Skip to navigation – Site map
Articles

Les formes du journalisme parlementaire au Devoir

Jean Charron and Jocelyn Saint-Pierre

Abstracts

This article analyzes a sample of articles written by the parliamentary correspondents of the Montreal newspaper Le Devoir between 1915 and 2006. It shows that members of the Press Gallery no longer seek, as before, to report the affairs of Parliament, but rather to highlight political events that are considered newsworthy.

Top of page

Full text

1Le Parlement de Québec a été et demeure l’un des hauts lieux du débat et de l’action politiques au Québec. Les journalistes qui y sont affectés et qui, quotidiennement, côtoient les personnalités politiques, occupent une fonction considérée dans la confrérie médiatique comme noble et prestigieuse. Ils assistent aux travaux parlementaires ; ils interrogent les députés et les ministres sur les problèmes de l’heure et sur les solutions avancées par le gouvernement ; ils portent attention aux critiques formulées par l’opposition ; ils scrutent les allées et venues des uns et des autres ; ils parcourent la documentation produite par le gouvernement, les ministères et les organismes ; ils prêtent une oreille aux rumeurs et aux échos de couloir ; bref, ils s’intéressent aux informations qui concernent les affaires du Parlement, du gouvernement et des partis.

  • 1  L’information parlementaire est plus ancienne encore; elle a débuté dès la première séance de la C (...)

2Ces représentants des médias sont regroupés au sein de la Tribune de la presse, une organisation reconnue par le Parlement et vouée à la défense des intérêts des journalistes parlementaires. Lorsque Le Devoir paraît pour la première fois, en janvier 1910, la Tribune est déjà reconnue officiellement depuis près de quarante ans1. Celle-ci est le point de jonction entre ces deux institutions essentielles dans notre régime politique que sont la presse et le Parlement. Dans cet article, nous nous intéressons à la manière dont les journalistes du Devoir en poste à la Tribune ont, au fil des décennies, couvert les activités parlementaires à Québec. Notre objectif est de montrer que les formes discursives dans lesquelles les correspondants parlementaires de ce quotidien rendent compte des activités parlementaires témoignent des transformations des rapports entre ces deux institutions.

  • 2  On en trouvera plusieurs exemples dans Comeau et Desrochers (1996) et dans Lahaise (1994). Voir au (...)

3Nous ne sommes pas les premiers, ni les derniers, à nous intéresser au contenu du Devoir sous sa dimension politique2. Cependant, considérant les travaux antérieurs, notre approche pourra paraître singulière sous plusieurs de ses aspects.

4Premièrement, notre intérêt porte sur le journalisme politique dans sa pratique quotidienne et ordinaire. Il sera peu question ici des faits d’armes du Devoir et des positions qu’il a défendues dans les moments forts de la vie politique au Québec, au Canada ou ailleurs. Nous nous intéressons plutôt à la nature des rapports entre la presse et les institutions politiques tels qu’ils se construisent jour après jour dans les pages d’un quotidien. L’identité du journal dans le champ politique et celle des organisations dont il parle se trouvent en quelque sorte projetées dans ce qu’il donne à lire à ses lecteurs jour après jour. C’est l’évolution de ces identités qu’il « affiche » dans ses pages qui nous intéresse au premier chef.

  • 3  Entre « Le sel ! » et « Auriez-vous l’obligeance, tendre amie, de me prêter le sel », il n’y a pas (...)

5Deuxièmement, les énoncés du Devoir sur la politique nous intéressent davantage dans leur forme et leur énonciation que dans leur contenu propositionnel. Nous suivons en cela les préceptes des sciences du langage qui nous enseignent que la manière dont un locuteur s’exprime à propos d’un objet est révélatrice non seulement de son rapport à cet objet, mais aussi de son identité sociale et de son rapport à ceux et celles à qui il s’adresse3. Ainsi, les formes dans lesquelles un journal choisit de coucher les informations et les opinions qu’il veut transmettre à ses lecteurs à propos des enjeux politiques sont, croyons-nous, révélatrices non seulement de ce qu’il pense de ces enjeux, mais aussi de son identité sociale en tant qu’instance discursive et de son rapport à autrui, c’est-à-dire à ses lecteurs et aux acteurs dont il parle et auprès de qui il collecte des informations. Cette idée a des conséquences théoriques et méthodologiques importantes pour la recherche sur l’histoire du journalisme, car elle nous incite à chercher dans l’évolution des formes du discours de presse des manifestations de l’évolution des relations entre la presse et la société.

6Troisièmement, si notre intérêt théorique porte sur les relations entre la presse (représentée ici par Le Devoir) et la politique, nos observations et nos analyses se limitent à la couverture des affaires parlementaires, plus précisément aux activités entourant l’ouverture et la fermeture des sessions. Ce choix méthodologique requiert quelques justifications.

7Du point de vue du journal lui-même, ce que recouvre le syntagme « relations entre la presse et la politique » n’a de réalité concrète que dans la pratique quotidienne des artisans du journal qui, au fil du temps et des générations, sont entrés en relation plus ou moins structurée et récurrente avec une grande quantité d’acteurs et de discours de toute nature à propos d’une quantité incommensurable d’objets, d’événements ou d’enjeux et qui ont, à leur propos, rédigé des articles. Cet ensemble, aux limites indéfinies et instables, d’acteurs, de discours et d’objets et les relations qui s’instaurent entre ces éléments constituent la « politique ». Si, aux fins d’une analyse thématique du contenu du discours de presse, une catégorie de ce genre peut s’avérer satisfaisante et opératoire, son usage est malaisé dans le cadre de notre objectif de recherche, parce qu’elle nous oblige à chercher à « lire », dans les transformations des formes du discours journalistique sur la « politique », les marques de changements dans un système de relations dont l’étendue, la complexité et la variabilité donnent le vertige.

8Nous avons donc choisi, par souci de méthode, de nous limiter à un aspect de la vie politique, à savoir les activités parlementaires. Par ailleurs, ce qui nous intéresse, c’est moins l’évolution de cet aspect lui-même (comment les institutions parlementaires ont changé) que l’évolution du rapport que la presse cherche à établir avec lui. Nous avons donc voulu observer une portion du domaine politique dont tant la fonction politique que les manifestations concrètes sont demeurées relativement stables dans le temps. Bien sûr, il n’existe pas de constante dans l’univers politique qui pourrait nous servir de point fixe de référence et nous ne pouvons pas faire comme si le statut, le rôle et le fonctionnement des institutions parlementaires au sein du système politique avaient été absolument invariables depuis un siècle. Ce n’est pas le cas à l’évidence. En revanche, chaque début et chaque fin de session ont donné lieu, au cours du siècle, à des activités, des processus, des rituels récurrents, que l’institution parlementaire jugeait importants et à propos desquels Le Devoir pouvait choisir de discourir ou non et, le cas échéant, dans des formes qui témoignent de son rapport à l’Assemblée. Ce sont les formes de ces discours qui nous intéressent. Pour les étudier, nous avons constitué un corpus d’articles du Devoir portant sur les activités entourant l’ouverture et la fermeture des sessions parlementaires à Québec, en retenant une année tous les dix ans à partir de 1915. Parce que nous visions une date de début et une date de fin de session au cours de la même année, nous avons retenu 1994 au lieu de 1995 et 2006 au lieu de 2005. Pour chacune des années retenues, nous avons sélectionné les textes rédigés par les courriéristes parlementaires du Devoir pendant dix jours, à savoir les cinq premiers jours de session, y compris le jour du discours du trône, et les cinq derniers jours, y compris la journée de la prorogation de la session. Nous n’avons conservé que les articles dont au moins une partie substantielle portait sur les affaires parlementaires, pour un total de 198 articles. Un échantillon de cette taille ne nous permet pas de prétendre faire l’histoire des formes du journalisme parlementaire sur un siècle ; il confère à notre travail un caractère exploratoire. En revanche, nos analyses montrent qu’un corpus de cette dimension suffit amplement à faire apparaître des tendances lourdes dans l’évolution des composantes structurelles des articles.

9Avant d’entreprendre l’analyse de notre corpus, il nous faut nous attarder sur certains aspects du contexte dans lequel ont œuvré les journalistes du Devoir chargés de couvrir les affaires parlementaires. Ce n’est pas notre propos de développer ici une sociologie du journalisme parlementaire qui ferait voir l’écheveau complexe des relations et des structures sociales, des contraintes et des ressources qui ont déterminé l’action individuelle des courriéristes du Devoir depuis un siècle. Cependant, deux aspects qui particularisent le cadre de production de ces journalistes doivent d’être soulignés. Le premier aspect touche l’inscription singulière du Devoir dans le système partisan du Québec ; le deuxième concerne le caractère collectif de la pratique des journalistes de la Tribune de la presse, qui a pour effet d’instaurer un rapport de coopération et de collégialité entre des journalistes par ailleurs concurrents et qui appartiennent à des familles politiques différentes, voire opposées.

Les orientations politiques du Devoir

10La couverture par Le Devoir des affaires parlementaires est tributaire du cadre idéologique tracé par les dirigeants du journal. Le Devoir a toujours été indépendant et il n’a jamais été inféodé à un parti ou à un groupe politique, que ce soit sur la scène fédérale ou provinciale. Il est même resté, à certaines époques, l’un des rares opposants aux forces politiques dominantes. Ses préférences politiques ont toujours été déterminées en fonction d’une analyse en contexte des mérites des différents partis, particulièrement sur la question nationale, plutôt que sur une base partisane. Cette attitude a eu des conséquences importantes pour les correspondants parlementaires. Les changements d’allégeance du journal dans le système partisan ont été nombreux et ont placé les courriéristes parlementaires dans une position particulière à l’égard des parlementaires et de leurs collègues travaillant pour des journaux partisans.

11Lors de la naissance du Devoir, Henri Bourassa est député provincial de la circonscription de Saint-Hyacinthe depuis le scrutin du 8 juin 1908. Dans le premier numéro, Bourassa trace le programme politique du journal, dans l’immédiat : 

Dans la politique provinciale, nous combattons le gouvernement actuel, parce que nous y trouvons toutes les tendances mauvaises que nous voulons faire disparaître de la vie publique : la vénalité, l’insouciance, la lâcheté, l’esprit de parti avilissant et étroit.

Nous appuyons l’opposition, parce que nous y trouvons les tendances contraires : la probité, le courage, des principes fermes, une grande largeur de vues (Bourassa, 1910).

12La correspondance parlementaire d’alors est très sympathique au mouvement nationaliste et à son chef ainsi qu’aux conservateurs provinciaux. Proche des milieux conservateurs canadiens-français, Le Devoir dirige ses attaques non seulement contre les conservateurs impérialistes fédéraux, mais encore contre le Parti libéral de Wilfrid Laurier et de Lomer Gouin. Le gouvernement Gouin constitue l’ennemi juré du Devoir jusqu’aux élections générales de 1912 ; pourtant, le journal se rangera par la suite à ses côtés, ses opposants étant jugés trop inféodés aux conservateurs impérialistes.

