Navigation – Plan du site
Articles

Le cancer et la maladie d’Alzheimer, des chantiers présidentiels

De la gestion moderne des maladies aux stratégies communicationnelles des présidents Chirac et Sarkozy
Benoit Lafon et Jean-Philippe de Oliveira

Résumés

Cet article analyse les évolutions du rapport de l’État à la santé en France depuis le XIXe siècle et met en lumière les enjeux et les stratégies sous-tendus par les chantiers présidentiels sur le cancer et la maladie d’Alzheimer portés par Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy. Il s’agit de comprendre comment l’appropriation de la lutte contre ces maladies par les chefs de l’exécutif repose sur la dimension biopolitique du pouvoir, à des fins de renforcement d’un lien social et de la fonction présidentielle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Notre analyse s’appuie sur trois types de données : discours politiques : le discours de Chirac du (...)

1Lorsque Jacques Chirac intègre en 2002 la lutte contre le cancer dans les grands chantiers de son mandat, il met en place une communication présidentielle que reprendra Nicolas Sarkozy en 2007 avec le chantier présidentiel sur la maladie d’Alzheimer. Cet article interroge cette mise en visibilité particulière des questions relatives au cancer et à la maladie d’Alzheimer dans l’espace public, en s’appuyant sur le concept de biopolitique développé par Michel Foucault (2004). Ces chantiers peuvent en effet être considérés comme relevant de la dimension biopolitique du pouvoir, que nous interrogerons en l’inscrivant dans l’évolution du rapport de l’État à la santé. L’éclosion sociale et politique des maladies repose sur un double mouvement, marqué par une prise de conscience des pouvoirs publics de mener des politiques plus volontaristes en matière de santé et par une attente de plus en plus forte des citoyens par rapport à la mise en œuvre de ces politiques. Ainsi, l’évolution de la dimension biopolitique comme élément constitutif du pouvoir relève d’une logique de temps long reposant sur la biopolitisation et la mobilisation d’acteurs qui ont contribué à donner à ces maladies une dimension politique forte. Dès lors, l’analyse de la publicisation du cancer et de la maladie d’Alzheimer permet d’inscrire les chefs d’État dans une configuration d’acteurs que les chantiers présidentiels modifient. L’analyse des données que nous avons rassemblées1 permet en effet de déterminer les acteurs de divers champs sociaux participant au processus de publicisation (non abouti) des deux pathologies, ainsi que de lier à ce processus les interventions publiques et médiatiques du pouvoir exécutif sur ces thèmes. Un double processus d’institutionnalisation et de communication présidentielle sur ces maladies pourra ainsi être mis en évidence, reposant sur la dimension biopolitique précédemment évoquée.

2L’annonce des chantiers présidentiels de Chirac et de Sarkozy sur le cancer et la maladie d’Alzheimer est donc à mettre en question, puisqu’elle situe leur pilotage depuis le plus haut sommet de l’exécutif, et non dans les institutions traditionnelles dont les missions sont dévolues au traitement de ces problèmes, comme la Direction générale de la santé et l’Institut national de la prévention et de l’éducation pour la santé (Inpes). Notre étude de cas a pour objectif de démêler et de définir les registres du pouvoir exécutif concernant ces maladies, afin de comprendre comment ils intègrent la dimension biopolitique et contribuent ainsi à renforcer leur légitimité ainsi que leur fonction. Nous nous interrogerons par exemple sur les objectifs d’une telle mise en visibilité orchestrée par le gouvernement : s’agit-il d’une contribution au processus de publicisation (y compris la mise en débat) sur les thèmes étudiés ou in fine d’une valorisation des politiques publiques conduites par l’exécutif et, au sein de celui-ci, d’une valorisation du chef de l’État lui-même ? Ou, bien au-delà d’une valorisation, s’agit-il d’une injonction diffuse, d’une nécessité nouvellement construite du rôle présidentiel ?

De nouveaux chantiers présidentiels : les maladies comme projets de mandat

3Comme l’explique Didier Fassin, « on assiste […] parallèlement à une médicalisation de la société et à une politisation de la santé. Dans la société contemporaine, la santé tend à devenir un enjeu politique permanent » (1996 : 258). Les questions de santé publique — particulièrement les maladies touchant un grand nombre d’individus — constituent un thème d’intervention politique croissant et s’avèrent par conséquent bien adaptées à une intervention présidentielle visant à toucher l’ensemble des Français, par-delà leur appartenance politique. Causes « sans adversaires » (Juhem, 2001), les maladies constituent un enjeu politique d’autant plus important que leur non-prise en compte ou leur mauvaise gestion par la puissance publique peut être fort dommageable : 

Lorsque les pouvoirs publics sont mis en défaut sur de grands problèmes de santé, ce sont les fondements mêmes de l’État qui sont ébranlés. […] L’inefficacité et le silence des autorités sanitaires participent de l’affaiblissement de l’État, en laissant le champ libre à d’autres instances de pouvoir qui paraissent à la fois plus efficientes et plus éloquentes en cette matière. […] Dans l’affaire dite « du sang contaminé », qui a abouti à la mise en cause de deux anciens ministres et d’un chef de gouvernement, pour leur inefficacité tout autant que pour leur silence, c’est bien le procès de l’État qui a été instruit (Fassin, 2003 : 278-279).

4Cette prise de conscience de l’importance de la santé publique dans les attributions habituelles du président de la République française est récente. En effet, bien que les chefs d’État français aient eu pour habitude de tenter de se montrer proches de leurs concitoyens (Valéry Giscard d’Estaing, par exemple, avait mené de nombreuses campagnes communicationnelles en ce sens), les grands chantiers qu’ils entreprenaient dès le début de leur mandat avaient davantage une vocation architecturale ou patrimoniale (centre Pompidou, grands chantiers de François Mitterrand à Paris). En revanche, Chirac — qui avait lors de son premier mandat lancé le projet d’un musée des arts premiers — devait lors de son mandat suivant en 2002 entamer trois grands chantiers sociétaux, en rupture avec la figure du président-bâtisseur préalablement construite : la lutte contre le cancer, la lutte contre le handicap, la lutte contre l’insécurité routière. Cinq années plus tard, Sarkozy, son successeur, reprenait à son compte la lutte contre une pathologie pour en faire un chantier de son mandat, à savoir la lutte contre la maladie d’Alzheimer.

5Est-ce à dire que la santé devient une thématique imposée aux nouveaux chefs d’État ? Afin de répondre à cette question ou, à tout le moins, afin de tenter de comprendre pourquoi Chirac et Sarkozy se sont emparés de cette thématique, l’analyse des chantiers présidentiels liés à la lutte contre le cancer et à celle contre la maladie d’Alzheimer s’inscrit dans une approche qui appréhende les évolutions du rapport de l’État à la santé depuis le xixe siècle. La lutte contre les maladies n’est pas une prérogative de l’État contemporain : elle a été intégrée progressivement et de plus en plus fortement dans les politiques publiques menées par les différents gouvernements. Ces prises de position des présidents marquent cependant un tournant, en ce qu’elles révèlent l’importance prise par la biopolitique à l’échelle du pouvoir exécutif comme à celle des attentes individuelles.

