Navigation – Plan du site
Articles

Les questions de santé dans les magazines pour adolescents

Particularités du discours et modalités d’expression
François Bissege

Résumés

Cet article examine comment quatre magazines francophones qui s’adressent aux publics « jeunes » français traitent des questions de santé. À partir de l’analyse du contenu rédactionnel et des entretiens avec les principaux responsables, cet article examine les particularités de leur discours sur la prévention. Ce que l’on désigne par questions de santé dans ces magazines renvoie de façon plus large aux préoccupations adolescentes. L’analyse montre aussi comment l’incorporation de la parole des adolescents dans le discours de presse se révèle une modalité d’argumentation liée au traitement des questions de santé des ados.

Haut de page

Texte intégral

1La question de la santé des jeunes préoccupe et retient de plus en plus l’attention des pouvoirs publics à tous les échelons (Loncle et Amsellem-Mainguy, 2010 ; Gilbert et Henry, 2009). De plus en plus, les dispositifs voués aux jeunes (points d’accueil et d’écoute pour les jeunes, maisons des adolescents, établissements scolaires, centres d’information jeunesse, missions locales, foyers de jeunes travailleurs, équipes mobiles de psychiatrie, permanences d’accueil et de soins à l’hôpital, animation territoriale en santé, ateliers santé ville, centres d’accueil bas seuil) intègrent dans leurs champs d’action la préoccupation relative à la santé.

  • 1  Ce plan santé des jeunes vise à lutter efficacement contre les conduites à risque, à mieux répondr (...)

2Le lancement du plan Santé des jeunes1 à la fin février 2008 par le ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports et la tenue d’une conférence biennale sur la santé des jeunes à la fin octobre 2009 attestent cette prise en charge de la question de la santé des jeunes qui, pourtant, n’est pas corrélée avec une aggravation de leur état de santé (Baromètre santé, 2000 ; Brocas et Olier, 2009).

3Loncle et Amsellem-Mainguy (2010) suggèrent trois raisons qui expliqueraient cet intérêt des pouvoirs publics pour la santé des jeunes. La première est que les jeunes, même s’ils sont globalement en bonne santé, subissent de plein fouet la crise économique et ses conséquences : le travail précaire, le chômage, le logement insalubre. La deuxième raison, c’est que la France, à l’image de l’ensemble des pays européens, fait face à un double mouvement : celui de l’individualisation des prises en charge et celui de la « sanitarisation » des questions sociales (Fassin, 2004). La troisième raison, c’est que les questions de santé des jeunes semblent de plus en plus légitimées par les décideurs publics, dans la mesure où les « jeunes » s’imposent comme un public dont il faut s’occuper au nom de l’avenir de la société.

4Cette question préoccupe également les médecins et les psychologues. Marc Loriol (2004) regroupe ces préoccupations en trois catégories. La première concerne les conséquences des comportements précoces malsains sur la vie de jeunes : « À l’adolescence, tout acte de santé est préventif » (Deschamps, 1997, cité dans Loriol, 2004 : 105). La deuxième est liée à la fragilité (réelle ou supposée) des jeunes. Selon Loriol, celle-ci se manifesterait par une forte sensibilité aux influences de leur environnement social (publicité et groupe des pairs, par exemple) du fait des transformations biologiques et psychologiques ainsi que de l’ouverture à la sexualité. L’adolescence et, dans une moindre mesure, la jeunesse sont souvent définies comme des catégories pathologiques par une institution médicale perçue par les jeunes comme trop paternaliste et moralisatrice. La dernière catégorie renvoie à la dimension symbolique de la question de la santé des jeunes. Bien qu’étant peu nombreux, leurs problèmes de santé demeurent spectaculaires et de nature à susciter l’émotion, voire la compassion. Cet aspect spectaculaire et préoccupant est, selon Loriol, renforcé par le fait que la jeunesse est vue comme le groupe porteur des valeurs de demain et donc comme un groupe à socialiser, à encadrer, voire à surveiller.

Les raisons d’une entrée par les magazines

5J’ai choisi de m’intéresser à cette question par l’intermédiaire des magazines, plus précisément des magazines pour adolescents. D’abord parce que la santé des jeunes est peu analysée dans sa dimension médiatique, du moins dans la littérature en langue française. En France par exemple, la seule étude que nous ayons trouvée sur ce sujet est la thèse de médecine de Suzanne Bies Deruelle (1980), qui a analysé 13 magazines pour adolescents parus en 1979.

  • 2  Dans notre corpus, Muteen et Phosphore ont changé de formule, tandis que Girls a arrêté sa version (...)

6Si les questions de santé des jeunes sont peu analysées dans leur dimension médiatique, la presse magazine pour adolescents l’est encore moins. Pourtant, cette presse connaît une très large diffusion malgré des débuts difficiles (Fourment, 1987). Charon (2002) a analysé à la fois son histoire, son cadre juridique, ses segmentations, ses publics, son industrie, ses métiers, ses principaux intervenants et son impératif créatif2. Caroline Caron (2003) a examiné ce que lisent les jeunes filles au Québec et montre que près des deux tiers des articles publiés dans la presse féminine insistent sur l’importance de la beauté, de la mode, des relations avec les garçons, de l’hétérosexualité et des vedettes masculines. Florence Rio (2008) s’est intéressée aux conditions matérielles et thématiques des magazines pour jeunes femmes afin de comprendre leur succès auprès des jeunes lectrices.

7La presse des jeunes sert parfois de prétexte à d’autres problématiques : la « construction » de la différence des sexes (Cromer et al., 2008), l’éloge de la compétition pour trouver sa place dans le monde dans les « revues pour les bons élèves » (La Défenseure des enfants, 2009), comment on devient « une vraie femme » grâce au courrier des jeunes lectrices (La Défenseure des enfants, 2009), la ségrégation des publics et la marchandisation des inquiétudes parentales (Bruno, 2005), à quoi sert la lecture d’un magazine destiné à la jeunesse (Grandaty, 2011).

8Par ailleurs, plusieurs études ont montré que la posture discursive des magazines pour adolescents sur les questions de santé a évolué (Romeyer, 2010), passant de la simple retranscription des avancées de la recherche médicale dans les médias à la remise en cause des expertises traditionnelles, pour laisser la parole aux malades (Pailliart et Lafon, 2007, cités dans Romeyer, 2010). Cette socialisation du discours médiatique sur la santé (Walter, 1998 ; Barbot, 2002 ; Pailliart et Lafon, 2007) a été favorisée par le recours au témoignage, ce qui n’a pas empêché les médias de conserver leur rôle de relais des politiques publiques sur les aspects de prévention (Romeyer, 2010), de façonnement des normes en matière de santé (Renaud et al., 2007), ou d’être un acteur à part entière dans la naissance et le renforcement des normes de santé (Renaud et al., 2010).

9Si la presse pour adolescents a toujours laissé ses lecteurs s’exprimer et poser leurs questions (Charon, 2002) et si cette presse est globalement d’accord sur l’importance de la santé publique, elle n’adopte pas la même posture discursive que les campagnes de communication publique de santé, qui sont un outil à part entière de l’État (Ollivier-Yaniv, 2008). Cet article montre que les magazines francophones destinés à la jeunesse française abordent des sujets de santé qui ont une résonnance avec l’action publique de prévention, mais qu’ils ont mis en place des dispositifs qui peuvent être qualifiés de co-constructifs, dans la mesure où ils s’appuient en partie sur la parole des lecteurs et lectrices.

L’incorporation de la parole des adolescents par les magazines pour jeunes

10Le traitement des questions de santé dans les magazines pour adolescents a été le sujet de plusieurs études en langue anglaise. McRobbie (1991) a analysé les questions de santé dans cinq magazines britanniques pour adolescentes et a mis en évidence l’attrait du problem page (la page « aux problèmes »). Il fait remarquer que cette page est très lue non seulement parce qu’elle aborde en toute confidentialité les problèmes et préoccupations des adolescentes, mais aussi parce qu’elle offre des conseils et suggère aux lectrices les définitions les « plus fortes » (strongest définitions) de leur féminité. Currie (1999 et 2001) a étudié les magazines pour adolescents sous l’angle du teenage fashion culture (la culture de la mode adolescente). Son étude souligne que les filles se retrouvent dans la rubrique « Questions/réponses » : 75 % des 13-14 ans et 90 % des 15-16 ans lisent cette rubrique à la recherche de conseils.

  • 3  L’étude de Chow reposait sur un travail de terrain s’appuyant sur une analyse du discours des grou (...)

11Même si les lectrices considèrent le contenu de cette rubrique comme de l’information utile, Currie (1999) fait remarquer que l’attractivité de la rubrique tient surtout au fait qu’elle réussit à « cadrer » les problèmes auxquels font face les lectrices. L’information contenue dans cette rubrique est utile non seulement parce qu’elle permet de résoudre des problèmes individuels, mais aussi parce qu’elle a une fonction normative, au sens où elle permet d’éclairer les types de problèmes que vivent les lectrices. Cette fonction normative, rattachée aux health secrets (secrets pour une meilleure santé), a également été soulignée par Chow (1999) dans son analyse3.

12Grâce aux entretiens réalisés avec des jeunes filles, Currie (1999 et 2001) note qu’elles acceptent comme véridiques les conseils qu’offrent les magazines et que de ces conseils se dégage une « normalité » sur laquelle ajuster leurs comportements. Elle ajoute que souvent, la presse pour adolescents oriente les jeunes lectrices vers des professionnels de la santé masculins qui se réfèrent à des patriarchal definitions of womanhood (conception patriarcale de la féminité). Cependant, Currie n’explique pas si ou comment cette « normalité » amène les filles à soumettre leur corps à l’autorité médicale (Mc Cabe, 2005).

13De son côté, Oinas (1998) a analysé les lettres des lectrices et les réponses des médecins au sujet de la menstruation publiées en 1991 dans les magazines finlandais de santé, les magazines pour adolescents et les magazines féminins. Son étude montre que les questions posées par les jeunes femmes sont rarement de nature médicale et expriment plutôt des préoccupations relatives à la normalité. Dans leurs réponses, les médecins se montrent rassurants en affirmant que la profession médicale peut et pourra régler tous leurs problèmes et préoccupations.