13La nomination de Louis-Alexandre Taschereau à la tête du gouvernement en 1920 change la donne. Le Devoir et ses correspondants se montrent plutôt antilibéraux ; ils dénoncent les abus ainsi que le patronage et ils soutiennent les adversaires du régime jusqu’en 1935. L’arrivée de Maurice Duplessis dans l’arène politique comme chef de l’opposition sera donc saluée par Le Devoir, qui l’appuie sans réserve et qui estime que la province a besoin d’un changement de régime, lequel surviendra en 1936. Le soutien se prolonge aux élections de 1939 en raison de la politique autonomiste de Duplessis. Mais en 1944, Le Devoir appuie plutôt le Bloc populaire contre l’Union nationale de Duplessis. En 1948, Le Devoir revient à l’Union nationale, sans grand enthousiasme, parce que son chef résiste à l’empiétement fédéral. Duplessis peut aussi compter sur l’amitié de quelques journalistes du Devoir, dont les correspondants parlementaires Alexis Gagnon (1929-1942) et Louis Robillard (1943-1947).

14En 1947, les affinités du Devoir avec le régime duplessiste sont mises à mal par la nomination à la direction de Gérard Filion, qui privilégie les questions sociales (Filion, 1989 : 213-217 et 245-248). Sa sympathie aux grévistes d’Asbestos en 1949 refroidit les relations avec le chef unioniste. Par conséquent, à l’élection de 1952, Duplessis bénéficie d’un appui mitigé du Devoir, et en 1956, le quotidien estime que le gouvernement de l’Union nationale doit être battu et il donne sa préférence aux libéraux de Georges-Émile Lapalme. Les rapports entre le correspondant parlementaire Pierre Laporte et le premier ministre Duplessis, excellents au début, se détériorent rapidement, notamment au moment de la dénonciation des scandales de l’aménagement de la centrale électrique de la Bersimis en 1954 et du gaz naturel en 1958.

15Tout en reconnaissant les mérites d’Antonio Barrette et de Paul Sauvé, Le Devoir accorde plutôt ses faveurs à l’équipe de Jean Lesage. Reprenant le slogan électoral des libéraux, Filion conclut dans son éditorial de la veille de l’élection : « C’est le temps que ça change » (Filion, 1960). Le Devoir est alors proche de certains membres du gouvernement libéral comme René Lévesque, Paul Gérin-Lajoie, Jean Lesage et, en 1961, Pierre Laporte. Le correspondant Marcel Thivierge est un partisan reconnu du gouvernement Lesage. Les libéraux peuvent compter sur l’attitude bienveillante du Devoir de 1966 à 1976. En 1976, le soutien du Devoir va plutôt au Parti québécois pour ne pas « enliser davantage le Québec dans la stagnation politique et dans des jeux mesquins d’équilibrisme qui sont aux antipodes de la vraie politique » et parce qu’il « faut choisir celui qui ouvre davantage les portes de l’avenir » (Ryan, 1976).

16Quelques années plus tard, Claude Ryan devient chef du Parti libéral puis ministre dans les gouvernements libéraux. Au référendum de 1980, l’équipe éditoriale du Devoir est divisée sur la position à prendre : trois éditorialistes se rangent du côté du oui et le directeur par intérim, Michel Roy, se prononce en faveur du non. À l’élection de 1981, Jean-Louis Roy conseille d’élire le Parti québécois au lieu des libéraux de Ryan alors qu’en 1985, il se tourne vers les libéraux de Robert Bourassa pour lui donner non sans réserve un appui « franc et conscient » (Roy, 1985). Soutien que Benoît Lauzière, devenu directeur, réitère en 1989. Toutefois, en 1992, la directrice Lise Bissonnette, optant pour l’autonomie du Québec, se prononce contre l’accord de Charlottetown et recommande de voter pour le Parti québécois à l’élection de 1994. Ce choix du Devoir se poursuit au référendum de 1995 et aux élections générales de 1998, 2003, 2007 et 2008. Bernard Descôteaux, qui a rédigé le traditionnel éditorial de la veille de chacune de ces élections, explique ses choix par le programme sociodémocrate du Parti québécois qui met l’État québécois, cet héritage de la Révolution tranquille, au centre du développement de la société québécoise. Il considère que le Parti québécois saura préserver les droits du Québec dans le fédéralisme canadien. Il écrit, en 2008, que seul le Parti québécois « défend avec la vigueur nécessaire l’avenir du Québec comme État national des francophones d’Amérique du Nord » (Descôteaux, 2008).

17Comme l’écrit André Bernard, « Le Devoir n’a été l’allié inconditionnel d’aucun parti, mais il a le plus souvent favorisé le parti le plus autonomiste » (1994 : 328). C’est toujours le cas aujourd’hui. Et, toujours il a conservé son droit de critiquer les gouvernements et les partis quels qu’ils soient. Les correspondants parlementaires du Devoir à Québec, sans être forcés d’adhérer à ce credo, se sont le plus souvent conformés aux cadres tracés par la direction et ont, en quelque sorte, incarné, au Parlement, l’indépendance politique du Devoir.

La production collective de l’information parlementaire

18Cependant, l’influence des choix politiques du Devoir sur la production quotidienne de ses courriéristes parlementaires a longtemps été tempérée par une méthode de collecte de l’information caractérisée par une collaboration entre journalistes de journaux concurrents. Avant 1964, les parlementaires et les courriéristes ne disposent pas d’un compte rendu officiel des débats. Les journalistes, installés dans la tribune de la salle de l’Assemblée mise à leur disposition, doivent consigner à la main les discours prononcés en français ou en anglais. Peu d’entre eux ont recours à la sténographie. Ils retranscrivent ensuite leurs observations au dactylographe. Pour réaliser une telle besogne, les journalistes ont emprunté un vieux système de partage du travail appelé pool en vigueur à la Chambre des communes britannique et au Congrès américain avant l’établissement d’un compte rendu officiel. Au cours d’une séance quotidienne de l’Assemblée législative, les correspondants parlementaires présents dans le salon vert se relaient pour de courtes périodes afin de consigner chacune des interventions. De retour dans leur salle de presse, chacun tape avec des carbones sa partie du compte rendu en autant d’exemplaires qu’il y a d’adhérents au pool. Les participants peuvent ainsi se relayer dans la saisie de l’information (Saint-Pierre, 2007 : 95-102). Au Parlement de Québec, la date de la mise en place de cette pratique n’est pas connue de façon précise, mais on sait qu’elle est en vigueur en 1910 lors de l’arrivée du premier représentant du Devoir. Ce système a été amplement décrit (Fabre, 1980 : 56 ; Gaudreault, 1991 : 30 ; Gagnon, 1985 : 199-200). La pratique s’est intensifiée tout au cours de la période et elle s’est interrompue avec la mise en place du Journal des débats le 14 janvier 1964.

  • 4  Pour la période de 1871 à 1921, voir Saint-Pierre (1993 et 1996).

19Les contributions des participants sont regroupées dans une sorte de compte rendu collectif qui est remis à chacun. Le courriériste rédige son article à partir de ce tronc commun. Certains reproduisent intégralement le pool, d’autres y ajoutent des passages de leur cru. Quoi qu’il en soit, cette méthode de collecte et de partage de l’information confère aux textes des courriéristes parlementaires une objectivité qui tranche avec la politisation des journaux de cette époque4. Une telle collaboration entre journalistes travaillant dans des entreprises de presses concurrentes sur les plans économique et idéologique peut étonner, mais elle s’explique par les contraintes de production de l’information et par le fait que la vie quotidienne à la Tribune favorise le développement d’une culture de coopération entre confrères concurrents. Les membres de la Tribune demeurent aujourd’hui un groupe relativement homogène qui s’entraide dans la couverture de l’actualité parlementaire (Charron, 1994).

L’importance que Le Devoir accorde aux activités parlementaires

  • 5  Nous avons compté comme un paragraphe tout ensemble textuel de plus de trois lignes. Un ensemble t (...)

20Le nombre d’articles consacrés aux activités parlementaires au cours des semaines de début et de fin de session a beaucoup varié au fil des décennies, sans qu’une tendance nette puisse être discernée. À des années d’abondance (au-dessus de 30 articles, comme en 1935 et 1965) succèdent des années plus pauvres (de 10 articles ou moins, comme en 1925, 1945 et 2006). Cependant, cette image est trompeuse, car la longueur moyenne des articles a varié sensiblement d’une décennie à l’autre. Le nombre de paragraphes publiés chaque décennie (graphique 1) donne une mesure plus précise de la quantité de matière que le journal donne à lire à propos des activités parlementaires et constitue un indice plus fiable de l’importance que le journal accorde à ces activités5.

Graphique 1. Nombre total de paragraphes par année, 1915-2006

Graphique 1. Nombre total de paragraphes par année, 1915-2006

21Le graphique 1 montre qu’entre 1925 et 1935, le nombre de paragraphes que Le Devoir consacre aux activités parlementaires des débuts et fins de session connaît une forte croissance (de l’ordre de 150 %). La conjoncture politique de 1935 y est sans doute pour beaucoup dans l’intérêt que Le Devoir porte cette année-là aux affaires parlementaires. Les sessions de 1915 et de 1925 se situaient en milieu de mandat, alors que 1935 est une année d’élection. La session débute en janvier et se termine en mai ; les élections sont déclenchées en octobre. Le gouvernement Taschereau, en poste depuis 1920, est usé et sème le mécontentement. Les critiques de l’opposition, dirigées brillamment par Duplessis et appuyées par Le Devoir, sont nombreuses et documentées. Au moment où se déroule la session parlementaire, les observateurs sont aux aguets, puisqu’ils ont de bonnes raisons de croire que l’élection prochaine pourrait conduire à un changement de gouvernement (ce qui ne se produira pas aux élections de 1935, mais à celles de 1936, après le scandale des comptes publics).

22Il faut dire aussi qu’Alexis Gagnon, titulaire du poste de correspondant parlementaire pour Le Devoir de 1929 à 1942, antilibéral notoire et ami personnel de Duplessis, est un scribe particulièrement prolifique, parfois même verbeux. Il se distingue par son goût pour le détail pittoresque et les longues descriptions d’ambiance. Les premiers paragraphes de l’article du 9 janvier 1935, qu’il consacre à la séance d’ouverture de la session, donnent un aperçu de son style : 

Québec, 9 — La quatrième session de la dix-huitième législature de la province de Québec s’est ouverte hier après-midi dans l’apothéose d’un cérémonial vieillot, désuet, mais tout de même charmant.

Dès la matinée, des ouvriers avaient envahi les corridors pour faire surgir des carreaux de marbre les palmiers, les rosiers, plantés dans des tinettes gainées de chemises en papier vert froncé. D’autres portaient avec une religieuse gravité, sur leur ventre, une brassée de pots à fleurs destinés à orner les degrés des escaliers où Son Honneur le lieutenant-gouverneur était appelé à passer. Des tapis rouges flamboyants déroulaient le fil du chemin, comme dit un poète de chez nous, jusqu’au pied du fauteuil présidentiel dans la chambre du Conseil législatif.

Vers trois heures, un détachement de policiers est entré en formation régimentaire pour former une haie continue de l’entrée centrale jusqu’à la Chambre du Conseil. Coiffés d’un casque blanc à pointe cuivrée, retenu sous le menton par une gorgerette de métal argenté, ils avaient grand air et les dames invitées rougissaient légèrement comme elles s’en allaient au milieu d’une haie aussi resplendissante. (Gagnon, 1935)

  • 6  Le même jour, il publie un long article de 36 paragraphes dans lequel il poursuit, dans un langage (...)