6Dans les cas du cancer et de la maladie d’Alzheimer, il est à noter une double caractéristique : il s’agit, d’une part, de maladies omniprésentes touchant l’ensemble du corps social sans distinction et, d’autre part, de maladies sur lesquelles la recherche progresse, ce qui rend possible un discours optimiste ou tout au moins à tonalité volontariste. Cette double caractéristique s’accorde bien à la réalité du rôle de président de la République, qui s’adresse aux « Français » dans leur ensemble, à leur communauté, tout en s’y incluant lui-même. En effet, la fonction présidentielle en France sous la Ve République, particulièrement après le référendum de 1962 et l’institution du suffrage universel direct pour son élection, est d’être le représentant des Français dans leur ensemble en assurant, « par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’État » (art. 5, titre II de la Constitution de 1958). Cette position surplombante donne à cette fonction une qualité d’impartialité, d’arbitrage, à laquelle la notion de « discours sans opposants » sied particulièrement.

7Ainsi les discours de Chirac et de Sarkozy lors de leurs interventions pour présenter les plans cancer et Alzheimer laissent-ils clairement ressortir ce lien recherché avec les concitoyens : « Le cancer nous concerne tous. Il cause de terribles ravages », « Chacun d’entre nous sera probablement confronté à un cancer à un moment de son existence » (Chirac), ou encore « En regardant les malades que j’ai vus, je me disais : un jour cela peut être nous, cela peut être moi » (Sarkozy). L’analyse des registres de ces discours dans le tableau suivant permet, en établissant un parallèle entre Chirac et Sarkozy, de mieux rendre compte de ce positionnement du chef de l’État, autrement dit de voir en quoi son rôle contraint ses déclarations.

Tableau 1. Principaux registres mobilisés par les présidents de la République sur le cancer et la maladie d’Alzheimer

Tableau 1. Principaux registres mobilisés par les présidents de la République sur le cancer et la maladie d’Alzheimer

8On l’observe aisément, les registres dominants relèvent du lien social et du volontarisme politique ; le chef de l’État a pour rôle d’exhorter ses concitoyens, de montrer l’exemple : il s’engage personnellement dans la lutte, afin d’améliorer le bien-être et les conditions de vie des Français. Comme le souligne par ailleurs Philippe Braud, « les logiques du volontarisme, et celles de l’utopisme entendu au sens large, tendent à construire une légitimité en offrant aux citoyens des objectifs mobilisateurs d’espérance » (1996 : 212). La seule différence notable tient à la particularité du cancer, dont l’issue plus directement fatale que la maladie d’Alzheimer est rappelée par le président, à des fins de mobilisation.

9Cette rapide présentation des déclarations de Chirac et de Sarkozy concernant leurs chantiers respectifs montre à quel point les présidents de la République se doivent désormais de compatir à la souffrance de leurs compatriotes et de tenter d’y apporter une solution. Alors que leurs prédécesseurs ne plaçaient pas les maladies au cœur de leur action présidentielle, ces derniers en font un thème fort, sinon de leur action, tout au moins de leur communication. Ce sont ces stratégies communicationnelles qu’il va s’agir d’expliquer, en nous basant pour commencer sur un rappel des analyses relatives à l’émergence des maladies dans l’espace public, ainsi que sur celles qui ont montré la croissance d’une action publique en ce domaine.

La santé, l’État et l’individu : l’éclosion sociale et politique des maladies

10L’intervention des deux derniers présidents de la République sur le cancer et la maladie d’Alzheimer soulève la question de l’évolution du rapport de l’État à la santé de ses citoyens. La découverte pastorienne et le développement de la microbiologie dans la deuxième moitié du xixe siècle ont participé à un nouveau rapport entre les individus et la maladie, déjà amorcé par l’intériorisation de nouvelles normes liées à la « construction médicale d’un espace personnel » (Pinell, 1992 : 305). La découverte du microbe, qui a souligné le caractère évitable de la maladie, a ainsi « prolongé la mentalité nouvelle, […] rendu plus vive une sensibilité déjà présente » (Vigarello, 1999 : 255), et a permis de penser des « moyens d’action spécifique » (Pinell, 1992 : 305). Si certains libéraux s’attachent encore à considérer que les investissements sont inutiles et que seule la répression est nécessaire, beaucoup attendent de l’État qu’il intervienne sur des problématiques d’aménagement et de prévention. Même si les politiques mises en place au cours du siècle relèvent davantage d’une surveillance autoritaire, par des mesures visant à « légiférer sur les attitudes de plaisir et d’excès » (Vigarello, 1999 : 225), des actions fondées sur une visée éducative se mettent également en place. Contre la « dégénérescence », par exemple, sont mises en place des « sociétés de gymnastique » et les activités sportives à l’école. Une « morale préventive » est également mobilisée contre l’alcoolisme : des milliers d’affiches sont édités par le ministère de l’Instruction publique pour alerter le public des méfaits de l’alcool et des instructions sont données pour sensibiliser les élèves (Vigarello, 1999 : 225). Le « souci de la prévention » est renforcé par la médecine pastorienne : la découverte et la constitution d’un savoir microbiologique permettent une identification très précise des germes et de leur mode de contamination, sur laquelle repose la nécessité de « convaincre en alertant » (Vigarello, 1990 : 255). La médecine pastorienne implique ainsi une recomposition du social pour lutter contre la maladie : « Elle efface du même coup la distinction entre le social et le médical : tous les problèmes d’hygiène deviennent des questions immédiatement sociales, et tous les problèmes sociaux renvoient en conséquence à une dimension hygiéniste » (Rosanvallon, 1990 : 130). Le changement qui s’opère n’est donc pas le seul fait de l’État, mais également celui d’une « demande sanitaire », portée par les hygiénistes et les bourgeois, qui appelle des réponses. L’émergence de l’État « hygiéniste » est ainsi favorisée par l’idée que c’est en « […] protégeant la santé de quelques-uns, celle des déshérités surtout, et en les obligeant aussi, qu’un investissement national pourrait mieux protéger la santé de tous » (Vigarello, 1990 : 197).

11De façon générale, la demande d’une « extension de la fonction protectrice de l’État » s’inscrit dans un procès de civilisation marqué par le développement de « la conscience de soi comme individu autonome » dans les sociétés occidentales (Pinell, 1992 : 303). Et si l’État est de plus en plus sollicité, c’est également pour participer en retour à la diffusion, auprès des classes populaires, d’un « modèle de comportement déjà largement intériorisé dans les couches dominantes de la société » (Pinell, 1992 : 303). Georges Vigarello souligne ainsi : 

Jamais les dérives individuelles n’avaient à ce point semblé menacer la protection communautaire. L’appel à la réaction de la « société tout entière », au « gouvernement », aux « nations civilisées » pour combattre ces fléaux qui risquent « d’arrêter la marche ascendante de l’humanité », revient régulièrement dans les textes savants comme dans les périodiques à vocation populaire (1990 : 224).

