Navigation – Plan du site
Recherches

Les accidents de la route dans les médias de masse en Algérie

Du traitement de l’information à sa diffusion
Houria Bencherif, Farès Boubakour et Naima Belkacem

Résumés

L’objectif est d’analyser la manière dont un échantillon des mass-médias algériens (presse écrite, radio, télévision) traite et diffuse l’information relative aux accidents de la route en 2008. L’analyse montre que la presse écrite traite de la sécurité routière de façon adéquate mais insuffisante. La radio ignore presque totalement le sujet alors que la télévision lui consacre plus d’attention et de ressources professionnelles. Ces insuffisances sont attribuables à l’absence de stratégie nationale de prévention routière, laquelle est l’un des éléments essentiels dans toute lutte contre les accidents de la route.

Haut de page

Texte intégral

1Les accidents de la route anéantissent des milliers de vies humaines, causent des tragédies sociales et engendrent des pertes économiques et financières fort importantes. Selon les statistiques de l’Organisation mondiale de la Santé (2009), la route provoque chaque année plus de 1,2 million de décès et de 20 à 50 millions de blessés. En Algérie, les statistiques fournies par le ministère des Transports révèlent des chiffres de plus en plus alarmants concernant les accidents de la route ; 40 000 accidents se produisent chaque année, entraînant plus de 4 000 morts et 60 000 blessés, dont des handicapés à vie (Centre national de prévention et de sécurité routières, 2009). Ces drames routiers, qui imposent une contrainte majeure pour le développement du pays, ont incité les pouvoirs publics et surtout les autorités visées à reconsidérer le système de sanctions et à intensifier les campagnes d’information et de sensibilisation qui constituent des leviers extrêmement importants dans la lutte contre l’insécurité routière. Nous nous intéresserons ici à la manière dont les multiples médias de masse en Algérie traitent et diffusent l’information relative aux accidents de la route.

Problématique

2L’insuffisance d’analyses profondes sur le phénomène a pour conséquence l’absence d’une vision globale du problème qui permettrait de mieux connaître les causes des accidents de la route, leurs effets et les moyens de lutte à mettre en œuvre.

3Selon Connor et Wesolowski (2004), la diffusion de renseignements détaillés sur les accidents de la route et sur le risque réel encouru est un élément essentiel de la prévention. Cependant, pour optimiser leur portée, les renseignements diffusés doivent amener l’individu à percevoir le degré de gravité de ce fléau si l’on veut changer son comportement et l’inciter à devenir peut-être plus prudent (Blows et al., 2005).

4Comme le confirment les résultats d’une étude réalisée au Ghana sur la relation entre la prévention routière et la presse écrite (Yankson et al., 2010), la présence de journalistes spécialistes dans ce domaine, à l’instar d’autres secteurs, peut jouer un rôle effectif.

5En plus d’augmenter le volume d’informations et la présence de journalistes spécialisés, l’utilisation d’un contenu dramatique, plutôt que symbolique, exerce une influence souvent directe sur les réponses cognitives, attitudinales et conatives à vocation adaptative chez les récepteurs (Lavoisier-Mérieux, 2002 ; Paquette et Daignault, 2005).

6Les résultats d’une enquête réalisée par le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie sur le rôle des médias ont montré que la télévision est sans doute le média le plus sensibilisé à ces questions de risques routiers et de prévention (Chauffaut et David-Alberola, 2005) et que les émissions d’information — surtout celles qui sont animées par des journalistes spécialisés, qui se caractérisent par la diversité des sujets traités, qui ont recours à des dialogues en direct auxquels participent plusieurs intervenants exprimant divers points de vue et qui sont diffusées à des heures de grande écoute et de façon régulière — ont une plus grande influence que les programmes à caractère publicitaire et commercial (McGwin et al., 2006).

