Navigation – Plan du site
Lectures

Lise CHARTIER, Mesurer l’insaisissable. Méthode d’analyse du discours de presse

Québec, Presses de l’Université du Québec, 2003
Annik Dubied
p. 301-304
Référence(s) :

Lise CHARTIER (2003), Mesurer l’insaisissable. Méthode d’analyse du discours de presse, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Texte intégral

1S’inspirant et se réclamant du travail de Violette Morin sur L’écriture de presse (1969), Lise Chartier expose dans son ouvrage une « méthode d’analyse du discours de presse » qu’elle a revisitée et qu’elle applique depuis plusieurs années dans le cadre de son activité professionnelle – elle et ses collègues analysent des couvertures médiatiques pour le compte de leurs clients.

2La méthode consiste, assez classiquement, à découper le contenu d’un corpus de presse (la « presse » étant entendue ici au sens large de « médias d’actualité ») en unités qui sont ici des « unités d’information ». Les unités d’information ainsi découpées sont ensuite distribuées dans des catégories thématiques inspirées par les questions de départ, puis décomptées. Elles sont également évaluées pour définir leur « orientation » sur l’information qu’elles traitent (positive, négative ou neutre), ce qui autorise plusieurs comptages complémentaires qui permettent d’affiner les résultats de l’analyse de telle ou telle couverture de presse.

3Le comptage des unités composant les diverses catégories, mais aussi le comptage de leur « orientation » dominante positive, négative ou neutre (par catégorie ou global), permettent, dit l’auteure, de repérer le « surplus de signification [de l’information] et d’en mesurer la rémanence […] » (p. 5). Cette notion de « surplus de sens », déjà abondamment discutée chez Morin, se dessine à travers la quantification des unités : l’analyse de leurs fréquences, des répétitions de certaines d’entre elles permet, selon l’auteure, de « […] quantifie[r] et qualifie[r] [une] persistance partielle de l’événement quand tout est terminé » (p. 24).

4La méthode est très clairement expliquée, puis résumée à l’attention de plusieurs utilisateurs potentiels (analystes de couvertures de presse, mais aussi pédagogues ou chercheurs). À l’occasion de sa présentation, Lise Chartier fournit en outre, comme illustration de ses propos, un hilarant exemple imaginaire, très détaillé et très bien pensé : elle invente des extraits de presse qui auraient pu paraître suite à l’affaire du Petit Chaperon Rouge, re-située à l’époque contemporaine. Les journaux, les entreprises, les services publics se déchaînent dans ces fragments débridés mais très réalistes. Cet exemple et son analyse méritent à eux seuls d’être lus (p. 8-18, 25-26, 39, 54-60) et appréciés. Lise Chartier maîtrise visiblement bien les enjeux et les développements médiatiques d’un tel fait divers.

5L’auteure s’est beaucoup inspirée de Violette Morin, qu’elle a d’ailleurs consultée pour adapter la méthode mise au point par celle-ci en 1969 à un contexte contemporain et à un usage particulier. La notion d’unité d’information, l’idée de rémanence du sens, le découpage, la catégorisation, l’orientation des unités ont été imaginés par Morin. Lise Chartier les adapte et propose en fin d’ouvrage un exemple concret et détaillé d’analyse d’un corpus de presse (sur un référendum au Québec) selon sa méthode.

6Deux précisions semblent nécessaires au bon usage de cet ouvrage selon nous. La première, c’est que la méthode proposée par Lise Chartier est une analyse de contenu, et pas une « analyse du discours », comme annoncé en titre. Du moins si l’on veut bien retenir ici la distinction classique entre analyse de contenu (entendue comme le courant d’analyse hérité des sciences sociales qui décompose le contenu du texte en unités, distribuées ensuite dans des catégories — inspirées des objectifs de l’analyse et définies à priori — et enfin dénombrées) et analyse du discours (entendue comme la tradition d’analyse qui travaille sur la structure du texte, sur son expression, au moyen d’outils hérités de la linguistique). L’auteure, s’inspirant de Violette Morin, préfère parler d’« analyse du discours ». Sa méthode suit néanmoins fidèlement les grands principes de base de l’analyse de contenu (voir par exemple Bardin, 1977) : décomposition en unités, codage, catégorisations, comptage et inférences interprétatives. De même que Violette Morin suivait elle aussi très clairement (et de manière tout à fait productive) les principes hérités du fondateur de la content analysis, Berelson, alors même qu’elle préférait, elle aussi, parler d’« analyse de discours ». La clarification semble nécessaire : si la méthode présentée ici était une analyse du discours, on serait en droit d’attendre de l’auteure qu’elle précise par exemple la notion de « récit », qu’elle emploie régulièrement sans pour autant la définir discursivement. De même que l’on voudrait qu’elle systématise la définition de l’« orientation » de ses unités d’information en utilisant les outils de l’analyse énonciative, pour dire selon quels indices discursifs une unité peut être considérée comme « positive », « négative » ou « neutre ». Ne pas le faire dans le cadre d’une analyse de contenu semble légitime, même si l’on peut le regretter. Dans le cadre d’une analyse du discours, cela s’avérerait problématique.