12Cette visée commune est portée par de nombreuses organisations caritatives qui se créent à partir de la fin du xixe siècle. À cet égard, la constitution du cancer comme problème public marque, selon Patrice Pinell, l’avènement d’une gestion moderne de la maladie, dans laquelle la Ligue contre le cancer, créée en 1918, occupe une place particulière. Sans vouloir s’arroger la maîtrise des politiques liées à la lutte contre le cancer, celle-ci cherche néanmoins à soutenir dans la continuité un rôle de conseil politique et de groupe de pression. Elle est aidée en cela par sa composition, soit des membres « qui au siècle dernier ne se seraient jamais côtoyés », ce qui en fait une organisation « médiatrice » inédite (Pinell, 1992 : 134-139). Outre l’investissement dans des structures spécialisées et le renouvellement du réseau de santé, la Ligue contre le cancer va impulser autour du cancer une politique de prévention visant à former l’« homo medicus », un individu capable de décrypter ses propres symptômes pour aller consulter. Cette orientation des stratégies de lutte contre le cancer est rendue possible par le fait que le cancer, contrairement à la syphilis ou à la tuberculose, pouvait être dépisté. Prémices de l’éducation à la santé, cette stratégie va s’institutionnaliser, selon Luc Berlivet, dans la seconde moitié des années 1970, lorsque Simone Veil donne au Comité français d’éducation à la santé (CFES, qui a remplacé en 1972 le Comité national d’éducation sanitaire démographique et sociale créé en 1945) une orientation « en rupture avec la logique au principe des dispositifs disciplinaires, l’action du comité étant désormais présentée comme visant à aider les Français à trouver la motivation nécessaire pour se libérer des pratiques <à risque> » (2004 : 51). Le rapport des associations avec la sphère médicale et l’État avait cependant déjà évolué dans les années 1950. À un modèle de la « délégation », qui s’en remettait entièrement aux médecins, les associations, plutôt composées de malades et de leurs familles, vont entrer dans l’« ère de la négociation » (Barbot, 2002 : 17). Dans le même temps, leurs attentes à l’égard de l’État vont s’élargir à la garantie des droits dans toutes les sphères de la vie sociale. Les associations de lutte contre le sida, dans les années 1980 et 1990, vont amplifier ce mouvement, autant dans la négociation avec la sphère médicale que dans les pressions exercées auprès de l’État. Ces évolutions vont peser dans la publicisation des problèmes liés au cancer et à la maladie d’Alzheimer, comme nous le verrons plus bas. Elles ont également renforcé la pression sociale exercée auprès de l’État et, de fait, élargissent sa légitimité à s’engager dans la gestion de la santé. L’ensemble de ces mouvements, qui ont traversé sur un temps long et de façon erratique le rapport entre l’État et la santé des individus, relève de la notion de biopolitique développée par Foucault.

La biopolitique et la gestion des maladies : un impératif politique et communicationnel croissant

13Les chantiers présidentiels s’inscrivent dans une longue histoire dont ils marquent aujourd’hui un tournant, en ce qu’ils soulignent à quel point les problèmes de santé publique — et la vie en général — s’appuient sur des convictions légitimées et politiquement valorisantes. Depuis le xixe siècle jusqu’à aujourd’hui, l’État n’a en effet eu de cesse de voir ses prérogatives en matière de santé publique renforcées.

14Vigarello souligne l’engagement de l’État à partir du milieu du xixe siècle comme l’« événement dominant des pratiques de santé » (1999 : 217). Les politiques menées pour lutter contre les maladies, comme la petite variole, témoignent en effet d’une « prise de conscience étatique » de la nécessité d’intervenir à une plus grande échelle sur les problèmes d’hygiène. Ce sont les « convictions politiques » qui se trouvent renforcées, celles-là mêmes qui manquaient au début du siècle pour répondre favorablement aux projets d’assainissement proposés par les conseils départementaux de salubrité (Vigarello, 1999 : 204). Et bien que ces « convictions » se traduisent assez peu par du financement, il n’en reste pas moins que l’État prend des mesures pour contrer de nouvelles menaces. La gestion des maladies, comme garantie de la cohésion et du progrès de la civilisation, relève selon Pierre Rosanvallon de l’État « instituteur du social » dont l’une des fonctions émerge au xixe siècle sous les traits de l’État « hygiéniste ». Vecteur de transformation du rapport de l’État à la société, l’État hygiéniste vise à « modeler le social », en « réform[ant] les individus ». Si l’État hygiéniste offre quelques prémices de ce que sera l’État-providence, il s’en distingue par le fait que l’« État providence fixe les devoirs de la société envers chaque individu et les formes de la solidarité », renvoyant ainsi à « la mise en œuvre d’une conception juridique et philosophique de la justice et des droits sociaux » (1990 : 334). L’État-providence est ainsi concomitant du développement de l’individu comme sujet et de la démocratie alors que l’État hygiéniste envisage la société comme un tout dont il faut préserver l’unité. Les deux sont cependant liés : les politiques de santé publique, qu’elles visent à faire bénéficier les individus de droits sociaux ou à maintenir la cohésion sociale, impliquent dans tous les cas de penser le financement des mesures prises, comme en témoignent encore les discours de Chirac et de Sarkozy à l’occasion du lancement de leur plan respectif :

 Le cancer est autant un problème de santé qu’un problème de société.

À vous toutes et à vous tous, acteurs de la lutte contre le cancer mais également à la nation tout entière, je propose de nous mobiliser autour de cette ambition de progrès, de solidarité et d’humanité (discours de Chirac).

La maladie d’Alzheimer, c’est le primat de l’humain. […] C’est l’honneur d’une civilisation d’apporter aide et protection à ceux qui sont devenus au fil des jours de véritables « emmurés vivants » (discours de Sarkozy).

15Et c’est bien à l’État-providence que fait allusion Sarkozy quand il aborde la question des franchises médicales dans le même discours : 

Mais à tous ceux qui me réclament davantage de moyens, j’aimerais leur dire, je vous réclame davantage de solidarité […]. Les franchises médicales sont l’expression de la responsabilité et de la solidarité (discours de Sarkozy).

16Selon Rosanvallon, l’émergence de l’État « instituteur du social » est le fait de la disparition des corps intermédiaires (corporations) et du déplacement du rôle de « producteur de lien social » vers l’État (1990 : 15). À cet égard, Pierre Muller souligne que le développement du « secteur social » a également partie liée avec le déclin des sociétés territoriales et la montée des secteurs professionnels. Les solidarités locales qui s’exerçaient par la charité, entre autres, se sont affaiblies au profit de « nouvelles formes de solidarité ou de lien social » (2008 : 11). La volonté de « régénérer » la population induit cependant une ingérence dans les comportements privés. L’hygiène publique a ainsi déplacé les notions de domaines privés et public, notamment sous l’impulsion des médecins hygiénistes, pour qui « tous les éléments de la vie humaine et de son environnement ont potentiellement une dimension publique » (Muller, 2008 : 129). L’État s’est adapté à ce déplacement plus qu’il n’en a été le promoteur. Toutefois, ces évolutions structurelles (suppression des corps intermédiaires et déplacement des limites entre vie privée et vie publique) ont accru la fonction de l’État en matière de santé : « La visée d’un État conservateur et instituteur du social [a] trouv[é] ainsi un nouveau terrain d’exercice avec cette page de santé publique » (Rosanvallon, 1990 : 130). Ce « terrain d’exercice » a été élargi avec l’État-providence, marqué notamment par la généralisation de la Sécurité sociale en 1945 et la publication d’un décret en 1953 substituant l’aide sociale à la notion d’assistance. Élargissement également des thèmes sur lesquels l’État est mobilisé, comme la contraception ou l’interruption volontaire de grossesse. Élargissement enfin en ce qui a trait aux acteurs qui interviennent, tant dans le champ politique que dans le champ social. Ce sont ces évolutions sur lesquelles Foucault prend appui pour définir la notion de biopolitique.