23Suivent huit paragraphes de la même eau, dans lesquels il est question de la fébrilité des dames qui attendent l’apparition de Son Honneur le lieutenant-gouverneur, des épées « flamboyantes » des militaires qui l’escortent, de l’épisode d’un chien, faisant irruption dans la salle du Conseil législatif, venu renifler la jambe de Son Honneur, des cravates Oxford que portent les députés et de la lecture édifiante de l’Almanach du peuple, bref de considérations tout à fait accessoires, mais aptes à divertir le lecteur. Ce n’est qu’au douzième paragraphe que le journaliste entreprend de résumer, librement, la teneur du discours du trône (que par ailleurs il reproduit intégralement dans un autre article). Ni les collègues concurrents de Gagnon ni les autres correspondants du Devoir qui l’ont précédé ou lui ont succédé n’ont accordé autant de place à ces descriptions inspirées. Bien que la prose de Gagnon ne soit pas toujours aussi colorée6, notre lecture du corpus nous incline à croire que son style personnel a beaucoup contribué à l’augmentation, en 1935, du nombre de paragraphes que Le Devoir consacre aux affaires parlementaires.

24À partir de 1935, le nombre de paragraphes consacrés aux activités parlementaires pendant les semaines de début et de fin de session diminue de décennie en décennie. Si l’engouement du Devoir pour les affaires parlementaires de 1935 peut s’expliquer par un effet de conjoncture, le caractère progressif et constant du déclin de son intérêt pendant les décennies subséquentes nous porte à croire qu’il s’agit d’un changement d’ordre structurel.

25Avant de tenter d’expliquer le phénomène, il convient d’en prendre la juste mesure. Soulignons d’abord que ce fléchissement de l’intérêt du Devoir concerne précisément les affaires parlementaires. Ce n’est pas la politique comme thématique et comme champ d’activité qui est en cause. Comme le montrent Cyntia Darisse et Jean de Bonville ailleurs dans ce numéro, l’espace rédactionnel que Le Devoir a consacré à la politique en général ne diminue pas. La proportion de l’espace rédactionnel occupé par la politique québécoise, en particulier, a varié au gré des conjonctures, mais la tendance générale a plutôt été à la hausse.

26Il faut aussi faire remarquer que ce désintérêt pour les affaires parlementaires est plus précoce et plus marqué envers les activités de fin de session que pour celles de début de session (graphique 2). En général, les débuts de session ont été davantage couverts que les fins de session ; près de 60 % des articles et des paragraphes du corpus portent sur des activités qui ont lieu pendant la première semaine de la session. De 1965 à 1994, le nombre de paragraphes publiés au début des sessions se maintient. Une baisse importante apparaît en 2006, mais nous ne pouvons déterminer si les valeurs de cette année-là témoignent ou non de début d’une tendance. En revanche, à partir de 1965, le nombre de paragraphes appartenant à des articles publiés en fin de session diminue abruptement. Au point d’ailleurs qu’au cours de la semaine de fin de session de 2006, aucun article signé par un courriériste parlementaire du Devoir ne porte sur les affaires parlementaires. Occupés qu’ils étaient à courir d’autres lièvres qu’ils jugeaient plus importants (la controverse entourant la vente du Mont-Orford, un tête-à-tête Charest-Harper, la réforme électorale), les représentants du Devoir n’ont rien écrit sur la fin de la session de 2006. C’est par un court article de la Presse Canadienne que le lecteur du Devoir apprend, le 9 mars, que, « selon ce qu’a appris la PC », le gouvernement « a décidé d’effacer l’ardoise » et d’entamer une nouvelle session. Le lendemain, la 1re session de la 37e législature, débutée le 4 juin 2003, sera prorogée.

Graphique 2. Nombre de paragraphes en début et en fin de session, 1915-2006

Graphique 2. Nombre de paragraphes en début et en fin de session, 1915-2006

27Cet intérêt plus marqué pour les débuts de session est manifeste aussi dans la mise en valeur des articles (graphique 3). Depuis 1955, les articles portant sur les activités de fin de session sont moins souvent publiés à la une que les articles portant sur les activités de début de session. L’écart entre les deux s’est accentué au point où les fins de session sont devenues, au regard de leur mise en valeur dans le journal, des activités plutôt secondaires.

Graphique 3. Pourcentage d’articles en début et en fin de session publiés à la une, 1915-2006

Graphique 3. Pourcentage d’articles en début et en fin de session publiés à la une, 1915-2006

28L’évolution différenciée de l’intérêt du Devoir pour les débuts et les fins de session nous éclaire sur la transformation de son rapport à l’institution parlementaire. Concrètement, le début d’une session comporte toujours un discours inaugural (autrefois appelé « discours du trône ») ainsi qu’une réplique de l’opposition ; ces deux discours constituent des moments forts de la vie parlementaire. Le discours inaugural — autrefois prononcé par le lieutenant-gouverneur, plus récemment par le premier ministre — est en effet l’occasion pour le gouvernement de présenter son menu législatif et de dévoiler ses orientations quant aux grands enjeux de l’heure. Dans sa réplique, l’opposition amorce le débat parlementaire en annonçant les positions qu’elle entend défendre à l’égard des politiques proposées par le gouvernement. Ces discours, qui embrassent large et qui présentent l’action politique sous son profil noble, font voir les lignes de démarcation entre les partis et drainent une matière abondante et digne d’intérêt pour les lecteurs.

29Ces activités tiennent leur importance et leur pertinence dans l’espace public du fait qu’elles engagent non seulement la responsabilité des parlementaires, mais aussi celle de l’exécutif et de l’Administration qui conçoivent et appliquent les politiques et les programmes. Les débats sur les projets de loi qui sont annoncés auront évidemment des échos dans la société tout entière ; ils mobiliseront les groupes d’intérêt, ils alimenteront les discussions publiques et privées, ils susciteront espoirs ou inquiétudes chez ceux et celles qui seront directement affectés par les décisions du gouvernement et des parlementaires. Bref, le début d’une session parlementaire enclenche un processus qui a une portée et une signification qui dépassent largement le Parlement. Peut-on en dire autant des activités qui entourent les fins de session ? Jadis, la fin d’une session était une activité mondaine importante de la capitale et les journaux en faisaient amplement état. Le lieutenant-gouverneur arrivait au parlement en habit d’apparat et se rendait au Conseil législatif. Les députés allaient rejoindre les conseillers législatifs dans le salon rouge. En présence d’invités de marque et de représentants de la bonne société de Québec, le représentant de la reine sanctionnait les projets de loi et prorogeait la session. Cette cérémonie a perdu de son lustre avec l’abolition du Conseil législatif, en 1968, et avec la modernisation de la procédure parlementaire qui a suivi. Dorénavant, le lieutenant-gouverneur sanctionne les lois, sans cérémonie, dans le confort de ses bureaux.

30De nos jours, ce qui est susceptible de se produire à la fin de session varie d’une session à l’autre. Quand le menu législatif est épuisé, les activités qui ont lieu dans la salle de l’Assemblée sont surtout protocolaires et présentent peu d’intérêt en dehors de la classe politique. Parfois, les parlementaires sont invités par le gouvernement à une course contre la montre pour adopter à toute vapeur des projets de loi dont on a déjà amplement parlé, au Parlement et dans les médias. Dans ce cas, l’affaire relève surtout de la procédure ; il y aura des discours convenus : le bilan de la session, acclamé par le parti gouvernemental, sera vilipendé par l’opposition. Il peut arriver cependant qu’un projet de loi important soit contesté par l’opposition, qui s’emploie à créer une certaine agitation, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Parlement. Les journalistes sont alors à l’affût. Il peut arriver aussi que le gouvernement, sentant la soupe chaude, décide de museler les parlementaires en prorogeant la session. La prorogation devient elle-même objet de controverse. Bref, si la fin d’une session demeure une étape importante dans la vie des parlementaires et pour l’institution parlementaire elle-même, l’intérêt qu’elle peut représenter en dehors des milieux politiques est, de nos jours, variable au gré des circonstances. On pourrait conclure que — toutes choses étant égales par ailleurs — les débuts de session présentent, objectivement, plus d’intérêt que les fins de session. Plus précisément : pour la société, l’importance relative des débuts de session est une donnée structurelle (en raison principalement des implications du discours inaugural), alors que celle des fins de session est plus sensible à la conjoncture.

31Durant la première moitié de la période et même au-delà, les journalistes parlementaires ont abondamment couvert les fins de session ; ce n’est que récemment que leur intérêt pour cette étape du processus parlementaire s’est amoindri. Pendant longtemps, les courriéristes se sont vus comme un rouage de l’institution parlementaire dont ils adoptaient tout naturellement les règles et la culture. Leur travail de médiation consistait à rendre compte au public du déroulement des activités parlementaires en fonction de critères de pertinence et suivant un code qui étaient ceux de l’institution elle-même. Ce qui était important pour l’institution devait l’être aussi dans les comptes rendus.

32Progressivement, au cours des années 1960 et 1970, les relations entre la presse et le Parlement ont évolué vers une plus grande autonomie du discours journalistique par rapport au débat parlementaire. Les journalistes ont, au fil des ans, appris à élaborer leur discours en fonction de considérations extérieures aux affaires proprement parlementaires. Progressivement, ils ont cherché à rendre compte non pas des travaux de l’Assemblée en tant que tels, mais des événements, des situations et des enjeux autour desquels s’organise la vie politique et qui sont discutés en dedans comme en dehors du Parlement. Cette évolution va avoir pour conséquence que les activités du Parlement ne sont plus l’objet premier de la considération des journalistes ; elles deviennent des occasions parmi d’autres de glaner des informations sur les affaires politiques, de sorte qu’elles ne sont plus couvertes pour elles-mêmes et de manière systématique et exhaustive. La vie parlementaire cesse d’être d’emblée pertinente ; elle n’accède à l’espace public médiatique que si elle est ponctuée par des « événements » médiatiquement pertinents et si, dans le cours des discussions en Chambre, sont dévoilées des informations qui contribuent au déclenchement ou à la révélation d’une « affaire » susceptible d’intéresser le public.

33Cette évolution vers une plus grande autonomie du discours journalistique est également perceptible dans le format même des articles. On observe en effet une nette tendance à une normalisation de la longueur des articles (graphique 4). Pendant la période de 1915 à 1965, les articles comptent en moyenne 16,5 paragraphes ; cependant, cette valeur varie sensiblement d’une décennie à l’autre, la valeur la plus faible étant de 9,4 paragraphes en 1965 et la valeur la plus élevée, de 47,6 paragraphes en 1945. Entre 1915 et 1965, on rencontre à l’occasion de très longs articles qui comportent 40 ou 50 paragraphes ou plus. Dans notre corpus, le plus long ne compte pas moins de 124 paragraphes ! Mais il n’est pas rare de trouver de très courts articles d’un ou de quelques paragraphes. À partir de 1975, la valeur moyenne est plus faible (à 14 paragraphes par article), mais surtout plus stable d’une décennie à l’autre (elle varie de 11 à 15 paragraphes par article) et à l’intérieur même d’une décennie (pour les décennies de 1975 à 2006, l’écart-type est plus faible que pour les décennies antérieures). On imagine mal lire dans Le Devoir d’aujourd’hui des nouvelles ou des comptes rendus de 50 paragraphes ou plus.