14Ces résultats ont amené Mc Cabe (2005) à s’intéresser aux rubriques qui traitent des conseils de santé dans quatre magazines destinés à la jeunesse américaine (deux magazines grand public et deux magazines alternatifs). Son étude montre que les conseils et chroniques de santé sont médicalisés : le langage est celui de la médecine et les préoccupations des lectrices sont « cadrées » comme autant de « problèmes médicaux particuliers ». Plus prononcée dans les magazines grand public que dans les alternatifs, cette médicalisation des conseils et des chroniques montre que ces magazines analysent rarement, voire méconnaissent les conditions sociales à l’origine des préoccupations des adolescentes.

15Trois constats émergent de ces études. Le premier renvoie au terrain d’observation : toutes ces recherches portent sur des revues destinées aux adolescentes et aucune ne porte sur des magazines s’adressant à un lectorat mixte. Or, l’on sait très bien que certains messages sur la santé sont différenciés selon le sexe, notamment en ce qui concerne la sexualité. Le deuxième concerne les dispositifs de convocation de la parole des adolescents. Toutes les études citées mettent en évidence la convocation de la parole des adolescents par les magazines pour adolescents. Cependant, elles nous en apprennent très peu sur les dispositifs d’incorporation de cette parole relativement aux questions de santé. Le dernier constat est d’ordre méthodologique. Les recherches mentionnées ci-dessus examinent les questions de santé dans les magazines pour adolescents en combinant l’analyse du contenu rédactionnel à celle des entretiens avec les lectrices. Aucune n’étudie cette question en se plaçant du côté des producteurs et des responsables des magazines.

16À partir d’une analyse du discours de quatre magazines francophones destinés à la jeunesse française (deux magazines mixtes, Le Monde des ados et Phosphore, et deux féminins, Girls et Muteen) et d’une analyse de nos entretiens avec leurs principaux responsables, cet article examine la manière dont ces magazines traitent des questions de santé, tout spécialement les particularités et les formes du discours préventif et les manières dont ces discours sont présentés. Il s’agit plus précisément d’examiner la façon dont la parole des adolescents lecteurs est incorporée dans ces discours, de savoir si ce dispositif discursif co-constructif favorise la transmission d’un discours public préventif et de voir en quoi on peut affirmer cela.

La co-construction des significations comme repère théorique

17Notre travail a pour repère théorique l’implication de certains publics dans l’élaboration du sens. Cette question a été travaillée par les philosophes du langage contemporains qui, pour rompre avec les conceptions intentionnaliste et monologique du sens en communication linguistique, ont suggéré de restaurer les droits de la dimension interlocutive en philosophie du langage (Jacques, 1985) et de prendre en compte la place et le rôle du destinataire du message dans la production du sens. Dans cette perspective dialogique du sens et non réductrice de la communication, « parler n’est plus simplement dire quelque chose à quelqu’un : c’est, bien plus fondamentalement, dire, à propos de quelque chose, quelque chose avec quelqu’un » (Grillo, 1997 : 63).

18Cette question a aussi été le sujet de recherches en théories littéraires. Ces théoriciens, en substituant à l’analyse des histoires des auteurs et des œuvres celle du lecteur et de ses lectures, ont voulu rompre avec l’emprise de l’auteur sur le texte et sur la reconstitution de son intention lors de la lecture. Pour Jean-Paul Sartre (1948), le lecteur est coauteur de l’œuvre littéraire, car c’est l’effort conjugué de l’auteur et du lecteur qui fait surgir l’œuvre littéraire comme objet concret et imaginaire de l’esprit. Pour Umberto Eco (1985), le sens d’une œuvre naît de la coopération interprétative qui s’établit non seulement entre l’auteur et le lecteur, mais aussi entre les lecteurs qui peuvent négocier le sens à partir du texte. Hans Robert Jauss (1975/2007) suggère d’inscrire l’œuvre non seulement dans une époque de production, mais aussi dans un contexte de réception et il envisage l’œuvre comme le fruit de la rencontre entre l’artiste et « l’horizon d’attente sociale : la disposition d’esprit ou le code esthétique des lecteurs, qui conditionne la réception » (2007 : 284).

19Les sociologues aussi se sont intéressés à cette question. Dans son analyse des « Mondes de l’art », Howard Becker (1988) conçoit la production des œuvres comme étant partagée par divers acteurs et fait de cette coopération un élément de construction de leur réception. Dans son travail sur les pratiques des amateurs de la musique, Antoine Hennion (2000 et 2004) a observé ce partage de la consommation des œuvres et fait de cette construction du goût une donnée de leur production.

20Cette absence en miroir (le récepteur chez Becker et le producteur chez Hennion), Ruellan (2009a et 2009b) tente de la combler en mobilisant la notion d’interstice dans son observation du journalisme. Il veut rendre compte d’un double mouvement de singularisation des usages médiatiques né du développement d’Internet avec son cortège de formes nouvelles d’informer que sont les blogues, les sites collectifs et participatifs, les forums, les réseaux sociaux, les médias en ligne : d’une part, la singularisation de la réception (réalisée par des moyens plus nomades et affranchis du temps, des contenus plus spécialisés, des voies d’accès plus fragmentées et personnalisées) et, d’autre part, la singularisation de la production (grâce aux moyens simplifiés, aux dispositifs variés, plus autonomes, souvent gratuits et plus accessibles que les moyens traditionnels de fabrication et de diffusion de l’information). Il avance l’hypothèse d’un troisième virage qui permet aux individus, entre réception et production d’information, de se forger un univers singulier de sens, de connaissance et de relation, qui profite et échappe aux productions de masse : « Dans certaines situations médiatiques d’information, de journalisme, producteurs et récepteurs partagent un espace commun, un lieu où les rôles cessent provisoirement d’être aussi définis, où chacun est partiellement l’autre, cette incertitude étant la condition du partage, du faire avec ou ensemble, d’un parlé autre par les autres » (Ruellan, 2009b : 5).

21Il y a derrière toutes ces approches et théories un enjeu épistémologique, celui d’une réelle prise en compte de la place et du double rôle du destinateur-destinataire du message dans la co-construction des significations. J’entends par co-construction des formes d’« être ensemble », de situation de relation et d’interaction, dont la propriété commune ne s’inscrit qu’en creux. L’idée de co-construction ainsi définie ne se réduit donc pas à l’autonomie de la réception, mais s’étend au partage des pratiques de production.

22L’idée de co-construction sera employée ici telle qu’elle est comprise par la nouvelle rhétorique, à savoir comme la construction de l’auditoire à partir des énoncés de l’auteur (Amossy, 2008 et 2010). Cette démarche méthodologique nous permettra, d’une part, de saisir en quoi les questions de santé sont véritablement un enjeu pour une presse qui n’a pas pour vocation première de faire de la prévention, mais de capter des publics adolescents sur la base de cette prévention et, d’autre part, de montrer comment la parole des adolescents est une modalité d’argumentation attachée au traitement des questions de santé dans les magazines francophones destinés à la jeunesse française.

La presse francophone destinée à la jeunesse française

  • 4  De son côté, le Syndicat de la presse des jeunes (SPJ) estime que celle-ci représente aujourd’hui (...)
  • 5  En France, la presse spécialisée grand public (segment auquel appartient la presse des jeunes) com (...)

23Une première définition de la presse des jeunes serait tout titre s’adressant exclusivement à un public de 6 mois à 18 ans. Cette presse se présente en France comme un éventail de publications modernes et innovantes, créatives et très diversifiées, ce qui en fait un cas unique en Europe et dans le monde (Charon, 2002 ; Cromer et al., 2008). La presse destinée à la jeunesse française compte environ 210 titres, soit 10,71 % de la presse spécialisée grand public : 123 titres sont destinés aux enfants, 49 aux adolescents, 11 aux lycéens ou étudiants et 27 pour les jeux et l’éveil (Direction générale des médias et des industries culturelles, 2011). Cette presse compte 3 quotidiens, 4 hebdomadaires, 85 mensuels, 114 trimestriels et 4 inclassables4. Par ailleurs, avec un tirage annuel de 153 942 exemplaires et une diffusion de 116 683 (soit 24,2 % d’invendus), la presse des jeunes représente 6,9 % du chiffre d’affaires total de la presse spécialisée grand public5 (Direction générale des médias et des industries culturelles, 2011). Selon la Direction générale des médias et des industries culturelles, la répartition du tirage total se détaille ainsi : vente au numéro (16,8 %), vente par abonnement (46 %), service gratuit (13 %) et invendus (24,2 %).

  • 6  Selon Charon, l’enjeu de socialisation de la presse des jeunes est l’inscription du jeune lecteur (...)

24Près de 90 % des enfants et des adolescents lisent aujourd’hui la presse des jeunes (Cromer et al., 2008). L’un des objectifs de cette presse est d’associer progressivement la distraction et le jeu aux projets pédagogique et moral de socialisation — ces « individualités en construction » (Charon, 2002 : 5)6 — et d’apprentissage (Cromer et al., 2008). Depuis quelques années, l’âge moyen du lectorat s’est abaissé de six mois chez certains éditeurs (Fleurus), et il existe désormais une presse pour les filles de plus en plus jeunes (Destal, 2004). La presse des jeunes démultiplie aussi ses thématiques : à côté des publications généralistes, des magazines sont consacrés à l’apprentissage de la lecture, aux animaux, aux langues, aux sciences, à l’actualité, etc.

Les magazines pour adolescents : caractéristiques générales et choix du corpus

25Charon (2002) distingue trois grandes catégories éditoriales de la presse des jeunes : éducative, distractive et « ado ». Pour examiner le traitement des questions de santé dans la presse francophone destinée à la jeunesse française et pour aborder la problématique de l’incorporation de la parole des adolescents dans l’élaboration du sens, nous excluons de notre analyse les deux premières catégories.