  • 2  Foucault fait allusion ici au prélèvement des richesses, des produits, des biens, des services, du (...)

17Dans La volonté de savoir, premier tome de son Histoire de la sexualité, Foucault propose en effet une lecture de l’évolution du pouvoir dans le dernier chapitre, consacré à la notion de biopolitique. Cette notion rend moins compte d’une « fonction » de l’État que d’un changement dans le mode de gouvernementalité du pouvoir, dont relèvent selon nous les chantiers présidentiels de Chirac et de Sarkozy. La notion de biopolitique est définie par Foucault par opposition à une conception du pouvoir au Moyen-Âge qui s’appuyait sur le « prélèvement »2. La biopolitique qui s’est développée à partir de l’âge classique s’exerce au contraire « positivement sur la vie, qui entreprend de la gérer, de la majorer, de la multiplier, d’exercer sur elle des contrôles précis et des régulations d’ensemble ». À un pouvoir qui avait un droit de vie en retenant son droit de faire mourir s’est substitué peu à peu un pouvoir préoccupé de maintenir ses sujets dans la vie (Foucault, 1976 : 179-181). Dans cette nouvelle forme d’exercice du pouvoir, il distingue deux dimensions : une dimension anatomo-politique du corps humain, qui s’attache à développer ses forces (par des institutions comme l’école, les casernes, les ateliers, etc.), et une dimension biopolitique de la population, qui s’attache au maintien de la population en vie et à sa reproduction, par « le biais de contrôles régulateurs », agissant sur « les problèmes de natalité, de longévité, de santé publique, d’habitat, de migration », dont il souligne l’apparition dans les pratiques politiques et les observations économiques (1976 : 183-184). La notion de biopolitique renvoie par ailleurs autant à la norme qu’à l’autorité dans l’exercice du pouvoir, le philosophe distinguant deux modalités d’exécution : 

  • une modalité qui s’appuie sur un appareil juridico-technique rendu visible par l’ensemble des directives législatives ;

  • une autre modalité qui s’appuie sur le jeu de la norme, qui s’appuie, pour s’exercer, sur des « mécanismes continus, régulateurs et correctifs » (1976 : 189).

18La dimension biopolitique du pouvoir et les techniques de gestion de la population qu’elle appelle ne doivent pas être confondues avec les dispositifs disciplinaires que Foucault a développés par ailleurs. Il s’agit non seulement d’imposer une norme édictée, mais surtout de s’appuyer sur les normes existantes et de les faire évoluer vers celles qui seraient plus favorables à la population, de « convaincre » en quelque sorte, dans un rapport de pouvoir qui n’est pas — et ne peut, dans certains cas — être fondé sur le mode de la domination mais sur celui d’une relation structurelle entre État et individus (Berlivet, 2004 ; Ollivier-Yaniv, 2009) ou, pour reprendre le concept du sociologue Norbert Elias, sur une configuration qui sous-tend une interdépendance des individus entre eux et avec leurs institutions, interdépendance donnant une dynamique aux changements dans le champ des normes.

19La définition de la notion de biopolitique donnée ici renvoie donc autant à l’État hygiéniste qu’à l’État-providence, en ce qu’elle mobilise les aspects social, économique et politique, le corps social et l’individu, la norme et l’autorité. Elle rend également compte d’une évolution de la gestion dans la santé publique concomitante du développement de l’industrialisation au xixe siècle et du capitalisme, ainsi que de l’idée de progrès social. Selon le philosophe, le « biopouvoir », dont le dispositif de sexualité serait l’« instrument le plus important », est un « élément indispensable du capitalisme » (Foucault, 1976 : 185, 189 sqq). Dans La naissance de la biopolitique, Foucault va plus loin : le développement du néolibéralisme s’accompagne d’un plus grand interventionnisme social : 

Dans l’ordolibéralisme, se trouv[e] impliquée un Gesellschaftspolitik […] une politique de société et d’un interventionnisme social à la fois actif, multiple, vigilant et omniprésent. Donc, économie de marché, d’une part, et politique sociale, active, intense, interventionniste (2004 : 180).

20La biopolitique, loin de se limiter donc au « dispositif de sexualité », s’inscrit dans cette « économie du corps social, elle en est même le principal moteur ». Si l’État doit être « aveugle » par rapport au fonctionnement du marché, « alors il se pose un problème : de quoi va s’occuper le gouvernement et quel va être son objet ? Ça, c’est je crois la théorie de la société civile dont j’essaierai de vous parler » (Foucault, 2004 : 299). La notion de biopolitique renvoie en effet au niveau « micrologique ». Le libéralisme appelant une adhésion à son système, l’État aura la charge de développer une « économie de bien-être » : le laisser-faire d’un côté s’accompagne d’un interventionnisme de l’autre. Dans La volonté de savoir, Foucault avait déjà souligné la pression sociale, les attentes à l’égard de l’État que sous-tend la dimension biopolitique du pouvoir : « La vie comme objet politique a été en quelque sorte prise au mot et retournée contre le système qui entreprenait de la contrôler » (1976 : 191). Si la dimension biopolitique du pouvoir s’est renforcée avec le développement du capitalisme, elle s’est également renforcée parallèlement au développement des progrès sociaux. L’élargissement de la définition de la santé, champ qui nous intéresse plus particulièrement ici, en est l’un des signes : la santé concerne tout aussi bien le bien-être physique et psychique que l’aspect seulement médico-anatomique des individus, comme le rappelle la définition donnée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en 1946 : « La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité. » L’action de l’État s’étend encore : il ne s’agit plus seulement de lutter contre les maladies, mais aussi contre les discriminations, les situations d’exclusion et l’insécurité sociale. La lutte contre les discriminations est d’ailleurs très présente dans le plan cancer 2002-2007 de Chirac, qui avait par ailleurs fait du soutien au handicap un autre de ses grands chantiers, avec la sécurité routière. La dimension biopolitique du pouvoir s’entend donc non seulement comme une prérogative de l’État à gérer, entre autres, la santé de ses citoyens, mais également comme une attente forte de l’intervention de l’État. Ainsi, comme le relève Fassin, on doit noter une évolution majeure de la gestion collective de la maladie vers le gouvernement de la vie ; évolution selon lui « doublement politique, au sens où d’une part, elle constitue le rapport entre le corps physique et le corps social en enjeu politique, et où, d’autre part, elle fait intervenir les institutions politiques, à commencer par l’État » (1996 : 3-4). La lutte contre la maladie d’Alzheimer et le cancer, présentés comme des « fléaux » dans les discours des deux présidents, appelait donc un interventionnisme de l’État. Mais ces formes d’intervention se situent sur différents plans : la lutte contre le sida, qui a donné lieu à deux grandes causes nationales (en 1987 et 2005), n’a pas été l’objet d’une intervention présidentielle. De quels enjeux le cancer et les maladies d’Alzheimer étaient-ils porteurs pour inciter les interventions de Chirac et de Sarkozy ? Plus encore, n’y avait-il pas une injonction à communiquer sur ces deux maladies ?