Graphique 4. Nombre moyen de paragraphes par article et écart-type, 1915-2006

Graphique 4. Nombre moyen de paragraphes par article et écart-type, 1915-2006
  • 7  Au cours de la première moitié du siècle, les conditions de lecture des quotidiens rendaient possi (...)

34Au cours de la première moitié de la période, la longueur des articles change, apparemment, en fonction de la quantité d’information à transmettre qui, elle-même, est tributaire de la nature des activités couvertes. Suivant une logique institutionnelle qui, selon notre hypothèse, prévaut alors, Le Devoir rapporte tout ce qui du point de vue de l’institution doit l’être. Or, comme les débats parlementaires changent en longueur et en importance (sous l’angle de l’institution parlementaire), les articles doivent, en conséquence, varier également en longueur et en mise en valeur. C’est ainsi que la forme et le volume de l’information à rapporter sont largement déterminés par l’importance que les acteurs de l’institution accordent eux-mêmes aux événements qui sont l’objet des comptes rendus. La normalisation de la longueur des articles à laquelle on assiste après 1965 témoigne, selon nous, du fait que, progressivement, le journal va élaborer et imposer aux articles traitant des affaires parlementaires des normes formelles qui répondent à ses propres contraintes de production et de diffusion plutôt qu’à des critères centrés sur l’institution parlementaire. Le journal délaisse la logique institutionnelle et définit, pour lui-même et en fonction de ses intérêts en tant que journal, des critères de pertinence et des normes de traitement et de mise en forme de l’information. Ainsi, progressivement, c’est le code du journal qui va prévaloir sur celui de l’institution7.

Du compte rendu à la nouvelle

35L’analyse des genres journalistiques que privilégient les courriéristes parlementaires confirme également un net changement de perspective. Dans les premières décennies, la tâche du courriériste parlementaire consiste essentiellement à écrire des comptes rendus des activités parlementaires alors qu’au cours des dernières décennies, il rédige plutôt des nouvelles.

36Le compte rendu est un article dans lequel l’auteur rapporte, sur une base quotidienne, ce qui se passe au Parlement en décrivant les procédures et les délibérations et en respectant leur chronologie. Le genre se rapproche du procès-verbal ; il insiste sur le déroulement de la séance et en décrit sommairement les éléments essentiels. Certes, l’auteur fait des choix en décidant de relater tel élément plutôt que tel autre (et ce sont des choix qui parfois trahissent des préférences politiques), mais, contrairement à la nouvelle, il ne s’attarde pas à un ou des éléments particuliers ; son intention est plutôt de rendre compte des travaux des élus de manière plus ou moins exhaustive. Comme il s’agit de rapporter les délibérations, le compte rendu fait grand usage de la citation, en style direct ou indirect, et ne présente pas, contrairement aux autres genres, d’unité thématique ; les divers sujets abordés par les députés sont traités successivement. Les comptes rendus des travaux de l’Assemblée législative sont en général des textes longs qui relatent, en substance, mais souvent avec force détails, des procédures et des discours qui s’échelonnent sur plusieurs heures. Il arrive cependant que des articles plus courts adoptent la perspective du compte rendu ; c’est le cas notamment des articles qui portent sur les activités du Conseil législatif.

37Les articles classés dans la catégorie des nouvelles ont pour objet un événement, une action ou une situation d’actualité dont ils relatent les principales composantes. À la différence du compte rendu, dont la pertinence et la structure sont établies par le fonctionnement de l’institution parlementaire, le choix du journal et du journaliste de considérer tel événement comme devant donner lieu à une nouvelle est déterminé par la signification et l’importance que les artisans du journal accordent à l’événement. Le compte rendu est en quelque sorte un genre assujetti au « code » du Parlement (à ses règles, à ses critères, à son fonctionnement) alors que la nouvelle est au contraire un genre proprement médiatique qui tend à imposer à l’institution parlementaire un cadre discursif qui lui est étranger. Dans les articles de nouvelles, qui sont en général plus courts que les comptes rendus, les éléments d’information sont sélectionnés et disposés suivant une visée descriptive et dans une structure narrative qui rompt avec la chronologie des faits. La citation y est d’usage courant, mais moins fréquent que dans les comptes rendus, et on privilégie la citation indirecte à la citation directe.

38La chronique d’opinion est un article généralement coiffé d’un titre de rubrique récurrent dans lequel le correspondant parlementaire exprime des opinions ou propose des interprétations ou des appréciations à propos d’un événement ou d’une situation politique, généralement d’actualité. Bien que les énoncés factuels et, dans une moindre mesure, les citations soient présents, la chronique d’opinion contient un plus grand nombre d’énoncés analytiques et évaluatifs dont le journaliste assume la responsabilité.

39Les graphiques 5 et 6 montrent que, pendant la première moitié du siècle, la couverture des affaires parlementaires des débuts et fins de session se fait essentiellement par l’intermédiaire de comptes rendus, alors qu’au cours de la seconde moitié du siècle, la nouvelle est le genre dominant. En effet, la plupart (91 %) des articles du corpus publiés au cours des quatre premières décennies (1915-1945) sont des comptes rendus ; les nouvelles ne comptent que pour 9 %. Pour la seconde moitié de la période, la situation s’inverse : les comptes rendus ne comptent plus que pour 36 % des articles alors que les nouvelles représentent 59 % du total. Le passage d’une couverture journalistique axée sur le compte rendu vers une pratique qui recourt davantage aux nouvelles se fait progressivement.

Graphique 5. Pourcentage d’articles par genre, 1915-2006

Graphique 5. Pourcentage d’articles par genre, 1915-2006

Graphique 6. Pourcentage de paragraphes par genre, 1915-2006

Graphique 6. Pourcentage de paragraphes par genre, 1915-2006

1915 et 1925 : le compte rendu, genre dominant

  • 8  La notion de lettre restera d’ailleurs longtemps dans les titres des rubriques consacrées aux affa (...)

40Notre corpus de 1915 et de 1925 ne compte aucune nouvelle ; toute information jugée digne de mention a été rapportée dans un compte rendu qu’on appelle, à l’époque, une « correspondance ». Ce vocable est entendu au sens littéral d’une « lettre » dans laquelle le correspondant relate les événements parlementaires de la journée8. Si la correspondance est constituée en majeure partie de discours rapporté, la formule présente tout de même, à cette époque, une grande souplesse et plusieurs de ses caractéristiques tranchent avec les comptes rendus qu’on peut lire dans les journaux d’aujourd’hui.

  • 9  Par exemple, au terme d’un long compte rendu d’un débat complexe et technique où il est question d (...)

41Comme on l’a vu précédemment, le genre du compte rendu est, durant cette période, peu normalisé. Certains procédés discursifs, courants dans les comptes rendus de l’époque, sont aujourd’hui bannis, comme l’emploi de la première personne du singulier et du « nous » patriotique pour désigner les Canadiens français. Aucune unité thématique ou stylistique ne paraît requise : plusieurs types de discours, sur plusieurs sujets, abordés suivant plusieurs visées discursives, peuvent être réunis. Le lecteur d’aujourd’hui est frappé par le contraste entre les longs comptes rendus des discours des parlementaires, marqués du sceau de l’objectivité et de la déférence, et de courts passages teintés d’une ironie parfois assez incisive9. Ces écarts de registre s’expliquent vraisemblablement par la pratique du pool ; le journaliste reprend le texte collectif en y ajoutant des réflexions personnelles.

42C’est sans doute le pool qui explique également une autre caractéristique des comptes rendus du temps, à savoir un marquage souvent défectueux de la frontière entre le discours du journaliste et le discours rapporté. Par exemple, dans un compte rendu du 11 janvier 1915 qui rapporte longuement un discours de Joseph-Mathias Tellier, député de Joliette et chef de l’opposition conservatrice qui a l’appui du Devoir, on passe sans marquage du style indirect au style direct, ce qui crée une confusion quant à l’attribution des énoncés : 

[M. Tellier] voudrait croire aussi qu’on fait beaucoup pour l’agriculture, mais l’expérience du passé le laisse sceptique. […] Il a vu de ses yeux des gens qui avaient abandonné leurs terres pour la ville reprendre le chemin de la campagne ; il a même vu des ouvriers qui n’avaient jamais pensé à la culture chercher du travail à la campagne. La force des choses crée le mouvement de retour à la terre ; il s’agit de l’encourager et de le stimuler. Pour cela il faut que le gouvernement prenne l’initiative, non pas seulement par subvention mais surtout par suggestion. C’est l’un de nos défauts de croire que l’on a tout fait quand on a donné de l’argent. Il faut surtout fournir des idées. Tempérament, atavisme ou habitude, notre peuple plus que tout autre peut-être compte avant tout sur l’autorité. C’est d’elle qu’il attend l’inspiration et la direction. Ignorer cette mentalité de nos gens, c’est retarder le progrès. On n’est pas réfractaire au progrès. La preuve, c’est l’empressement qu’on mit à faire de l’industrie laitière aussitôt que l’autorité eut pris l’initiative du mouvement.

Un autre moyen de favoriser l’agriculture c’est de pousser la colonisation en facilitant l’accès à la terre. M. Trahan [député libéral de Nicolet, à qui M. Tellier donne la réplique] nous a parlé des succès remarquables de cette œuvre. Quand cessera-t-on de se payer de mots ?

Il est possible qu’en Abitibi tout aille à merveille. Tant mieux ! Mais l’Abitibi n’est pas toute la province de Québec et personne ne niera sérieusement qu’en général la colonisation agonise dans la province de Québec. Qu’a-t-on fait pour résoudre le vieux problème de la dualité des intérêts sur le même terrain ? On nous dira peut-être encore une fois que le commerce du bois est d’un grand secours pour la colonisation. Par exception peut-être, mais en général on trouvera le contraire. On a concédé de nouvelles régions forestières récemment, qu’a-t-on fait pour la colonisation ? On lui a donné un ministre nouveau. Qu’il soit personnellement bien disposé, nous voulons le croire, mais que peut-il faire ? A-t-il des terres à donner aux colons ? On sait bien que non. Les terres qu’on lui demande, il faut qu’il aille les mendier à son tour au ministère des Terres où règne nécessairement un autre esprit (Dumont, 1915).

43Si on lisait ce passage en suivant les règles grammaticales relatives à l’attribution des énoncés, il faudrait conclure qu’il s’agit d’un commentaire critique dans lequel le journaliste attaque les actions du gouvernement. En réalité, il n’en est rien : c’est le compte rendu des propos de M. Tellier, c’est lui qui s’interroge, s’exclame et opine. La lecture des autres journaux de ce jour-là et l’expérience de la reconstitution des débats parlementaires confirment cette interprétation.

44Cette manière grammaticalement défectueuse d’attribuer les énoncés était à ce point répandue à l’époque qu’elle ne présentait vraisemblablement aucune ambiguïté pour le lecteur. On peut croire en effet qu’en vertu d’une convention tacite entre le journal et le lecteur, celui-ci savait que ce n’est pas de cette façon qu’un courriériste parlementaire est susceptible d’exprimer un point de vue dans un compte rendu.

