aujourd’hui. Pratiquement absente au cours des premières décennies d’existence du journal, ce n’est qu’à partir des années 1940 qu’elle s’y manifeste plus régulièrement9, mais, en 1945, les images occupent encore moins de 2 % de la surface rédactionnelle. Dans les 24 éditions du sous-échantillon de 1945, on ne dénombre que 58 images, dont aucune n’est présentée à la une. Avec une moyenne quotidienne de 2,4 images, leur présence n’est pas encore systématique, dans la mesure où, certains jours, le journal n’offre aucun contenu iconographique.

  • 10  Nous retrouvons, pour chacune des années étudiées, le nombre suivant d’images : 1945 : 58 images ; (...)
  • 11  Les données portant sur l’ensemble du journal incluent la une.

11Le faible nombre d’images dans le sous-échantillon de 1945 et la petite superficie qu’elles y occupent font de cette décennie un cas isolé dans notre corpus. On assiste tout au plus, en 1945, aux balbutiements d’un « médium » qui prendra graduellement de l’importance10dans Le Devoir et dont nous tenterons de décrire l’évolution. Pour ce faire, nous prendrons d’abord la mesure des images offertes par Le Devoir à partir de 1955 : combien y en a-t-il ? Quelle surface occupent-elles ? Quelle est leur taille en moyenne ? Nous répondrons à ces questions en distinguant l’ensemble du journal11 et la une.

Figure 1A. Répartition en cm2 de la surface rédactionnelle des titres, images et textes, 1945 à 2005

Figure 1A. Répartition en cm2 de la surface rédactionnelle des titres, images et textes, 1945 à 2005

Figure 1B. Répartition en pourcentage de la surface rédactionnelle des titres, images et textes, 1945 à 2005

Figure 1B. Répartition en pourcentage de la surface rédactionnelle des titres, images et textes, 1945 à 2005
  • 12  Ces données proviennent d’une autre analyse de contenu, effectuée sur des sous-échantillons de deu (...)
  • 13  Le nombre moyen de pages dans Le Devoir augmente graduellement entre 1945 et 1995 et diminue entre (...)

12La figure 1A présente, en valeurs absolues, la superficie occupée par chacune des trois catégories de contenu rédactionnel et permet d’apprécier l’évolution de la superficie occupée par l’image en tenant compte de l’augmentation du volume du journal12. Du fait de l’augmentation du nombre de pages entre les décennies étudiées13, la surface du journal est ainsi 1,7 fois plus grande en 2005 qu’en 1955. L’augmentation de la surface absolue occupée par l’image équivaut à l’augmentation de la surface rédactionnelle, puisqu’elle est aussi 1,7 fois plus grande en 2005 qu’en 1955.

13Comme l’illustre la figure 1B, l’image n’occupe pas une proportion très importante du contenu rédactionnel, puisqu’elle ne représente, pour l’ensemble des années étudiées, que 8,6 % de sa superficie. À titre de comparaison, toujours pour l’ensemble des années, la proportion occupée par les titres est de 17,1 %, tandis que les textes occupent 74,2 % de la surface. Nous avons donc affaire à un « média écrit », ou plus précisément à un média où l’écrit domine.

14Si le pourcentage du contenu rédactionnel occupé par l’imagedemeure très faible jusque dans les années 1940, la présence de ce type de contenu est au contraire marquée dans notre sous-échantillon de 1955, année où l’image occupe 17 % du contenu rédactionnel. Cette année se distingue en ce qu’elle est la seule décennie où l’image occupe une plus grande proportion du contenu rédactionnel que les titres. La part occupée par l’image retombe dès 1965 sous 8 % et ne dépasse pas les 10 % jusqu’en 1995. En 2005, le pourcentage de la surface rédactionnelle occupé par l’image s’élève à nouveau à près de 17 %.

15La distribution de la matière iconographique n’est évidemment pas uniforme dans l’ensemble du journal. Le lecteur contemporain, familier avec les journaux tabloïds et avec les règles de mise en page de la presse quotidienne en général, sait que la première page du journal contient souvent plus que sa part de contenu iconographique. Est-ce le cas du Devoir, qui s’adresse à un public réputé plus sérieux ?

Figure 2A. Répartition en cm2 de la surface rédactionnelle des titres, images et textes en une, 1945 à 2005

Figure 2A. Répartition en cm2 de la surface rédactionnelle des titres, images et textes en une, 1945 à 2005

Figure 2B. Répartition en pourcentage de la surface rédactionnelle des titres, images et textes en une, 1945 à 2005

Figure 2B. Répartition en pourcentage de la surface rédactionnelle des titres, images et textes en une, 1945 à 2005
  • 14  Ce n’est pas notre propos ici de décrire cette tradition. La proposition vise simplement à caracté (...)
  • 15  Nous ne comparons que les pages qui comportent des images afin de neutraliser l’effet de certains (...)

16Les figures 2A et 2B fournissent une réponse à cette question. Le Devoir de 1945, complètement dépourvu d’images à la une, relève sans doute d’une tradition journalistique en voie de s’éteindre au Québec, le journal d’opinion14. De façon générale, depuis 1945, on observe une augmentation constante de la proportion de la surface rédactionnelle occupée par les images en une. L’image apparaît avec force sur la première page du Devoir dans le sous-échantillon de 1955, puisque 21 % de la une y est consacrée. Le pourcentage diminue en 1965 (15 %), mais remonte par la suite pour se maintenir à près de 20 % ; en 2005, l’image occupe même 35 % de la une. De même, à partir de 1965, de façon générale, on observe une tendance à la hausse dans le nombre d’images à la une. De 1,8 en 1955, le nombre moyen est passé à 5,8 en 2005 ; cette progression est plus marquée que dans les autres pages du journal comportant des images15. En 2005, la superficie occupée par les images en une dépasse ainsi celle du texte, pourtant largement dominant dans les sous-échantillons précédents.

  • 16  « The function of Page One is twofold : to sell the paper, and to get the whole paper read » (Vitr (...)

17Dans tous les sous-échantillons, la une se distingue du reste du journal par l’importance de la surface consacrée à l’image. L’écart entre la une et l’ensemble du journal n’est que de 40 % en 1955, mais par la suite, l’image occupe systématiquement deux ou trois fois la surface qu’elle occupe par page dans l’ensemble du journal. Cette surreprésentation de l’image en une s’explique par la fonction de cette première page, la plus en vue du journal, qui est d’attirer l’attention du lecteur16.

  • 17  Pour obtenir la taille moyenne des images, nous avons, pour chaque sous-échantillon, divisé la sup (...)

18Comme l’illustre la figure 3, la taille moyenne17 des images a tendance à augmenter dans l’ensemble du journal, puisque celles-ci sont en moyenne 42 % plus grandes en 2005 (71,4 cm2) qu’en 1945 (42,1 cm2). Les années 1955 (60 cm2) et 1975 (73,9 cm2) se démarquent de ce point de vue, les images y étant particulièrement grandes.

Figure 3. Dimensions moyennes des images en une et dans l’ensemble du journal, 1945 à 2005

Figure 3. Dimensions moyennes des images en une et dans l’ensemble du journal, 1945 à 2005
  • 18  À titre de comparaison, les images, en 1975, sont 72 % plus grandes qu’en 1965, 44 % plus grandes (...)
  • 19  Par exemple, en 1975, les dimensions des images dans cette page sont en moyenne 34 % plus grandes (...)
  • 20  À titre de comparaison, les images, en 1975, sont 72 % plus grandes qu’en 1965, 44 % plus grandes (...)
  • 21  Nous ne disposons toutefois d’aucune preuve à l’appui de cette explication, qui doit être considér (...)

19Les décennies 1955 et 1975 font exception à la tendance générale de trois points de vue : premièrement, les dimensions des images sont beaucoup plus grandes que dans les sous-échantillons voisins (figure 3)18 ; deuxièmement, le nombre d’images à la une y est bien moindre que dans les autres sous-échantillons ; troisièmement, les dimensions moyennes des images sont plus grandes en une qu’à l’intérieur du journal (figure 3)19. En 1975, les dimensions moyennes des images atteignent un niveau indépassé depuis20. Cette augmentation de la taille des images pourrait s’expliquer en partie par la valorisation du travail du photojournaliste du Devoir. Alors que dans les années 1950 les photographies « maison » du Devoir étaient réalisées par des collaborateurs contractuels ou par les journalistes, pour la première fois, en 1974, le journal embauche un photojournaliste permanent. Les dimensions des images réalisées par le personnel du Devoir augmentent ainsi de 82 % entre 1965 et 1975, nettement plus que les dimensions des images en provenance d’agences de presse (55 %)21.

20Que sont ces images ?

21Nous avons réparti les images qui occupent les pages du Devoir en quatre genres, qui correspondent aux différents moyens d’expression iconographiques utilisés par le journal. Les deux premiers genres, les photographies de documents et les photographies proprement dites, relèvent du même « médium » photographique, tandis que les illustrations relèvent d’autres « médiums », comme la peinture et le dessin technique ou à main levée, notamment. Le photomontage, enfin, est une photographie altérée en vue d’en modifier les éléments figuratifs ou encore le résultat d’un agencement de plusieurs éléments relevant principalement du « médium » photographique, avec parfois des éléments d’illustration.

Figure 4A. Exemple de la catégorie du photomontage (29 novembre 2008)

Figure 4A. Exemple de la catégorie du photomontage (29 novembre 2008)

Figure 4B. Exemple de la catégorie du photomontage (6 décembre 2008)

Figure 4B. Exemple de la catégorie du photomontage (6 décembre 2008)
  • 22  Le thème des arts occupe 81 % de la surface consacrée à la catégorie de la photographie de documen (...)
  • 23  Compte tenu de la prépondérance du genre photographie, cette catégorie recevra plus loin une atten (...)

22Comme le montre la figure 5, la photographie domine le contenu iconographique pour l’ensemble des années étudiées avec 86 % de la surface iconographique. Les photographies de documents (captures d’écran, couvertures de livres, reproductions de peintures ou d’affiches, etc.), qui relèvent principalement du thème des arts22, arrivent au deuxième rang, avec une superficie de 7 %. Les images relevant du « médium » photographique totalisent ainsi, pour l’ensemble des années, 93 % de la surface iconographique23.

Figure 5. Pourcentage de la surface occupée par chaque catégorie d’images, 1945 à 2005

Figure 5. Pourcentage de la surface occupée par chaque catégorie d’images, 1945 à 2005
  • 24  Nous avons considéré l’image comme un photomontage lorsqu’il était manifeste qu’elle avait été ret (...)
  • 25  La présence plus grande de l’illustration et du photomontage en 1995 s’explique par l’importance p (...)