Une publicisation des maladies dans le respect des hiérarchies politiques

21L’action politique relative à la lutte contre le cancer et la maladie d’Alzheimer s’appuie d’une part sur une configuration d’acteurs en attente de réponses sur ces problèmes de santé et d’autre part sur une dimension biopolitique du pouvoir sur laquelle l’exécutif fonde une part de sa légitimité. Cependant, l’intervention des chefs d’État modifie les rapports de pouvoir liés aux traitements des maladies. En effet, les acteurs associatifs, comme la Ligue contre le cancer ou France Alzheimer, ou les institutions traditionnelles, comme le ministère de la Santé et sa direction générale ainsi que l’Inpes, participent à la publicisation de ces deux maladies, qui implique autant une visibilité des problèmes publics que leur mise en débat. De façon générale, la publicisation des questions liées à la santé a été marquée par deux évolutions majeures (Romeyer, 2007 et 2008) : 

  • d’une part la diffusion et l’incorporation d’un savoir médical par les individus, qui ont modifié le rapport entre médecins et patients, experts et « profanes », dont la parole a été légitimée dans les institutions et dans les médias ;

  • d’autre part la professionnalisation des acteurs associatifs impliqués dans le champ de la santé, par les services proposés aux malades et leur expertise sur des dossiers techniques.

22Ces évolutions ont été accompagnées d’une diversification des acteurs qui opèrent dans le champ de la santé, tant à l’échelle locale que sur le plan national (à travers un réseau), ce qui a contribué à la visibilité des enjeux liés à certaines maladies et à leur mise en débat avec les institutions publiques, au-delà de la seule sphère médicale et scientifique, par l’intermédiaire, par exemple, de l’organisation d’états généraux ou d’autres types de manifestations ouvertes au public. Claude Gilbert et Emmanuel Henry soulignent ainsi « qu’il est devenu assez habituel que des personnes et groupes issus de différents mondes […] se mobilisent et cherchent à donner une audience large à leurs actions […] pour convaincre les autorités de prendre en compte des problèmes nouveaux ou insuffisamment instruits » (2009 : 10). De façon plus générale, Muller conçoit l’élaboration de politiques publiques comme un processus impliquant des acteurs non politiques : 

La transformation d’un problème en objet d’intervention politique est donc toujours le produit d’un travail spécifique réalisé par des acteurs politiques qui peuvent être issus du syndicalisme, de la politique, du monde associatif ou des groupes créés pour la circonstance (2008 : 31).

23Toutefois, la publicisation des problèmes publics varie en fonction de la mobilisation et des ressources des acteurs investis sur une thématique de santé publique ; elle dépend également des revendications qui accompagnent la mobilisation et des modalités par lesquelles celles-ci sont portées. Gilbert et Henry relèvent que « tous les problèmes n’ont pas la même capacité à accéder à la publicité et cette capacité dépend de plusieurs facteurs souvent plus liés aux caractéristiques des acteurs impliqués dans ces mobilisations qu’aux contours des problèmes eux-mêmes » (2009 : 10-11). En ce qui concerne les problèmes publics liés à la santé, ils ne donnent que rarement lieu à des « définitions contradictoires » qui suscitent leur émergence publique : les travaux de Franck Baumgartner et Bryan Jones tendent à montrer que ces problèmes sont « gérés dans le cadre de dispositifs institutionnels stables » (2002 : 15), c’est-à-dire entre les acteurs institutionnels et les acteurs associatifs, professionnels et scientifiques, reconnus comme légitimes pour contribuer à l’élaboration d’une politique de santé publique. Mais les rapports de force qui se nouent autour de la définition et de l’urgence d’un problème de santé publique ont des incidences sur la configuration dans laquelle le problème évolue, « chaque définition [entraînant] avec elle une certaine distribution des rôles entre acteurs, une hiérarchisation de ceux-ci ainsi qu’un certain type de distribution des responsabilités » (Gilbert et Henry, 2009 : 10 sqq).

24À cet égard, les politiques publiques sur les cancers et la maladie d’Alzheimer ont récemment été restructurées autour de grands plans marqués par un volontarisme présidentiel évident. Les hiérarchies politiques jouent un rôle essentiel dans la publicisation de certaines maladies (en particulier si elles touchent un nombre élevé d’individus), appuyées en cela par les hiérarchies médicales et éventuellement associatives. Le secteur de la santé se caractérise en effet par un poids tout particulier de l’expertise médicale et de la technicisation des savoirs, ainsi que par une marchandisation des dispositifs, une spécialisation des journalistes et une implication des pouvoirs publics nationaux et locaux. Ces caractéristiques rendent absentes les conditions habituellement requises pour la constitution d’un espace public (formation et circulation des opinions, expression de points de vue contradictoires, confrontations et rapports de force…), ce qui conduit à penser l’espace public de la santé plutôt en termes « d’évitement de la dimension conflictuelle des débats » (Dodier, 2003 : 264) qu’en termes de « démocratie sanitaire » (Pailliart et Lafon, 2007 : 8). Or, les évolutions que nous avons soulignées entre l’individu et sa santé, les patients et leurs médecins, les associations et les experts tendent à bousculer ces hiérarchies. Changement de configuration, donc, que va perturber à nouveau l’implication des deux présidents de la République. En effet, bien qu’ils contribuent à donner plus de visibilité à ces problèmes de santé publique, en insistant sur l’intérêt général de s’en préoccuper, ils vont dans un même mouvement restreindre le processus de publicisation à des structures ad hoc comme l’Institut national du cancer et aux acteurs considérés comme légitimes pour y participer.

Une question de stratégie personnelle du président de la République : les maladies, causes légitimantes et sans adversaires

  • 3  Pailliart et Strappazzon relèvent ainsi que la lutte contre le cancer, depuis l’entre-deux-guerres (...)
  • 4  La chronologie a été construite sur la base de deux enquêtes. Pour la période 1995-2006 pour le ca (...)

