Navigation – Plan du site
Articles

Introduction

Isabelle Pailliart et Hélène Romeyer

Texte intégral

1L’objectif de ce dossier est d’analyser la complexité des relations qu’entretient le secteur de la santé avec le champ des médias et de manière plus large avec celui de la communication. Les récents travaux prennent en compte les formes de publicisation de la santé et suivent trois grandes orientations, qu’on trouve dans ce numéro. La première met en évidence la construction de la thématique de la santé dans les journaux d’information générale. Ainsi, tout comme le secteur de l’économie ou du « social », le secteur de la santé s’est progressivement constitué dans les médias en s’autonomisant. Le rapport étroit des journalistes avec les médecins tout comme les thématiques de santé publique (par exemple, les palmarès nationaux de classement des hôpitaux et des cliniques qui se retrouvent annuellement dans les magazines d’actualité) s’inscrivent dans les transformations en cours des médias de la presse écrite marquées par des situations de concurrence accrue, la montée en puissance de l’information pratique et la sectorisation des champs sociaux. Le secteur de la santé ne peut donc être appréhendé en dehors des logiques de fonctionnement des industries culturelles et de leurs modalités de professionnalisation.

2La deuxième approche prend en compte, non pas directement le secteur des médias et de la presse, mais les acteurs eux-mêmes entrant dans le processus de publicisation. En effet, le secteur de la santé se caractérise par la place qu’il occupe dans le domaine public, en particulier par les actions menées dans le secteur de la prévention. Les campagnes de communication publique concernant la contraception, la vaccination, les antibiotiques ou encore le port du préservatif s’appuient sur les notions d’incorporation de normes et de contrôle social. Dans ce domaine comme dans celui de la prévention (la sécurité routière par exemple), les chercheurs ont établi une distance critique à l’égard des « effets » de ces campagnes sur le changement de comportement des individus et étudient les stratégies à l’œuvre de l’instance productrice de ces campagnes, c’est-à-dire l’État, ses services et les institutions publiques, dont les collectivités territoriales. Le caractère consensuel de la notion de prévention tend à occulter la dimension politique que revêtent les opérations de prévention et la manière dont l’État tend à conquérir des espaces de la sphère privative.

3La troisième direction s’intéresse aux formes de contournement des médias et de la communication publique. En effet, ces deux domaines sont révélateurs de stratégies de maîtrise de dispositifs : dans les médias, il s’agit bien pour les médecins de garder une autorité au moment où le « colloque singulier » entre patient et médecin s’effrite. Dans les campagnes de communication publique, il s’agit bien pour l’État et ses représentants de renforcer les figures de l’autorité. C’est dans ce cadre que peut se comprendre le recours pour les patients ou pour leurs associations à des dispositifs d’information et de communication nouveaux. Ceux-ci offrent la possibilité, plus nettement que dans les médias, de manifester une diversité d’expressions : témoignages, échanges de conseils, points de vue sur les traitements et leur utilisation, etc. Cependant, le découpage entre, d’une part, les médias et la communication publique et, d’autre part, les nouveaux dispositifs d’information et de communication est trop sommaire. Car cette distinction ne prend pas en compte « l’économie » même de ces dispositifs, leurs liens avec les groupes de communication, et de manière plus générale avec les acteurs reconnus du secteur de la santé (entreprises et acteurs professionnels que sont les généralistes et les spécialistes).

4Finalement, par l’intermédiaire de ces trois dimensions, les articles qui composent ce dossier s’interrogent sur les particularités du secteur de la santé ou au contraire son alignement sur le fonctionnement d’autres champs sociaux : l’éducation ou la culture par exemple. D’une part, ce secteur comporte des éléments qui le rapprochent d’autres secteurs professionnels et qui tendent ainsi à le déspécialiser, comme plusieurs auteurs le remarquent : les stratégies des groupes de presse, le rapport des journalistes à leurs « sources » (ministère, autorités locales), la construction des publics, le développement de l’information pratique, la présence d’expressions testimoniales… D’autre part, il se différencie par des fonctionnements propres qui le rapprochent du champ scientifique : en particulier, l’existence d’un espace public sociétal de la santé se heurte à des stratégies de « fermeture » et d’instrumentation en direction des intérêts de l’État et de ses représentants, d’une catégorie professionnelle et d’un secteur (avec ses organisations du secteur public et du secteur privé). L’on pourrait donc conclure que, à la manière du champ scientifique, les modalités de débats, d’échanges d’arguments et de confrontations d’opinions sont partielles et même rares dans le domaine de la santé. De même, le secteur est marqué, comme le domaine scientifique, par des questions de légitimité et de hiérarchisation des savoirs. En outre, la place de la vulgarisation, dans les deux champs, constitue un élément important de leur publicisation.