45Il était également d’usage aussi dans les « lettres » de poser des jugements favorables ou défavorables sur la performance oratoire des députés ou sur leurs comportements en Chambre. L’art oratoire était un genre apprécié en politique. On aimait les bons orateurs comme Laurier, Bourassa ou Lavergne. Les correspondants critiquaient rarement les actions du gouvernement et les positions défendues par les parlementaires, mais il était de mise d’apprécier les talents d’orateur de ces derniers et de commenter la forme des discours.

46Les titres qui coiffent les reportages parlementaires de ces années ont en général un caractère générique et désignent l’épisode dont il est question dans le compte rendu. Par exemple, on trouve les titres : « La rentrée des Chambres », « Le débat sur l’adresse », « La session est finie », « La Législature est prorogée », « Plusieurs débats se dessinent déjà », « M. Tellier et la politique du gouvernement ». Ces titres servent à situer le lecteur. Cependant, il n’est pas rare à cette époque que le titre qui coiffe un compte rendu soit en décalage sémantique par rapport au contenu du texte lui-même. Il arrive en effet que le secrétariat de rédaction, au lieu d’utiliser un titre générique, cherche à intéresser le lecteur par un titre qui met en relief l’un des éléments du compte rendu. Par exemple, le titre suivant chapeaute un article du 2 avril 1925 qui porte sur les travaux d’un comité parlementaire qui entend des témoins à propos de possibles malversations à la Commission des liqueurs : 

M. RALPH SCOTT, EXPERT EN SCOTCH N’A PAS DE DIPLÔME.

 L’opposition lui fait admettre ce fait, hier soir. — C’est un professionnel-amateur.

47Or, nulle part dans l’article n’est-il question de scotch. L’effet cocasse du titre n’a pas d’écho dans le texte, qui n’a rien d’humoristique et qui présente M. Scott comme le « conseiller des préposés aux mélanges » de la Commission des liqueurs. Le texte ne fait pas non plus référence à la notion de professionnel-amateur. Surtout, le titre met en relief un élément d’information (le fait que M. Scott a répondu à une question de l’opposition en affirmant ne pas avoir de diplôme en cette matière) auquel le correspondant, pour sa part, n’accorde ni d’importance ni de signification particulières. Cette information occupe dans le texte une place tout à fait secondaire ; il n’en est fait mention que dans un seul paragraphe, le 14e, dans un article qui en compte 28.

48Ce décalage entre le titre et le texte n’est pas accidentel à cette époque. D’autres exemples dans le corpus peuvent l’attester. Un compte rendu du 1er avril 1925 où il est question notamment des salaires versés aux fonctionnaires porte le titre suivant : 

PAS UN ROND POUR LES RONDS DE CUIR.

Comme dirait « le ministre des Beaux-Arts ».

[…] Parions que plusieurs parents de ministres en profiteront — ce sera le « sursalaire » familial.

49Or, dans le texte, il n’y a référence ni au concept de « ronds de cuir » ni au « ministre des Beaux-Arts » (c’est ainsi que certains désignaient le député libéral de Terrebonne et secrétaire de la province de 1917 à 1936, Louis-Athanase David). Il n’est pas question non plus de favoritisme dont profiteraient les parents des ministres ni de « sursalaire » familial. Il semble que le titre concocté par la rédaction, véritable éditorial contre la fainéantise des employés du « Service public », souvent nommés par favoritisme, et le népotisme ministériel, exprime le point de vue du journal (antigouvernemental) alors que l’article est plutôt rédigé conformément à la culture et aux pratiques en vigueur à la Tribune. Ici, le correspondant rapporte les débats, alors que le journal — par l’intermédiaire du titre — les commente.

  • 10  La question des écoles françaises de l’Ontario fait l’actualité depuis trois ans avec l’adoption d (...)

50Dans les exemples précédents, les titres misent sur l’humour pour éveiller l’attention du lecteur. Parfois, l’effet recherché est plus dramatique et l’intention, nettement politique. Le 12 janvier 1915, Le Devoir publie le compte rendu des débats de la veille au cours desquels le premier ministre Gouin fait une déclaration bien sentie, en Chambre, réclamant que l’Ontario respecte les droits des minorités francophones. Comme cette revendication est l’un des chevaux de bataille du Devoir10, le journal sort, pour l’occasion, les gros caractères et titre sur toute la largeur de la une : 

AU NOM DE LA PROVINCE DE QUÉBEC.

51En sous-titre : 

Acclamé par la Chambre tout entière, M. Gouin, au nom de la population anglaise et française, réclame justice pour la minorité française de l’Ontario. — Armand Lavergne l’en félicite et l’en remercie — M. Bullock dépose un projet de résolution sur les droits des minorités.

52Or, le compte rendu que coiffe ce titre ne traite pas en premier lieu de la déclaration de Gouin, comme on l’aurait fait si l’on avait suivi les règles de la pyramide inversée ou si l’on avait respecté des critères de pertinence propres aux enjeux privilégiés par Le Devoir. L’article, fidèle à la logique institutionnelle, suit plutôt la chronologie des débats en Chambre et relate la déclaration de Gouin en respectant l’ordre des orateurs ce jour-là. Il n’est question de cette déclaration qu’à partir de 263e ligne ! Le titre obéit à une logique événementielle : la déclaration de Gouin est considérée par Le Devoir — en tout cas par ceux qui ont produit le journal ce jour-là — comme un « événement » majeur qu’il fallait mettre en exergue et dont il fallait souligner l’importance par un gros titre à la une. Et l’importance que Le Devoir lui accorde a quelque chose à voir avec les combats politiques que mène ce journal. L’article, pour sa part, obéit à une tout autre logique ; la sélection, l’agencement et la pondération des informations qui constituent ce compte rendu sont conformes au code de l’institution parlementaire, lequel commande au correspondant de relater la séance en respectant sa chronologie.

53Ici, le journal et le correspondant ne répondent pas aux mêmes contraintes et n’épousent pas les mêmes objectifs. Le correspondant travaille dans un cadre de production qui impose ses propres conditions (notamment matérielles et organisationnelles, comme le pool) et qui est fortement conditionné par l’institution parlementaire dont, concrètement, il fait partie. Les parlementaires sont à la fois l’objet de son discours, ses sources d’information et des lecteurs attentifs et critiques dont il ne peut ignorer les réactions. Les responsables de la rédaction œuvrent dans un cadre tout à fait différent, loin de l’enceinte et des corridors du parlement. Leur principale préoccupation va à la fabrication d’un journal susceptible d’intéresser leurs lecteurs et, éventuellement, d’infléchir ou de conforter leurs opinions politiques.

1935 et 1945 : un compte rendu qui se rapproche de la nouvelle

54Dans notre corpus, les premières nouvelles n’apparaissent qu’en 1935. La nouvelle est alors un genre complémentaire, secondaire, qu’on utilise pour rapporter brièvement des informations qui, pour une raison ou une autre, cadrent mal dans le compte rendu. Notre corpus ne comporte pour 1935 et 1945 que 6 nouvelles totalisant 29 paragraphes, soit une moyenne de 4,8 paragraphes par nouvelle ; c’est bien peu comparativement aux 39 comptes rendus qui totalisent 956 paragraphes, soit une moyenne de 25 paragraphes par article.

55Au cours de cette décennie, le compte rendu demeure toujours le genre nettement dominant. Il acquiert toutefois des caractéristiques qui le rapprochent sensiblement de la nouvelle. En effet, on constate qu’en 1945, les correspondants ont pris l’habitude de résumer, dans les premiers paragraphes, les travaux de la journée, un peu à la manière d’une nouvelle, c’est-à-dire en soulignant un ou des « événements » dont ils ne rapportent que l’essentiel, sans citation en style direct et sans se soucier de l’ordre chronologique ; puis, dans le reste de l’article, ils détaillent les débats dans un long compte rendu de facture traditionnelle, en suivant l’ordre chronologique des interventions des parlementaires et en faisant grand usage de la citation en style direct.

56Par exemple, Louis Robillard rapporte le débat du 31 mai 1945 relatif au projet de loi sur la Montreal Light, Heat and Power. L’article débute par deux paragraphes dans lesquels il résume le déroulement du débat et les positions des intervenants (avec un petit commentaire favorable sur Duplessis) : 

Québec, 31-V-45. — Les positions sont nettement définies à l’endroit du bill 45 qui modifie la loi relative à la Montreal Light, Heat and Power et à la commission hydroélectrique. Les libéraux s’y opposent nettement et ils sont appuyés en cela par M. André Laurendeau et M. René Chaloult.

M. Duplessis a ouvert le feu de la discussion hier matin par un exposé clair et vigoureux. On étudiait les résolutions du projet de loi mais le débat a finalement porté sur l’ensemble de la mesure. M. Godbout l’a poursuivi. Le trésorier a donné la réplique au chef de l’opposition. Puis M. Laurendeau s’est porté à l’attaque du bill dans une argumentation serrée dont on lira un résumé plus loin. M. Chaloult estime le projet de cette année pire que la loi Hamel de l’année dernière (Robillard, 1945).

57Le reste de ce long article de 70 paragraphes rapporte le détail de la discussion en adoptant la forme traditionnelle du compte rendu.

58Par ailleurs, cette pratique qui consiste à placer un résumé des débats dans les premiers paragraphes des comptes rendus trouve sa correspondance dans la manière dont le secrétariat de rédaction compose les titres. Les titres génériques à caractère institutionnel demeurent les plus fréquents (« Ouverture de la session », « Dure fin de session », « Discours du trône », « Centième séance de l’Assemblée législative », etc.), mais on voit aussi apparaître des titres à caractère événementiel qui répercutent un élément mis en relief dans le résumé du début du compte rendu (« La province n’imposera pas une taxe sur le revenu », « Le gouvernement provincial a autorisé des mandats spéciaux pour 1,188,129 $ depuis la dernière session », « Les postes d’essence : la Commission des services publics en aura le contrôle »).

59Progressivement, des procédés caractéristiques des nouvelles, comme le titre événementiel et la structure de la pyramide inversée qui consiste à présenter les points saillants avant les détails, font leur apparition dans le compte rendu. Au cours des décennies de 1935 et 1945, le passage du compte rendu à la nouvelle ne se manifeste donc pas seulement par la présence dans le corpus de quelques articles de nouvelles, mais par une certaine hybridation du compte rendu qui, lentement, acquiert certains attributs du genre de la nouvelle.

1955 et 1965 : une période de transition entre compte rendu et nouvelle

60Les deux décennies de 1955 et 1965 paraissent correspondre, en ce qui a trait aux genres, à une période de transition, les articles se partageant à peu près également entre comptes rendus et nouvelles. Cependant, à cette époque, les comptes rendus et les nouvelles présentent encore un grand écart quant au nombre de paragraphes : les comptes rendus demeurent des textes longs (en 1955 et 1965, les moyennes sont de 22 et 12 paragraphes respectivement) qui donnent beaucoup de matière à lire sur ce que le journal considère comme le plus important, alors que les nouvelles sont en moyenne plus courtes (les moyennes sont de 8 et 5 paragraphes respectivement en 1955 et 1965) et jouent un rôle secondaire. Dans notre corpus, près du tiers des nouvelles publiées avant 1975 (soit 11 nouvelles sur 35) sont des brèves qui ne comportent qu’un seul paragraphe.