7Cette absence d’analyses profondes du traitement des informations contribue, en partie, à l’absence de stratégie nationale de prévention routière, qui est un élément essentiel dans la lutte contre les accidents de la route (Hinchcliff et al., 2010). Une telle stratégie permettrait de définir les actions prioritaires à lancer, de disposer des moyens humains et financiers nécessaires et de redéfinir le rôle des médias de masse en tant qu’acteur principal dans la réussite des campagnes de prévention (Aldoory et Bonzo, 2005).

Étude

8Cette étude a été réalisée en Algérie, un pays de plus de 35 millions d’habitants, où le taux de motorisation est le plus élevé dans tout le Maghreb. Nous avons choisi d’analyser les manières de traiter et de diffuser l’information sur les accidents de la route dans la presse écrite, la radio et la télévision algériennes.

9Le corpus comprend divers éléments : articles, documents sonores et audiovisuels. Les résultats de leur analyse seront présentés par catégories de médias de masse.

Documents de la presse écrite

10L’échantillon des documents de la presse écrite est tiré des quotidiens les plus lus, dont deux en langue arabe, Elkhabar et Echorouk, et deux en langue française, El Watan et Le Soir d’Algérie.

11Elkhabar (L’information) est un quotidien généraliste de langue arabe fondé en 1990. Son tirage est le plus élevé de la presse algérienne avec ses 434 300 exemplaires en 2007. Vient ensuite Echorouk (L’Aurore du jour), créé en 1991 avec ses 82 750 exemplaires.

12El Watan (La Patrie) est un quotidien généraliste de langue française fondé en 1990 par un groupe de journalistes. Son tirage s’établissait à 200 000 exemplaires en 2007. Le Soir d’Algérie, fondé en 1990, tirait à 70 800 exemplaires en 2005.

13Notre corpus est constitué de 276 articles ayant abordé le problème des accidents de la route et publiés par les quatre quotidiens durant l’année 2008 : 106 articles dans Le Soir d’Algérie, 86 dans Elkhabar, 59 dans El Watan et 25 dans Echorouk. Pour constituer ce corpus, nous avons dépouillé tous les articles publiés par ces journaux durant l’année d’étude.

14Une analyse de contenu de premier niveau révèle ceci : 

  • En moyenne, 55 % des articles publiés sont coiffés de grands titres en noir ou en rouge lorsqu’il s’agit d’accidents graves ayant causé des pertes humaines : 62 % pour Elkhabar, 59 % pour Echorouk, 53 % et 47 % respectivement pour El Watan et Le Soir d’Algérie. Pour les accidents moins graves, on a recours généralement à des titres moyens ou petits, en noir et en gras ; 

  • La majorité des articles (78 %) couvrent l’actualité et ne contiennent ni analyse, ni commentaire, ni motif ; ils se contentent de décrire l’accident d’une manière sommaire, sans explication ;

  • La police en zone urbaine et la gendarmerie en rase compagne — que l’on désigne parfois par l’expression « forces de l’ordre » — sont les principales sources d’information (65 %). Suivent la protection civile (20 %) et les photos avec commentaire (10,4 %). Dans moins de 5 % des articles, la source est demeurée inconnue ; 

  • La plupart des commentaires font appel à la raison, par exemple : « la prévention est l’affaire de toute la société » ou « pour que l’action de prévention soit efficace, les associations, l’école et la famille doivent travailler ensemble ». Parfois s’y glisse une émotion ou la dramatisation, par exemple : « trois personnes d’une même famille ont trouvé la mort dans un drame routier ».

Documents sonores (radio)

  • 1  L’Algérie est divisée en 48 collectivités publiques territoriales appelées wilayas, elles-mêmes su (...)

15Parmi toutes les émissions diffusées par la radio régionale de la wilaya de Batna1 durant l’année 2008, nous n’avons trouvé qu’une seule émission et deux messages publicitaires qui ont été consacrés à ce sujet.