25Comme le soulignent Isabelle Pailliart et Géraldine Strappazzon, la « présidentialisation » du cancer sous le mandat de Chirac révèle en effet une prise de position, laquelle « bien que se voulant et se montrant novatrice, originale et personnelle est avant tout l’aboutissement du long processus d’inscription du cancer dans la sphère publique » (Pailliart & Strappazzon, 2007 : 19)3. De la même manière, la lutte contre la maladie d’Alzheimer s’est d’abord « institutionnalisée » dans le champ associatif, avec la création de France Alzheimer en 1985 par des familles de malades et des professionnels de la santé. Depuis 1994, une journée mondiale de lutte contre la maladie se tient le 21 septembre et deux plans nationaux se sont succédé, celui de 2001-2005 et celui de 2004-2007 (auxquels il faut au moins ajouter le plan « vieillissement et solidarités » en 2003, le plan « solidarité — grand âge » de 2006 et la grande cause nationale 2007 consacrée à la maladie sous le mandat de Dominique de Villepin). Si l’entrée d’une maladie dans la sphère publique repose sur plusieurs réseaux dynamiques d’acteurs, son institutionnalisation progressive limite les possibilités de débat et renforce le rôle du pouvoir exécutif. Afin de disposer d’un indicateur de l’intervention croissante du pouvoir exécutif sur les thèmes du cancer et de la maladie d’Alzheimer dans l’espace public, il est possible de compter les interventions médiatiques sur ces questions (dans la presse) des ministres, du premier ministre et du président de la République4.

Tableau 2. Interventions médiatiques des acteurs de l’exécutif sur les questions du cancer et de la maladie d’Alzheimer au cours des mois de 1995 à 2008

Tableau 2. Interventions médiatiques des acteurs de l’exécutif sur les questions du cancer et de la maladie d’Alzheimer au cours des mois de 1995 à 2008

26Le recul d’une dizaine d’années permet une visualisation de la croissance évidente des interventions gouvernementales et présidentielles sur le cancer et la maladie d’Alzheimer. Au sujet du cancer, le tableau ci-dessus issu d’une étude précédente montre bien l’accélération des interventions médiatiques de l’exécutif durant les années 2000, phénomène d’autant plus net qu’il ne s’agissait nullement d’un domaine d’intervention du président avant les mandats de Chirac. Comme cela a été noté dans l’étude réalisée en 2007, « une répartition des rôles médiatiques s’ensuit : le dépistage — partie la plus complexe du Plan Cancer — est laissé aux ministres, tandis que l’annonce du plan et les grandes orientations sont l’apanage du président, voire du premier ministre, intervenant à deux reprises dans le sillage du président » (Lafon et Romeyer, 2007 : 91).

27Au sujet des interventions sur la maladie d’Alzheimer, les rôles semblent s’inverser : ministres et premier ministre de Chirac « cadrent » médiatiquement les politiques publiques sur la question, l’intervention du nouveau président Sarkozy n’ayant lieu qu’a posteriori, à partir de 2007, et de manière plus exclusive (les propos du premier ministre François Fillon n’étant pas rapportés). En dépit de ces particularités, il semble bien que nous puissions rapprocher le plan Alzheimer 2008-2012 de Sarkozy du « grand chantier » du plan cancer de 2002 de Chirac (Pailliart et Strappazzon, 2007), ce qui souligne l’aplanissement de la dynamique de lutte portée par les acteurs antérieurs par une cristallisation autour de la figure du chef de l’État.

Ainsi la réactualisation de la posture de l’État, qui se présente comme une réponse à la crainte de son invisibilité, surtout dans les domaines où existent de multiples acteurs, passe-t-elle par une manifestation spectaculaire au plus haut niveau. De cette manière, J. Chirac a l’opportunité de présenter sous l’angle de la nouveauté un projet ancien, et publiquement, de faire preuve de compassion et sympathie (Lafon et Romeyer, 2007 : 20).

28La communication présidentielle n’est pas seulement liée à une « crainte de l’invisibilité » de l’État. Il s’agit également et surtout d’une intervention personnalisée du chef de l’État. Pourquoi cette prise de position de Chirac, puis de Sarkozy ? Si les déterminations peuvent être nombreuses et complexes, il en est certaines qu’il convient de chercher dans le capital politique de ces acteurs politiques, entendu comme « forme de capital symbolique, crédit fondé sur la croyance et la reconnaissance ou, plus précisément, sur les innombrables opérations de crédit par lesquelles les agents confèrent à une personne (ou à un objet) les pouvoirs mêmes qu’ils lui reconnaissent » (Lafon et Romeyer, 2007 : 14). Fondé sur la croyance et la confiance, ce capital est particulièrement labile et nécessite des investissements permanents afin de produire une « accumulation de crédit » (Bourdieu, 1981 : 18). Ainsi la position de Chirac en 2002 peut-elle être rappelée afin de mieux saisir son intervention sur le thème du cancer. Réélu par défaut face à Jean-Marie Le Pen, il se doit de fonder la politique de son second mandat sur des thèmes consensuels afin de gagner en légitimité, et ce, d’autant plus que Chirac est, selon Annie Collovald, « détenteur d’un capital politique tout à fait spécifique, marqué du sceau du provisoire et du conflit » […], « c’est à une course pour la vie politique incessante à laquelle est destiné Chirac » (1990 : 900). En cela, l’engagement personnel de Chirac à l’égard de thèmes consensuels tels que le cancer, le handicap ou l’insécurité routière apparaît inévitable : le chef de l’État en tant qu’acteur politique aux ressources variables et conjoncturellement déficientes se doit de renforcer son capital. Dans cette optique, embrasser une cause inattaquable est le meilleur moyen de prévenir les éventuelles critiques de l’opposition et des électeurs. La lutte contre le cancer et celle contre la maladie d’Alzheimer constituent donc des « causes sans adversaires », analysées par Philippe Juhem en ces termes : « […] catégorie des <discours sans opposants>, au même titre que les thématiques antiracistes, écologistes ou celles liées à la lutte contre des maladies universelles comme le cancer ou la mucoviscidose, c’est-à-dire des causes généreuses qui suscitent a priori la sympathie et qu’aucun acteur n’a intérêt à mettre en cause »(2001 : 10).

29Dans une logique similaire, lors de la Conférence européenne sur la lutte contre la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées le 31 octobre 2008, Sarkozy justifie son engagement en ces termes : 

  • 5  Discours de M. Le Président de la République ; Conférence européenne sur la lutte contre la maladi (...)

Parce que notre pays compte plusieurs centaines de milliers de personnes malades. Parce que ce chiffre va fatalement augmenter dans les prochaines années. Parce que presque toutes les familles sont touchées. Et parce qu’avec les ministres, nous voulons refuser la fatalité. J’ai fait ce choix au nom des valeurs qui sont les miennes. Je pense au respect dû aux aînés. Je pense à la solidarité envers les plus fragiles. Je pense au rôle de la famille. Je pense à la cohésion de nos sociétés5.

30Cet extrait relève également du rôle de l’État comme « instituteur du social » (qui maintient la « cohésion sociale ») et de l’État-providence (qui s’inscrit dans une perspective plus large des devoirs et de la « solidarité »). Mais il témoigne également d’un ton fondé sur l’émotion, l’empathie et la proximité du chef de l’État avec ses concitoyens. Il souligne ainsi ce que Catherine Achin et Elsa Dorlin avaient déjà soulevé dans une analyse du capital politique de Sarkozy : grâce à son passage au ministère de l’Économie des finances et de l’Industrie en 2004, celui-ci « adjoint à son personnage répressif l’image plus consensuelle du <bon père de famille> qui gère les finances publiques de la France […] solidement appuyé sur ses capitaux politiques locaux et sur sa notoriété de ministre hyperactif » (2008 : 32).