26La presse pour adolescents serait née de la vague yéyé des années 1960 et de la mythique émission Salut les copains. Elle participerait selon Charon aux phénomènes de socialisation qui ont marqué les communautés de goûts, d’aspirations et d’identification à des vedettes de la chanson. En France, la presse pour adolescents représente 27,1 % de la presse des jeunes. Son chiffre d’affaires atteint 19,7 %, et elle compte 49 titres : 1 quotidien, 2 hebdomadaires, 15 mensuels, 30 trimestriels et 1 inclassable (Direction générale des médias et des industries culturelles, 2011). Dans le cadre de notre étude, nous regroupons à la fois la presse des enfants (Le Monde des ados), celle des lycéens ou des étudiants (Phosphore) et celle des adolescentes (Girls et Muteen).

  • 7  Ce travail exploratoire a été réalisé dans le cadre de mon mémoire de master 2 à l’Institut d’étud (...)

27Ce corpus de journaux a été constitué par l’interrogation d’anciens lecteurs et lectrices et leurs proches7. Nous avons ensuite fait une recherche sur Internet en entrant le mot-clé « magazine pour jeunes » dans le moteur de recherche Google. Enfin, nous avons dressé un premier inventaire en visitant des kiosques à journaux.

28Nous avons affiné notre liste de titres de magazines en appliquant un ensemble de critères dont, principalement, ceux d’accessibilité physique, de longévité (production continue depuis sa création) et de maison d’édition reconnue. Ont ainsi été retirés de notre liste les magazines institutionnels, les magazines publiés par des lycéens ou des étudiants, les magazines spécialisés dans l’apprentissage scolaire.

29En croisant les données statistiques de l’enquête Audience et études de la presse magazine (Audipresse, 2010) et celles de l’Office de justification de la diffusion (2010-2011) avec nos entretiens, nous avons arrêté notre choix sur quatre titres : Phosphore, Girls, Muteen, Le Monde des ados.

Tableau 1. Récapitulatif des magazines sélectionnés

Tableau 1. Récapitulatif des magazines sélectionnés

Girls et Muteen ou la presse des adolescentes

30Combinant le sérieux et le divertissement, la presse adolescente vise à créer une communauté de lectrices (rien de semblable n’existe chez les garçons) et à rassembler les jeunes filles (dès 10-12 ans) autour de préoccupations communes, en leur proposant des réponses aux questionnements existentiels de l’adolescence : les relations amoureuse et sexuelle, l’apparence corporelle, l’affirmation de soi, l’appartenance à un groupe de pairs, la recherche d’identité, etc. Cette épreuve identitaire (Dubet, 2010) correspond à un âge où la jeune fille a envie d’affirmer qu’elle a grandi et qu’elle accède désormais à des comportements sociaux, économiques, amoureux proches de ceux qu’elle imagine être les comportements des adultes (La Défenseure des enfants, 2009). Si l’avis des pairs est recherché, c’est généralement les industries culturelles qui fournissent les codes de comportements et d’attitudes à adopter (Dubet, 2010). Dans un marché de l’adolescence (Galland, 2009), chaque revue achetée est lue par plusieurs, grâce à la circulation de main en main. Les textes sont brefs et travaillés par des relances. Le ton est au tutoiement. Le vocabulaire est facile d’accès afin que la lectrice moyenne ne soit pas tributaire de son niveau scolaire. La presse adolescente a aussi cette particularité de pratiquer des prix faibles.

31Édités respectivement par les éditions Bauer et Jalou, Girls et Muteen sont représentatifs de cette presse adolescente. Cette identité de « presse féminine » est soulignée par les titres qui, c’est connu, représentent un enjeu symbolique important en création éditoriale (Ringoot, 2004). Girls est la traduction en langue anglaise du mot français filles, tandis que Muteen résulte de la fusion de mutin et teen de teenager, et désigne les filles réputées pour être intelligentes et à contre-courant. Selon son rédacteur en chef, Muteen évoque la notion de mutinerie et renvoie à « une jeunesse qui bouge ».

32Né de la refonte en 1997 du magazine allemand Bravo Girls (créé en 1993), Girls cesse de publier sa version papier début 2011, pour ne conserver que sa version Web Girls.fr. Cette fin de publication est redevable à la baisse des ventes, qui sont passées de près de 232 125 exemplaires (Office de justification de la diffusion, 2009) à environ 80 000 (entretien avec la responsable du site girls.fr, avril 2011). La version papier de Girls regroupait six « cahiers » ou thématiques (Fais-toi une beauté, Crée ton look, C’est tout toi, La vie des people, Les sorties, Tes questions et nos réponses). Pour une diffusion de 143 415 exemplaires (Office de justification de la diffusion, 2009), Girls rejoignait 848 000 lectrices âgées de 18 à 24 ans, mais avec une forte concentration chez les 17 ans. Ce lectorat venait de tous les milieux sociaux et était présumé avoir déjà eu une relation sexuelle. Deux préoccupations majeures s’affichent dans Girls, soit l’apparence corporelle et le love :

Ce qui se passe quand tu as 17 ans aujourd’hui, une fille, on a deux problèmes majeurs, ce sont l’apparence (je me trouve grosse) et le love (je ne suis pas aimée, je n’ai pas de mec et je suis malheureuse, j’ai plein de mecs et je suis malheureuse parce que j’en ai trop, etc.). C’est tous les problèmes d’adolescents, on les a clairement identifiés. Mais ce qui est intéressant, c’est que chaque cas est particulier (entretien avec le rédacteur en chef, juin 2008).

33À l’inverse de Girls, le magazine de mode féminin Muteen dresse un portrait de lectrices « les plus branchées, les plus informées et les plus pointues de leur groupe », autrement dit, des jeunes filles « sophistiquées, parisianistes et élitistes, qui ont un langage branché et qui s’intéressent à la mode avec un regard plus pointu » (entretien avec le rédacteur en chef, juin 2008). Avec un tirage de 12 000 exemplaires pour un lectorat de 55 000 personnes (entretien avec le rédacteur en chef, juin 2008), Muteen cible les filles âgées de 16 à 20 ans, même si le journal compte parmi ses lectrices des filles de 13 ans.

34Quand Laurent Jalou, directeur du groupe Jalou, a créé en septembre 2001 son magazine Muteen, il visait le groupe des 14-20 ans, soit celui de ses deux filles. En tant que patron de presse et père, il s’était laissé convaincre par une journaliste de la presse alternative que les attentes d’un tel public n’étaient pas la mode, mais le désir de s’exprimer au moyen d’un lien direct avec des rédactrices. Le magazine place la lectrice en page couverture et lui réserve des espaces où elle peut s’exprimer et intervenir : des chroniques, des micros-trottoirs, des entretiens, des jeunes en casting sauvage, etc. Par la suite, le magazine s’est transformé en une revue de mode classique qui cible des adolescentes sophistiquées, et les mannequins ont remplacé le casting sauvage de jeunes filles en page couverture.

Le Monde des ados et Phosphore ou les revues « de bibliothèque » et « pour bons élèves »

35Contrairement à Girls et Muteen, Le Monde des ados (pour les collégiens) et Phosphore (pour les lycéens) inscrivent résolument leurs lecteurs et lectrices dans l’univers de l’éducation et de l’école, univers dans lequel le jeune prépare son avenir. Il s’agit d’accompagner celui-ci dans cette épreuve d’investissement obligatoire en vue d’occuper des places et des positions de son choix (Dubet, 2010). Se démarquant d’une presse commerciale de consommation et de masse (La Défenseure des enfants, 2009), il s’agit d’une presse dite éducative. Sous des apparences ludiques, elle vise à compléter et à ancrer des compétences acquises tant personnelles que sociales chez l’adolescent lecteur.

36Phosphore est un magazine généraliste et mixte qui tente de répondre aux questions des lycéens (15-19 ans), du décryptage rapide de l’actualité à la découverte d’un monde dans lequel ils devront se tailler une place. Au programme, Phosphore propose de grands reportages photo sur la diversité du monde et le dossier « Génération », qui aborde les sujets qui touchent directement les adolescents, ceux de la « génération Y » (Dagnaud, 2011), c’est-à-dire « qui naviguent sur les réseaux sociaux et qui ont besoin de comprendre ce que les uns et les autres expérimentent » (entretien avec la nouvelle rédactrice en chef de Phosphore, avril 2011).

37On y trouve également une section culturelle et une section plus intimiste réservée aux récits de vie, aux témoignages, aux récits à caractère plus psychologique, à la sexualité, à l’amour, à l’amitié et à la santé. Enfin, le magazine consacre une part importante de son contenu rédactionnel aux études : « ma vie au lycée », « les grandes étapes de mon année », du « coaching pour bien m’organiser pour réussir mon parcours », les « choix d’orientation » et la « projection vers l’avenir », « quel métier ? », « quels choix ». Pour renvoyer aux adolescents une image d’eux-mêmes qui soit à la fois réelle, sympathique et étonnante, tous les sujets sont traités avec des reportages photo réels et dans une gamme d’écritures qui va de la connivence à la gravité, en passant par des pointes d’humour.

38Édité par le groupe Bayard Presse, Phosphore annonce un tirage moyen de 71 201 exemplaires et une diffusion de 47 911 (Audipresse, 2010). Son lectorat, estimé à 608 800 (circulation de main à main), se recrute dans différents milieux, mais principalement dans les classes moyennes. Pour caricaturer, le lecteur « typé » de Phosphore est le fils ou la fille d’un professeur, c’est-à-dire « des classes moyennes qui croient à la vertu des études et au savoir » (entretien avec l’ancienne rédactrice en chef, août 2008). Créé en 1981, à une époque où 30 % d’adolescents fréquentaient le lycée et se rendaient jusqu’au bac, le magazine se voulait incisif pour encourager les jeunes à poursuivre le plus loin possible leurs études. D’où ce parallèle avec le phosphore, une matière chimique luminescente et qui dope la mémoire.

39Le Monde des ados se présente comme un news destiné aux 11-14 ans, l’équivalent de L’Express ou du Nouvel Observateur pour les adultes. Tiré à 52 297 exemplaires et ayant une diffusion de 42 225 (Office de justification de la diffusion, 2010-2011), ce magazine comprend trois grandes sections (Actualité-dossier, Culture et Psy). Il traite aussi bien de l’actualité internationale, nationale et culturelle que des préoccupations quotidiennes de son lectorat qui appartient aux milieux économiquement favorisés (cadres moyens, cadres supérieurs et enseignants). L’écart entre son tirage et sa circulation donne à penser que le magazine se vend plutôt par abonnement et circule peu de main à main.