23Les photomontages24 représentent une proportion marginale (0,6 %) des images sur l’ensemble des années. L’évolution des techniques de photographie, de mise en page et d’impression, de même que le développement du traitement numérique de l’image pendant la période étudiée suggèrent, a priori, que l’on retrouvera le photomontage en plus grande proportion dans les sous-échantillons les plus récents. Cela se vérifie pour la surface occupée par les images de ce genre en 1995 (4,5 %)25et 2005 (2,4 %). Celles-ci demeurent rares, mais leur taille est en général relativement grande. Pour l’année 1945, le petit nombre de cas observés ne permet pas de généralisation.

24Entre 1945 et 1955, la superficie occupée par l’illustration demeure sensiblement la même en nombres absolus, mais elle diminue considérablement en pourcentage (de 19,3 % à 2,9 %), à cause de l’augmentation sensible du nombre de photos. Après 1955, l’augmentation de la place de l’image dans le journal demeure en gros attribuable à la photographie. En effet, de 1965 à 2005, la part de l’illustration se situe entre 1,7 % (1975) et 9,2 % (1995).

25Que l’image soit une photo ou une illustration, elle joue un certain rôle, elle occupe une certaine place par rapport au reste du contenu. De ce point de vue, il ne faut pas nécessairement conclure que l’augmentation du nombre ou de la surface des images signifie que l’importance, l’intérêt ou le poids qui lui est consenti par Le Devoir en tant que contenu autonome ait évolué en parallèle. L’analyse des emplois spécifiques faits de l’image nous permettra de vérifier si la place de l’image dans le journal a évolué dans ce second sens aussi.

  • 26  Nous avons créé cette variable à partir de l’observation empirique de certaines caractéristiques d (...)
  • 27  Rappelons que les vignettes présentant les journalistes n’ont pas été prises en compte dans cet ar (...)

26Nous avons identifié quatre catégories d’emplois pour les images que nous avons traitées26 : dans les deux premières catégories, la photo illustre un événement traité dans l’article ou se suffit à elle-même (brève photographique) ; les deux autres catégories correspondent à un emploi signalétique de la photo, par rapport soit au contenu référentiel de l’article (vignette, image de très petite taille insérée dans le corps du texte), soit au contenu du journal lui-même (renvoi iconique)27.

Figure 6. Pourcentage du nombre total d’images de chaque type d’emploi, 1945 à 2005

Figure 6. Pourcentage du nombre total d’images de chaque type d’emploi, 1945 à 2005

27Notre analyse montre qu’on assiste, d’une part, à un changement important du type d’emploi de l’image dans le temps et, d’autre part, à l’apparition de nouveaux emplois.

  • 28  Des photographes interviewés dans le cadre de cette recherche nommaient pour leur part cet ensembl (...)

28En 1945, la majorité des images sont des brèves photographiques. La brève photographique se présente seule : l’image n’accompagne pas un article. Elle est généralement surmontée d’un titre et suivie d’un texte en bas de vignette. Une image fait partie de cette catégorie lorsqu’elle occupe une surface plus grande ou égale à celle du texte. La brève photographique28 est donc un ensemble qui joue un rôle similaire à la nouvelle brève, à la différence que c’est à la photo qu’il revient ici de « raconter » la nouvelle.

Figure 7. Exemple de la catégorie de la brève photographique (6 juillet 2010)

Figure 7. Exemple de la catégorie de la brève photographique (6 juillet 2010)

29L’image qui « accompagne un article » devient plus fréquente dès 1955. On reconnaît que l’image accompagne un article lorsqu’elle est liée graphiquement ou thématiquement à celui-ci, peu importe la nature et la force de ce lien, par exemple, quand la photographie est placée à l’intérieur de la limite créée par les filets qui séparent deux articles. Une observation attentive des pages de journal montre cependant que l’utilisation de l’image à cette époque est encore relativement « maladroite ». L’image est souvent disposée dans la page d’une façon qui laisse à penser que l’on ne maîtrise pas parfaitement ce nouveau « médium ». La photographie ne se trouve pas nécessairement à proximité de l’article qu’elle illustre, ce qui peut parfois en fausser l’interprétation, puisque l’image semble à première vue liée à un autre titre. Ce constat témoigne de la contrainte technique que constitue, à l’époque, la composition typographique. Réalisée au plomb à l’aide de linotypes, la grille du journal est alors moins flexible, et la photographie est insérée là où on peut techniquement la placer. Nous pouvons supposer aussi qu’elle était le dernier élément inséré dans la page, après le texte, les titres et la publicité.

30En 1965, les images qui accompagnent un article dépassent en nombre (78,4 %) et en superficie (70,6 %) les brèves photographiques (20,9 % en nombre et 29,3 % en superficie). Les images illustrant des faits divers demeurent toutefois le plus souvent présentées sous la forme de brèves photographiques jusqu’en 1985, alors que cet emploi est à son plus bas (4,7 % en nombre et 7,2 % en superficie) dans l’ensemble des photos. Depuis, la proportion des brèves photographiques est faible et relativement constante.

Figure 8A. Exemple de la catégorie de la vignette (8 juillet 2010)

Figure 8A. Exemple de la catégorie de la vignette (8 juillet 2010)

Figure 8B. Exemple de la catégorie de la vignette (15 décembre 2008)

Figure 8B. Exemple de la catégorie de la vignette (15 décembre 2008)

31La photocomposition, qui fait son entrée dans la presse quotidienne dans les années 1960, favorise l’utilisation de la photo. Par ailleurs, on voit apparaître, dans les années 1980, de nouvelles façons d’utiliser l’image dans Le Devoir : mise en valeur de l’index, aperçu, citation, mise en exergue, etc. L’apparition fréquente de toutes petites images placées en exergue dans le corps du texte a ainsi justifié la création de la catégorie de la vignette(figures 8A et 8B). Les images ont été classées dans cette catégorie lorsqu’elles étaient disposées dans le corps du texte d’un article et que leurs dimensions étaient inférieures à 2,5 cm x 2,5 cm. Présente pour la première fois dans le sous-échantillon de 1985, cette catégorie est le plus souvent liée à des articles qui traitent de politique. Vu leur petite taille, les images de cette catégorie semblent appréciées pour désigner les acteurs d’une nouvelle. On y voit par exemple le portrait d’une personne dont il est question dans l’article ou qui est le sujet d’une citation.

Figure 9A. Exemple de la catégorie du renvoi iconique (7 juillet 2010)

Figure 9A. Exemple de la catégorie du renvoi iconique (7 juillet 2010)

Figure 9B. Exemple de la catégorie du renvoi iconique (17 juillet 2010)

Figure 9B. Exemple de la catégorie du renvoi iconique (17 juillet 2010)

32Les renvois iconiques(figures 9A et 9B) sont des images de petite taille utilisées dans un sommaire pour attirer l’attention du lecteur sur un sujet traité plus loin dans le journal. Si, très exceptionnellement, on observe des renvois iconiques dès 1955, ce n’est qu’à partir de 1995 que les catégories de la vignette et du renvoi iconique prennent réellement de l’importance dans le corpus, dépassant chacune en nombre la brève photographique. Ces deux emplois relèvent principalement, pour ce sous-échantillon, des thèmes de la politique et des arts. En 2005, les vignettes codées économie (22,2 %) dépassent en nombre les vignettes codées arts (16,2 %), tandis que les vignettes codées politique (51,5 %) demeurent au premier rang. Cependant, quand on étudie le corpus en fonction de la superficie occupée par les images, ces deux catégories occupent une portion négligeable du contenu iconographique. En effet, ces deux nouveaux emplois de l’image, bien que relativement fréquents en 1995 et 2005, se caractérisent par des images de toutes petites dimensions.

Les caractères généraux des images

33Nous avons pu observer, dans la première partie, la progression de la place accordée à l’image dans Le Devoir ainsi que la diversification de ses usages. Dans cette deuxième partie, nous nous posons à leur sujet les mêmes questions qui sollicitent les analystes à propos du contenu de la presse en général : de quoi est-il question ? Où cela se passe-t-il ? En d’autres termes, quels thèmes et quelles aires géographiques les images illustrent-elles principalement ? Mais au préalable, nous chercherons à déterminer leur provenance, leurs auteurs.

La source des images

  • 29  Pour les sous-échantillons de 1985, 1995 et 2005, les articles sans source représentent de 1,86 % (...)
  • 30  Il serait intéressant d’analyser plus en profondeur les raisons de cette absence de source, ce que (...)

34Les images présentées dans Le Devoir proviennent de sources diverses. Toutefois, comme le montre la figure 10, pour l’ensemble des années étudiées, il semble que la pratique courante soit longtemps de ne pas désigner les sources. Absente dans la majorité des cas pour les décennies 1945 à 1965, la mention de la source devient plus fréquente en 1975. La source est alors mentionnée pour 40 % des images, contre 15 % en 1965. Il faut attendre 1995 pour que cette proportion passe au-dessus des 50 %, alors que pour 40 % des images encore, la source n’est pas mentionnée. Ainsi, il demeure difficile d’établir avec certitude la ventilation des sources, puisque dans tous les cas, la catégorie source non indiquée demeure la catégorie modale. L’absence fréquente de la mention de la source est cependant révélatrice de la valeur accordée à l’image en tant que contenu d’information. Si la mention de la source est généralisée en ce qui concerne le texte des articles à partir du sous-échantillon de 197529, il n’en est pas de même dans le cas de la photographie, puisque, encore en 2005, 31,7 % des photos ne peuvent être attribuées à une source précise30.

Figure 10. Nombre d’images provenant de chaque type de sources, 1945 à 2005

Figure 10. Nombre d’images provenant de chaque type de sources, 1945 à 2005
  • 31  En 1965, les articles provenant des agences de presse ne sont pas désignés comme tels. Il se pourr (...)

35Apportons cependant une nuance à ce qui précède : si le nombre d’images sans source demeure élevé sur l’ensemble des années étudiées, la superficie occupée par ces images passe en revanche de 77 % en 196531 (année où elle est la plus élevée) à 10 % de la superficie du contenu iconographique en 2005. L’absence fréquente de source aurait de quoi surprendre dans les années les plus récentes étant donné, notamment, la législation liée à la propriété intellectuelle. En 1995 et 2005, cependant, les images sans source sont principalement constituées de vignettes et de renvois iconiques.

36Les images pour lesquelles une source est indiquée proviennent, pour l’ensemble des décennies, principalement d’agences de presse (37,6 %) et de photographes qui travaillent pour Le Devoir (30,3 %). Elles proviennent aussi d’organismes ou de compagnies (11,7 %), de photographes dont l’affiliation nous est inconnue (8,8 %) ou des archives du journal (8 %). Depuis 1955, les sujets canadiens, américains et internationaux sont principalement illustrés avec des images en provenance des agences de presse, tandis que les sujets québécois le sont principalement avec des images réalisées par les photographes du journal.

Figure 11. Répartition pourcentuelle du nombre et de la surface rédactionnelle des images fournies par les photographes du journal Le Devoir, 1945 à 2005

Figure 11. Répartition pourcentuelle du nombre et de la surface rédactionnelle des images fournies par les photographes du journal Le Devoir, 1945 à 2005

37Les journalistes rattachés au Devoir ne figurent pas parmi les sources de photos en 1945, mais dès 1955, ils revendiquent le plus grand nombre de photos pour lesquelles une source est indiquée, leur part se maintenant autour de 45 % jusqu’en 1975.