31Il apparaît bien que Chirac et Sarkozy interviennent en fonction de leur capital politique propre — propre à leur personnalité et à leur carrière — sur des thèmes consensuels, sans adversaires, dans une recherche de légitimité qu’ils partagent avec les acteurs des médias, légitimité qu’Anne-Marie Gingras définit en ces termes : 

La légitimité s’impose dans les démocraties occidentales par la souveraineté populaire, l’expertise, l’institutionnalisation, la conviction morale, l’efficacité, notamment. […] On ajoutera que les tenants d’une cause noble — les associations de patients ou de victimes —, fussent-ils peu représentatifs, peuvent rapidement obtenir une légitimité dans l’espace public en certaines circonstances (2007 : 3).

32Cette légitimité recherchée est d’autant plus facile à trouver sur des thèmes liés à la maladie qu’elle s’appuie, nous l’avons vu, sur une dimension biopolitique du pouvoir, ancrée tant dans les attentes des citoyens que dans les fonctions de l’exécutif. Devenant tenants et acteurs d’une cause noble, les deux présidents de la République précités bénéficient par conséquent (ou cherchent à bénéficier) d’un crédit supplémentaire, sans que soit pour autant certifiée l’efficacité politique de leur intervention. Pourtant, ainsi que l’explique Pierre Bourdieu, « l’efficacité du discours performatif qui prétend faire advenir ce qu’il énonce dans l’acte même de l’énoncer est proportionnelle à l’autorité de celui qui l’énonce » (1982 : 140-141). Il y a donc bien une prétention au fondement de l’intervention de Chirac et Sarkozy sur les maladies, tenant au rôle présidentiel et à ses attributs : faire évoluer le traitement de ces pathologies, a minima par l’image et le modèle d’un combat à mener. Il y a là une injonction qu’il convient de mettre en question.

Conclusion

33La construction des chantiers présidentiels sur le cancer et la maladie d’Alzheimer induisent des discours politiques qui tendent à légitimer la place du président et par conséquent l’ordre politique en nouant, comme l’explique Christian Le Bart, « les fils d’une intrigue à quatre temps : 1/ la réalité sociale est transparente ; 2/ l’autorité politique est légitime ; 3/ elle maîtrise les phénomènes sociaux ; 4/ l’addition des citoyens forme une communauté » (1998 : 70-71). En d’autres termes et appliqué à notre sujet d’étude, le chef de l’État comprend les tenants et les aboutissants de la pathologie dont il parle, il peut légitimement, en raison de son élection, intervenir sur cette question, son action sera déterminante sur la population dont il a la charge, qui est une communauté devant être soudée et mobilisée à cette occasion. Ce discours performatif incarne l’injonction à communiquer du chef de l’État, injonction reposant sur la croyance d’une efficacité de l’action politique, comme l’explique encore Le Bart : « Patrons obligés du discours politique, ces quatre propositions révèlent en creux l’indicible, et probablement l’impensable politique : je ne comprends rien ; je n’ai aucun droit à gouverner ; je ne peux rien faire pour vous ; vous n’êtes qu’une addition d’individus différents » (1998 : 71). Concernant la communication politique sur le cancer et la maladie d’Alzheimer, il s’agit bien pour le président d’expliquer en quoi l’action politique est ou sera déterminante. Inversant la proposition, nous pouvons faire l’hypothèse que la dimension biopolitique du pouvoir invite le chef de l’État à prendre position sur une question de santé, ce dernier choisissant un chantier sur lequel la recherche a suffisamment progressé afin de ne pas obérer des chances de réussite, afin surtout de ne pas risquer l’« impensable politique » : « Je ne peux rien faire sur cette maladie, aucun choix politique n’y pourrait rien puisqu’il s’agit d’un ensemble de cas particuliers. »

34Resitué dans une analyse de l’évolution de la dimension biopolitique du pouvoir, le passage d’une publicisation — inachevée — à une politisation du cancer et de la maladie d’Alzheimer a été le sujet central de cette étude. Au terme de ces développements, il apparaît que la politisation de ces maladies repose sur une double logique :

  • une présidentialisation accrue du régime caractérisée par une cristallisation autour de la figure du chef de l’État : stratégies énonciatives du président le plaçant primus inter pares parmi ses concitoyens, paradoxe du chef de l’État qui se doit de gouverner l’ensemble des Français alors que son mandat devenu quinquennat fait désormais davantage de lui un chef de gouvernement (donc partisan), question du capital politique personnel de chaque président ;

  • une institutionnalisation et un cadrage par l’exécutif des actions sur ces « maladies de masse », relevant en quelque sorte d’une OPA dans le champ social de la santé : les mesures des plans cancer et Alzheimer, si elles s’inscrivent dans la continuité de plans précédents, consistent précisément en un recadrage exécutif et surtout présidentiel qui tend à donner plus de poids au jeu de la norme (par la communication du président) et plus de moyens à l’appareil juridico-technique (institutions tel l’INCa, financements accrus).

35Ainsi, il convient de remarquer que l’intervention présidentielle n’est pas de mise pour l’ensemble des maladies, elle n’est la règle que pour certaines d’entre elles, présentant un caractère consensuel (chacun peut être touché). Par leur caractère socialement diffus, touchant l’ensemble des populations, ces « maladies de masse » présentent un caractère légitimant évident. En voulant défendre les individus de leurs atteintes, le chef de l’État et son gouvernement cherchent à accéder à un principe de légitimité important pour l’action publique, la « bio-légitimité ». Faisant référence à cette notion développée par Fassin, Dominique Memmi (2003) mobilise pour sa part la notion de « bio-réflexivité », à savoir la conscience pour les individus d’être un corps individualisé, doublée du souci d’en assurer la préservation : cette bio-réflexivité, comme le jeu de la norme sur lequel elle repose, a besoin pour s’exercer « de mécanismes continus, régulateurs et correctifs », comme nous l’avons souligné dans notre analyse des nouveaux chantiers présidentiels en ce domaine.

Haut de page

Bibliographie

ACHIN, Catherine et Elsa DORLIN (2008), « Nicolas Sarkozy ou la masculinité mascarade du Président », Raisons politiques, 31, p. 19-45.

BARBOT, Janine (2002), Les malades en mouvement. La médecine et la science à l’épreuve du sida, Paris, Éditions Balland.

BERLIVET, Luc (2004), « Une biopolitique de l’éducation pour la santé. La fabrique des campagnes de prévention » dans Didier FASSIN et Dominique MEMMI (dir.), Le gouvernement des corps, Paris, EHESS, Coll. « Cas de figure », p. 37-75.

BAUMGARTNER, Franck et Bryan JONES (2002), Policy Dynamics, Chicago, University of Chicago Press.

BOURDIEU, Pierre (1981), « La représentation politique. Éléments pour une théorie du champ politique », Actes de la recherche en sciences sociales, 36-37, p. 3-24.

BOURDIEU, Pierre (1982), Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard.