  • 8  Avant, le magazine s’appelait Hebdo des juniors, une publication hebdomadaire.

40Édité par le groupe Fleurus Presse depuis 20038, le bimensuel Le Monde des ados se distingue par ses relations entre son lectorat et son contenu. Chaque semaine, le magazine reçoit, à même un échantillon de lecteurs volontaires, deux stagiaires en plus d’organiser des débats dans les collèges. Son contenu aborde l’actualité des adolescents, en prenant comme sources toutes les enquêtes publiées sur les adolescents : leurs comportements, la mode, la musique, etc.

41Son titre, Le Monde des ados, renvoie à « une espèce de tribu, voire de communauté », composée d’« ados ». Son ancien rédacteur en chef raconte que le magazine avait sondé ses lecteurs quant à un référent identitaire : jeunes, junior, préadolescents, enfants, adolescents, etc. Une majorité, même les jeunes de 11 ans, ont choisi de s’identifier au monde de l’adolescence, dans la mesure où « ça les projette vers le futur, et ils ont l’impression qu’on les prend plus au sérieux » (entretien, août 2008).

42Cette trop brève présentation dresse un portrait relativement juste du poids économique de notre corpus dans le marché français du magazine pour adolescents, du profil de ses producteurs et de ses lecteurs, des différences en matière de politique éditoriale et de public cible. Ces magazines vont-ils aborder différemment les questions de santé ? Vont-ils tenir des discours qui mettent différemment l’accent sur les thèmes et les sujets qui se rapportent à la santé ?

Le discours de prévention en santé

43Conscients qu’une réflexion sur la santé des jeunes doit dépasser celle sur le système des soins, Pommier et al. définissent ainsi la santé des jeunes : « C’est l’état de son corps mais c’est aussi la manière de vivre avec, de se l’approprier ; c’est aussi la vie en société, le rapport aux autres, à la famille, à la collectivité, autant d’éléments du bien-être » (2007 : 78). Cette définition rejoint celle de l’Organisation mondiale de la Santé (1986), selon laquelle la santé est un état de bien-être physique, mental et social, et celle de l’Expertise collective (2001), qui insiste sur les aspects psychosociaux. Cette « psycho-socio-épidémiologie » englobe non seulement les problèmes de santé des jeunes et leurs déterminants politiques, environnementaux, organisationnels, mais aussi les représentations, préoccupations, savoirs, attitudes, priorités et ressources en matière de santé.

44Nous inscrivant dans cette approche globale, nous adoptons la grille d’analyse de Ringoot, qui propose de croiser deux discours : le discours du journal (ce qui est construit dans le journal) et le discours sur le journal (ce que les journalistes, les responsables de publications, voire les lecteurs, disent de leur journal). Concrètement, nous nous attardons à analyser le rubricage : 

Posé comme évident eu égard à la fonction de miroir social attribué à la presse et aux habitudes de lecture qui le rendent transparent, le classement des informations sous les entrées génériques de rubriques relève bel et bien d’une construction de sens : le rubricage construit l’espace public propre au journal. Il instaure des paradigmes informationnels fixes ou ponctuels (Ringoot, 2004 : 104).

45Nous avons donc procédé à une analyse par niveaux. Le premier a servi à repérer, dans chaque rubrique de chaque magazine, tous les sujets en prenant soin d’isoler ceux qui donnent la parole aux adolescents. Le deuxième débusque les sujets dans les courriers des lecteurs. Le troisième regroupe les intentions que les adolescents expriment dans leurs courriers. Le dernier fait la synthèse des trois premiers. Notre but est de faire ressortir les modalités discursives des adolescents lecteurs à propos de la santé et de dresser en parallèle celles des principaux responsables des magazines.

Muteen

  • 9  La rubrique « Doctor ès cool » au moyen de laquelle les lectrices étaient invitées à poser des que (...)

46Dans Muteen, les relations sexuelles sont très présentes dans les préoccupations sur la santé. Ce sujet est annoncé systématiquement à la une de chaque numéro9 à la rubrique « Sexe ». À titre d’exemple, dans son numéro 63, Muteen y consacre un dossier intitulé « Parlons sexe » sous huit angles : « Le Kama sutra en 10 étapes », « Le sexe, c’est encore mieux quand on en parle », « Les bourdes sexuelles », « Alors, heureu(x)se si vous devriez noter votre dernière nuit d’amour ? », « Les asexuels », « Avez-vous besoin d’être amoureux pour faire l’amour ? », « Quel est votre âge sexuel ? », « Connaissez-vous votre corps ? ». Le tantrisme, une forme de bouddhisme (Muteen, n° 62), est présenté non pas comme une séance de torture destinée à repousser l’orgasme, mais comme une philosophie qui enseigne comment élever le niveau de conscience par l’acte sexuel. Les fantasmes sexuels font également l’objet d’un dossier (Muteen, n° 64), tout comme la pornographie (Muteen, n° 66) — « Pourquoi les hommes aiment les films X ? », « Aimeriez-vous regarder des films pornos avec votre copine ? » — et l’homosexualité (Muteen, n° 67) — « Lesbienne raisonnable », « Préfériez-vous qu’elle vous quitte pour une fille ? ».

47Les relations amoureuses sont également présentes dans la rubrique ponctuelle « Love », où sont traitées par exemple l’infidélité — « Haute infidélité », « Lui pardonneriez-vous un faux pas ? » (Muteen, n° 65) — et les grossesses précoces — « Baby blues » (Muteen, n° 67).

48La mode et la beauté occupent les trois quarts de l’espace rédactionnel dans une panoplie de rubriques : « Dress code », « Look des stars », « Cheap et Chic », « Il me les faut », « Zap mode » (news, coups de cœur, tendances), « Zap beauté » (bons plans, tendances, égéries, nouveautés, incontournables du mois), « Mode », « Beauté » (objet du mois, avant/après ou comment changer sa tête, comment appliquer les paillettes sans excès, comment rattraper une couleur ratée).

49En revanche, certains thèmes comme le surpoids ou les rondeurs sont absents. Le rédacteur en chef s’explique, en arguant que Muteen est avant tout un magazine de mode : 

À partir du moment où tu es un magazine de mode, tu dois produire des images de mode. Et à partir du moment où tu travailles avec les vêtements, tu dois travailler avec des personnes qui vont les porter. Et il se trouve que ces vêtements sont faits pour aller sur des personnes comme ci, comme ça. Si tu fais une série de mode avec des jeunes filles rondes, ça ne sera plus une série de mode, ça sera une mascarade, parce que les vêtements sont pensés de façon surdimensionnée (entretien, juin 2008).

50En qualifiant la « série de mode avec des jeunes filles rondes » de « mascarade », la rédaction confirme le façonnement et la réactualisation de la minceur comme norme esthétique chez les femmes, et ce, dès l’adolescence.

51La question de la consommation des produits psychoactifs (alcool, tabac, cannabis) est au cœur du plan Santé des jeunes 2008 lancé par le gouvernement français alors qu’elle est très peu discutée au sein de l’équipe rédactionnelle et très peu présente dans les pages de Muteen. Selon le rédacteur, la prévention n’est pas la fonction première de son magazine même s’il est conscient que plusieurs de ses lectrices s’adonnent au tabagisme.

Girls

52L’amour, les relations amoureuse et sexuelle, l’apparence corporelle et physique (ventre plat, boutons dans le dos, nuque « nickel », poignées d’amour, maquillage des yeux, coupe de cheveux, etc.) sont les sujets les plus souvent abordés, comme en témoignent les nombreux articles et rubriques. En six mois de publication (novembre 2007 à avril 2008), nous avons recensé plus de 300 textes et témoignages dans les différentes rubriques : « Tes questions/Nos réponses » (une centaine), « Sexo » (94), « Paroles de mecs » (24), « Love story » (5), « Moi et les autres » (8), « Moi et les mecs » (36) et « C’drôle » (8).

53Des sujets plus « privés » sont également traités : la pornographie, les questions sur les crèmes et les objets à utiliser pour se raser le sexe sans avoir d’irritation, l’épilation intégrale du sexe, la sodomie et de l’usage d’un lubrifiant, le sexe des mecs et son côté esthétique, les articles et témoignages sur les positions sexuelles, le respect de la jeune fille par rapport au désir masculin, les conseils sexo du « plus soft au plus hot ».

54La contraception, le sida et les maladies sexuellement transmissibles font leur apparition dans certaines rubriques : « Questions sexo » (risque de grossesse), « Sexo » (« Oublis de pilule, rapports non protégés… Comment réagir ? » [février 2008], « Spécial sida. 1 000 façons d’aimer, une seule pour se protéger » [avril 2008]).

55D’autres sujets apparaissent de façon ponctuelle. C’est le cas du suicide (trois témoignages), de la mutilation (cinq témoignages), des problèmes familiaux (trois témoignages), de la mucoviscidose (un témoignage). En revanche, comme dans Muteen, l’alcool, le tabac ou encore le cannabis sont passés sous silence. Par exemple, de novembre 2007 à avril 2008, nous avons un seul courrier de lectrice sur le tabac et deux avis opposés sur la consommation de l’alcool et le cannabis. L’ancien rédacteur en chef argue que ce n’est pas le rôle de son journal de discuter de ces questions, mais bien celui des parents et de l’école.

56À la différence des revues pour adolescentes où dominent l’amour, les relations amoureuse et sexuelle, l’apparence corporelle et physique, rien de tel dans les revues généralistes et mixtes « pour bons élèves ».

Le Monde des ados

57La grande préoccupation des lecteurs du Monde des ados est celle des relations interpersonnelles, notamment la timidité, l’impossibilité de communiquer, le mal-être dans le groupe, la solitude.

