Navigation – Plan du site
Lectures

Pierre BEYLOT et Geneviève SELLIER (dir.), Les séries policières, actes du colloque tenu à Bordeaux en 2002

Paris, L’Harmattan, 2004
Jean-Pierre Chamoux
p. 285-288
Référence(s) :

Pierre BEYLOT et Geneviève SELLIER (dir.) (2004), Les séries policières, actes du colloque tenu à Bordeaux en 2002, Paris, L’Harmattan.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, publié sous le timbre de l’Institut national de l’audiovisuel français (INA) dans une collection intitulée « Les médias en actes », présente une vingtaine des communications réunies pour un colloque à Bordeaux dont l’ambition était d’étudier la production télévisuelle de séries policières. Cet objet culturel particulier mérite, nous déclarent les auteurs du livre, une attention aussi soutenue et aussi sérieuse que celle que reçoivent depuis des lustres les films de cinéma.

2Le propos de l’ouvrage est résumé dans l’introduction de P. Beylot et G. Sellier qui soulignent l’inventivité de la production de telles séries, aujourd’hui nombreuses en France, mais déjà traditionnelles auparavant aux États-Unis.

3Leur résumé des chapitres suivants est un guide de lecture utile pour celui ou celle qui cherche sa voie dans cet ouvrage collectif. Les quatre parties du livre abordent, dans l’ordre :

  1. les méthodes de production et de programmation propres à ce secteur du divertissement audiovisuel, méthodes qui sont étudiées par un regard croisé entre la France et l’Amérique ;

  2. les modèles et les catégories de production que révèle l’analyse comparative de ces programmes sur la longue période, en Europe et en Amérique du Nord (années 1950 à 2002) ;

  3. le contexte sociologique dans lequel baignent la plupart de ces productions, illustré par plusieurs exemples emblématiques de ces séries, en Grande-Bretagne et surtout en France ;

  4. quelques réflexions enfin sur la façon dont ces séries sont reçues par le public, par la critique et par le milieu professionnel de l’audiovisuel.

4Les deux premières parties de l’ouvrage sont bien cadrées à l’international, exploitant des comparaisons très utiles pour comprendre l’évolution de cette forme de production : apparu dès les premiers succès du média télévisé dans les années 1950, le genre policier alimenta les audiences régulièrement depuis lors, et plusieurs communications nous rappellent le succès durable des grandes séries qui fidélisent l’auditeur des grands diffuseurs comme TF1 en France (Navarro, Julie Lescaut, Nestor Burma, etc.).

5Plusieurs communications analysent les modèles éditoriaux successifs qui ont encadré ce genre de fiction, toujours conçue pour se glisser dans les grilles de programmation des chaînes de télévision, soit 26 ou 52 minutes par épisode. Dépassant la caricature des « industries culturelles » si décriées par Adorno et ses émules, cet ouvrage fait découvrir, au fil des pages, la complexité du cahier des charges de ces séries, la capacité inventive des productions, le sens du risque des auteurs et la signification sociale de ces œuvres de fiction. La plupart des chapitres sont émaillés d’exemples tirés des productions française, britannique et américaine ; ces études de cas illustrent non seulement l’importance des contraintes qui pèsent sur ces productions, mais aussi l’aptitude de ce milieu à définir par l’expérience un véritable « genre canonique » de la fiction policière ; puis à faire évoluer ce genre en y intégrant des préoccupations qui n’ont plus guère de lien avec l’enquête policière, mais qui se rapportent aux problèmes économiques, politiques ou sociaux du siècle ; plusieurs séries récentes jouent notamment avec les fantasmes urbains et avec les clichés de la discrimination socioprofessionnelle (par le sexe, par la race, par l’origine sociale, etc.) au point de retrouver dans les épisodes contemporains une grande partie des lieux communs du débat politique de notre époque !

6Toutes les contributions ne sont pas d’égale utilité pour décrire le genre majeur que ce livre met en évidence, pour la première fois dans la littérature de langue française, à notre connaissance. J’ai relevé pourtant beaucoup d’éléments concrets, précis et convaincants qui justifient l’attention prêtée à la série policière. Je relève des preuves de ce que je viens de dire dans les contributions suivantes :

  • J.-P. Esquenazi sur la série américaine Hill Street Blues, innovatrice à bien des égards par rapport aux productions antérieures ;

  • J.-Ph. Le Guern, à partir de son enquête sur le tournage de quelques épisodes de la série française Julie Lescaut dont on connaît le succès d’audience sur TF1 depuis vingt ans ;