61Durant cette période, la nouvelle entre progressivement dans l’usage même si le compte rendu demeure le genre dominant. Cela dit, l’usage même du compte rendu va évoluer. On constate en effet que, dans les moments forts de la vie parlementaire, quand les informations dignes d’intérêt sont abondantes, comme lors du discours du trône et du débat qui l’accompagne, les correspondants ont tendance à distribuer la matière entre plusieurs textes plutôt que dans un seul long compte rendu comme par le passé. Ce phénomène de fractionnement de la chronique parlementaire a déjà été signalé (Saint-Pierre, 2007 : 172-174). Les rédacteurs de la reconstitution des débats l’ont également observé.

62Par exemple, le 18 novembre 1955, les débats sur le discours du trône de la veille donnent lieu à quatre articles. Dans une page coiffée du surtitre « À l’Assemblée Législative », on retrouve : 1) un compte rendu de facture classique (un résumé suivi du détail des débats) qui rapporte les discours à l’Assemblée législative, 2) le compte rendu du discours d’un nouveau conseiller législatif, 3) un article plus court à caractère anecdotique portant sur une discussion entre le premier ministre et le chef de l’opposition à propos de la couleur des roses, 4) un bref commentaire ironique sur un projet de loi parrainé par Duplessis qui aura pour effet de transformer les MAL (membres de l’Assemblée législative) en MPP (membres du Parlement provincial).

63Dans l’édition du 23 novembre 1955, la couverture de la reprise des travaux est organisée de la même façon en plusieurs textes : une courte synthèse des travaux de la journée chapeaute deux comptes rendus détaillés, dont le premier, qui occupe la partie gauche de la page, rapporte le discours du chef de l’opposition, M. Lapalme, et le second, à droite de la page, rapporte la réplique du premier ministre Duplessis.

64Une telle répartition de la matière en plusieurs textes ne s’explique pas par une surabondance d’information : les 4 articles du 18 et les 3 articles du 23 totalisent respectivement 40 et 41 paragraphes (pour comparaison, en 1945, un seul compte rendu comptait en moyenne 57 paragraphes). Nous voyons là plutôt un souci, nouveau, de limiter la longueur des textes et de leur conférer une certaine unité thématique, bref de leur donner des caractéristiques qui les rapprochent du genre de la nouvelle. D’ailleurs, la titraille exprime aussi ce changement ; on prend l’habitude pendant cette période de donner aux comptes rendus des titres à caractère événementiel (« M. Lapalme veut une industrie sidérurgique », « Autre menace de M. Duplessis aux magnats du papier-journal »), même si le contenu de l’article obéit toujours à une logique plus institutionnelle en rapportant le discours selon sa chronologie et avec la variété des sujets abordés. Cette pratique, autrefois occasionnelle, tend à devenir la norme.

  • 11  Dans les deux autres chroniques, également signées par Laporte, le journaliste s’interroge à propo (...)

65En 1955, les genres sont, au regard de leurs visées discursives, mieux définis que dans les décennies précédentes. Avant 1955, la correspondance parlementaire qui, comme on l’a vu, pouvait correspondre à des visées discursives variables était souvent — mais pas systématiquement — placée sous une rubrique intitulée « Lettre de Québec ». Or, dans le corpus de 1955, une distinction s’opère clairement entre le compte rendu (placé sous le titre générique de « La session à Québec »), la nouvelle (en général sans titre de rubrique, sauf pour les brèves) et la chronique d’opinion (avec le titre « Lettre de Québec » en rubrique). Dans les semaines de début et de fin de session de 1955, on a compté trois chroniques d’opinion, toutes placées sous la rubrique « Lettre de Québec ». Un seul de ces textes a finalement été conservé dans l’échantillon, les deux autres ne relevant pas principalement de l’actualité parlementaire. Dans l’article retenu, intitulé « Un autre exemple de la grande petitesse de Maurice Duplessis », Pierre Laporte s’en prend d’une manière virulente au premier ministre à propos du scandale des chèques du ministère de la Voirie délivrés au nom d’enfants11.

66En 1965, quelques innovations viennent donner encore plus de poids à la logique événementielle. Ainsi, le lendemain du discours du trône, Le Devoir titre en manchette sur huit colonnes : « LE GOUVERNEMENT ENTEND RESTREINDRE LES POUVOIRS DU CONSEIL LÉGISLATIF ». Or, l’article que coiffe ce titre n’est pas un compte rendu, comme autrefois, mais une nouvelle de 19 paragraphes dans laquelle le journaliste, Marcel Thivierge, adopte une perspective clairement événementielle. Il a retenu du discours du trône l’annonce que le Parlement serait amené à restreindre les pouvoirs du Conseil législatif ; il explique la nouvelle, la met en contexte, en examine les enjeux et compare la situation du Parlement de Québec avec celle qui prévaut dans d’autres Parlements. Il utilise peu la citation et assume la responsabilité des énoncés ; le propos est à la fois factuel et analytique, mais l’auteur ne prend pas position. Un discours de ce genre est typique de la rhétorique d’expertise critique qui va tendre à caractériser les nouvelles dans les décennies suivantes.

67Autre innovation : les points saillants du discours du trône sont présentés dans un encadré et sous la forme de puces, suivant en cela une conception « moderne » de l’information selon laquelle il faut aller, directement et en peu de mots, à l’essentiel. Dans ces résumés, les paroles prononcées par les acteurs politiques importent peu ; ce qui compte, ce sont les informations pertinentes — du point de vue du journal et du lecteur — qu’il faut en extraire. Dans le même esprit, on voit apparaître une rubrique (qui portera des titres variés : « Nouvelles de la Législature », « Télégrammes de Québec » et plus tard « Échos de l’Assemblée ») dans laquelle on regroupe des nouvelles brèves. Le journal semble s’adresser de plus en plus à un lecteur qu’on imagine pressé, qui cherche la substance et qui n’a pas le temps de lire un compte rendu détaillé du discours du trône.

  • 12  Il faut souligner la présence, dans le corpus de 1965, d’un « billet » étonnant de Thivierge dans (...)

68La manière traditionnelle n’a pas pour autant disparu. Les comptes rendus classiques occupent encore le haut du pavé en ce qui a trait à l’espace rédactionnel. Le texte intégral du discours du trône est publié à la une. On publie aussi dans son intégralité une longue lettre de chef de l’opposition, Daniel Johnson, au président du Comité des comptes publics, Jean-Noël Lavoie12.

69Quoi qu’il en soit, pendant cette période, les nouvelles entrent progressivement dans l’usage. Par la suite, leur nombre augmente de manière importante et elles prennent du volume, ce qui va leur conférer, dès 1975, une place et une fonction dominantes.

De 1975 à 2006 : la nouvelle devenue genre dominant

70Pour les années 1975, 1985 et 1994, la nouvelle est, en effet, la forme la plus usuelle. Les nouvelles comptent pour 77 % des articles et 80 % des paragraphes alors que les comptes rendus ne représentent plus que 22 % des articles et 20 % des paragraphes. Aussi la différence de longueur entre les nouvelles et les comptes rendus s’estompe-t-elle : les nouvelles s’allongent et les comptes rendus raccourcissent, de sorte que les articles portant sur les activités parlementaires épousent sensiblement la même forme, avec une moyenne de 14 paragraphes par article (graphique 7). Les nouvelles et les comptes rendus se conforment aux normes qui progressivement s’imposent à l’ensemble des articles publiés dans un journal comme Le Devoir.

Graphique 7. Nombre moyen de paragraphes par article et par genre, 1915-2006

Graphique 7. Nombre moyen de paragraphes par article et par genre, 1915-2006

71Avant 1975, les journalistes accrédités au Parlement rédigeaient des comptes rendus autant en début qu’en fin de session. Les comptes rendus pour la période de 1915 à 1965 se partagent plus ou moins également entre les périodes de début (45 %) et de fin (55 %) de session. Cependant, à partir de 1975, le compte rendu n’est utilisé presque exclusivement que dans les semaines de début de session. Sur 16 comptes rendus publiés de 1975 à 2006, 15 l’ont été lors des débuts de session ; un seul (publié en 1994) porte sur des événements qui ont eu cours lors d’une fin de session. Cette pratique s’explique par le fait qu’en rapportant le discours inaugural et la réplique de l’opposition, les courriéristes tendent à donner à leur article la forme classique du compte rendu. Alors que les discours sur les projets de loi, la période de questions et les travaux en commission sont devenus des occasions de glaner des nouvelles et ne sont plus rapportés pour eux-mêmes, le discours inaugural et la réplique de l’opposition (comme sans doute quelques autres activités parlementaires, tel le discours du budget) demeurent des événements en eux-mêmes et dont la forme (des discours substantiels qui passent en revue de grands enjeux collectifs) incite les journalistes à recourir au genre du compte rendu.

72Toutefois, le genre lui-même évolue. Les comptes rendus publiés à partir de 1975 se distinguent de ceux diffusés antérieurement par la présence d’une intention analytique nettement plus affirmée que dans les décennies précédentes. Par exemple, dans le compte rendu que Gilles Lesage consacre le 19 mars 1975 au discours inaugural de la veille et qui fait la manchette du Devoir, il ne rapporte pas le discours comme tel (auquel cas le discours aurait été cité abondamment et l’ordre chronologique aurait été respecté) et il ne le résume pas au sens strict (auquel cas on s’en serait tenu au discours lui-même dont il aurait respecté la structure). Le journaliste s’emploie plutôt à en dégager une synthèse, qu’il couche dans ses propres catégories de compréhension, et dont il reporte les éléments principaux qu’il juge importants au contexte politique en situant le discours dans un réseau d’intertextualité. En voici les premiers paragraphes :

Québec — Le souci de la moralité publique et de l’intégrité de l’État et de ses agents a été hissé au premier plan des préoccupations de l’Assemblée nationale.

En effet, tant le message inaugural de la 3e session du 30e parlement que les commentaires de l’Opposition officielle mettent l’accent, en des termes divers, sur ce que le gouvernement appelle « qualité de vie démocratique » et que le Parti québécois qualifie de « crise de moralité politique ».

Le discours lu par le lieutenant-gouverneur, M. Hugues Lapointe, est d’une longueur inusitée. À l’exemple des discours du Trône d’avant 1960, c’est un véritable catalogue d’un ensemble de mesures plus ou moins précises dont certaines ne relèvent même pas de la compétence des députés, un texte fourre-tout où tout le monde peut y trouver son compte, dans un paragraphe ou l’autre.

Mais c’est dans le secteur de l’intégrité de l’État, au sens large, que le texte gouvernemental est le plus clair et concluant, n’en énumérant pas moins qu’une dizaine de mesures concrètes, dont certaines inédites, ainsi qu’on pourra le constater ailleurs dans ces pages.

De toute évidence, le gouvernement a voulu lancer une contre-offensive sur le terrain même où il a fait l’objet d’attaques de plus en plus virulentes, tout en affirmant un souci d’efficacité qui ne néglige aucun secteur de l’activité humaine.