5Loin d’être opposées et de se substituer l’une à l’autre, ces deux caractéristiques se poursuivent et se développent simultanément. Ainsi, la déspécialisation du secteur, renforcée par l’intensification de sa publicisation, s’accompagne d’une sectorisation professionnelle. Les six articles affrontent cette tension entre déspécialisation et spécialisation, publicisation et sectorisation.

6L’article de Benoit Lafon et de Jean-Philippe de Oliveira montre les liens étroits entre la dimension politique des campagnes de prévention et la communication des acteurs politiques qui les lancent. Leur texte porte sur les « plans » — cancer et Alzheimer — annoncés par les présidents de la République Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy. Ils proposent un certain nombre d’explications au récent positionnement de ces acteurs politiques dans ce secteur. Ils situent ainsi l’intervention de ces deux présidents dans un cadre plus large, celui de la « biopolitique », selon l’expression de Michel Foucault. Il s’agit d’une « publicisation inachevée », parce que marquée essentiellement par la politisation du secteur. Ce n’est pourtant pas l’ensemble des maladies qui sont présentes dans la rhétorique présidentielle et qui donnent lieu à cette politisation. Deux sont reprises, car elles permettent aux deux élus d’acquérir une double stature : d’abord fournir une dimension sociétale à la présidentialisation en lui attribuant un rôle dans la fabrique du lien social, posture d’autant plus importante que la situation française le pousse à être l’homme d’une majorité politique plutôt que l’homme parlant au nom des citoyens ; ensuite, favoriser l’institutionnalisation du domaine, reposant sur une « biolégitimité », selon l’expression de Didier Fassin.

7Le rapport entre le caractère public de ces interventions et le développement d’un espace public se retrouve dans les autres textes. Le texte de Mary Charoud indique les modalités de construction d’une pathologie particulière, la maladie d’Alzheimer. Au moyen de l’analyse de contenu de deux quotidiens nationaux d’information générale, d’un quotidien régional et d’un titre hebdomadaire d’information, l’auteure analyse à la fois la construction publique et la politisation de la maladie d’Alzheimer dans la presse française. Le texte de Charoud aboutit au constat de la prédominance des acteurs scientifiques et politiques dans les discours médiatiques sur cette pathologie. Certes, les journalistes déclarent ne pas vouloir servir de relais aux politiques publiques, mais force est de constater la prégnance des informations sur ces politiques publiques et donc une certaine corrélation entre politisation des questions de santé, mise en œuvre d’actions publiques particulières et formes de visibilité. L’auteure analyse les modalités de sa construction non pas du côté des acteurs politiques, mais de la part des journalistes et met en évidence une publicisation non aboutie. Elle renforce aussi d’autres points : la faible visibilité des malades et des acteurs associatifs au sein de la presse généraliste d’information.

8La dimension consensuelle des questions de santé se retrouve également dans la question du don et de la transplantation d’organes au moment de sa publicisation dans les médias. Raphaël Hammer met en évidence deux « tensions » dans le domaine de la communication sur ces thématiques. La première porte sur les discours des acteurs institutionnels et professionnels, qui dans les médias sont réducteurs par rapport aux enjeux socio-anthropologiques du don d’organes. L’orientation instrumentale des articles ne prend pas en compte la complexité des questions que se posent les individus. La deuxième tension porte sur l’absence de débat dans le cadre de l’élaboration de la loi fédérale suisse sur la transplantation. L’article analyse ainsi le rôle des médias dans le traitement de la dimension éthique des objets scientifiques. Il fait ressortir le traitement unidimensionnel des sujets et leur absence de contextualisation. La hiérarchisation des espaces de parole est manifeste, le corps médical étant largement dominant. Le sujet, dans les médias, ne soulève pas d’opposition ou de démarcation idéologique entre médecins et patients. Le caractère consensuel du sujet dans la presse est lié au fait que la publicisation n’entraîne pas le développement d’un espace public d’échange et d’argumentation. La thématique n’apparaît pas comme un problème public ni n’est le sujet de points de vue critiques dans les médias.

9Le texte de Vincent Coppola et d’Odile Camus étudie la réception des discours médiatiques sur une maladie, le VIH/sida. Délaissant les modalités de production de l’information, les auteurs, au moyen d’une procédure expérimentale d’étude en réception, évaluent le rôle des médias en matière de prévention. Après avoir exposé certaines stratégies de captation utilisées par l’écriture journalistique, les auteurs soumettent quatre groupes d’individus à un texte dont les variables changent (présence d’adverbes, mention d’une maladie connue ou d’une maladie inconnue, etc.). Ils mesurent ensuite l’opérationnalité des variables sur la perception du risque. Cette expérimentation permet aux deux auteurs d’interroger la légitimité de l’emploi de tels procédés par les médias lorsqu’il est question de prévention. Il s’agit alors d’interroger la légitimité des outils au regard de l’efficacité de la réception du message de prévention. Le texte interpelle donc la légitimité des discours médiatiques dans l’efficacité des messages de prévention, et au-delà pose la question du rôle des médias dans la communication de prévention.