38En 1955 et 1965, Le Devoir obtient des images grâce à des collaborateurs contractuels et aux journalistes, qui fournissent en moyenne 1,7 photo par édition en 1955 et 0,8 en 1965. Le premier photographe permanent, embauché par Le Devoir en 1974, y travaille jusqu’en 1977. En 1975, Le Devoir publie en moyenne, par semaine, une dizaine de photos de ce dernier (1,7 par jour). En 1978, un autre photographe lui succède et assume seul le service photo du journal pendant les treize années suivantes. En 1985, le nombre d’images réalisées par ce photographe passe à une moyenne de plus de deux images par édition. En 1991, un autre photographe est embauché, et Le Devoir profite dès lors des services d’une équipe de deux photojournalistes permanents, l’un attitré principalement aux arts, l’autre à l’actualité et à la politique. En 1995, chaque édition contient en moyenne près de 5 (4,7) de leurs photos.

  • 32  En 2005, leurs photos sont 1,74 fois plus grandes qu’en 1955.

39Le Devoir profite aussi du travail de photographes contractuels réguliers, de sorte qu’en 2005, il publie chaque jour près de 8 photos (7,9) des photographes à son service. De façon générale, on note donc une augmentation, dans le temps, du nombre d’images fournies par les photographes qui travaillent au Devoir, ce nombre étant près de cinq fois plus élevé en 2005 qu’en 1955. Cette augmentation compense l’augmentation du nombre total d’images en provenance des différentes sources, ce qui fait qu’en proportion, la contribution de ces photographes est relativement stable entre 1975 et 2005. Ainsi, les images en provenance de cette source constituent, entre 1975 et 2005, près du tiers (32,1 %) des images pour lesquelles une source est indiquée. Mentionnons aussi que la dimension moyenne des images provenant de ces photographes augmente à chaque sous-échantillon depuis 195532. Les images en provenance d’agences de presse, deuxième source en importance, demeurent pour leur part sensiblement de mêmes dimensions. Depuis 1955, si l’on s’en tient aux photos dont les sources sont indiquées, les photographes du Devoir fournissent à eux seuls plus de la moitié (50,5 %) des photos concernant le Québec et constituent ainsi la source la plus importante pour les images visant cette aire géographique.

Figure 12. Répartition pourcentuelle du nombre et de la surface rédactionnelle des images fournies par une agence de presse, Le Devoir, 1945 à 2005

Figure 12. Répartition pourcentuelle du nombre et de la surface rédactionnelle des images fournies par une agence de presse, Le Devoir, 1945 à 2005
  • 33  Notons que les agences varient d’une année à l’autre, bien que l’Associated Press et la Presse Can (...)
  • 34  Cette proportion demeure semblable en 1965 (31,7 %). En 1975 (55,7 %) et 1985 (51,6 %), c’est envi (...)

40Absentes des colonnes du Devoir en 1945, les photographies provenant d’agences de presse33 représentent 33 % des images pour lesquelles une source est indiquée en 195534. Depuis 1955, sauf en 1985 (85 %), les agences de presse fournissent de 60 à 70 % des photos accompagnant des articles touchant la politique et constituent ainsi la principale source pour ce thème. Les photographes du Devoir fournissent le reste des images concernant la politique pour l’ensemble des années, sauf dans les sous-échantillons de 1995 et de 2005 où quelques photos en provenance d’organismes ou de compagnies illustrent ce thème.

  • 35  En 2005, les organismes et compagnies fournissent 69,7 % des photographies prises en studio pour l (...)

41Le recours à des photos fournies par des organismes ou des compagnies n’est pas nouveau. En effet, en 1945, la majorité des images pour lesquelles une source est indiquée (n = 10/12) provient d’un organisme ou d’une compagnie. Nous comptons dans cette catégorie les organisations et entreprises privées, les institutions, les organismes publics et parapublics. Cette source disparaît progressivement à partir de 1955, pour réapparaître en 1985. Sa présence reprend progressivement de l’importance depuis. Ainsi, en 2005, près de 15 % des images pour lesquelles une source est mentionnée proviennent d’organismes ou de compagnies. Pour 1995 et 2005, les images de cette source illustrent principalement les thèmes des arts (55,9 %) et de la consommation (16,5 %). Signalons au passage que, dans ces deux secteurs, les relations de presse sont très développées. Une lecture croisée des données fait ressortir que les photographies provenant de cette catégorie de sources sont plus souvent « travaillées », ou le résultat d’une mise en scène, dans la mesure où elles sont plus souvent réalisées en studio que les photographies d’autres sources35.

Les aires géographiques représentées dans les images

  • 36  Nous avons attribué aux images la même aire géographique que celle du texte qu’elles accompagnent.

42La productivité particulièrement élevée des photojournalistes du Devoir influence-t-elle la représentation du Québec à l’intérieur de la surface iconographique ? Nous avons analysé la dimension géographique des images en nous demandant quelle aire géographique était représentée36. Nous pouvons constater que, de fait, le Québec est l’aire géographique la plus généreusement représentée dans Le Devoir, et cela, dans tous les sous-échantillons. En effet, à elles seules, les images liées à des nouvelles québécoises occupent, dans l’ensemble du corpus, 48,5 % de la surface iconographique.

Figure 13. Pourcentage de surface accordée à chaque aire géographique, 1945 à 2005

Figure 13. Pourcentage de surface accordée à chaque aire géographique, 1945 à 2005
  • 37  La petite dimension des sous-échantillons d’images à la une fait en sorte que la marge d’erreur es (...)

43Les images illustrant des nouvelles internationales viennent au deuxième rang, sauf en 1955 et 1965. La part de cette aire géographique affiche une tendance à la hausse depuis 1955, année où elle est à son plus bas, atteignant, en 2005, 27 % de la superficie accordée au contenu iconographique. Viennent ensuite les images concernant le Canada, qui occupent un intervalle allant de 7 % en 1995, année où elles sont les moins nombreuses, à 15,8 %, en 1985. Les résultats sont sensiblement les mêmes en ce qui concerne la une, où, cependant, en 2005, la part des nouvelles internationales est plus forte que celle des nouvelles québécoises37.

Les thèmes couverts par les images

  • 38  Pour une analyse plus détaillée de la variable thème, voir dans ce numéro l’article de Jean de Bon (...)

44Les thèmes traités par les images, tout comme les thèmes traités dans les articles, sont influencés par les champs d’intérêt des contemporains et les aléas de l’actualité. La variable thème a été codée au regard du thème abordé par l’article ou les éléments de contenu éditorial accompagnant les images38. La question n’est donc pas ici « qu’est-ce que les images illustrent ? », mais plutôt « quels sont les thèmes du journal qui sont illustrés par des images ? ». Cette approche nous permet d’éviter les biais qui auraient pu résulter de la polysémie des images. Malgré les refontes successives du journal, l’importance accordée à chaque thème, illustrée par la figure 14, donne un indice de l’évolution de la politique éditoriale du journal.

Figure 14. Pourcentage de surface accordée aux principaux thèmes traités par les images, 1945 à 2005

Figure 14. Pourcentage de surface accordée aux principaux thèmes traités par les images, 1945 à 2005

45Ainsi, certains thèmes occupent une plus grande proportion de la surface iconographique. Deux thèmes ressortent particulièrement de l’ensemble. Les thèmes des arts et de la politique (plus de 20 % chacun) se partagent en effet successivement la première place au fil des décennies, tant en nombre d’images qu’en superficie occupée. Les autres thèmes sont nettement moins importants, comme l’illustre la liste suivante : société (11,8 %), économie (11,6 %), consommation (10,8 %), faits divers (7 %) et sports (6,9 %).

  • 39  Cette prépondérance est évidemment attribuable au très petit nombre de cas.
  • 40  Les pourcentages indiqués sont relatifs à la superficie.
  • 41  Le thème de la consommation atteint un sommet en 2005.

46Les images illustrant le thème des arts sont les plus nombreuses et occupent la plus grande superficie en 1945 (42,4 %)39, 1975 (17,6 %) et 1995 (33,3 %)40. En 2005, les images codées arts(16,9 %) viennent au deuxième rang, suivies des images codées économie (15,1 %) et consommation (14,9 %)41.

47Les images codées politiqueoccupent la plus grande proportion de la superficie et sont les plus nombreuses en 1965 (29,6 %), 1985 (20,6 %) et 2005 (27,1 %). De 1945 (31,2 %) à 1975 (12,7 %), le thème de la politique affiche une tendance à la baisse. Cette tendance s’inverse de 1975 (12,7 %) à 2005 (27,1 %).

48Peu importantes dans l’ensemble de la surface iconographique, les images codées faits divers occupent le deuxième rang en 1975 (15 %), suivies des images codées sports (13,3 %). Par ailleurs, le thème de l’économie occupe une part plus grande de la surface iconographique à partir de 1985 (18,5 %).

49L’année 1955 se distingue à plusieurs égards. D’abord, elle constitue la seule exception à la domination des deux thèmes que sont les arts et la politique : alors que la proportion occupée par les images de sports est secondaire pour l’ensemble des années, ce sont pourtant celles qui sont les plus nombreuses et qui occupent la plus grande superficie en 1955 (25,1 %). De plus, non seulement les thèmes des arts (11,6 %) et de la politique (3,9 %) ne dominent pas, mais encore, pour cette seule année, ils sont parmi les thèmes les moins bien représentés par l’image. Pour cette décennie, le thème des arts (11,6 %) arrive au cinquième rang, après le thème de la consommation (12,6 %), et le thème de la politique arrive au septième rang, après l’économie (4,6 %). Cette observation nous renseigne sur le caractère considéré alors comme peu attrayant des images de ces deux thèmes pourtant chers au Devoir sur l’ensemble des décennies étudiées.

50De même, 1975 apparaît comme une année singulière dans le corpus. Tout comme dans le sous-échantillon de 1955, les faits divers (15 %) y occupent une part plus grande de la surface iconographique que la politique (12,7 %). L’écart entre les différents thèmes y est moins important que pour les autres années étudiées.

  • 42  La moyenne a été établie à partir de l’observation des sept échantillons confondus.
  • 43  Il serait pertinent de se pencher sur les raisons de cette tendance. Cet aspect n’est pas abordé i (...)

51Certains thèmes semblent favorisés du point de vue des dimensions des images. C’est le cas des images illustrant des faits divers ou les thèmes de la société et de la consommation, dont les images sont plus grandes en moyenne. En revanche, les images des thèmes des arts, de la politique et des sports sont en général plus petites que la moyenne42. Ainsi, les images portant sur des faits divers sont 56 % plus grandes que celles qui illustrent le thème de la politique. Le contenu même des images explique sans doute en partie ces écarts. Les thèmes de la politique et des arts comportent la plus grande proportion d’images mettant à l’avant-plan une personne seule ou une personnalité publique, comme un politicien ou un artiste connu. Au contraire, les images illustrant des faits divers représentent souvent un paysage urbain ou un groupe de personnes. Or ce genre d’images est en général de plus grandes dimensions que les images illustrant des personnalités publiques43.