À l’Opposition qui lui reproche de manquer d’imagination et d’éviter les vrais problèmes, le premier ministre répond qu’au contraire son bilan de cinq ans se compare avantageusement à celui de ses prédécesseurs, et que le Québec va de l’avant de façon dynamique, dans tous les secteurs (Lesage, 1975).

73L’intention n’est plus, comme autrefois, de rapporter au sens strict le discours inaugural et la réplique de l’opposition ni de tenir le procès-verbal des travaux de l’Assemblée nationale ; il s’agit plutôt, du moins dans les premiers paragraphes cités, de décrire au lecteur la situation politique créée ou révélée par des discours dont on cherche à dévoiler les ressorts.

74Par ailleurs, on observe qu’une part de plus en plus grande des informations dont font état les chroniqueurs parlementaires a été recueillie en dehors des travaux parlementaires proprement dits. Les entrevues, les conférences de presse, les points de presse (scrums), les communiqués tendent à devenir des voies privilégiées de communication pour les parlementaires. D’ailleurs, à partir de 1975, même les articles portant sur des débats en Chambre comportent des informations recueillies en dehors ou en marge des travaux parlementaires proprement dits. Contrairement aux décennies antérieures où, en cours de session, les travaux parlementaires occupaient l’essentiel et du temps et de l’énergie des journalistes de la Tribune, on remarque, à lire les articles publiés depuis 1975, que l’enceinte parlementaire n’est plus qu’un lieu parmi d’autres où les journalistes puisent leurs informations.

Les types de discours

75Le travail du journaliste en poste à Québec consiste non seulement à rapporter des faits ou des discours, mais aussi, parfois, à les analyser, à les commenter et à les évaluer. La manière dont un courriériste parlementaire agence ou combine ces différentes visées discursives contribue à définir son identité sociale en tant que locuteur. Ce qui est vrai sur le plan individuel (où l’on constate, par exemple, que tel journaliste est plus analytique ou plus critique que tel autre) l’est aussi sur le plan collectif (où l’on remarque qu’à telle époque, les courriéristes étaient davantage portés au commentaire qu’à telle autre époque).

76Dans nos analyses, nous avons codé chaque paragraphe en fonction du type de discours qui le caractérise. Quatre catégories ont été retenues. Les paragraphes factuels sont constitués essentiellement d’un compte rendu de faits non discursifs ; les énoncés du paragraphe sont majoritairement placés sous la responsabilité du journaliste. Les paragraphes de discours rapporté sont constitués principalement du compte rendu de discours d’autrui, rapporté en style direct ou indirect. Les paragraphes de discours analytique sont ceux dans lesquels le journaliste s’emploie principalement à expliquer, à interpréter ou à mettre en contexte des faits, des déclarations, des situations ; il peut en dégager les dimensions significatives, les antécédents, les conséquences, etc., mais sans poser de jugement de valeur. Les paragraphes sont classés dans cette catégorie quand la perspective analytique est sémantiquement dominante, même si elle ne l’est pas textuellement. Il arrive en effet qu’une phrase ou un bout de phrase confère un caractère analytique à tout un paragraphe. Finalement, nous avons considéré un paragraphe comme évaluatif quand il comporte un jugement de valeur ou une prise de position politique de la part du journaliste.

77Il suffisait qu’une appréciation de ce genre soit présente pour que tout le paragraphe soit classé dans cette catégorie. Nous n’avons retenu, aux fins de cette catégorisation, que les appréciations qui entraînent le journaliste dans l’arène politique ; c’est le cas quand il qualifie positivement ou négativement, par exemple, des politiques du gouvernement ou des positions défendues par des parlementaires. Par conséquent, nous n’avons pas retenu les appréciations relativement nombreuses qui découlent d’un jugement de fait, c’est-à-dire qui portent sur des objets concrets et sensibles dont les caractéristiques visées par l’appréciation sont directement observables ou mesurables (comme « assemblée houleuse », « volumineux rapport », « manifestation bruyante », etc.). Dans ces cas-là, en effet, nous avons considéré que l’appréciation, qui découle de l’observation directe de faits sensibles et dont on doit présumer qu’elle serait vraisemblablement partagée par un tiers observateur, répond à une visée descriptive plutôt qu’évaluative.

78Il est dans la nature des choses que les articles par lesquels les journalistes rapportent les travaux parlementaires soient en grande partie constitués de discours rapporté. Pour l’ensemble de la période, 60 % du corpus est constitué de paragraphes principalement destinés à rapporter les discours des parlementaires. Les paragraphes principalement factuels comptent pour 29 % du corpus ; ceux qui comportent des éléments analytiques significatifs représentent 9 % du corpus alors que ceux qui comportent des appréciations politiques comptent pour moins de 2 % du total.

  • 13  L’année 2006 paraît exceptionnelle tant par une accentuation de la présence d’énoncés analytiques (...)

79En observant les choses dans la diachronie, il appert que la proportion de paragraphes factuels se maintient jusqu’en 1994 autour d’une moyenne de 29 %. Les paragraphes de discours rapporté demeurent nettement dominants jusqu’en 1994, mais leur importance relative tend à diminuer, de 65 % pour la période de 1915 à 1955 à 53 % pour la période de 1965 à 1994. Cette diminution se fait principalement au profit des paragraphes qui comportent une portée analytique (qui progressent de 4 % à 15 % pour les mêmes périodes). Les paragraphes qui comportent une dimension évaluative demeurent rares13.

Graphique 8. Pourcentage de paragraphes selon le type de discours, 1915-2006

Graphique 8. Pourcentage de paragraphes selon le type de discours, 1915-2006

80Bien que la croissance du nombre de paragraphes analytiques s’observe à la fois dans les comptes rendus et dans les nouvelles, il faut souligner que le développement d’une perspective analytique se fait surtout à la faveur de la progression du genre de la nouvelle. En effet, les articles de nouvelles comptent une plus grande proportion de paragraphes analytiques (à hauteur de 20 %) que les comptes rendus (4 %). Entre la première moitié (1915-1955) et la seconde moitié (1965-2006) de la période étudiée, la proportion de paragraphes analytiques passe de 3 % à 7 % dans les comptes rendus et de 14 % à 21 % dans les nouvelles.

81Qu’est-ce qui confère à la nouvelle un caractère analytique plus marqué que le compte rendu? La nouvelle, qui est centrée sur un enjeu ou une situation plutôt que sur un processus institutionnel, est construite à partir d’informations puisées à une ou plusieurs sources, dans différentes situations de communication (période des questions, discours en Chambre, conférence de presse, point de presse, entrevue et rencontre, rapport, communiqué, etc.). Les informations sont ensuite recadrées et agencées par le narrateur de manière à constituer le récit cohérent de ce qui devient alors un « événement ». Dans une nouvelle, le journaliste doit faire valoir l’importance et la nouveauté de l’« événement », il doit le mettre en contexte, en dégager les significations, envisager ses conséquences, etc. La nouvelle est en quelque sorte une résultante d’un processus qui requiert du journaliste un effort pour recueillir l’information et un travail analytique dont on trouve des traces dans les articles de nouvelles.

  • 14  La prédominance des critères institutionnels est d’ailleurs manifeste dans les cas, nombreux, où l (...)

82La rédaction d’un compte rendu est, de ce point de vue, moins exigeante. Le journaliste n’a pas à justifier ses choix ; la pertinence du compte rendu est en effet inscrite dans le processus institutionnel. Il suffit (ce qui est une manière de parler, car la tâche peut s’avérer exigeante) au reporter d’assister aux débats et de rapporter les discours les plus importants, non pas de son point de vue de journaliste ou d’individu, mais selon une perspective centrée sur l’institution14.

Conclusion

83Sous certains aspects, l’évolution sur un siècle des relations entre ces deux institutions fondamentales dans notre régime politique que sont la presse et le Parlement, peut se « lire » dans les transformations des formes que prend le discours des journalistes chargés de couvrir les affaires parlementaires. Vus sous cet angle, les textes du Devoir ne font pas exception. En l’absence du Journal des débats, les longs comptes rendus du début de la période sont caractéristiques d’une conception en vertu de laquelle l’information de presse doit être déférente à l’égard de l’institution parlementaire et assujettie au code discursif et aux critères de pertinence qui sont les siens. Certes, la critique politique, parfois virulente, sied aux textes d’opinion que publient les quotidiens fortement politisés, comme Le Devoir, mais la tâche du correspondant parlementaire est plutôt de tenir, en collaboration avec ses collègues de la Tribune, le procès-verbal des activités du Parlement. Le journaliste conçoit l’objet de son discours dans des catégories qui sont celles de l’institution parlementaire elle-même. Puis, au fil des décennies, une inversion de la relation s’opère. Progressivement, la presse se dote d’un code discursif et de critères de pertinence qui lui sont propres et à partir desquels elle va produire, à propos des affaires parlementaires, des nouvelles susceptibles d’intéresser ses lecteurs. Les membres de la Tribune continuent de s’intéresser aux travaux parlementaires, mais ils ne le font pas dans le but de les relater en tant que tels ; ils y cherchent plutôt des informations utiles à la production de nouvelles sur des « événements » politiques.

84Cette transformation procède par ajustement mutuel de deux institutions qui connaissent, par ailleurs, et chacune de son côté, des changements endogènes et exogènes. L’évolution du journalisme parlementaire a bien sûr à voir avec l’évolution du journalisme dans son ensemble, mais elle a aussi à voir avec l’évolution de l’institution parlementaire et de son importance dans le système politique. Montée en puissance de l’exécutif, expansion du champ d’intervention de l’État, croissance conséquente de la fonction publique et des « appareils » étatiques, passage progressif d’une démocratie parlementaire vers une démocratie de groupes et, donc, déclin des organismes législatifs comme instance décisionnelle et représentative, voici quelques-uns des facteurs politiques nombreux que l’on devrait prendre en considération si l’on voulait aller plus loin dans l’explication. Du côté des médias, il faudrait considérer le développement des industries culturelles et le changement de statut des travailleurs intellectuels qui appartiennent à la génération des baby-boomers, l’importance prise par la communication publique dans la gestion des affaires collectives, l’intensification de la concurrence dans le marché des médias, etc.

85Il serait abusif de dire que la presse a instrumentalisé l’Assemblée nationale ; en revanche, il faut reconnaître que, depuis quelques décennies, la communication publique du Parlement, qui est transmise par d’autres canaux comme le compte rendu officiel ou la télédiffusion des débats, passe dans les médias, de plus en plus, par un code qui n’est pas le sien et auquel elle doit s’adapter.

Top of page

Bibliography

ANCTIL, Pierre (1988),Le Devoir, les Juifs et l’immigration : de Bourassa à Laurendeau, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture.

BERNARD, André (1994), « Les élections provinciales, 1912-1994 », dans Robert LAHAISE (dir.), Le Devoir : reflet du Québec au 20e siècle, LaSalle, Hurtubise HMH, p. 313-329.

BOURASSA, Henri (1910), « Avant le combat », Le Devoir, 10 janvier.

BOURASSA, Henri (1923), « Le <triomphe> du ministère », Le Devoir, 3 février.

CHARRON, Jean (1994), La production de l’actualité, Montréal, Boréal.