58Toutefois, une lecture plus attentive révèle que les lecteurs se questionnent aussi sur la sexualité et les relations amoureuses. À titre d’exemple, Le Monde des ados (n° 191) aborde la question de la sexualité à l’âge de la puberté, le désir et la séduction, ainsi que la perte de sa virginité. Cette dernière question est aussi évoquée dans les numéros 180 et 198. Comme on peut s’y attendre, les préoccupations des adolescents se situent en amont des relations sexuelles. La fécondation in vitro, l’homosexualité (rubrique « C’est perso »), les problèmes et les conflits familiaux sont aussi abordés (« Mes parents se disputent de plus en plus », « Père trop sévère », « Je veux arrêter de la musique et mes parents veulent que je continue », etc.), tout comme la peur (« J’ai peur d’aller en seconde, car je n’aurai que 13 ans »).

59La question de la consommation des produits psychoactifs occupe une place importante dans Le Monde des ados, qui y consacre un dossier intitulé « Tabac, cannabis, alcool. Attention danger ! ». Nous avons trouvé un dossier sur la mode (n° 174), mais qui évacue la question de l’apparence corporelle.

Phosphore

60Phosphore est dirigé depuis novembre 2010 par une nouvelle rédactrice en chef et a renouvelé sa formule. Ce changement à la direction nous permet d’observer si les thèmes de santé sont ou non marqués par la continuité avec l’introduction de la nouvelle formule. Celle-ci se veut de plus en plus en écho et en accompagnement avec le lecteur lycéen.

61L’amour et les relations amoureuses sont, ici aussi, omniprésents. Les questions liées à la sexualité sont abordées par l’intermédiaire de la contraception ou encore de la pornographie. Phosphore accorde aussi un intérêt particulier à l’habillement, à la souffrance psychique (complexes, stress, peur, etc.), aux relations interpersonnelles et à la consommation des produits psychoactifs. Nous n’avons noté aucun changement dans le choix et le traitement des sujets depuis l’arrivée de la nouvelle direction.

Des thèmes qui croisent ceux du plan Santé des jeunes

62L’étude de quatre magazines sur une période de six mois limite sa portée. Nous ne pouvons donc pas prétendre à l’exhaustivité ni généraliser nos résultats. L’absence de certains thèmes dans notre étude ne doit pas être interprétée comme leur absence dans les magazines.

  • 10  Par exemple, les encarts de prévention insérés comme des publicités payantes dans les revues pour (...)

63Notre but est surtout de mettre en évidence le croisement entre l’ensemble (même incomplet) des thèmes abordés dans les magazines de notre corpus et ceux du plan Santé des jeunes lancé en février 2008 par le ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports : entre autres, les conduites à risque (alcool, cannabis, comportements et habitudes alimentaires déséquilibrés), la souffrance psychique, la souffrance psychique liée à l’homosexualité, la contraception, le suicide. Nous savons que les campagnes d’information et de prévention à destination des jeunes, mises en place par les pouvoirs publics, utilisent très peu les publications pour adolescents (La Défenseure des enfants, 2009)10.

  • 11  Il existe un « marché de l’adolescence » investi par les industries du loisir (Galland, 2009) et q (...)

64Nous savons également que cette presse, dont la vocation n’est pas de faire de la prévention mais de capter des publics adolescents11, instrumentalise, indirectement, la question de la santé (Charaudeau, 1997).

65Alors, dans la mesure où notre intuition se confirme, que les questions de santé qu’abordent, même indirectement, les magazines pour adolescents croisent ceux qui sont mis en avant dans le plan gouvernemental de la santé des jeunes et qu’il s’agit d’un contexte où ces revues instrumentalisent la question de la santé des jeunes pour capter les publics adolescents, il importe d’examiner ce que disent concrètement ces publications à leur sujet.

Ce que disent les magazines

66Afin de mener cet examen, nous nous sommes particulièrement intéressé à deux thèmes : les relations amoureuses et sexuelles ainsi que la consommation des produits psychoactifs. Le premier constitue présumément la première préoccupation chez les adolescents alors que le second se situe en haut de liste des préoccupations chez les adultes et les décideurs.

Au sujet des relations amoureuses et de la sexualité

67L’apparence corporelle, les relations amoureuses et la sexualité soulèvent, effectivement, le plus de questions chez les publics jeunes. Dans Le Monde des ados, les messages véhiculés renforcent l’idée que l’amour et la sexualité inquiètent ses lecteurs et que ces sujets ne sont pas discutés avec les parents :

Première fois, masturbation, désir, plaisir, contraception, règle […] L’amour et la sexualité, ça vous inquiète et ça vous intéresse. Mais vous avez du mal à en parler à vos parents. Et c’est normal ! Du coup, vous nous posez plein de questions (n° 191).

68Sous forme de questions-réponses entre les lecteurs et lectrices et une psychologue, la puberté, le désir et la séduction, la perte de sa virginité, la contraception sont discutés de manière factuelle et rassurante, tout en insistant sur les différences (comportements, émotions, attitudes) liées à la biologie. Voici 2 exemples tirés des 20 questions-réponses qui composent le dossier : à Nicolas (13 ans) qui souffre de complexes à cause de son petit sexe, la psychologue lui répond de ne pas se fier aux films pornos, parce que les acteurs y sont recrutés pour leur taille « hors norme » et qu’il ne faut pas les considérer comme des modèles. L’experte lui fait remarquer qu’un pénis au repos n’a rien à voir avec un pénis en érection, et que le sien n’a pas encore atteint sa taille d’adulte. À Sarah (13 ans) qui se plaint de douleurs à ses seins à peine développés, elle lui rappelle que la poussée des seins est l’un des premiers signes de la puberté et la rassure que tout cela rentrera bientôt dans l’ordre.

69Plusieurs encadrés nourrissent ce discours d’information et d’accompagnement. Nous y trouvons des compléments d’information sur l’âge moyen des premières règles (12-13 ans), sur la première éjaculation (13-15 ans), sur l’âge moyen du premier rapport sexuel en France (17 ans et deux mois chez les garçons et 17 ans et six mois chez les filles), sur le nombre de spermatozoïdes qui sont libérés lors d’une éjaculation (500 millions) et le nombre de ceux qui arrivent à rejoindre l’ovule (500). Un petit « dico » définit aussi les termes courants en matière de sexualité : règles, sperme, hormone, ovule, etc.

70En matière d’amour et de sexualité, le discours du Monde des ados se limite à expliquer la sexualité, à indiquer le moment où les premiers désirs apparaissent et à éviter des grossesses non désirées. Pour sa part, Phosphore, bien que ciblant des adolescents qui sont à l’âge des premiers rapports sexuels, tente d’aller au-delà de l’acte, en privilégiant les relations d’amour. Il s’agit par exemple d’expliquer aux lecteurs « comment savoir si c’est la bonne personne » pour « éviter de s’empêtrer dans une relation foireuse » (n° 353), de décrypter les rapports ambigus entre l’amour et l’amitié (n° 318), de montrer comment l’amour « ça booste ou ça plombe » (n° 359) ou encore d’indiquer aux lecteurs comment et dans quelles circonstances dire « Je t’aime » (n° 356).

71Dans l’article intitulé « Le jour où j’ai dit <je t’aime> », Phosphore croise deux témoignages (rubrique « Côté filles, côté garçons ») afin de montrer que le sentiment amoureux — un amour déçu et l’amour « qui dure » — peut être vécu et par les filles et par les garçons.

72En s’appuyant sur les témoignages des lecteurs, Phosphore veut montrer comment l’amour peut un jour « nous propulser dans un nuage », et un autre « nous faire mordre de la poussière ». Cette projection de l’instant dans le futur vise à détailler les effets immédiats et souvent imprévisibles de l’amour. À titre d’exemples : « Je n’ai plus confiance en moi », « L’amour a fait chuter ma moyenne », « Je n’arrive pas à me concentrer », « Ça m’a cassé le moral », « Nos goûts trop différents nous ont séparés », « J’avais moins de 10, maintenant je plafonne à 12 de moyenne », « Ça m’a donné envie de travailler », « Ça m’a donné des ailes », « Grâce à mon copain, j’ai appris le français ».

73Il s’agit d’insister sur le fait qu’aimer quelqu’un, « ce n’est pas le dominer », « ça ne veut pas dire qu’on sacrifie ses études pour lui », ni de « tout plaquer pour n’être qu’avec lui », ni « lui imposer ses goûts », que « c’est génial à condition de lui déclarer sa flamme », de « l’aider à trouver des ressources pour se dépasser », de « l’aider à réussir dans ses projets », de « lui ouvrir les portes sur son monde et sa culture ». Cela peut aussi « donner la pêche (presque) en permanence ». Le lecteur ou la lectrice est amené à découvrir par soi-même « à quel rythme bat son cœur, pour mieux connaître et se connaître soi-même ».

74Le discours de Phosphore consiste à aider son lecteur à faire son propre bilan sur les relations amoureuses et sur la contraception. D’abord en passant en revue les questions que le lecteur-amoureux doit se poser (« Est-ce bien vous qui l’aviez choisi[e] ? », « Avez-vous trouvé la bonne distance ? », « Vous sentez-vous respecté[e] ? »), tout en évitant les déclarations intempestives (« C’est ma moitié ! »), pour finalement privilégier « la preuve par la confiance ». Ensuite en insistant auprès de ses lecteurs et lectrices sur le fait qu’il n’est pas nécessaire d’avoir des rapports sexuels pour s’informer sur la contraception et qu’il vaut même mieux y penser avant. Sous forme du jeu vrai ou faux, le magazine conteste certaines idées reçues : « une grossesse est possible même sans pénétration » (vrai), « pendant les règles, il n’y a aucun risque de grossesse » (faux).

75Le discours de Phosphore peut clarifier certaines situations ambiguës comme le « flirte entre l’amitié et l’amour » (n° 318) en montrant comment l’amour et l’amitié sont « deux sentiments très forts qui peuvent parfois se confondre » et « comment savoir s’il s’agit d’amour et d’amitié », avec en arrière-plan cette question : peut-on passer de l’amitié à l’amour ?