  • 44  Pour faire cette analyse comparative, nous avons utilisé les résultats d’une analyse du contenu ré (...)

52Nous avons vu que deux thèmes (arts et politique) dominent en général le contenu iconographique du Devoir. La prédominance des images illustrant ces deux thèmes s’explique-t-elle par leur importance relative dans l’ensemble du contenu rédactionnel ? La figure 15 compare la proportion de la superficie occupée par chacun des thèmes dans l’ensemble du contenu rédactionnel et la proportion de la superficie des images qui leur est accordée. Par exemple, un thème traité dans 20 % de la surface rédactionnelle et dans 30 % de la surface iconographique serait favorisé ou mis en valeur par l’image44.

Figure 15. Pourcentage de la surface occupée par les thèmes traités, par les images et dans l’ensemble de la surface rédactionnelle, 1945 à 2005

Figure 15. Pourcentage de la surface occupée par les thèmes traités, par les images et dans l’ensemble de la surface rédactionnelle, 1945 à 2005
  • 45  Notons que le contenu rédactionnel comprend les images. Si l’on faisait abstraction de celles-ci, (...)
  • 46  Le thème des faits divers occupe une surface 2,4 fois plus importante pour les images que pour le (...)
  • 47  La proportion de la superficie occupée par le thème des arts est 2,15 fois plus grande dans le cas (...)
  • 48  Les écarts entre contenu rédactionnel et contenu iconographique dans le cas de ces trois thèmes so (...)

53La figure 15 suggère les observations suivantes. Premièrement, les écarts entre catégories sont généralement moins grands dans le contenu iconographique que dans l’ensemble de la surface rédactionnelle45. Deuxièmement, certains thèmes occupent une proportion beaucoup plus importante dans le contenu iconographique que dans l’ensemble du contenu rédactionnel. C’est le cas de la surface occupée par le thème de la consommation, qui est plus de trois fois plus grande dans le contenu iconographique que dans l’ensemble du contenu rédactionnel. On observe des écarts semblables en faveur de l’image pour d’autres thèmes comme les faits divers46 ou les arts47. En contrepartie, certains thèmes semblent moins « illustrés » que ne le justifierait leur importance dans le contenu rédactionnel. C’est le cas notamment des thèmes de l’économie, de la politique et des sports48. Ces écarts s’observent, à quelques exceptions près, pour l’ensemble des décennies étudiées.

  • 49  Ces caractéristiques pourraient faire l’objet d’une analyse plus poussée, mais l’objectif demeure (...)

54Comment expliquer la survalorisation de certains thèmes par la photographie et la sous-valorisation corrélative de certains autres ? Nous avons déjà souligné l’influence possible du contenu de l’image sur les dimensions moyennes des images pour chacun des thèmes. Ce constat ne saurait pourtant expliquer à lui seul le phénomène observé ici, puisque les résultats obtenus suivent la même tendance, que la distribution thématique des images soit calculée en fonction de leur superficie ou du nombre d’images. Ainsi, il serait intéressant de se pencher plus attentivement sur le contenu des images. Que représentent-elles ? Quel est leur cadrage ? Quel rapport entretiennent-elles avec le texte ? En effet, le recours plus fréquent à l’image pour certains thèmes, secondaires dans le journal, et moins fréquent pour d’autres thèmes privilégiés par Le Devoir pourrait s’expliquer, en partie, par les caractéristiques intrinsèques de l’image et des thèmes traités. Certains thèmes se prêtent mieux à l’image que d’autres. Par exemple, existe-t-il meilleure façon de représenter les arts que par « l’art » lui-même ? Existe-t-il meilleure façon de décrire une œuvre que de la montrer ? Le fait est que la nature même du photojournalisme, à mi-chemin entre journalisme et art, fait en sorte que l’image se prête particulièrement bien à la représentation de l’art et de la culture. Le thème de la consommation convient bien aussi à la représentation iconographique, puisqu’il comprend entre autres la mode, le tourisme et la chronique automobile, autant de sujets où l’image permet de montrer ce que, souvent, le journaliste peine à décrire. Il en va de même pour le fait divers qui, lui aussi, relève de la description d’un événement plus que de l’explication d’un enjeu. En revanche, un thème « descriptif » comme les sports n’est pas surreprésenté par la photographie. Outre la congruence ou l’affinité entre certains thèmes et le contenu iconographique, il existe probablement des caractéristiques de l’image qui ont donc aussi une influence sur l’intérêt qui leur est consenti49.

55L’analyse du contenu iconographique de la une montre que certains thèmes s’y trouvent beaucoup mieux représentés que dans l’ensemble du journal. En effet, en une, les thèmes occupant une proportion importante du contenu iconographique sont beaucoup moins nombreux.

Figure 16. Pourcentage de la surface occupée par les images et l’ensemble du contenu rédactionnel pour les thèmes traités en une, 1945 à 2005

Figure 16. Pourcentage de la surface occupée par les images et l’ensemble du contenu rédactionnel pour les thèmes traités en une, 1945 à 2005
  • 50  Ce sous-échantillon est dominé par les thèmes des faits divers (n = 21/43) etde la société (n = 13 (...)
  • 51  Par ordre décroissant de superficie, voici la liste des thèmes occupant la une : politique (41,6 % (...)

56Comme l’illustre la figure 16, les thèmes de la politique, des faits divers et de la société se partagent la plus grande part du contenu iconographique de la première page. De façon générale, la politique y domine ainsi largement, tant par le nombre d’images qu’en superficie, sauf pour l’année 1955, première année où l’image y est présente50. L’année 1965 marque pour ainsi dire un retour à la normale : la superficie consacrée aux images sur le thème de la politique (n = 54/74) augmente sensiblement, tandis que la superficie consacrée aux faits divers (n = 1/74) se contracte fortement. On assiste, depuis 1975, à une diversification des thèmes présentés en images sur les unes. L’écart entre les différents thèmes est beaucoup plus marqué en une que dans l’ensemble du journal. Pour l’ensemble des années, l’importance relative de chaque thème varie cependant, en ce qui a trait aussi bien au nombre qu’à la surface occupée51.

  • 52  Ainsi, le thème de la politique, qui, dans l’ensemble des sous-échantillons, occupe 29 % de la sur (...)
  • 53  Le corpus comporte 742 images codées politique, dont 249 présentées en une.
  • 54  Le corpus comporte 746 images codées arts, dont 57 seulement sont présentées en une.
  • 55  Dans la plupart des quotidiens généralistes, comme Le Devoir, les « arts » constituent une rubriqu (...)

57Certains thèmes qui sont sous-représentés à la une, si l’on considère leur part de la surface rédactionnelle, y sont en revanche surreprésentés dans le contenu iconographique. C’est le cas des thèmes de la politique, des faits divers et de la société52. Le phénomène s’observe aussi dans le nombre d’images. Par exemple, c’est 33,5 % du nombre total d’images traitant de politique qui est présenté sur cette seule page53. En revanche, d’autres thèmes sont défavorisés dans leur exposition à la une. Ainsi, les images relatives aux thèmes des arts, de la consommation et des sports sont sous-représentées en une, si on les compare à leur importance dans le contenu rédactionnel de l’ensemble du journal. Par exemple, seulement 7,6 %54 des images relatives aux arts paraissent à la une55.

  • 56  Entre 1985 et 2005, c’est entre 38,2 % (1985) et 42,4 % (2005) des images représentant un objetqui (...)
  • 57  Le thème étant, en soi, plus abstrait, il serait intéressant de se pencher sur les caractéristique (...)

58Bien qu’il soit important dans le contenu rédactionnel, le thème de l’économie demeure sous-représenté dans le contenu iconographique. L’écart est encore plus prononcé à la une. Les images relatives à ce thème se trouvent en effet principalement dans les pages intérieures du journal, plus précisément dans les pages économiques. En 1995 et 2005, les images relatives à l’économie à la une sont principalement des renvois iconiques, ce qui explique en partie la petite superficie occupée. Les photographies liées au thème de l’économie sont souvent des photographies d’objets56ou de personnes seules, plus précisément des photographies ou des portraits des personnes occupant des postes clés dans les entreprises dont il est question dans l’article (présidents, chefs de la direction, etc.)57.

  • 58  « Pour que la une remplisse sa fonction propre, nous devons concevoir une page qui donne moins au (...)

59La surreprésentation iconographique du politique à la une est sans doute révélatrice de l’importance accordée à ce thème dans l’ensemble du contenu rédactionnel du journal. Comme le suggéraient déjà Vitray et al. en 1939, dans un manuel destiné aux éditeurs de journaux : « [I]n making the front page fulfill its proper function, it is obvious that we must build a page which gives the reader less, but promises him more, a promise which only the inside pages can fulfill58 » (1939/1973 : 255). Ainsi, les thèmes illustrés sur les unes sont un indice de « l’image extérieure » que l’on souhaite donner au journal, dans la mesure où ils révèlent les thèmes que le journal souhaite mettre en valeur auprès du lecteur potentiel.

L’analyse de la photographie

  • 59  Le présent article ne vise qu’à dresser un portrait général des images que l’on retrouve dans le j (...)

60Comme la photographie constitue la catégorie de loin la plus importante du corpus, il nous apparaît nécessaire d’examiner de plus près certaines de ses caractéristiques. Nous nous intéresserons plus particulièrement ici au contexte de production des photographies et à l’état du sujet principal qu’elles représentent59. La première de ces deux variables nous permet de distinguer les photographies « prises » sur le terrain des photographies « réalisées » en studio. La seconde variable, associée dans une certaine mesure à la première, concerne la manière dont les sujets humains se présentent à la caméra : sur le vif ou posés.

61Par la suite, nous chercherons à caractériser le lien, plus ou moins étroit, qui existe entre le contenu de la photographie et le référent de l’article, c’est-à-dire la personne, le groupe, l’événement dont il est question.

62La première photographie publiée à la une du Devoir en est une de Pie X, à sa mort en 1914. Pour l’époque, ce cas fait cependant figure d’exception dans le quotidien montréalais. Des photographies apparaissent occasionnellement par la suite dans le journal tout au long des années 1930. Les photographies représentent dans la grande majorité des cas des sujets liés à la thématique des arts et de la culture. Ce sont notamment des photos concernant la présentation de spectacles ou de films. Plus rarement, on voit des images illustrer des sujets politiques, à dimension principalement internationale.

63En 1945, les nouvelles sur la guerre sont aussi occasionnellement accompagnées de photographies. Cependant, pour l’ensemble des thèmes illustrés, les nouvelles ou les événements se déroulant au Québec constituent la grande majorité des cas.