  • Cette unique émission est diffusée tous les samedis et mercredis de 15 h à 16 h de juin à août, soit au total 26 émissions, ce qui représente 0,44 % de la diffusion globale de la radio durant l’année. C’est une émission d’information dont l’objectif de sensibilisation demeure marginal. Le nombre d’invités est généralement limité. Le plus souvent, l’animateur s’entretient avec un représentant de la gendarmerie nationale, de la police ou de la direction des transports de la wilaya.

  • Compte tenu des interventions en ondes qui reposent sur des informations largement partagées et sur des analyses descriptives, par exemple « le facteur humain est à l’origine de 87,9 % des accidents de la route en Algérie » — sans préciser les catégories d’usagers (conducteurs, piétons, etc.) — ou encore « l’hyper répression s’avère une solution efficace pour réduire le nombre d’accidents en Algérie », nous induisons que l’animateur n’est pas spécialisé en la matière. Par contre, un présentateur spécialiste intervient régulièrement pour aborder certains aspects du problème des accidents de la route : les causes, l’attribution des responsabilités, l’évaluation des coûts économiques et sociaux ainsi que la définition et l’évaluation des moyens de lutte actuels et futurs.

  • L’émission s’adresse particulièrement aux conducteurs individuels en abordant des thèmes liés aux comportements à risque tels que l’excès de vitesse, le non-port de la ceinture de sécurité et le non-respect de la distance sécuritaire.

  • Dans l’émission est utilisé un style simple et clair, avec des mots d’un usage commun qui limitent les possibles interprétations. L’utilisation de la langue arabe se prête bien à ce style.

  • Dans 65 % des cas, les arguments auxquels on a recours reposent d’une part sur des données objectives, comme les statistiques des accidents de la route et les pertes économiques, et d’autre part sur des « données » plus subjectives, par exemple « un accident de la route peut conduire à un handicap définitif ».

16Les deux messages publicitaires partagent les mêmes caractéristiques : 

  • Ils sont diffusés trois ou quatre fois par jour, sauf le vendredi. La durée de diffusion varie de 35 à 51 secondes. Généralement, ils sont diffusés juste avant les rendez-vous des informations de 13 h, de 17 h et de 19 h 30 ;

  • Les effets sonores sont limités aux bruits d’une collision qui viennent ponctuer un dialogue « neutre » entre deux personnages ;

  • Le public visé est le conducteur individuel, car les sujets traités sont liés à leurs comportements à risque, dont la distance sécuritaire et le dépassement à risque ;

  • Différents arguments sont utilisés pour persuader l’auditeur, par exemple celui de la peur — « […] l’excès de vitesse peut vous coûter la vie […] le dépassement dangereux est un dépassement sur le droit à la vie » —, mais l’effet nous paraît limité si nous nous fions aux statistiques ; 

  • Le contenu des messages est varié et aborde dans un style clair et direct des facteurs de risque tels que l’excès de vitesse, le non-respect du code de la route, le dépassement dangereux.

Documents audiovisuels (télévision)

17Nous avons visionné toutes les émissions diffusées sur la chaîne nationale TV A3 et rediffusées par la suite sur la chaîne terrestre A3 pour l’année 2008 et n’avons trouvé qu’une seule émission sur la sécurité routière, Tarik Essalama. Nous avons aussi retrouvé deux messages télévisuels diffusés par la même chaîne et rediffusés aussi sur la A3.

  • L’émission est diffusée une fois par semaine, le vendredi, de 17 h 30 à 18 h.

  • Le présentateur de l’émission est un ancien responsable de la prévention routière de la direction générale de la sûreté nationale et président de l’association nationale de la prévention routière.

  • Le public ciblé couvre toutes les catégories d’usagers de la route (les conducteurs, les piétons y compris les enfants et les motocyclistes), car les sujets traités sont très variés : l’excès de vitesse, le non-respect du code de la route, le dépassement à risque, les traversées de piétons particulièrement devant les écoles, le port du casque, l’éducation à la sécurité routière, l’état des aménagements urbains, la signalisation et le stationnement illicite.