76Phosphore ne se concentre pas exclusivement sur les pratiques et comportements sexuels, comme en témoigne l’exemple de la pornographie (n° 356). Il s’agit avant tout de montrer que « la porno, ça trompe énormément » (titre de l’article), de rappeler ses effets supposés — « Les films X peuvent exciter, choquer, faire rire, dégoûter… » — avant d’inviter le lecteur à différencier la fiction du réel : « Vous avez beau savoir que ce n’est pas qu’un film, ça vous fait cogiter. En regarder ou pas, c’est votre choix. Nous, on vous aide juste à différencier la fiction du réel. »

77Dans cet exemple, l’accent est mis sur ce que montre la porno pour surtout inciter le lecteur à « ne pas se mettre la pression », puisque la sexualité est partie prenante d’une rencontre. À propos de ce comportement sexuel, Phospore insiste pour dire que la porno ne représente pas la liberté sexuelle, qu’il faut « laisser parler ses sens et savoir faire la part des choses ». Son discours s’appuie sur les propos et les réactions de ses lecteurs, à qui il demande de donner leur avis sur les films X (« Et vous, le porno, qu’en pensez-vous ? »).

78Contrairement au Monde des ados et à Phosphore, Girls et Muteen entendent discuter ouvertement de l’amour et de la sexualité, sans tabou. Chez Muteen, la sexualité est même considérée comme un « thème vendeur » (entretien avec son rédacteur en chef, juin 2008). Dès lors, le discours en matière de relations amoureuses et de sexualité consiste à indiquer la marche à suivre, avec ses étapes et sa chronologie. À titre d’exemple, au dossier « Parlons sexe » (n° 63), Muteen présente les dix positions du Kama sutra, de la plus simple (position Andromaque) à la plus spectaculaire (l’arc-en-ciel), en passant par les petites cuillères, l’équerre, l’amazone, celui qui reste à la maison, l’homme debout, prendre ses jambes à son cou, le marteau-piqueur et le cheval au galop. Les dessins illustrent les propos du journaliste.

79Le dossier « Le sexe, c’est encore mieux quand on en parle » donne la parole à cinq filles âgées de 17 ans à 24 ans qui discutent de leur sexualité, de leur corps, de leurs orgasmes, des mecs, etc. Cette discussion se déroule dans le cadre d’un « apéro » entre filles un vendredi soir, où l’on peut justement parler de sexe de manière décontractée.Dans ce « entre filles », la journaliste de Muteen joue le rôle de modératrice et fait réagir les filles sur un certain nombre de sujets : que savaient-elles avant de faire l’amour et qui leur avait enseigné, l’âge de la « première fois », l’échange avec son copain, ce qu’elles se racontent entre filles. Les participantes sont aussi invitées à dire si elles connaissaient déjà leur corps avant de faire l’amour.

80Chez Muteen, parler ouvertement de sexe, c’est aussi mettre l’accent sur les « bourdes sexuelles » et montrer que la vie sexuelle comporte son lot de questionnements comme l’infidélité, la pornographie, l’inceste, le viol.

81Discuter ouvertement de sexe sans interdit caractérise aussi le magazine Girls. Il s’agit par exemple de conseiller les lectrices sur les façons de caresser son partenaire ou de se caresser soi-même pour atteindre l’orgasme, de faire monter le plaisir, de lui faire oublier ses « ex », de lui dire non sans le froisser, de recycler un « mec nul », d’exposer son corps sans complexe, de savoir si on est séropositive, sur ce qu’il faut faire pour éviter le VIH.

82Dans Girls, ce discours est aussi celui du bilan. Par exemple, on aborde « les 100 conseils sexo, du plus soft au plus haut », les positions à expérimenter, des plus classiques (Andromaque, missionnaire) aux plus « pigmentées » (le papillon, la levrette), les positions que les filles apprécient et préfèrent, les jeux de l’amour, ce que les mecs aiment, ce que les filles n’osent pas faire, les risques de l’amour.

83Le discours de Girls consiste aussi à expliquer, dans le détail, certains « phénomènes » : les huit raisons d’aimer un mec moche, les douleurs de l’amour, « Tout sur le sexe des mecs ». De façon générale, ce discours s’appuie sur les témoignages des lectrices et des lecteurs ou encore s’inspire des questions-réponses entre adolescentes et expertes.

La consommation des produits psychoactifs

84L’amour et la sexualité occupent plus d’espace rédactionnel dans ces magazines que la consommation des produits psychoactifs, qui ne figure que de façon ponctuelle et souvent liée à l’actualité. Pendant la période étudiée, on a repéré un dossier « Tabac, cannabis, alcool. Attention danger ! » (Le Monde des ados, n° 179), une seule entrée dans la rubrique Enquête 15/25,« Faut-il avoir peur du cannabis ? » (Phosphore, n° 318), un article sur la dépénalisation du cannabis, le témoignage d’un jeune de 16 ans qui raconte son coma éthylique, trois courriers de lecteurs et lectrices (Phosphore, n° 353), une question et six avis divergents dans Girls. La question n’est presque jamais discutée chez Muteen. Mais alors, que disent ces magazines ?

85Le Monde des ados alerte ses lecteurs sur les dangers liés à la consommation de l’alcool, du tabac et du cannabis : « Alcool, un ami qui nous veut du mal », « Tabac, un poison violent », « Cannabis, un vrai danger ». Parmi les dangers, on signale les effets immédiats (perte de conscience, évanouissement, vomissements, etc.), les risques sur la santé (cancer, fertilité, etc.) ou encore les répercussions indirectes sur le travail scolaire, les démêlés avec la justice, les accidents de la route. Le Monde des ados utilise les questions-réponses entre les lecteurs et lectrices et les journalistes ou experts, ainsi que le témoignage de trois adolescents pour expliquer pourquoi certaines personnes se droguent.

86Malgré le peu de résonnance chez ses lecteurs et lectrices, l’ancien rédacteur en chef du Monde des ados, pour justifier son choix de traiter cette question, évoque le fait que les adolescents consomment ces produits de plus en plus jeunes et sur une base de plus en plus régulière :

Il y a une consommation alarmante d’alcool et de tabac chez les adolescents. Les chiffres le montrent. On s’est dit que ce n’est plus quelque chose qui va arriver plus tard, ça les concerne de plus en plus directement. Donc notre boulot, c’est d’expliquer que c’est un phénomène de société, et on prend position en disant qu’il y a des dangers. Et s’il y a des dangers, on explique pourquoi. On ne dit pas aux lecteurs ce qu’il faut faire ou non. Mais on dit, voilà, le cannabis, ce n’est pas anodin, si vous le prenez, voilà ce que vous risquez pénalement mais aussi par rapport à votre corps et à votre esprit, le travail scolaire, etc. Donc on donne cette information-là, mais à partir du moment où on choisit cet angle, on considère que c’est quelque chose de suffisamment grave, et qu’il est important qu’on alerte dessus (entretien, août 2008).

87Ce discours se retrouve aussi dans Phosphore. Dans son dossier sur le cannabis, le magazine multiplie les alertes sur les effets néfastes de ce produit devenu « un classique des soirées et des cours des lycées » et souligne la « banalisation stupéfiante » de sa consommation, ses risques, tout en affichant l’adresse des services de consultation.

88Les courriers et les témoignages des lecteurs sont cités soit pour dénoncer « la belle hypocrisie du coin non fumeur », soit pour étaler les méfaits de la surconsommation : « Où est le plaisir de l’alcool, ma mère est morte d’une cirrhose de foie », « Je me suis réveillé à l’hôpital, le lendemain matin. Je ne me souvenais de rien » (Phosphore, n° 353).

89Dans Girls, en revanche, on se montre très prudent sur la question de la consommation des produits psychoactifs. Le ton est neutre, et la rédaction ne s’en tient qu’aux témoignages et aux avis de ses lecteurs et lectrices.

90Contrairement à l’amour et à la sexualité, la question de la consommation des produits psychoactifs n’est pas au centre des préoccupations des adolescents qui utilisent abondamment leur droit de parole (courriels, témoignages, questions-réponses).

La dimension argumentative de la parole des adolescents

91En dépit de leurs divergences éditoriales, les magazines donnent à la parole des adolescents une dimension argumentative (Amossy, 2008 et 2010), c’est-à-dire qui porte en elle l’intention d’agir sur les croyances et sur les représentations d’autrui.

Le témoignage

92Convoquée par incitation (« donnez votre avis », « que pensez-vous de… », « posez une question ») et par citation (guillemets d’ouverture et de fermeture, italique), ou encore au moyen de rubriques « miroir » (pour susciter un témoignage spontané), l’incorporation de la parole des adolescents par les magazines permet un partage d’expériences, comme l’illustre l’usage du témoignage. Celui-ci est mobilisé pour donner à voir le vécu d’une lectrice, susciter l’émotion ou servir de point d’entrée au commentaire de l’expert : 

Une fille qui raconte qu’elle est tombée enceinte, et que malheureusement elle a été obligée d’avorter, il y a beaucoup d’émotion et c’est beaucoup plus authentique qu’un journaliste qui va dire comment ça se passe, un avortement. On s’en fout d’ailleurs comment ça se passe. Ce qu’on veut savoir, c’est pourquoi est-elle tombée enceinte. Parce que le préservatif a craqué ou parce qu’elle n’a pas fait attention ? C’est ça qui est intéressant. Et moi, si je suis dans ce cas-là, comment je pourrais réagir […]. Après, on peut mettre un petit encadré de cinq lignes sur l’avis du psychologue, et là, ça sera beaucoup plus lu que l’inverse (entretien avec le rédacteur en chef de Girls, juin 2008).

93Dans Muteen, le témoignage permet aux filles non seulement de « parler entre elles » pour connaître l’expérience de l’autre, mais encore de s’identifier au magazine. Quand le témoignage devient un micro-trottoir, il dévoile le profil du public cible du magazine.

94En brisant l’isolement que ressentent certains lecteurs et lectrices, le témoignage peut offrir aux adolescents la possibilité d’exercer leur liberté de parole pour participer à la construction de certaines normes, par exemple la performance sentimentale et sexuelle : 

Quand vous lisez des témoignages dans les magazines féminins pour la tranche d’âge, il va y avoir beaucoup de témoignages autour de la performance sentimentale ou sexuelle. Nous, on va plutôt donner la parole pour dire : on se calme, la performance sentimentale et sexuelle, c’est pas la norme, c’est pas vrai (entretien avec l’ancienne rédactrice de Phosphore, août 2008).