10François Bissege soulève la question de la spécificité du secteur. Il montre que, si la santé est une préoccupation des pouvoirs publics et des professionnels de santé, elle est aussi source d’intérêt pour les médias réservés aux jeunes. Il existe donc un discours médiatique sur la santé dans les médias qui s’adressent à cette catégorie de la population. Grâce à l’étude de quatre magazines, l’auteur souligne que ces titres abordent les sujets de santé de façon particulière d’une part et en accompagnement des actions publiques d’autre part. Le caractère propre de l’écriture journalistique de ces médias se construit autour de l’incorporation de la parole des jeunes dans les contenus, ce qui amène l’auteur à parler de « co-construction ». L’analyse de contenu révèle également que même si aucun objectif d’accompagnement des politiques publiques n’est affiché par les responsables de ces magazines, les thématiques abordées recouvrent celles qui sont présentes dans le plan Santé des jeunes, mis en place par le gouvernement en février 2008. Enfin, l’auteur parvient à cerner les sujets de santé comme levier d’audience pour les grands groupes médiatiques.

11Le texte d’Hélène Romeyer prend en compte la production d’informations sur Internet et son extrême hétérogénéité. Le développement de sites ayant trait au secteur de la santé caractérise ainsi un éclatement de l’offre d’information qui ne se restreint plus à l’information spécialisée et professionnelle, mais qui conjugue des producteurs d’information aux statuts très différents. La diversité se manifeste par la présence de grands groupes de médias et de laboratoires pharmaceutiques, tout comme par celle d’entreprises spécialisées dans la production de contenu. Ce qui amène l’auteure à proposer une typologie présentant cinq grands types de sites traitant de questions de santé : les sites professionnels, les sites institutionnels, les sites marchands, les sites associatifs et les sites d’information de santé grand public. Par rapport à ce dernier type de sites, qui pourrait être une composante du Web social, par sa capacité à intégrer les récits de vie, la coopération des internautes et les réseaux sociaux, l’auteure prend en compte les témoignages et les classe en deux grandes catégories : « les récits de vie » et « les descriptions » permettent ainsi de montrer que dans un même message se mêlent des informations relevant de différentes catégories (médicale, périmédicale, émotionnelle…). En d’autres termes, l’information est émotionnelle et l’émotion est informative sur le Web.

12Les textes de ce dossier interrogent les rapports entre communication, médias et santé. Ils révèlent ainsi les modalités d’émergence des questions de santé dans l’espace public.

13Tous les types de médias (presse d’information générale, magazine pour un public cible, télévision, Internet) et les différents supports de communication sont mobilisés (discours politique et rapports publics par exemple). Ce sont à la fois la production, la diffusion et la réception de l’information ayant trait à la santé qui sont analysées. Les différents textes confirment la politisation des discours médiatiques sur la santé, l’instrumentalisation de ces discours dans le cadre d’actions publiques plus larges, mais aussi les enjeux économiques sous-jacents aux différentes formes de publicisation. Dès lors, au-delà de l’intérêt général, la santé revêt des aspects et des enjeux marchands, politiques, sociaux et professionnels importants. La conclusion qui s’impose au terme de ce dossier est que les rapports entre communication, médias et santé sont complexes. Pour plusieurs raisons. La santé recouvre des enjeux divers ; dès lors, elle est une préoccupation pour les sphères publique, politique et médiatique. Les médias sont tour à tour un outil, un instrument ou un complément de la communication institutionnelle. Le processus à l’œuvre est triple : la communication et les modalités de sa mise en œuvre bousculent la médiatisation traditionnelle des questions de santé ; inversement, la médiatisation de la santé provoque des ajustements de la communication par l’élargissement des thématiques et des acteurs ; et la prégnance médiatique et communicationnelle des questions de santé en fait la cible de multiples stratégies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Pailliart et Hélène Romeyer, « Introduction », Communication [En ligne], Vol. 30/1 | 2012, mis en ligne le 14 mars 2012, consulté le 26 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/2859 ; DOI : 10.4000/communication.2859

Haut de page

Auteurs

Isabelle Pailliart

Isabelle Pailliart est professeure en sciences de la communication à l’Université Stendhal et membre du Groupe de recherche sur les enjeux de la communication (GRESEC, équipe d’accueil n° 608). Courriel : isabelle.pailliart@u-grenoble3.fr

Hélène Romeyer

Hélène Romeyer est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Rennes 1, IUT Lannion, et membre du Groupe de recherche sur les enjeux de la communication (GRESEC, équipe d’accueil n° 608). Courriel : helene.romeyer@univ-rennes1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org