BRAUD, Philippe (1996), L’émotion en politique, Paris, Presses de Sciences Po.

COLLOVALD, Annie (1990), « Jacques Chirac : un leader sans ressources », Revue française de science politique, 40(6), p. 880-901.

DODIER, Nicolas (2003), Leçons politiques de l’épidémie de sida, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

ELIAS, Norbert (1991), La société des individus, Paris, Pocket, Coll. « Agora »

FASSIN, Didier (1996), L’espace public de la santé. Essai de généalogie, Paris, Presses universitaires de France.

FOUCAULT, Michel (1976), Histoire de la sexualité, t. I : La volonté de savoir, Paris, Gallimard, Coll. « Tel ».

FOUCAULT, Michel (2004), Naissance de la biopolitique, cours au Collège de France, 1978-1979, Paris, Seuil, Coll. « Hautes Études ».

GINGRAS, Anne-Marie (dir.) (2007), « La construction de la légitimité dans l’espace public », Politique et sociétés, 27(2), p. 3-9.

HENRY, Emmanuel et Claude GILBERT (dir.) (2009), Comment se construisent les problèmes de santé publique ?, Paris, La Découverte/PACTE, Coll. « Territoires du politique ».

JUHEM, Philippe (2001), « La légitimation de la cause humanitaire : un discours sans adversaires », Mots, 65, p. 9-27.

LAFON, Benoit et Hélène ROMEYE (2003), « Le cancer à la télévision : enjeux médiatiques et politiques d’une cause légitimante », Politique et sociétés, 27(2), p. 73-104.

LE BART, Christian (2001), Le discours politique, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Que sais-je ? ».

MEMMI, Dominique (2003), Faire vivre et laisser mourir. Le gouvernement contemporain de la naissance et de la mort, Paris, La Découverte.

MULLER, Pierre (2008), Les politiques publiques, Paris, Presses universitaires de France.

OLLIVIER-YANIV, Caroline (2009), « La communication gouvernementale en matière de sécurité : gouvernement de soi et gouvernement du social » dans Caroline OLLIVIER-YANIV et Michael RINN (dir.), Communication de l’État et gouvernement du social. Pour une société parfaite ?, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, p. 87-102.

PAILLIART, Isabelle et Benoit LAFON (dir.), « Malades et maladies dans l’espace public », Questions de communication, 11, p. 7-16.

PAILLIART, Isabelle et Géraldine STRAPPAZZON (2007), « Les paradoxes de la prévention des cancers : publicisation et privatisation », Questions de communication, 11, p. 17-31.

PINELL, Patrice (1992), Naissance d’un fléau. Histoire de la lutte contre le cancer en France (1890-1940), Paris, Métaillié.

ROMEYER, Hélène (2007), « La santé à la télévision : émergence d’une question sociale, Questions de communication, 11, p. 51-70.

ROMEYER, Hélène (2008), « Tics et santé : entre information médicale et information de santé », tic&société, 2(1) [En ligne]. http://ticetsociete.revues.org/365

ROSANVALLON, Pierre (1990), L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Seuil, Coll. « Points ».

VIGARELLO, Georges (1999), Histoire des pratiques de santé. Le sain et le malsain depuis le Moyen Âge, Paris, Seuil, Coll. « Points ».

Haut de page

Notes

1  Notre analyse s’appuie sur trois types de données : discours politiques : le discours de Chirac du 24 mars 2003 à l’Élysée et celui de Sarkozy du 1er février 2008 à Sofia-Antipolis ; le plan cancer 2003-2007 et le plan Alzheimer 2008-2012, disponibles sur le site de l’INCa (www.e-cancer.com) et www.plan-alzheimer.gouv.fr. Articles de presse écrite : corpus constitué d’articles de presse traitant de la maladie d’Alzheimer et du cancer dans Le Figaro, Libération et Le Nouvel Observateur, entre 1998 et 2008. Journaux télévisés : sept téléjournaux de 20 heures de France 2 évoquant les plans cancer et Alzheimer, diffusés entre 2002 et 2008.

2  Foucault fait allusion ici au prélèvement des richesses, des produits, des biens, des services, du travail et du sang. Si ces « prélèvements » s’exercent encore aujourd’hui, Foucault insiste sur le fait qu’ils ne « représentent plus la forme majeure du mécanisme du pouvoir ».

3  Pailliart et Strappazzon relèvent ainsi que la lutte contre le cancer, depuis l’entre-deux-guerres, a été portée essentiellement par des acteurs associatifs (dont la Ligue du cancer), avant que ceux-ci soient rejoints par les collectivités territoriales dans les années 1970 et soutenus par quatre plans nationaux successifs depuis les années 1990 (2007 : 19 sqq. Voir également la chronologie en annexe 2, p. 29).

4  La chronologie a été construite sur la base de deux enquêtes. Pour la période 1995-2006 pour le cancer : interrogations sur la base de données Europresse, répertoriant les articles de titres de presse générale sur la période 1980-2007 (AFP infos françaises, Courrier International, L’Humanité, La Croix, Le Figaro, Le Monde, Le Temps, Les Échos et Libération : interrogation des introductions [deux premiers paragraphes] des articles, en associant le terme cancer respectivement aux termes ministre, président et discours). L’interrogation s’est bornée à déterminer les interventions médiatiques des acteurs du pouvoir exécutif sur la question du cancer (pour en saisir les occurrences significatives, Lafon et Romeyer, 2007). Pour la période 2007-2008 pour le cancer et l’ensemble de la maladie d’Alzheimer, corpus constitué d’articles de presse citant les propos des acteurs de l’exécutif sur ces questions (base de données Factiva : Le Figaro, Libération et Le Nouvel Observateur).

5  Discours de M. Le Président de la République ; Conférence européenne sur la lutte contre la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées. Bibliothèque nationale de France – Vendredi 31 octobre 2008. Disponible sur le site www.plan-alzheimer.gouv.fr.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Principaux registres mobilisés par les présidents de la République sur le cancer et la maladie d’Alzheimer
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2863/img-1.png
Fichier image/png, 169k
Titre Tableau 2. Interventions médiatiques des acteurs de l’exécutif sur les questions du cancer et de la maladie d’Alzheimer au cours des mois de 1995 à 2008
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2863/img-2.png
Fichier image/png, 92k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoit Lafon et Jean-Philippe de Oliveira, « Le cancer et la maladie d’Alzheimer, des chantiers présidentiels », Communication [En ligne], Vol. 30/1 | 2012, mis en ligne le 29 novembre 2012, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/2863 ; DOI : 10.4000/communication.2863

Haut de page

Auteurs

Benoit Lafon

Benoit Lafon est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, chercheur au Groupe de recherche sur les enjeux de la communication (GRESEC, EA n° 608), à l’Université Grenoble 3. Courriel : benoit.lafon@u-grenoble3.fr

Jean-Philippe de Oliveira

Jean-Philippe de Oliveira est ATER, doctorant en sciences de l’information et de la communication, au Groupe de recherche sur les enjeux de la communication (GRESEC, EA n° 608), à l’Université Grenoble 3. Courriel : jean-philippe.de-oliveira@u-grenoble3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org