7Une deuxième précision doit selon nous être ici émise : l’ouvrage ne peut prétendre au statut de manuel de méthode scientifique, susceptible par exemple d’introduire des étudiants ou de jeunes chercheurs à l’analyse de contenu. Ce n’est d’ailleurs pas, semble-t-il, son propos : l’ambition de l’auteure, plusieurs fois répétée, est de présenter un « instrument conçu pour les communicateurs et les chercheurs ». Et c’est bien, selon nous, d’un instrument qu’il s’agit, c’est-à-dire d’un exemple d’usage d’une méthode, et pas de la présentation scientifique d’un type de méthodologie.

  • 1  Par exemple et notamment les chapitres 4 et 5 sur « Les tendances de la presse » et « Le discours (...)

8Pour le scientifique en effet, trop simplifier l’exposé du contexte de la méthode pour être accessible aux uns comme aux autres1, laisse perplexe. Trois exemples parmi d’autres permettront de pointer ce problème. On citera d’abord le passage sur la tendance à l’« exhaustivité » des médias d’information. Violette Morin (1969) définissait cette « exhaustivité » comme une tendance à subordonner

 […] autant que faire se peut, le pouvoir « explicatif » propre à la transmission verbale de quelques faits, au pouvoir « éclairant » propre à l’exhibition de la « totalité » des faits (p. 9).

9Lise Chartier, reprenant la notion, explique pour sa part que

[…] les médias se font un devoir de parler de tout. Ils traitent de tous les sujets qui font la nouvelle et donnent sur chacun le plus de renseignements possibles, tout en tenant compte du mode de diffusion et du style qui leur est propre. Pris dans leur ensemble, les médias nous apprennent à peu près tout à propos d’un événement (p. 29).

10L’auteure ajoute encore : « Les médias nous parlent de tout ; la liberté d’information le préconise » (p. 31). La nuance sur la notion de totalité a pratiquement disparu, on semble ne plus parler d’une tendance, mais d’une forme de loi. Le chercheur en communication réclamera alors de savoir à quoi peut bien correspondre, journalistiquement mais aussi philosophiquement, de « tout dire » (ou « à peu près tout ») sur un événement. Demandera d’autre part s’il ne s’agit pas, en matière de déontologie, de « droit à l’information » plus que de « liberté d’information ».

11Autre exemple avec l’affirmation que, puisque les sources d’information s’uniformisent, « […] les contenus dits d’information sont des biens de consommation comparables à beaucoup d’autres » (p. 44), qui fera bondir bon nombre de chercheurs en infocom — et bon nombre de journalistes. Une telle perspective semble problématique même dans le cadre d’une réflexion sur la marchandisation de l’information, « produit » culturel autant que commercial.

12Un exemple encore : l’auteure dit souvent pouvoir rendre compte de l’« impact » d’une couverture de presse par le biais de sa méthode, à travers la rémanence du sens que celle-ci permet de cerner. Mais un « impact » peut-il vraiment être mesuré sans en passer par une analyse de réception, impliquant d’autres méthodes que celle qui est présentée ? La « rémanence » du sens dont il est ici question induit-elle réellement une « permanence », même partielle, de l’événement au-delà de sa médiatisation ? Cela semble discutable, en particulier du point de vue des théories modernes de la réception, qui montrent la diversité des appréhensions, et insistent donc pour parler de « publics » au pluriel.

13En conclusion, on dira que l’ouvrage ne peut être considéré comme un manuel scientifique d’introduction à l’analyse de contenu de presse. Les simplifications y sont trop nombreuses — nécessaires, sans doute, au but poursuivi par l’auteure (l’exposé d’un instrument d’analyse, praticable en particulier en entreprise et à des fins utilitaires). Mais il peut être lu avec profit, y compris par les chercheurs, comme un exemple intéressant et clairement présenté d’une analyse de contenu de presse.

Haut de page

Bibliographie

Bardin, Laurence (1977), L’analyse de contenu, Paris, Presses universitaires de France. (Coll. « Le Psychologue ».)

Morin, Violette (1969), L’écriture de presse, Paris, Mouton.

Haut de page

Notes

1  Par exemple et notamment les chapitres 4 et 5 sur « Les tendances de la presse » et « Le discours de presse ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annik Dubied, « Lise CHARTIER, Mesurer l’insaisissable. Méthode d’analyse du discours de presse », Communication, Vol. 25/1 | 2006, 301-304.

Référence électronique

Annik Dubied, « Lise CHARTIER, Mesurer l’insaisissable. Méthode d’analyse du discours de presse », Communication [En ligne], Vol. 25/1 | 2006, mis en ligne le 07 mai 2010, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/297

Haut de page

Auteur

Annik Dubied

Annik Dubied est professeure au département de sociologie à l’Université de Genève. Courriel : annik.dubied@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org