64Plus de la moitié des photographies sont prises en studio et ne relèvent donc pas du photojournalisme. Celles-ci portent surtout sur le thème des arts. Si les photographies de guerre sont, en 1945, le plus souvent fournies par les différentes sections de l’armée canadienne, les sources des images couvrant les autres thèmes sont très rarement indiquées. Quand elles le sont, il s’agit en général d’images provenant d’organismes ou de compagnies. Par ailleurs, les photographies où se trouvent une personne ou un groupe de personnes sont souvent posées.

65Comme nous l’avons dit plus haut, le sous-échantillon de 1945 est atypique du point de vue de l’exploitation de l’image. Les considérations qui suivent porteront donc principalement sur l’utilisation de la photographie à partir des années 1950.

Le contexte de production

66Les photographies réalisées en studio se caractérisent par le contrôle des conditions de prise de vue et de représentation du sujet. Ces photos peuvent être facilement reconnues grâce à la présence d’indicateurs simples, liés à la mise en valeur du sujet : arrière-plan artificiel ou éclairage contrôlé, par exemple. Les photographies prises sur le terrain se reconnaissent à un style relevant du photojournalisme : les sujets sont manifestement photographiés dans leur contexte réel. Les photographies réalisées sur le terrain, même lorsque les sujets sont posés, témoignent de la présence du photographe sur les lieux de l’événement.

  • 60  L’année 1975 est cependant particulière, dans la mesure où la diminution du nombre de photographie (...)

67En 1945, les photographies réalisées en studio sont présentes en aussi grande proportion que les photographies prises sur le terrain, bien que celles-ci occupent une surface plus de deux fois plus grande. À partir de 1955 et jusqu’en 2005, les photographies sont le plus souvent prises sur le terrain, puisqu’elles occupent pour cette période 92,6 % de la superficie occupée par la photographie, contre seulement 7,4 % pour les photos réalisées en studio. Le nombre de photographies réalisées en studio et la superficie qu’elles occupent demeurent relativement constants au fil des années, tandis que les photographies prises sur le terrain affichent des augmentations importantes et successives. L’augmentation du nombre d’images dans le journal se fait donc principalement au profit de cette dernière catégorie. La superficie qu’elle occupe est ainsi près de 4 fois (3,9) plus importante en 2005 qu’en 1955, tandis que les photographies réalisées en studio n’occupent que 1,4 fois plus d’espace en 2005 qu’en 195560.

68La variable état du sujet principal nous permet de déterminer l’approche photographique préconisée, le rapport de l’acte photographique au sujet humain. La photographie constitue-t-elle la capture d’un instant propre à l’événement photographié, ce que Cartier-Bresson appelait « l’instant décisif », ou est-elle le résultat d’une interaction plus ou moins organisée entre le photographe et le photographié ? Le sujet principal pose-t-il pour le photographe ou est-il saisi sur le vif par celui-ci ?

Figure 17A. Répartition pourcentuelle du nombre d’images en fonction de l’état du sujet principal, 1945 à 2005

Figure 17A. Répartition pourcentuelle du nombre d’images en fonction de l’état du sujet principal, 1945 à 2005

Figure 17B. Surface en cm2 des images en fonction de l’état du sujet principal, 1945 à 2005

Figure 17B. Surface en cm2 des images en fonction de l’état du sujet principal, 1945 à 2005

69En 1955, les photographies se partagent de façon relativement égale entre les deux catégories. La photo type, cette année-là, est donc encore celle d’un individu ou d’un groupe de personnes posant pour la caméra. Les signatures de contrats, les poignées de main les yeux rivés à la caméra en sont l’exemple pléthorique. Les photographies de sport, nombreuses pour cette année, sont souvent une représentation de l’équipe, posant en rangs d’oignons. Cette prépondérance de la photographie posée pour les deux premières décennies où la photographie est présente de façon notable dans Le Devoir a de quoi surprendre dans la mesure où il s’agit forcément d’un choix éditorial. En effet, la technique permet déjà, depuis le début du xxe siècle, de réaliser des clichés pris sur le vif : on en voit abondamment dans la presse illustrée. Ce choix éditorial relève-t-il d’une contrainte budgétaire ne permettant pas d’engager un photographe professionnel ou obligeant les journalistes et photographes du Devoir à utiliser des appareils archaïques ? Il nous est impossible de le confirmer, dans la mesure où les sources sont rarement indiquées pour ces années. Découle-t-il du fait que les sources, en 1945, étaient principalement des organismes ou des compagnies, soit les personnes elles-mêmes dont il était question dans les articles et qui auraient pu, légitimement, fournir des images qui les mettent en valeur ? La faible proportion d’images en provenance d’organismes ou de compagnies en 1955 invalide cette hypothèse. Ce choix relève-t-il d’un effet de mode ? Pour le savoir, il faudrait effectuer une analyse comparative avec d’autres quotidiens montréalais de l’époque.

70Néanmoins, la vraie rupture se produit en 1965, lorsque les photos sur le vif deviennent fortement majoritaires en nombre et en superficie, constituant désormais plus de 70 % de la surface photographique. Cette catégorie manifeste, depuis, une forte tendance à la hausse. Tout comme les photographies réalisées sur le terrain étaient prédominantes en 1975, le nombre de photographies sur le vif atteint pour cette année un sommet, représentant 81 % des photographies et occupant 90 % de la surface photographique. Pour l’ensemble des années, les dimensions des photos sur le vif sont en moyenne 54 % plus grandes que celles des photos posées, bien que la surface occupée par les photographies posées se caractérise par une tendance à la hausse depuis 1965.

Le lien entre la photographie et le référent

71Traditionnellement, la fonction principale assignée à la photographie dans le journal a été de représenter les événements ou des composantes propres à un événement. Toutefois, la manière dont la photo remplit cette fonction nous semble avoir évolué. Pour apprécier cette évolution,, nous avons cherché à rendre compte du lien plus ou moins étroit qu’entretient la photo avec son référent. Nous avons retenu quatre catégories, définies par rapport au contenu sémantique du titre (et du texte) de l’article qui les accompagne.

  • 61  Elles se distinguent de la photo testimonialeau sens deEliseo Veron (1994 : 57) en ce qu’elles ne (...)

72Les photographies particulières sont des photos représentant le sujet précis décrit dans l’article, y compris les coordonnées de temps et de lieu de l’événement61. Elles se reconnaissent à leur lien étroit avec le lieu, le temps et l’événement décrits dans le texte qui les accompagne.

Figure 18A. Exemple de la catégorie de la photographie particulière (17 juillet 2010)

Figure 18A. Exemple de la catégorie de la photographie particulière (17 juillet 2010)

Figure 18B. Exemple de la catégorie de la photographie particulière (10 juillet 2010)

Figure 18B. Exemple de la catégorie de la photographie particulière (10 juillet 2010)
  • 62  Au sens de Veron (1994 : 57), il s’agit de photos qui ont une fonction d’identification.

73Les photographies repère fournissent une information explicite quant au lieu, au temps ou aux acteurs visés par l’histoire journalistique, mais ne concernent pas précisément le sujet, le temps ou le thème dont il est question dans l’article. Elles peuvent facilement être réutilisées pour présenter un événement différent dont le lieu ou les acteurs seraient les mêmes62.

Figure 19A. Exemple de la catégorie de la photographie repère (16 février 2010)

Figure 19A. Exemple de la catégorie de la photographie repère (16 février 2010)

Figure 19B. Exemple de la catégorie de la photographie repère (19 juin 2010)

Figure 19B. Exemple de la catégorie de la photographie repère (19 juin 2010)

74Les photographies génériques sont des représentations distanciées d’un événement particulier au moyen d’une photo renvoyant autype d’événement. L’image ici n’est pas propre au temps ni au lieu décrits dans l’article. Elle peut avoir été prise lors de n’importe quel autre événement du même type et peut facilement être réutilisée pour présenter une occurrence semblable se déroulant dans un autre contexte. Son rapport à l’actualité est ainsi plutôt lâche, et le sujet qu’elle présente n’est pas circonscrit temporellement ni géographiquement.

Figure 20A. Exemple de la catégorie de la photographie générique (10 juillet 2010)

Figure 20A. Exemple de la catégorie de la photographie générique (10 juillet 2010)

Figure 20B. Exemple de la catégorie de la photographie générique (10 juillet 2010)

Figure 20B. Exemple de la catégorie de la photographie générique (10 juillet 2010)
  • 63  Comme l’explique Veron, « [il y a des photographies] dont le statut est indéterminé, car il est im (...)

75Les photographies illustratives, enfin, ne véhiculent aucun des topiques journalistiques (acteur, temps, lieu) dont il est question dans l’article. Elles ne permettent donc pas au lecteur de déterminer leurs conditions de prise de vue63. La compréhension du rapport qu’elles entretiennent avec l’article, quand rapport il y a, demande ainsi un effort de reconstruction de la part du lecteur.

Figure 21. Exemple de la catégorie de la photographie illustrative (6 mars 2010)

Figure 21. Exemple de la catégorie de la photographie illustrative (6 mars 2010)

76On observe, sur la figure 22A, que, de 1945 à 1975, les photographies particulières sont les plus nombreuses, suivies des photographies repère. Négligeable en 1945 (2,5 %), la catégorie de la photographie générique prend de l’importance dans le journal à partir du sous-échantillon de 1955 (7,7 %). Cette catégorie présente d’ailleurs une tendance à la hausse sur l’ensemble de la période étudiée. Ainsi, en 2005 (38,3 %), elle est 5 fois plus fréquente qu’en 1955, toutes proportions gardées, tandis que la photographie particulière (24,2 %) est 2,6 fois moins fréquente qu’en 1955 (62,9 %), affichant une nette tendance à la baisse. La catégorie de la photographie repère connaît elle aussi une baisse, mais beaucoup moins importante. Presque absente des quatre premiers sous-échantillons, la catégorie des photographies illustratives se manifeste de manière sensible en 1985 (6,1 %) et connaît une forte hausse en 2005 (15,2 %).

Figure 22A. Répartition pourcentuelle du nombre total de photos pour chaque type de lien référentiel avec le texte, 1945 à 2005

Figure 22A. Répartition pourcentuelle du nombre total de photos pour chaque type de lien référentiel avec le texte, 1945 à 2005

Figure 22B. Répartition pourcentuelle de la surface accordée au nombre total de photos pour chaque type de lien référentiel avec le texte, 1945 à 2005

Figure 22B. Répartition pourcentuelle de la surface accordée au nombre total de photos pour chaque type de lien référentiel avec le texte, 1945 à 2005

77Les données présentées dans les figures 22A et 22B suggèrent qu’un changement notable s’opère entre 1975 et 1985 : la catégorie de la photographie particulière subit en effet une forte contraction, au profit des catégories de la photographie générique et de la photographie illustrative. Ces tendances se renforcent de sorte qu’en 2005, la photographie générique (45,4 %) dépasse en importance la superficie occupée par la photographie particulière (27,6 %) de façon marquée. De plus, la photographie illustrative occupe une part non négligeable de la surface iconographique (10,4 %) (figure 22B). Notons cependant que les photographies repère et les photographies illustratives sont en général de plus petites dimensions que celles des autres catégories.