  • Les messages utilisent l’arabe parlé et quelques expressions françaises, ce qui favorise et facilite la compréhension.

  • Les arguments s’appuient sur différents textes réglementaires qui régissent la sécurité routière en Algérie et sur l’émotion en faisant raconter, par exemple, l’histoire d’un accident de la route par une victime hospitalisée.

18Comme pour les publicités sonores : 

  • Les messages télévisuels sont diffusés trois ou quatre fois par jour, généralement avant les rendez-vous d’informations de 13 h, de 17 h et de 20 h ; 

  • Le public visé est les enfants, les piétons et les personnes handicapées. Ces messages insistent sur les difficultés auxquelles font face ces personnes, particulièrement durant leurs traversées des routes très fréquentées. Certains messages ciblent aussi les conducteurs en signalant certains comportements à risque tels que l’excès de vitesse, le non-respect des distances sécuritaires et le respect des passages sécurisés pour piétons ;

  • La langue utilisée est l’arabe parlé qui emploie des mots d’un usage courant ; 

  • L’usage de voix remplies d’effroi et de sonneries d’alarme attire l’attention des téléspectateurs dans le but de les inciter à changer leurs comportements à risque.

Discussion

19Les articles de la presse écrite qui traitent de la sécurité routière sont relativement peu nombreux par rapport au nombre élevé des accidents de la route. La grande variété les articles fournit peu de renseignements détaillés sur les accidents de la route et sur les risques réels encourus, alors que, selon Connor et Wesolowski (2004), l’information détaillée et factuelle constitue un élément essentiel de la prévention. Aucun des articles retenus, notamment les brèves, n’a été publié en première page et parfois les articles se retrouvent parmi des sujets les plus assortis et sans lien. De façon générale, le traitement de l’information minimise le degré de gravité de ce fléau et incite peu à changer son comportement et à devenir plus prudent, comme le préconisent Blows et al. (2005).

20L’absence quasi totale d’émissions radiophoniques et de messages publicitaires indique clairement que le sujet des accidents routiers ne constitue pas une priorité pour la radio. Par contre, la participation de plusieurs personnes à l’émission permet d’avoir différents avis sur le sujet. L’absence de journalistes spécialisés nous incite à douter de la portée réelle de ce type d’émission.

21Quant à l’émission télévisuelle Tarik Essalama,elle constitue un très bon exemple du rôle que peuvent jouer les médias de masse dans la prévention routière. Elle est caractérisée par la continuité dans la diffusion. Le choix de la tranche horaire et la diversité des sujets traités par le recours à des dialogues en direct dans la langue vernaculaire permettent de mieux informer le téléspectateur sur la situation réelle. Autre point fort de cette émission, le présentateur est un formateur spécialisé dans le domaine et un militant infatigable de la sécurité routière. La qualité de cette émission télévisée se démarque par rapport au reste des médias de masse étudiés.

22Au terme de ce travail, nous avons noté que l’information telle qu’elle est traitée et diffusée par les médias de masse algériens sélectionnés semble insuffisante, particulièrement dans la presse écrite et la radio. Ces insuffisances sont liées à l’absence d’analyses profondes dans le traitement des informations, mais aussi à l’absence de stratégie nationale de prévention routière, qui est un élément essentiel dans la lutte contre les accidents de la route (Hinchcliff et al., 2010). Une telle stratégie permettrait de cibler les actions prioritaires, de mobiliser les moyens humains et financiers nécessaires et de redéfinir le rôle des médias de masse en tant qu’acteur principal dans la réussite des campagnes de prévention (Aldoory et Bonzo, 2005). Trois facteurs déterminent la qualité du traitement des informations journalistiques liées aux accidents de la route : la diversité des sujets traités, la diffusion en continu de l’information et la qualité des analyses tant sur le plan des connaissances factuelles que sur celui du professionnalisme des journalistes et des animateurs.