  • St. Benassi, qui illustre très bien les transformations successives de la forme et du propos éditorial des séries policières, depuis les premiers téléfilms « polars » tournés par le service public français des années 1950 jusqu’à des productions contemporaines à succès comme le New York district des années 2000 ;

  • l’étude de cas produite par X. Daverat à partir d’un épisode très particulier de la série Johnny Staccato, série écrite, filmée et aussi interprétée par le réalisateur de cinéma John Cassavetes qui démontre ainsi avec éclat son habileté à jongler avec les contraintes d’une programmation qu’il respecte formellement, tout en dérogeant largement à ses exigences premières ;

  • Lenoir, qui décortique avec précision et méthode les liens étroits et profonds qui inscrivent la série Chapeau melon et bottes de cuir dans la société britannique des années 1970, société qu’il décrit comme soumise à des tensions sociales et politiques dont témoignent certains épisodes de cette époque ;

  • M. Lits, qui consacre une très solide analyse au personnage et aux interprétations successives de Nestor Burma, héros de la littérature policière marginale que le grand, puis le petit écran et la bande dessinée propulsent désormais aux premiers rangs d’audience à la suite d’un très curieux retournement de circonstances ;

  • campant les personnages emblématiques des séries policières françaises des années 1990 à 2000, brossés par G. Sellier d’une part, par S-K. Hong-Mercier d’autre part pour les femmes flics, etc.

7Les travaux réunis dans ce livre reposent autant sur des enquêtes directes que sur des études bibliographiques, notamment américaines. Ce corpus empirique est suffisamment divers ; il est bien balisé par des regards différents et complémentaires. Ces pages annoncent donc un bel avenir pour de telles études. La dimension économique de cette branche de la production audiovisuelle, évoquée épisodiquement dans les pages de l’ouvrage, pourrait toutefois faire l’objet d’une somme propre car, nous l’avons évoqué ci-dessus, le dédain affiché longtemps par la critique universitaire pour les « industries culturelles » du petit écran n’est plus justifiable aujourd’hui. Ces productions ont acquis de l’expérience et manifestent une maturité assez remarquable. Leur capacité d’innovation, sur le plan esthétique comme sur le plan commercial, est manifeste. Le milieu (production, écriture, réalisation…) s’est beaucoup professionnalisé : il associe de l’esprit d’entreprise, du savoir-faire financier et une forme de création littéraire ; on retrouve ainsi, dans une forme moderne, la spécialisation des tâches qui fit la force des studios hollywoodiens depuis les années 1930. La capacité d’adaptation des programmateurs a beaucoup progressé, donnant naissance à une industrie autonome, parfois plus riche que le cinéma de long métrage, bien assise sur un marché international.

8Décrire une telle industrie est un sujet en soi, qui n’apparaît guère dans l’ouvrage publié par Pierre Beylot et Geneviève Sellier. C’est peut-être le regret le plus net que nous exprimons en concluant cette critique ; tout démontre en effet que c’est d’une nouvelle forme d’édition qu’il s’agit, née de l’expérience. Il est temps de considérer cette branche de l’industrie audiovisuelle autrement que comme des faire-valoir : elle alimente les heures de grande audience partout dans le monde et crée de la richesse et cela n’est pas un hasard ; les professionnels de l’image et du son qui conçoivent et qui réalisent ces séries s’adressent à un public très large et de plus en plus international : ce sont les moteurs d’une industrie qui a profondément changé, dont les séries françaises, britanniques, allemandes (qui ne sont pas traitées dans l’ouvrage) ou américaines sont les signes. Ils témoignent sur leur siècle, comme les films noirs américains des années 1950 et comme les romans de Peter Cheyney témoignaient sur la société britannique des années 1940. À ce titre, ces productions de télévision méritent la même attention, sinon plus d’attention que n’en reçoivent les émissions politiques au sein des sciences de la communication !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Chamoux, « Pierre BEYLOT et Geneviève SELLIER (dir.), Les séries policières, actes du colloque tenu à Bordeaux en 2002 », Communication, Vol. 25/1 | 2006, 285-288.

Référence électronique

Jean-Pierre Chamoux, « Pierre BEYLOT et Geneviève SELLIER (dir.), Les séries policières, actes du colloque tenu à Bordeaux en 2002 », Communication [En ligne], Vol. 25/1 | 2006, mis en ligne le 26 janvier 2010, consulté le 28 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/284

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Chamoux

Jean-Pierre Chamoux est professeur, IUT Paris V, Université Paris Descartes. Courriel : jean-pierre.chamoux@univ-paris5.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org