78Ainsi, on assiste à un changement dans la nature du rapport sémantique qu’entretient la photographie avec le texte. Si, dans les années qui suivent son introduction dans Le Devoir, la photographie représente les événements précis dont il est question dans les articles, exerçant une fonction informative, voire descriptive, elle tend à devenir un condensé iconographique plus général, exerçant une fonction d’illustration et d’exemplification. Cependant, l’explication de cette évolution ne saurait être complète sans une analyse croisée avec l’évolution du contenu rédactionnel. Certains sujets semblent se prêter mieux que d’autres, en effet, à la photographie particulière. Des enjeux ou sujets abstraits, qui ne sont pas nécessairement ancrés précisément de façon temporelle et géographique, sont en revanche susceptibles de favoriser la photographie générique. Il reste que le recours plus fréquent à la photographie illustrative souligne que les images sont utilisées, à partir du sous-échantillon de 1985 et encore plus dans celui de 2005, entre autres, pour agrémenter la page de journal.

  • 64  Premier réseau international de distribution et d’échange d’envergure pour les photographies.
  • 65  Un croisement des variables source et lien référentiel entre le texte et l’image permettrait de ca (...)

79Un ensemble de facteurs techniques (voir entre autres Huber, 2005 et David, 2004) contribuent à expliquer l’évolution de la fonction de l’image et du lien contextuel qu’elle entretient avec les articles. D’une part, de l’argentique au numérique, l’évolution constante des techniques photographiques a permis aux photographes de créer de nouvelles façons de mettre le monde en images. D’autre part, l’évolution constante des modalités de transmission des photographies depuis la création de Keystone64, à la fin des années 1920, a joué un rôle important dans l’évolution du lien entretenu entre les images et le texte. La période couverte par les sous-échantillons étudiés coïncide justement avec la création de services d’archives photographiques de plus en plus efficaces : Associated Press lance son service international de photographies en 1960, Reuters et AFPn’emboîtent le pas que beaucoup plus tard, en 1985. L’augmentation de l’offre photographique induite par le développement de ces services d’archives fait en sorte que les images sont beaucoup plus accessibles. À la même époque, la numérisation des photographies en facilite l’archivage. Vers la fin des années 1990, le numérique et la transmission par Internet introduisent le concept de transmission en temps réel. Alors qu’elles faisaient autrefois l’objet de commandes, les photographies sont aujourd’hui disponibles au bout des doigts, que ce soit sur un fil de presse ou en archive65. Elles sont devenues un objet relativement facile à obtenir, même dans des délais très serrés, peu importe le sujet. Les images, plus disponibles et plus accessibles, sont le sujet d’une sélection de plus en plus difficile parmi des milliers de clichés. Alors qu’auparavant, la simple disponibilité était susceptible d’imposer l’image, le choix relève aujourd’hui en grande partie du chef de pupitre, qui, gouverné par des considérations diverses, effectue son choix d’images.

80Si le rôle de la photographie particulière est de montrer un événement précis et, en ce sens, de transmettre des informations contextuelles, la photographie générique, plus facilement accessible grâce à une amélioration des méthodes d’archivage, est un condensé iconographique d’éléments « représentatifs » d’un genre d’événements ou de situations, et son rôle relève peut-être davantage de la représentation symbolique. Néanmoins, ce changement dans le rapport entretenu entre la photographie et son référent indique une appropriation récente de la valeur esthétique de l’image par le journal Le Devoir.

Conclusion

81Nous suggérions, en introduction, que la photographie répond à deux visées complémentaires : celle d’informer et celle de rendre le journal attrayant, dans la mesure où Le Devoir,bien qu’il soit un « journal d’élite »,s’inscrit dans un milieu concurrentiel. Cette idée de départ se confirme, puisque l’analyse montre que certaines périodes, particulièrement difficiles pour Le Devoir d’un point de vue économique, coïncident avec un usage de la photographie qui s’éloigne de sa fonction première d’information, conforme à la ligne éditoriale dominante du journal.

82À cet égard, le sous-échantillon de 1955 se démarque nettement. C’est justement l’époque où Gérard Filion, au risque de voir disparaître un journal mal adapté au goût du jour, entreprend des changements en profondeur afin de séduire un nouveau lectorat, plus jeune, plus « populaire ». On constate justement que le sous-échantillon de cette décennie comporte plusieurs particularités. Le nombre d’images et la superficie qu’elles occupent atteignent un sommet, et l’image n’est pas associée aux contenus typiques du « journal d’élite ». Après le départ de Filion, l’importance de l’image ne décline pas, mais ce qu’elle illustre est plus conforme à la tradition du Devoir.

83La transformation de la une est, elle aussi, manifestement dictée par des considérations commerciales : fabriquer un journal comme les autres, conforme aux goûts des lecteurs. Le Devoir se met ainsi à l’heure du journalisme d’information, en somme, profitant de la capacité attractive de l’image, pleinement assumée déjà en 1955.

  • 66  À l’instar de Joly (1994 : 46-50), nous définissons ces fonctions à partir de Jakobson (1963).

84Au-delà de la conjoncture, si instructive qu’elle soit, des tendances assez nettes se dégagent des observations recueillies dans cette analyse, sur l’ensemble des décennies couvertes. Elles pointent dans le sens de la valorisation de l’image et de la diversification de ses fonctions66.

85Le Devoir accorde, certes, de plus en plus d’espace aux images, particulièrement aux photos. En 1945, Le Devoir est un média écrit ; moins d’une décennie plus tard, il est devenu un média scriptovisuel. L’écrit continue sans doute de dominer le journal, mais l’image y a fait une irruption frappante, notamment à la une. Le Devoir manifeste aussi l’importance qu’il accorde à l’image en y consacrant des ressources considérables compte tenu de son budget et en confiant à ses photojournalistes le soin d’illustrer les sujets (thèmes et aires) les plus valorisés par son contenu rédactionnel.

86La gamme des fonctions de l’image s’élargit. Dans les années 1950, une façon privilégiée d’utiliser la photo, la brève photographique, relève du reportage. Par la suite, la photo se voit confier d’autres fonctions que celle, plus traditionnelle, de représenter précisément un événement. Dès lors, la photographie ne relève plus uniquement et peut-être plus principalement du photojournalisme. Elle continue sans doute, dans un grand nombre de cas, de représenter l’occurrence dont il est particulièrement question dans l’article illustré, mais de plus en plus souvent, elle associe simplement un contenu iconographique congruent à l’article. Le critère de pertinence sémantique s’abaissant, le critère esthétique devient plus important. Parallèlement, la photographie devient moins statique et plus « vivante », parce que plus souvent réalisée sur le terrain et plus souvent prise sur le vif. Elle est donc plus attrayante.

  • 67  Il n’y a pas lieu d’entrer ici dans une discussion de la notion d’objectivité. Disons simplement q (...)
  • 68  Telle occurrence appartient au type « guerre » ; telle autre est liée à l’industrie aéronautique, (...)
  • 69  Ou poétique au sens de Jakobson (1963).

87Ainsi, l’évolution de l’image dans Le Devoir, dans la mesure où elle est fidèle à ce qui se passe dans l’ensemble de la presse quotidienne, semble dénoter une transformation dans le rapport du journal à la réalité. Moins souvent et moins fortement qu’auparavant, ce rapport est un rapport d’information objective, consistant à représenter le plus fidèlement possible une occurrence particulière67. En revanche, l’image est appelée à tenir d’autres types de discours : un métadiscours de nature signalétique lorsqu’elle sert à orienter le lecteur dans le journal, un discours analytique lorsqu’elle sert à indexer ou à classer les occurrences68. Elle tient aussi un discours expressif69, dont la fonction est de contribuer à rendre le journal plus agréable à lire et à voir.

  • 70  Au sens de Jakobson (1963).

88Le premier emploi de l’image observé dans Le Devoir, celui de la brève photographique, est plus étroitement associé à la fonction référentielle70 de la communication iconographique et dès lors plus lié à la dimension informative du journal. L’image qui accompagne un article, selon la force du lien sémantique qu’elle entretient avec le texte, peut aussi remplir cette fonction référentielle. Les autres emplois, en revanche, sont associés à d’autres fonctions de la communication, sans pour autant exclure la fonction référentielle. En ce sens, pensons-nous, l’image assume plus pleinement l’ensemble des fonctions de la communication. Ainsi non seulement participe-t-elle des changements généraux dans la presse et le journalisme, mais encore elle y contribue de façon significative.

Haut de page

Bibliographie

CHARAUDEAU, Patrick (1997), Le discours d’information médiatique : la construction du miroir social, Paris, Nathan, Institut national de l’audiovisuel.

DAVID, Bruno (2004), « Photographes de presse. De l’argentique au numérique » dans Questionner l’internationalisation : culture, acteurs, organisations, machines, actes du XIVe Congrès national des sciences de l’information et de la communication, Condé-sur-Noireau, Université Montpellier III (Campus de Béziers), 2-4 juin, SFSIC, p. 547-553.

DE BONVILLE, Jean (1995), Les quotidiens montréalais de 1945 à 1985 : morphologie et contenu, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture.

DE BONVILLE, Jean (2006), L’analyse de contenu des médias : de la problématique au traitement statistique, Bruxelles, DeBoeck.

HUBER, Jörg (2005), « Lesen — Sehen — Verstehen. Für eine Unlesbarkeit der Bilder / Reading — Seeing — Understanding. In Praise of Intelligibility » dans Covering the Real : Kunst und Pressebild von Warhol bis Tillmans / Art and the Press Picture from Warhol to Tillmans, Bâle, Kunstmuseum Basel, p. 346-354.

JAKOBSON, Roman (1963), Essais de linguistique générale, Paris, Minuit.

JOLY, Martine (1994), Introduction à l’analyse de l’image, Paris, Nathan.

KEIM, Jean-Alphonse (1970), Histoire de la photographie, Paris, Presses universitaires de France.

LAVOIE, Vincent (2001), L’instant-monument : du fait divers à l’humanitaire, Montréal, Dazibao, Centre de photographies actuelles.

VERON, Eliseo (1994), « De l’image sémiologique aux discursivités : le temps d’une photo », Hermès, 13-14, p. 45-64.

VITRAY, Laura et al. (1939/1973), Pictorial Journalism, New York, Arno Press.

Haut de page

Notes

1  « Les éditeurs en sont venus à considérer les photos de presse, non seulement comme un moyen d’agrémenter les articles d’illustrations décoratives, mais encore pour ce qu’elles sont réellement : la façon la plus précise, la plus économique et la plus efficace de rapporter les événements » (traduction libre des auteurs).