COMEAU, Robert et Luc DESROCHERS (dir.) (1996), Le Devoir, un journal indépendant (1910-1995), Montréal, Presses de l’Université du Québec.

DESCÔTEAUX, Bernard (2008), « Élections québécoises - Un nécessaire contrepoids », Le Devoir, 6 décembre.

DUMONT, Jean (1915). « M. Tellier et la politique du gouvernement ». Le Devoir, 11 janvier.

FABRE, Hector (1877/1980), Chroniques, Montréal, Guérin.

GAUDREAULT, Amédée (1991), Trente ans de journalisme, Montréal, Méridien.

GAGNON, Alexis (1935) « Ouverture de la session », Le Devoir, 9 janvier.

GAGNON, Jean-Louis (1985), « Les apostasies » dans Les coqs de village, t. I, Montréal, Éditions La Presse.

FILION, Gérard (1960), « Faut-il que ça change ! », Le Devoir, 21 juin.

FILION, Gérard (1989), Fais ce que peux. En guise de mémoire, Montréal, Boréal.

GINGRAS, Pierre-Philippe (1985), Le Devoir, Montréal, Libre expression.

LACHAPELLE, Guy (2005), Claude Ryan et la violence du pouvoir. Le Devoir et la Crise d’octobre 1970 ou le combat de journalistes démocrate, Québec, Presses de l’Université Laval.

LAHAISE, Robert (dir.) (1994), Le Devoir : reflet du Québec au 20e siècle, LaSalle, Hurtubise HMH.

LALIBERTÉ, Jean-Marc (1994), « De la guerre… à la Révolution tranquille, 1939-1964 » dans Robert LAHAISE (dir.), Le Devoir : reflet du Québec au 20e siècle, LaSalle, Hurtubise HMH, p. 59-97.

LESAGE, Gilles, (1975), « Le Message inaugural. La session s’ouvre sous le signe de la ‘moralité’ ». Le Devoir, 19 mars 1975.

PELLETIER, Georges (1936), « Et qu’on nettoie ça, le 17 ! », Le Devoir, 8 août.

QUÉBEC (1993a), Introductions historiques et critique des sources publiées dans les Débats de l’Assemblée législative, sessions 1910-1962, Québec, Bibliothèque de l’Assemblée nationale.

QUÉBEC (1993b), Débats de l’Assemblée législative, session 1910, Québec, Bibliothèque de l’Assemblée nationale.

ROBILLARD, Louis (1945), « Ouverture du débat sur le bill de la ‘Montreal Light and Power’ », Le Devoir, 31 mai 1945

ROY, Jean-Louis (1985), « L’élection du 2 décembre, 2- La confiance au PLQ », Le Devoir, 26 novembre.

RYAN, Claude (1966), « La meilleure équipe », Le Devoir, 31 mai.

RYAN, Claude (1976), « L’objection de l’indépendance », Le Devoir, 13 novembre.

RYAN, Claude (1996), « Le Devoir a quatre-vingt-cinq ans » dans Robert COMEAU et Luc DESROCHERS (dir.), Le Devoir, un journal indépendant, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 7-11.

SAINT-PIERRE, Jocelyn (1993), Les chroniqueurs parlementaires, membres de la tribune de la presse de l’Assemblée législative de Québec : 1871-1921. Thèse de doctorat, Québec, Université Laval.

SAINT-PIERRE, Jocelyn (1994), « Les correspondants parlementaires à Québec et à Ottawa, 1910-1993 » dans Robert LAHAISE (dir.), Le Devoir : reflet du Québec au 20e siècle, LaSalle, Hurtubise HMH, p. 313-329.

SAINT-PIERRE, Jocelyn (1996), « La chronique parlementaire dans les quotidiens québécois de 1871 à 1921 : partisane ou impartiale ? », Communication, 17(2), p. 189-215.

SAINT-PIERRE, Jocelyn (2007), Histoire de la Tribune de la presse à Québec, 1871-1959, Montréal, VLB éditeur.

Top of page

Annex

Liste des correspondants du Devoir, de 1910 à 2010

Source : À partir de la liste publiée dans Saint-Pierre (1984 : 147-148), révisée en 2010.

Top of page

Notes

1  L’information parlementaire est plus ancienne encore; elle a débuté dès la première séance de la Chambre d’assemblée du Bas-Canada du 17 décembre 1792.

2  On en trouvera plusieurs exemples dans Comeau et Desrochers (1996) et dans Lahaise (1994). Voir aussi Anctil (1988), Lachapelle (2005) et Gingras (1985).

3  Entre « Le sel ! » et « Auriez-vous l’obligeance, tendre amie, de me prêter le sel », il n’y a pas de grande différence sur les plans pragmatique et propositionnel; en revanche, sur les plans identitaire et relationnel, il y a un monde de différence.

4  Pour la période de 1871 à 1921, voir Saint-Pierre (1993 et 1996).

5  Nous avons compté comme un paragraphe tout ensemble textuel de plus de trois lignes. Un ensemble textuel de trois lignes ou moins était adjoint au paragraphe, précédent ou suivant, duquel son contenu le rapprochait le plus.

6  Le même jour, il publie un long article de 36 paragraphes dans lequel il poursuit, dans un langage plus sobre, presque télégraphique, la longue description commencée la veille de toute la législation votée au cours de la session précédente.

7  Au cours de la première moitié du siècle, les conditions de lecture des quotidiens rendaient possible la publication de textes très longs. Le Devoir — comme les autres quotidiens de l’époque — était publié et distribué en fin d’après-midi. À cette époque, la lecture du journal est une activité qui occupe le temps libre de la soirée et n’entre pas ou entre peu en concurrence avec d’autres activités. Lire le journal est alors une activité de repos et le lecteur est disposé à lire des textes longs. Par ailleurs, on imagine bien que les lecteurs que recrute Le Devoir — journal « politique » destiné à un public lettré — ne doutent pas de la pertinence pour « leur » journal de rendre compte de manière substantielle des débats parlementaires. À partir du moment où Le Devoir devient un journal du matin, les conditions de lecture d’une quantité sans doute importante de lecteurs vont changer. Ceux-ci auront moins de temps à consacrer à la lecture d’un quotidien. Le journal va devoir s’adapter à cette contrainte, notamment en publiant des textes plus courts.

8  La notion de lettre restera d’ailleurs longtemps dans les titres des rubriques consacrées aux affaires parlementaires dans Le Devoir : « Lettre de Québec », « Lettre d’Ottawa »; les comptes rendus ne sont cependant pas tous placés sous ce titre de rubrique.

9  Par exemple, au terme d’un long compte rendu d’un débat complexe et technique où il est question d’emprunts du gouvernement et où les subtilités juridiques se mêlent à des considérations financières savantes, le correspondant du Devoir, Jean Dumont, conclut : « Je n’y comprends rien, il est vrai; mais il n’est pas nécessaire de comprendre pourvu que l’on paye »(Le Devoir, 3 mars 1915, p. 3).

10  La question des écoles françaises de l’Ontario fait l’actualité depuis trois ans avec l’adoption du Règlement XVII, qui limite l’enseignement du français au primaire.

11  Dans les deux autres chroniques, également signées par Laporte, le journaliste s’interroge à propos de la forme d’aide que le gouvernement pourrait apporter à la ville de Nicolet, victime d’un glissement de terrain, et apporte son soutien à ceux (dont le député libéral de Sainte-Marie, M. Yvon Dupuis, qui a déposé une motion en ce sens) qui voudraient que le nouvel hôtel des Chemins de fer nationaux construit à Montréal porte le nom de Maisonneuve.

12  Il faut souligner la présence, dans le corpus de 1965, d’un « billet » étonnant de Thivierge dans lequel il ridiculise les députés de la majorité qui ne prennent pas la parole en Chambre. Il leur propose une « lettre » que les députés silencieux pourraient envoyer à leurs organisateurs politiques à qui ils demanderaient de faire comprendre aux électeurs que les députés du gouvernement n’ont pas à prendre la parole en Chambre, premièrement parce que cela ne ferait que prolonger inutilement les travaux de la Chambre et garder les députés loin de leur circonscription et, deuxièmement, parce que le travail important du député se fait dans l’ombre, car « le bon patronage se fait en silence ».

13  L’année 2006 paraît exceptionnelle tant par une accentuation de la présence d’énoncés analytiques que par une quantité inusitée d’énoncés évaluatifs. Cependant, l’interprétation doit être prudente ; en effet, cette année-là, les courriéristes du Devoir ont publié peu d’articles portant sur les affaires parlementaires et, parmi ceux-ci, on compte une proportion relativement élevée de chroniques d’opinion.

14  La prédominance des critères institutionnels est d’ailleurs manifeste dans les cas, nombreux, où les courriéristes qualifient eux-mêmes d’ennuyeux ou d’exagérément long un discours du trône dont, par ailleurs, ils font un compte rendu détaillé.

Top of page

List of illustrations

Title Graphique 1. Nombre total de paragraphes par année, 1915-2006
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2842/img-1.png
File image/png, 15k
Title Graphique 2. Nombre de paragraphes en début et en fin de session, 1915-2006
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2842/img-2.png
File image/png, 42k
Title Graphique 3. Pourcentage d’articles en début et en fin de session publiés à la une, 1915-2006
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2842/img-3.png
File image/png, 43k
Title Graphique 4. Nombre moyen de paragraphes par article et écart-type, 1915-2006
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2842/img-4.png
File image/png, 37k
Title Graphique 5. Pourcentage d’articles par genre, 1915-2006
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2842/img-5.png
File image/png, 43k
Title Graphique 6. Pourcentage de paragraphes par genre, 1915-2006
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2842/img-6.png
File image/png, 44k
Title Graphique 7. Nombre moyen de paragraphes par article et par genre, 1915-2006
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2842/img-7.png
File image/png, 33k
Title Graphique 8. Pourcentage de paragraphes selon le type de discours, 1915-2006
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2842/img-8.png
File image/png, 53k
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2842/img-9.png
File image/png, 170k
Top of page

References

Electronic reference

Jean Charron and Jocelyn Saint-Pierre, « Les formes du journalisme parlementaire au Devoir », Communication [Online], Vol. 29/2 | 2012, Online since 13 March 2012, connection on 23 November 2017. URL : http://communication.revues.org/2842 ; DOI : 10.4000/communication.2842

Top of page

About the authors

Jean Charron

Jean Charron est professeur au Département d’information et communication de l’Université Laval. La recherche dont cet article rend compte a été réalisée avec la collaboration précieuse et efficace de Jules Racine et Émilie Guilbault-Cayer, à qui l’auteur exprime sa gratitude. Courriel : jean.charron@com.ulaval.ca

By this author

Jocelyn Saint-Pierre

Jocelyn Saint-Pierre est historien. Il a été pendant plus de trente ans responsable, à la Bibliothèque de l’Assemblée nationale du Québec, du programme de reconstitution, à partir des journaux, des débats parlementaires pour la période précédant la mise en place du Journal des débats en 1964. La recherche dont cet article rend compte a été réalisée avec la collaboration précieuse et efficace de Jules Racine et Émilie Guilbault-Cayer, à qui l’auteur exprime sa gratitude. Courriel : jocstpier@videotron.ca

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org