95Dans certains cas, notamment dans Le Monde des ados, le témoignage accroît la confiance du lecteur qui ose exprimer ce qu’il n’arrive pas à dire à ses parents, à ses professeurs ou encore à un membre de la profession médicale.

96Dans Girls et Muteen, le témoignage est parfois mobilisé pour aborder les questions de santé de manière détournée, notamment en opposant les avis de deux garçons qui s’expriment sur une question posée par le journal. À titre d’exemples : « Que pensez-vous des filles qui fument ? », « Que pensez-vous des filles qui disent je t’aime ? » (Girls), « Préfériez-vous qu’elle vous quitte pour une fille ? », « Lui pardonneriez-vous un faux pas ? » (Muteen). Ces avis et témoignages permettent aux filles de « voir ce que les garçons ont dans la tête » (entretien avec le rédacteur en chef de Muteen, juin 2008).

Le jeu de la question-réponse

97L’usage du jeu de la question-réponse permet également de cerner la dimension argumentative de la parole des adolescents eu égard à des questions de santé. Nous avons déjà souligné (Currie, 1999) que les questions-réponses permettent non seulement aux adolescents d’apprendre à résoudre leurs problèmes personnels, mais aussi de reconnaître les problèmes qui leur sont communs. Ce jeu de la question-réponse est mis en œuvre de trois manières : 1) les adolescents posent des questions à des spécialistes par l’intermédiaire du journal qui tentent d’y répondre ; 2) le journal publie les interrogations des lecteurs et demande à d’autres lecteurs de réagir ; 3) les témoignages d’adolescents sont commentés par un spécialiste.

98Parfois, ce jeu se transforme en consultation médicale : 

La question, c’est le spécialiste qui va me répondre, c’est ma question personnelle, c’est mon problème à moi où je vais avoir tout de suite une réponse. Par exemple, j’ai mal au ventre pendant mes règles. Je pose ma question au spécialiste qui va me répondre comme une consultation médicale, ça va me toucher et mon problème sera résolu. Après, si c’est trop compliqué, le médecin va lui permettre d’aller voir un spécialiste ou d’aller à l’hôpital (entretien avec le rédacteur en chef de Girls, juin 2008).

99En plus de régler un problème personnel, le jeu permet aussi d’aborder des problèmes communs. Contrairement au témoignage qui projette ce qui pourrait arriver ou ce qu’a vécu une lectrice, la question se pose au nom de tous ceux et de toutes celles qui ont le même problème : 

Une fille qui dit : je suis grosse et je n’arrive pas à m’en sortir, et ce poids suscite des moqueries des autres, déjà si elle arrive à l’exprimer, ce qui n’est pas forcément facile, nous, on est là pour recueillir sa parole, c’est une parole qu’elle n’a pas pu forcément exprimer auprès de ses parents, des enseignants ou de l’infirmière. Ensuite, si elle entend qu’il y a d’autres jeunes de son âge qui ont vécu la même chose, et parfois ont réussi à trouver des solutions pour s’en sortir, et ensuite il y a un psy, un médecin ou quelqu’un qui arrive à donner quelques pistes de guérison pourquoi pas, c’est bien. Ça veut dire qu’on ne le laisse pas seul face à son problème. On n’est pas un magazine de santé. On entend un lecteur qui envoie un message. On est un relais, on est un médiateur, voilà (entretien avec l’ancien rédacteur en chef du Monde des ados, août 2008).

On a fait un débat dans un collège et on a demandé aux jeunes qui étaient là de nous poser toutes les questions qu’ils avaient à poser sur le tabac, l’alcool et le cannabis. On a fait une liste de questions, et on a travaillé avec des experts par rapport à ces questions-là. On leur a dit : voilà des questions que des jeunes peuvent se poser, ce ne sont pas toutes les questions, ce ne sont pas tous les jeunes, qu’est-ce que vous avez à répondre à ça (entretien avec l’ancien rédacteur en chef du Monde des ados, août 2008).

100Contrairement au témoignage, plus la question est précise, plus la réponse est concise :

Une question amène généralement une réponse. Tu n’as pas besoin de développer 50 lignes pour répondre à la question. Ce qui est bien, c’est que ça amène à faire des réponses courtes, donc des articles courts. Ça ne veut pas dire qu’on ne dit rien, mais des réponses concises, parce qu’on s’est aperçu qu’au bout d’un moment, le lectorat décroche, excepté dans les témoignages (entretien avec le rédacteur en chef de Girls, juin 2008).

Conclusion

101Que conclure ? D’abord que les thèmes et sujets de santé abordés par les magazines pour adolescents croisent systématiquement quelques-uns de ceux du plan Santé des jeunes mis en place par les pouvoirs publics en février 2008. Ce croisement est d’autant plus significatif que les campagnes publiques d’information et de prévention qui ciblent les jeunes se servent très peu des publications pour adolescents. Au-delà du croisement, ce constat suggère qu’en matière de santé, les magazines traduisent les préoccupations des jeunes alors que les campagnes d’information et de sensibilisation traduisent les préoccupations des adultes et des pouvoirs publics.

102L’analyse de contenu et nos entretiens avec les rédacteurs en chef indiquent que non seulement le discours des magazines privilégie certains thèmes (les relations amoureuses et sexuelles, la consommation de produits psychoactifs), mais aussi qu’en incorporant la parole des lecteurs et des lectrices, exprimée au moyen de témoignages et du jeu des questions-réponses, il recentre les questions de santé sur la démarche, les étapes à suivre, le bilan à dresser, les explications à détailler, les conséquences à considérer et à éviter. Si le discours banalise certains aspects, il « collectivise » les problèmes personnels en brisant l’isolement et en révélant ce que les adolescents ont en commun. En sollicitant les avis et les témoignages, les magazines incitent leur lectorat à s’exprimer ouvertement sur des sujets qu’ils n’osent pas aborder avec des figures d’autorité (parents, professeurs, profession médicale). Finalement, en incorporant la parole des adolescents dans leur discours, les magazines que nous avons analysés reconnaissent à cette parole sa propre logique argumentative.

103En inscrivant notre étude dans l’approche co-constructiviste, dans notre tentative de dégager les discours des quatre magazines pour adolescents, nous voulions souligner l’importance de saisir dans une même pensée le travail réciproque du destinateur (rédaction) et du destinataire (lectorat), le choix des thèmes et des contenus par la rédaction et l’incorporation de la parole du lectorat dans ces choix.

Haut de page

Bibliographie

AMOSSY, R. (2008), « Argumentation et analyse du discours : perspectives théoriques et découpages disciplinaires », Argumentation et analyse du discours [En ligne], n° 1, mis en ligne le 6 septembre 2008. http://aad.revues.org/200 (Page consultée le 21 octobre 2011)

AMOSSY, R. (2010), L’argumentation dans le discours, Paris, Armand Colin.

AUDIPRESSE (2010), Étude AEPM. Cumul de juillet 2009 à juin 2010 : l’audience de la presse magazine titre par titre [En ligne]. http://www.audipresse.fr (Page consultée le 28 octobre 2011)

ASSAILLY, J.-P. (2003), « Les conduites à risques : du danger à la loi, des gènes aux pairs », Revue Toxibase, 11, p. 1-14.

BANTUELLE, M. et R. DEMEULEMEESTER (dir.) (2008), Comportements à risques et santé : agir en milieu scolaire. Programmes et stratégies efficaces, Saint-Denis, Inpes.

BARBOT, J. (2002), Les malades en mouvements. La médecine et la science à l’épreuve du sida, Paris, Balland.

BECKER, H.S. (1988), Les mondes de l’art, traduction française, Paris, Flammarion.

BIES DERUELLE, S. (1980), La santé à travers la presse des adolescents : analyse des treize magazines pour adolescents parus en France en 1979. Thèse de médecine, Nancy, Université de Nancy.

BROCAS, A.-M. et L. OLIER (2009), Conférence biennale sur la santé des jeunes, Paris, Dress.

BRUNO, P. (2005), « La presse jeune : ségrégations des publics et marchandisation des inquiétudes parentales », Acrimed [En ligne], mis en ligne le 5 décembre 2005. http://www.acrimed.org/article2211 (Page consultée le 8 mai 2011)

CARON, C. (2003), « Que lisent les jeunes filles ? Une analyse thématique de la <presse ados> au Québec », Pratiques psychologiques, 3, p. 49-61.

CHARAUDEAU, P. (1997), Le discours d’information médiatique. La construction du miroir social, Paris, Nathan/INA.

CHARON, J.-M. (2002), La presse des jeunes, Paris, La Découverte.

CHOW, J.D. (1999), « Wanna know a secret ? » Advances in Nursing science, 22(2), p. 49-61.

CROMER, S. et al. (2008), « Comment la presse pour les plus jeunes contribue-t-elle à élaborer la différence des sexes ? », Dossier d’étude, 104, tome 2, CNAF, p. 1-108.

CURRIE, D.H. (1999), Girl talk: Adolescent magazines and their readers, Toronto, University of Toronto Press.

CURRIE, D.H. (2001), « Dear Abby: Advice pages as a site for operation of power », Feminist theory, 2(3), p. 259-281.

DAGNAUD, M. (2011), Génération Y. Les jeunes et les réseaux sociaux, de la dérision à la subversion, Paris, Presses de Sciences Po.

DESCHAMP, J.-P. (1997), « Prendre soin des adolescents » dans P.-A. MICHAUD et al. (dir.), La santé des adolescents, Lausanne, Payot/Doin, p. 94-99.

DESTAL, C. (2004), « La presse pour fillettes », rencontre-débat du 25 mars 2004, GRREM, Université de Bordeaux 3 [En ligne], mis en ligne le 25 mars 2004. http://www.grrem.org (Page consultée le 7 octobre 2011)

DIRECTION GÉNÉRALE DES MÉDIAS ET DES INDUSTRIES CULTURELLES (2011), Chiffres de l’année 2009 pour la presse écrite – définitifs [En ligne], mis en ligne le 25 août 2011. http://www.ddm.gouv.fr (Page consultée le 10 et le 21 octobre 2011)

DUBET, F. (2010), « La jeunesse n’est-elle qu’un mot ? » dans J. HAMEL et al. (dir.), La jeunesse n’est plus ce qu’elle était, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 13-21.