2  Signalons que, selon Vitray et al. (1939/1973), ces deux fonctions sont apparues dans l’ordre inverse.

3  L’échantillon est constitué selon la technique dite de la semaine construite. Les semaines sont constituées de six numéros du Devoir version papier, chacun représentant un jour de la semaine ; ces jours ne sont toutefois pas consécutifs et répartis également sur l’ensemble des mois de l’année. Cette dernière précaution a pour objectif de réduire l’effet de surreprésentation découlant de conjonctures particulières (par exemple, une campagne électorale au Québec ou un tremblement de terre en Haïti).

4  Il est à noter que certaines éditions, particulièrement en 1945, ne comportent aucune image.

5  Les photographies de documents sont des images de type photographique qui représentent une autre image, par exemple, photographies ou fac-similés de documents manuscrits, de tableaux ou d’œuvres papier, captures d’écran, captures de film, couvertures de livres, pochettes de disques, photographies de photographies.

6  Nous définirons ces variables au fur et à mesure de leur présentation.

7  Le codeur principal a procédé à une seconde catégorisation de cet échantillon aléatoire, six mois après le premier codage de l’ensemble du corpus. Nous avons opté pour cette procédure en raison du niveau de complexité de l’opération de catégorisation, qui aurait impliqué la formation poussée d’un deuxième codeur. Certes, le recours à un codeur indépendant aurait entraîné une plus grande objectivité de la catégorisation, mais cela, pensons-nous, aux dépens de la qualité de la catégorisation, puisque ce deuxième codeur n’aurait pas atteint le même niveau de maîtrise de la structure catégorielle et des règles de catégorisation. Pour renforcer l’objectivité de la mesure, nous avons éloigné au maximum les deux opérations de catégorisation (test et retest). Le coefficient de fidélité choisi, le kappa de Krippendorff, donne des résultats satisfaisants pour la fidélité de la catégorisation de chacune des variables (0,87 pour le lien avec le référent, 0,88 pour le contexte de production, 0,90 pour l’aire géographique, 0,91 pour la source des photos, le genre d’images et l’état du sujet principal, 0,92 pour le thème et 0,93 pour l’emploi des images).

8  C’est-à-dire la somme de tous les contenus du journal, à l’exception de la publicité, soit les titres, les textes et les images.

9  L’analyse du contenu rédactionnel du Devoir montre que le pourcentage d’images est presque nul en 1915 et en 1935 et inférieur à 1,0 % en 1935 (voir dans ce numéro l’article de Jean de Bonville et Cyntia Darisse sur l’évolution du Devoir vue à partir des structures de son contenu).

10  Nous retrouvons, pour chacune des années étudiées, le nombre suivant d’images : 1945 : 58 images ; 1955 : 313 images ; 1965 : 292 images ; 1975 : 256 images ; 1985 : 574 images ; 1995 : 688 images ; 2005 : 949 images.

11  Les données portant sur l’ensemble du journal incluent la une.

12  Ces données proviennent d’une autre analyse de contenu, effectuée sur des sous-échantillons de deux semaines (voir dans ce numéro l’article de Jean de Bonville et Cyntia Darisse sur l’évolution du Devoir vue à partir des structures de son contenu).

13  Le nombre moyen de pages dans Le Devoir augmente graduellement entre 1945 et 1995 et diminue entre 1995 et 2005. Les éditions de la semaine comportent en moyenne 10 pages en 1945, 24 en 1995 et 19 en 2005. Les éditions du samedi comportent en moyenne 13 pages en 1945, 49 pages en 1995 et 66 pages en 2005.

14  Ce n’est pas notre propos ici de décrire cette tradition. La proposition vise simplement à caractériser ce type de mise en page par rapport au type de mise en page courant à l’époque dans la presse quotidienne du Québec et que Le Devoir adoptera dans la décennie suivante, à savoir la mise en page caractéristique du journal d’information.

15  Nous ne comparons que les pages qui comportent des images afin de neutraliser l’effet de certains contenus peu compatibles avec l’image, par exemple les cotes de la Bourse.

16  « The function of Page One is twofold : to sell the paper, and to get the whole paper read » (Vitray et al., 1939/1973 : 254) (« La fonction de la une est double : faire vendre le journal et faire en sorte qu’il soit lu en entier » — traduction libre des auteurs).

17  Pour obtenir la taille moyenne des images, nous avons, pour chaque sous-échantillon, divisé la superficie totale des images par leur nombre.

18  À titre de comparaison, les images, en 1975, sont 72 % plus grandes qu’en 1965, 44 % plus grandes qu’en 1985.

19  Par exemple, en 1975, les dimensions des images dans cette page sont en moyenne 34 % plus grandes que celles des images dans l’ensemble du journal. Les images en une sont ainsi en moyenne 2,6 fois plus grandes en 1975 qu’en 1965, 2,3 fois plus grandes qu’en 1985 et 1,8 fois plus grandes qu’en 2005.

20  À titre de comparaison, les images, en 1975, sont 72 % plus grandes qu’en 1965, 44 % plus grandes qu’en 1985.

21  Nous ne disposons toutefois d’aucune preuve à l’appui de cette explication, qui doit être considérée comme une hypothèse.

22  Le thème des arts occupe 81 % de la surface consacrée à la catégorie de la photographie de documents.

23  Compte tenu de la prépondérance du genre photographie, cette catégorie recevra plus loin une attention particulière. Aux fins de cette recherche, nous ferons donc la distinction entre la surface iconographique, d’une part, constituée des quatre genres d’images déjà mentionnés, et la surface photographique, d’autre part, qui comprend uniquement les images de la catégorie de la photographie, à l’exclusion des autres catégories d’images relevant de ce « médium ».

24  Nous avons considéré l’image comme un photomontage lorsqu’il était manifeste qu’elle avait été retouchée ou soumise à l’assemblage ou à la composition infographique. Nous avons ainsi classé les images montées, constituées d’une ou plusieurs photographies ou illustrations ou retouches informatiques.

25  La présence plus grande de l’illustration et du photomontage en 1995 s’explique par l’importance particulière accordée au thème des arts, pour lequel on trouve souvent ces genres d’images.

26  Nous avons créé cette variable à partir de l’observation empirique de certaines caractéristiques des images (autonomie, genre, référent, taille) dont nous avons voulu rendre compte de manière synthétique à l’intérieur d’une variable même si toutes les catégories ne découlent pas d’un principe de classification unique (de Bonville, 2006 : 155-156). Nous envisageons ici la photo du point de vue du responsable de la mise en page qui considère les principaux emplois qu’il peut faire de cette ressource : représenter un événement, illustrer le contenu d’un article, identifier de manière condensée le référent principal d’un article, renvoyer à un contenu particulier du journal.

27  Rappelons que les vignettes présentant les journalistes n’ont pas été prises en compte dans cet article.

28  Des photographes interviewés dans le cadre de cette recherche nommaient pour leur part cet ensemble « un bas de vignette » ou, familièrement, un « BGBV » (beau gros bas de vignette). Ces façons de désigner par le texte qui s’y rattache un élément de contenu iconographique rappellent que Le Devoir est un média où l’écrit domine encore aujourd’hui.

29  Pour les sous-échantillons de 1985, 1995 et 2005, les articles sans source représentent de 1,86 % (1995) à 4,3 % (1985) de la superficie de la surface rédactionnelle accordée aux articles.

30  Il serait intéressant d’analyser plus en profondeur les raisons de cette absence de source, ce que les données étudiées ne nous permettent pas de faire dans le cadre de cet article.

31  En 1965, les articles provenant des agences de presse ne sont pas désignés comme tels. Il se pourrait que cette proportion élevée d’images sans source en 1965 s’explique de cette manière ; signalons néanmoins que, même en 1965, un certain nombre d’images pour lesquelles une source est nommée proviennent d’agences de presse.

32  En 2005, leurs photos sont 1,74 fois plus grandes qu’en 1955.

33  Notons que les agences varient d’une année à l’autre, bien que l’Associated Press et la Presse Canadienne soient les principaux fournisseurs d’images du Devoir entre 1975 et 1995.

34  Cette proportion demeure semblable en 1965 (31,7 %). En 1975 (55,7 %) et 1985 (51,6 %), c’est environ la moitié des images dont la source est indiquée qui proviennent d’agences de presse.Cette proportion baisse à 25,8 % en 1995 et remonte en 2005 (42,7 %).

35  En 2005, les organismes et compagnies fournissent 69,7 % des photographies prises en studio pour lesquelles une source est indiquée. À titre de comparaison, en 1995, ce pourcentage est de 30,4 %. De plus, les photos studio en provenance d’organismes ou de compagnies sont environ deux fois plus grandes en 2005 qu’en 1995.

36  Nous avons attribué aux images la même aire géographique que celle du texte qu’elles accompagnent.

37  La petite dimension des sous-échantillons d’images à la une fait en sorte que la marge d’erreur est, dans plusieurs cas, plus grande que la différence de proportion.

38  Pour une analyse plus détaillée de la variable thème, voir dans ce numéro l’article de Jean de Bonville et Cyntia Darisse sur l’évolution du Devoir vue à partir des structures de son contenu.

39  Cette prépondérance est évidemment attribuable au très petit nombre de cas.

40  Les pourcentages indiqués sont relatifs à la superficie.

41  Le thème de la consommation atteint un sommet en 2005.

42  La moyenne a été établie à partir de l’observation des sept échantillons confondus.

43  Il serait pertinent de se pencher sur les raisons de cette tendance. Cet aspect n’est pas abordé ici faute d’espace, mais nous émettons l’hypothèse que l’analyse de l’échelle du plan privilégiée pour chacun des types de sujets principaux serait susceptible d’expliquer en partie la variation des dimensions des images d’un sujet à l’autre.

44  Pour faire cette analyse comparative, nous avons utilisé les résultats d’une analyse du contenu rédactionnel menée sur des sous-échantillons de deux semaines (voir dans ce numéro l’article de Jean de Bonville et Cyntia Darisse sur l’évolution du Devoir vue à partir des structures de son contenu) et les avons comparés à nos sous-échantillons de quatre semaines, les deux semaines des sous-échantillons de la première analyse faisant partie de nos propres sous-échantillons. Il y a donc risque de distorsion dans la mesure où, par un effet normal de l’échantillonnage, les deux semaines non communes aux deux études pourraient être différentes, sur le plan thématique, des deux semaines communes. Nonobstant cet inconvénient, la comparaison, nous semble-t-il, mérite d’être faite. Dans le but d’alléger la présentation, nous regroupons les observations relatives à l’ensemble des sous-échantillons dans un même graphique.

45  Notons que le contenu rédactionnel comprend les images. Si l’on faisait abstraction de celles-ci, dans la comparaison, pour ne s’en tenir qu’au texte et au titre des articles d’une part et à l’image d’autre part, l’écart entre les deux séries de données serait légèrement plus grand.

46  Le thème des faits divers occupe une surface 2,4 fois plus importante pour les images que pour le contenu rédactionnel.