23Enfin, l’existence d’un seul établissement responsable de la sensibilisation des automobilistes par les messages radiophoniques et télévisuels (CNPSR) limite le nombre et la qualité des documents diffusés, ce qui nécessite par ricochet l’engagement des associations et autres institutions spécialisées dans la prévention des accidents routiers.

Haut de page

Bibliographie

ALDOORY, Linda et Sandra BONZO (2005), « Using communication theory in injury prevention campaigns », Injury Prevention, 11, p. 260-263.

BLOWS, Stéphanie et al. (2005), « Banned from the streets I have paid to use ; An analysis of Australian print media coverage of proposals for passenger and night driving restrictions for young drivers », Injury Prevention, 11, p. 304-308.

CENTRE NATIONAL DE PRÉVENTION ET DE SÉCURITÉ ROUTIÈRES (2009), Étude analytique sur les accidents de la route en Algérie, Alger, Éditions CNPSR.

CHAUFFAUT, Delphine et Élodie DAVID-ALBEROLA (2005), Analyse de l’enquête auprès des médias, Paris, Département Évaluation des politiques sociales, Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie.

CONNOR, Susan et Kathryn WESOLOWSKI (2004), « Newspaper framing of fatal motor vehicle crashes in four Midwestern cities in the United States ; 1999-2000 », Injury Prevention, 10, p. 149-153.

HINCHCLIFF, Reece et al. (2010), « Media framing of graduated licensing policy debates », Accident Analysis and Prevention, 42(4), p. 1283-1287.

LAVOISIER-MERIEUX, Lydie-Marie (2002), De l’efficacité des stratégies de communication publicitaires menaçantes. Une étude de la relation entre émotions négatives et persuasion dans le domaine de la lutte contre l’insécurité routière, Cahier de recherche du LAREQUOI, no 2002/1, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

MCGWIN, Gerald et al. (2006), « Prevalence of transportation safety measures portrayed in primetime US television programs and commercials », Injury Prevention, 12, p. 400-402.

ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ (2009), Il est temps d’agir, rapport de situation sur la sécurité routière, Genève, Éditions de l’OMS.

PAQUETTE, Guy et Pénélope DAIGNAULT (2005), L’évaluation des campagnes de sécurité routière ; problématique et méthodologie, Québec, Université Laval, Département d’information et de communication, Groupe de recherche en sécurité routière.

YANKSON, Isaac Kofi et al. (2010), « Reporting on road traffic injury: content analysis of injuries and prevention opportunities in Ghanian newspapers », Injury Prevention, n° 16, p. 194-197.

Haut de page

Notes

1  L’Algérie est divisée en 48 collectivités publiques territoriales appelées wilayas, elles-mêmes subdivisées en daïras. Batna est une wilaya située au nord-est de l’Algérie. Sa superficie est d’environ 13 000 km2 pour une population estimée à 1 175 643 habitants en 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Houria Bencherif, Farès Boubakour et Naima Belkacem, « Les accidents de la route dans les médias de masse en Algérie », Communication [En ligne], Vol. 30/1 | 2012, mis en ligne le 29 novembre 2012, consulté le 26 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/2967 ; DOI : 10.4000/communication.2967

Haut de page

Auteurs

Houria Bencherif

Houria Bencherif est membre du Laboratoire d’ingénierie du trafic et nuisances par les transports et de l’Institut d’hygiène et sécurité à l’Université de Batna, en Algérie. Courriel : bencherifhouria@yahoo.fr

Farès Boubakour

Farès Boubakour est membre du Laboratoire d’ingénierie du trafic et nuisances par les transports et de la Faculté des sciences de gestion à l’Université de Batna, en Algérie. Courriel : fares_boubakour@yahoo.fr

Naima Belkacem

Naima Belkacem est membre du Laboratoire d’ingénierie du trafic et nuisances par les transports et de l’École nationale d’application des techniques des transports terrestres, à Batna, en Algérie. Courriel : soria.belkacem@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org