ECO, U. (1985), Lector in fabula, Paris, Grasset.

EXPERTISE COLLECTIVE (2001), Éducation pour la santé des jeunes. Démarches et méthodes, Paris, Inserm.

FASSIN, D. (dir.) (2004), Des maux indicibles. Sociologie des lieux d’écoute, Paris, La Découverte, Coll. « Alternatives sociales ».

FOURMENT, A. (1987), Histoire de la presse des jeunes et des journaux pour enfants (1768-1988), Paris, Éole.

GALLAND, O. (2009), Les jeunes Français ont-ils raison d’avoir peur ? Éléments de réponse, Paris, Armand Colin.

GILNERT, C. et E. HENRY (2009), Comment se construisent les problèmes de santé publique, Paris, La Découverte, Coll. « Recherches. Territoire du politique ».

GLÉVAREC, H. (2005), Libre antenne. La réception de la radio par les adolescents, Paris, Colin/INA.

GODEAU, E. et al. (2005), La santé des élèves de 11 à 15 ans France/2002 – Données françaises de l’enquête internationale Health Behaviour in School (HBSC), Saint-Denis, Inpes.

GRANDATY, M. (2011), « La presse jeunesse : objectif lecture » [En ligne]. http://www.pressedesjeunes.com (Page consultée le 4 octobre 2011)

GRILLO, E. (1997), La philosophie du langage, Paris, Seuil.

GUILBERT, P. et A. GAUTIER (dir.) (2006), Baromètre santé 2005. Premiers résultats, Saint-Denis, Inpes.

GUILBERT, P. et al. (dir.) (2000), Baromètre santé 2000. Les comportements des 12-25 ans, Paris, Inpes.

HENNION, A. (2000), Figures de l’amateur. Formes, objets et pratiques de l’amour de la musique aujourd’hui, Paris, La Documentation française.

HENNION, A. (2004), « Une sociologie des attachements. D’une sociologie de la culture à une pragmatique de l’amateur », Société, 85, p. 9-24.

JACQUES, F. (1985), L’espace logique de l’interlocution, Paris, Presses universitaires de France.

JAUSS, H.R. (2007), Pour une esthétique de la réception, traduction française, Paris, Gallimard.

LA DÉFENSEURE DES ENFANTS (2009), Enquêtes de terrain [En ligne], mis en ligne le 2 novembre 2009. http://www.defenseurdesenfants.fr (Page consultée le 20 août 2010)

LE FLOCH, P. et N. SONNAC (2001), Économie de la presse, Paris, La Découverte.

LONCLE, P. et Y. AMSELLEM-MAINGUY (2010), « Jeunes et santé : entre actions publiques et comportements individuels », Agora débats/Jeunesses, 54, p. 42-45.

LORIOL, M. (2004), « Être jeune est-il dangereux pour la santé ? » dans Catherine PUGEAULT-CICCHELLI et al. (dir.), Ce que nous savons des jeunes, Paris, Presses universitaires de France, p. 99-112.

McROBBIE, A. (1991), Feminism and Youth Culture, Boston, Unwin Hyman.

MC CABE, J. (2005), « Who are the experts ? Médicalisation in teen magazine advice columns », Sociological Studies of Children and Youth, 11, p. 153-191.

MOIRAND, S. (1997), « Formes discursives de la diffusion des savoirs dans les médias », Hermès, 21, p. 33-44.

OFFICE DE JUSTIFICATION DE LA DIFFUSION (2010-2011), Déclaration sur l’honneur [En ligne], mis en ligne le 13 septembre 2011. http://www.ojd.com (Page consultée le 28 octobre 2011)

OFFICE DE JUSTIFICATION DE LA DIFFUSION (2009), Procès-verbal [En ligne], mis en ligne le 24 mars 2010. http://www.ojd.com (Page consultée le 28 octobre 2011)

OINAS, E. (1998), « Medicalisation by whom? Acounts of menstruation conveyed by young women and medical experts in medical advisory columns », Sociology of Health and Illlness, 20, p. 52-70.

OLLIVIER-YANIV, C. (2008), La communication comme outil de gouvernement. Définition et enjeux de la politique du discours. Document de synthèse pour l’obtention du diplôme d’habilitation à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication, Val-de-Marne, Université de Paris 12.

ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ (1986), « Charte d’Ottawa pour la promotion de la santé », Ottawa, Première conférence internationale pour la promotion de la santé.

PAILLART, I. et B. LAFON (dir.) (2007), « Malades et maladies dans l’espace public », Questions de communication, 11, p. 7-15.

POMMIER, J. et al. (2007), « Pour une politique de promotion de la santé des jeunes » dans P. LONCLE (dir.), La jeunesse, questions de société, questions de politique, Paris, La Documentation française, p. 77-100.

RENAUD, L. (dir.) (2010), Les médias et la santé. De l’émergence à l’appropriation des normes sociales, Québec, Presses de l’Université du Québec, Coll. « Santé et société ».

RENAUD, L. (dir.) (2007), Les médias et le façonnement des normes en matière de santé, Québec, Presses universitaires du Québec.

RINGOOT, R. (2004), « Discours journalistique : analyser le discours de presse au prisme de la ligne éditoriale » dans R. RINGOOT et Ph. ROBERT-DERMONTROND (dir.), L’analyse de discours, Rennes, Apogée, p. 87-115.

RIO, F. (2008), « Les magazines pour jeunes femmes : le succès du féminin people » dans L. CORROY (dir.), Les jeunes et les médias. Les raisons d’un succès, Paris, Vuibert, p. 37-60.

ROMEYER, H. (dir.) (2010), La santé dans l’espace public, Rennes, Presses de l’Ehesp.

RUELLAN, D. (2006), « La routine de l’angle », Questions de communication, 10, p. 369-390.

RUELLAN, D. (2009a), « Pour un ordinaire du journalisme. Parlers autres, par les autres », communication prononcée lors des journées du Réseau d’études sur le journalisme (REJ) sur l’ordinaire du journalisme du 23 au 25 janvier à Lannion-Trégastel (France).

RUELLAN, D. (2009b), « Contribution à construire l’ordinaire du journalisme », document de travail, suite à la communication prononcée lors des journées du Réseau d’études sur le journalisme (REJ) sur l’ordinaire du journalisme du 23 au 25 janvier à Lannion-Trégastel (France).

SARTRE, J.-P. (1948), « Qu’est-ce que la littérature ? » dans Situations, II, Paris, Gallimard, p. 55-330. (Il s’agit d’un essai de Sartre publié pour la première fois, en plusieurs parties, en 1947 dans la revue Les Temps modernes, dirigée par Sartre et fondée par lui en 1945. En 1948, cet essai forme le volume Situations, II chez Gallimard).

WALTER, J. (dir.) (1998), Le téléthon. Scène, intérêts, éthique, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1  Ce plan santé des jeunes vise à lutter efficacement contre les conduites à risque, à mieux répondre aux besoins des jeunes les plus vulnérables, à développer les activités physiques et sportives et à permettre aux jeunes de devenir acteurs de leur santé.

2  Dans notre corpus, Muteen et Phosphore ont changé de formule, tandis que Girls a arrêté sa version papier pour ne conserver que sa version Web.

3  L’étude de Chow reposait sur un travail de terrain s’appuyant sur une analyse du discours des groupes de discussion avec les filles.

4  De son côté, le Syndicat de la presse des jeunes (SPJ) estime que celle-ci représente aujourd’hui 9 éditeurs, 66 titres et 12 millions de lecteurs de 6 mois à 25 ans (http://www.pressedesjeunes.com, consulté le 4 octobre 2011).

5  En France, la presse spécialisée grand public (segment auquel appartient la presse des jeunes) compte 1 960 titres pour un tirage annuel de 2 227 019 exemplaires et une diffusion annuelle de 1 566 009 exemplaires. À titre de comparaison, la presse des loisirs compte 891 titres pour un tirage annuel de 281 323 et une diffusion de 141 278 exemplaires, tandis que la presse féminine dispose de 140 titres pour un tirage et une diffusion respectifs de 276 030 et 200 239 exemplaires.

6  Selon Charon, l’enjeu de socialisation de la presse des jeunes est l’inscription du jeune lecteur dans les différents niveaux de sociabilité, notamment sa famille, les enfants de son environnement proche (voisins, copains), sa classe et l’école, les bandes de copains, les communautés de goûts et de styles des adolescents, la commune, la ville et même le monde. L’expression « individualités en construction » fait référence à des préoccupations particulières propres à une période de la vie où l’individu, la personne, se trouve en construction, individuellement et collectivement, dans un cadre particulier, celui de la famille, et un cadre collectif, celui de l’école.

7  Ce travail exploratoire a été réalisé dans le cadre de mon mémoire de master 2 à l’Institut d’études politiques de Rennes.

8  Avant, le magazine s’appelait Hebdo des juniors, une publication hebdomadaire.

9  La rubrique « Doctor ès cool » au moyen de laquelle les lectrices étaient invitées à poser des questions visant la santé, la sexo et la psycho a été supprimée, faute des courriers de lectrices.

10  Par exemple, les encarts de prévention insérés comme des publicités payantes dans les revues pour adultes n’ont que très peu de place dans les magazines qui sont lus par les adolescents.

11  Il existe un « marché de l’adolescence » investi par les industries du loisir (Galland, 2009) et que ciblent les magazines pour adolescents à structure oligopolistique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Récapitulatif des magazines sélectionnés
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2904/img-1.png
Fichier image/png, 48k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Bissege, « Les questions de santé dans les magazines pour adolescents », Communication [En ligne], Vol. 30/1 | 2012, mis en ligne le 29 novembre 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/2904 ; DOI : 10.4000/communication.2904

Haut de page

Auteur

François Bissege

François Bissege est doctorant à l’École des hautes études en santé publique (EHESP) à Rennes et au Centre de recherche sur l’action publique en Europe (CRAPE) (UMR 6051 CNRS-IEP-UR1). Cet article est tiré d’un travail de thèse en cours dont le sujet est le développement des messages co-constructifs dans le domaine de la prévention en santé des jeunes. Courriel : fbissege@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org