47  La proportion de la superficie occupée par le thème des arts est 2,15 fois plus grande dans le cas des images que dans le cas du contenu rédactionnel.

48  Les écarts entre contenu rédactionnel et contenu iconographique dans le cas de ces trois thèmes sont respectivement de 32, 28 et 27 %. Chacun de ces trois thèmes occupe dans l’ensemble du contenu rédactionnel un pourcentage de la superficie qui est de 1,3 à 1,5 fois plus important que le pourcentage qu’il occupe dans la superficie consacrée à l’image.

49  Ces caractéristiques pourraient faire l’objet d’une analyse plus poussée, mais l’objectif demeure ici de décrire de façon générale l’évolution du contenu iconographique dans Le Devoir.

50  Ce sous-échantillon est dominé par les thèmes des faits divers (n = 21/43) etde la société (n = 13/43).

51  Par ordre décroissant de superficie, voici la liste des thèmes occupant la une : politique (41,6 % de la surface iconographique), faits divers (17,2 %), société (16,9 %), arts (7,4 %). Cependant, quand on observe l’importance des thèmes en fonction du nombre d’images, on obtient un ordre différent : politique (48,6 % du nombre d’images), arts (11,1 %), société (10,7 %) et faits divers (9,4 %).

52  Ainsi, le thème de la politique, qui, dans l’ensemble des sous-échantillons, occupe 29 % de la surface rédactionnelle du journal, n’occupe que 26 % de la surface rédactionnelle de la une. En revanche, ce thème représente 41,6 % de la surface iconographique de la une contre seulement 20,8 % de la surface iconographique dans l’ensemble du journal.

53  Le corpus comporte 742 images codées politique, dont 249 présentées en une.

54  Le corpus comporte 746 images codées arts, dont 57 seulement sont présentées en une.

55  Dans la plupart des quotidiens généralistes, comme Le Devoir, les « arts » constituent une rubrique localisée dans les pages internes du journal.

56  Entre 1985 et 2005, c’est entre 38,2 % (1985) et 42,4 % (2005) des images représentant un objetqui relèvent du seul thème de l’économie. Il s’agit en général de photographies représentant le produit principal fourni par l’entreprise ou le secteur dont il est question dans l’article. Par exemple, lorsque l’article porte sur le secteur des transports aériens, la photographie type est celle d’un avion.

57  Le thème étant, en soi, plus abstrait, il serait intéressant de se pencher sur les caractéristiques intrinsèques des images sur ce thème.

58  « Pour que la une remplisse sa fonction propre, nous devons concevoir une page qui donne moins au lecteur, mais lui promet plus, une promesse que seules les pages intérieures peuvent remplir » (traduction libre des auteurs).

59  Le présent article ne vise qu’à dresser un portrait général des images que l’on retrouve dans le journal Le Devoir. L’analyse des photographies pourra être développée plus en détail (contenu, cadrage, échelle du plan, etc.) dans un autre article.

60  L’année 1975 est cependant particulière, dans la mesure où la diminution du nombre de photographies dans le journal, que nous avons déjà mentionnée, se fait principalement au détriment des photographies de studio, dont la proportion, en superficie occupée, chute fortement et temporairement : elle est 4,8 fois moins élevée qu’en 1965 et 3,2 fois moins élevée qu’en 1985.

61  Elles se distinguent de la photo testimonialeau sens deEliseo Veron (1994 : 57) en ce qu’elles ne sont pas nécessairement prises sur le vif. En effet, un portrait posé où l’on voit plusieurs personnalités publiques réunies peut représenter une rencontre, circonscrite dans un lieu et dans un temps, même si l’image ne consiste pas en la capture de l’instant précis de cette rencontre (par exemple, poignée de main), mais en un moment qui résulte de celle-ci (c’est-à-dire la séance de photos).

62  Au sens de Veron (1994 : 57), il s’agit de photos qui ont une fonction d’identification.

63  Comme l’explique Veron, « [il y a des photographies] dont le statut est indéterminé, car il est impossible, pour le lecteur, de définir les conditions de la prise de vue (date, lieu précis, etc.) : celles-ci sont, pour la plupart, des vagues <illustrations> du thème abordé dans l’article qu’elles illustrent » (1994 : 58).

64  Premier réseau international de distribution et d’échange d’envergure pour les photographies.

65  Un croisement des variables source et lien référentiel entre le texte et l’image permettrait de caractériser avec plus de précision l’influence de ces développements techniques sur la fonction de la photographie dans le journal, ce que le caractère général et descriptif de cette étude ne nous permet pas de faire ici.

66  À l’instar de Joly (1994 : 46-50), nous définissons ces fonctions à partir de Jakobson (1963).

67  Il n’y a pas lieu d’entrer ici dans une discussion de la notion d’objectivité. Disons simplement que nous ne considérons pas ce concept dans sa dimension épistémologique, mais plutôt dans sa dimension discursive manifeste. Autrement dit, nous ne posons pas la question du rapport de validité entre la photo et l’occurrence. Nous nous intéressons plutôt à ce que le photojournaliste laisse voir qu’il fait ou ce qu’il prétend faire. Nous pensons qu’en 1955, la photo est ainsi présentée au lecteur du Devoir qu’elle l’amène à l’alternative suivante à propos de la manière dont les choses se sont passées au moment de la prise de vue : soit il s’agit d’une photo en studio ou posée, et le lecteur comprend que le photographe a saisi tel groupe de personnes en rangs d’oignons et que la photo est, dans un certain sens, truquée ; soit il s’agit d’une brève photographique, et le lecteur est invité à penser que c’est ainsi que les choses se passaient au moment précis du déclic. Autrement dit, l’échec du réalisme dans le premier cas (posé) renforce la présomption d’objectivité dans le second (sur le vif).

68  Telle occurrence appartient au type « guerre » ; telle autre est liée à l’industrie aéronautique, etc.

69  Ou poétique au sens de Jakobson (1963).

70  Au sens de Jakobson (1963).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1A. Répartition en cm2 de la surface rédactionnelle des titres, images et textes, 1945 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-1.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure 1B. Répartition en pourcentage de la surface rédactionnelle des titres, images et textes, 1945 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-2.png
Fichier image/png, 21k
Titre Figure 2A. Répartition en cm2 de la surface rédactionnelle des titres, images et textes en une, 1945 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-3.png
Fichier image/png, 22k
Titre Figure 2B. Répartition en pourcentage de la surface rédactionnelle des titres, images et textes en une, 1945 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-4.png
Fichier image/png, 22k
Titre Figure 3. Dimensions moyennes des images en une et dans l’ensemble du journal, 1945 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-5.png
Fichier image/png, 15k
Titre Figure 4A. Exemple de la catégorie du photomontage (29 novembre 2008)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-6.png
Fichier image/png, 325k
Titre Figure 4B. Exemple de la catégorie du photomontage (6 décembre 2008)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-7.png
Fichier image/png, 372k
Titre Figure 5. Pourcentage de la surface occupée par chaque catégorie d’images, 1945 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-8.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure 6. Pourcentage du nombre total d’images de chaque type d’emploi, 1945 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-9.png
Fichier image/png, 27k
Titre Figure 7. Exemple de la catégorie de la brève photographique (6 juillet 2010)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-10.png
Fichier image/png, 927k
Titre Figure 8A. Exemple de la catégorie de la vignette (8 juillet 2010)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-11.png
Fichier image/png, 155k
Titre Figure 8B. Exemple de la catégorie de la vignette (15 décembre 2008)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-12.png
Fichier image/png, 216k
Titre Figure 9A. Exemple de la catégorie du renvoi iconique (7 juillet 2010)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-13.png
Fichier image/png, 49k
Titre Figure 9B. Exemple de la catégorie du renvoi iconique (17 juillet 2010)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-14.png
Fichier image/png, 90k
Titre Figure 10. Nombre d’images provenant de chaque type de sources, 1945 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-15.png
Fichier image/png, 34k
Titre Figure 11. Répartition pourcentuelle du nombre et de la surface rédactionnelle des images fournies par les photographes du journal Le Devoir, 1945 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-16.png
Fichier image/png, 15k
Titre Figure 12. Répartition pourcentuelle du nombre et de la surface rédactionnelle des images fournies par une agence de presse, Le Devoir, 1945 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-17.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure 13. Pourcentage de surface accordée à chaque aire géographique, 1945 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-18.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure 14. Pourcentage de surface accordée aux principaux thèmes traités par les images, 1945 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-19.png
Fichier image/png, 26k
Titre Figure 15. Pourcentage de la surface occupée par les thèmes traités, par les images et dans l’ensemble de la surface rédactionnelle, 1945 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-20.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 16. Pourcentage de la surface occupée par les images et l’ensemble du contenu rédactionnel pour les thèmes traités en une, 1945 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-21.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure 17A. Répartition pourcentuelle du nombre d’images en fonction de l’état du sujet principal, 1945 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-22.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure 17B. Surface en cm2 des images en fonction de l’état du sujet principal, 1945 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-23.png
Fichier image/png, 21k
Titre Figure 18A. Exemple de la catégorie de la photographie particulière (17 juillet 2010)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-24.png
Fichier image/png, 503k
Titre Figure 18B. Exemple de la catégorie de la photographie particulière (10 juillet 2010)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-25.png
Fichier image/png, 574k
Titre Figure 19A. Exemple de la catégorie de la photographie repère (16 février 2010)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-26.png
Fichier image/png, 72k
Titre Figure 19B. Exemple de la catégorie de la photographie repère (19 juin 2010)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-27.png
Fichier image/png, 203k
Titre Figure 20A. Exemple de la catégorie de la photographie générique (10 juillet 2010)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-28.png
Fichier image/png, 740k
Titre Figure 20B. Exemple de la catégorie de la photographie générique (10 juillet 2010)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-29.png
Fichier image/png, 628k
Titre Figure 21. Exemple de la catégorie de la photographie illustrative (6 mars 2010)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-30.png
Fichier image/png, 317k
Titre Figure 22A. Répartition pourcentuelle du nombre total de photos pour chaque type de lien référentiel avec le texte, 1945 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-31.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure 22B. Répartition pourcentuelle de la surface accordée au nombre total de photos pour chaque type de lien référentiel avec le texte, 1945 à 2005
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2837/img-32.png
Fichier image/png, 29k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean de Bonville et Sylvie Demers, « Le contenu iconographique du journal Le Devoir de 1945 à 2005 », Communication [En ligne], Vol. 29/2 | 2012, mis en ligne le 19 juin 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/2837

Haut de page

Auteurs

Jean de Bonville

Jean de Bonville est professeur au Département d’information et communication de l’Université Laval. Courriel : jean.debonville@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Sylvie Demers

Sylvie Demers est chercheuse associée au Groupe de recherche sur les mutations du journalisme (GRMJ) de l’Université Laval. Courriel : sylvie.demers.4@ulaval.ca.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org